Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 13:09

COMMENTAIRE : Nous avons pris l'habitude d'analyser les non-dits du discours de fin d'année de monsieur Denis Sassou Nguesso. Cette année ne sera pas une exception - même si nous nous y prenons un peu tard. D'emblée, on note que le discours est court comme si cet homme n'avait pas beaucoup de choses à dire : en effet, il a peu fait de réalisations finies sur le plan national pour avoir une multitude d'informations à apporter aux Congolais. C'est simplement ici une contrainte dont il ne peut déroger. Désormais, Sassou utilise un prompteur pour ne plus lire son texte écrit sur du papier  mais même là, la lecture est nonchalante, hésitante, balbutiante. Il n'est pas toujours aisé de lire un texte écrit par quelqu'un d'autre mais qu'y peut-il ? C'est une corvée indispensable pour faire passer des messages subliminaux à ses serviteurs royaux. Vous trouverez mes remarques en rouge.

 

 

Mes Chers Compatriotes,

Aujourd’hui, comme depuis toujours, le cycle immuable du temps poursuit sa
marche irréversible. Dans quelques heures, une année connaîtra son terme et une
nouvelle s’installera.


Ce premier paragraphe introductif est superfétatoire, inutile car il ne nous apprend rien, en fait puisqu'il s'agit d'une évidence qui aurait pu être éludée. Nous savons tous que le temps est irréversible et nous en sommes inquiets car nous sommes conscients du bradage de nos matières premières et de nos richesses, de l'étendue de la corruption et de la concussion au sein de l'appareil d'Etat et de l'appauvrissement de plus en plus grand de la majorité de nos compatriotes dont plusiseurs générations sont sacrifiées tandis que le clan Sassou & Nguesso devient de plus en plus riche ! Cependant, nous savons aussi que le temps travaille doucement vers l'éclipse du plus gros éléphant du Congo...


A l’occasion de celle-ci, je forme, de tout cœur, pour chacune et chacun de vous,
mes meilleurs vœux de santé, de prospérité et de bonheur. Ces vœux, je vous les
offre avec assurance et en toute confiance parce que notre pays se porte, chaque
année, de mieux en mieux.

 

Des voeux creux offerts au petit peuple comme une promesse dont le contenu est comme d'habitude un gros mensonge ! Des voeux qui ne concernent que les riches membres de sa famille qui remplissent tous les vols d'Air-France en direction de Brazzaville pour venir faire des courses à Paris. Vous en doutez ? Allez donc à Roissy ou à Orly et vous le constaterez de vous-mêmes qu'il y a ceux qui payent 5000 euros d'excédents de bagages : des glacières, des valises entières bourrées de nourritures et de victuailles de toutes sortes comme des vins, des bouteilles de Champagne, etc. Notre pays se porte de mieux en mieux pour la classe des prédateurs et de mal en pis pour la majorité de la population qui survit au quotidien sans eau, sans électricité, sans soins, sans nourriture, en voyant resurgir des calamités comme le typhus ou la poliomyélite.


L’année qui s’achève a été pour le Congo une année fructueuse. Année de l’unité
et de la concorde nationales, mises en exergue à la faveur de la célébration
mémorable du cinquantenaire de l’indépendance et de la journée de la
République, 2010 a vu notre effort collectif ouvrir une meilleure perspective
nationale.

 

La concorde nationale ? Mais diable où Sassou la voit-il ? La célébration du cinquantenaire a été une sorte de mode continentale. En effet, quand on observe l'environnement national, il ne reflète pas cinquante ans d'accumulation d'extraordinaires richesses transformées en réalisations collectives - comme si le Congo n'avait pas de pétrole ou de bois puisque même le Burkina-Faso nous dépasse sur tous les plans. Aussi qu'il me soit permis de douter sur l'avènement d'une meilleure perspective nationale dans notre pays. Sassou n'arrive même pas à vaincre les immondices dans  les grandes villes comme Brazzaville et Pointe-Noire.


Je ne donnerai pour preuves que :
-la stabilité du pays combinée au règne de la paix et de la sécurité pour tous ;

 

Le pays n'est pas stable parce que le peuple est lâche, ne protestant pas mais subissant en silence toutes sortes d'injustices, les hommes politiques peu organisés en ordre de bataille pour un combat d'envergure, les syndicats corrompus. La sécurité pour tous est une illusion puisque des gens sont assassinés chez eux, des commerces pillés en pleine journée par des militaires, des libertés fondamentales bafouées tous les jours. La stabilité transpire la terreur d'Etat, le gangstérisme, le règne de la kalachnikov et de l'enlèvement. Sinon comment expliquer tous ces cadavres que charrient les crues dans notre pays ?


-l’annulation d’une très importante part de la dette publique correspondant à la
levée d’un verrou sur le chemin du développement ;

 

Nous avons déjà démontré que seuls Sassou et les siens ont vraiment profité de cette réduction car le peuple n'en voit pas encore les retombées. C'est en fait, un statut mal acquis que ce PPTE dont les Sassou & Nguesso sont si fiers : ils s'endettent au nom de l'Etat pour s'acheter des biens mal acquis à l'étranger, pour fournir des comptes dans des paradis fiscaux, etc. C'EST DENIS SASSOU NGUESSO QUI S'ENDETTE MAIS C'EST LE CONGO QUI PAYE L'ARDOISE ! Il est donc normal que ces énergumènes se réjouissent car ils sont ceux qui ont profité de cette réduction de dette puisque les réalisations au niveau national se font désirer et ont du mal à être finalisées. Par contre, au nord, on voit Oyo se transformer en petite Suisse... Lissouba l'a rêvé pour Tsinguidi, Sassou l'a fait pour Oyo !


-l’amélioration de la situation économique avec un taux de croissance
remarquable de plus de 10% ;

 

Si la situation économique s'est vraiment améliorée, il ferait mieux-vivre au Congo et cela se saurait dans le monde entier. Or, la vie est de plus en plus chère, le chômage augmente, la mortalité infantile est si criarde, la malnutrition gagne du terrain, etc. En fait, la croissance témoigne de l'enrichissement d'une caste et des étrangers qui viennent faire fortune chez nous. C'est le  dynamisme d'une économie dont 90% font partie de l'économie souterraine  : argent caché sous les matelas, argent envoyé à l'étranger, etc.


-la poursuite de grands travaux d’édification des infrastructures de base sur
l’ensemble du pays ;

 

Les grands travaux ! où sont passés les petits ? Tout le budget d'investissement est géré par Sassou et son neveu Jean-Jacques Bouya qui se la joue mode feuilleton Dallas avec chapeau de cow-boy.   C'est surtout le nord et Oyo qui en profitent car au sud où vit la majorité de la population, il n'y a rien. En fait, on peut résumer l'ensemble des Grands Travaux Inachevés (GTI) de Sassou Nguesso à une route nationale qui ne finira pas de sitôt - alors qu'elle n'est que de 500 kilomètres,, un barrage dont on attend toujours la fourniture d'électricité. Sur le plan de l'éducation, de la santé, du coût de la vie, de la production agricole, etc, le Congo reste un pays importateur même de la tomate qui pousse pourtant naturellement dès qu'une graine rencontre un peu d'eau dans un peu de terre de ce sol congolais si riche...

 

-le déblocage des situations des traitements des agents de l’Etat et l’adoption de nombreuses autres mesures sociales profitables à tous.

 

Toutes ces fameuses mesures ne sont pas encore entrées en vigueur et nous savons que les agents de l'Etat n'en profiteront pas très vite. Sassou est plus fort que Lucky Luke qui tire plus vite que son ombre car il fait des promesses plus vite qu'il ne parle ! Quand Sassou ouvre la bouche, c'est une promesse automatique qui sort !


Dans l’écriture de l’histoire de notre pays, on retiendra sans doute 2010 comme une bonne année, une grande année qui a permis de poser les jalons pour l’exécution de notre ambitieux programme de développement national : « le Chemin d’avenir ».

 

"Le Chemin d'avenir" ! Il fallait s'y attendre ! Encore une formule bidon, un slogan vide comme seul un Sassou sait en fabriquer. Comment peut-on trouver un "Chemin d'Avenir" après une "Nouvelle Espérance" déçue ? En fait, Sassou agit comme un magicien : il vous fait croire que la parole a des vertus actantes par elle-même. Sassou amène l'électricité à Oyo en creusant un canal jusqu'à l'Alima. Il s'endette auprès des Chinois pour doter Oyo d'eau potable. En fait, le chemin d'avenir commence à Oyo et s'arrête devant le Club House, la maison de Sassou à Oyo.


Demain ce sera 2011, un autre temps qui s’offre à nous pour la mise en œuvre approfondie du Chemin d’avenir.

Un autre temps que nous consacrerons entièrement à la marche résolue du Congo vers le progrès.

 

Vous n'avez nullement besoin de chercher ce que sera 2011 : il vous suffit de voir ce qu'a été 2010 : un tas de bricolages inachevés.


Le progrès, c’est l’eau potable pour tous, c’est l’électricité pour tous, c’est l’assurance de la bonne santé pour tous, c’est la bonne éducation pour tous, c’est le logement décent pour tous et c’est l’emploi pour tous ceux qui sont en âge de travailler.

 

Cette promesse ne tient pas pour tout le Congo, juste pour Oyo et ses proches environs. Sont aussi concernés les vaches, les moutons, les poissons-chats de Sassou qui auront de l'eau potable en plus de l'eau Okiéssi avec laquelle Denis Sassou Nguesso se lave les mains - montrant qu'il sait que les trois gouttes qui coulent du robinet ne sont pas potables. Encore faille-t-il qu'elles coulent ! Si telle est la définition du "progrès" selon Saint Sassou, nous sommes sûrs que le Congo ne progressera pas. De toute façon, le progrès ne concerne qu'Oyo, ses habitants et ses animaux domestiques.


En définitive, ce sont des besoins fondamentaux qui, pour être satisfaits, appellent de bonnes politiques économiques et sociales, mises en œuvre avec discipline, rigueur et dévouement.

 

Vous voyez ? Sassou ne dispose même pas de "bonnes politiques économiques et sociales" pour passer du mensonge à la promesse politique ! Il nous apprend lui-même qu'il manque de discipline, de rigueur et de dévouement ! De dévouement ! Vous vous rendez compte ?


Pour 2011, les politiques économiques et sociales sont élaborées et traduites dans la loi de finances que j’ai promulguée le 29 décembre dernier, après son adoption par l’Assemblée Nationale et le Sénat.

Conformément à ces politiques, nous avons approuvé, pour la première fois depuis l’indépendance, un budget d’investissement plus important que le budget de fonctionnement, afin de créer toutes les conditions favorables au développement durable de notre pays.

 

Si le budget d'investissement est plus important que celui de fonctionnement, c'est Bouya qui verra son ventre grossir un peu plus car les ascaris qui y vivent auront encore plus de bouffe que d'habitude ! Nous sentons tous que les conditions du développement de la flore intestinale de Jean-Jacques Bouya sont réunies pour une turgescence de folie !


Je mentionnerai, sans être exhaustif, que les politiques économiques et sociales de 2011 mettent l’accent sur l’agriculture, sa mécanisation et sa structuration en une des bases de l’industrie, sur l’aménagement des voies de communication, sur les infrastructures de production et de distribution d’eau et d’électricité, sur la construction des écoles, des centres de santé et des logements sociaux, sur l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages et des conditions de vie de l’ensemble de la population, sur la modernisation de la force publique.

 

Du bla bla de politicien car nous n'avons rien vu en 25 ans ; nous ne croyons pas qu'il suffira d'un discours pour que tous les problèmes du Congo soient résolus. Sassou s'occupe plus de ses vaches que ses concitoyens au point où certains rêvent de devenir une autruche du parc d'autruches de Sassou pour manger à leur faim.


Il reste à insister sur la discipline, la rigueur et le dévouement de ceux qui ont la charge d’appliquer ces politiques. Je ne dirai jamais assez que sans discipline, sans rigueur et sans dévouement au travail, il n’y a point de réussite ou de succès grandiose.

 

C'est Sassou qui connaît les hommes qu'il choisit aux différents postes et s'il dit qu'ils manquent de discipline, de rigueur et de dévouement, qui peut en douter ? En fait, il les sélectionne tous à son image parce qu'il ne peut se permettre de prendre un inidividu qui viendrait démontrer que notre président est un éléphant voyageur  qui ne fout rien de son temps si précieux !


J’invite donc l’ensemble des agents de l’Etat et les autres acteurs socio­économiques à faire preuve de responsabilité, de bonne organisation et d’abnégation dans l’exercice de leurs fonctions. Le progrès, la modernisation et l’industrialisation de notre cher Congo en dépendent.

 

Cette conscience ne peut être due qu'à la viande d'autruche car le ngoki ne peut permettre de réaliser que les agents de l'Etat ne foutent rien comme leur président qui leur donne un exemple tellement éloquent que tous l'imitent pour être sûrs de mal faire...


Notre engagement pour la paix et la sécurité totale doit rester inaltérable.

 

Tant que monsieur Sassou fournira de la viande, de l'argent  et des armes aux mercenaires, il peut être certain que sa paix armée sera garantie : il ne perdra aucun poisson-chat dans ses étangs et la faim tiendra le peuple dans les quartiers mal famés de la république royale bananière  !


La paix et la sécurité doivent être impérativement préservées et consolidées pour chacune et chacun de nous, pour l’ensemble de notre peuple. Pour que nous avancions dans tous les domaines du développement, pour que nous montions aux cimes du progrès et du bonheur, il nous faut primordialement la paix, la sécurité et la stabilité. C’est pour cela que nous ne laisserons personne nous ramener en arrière, dans les épreuves que nous avons difficilement surmontées après en avoir tant souffert.

 

Monsieur Denis Sassou Nguesso, nous n'avons besoin que de vous pour nous ramener loin en arrière ! Vous le faites si bien ! Nous n'avons besoin de personne d'autre ! Avec vous, les épreuves sont de toutes les secondes qui s'écoulent. On peut rarement faire mieux. Alors !


Voilà, Mes Chers Compatriotes, les enjeux et les défis de 2011. Ils sont à notre portée malgré les difficultés et les obstacles qui ne manqueront pas. Il suffit que chacun apporte sa contribution à la cause commune ; il suffit que la solidarité collective porte l’action nationale à la hauteur de nos ambitions, de nos espérances et de notre volonté, pour que, comme tel est mon vœu ardent, l’année 2011 soit favorable pour le Congo et pour l’ensemble de notre peuple.

Bonne et heureuse année !"

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg