Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 22:41

COMMENTAIRE : Voici un exemple qui illustre sociologiquement l'importance du concept d'une gouvernance originale africaine qui dans mon hypothèse permettrait de résoudre tous les problèmes tribalo-ethniques au travers de ce que nous avons appelé "CONSEIL CONSTITUTIONNEL NATIONAL ETHNIQUE". Dans le Bandundu, les chefs traditionnels réunis dans un tribunal consensuel unique parviennent à résoudre des problèmes que l'Etat ne parvient pas à résoudre. Nous sommes persuadés que si nous rassemblons les chefs traditionnels de toutes les ethnies, il en résultera forcément une sagesse qui réagira sur tout le pays en l'illuminant. Un de mes amis s'insurgeait contre le panafricanisme et estimait qu'il fallait d'abord être "nationaliste". Pour argument, je ne lui poserai qu'une question : " Cher ami, qu'étaient donc nos "nations" avant l'arrivée du Blanc ?  Nous sommes tous d'avis que ces rassemblements forcés qui ont conduit à des nations factices connues comme nos républiques d'aujourd'hui, ne font que consigner la logique coloniale du Blanc et la défense de ses propres intérêts. La transversalité de nos nations passées est évidente puisque le royaume Kongo pénétrait l'Angola, passait par la RDC, le Congo et  parcourait une partie du Gabon, entre autres. nos nations ne se réduisaient pas à un découpage spatial mais à des communautés culturelles et si nous nous avançons plus loin, en tant que Bantous, quelle est notre nation atavique avant la dispersion originelle ? Non, le panafricanisme n'est pas une nouveauté car il était le trait culturel dominant des sociétés traditionnelles passées nonobstant le sédentarisme. Pour la petite anecdote, sur quelle base se fait l'Europe aujourd'hui ? Partout, on réunit, revenant à des nations primaires et seule l'Afrique manquerait le saut nécessaire de l'histoire ? Nous avons vécu des millénaires entre nous et souvent en bonne intelligence grâce à la sagesse des chefs coutumiers.

Voici le texte qui m'a été envoyé car je n'ai nullement de développer ma pensée ici, le but de cet écrit étant de montrer l'efficacité de nos chefferiesassociées ensemble dans une institution - même si la mise en place d'une telle structure nécessite un encadrement juridique auquel nous avons déjà réfléchi. Nous en parlerons dans des conférences car l'UPIERAD grandit dans ses idées en privilégiant le mode de la clandestinité pour agir avec plus de quiétude...

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

carte_grandslacs.jpgDans le Bandundu au nord-est de Kinshasa, de nombreux conflits intercommunautaires sont résolus par des tribunaux des pairs constitués des chefs coutumiers, là où les tribunaux classiques aux procédures lourdes, coûteuses et rigides échouent souvent.

 

Dans le district de Kwango, les éleveurs des groupements Bonga Banza et Kolokoso jadis rivaux, peuvent aujourd’hui faire paître leurs vaches ensemble et tranquillement. Cela n’était pas possible avant. Le conflit autour des pâturages qui les opposait, entraînait en effet souvent des tueries massives des bêtes dans les deux camps. Mais une solution pacifique a finalement été trouvée par un tribunal des chefs coutumiers, appelé “tribunal des pairs”. "Ce conflit ne nous a pas permis de faire l’élevage de gros bétail, raconte Ntomolombo, un éleveur de Kolokoso. Mais aujourd’hui, ils ont réussi à apaiser les esprits surchauffés entre les deux communautés. Nos vaches broutent dans le même pâturage et chacun reconnaît ses bêtes grâce au marquage au fer rouge qu’elles portent désormais."

 


Les tribunaux des pairs ont été institués dans cette province de la Rd Congo, voisine de Kinshasa (nord-est), à partir de 2007. Les chefs coutumiers de Bandundu avaient constitué cette année là, une commission ad hoc pour trouver des solutions aux nombreux conflits intercommunautaires qui se multipliaient dans leur province. Dans le seul district du Kwilu, ils avaient dénombré alors 300 conflits, fonciers et de disputes du pouvoir coutumier.

 

La justice étatique trop contraignante

 


La plupart d'entre eux ne trouvaient pas d’issue devant les juridictions de l’Etat, lorsqu’elles étaient saisies. Le caractère pénal et obligatoire [des jugements prononcés par les tribunaux], les amendes qu’ils font payer aux justiciables n’arrangent guère les choses. De même, la mutation des juges instructeurs entraîne à chaque fois le renouvellement des dossiers à l’arrivée de nouveaux juges. Et face à ces antagonismes qui ont souvent trait à la coutume, les lois juridiques modernes très rigides se révèlent inadaptées.

  


"Dans tous les tribunaux où nous sommes passés pour comparaître, la justice ne cessait de diligenter des enquêtes qui nous ont coûté beaucoup d’argent", explique David Ngamba, prétendant chef de groupement de Falwono, dans le territoire de Bagata qui se disputait ce trône avec son cousin. Ce conflit empêchait les populations d’aller en forêt faire la cueillette des champignons qui les font vivre, "de peur d’être attaqué par les partisans de l’un ou l’autre prétendant", raconte Nicoline Mbaya.

  


Il a été résolu par un tribunal des chefs coutumiers. Celui-ci a imposé aux deux prétendants le respect strict des conditions d’accession au trône tel que le prévoit leur coutume, et la liberté d’exploitation de la forêt par les populations autochtones. A présent, "nous allons cueillir librement nos champignons sans être inquiété", se réjouit Mamie Kasanza, une agricultrice du village Kidongo dans le groupement Mbaya Bidiar.

 

Des chefs très écoutés

 


Le district de Kwilu a été le premier à privilégier ce mode traditionnel de résolution des conflits. Le recours à la loi coutumière, généralement bien observée par les chefs traditionnels, explique ce succès. Bien écoutés et respectés par leurs populations, ils parviennent mieux à ramener la paix, le calme et l’entente entre les communautés.


Dans ce district, l’une des rivalités la plus dramatique a opposé pendant longtemps deux groupements (Mulombo et Ngumina) du territoire de Bulungu. Ils se disputaient l’exploitation d’une forêt riche en bois. Les affrontements avaient entraîné des tueries dans les deux camps. Le problème a été résolu par le tribunal des chefs coutumiers de Tshimbane. Désormais, "toute exploitation de la forêt jadis querellée doit obtenir l’accord du tribunal des pairs même pour les exploitants venus d’ailleurs", explique Nestor Kazinza, du groupement Ngumina. Depuis ce règlement, les populations locales se rencontrent dans ces forêts où ils font de la cueillette, sans faire allusion aux événements de triste mémoire qui les avaient longtemps opposées.

 

Source : (Syfia Grands Lacs/Rd Congo) 28/10/2010

 

http://syfia-grands-lacs.info/index.php5?view=articles&action=voir&idArticle=1919

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg