Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 10:45

Une lecture rapide de mes correspondances m'a permis de vous donner les chefs d'accusation concernant quelques prévenus comme TSOUROU, IKONGA, SAOUSSE, MOPITA et Jean ATIPO KAPA. Et vous allez avoir des surprises car certaines accusations n'ont aucun lien apparent avec l'affaire - surtout en ce qui concerne le colonel Marcel  TSOUROU.

Il semble que ce soit le lundi 7 mai 2012 vers 12 heures 30 que des policiers dépêchés par Jean François Ndenguet, chef de la police nationale, accompagnés de blindés légers, sous le contrôle des colonels EPELI et BOUITY, ont conduit les colonels Marcel TSOUROU, Germain IKONGA,  AKINDOU, INGANI, SAOUSSE, entre autre prévenus auprès du procureur de la république au palais de justice à Brazzaville.

Le procureur de la république ESSAMI-NGATSE a donné le dossier des prévenus au doyen des juges OKO NGAKALA qui a décidé de déférer les prévenus à la maison d'arrêts aux motifs  suivants :

- Marcel TSOUROU : atteinte à la sûreté de l'Etat, détention illégale d'armes de guerre, contrefaçon de billets de banque, arrestation, détention, séquestration arbitraire, complicité.

Arrêtons-nous un instant sur ces chefs d'accusation : on suppose que l'accusation d'atteinte à la sûreté de l'Etat qui est très grave peut être prouvée. TSOUROU devra chercher d'autres avocats puisque maître MALONGA et maître OMBESSA sont aussi aux arrêts. A-t-il vraiment attenté à la vie de Denis Sassou Nguesso ? Comment peut-on accuser un officier supérieur de l'armée de détention d'armes de guerre si son métier lui autorise à en détenir ? A-t-on prouvé que TSOUROU détenait des armes de guerre non répertoriées par l'armée nationale ? Nous estimons que celles-ci n'ont pas manqué d'être jointes au dossier.

Nous ignorions que le colonel TSOUROU faisait aussi de la contrefaçon de billets de banque - même s'il est à noter que ce chef d'accusation n'a rien à voir avec le drame du 4 mars 2012. En effet, la contrefaçon relève du droit commun et on ne voit pas comment contrefaire des billets de banque peut provoquer des explosions. Arrestation, détention, séquestration arbitraire, rien  qui puisse renvoyer à des explosions. Reste la complicité.  Qui sont les complices ? Les a-t-on arrêtés, entendus ?

- Germain IKONGA : complicité et blessures involontaires, détournement de deniers public. La complicité reste floue et rien ne laisse à penser qu'elle a quelque chose à voir avec les explosions tout comme le détournement de denier public - à moins que ce dernier ait quelque chose à voir avec le déplacement des camps militaires et des armes.

Les blessures involontaires pourraient quant à elles bien renvoyer à l'affaire mais il faut préciser le contexte juridique  : lorsqu'un individu est accusé de blessures involontaires, il faut qu'il les ait causées de façon involontaire comme dans un accident de voiture où l'intention de les causer n'existe pas. Il en de même de l'homicide involontaire qui est dû à une action directe d'un individu dont le but n'était pas de causer la mort mais qui la provoque involontairement. L'action est imputable à l'individu mais l'intentionalité de causer la mort n'est pas clairement établie. La qualification même des motifs est sujette à caution.

- André Joseph SAOUSSE : Homicide et blessures involontaires. Les arguments invoqués supra restent valables dans ce cas aussi.

- Jean Claude MOPITA : Homicide et blessures involontaires. Cela ne peut être imputable que s'il est établi que d'une manière ou d'une autre ce monsieur a provoqué les explosions qui ont causé le décès de nos concitoyens. L'accusation semble exagérée nonobstant le fait que l'on ne doit pas exempter de responsabilités IKONGA, SAOUSSE ou MOPITA. Il est possible de convaincre MOPITA de négligence, d'irresponsabilité mais en tout cas pas d'homicide ou de blessures involontaires comme s'il les avait causés par inadvertance.

L'accusation est tout simplement mal tournée et quel que soit le niveau de responsabilité de nos compatriotes militaires, nous ne pouvons pas accepter l'injustice. Oui, par rapport à leurs responsabilités, ils sont certainement redevables devant la justice mais la qualification est exagérée si la cause exacte de la première déflagration ou des explosions est mal établie.

Jean ATIPO KAPA : Homicide et blessures involontaires. On peut reprendre les mêmes observations supra.

- Caporal-chef Blood KAKOME KOUVACK : Incendie involontaire, destruction de la propriété immobilière d'autrui (involontaire aussi puisque l'incendie est involontaire) et assassinat. C'est le petit poisson qui paye le plus gros prix. S'il est avéré qu'il a provoqué involontairement l'incendie, ce qu'il faut encore prouver, c'est la première personne responsable dans cette affaire - même si nous estimons que l'accusation d'assassinat est sévère pour un incendie prétendument involontaire. En fait, s'il a causé involontairement l'incendie, en quoi les prévenus précités peuvent être responsables des conséquences de son acte ? Il se peut que l'assassinat concerne une autre affaire...

Par extrapolation, on pourrait déduire que les accusations des autres prévenus - à quelques exceptions près - sont identiques.


Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Congolais averti 15/05/2012 09:08


Caporal chef BLOOD KAKOME KOUVAC, une autre espece d' ONTSOU, MIZELE, et KIANGILA, un petit  poisson qui ne sait s' exprimer pour incriminer les gros poissons. une vieille technique, proces
Marien Ngouabi et explosion Maya Maya, .Vous allez voir parfois aucun lien de complot entre les prevenus et le Caporal sera le lien Pauvre de lui.

Le Lion de Makanda (LDM) 15/05/2012 11:17



Nous avons en effet l'impression que ce petit caporal-chef tombe à point nommé pour payer le plus grand prix parce qu'iil faut bien une victime expiatoire pour les péchés d'un autre comme
le Christ l'a été pour les péchés de tous. Ce qui me fait défaut, c'est l'accès au dossier lui-même pour voir comment les faits ont été établis et surtout pour juger des pièces jointes
comme preuves : le feu a pour conséquence de faire disparaître avec lui lesdites preuves et vu le souffle de l'explosion qui a tout rasé,


IL NE PEUT Y AVOIR DE TEMOINS OCULAIRES. JE SUIS ETONNE QUE CELUI QUI AURA PROVOQUE L'INCENDIE INVOLONTAIRE SOIT TOUJOUS EN VIE ! EN EFFET, INCENDIE EST UN EUPHEMISME PUISQU'IL S'AGIT EN
FAIT D'UNE EXPLOSION ! A MOINS QU'IL N'Y AIT EU UN DEBUT D'INCENDIE QUI AURA DECLENCHE L'APOCALYPSE ET LA-DESSUS, JE VEUX TOUT SAVOIR ET DEMANDE AU GOUVERNEMENT DE NOUS DIRE CE QUI S'EST
REELLEMENT PASSE.


Nous ignorons tout de même comment a été déclenché le premier incendie INVOLONTAIRE à partir duquel les autres incidents se sont enchaînés. Et le fait que la justice
reconnaisse le caractère involontaire de l'incendie a pour incidence que tout ce qui suit rentre dans un criterium d'involontariat. OR, IL N'Y A PAS D'ASSASSIN INVOLONTAIRE ; CE QUI
DONNE L'IMPRESSION QUE CETTE AFFAIRE A ETE L'OCCASION POUR LE POUVOIR DE REGLER QUELQUES CONTENTIEUX ANTERIEURS, DE SOLDER CERTAINES RIVALITES, D'ECARTER DES PARTENAIRES AMBITIEUX OU
GENANTS.


Le caporal-chef BLOOD porte deux croix : celle de l'assassinat qui fait de lui un assassin, un meurtrier intentionnel, un tueur peut-être de masse ; ce qui au  pénal - s'il en est convaincu
- lui vaudra la plus grosse condamnation ; la seconde est celle de la destruction immobilière de biens d'autrui sujette à d'extravagants dommages et intérêts et nous savons que le maigre salaire
de monsieur BLOOD (un prénom ensanganté) ne fera pas le poids. Je me demande pourquoi l'Etat construit des logements aux sinistrés en remplacement des disparus si KOUVAK est le seul coupable ?
Certes ce caporal qui n'aura peut-être pas les moyens de se payer un avocat ne peut pas payer les dommages et intérêts mais n'y a-t-il pas lieu de se demander si cet incendie est survenu
dans l'exercice de ses fonctions puisqu'il est involontaire ?


En tout cas, je parie que ce procès fera briller la défense car si le pouvoir avait obtenu facilement des preuves tangibles, il n'aurait pas eu besoin de deux mois pour déférer les prévenus
devant la justice. Connaissant les méthodes du pouvoir, il se peut que des aveux aient été obtenus sous la torutre ou sous l'intimidation et nous nous délectons d'avance à l'audience que
nous espérons publique car LES CONGOLAIS ONT LE DROIT DE SAVOIR - PUISQUE MEME LES MILITAIRES NE SONT PA PASSIBLES DE LA COUR MARTIALE...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg