Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 21:08

Malus invocat malum. Le mal appelle le mal. Cela depuis la mort de Marien Ngouabi jusqu'à l'explosion du 4 mars 2013. Depuis l'explosion des vies innocentes au petit matin à cause de l'incompétence de la hiérarchie militaire ayant pris le risque de garder sans respect des consignes de sécurité des explosifs civils, le mal se préserve par le mal comme s'il n'existait pas une une autre voie. On accable des innocents à la place des coupables, on juge les faibles, on choisit un bouc émissaire en la personne du colonel Marcel Ntsourou. Personne ne peut comprendre pourquoi une chambre où dormait un caporal-chef pouvait permettre que le feu prenne dans le local où des produits dangereux étaient stockés. Il n'y avait donc pas une isolation suffisante ?

A peine deux jours, nous disions que le colonel Marcel Ntsourou allait s'attirer des ennuis en affirmant qu'il était prêt à témoigner dans l'affaire des disparus du beach si un juge français le lui demandait. Sassou via Okiémy rétorquait qu'il était un officier supérieur sous obligation de réserve, c'est-à-dire de silence pour laisser triompher le mensonge.

Il semble que le pouvoir des crocodiles du PCT se soit dit qu'une mise en garde ne suffisait pas pour intimider le colonel Marcel Ntsourou rempli de rancoeur pour avoir été arrêté dans une affaire qui ne le concernait en rien. Il aurait dû se taire au lieu de l'ouvrir dans cet entretien à RFI. La seule raison du pourvoi en cassation introduit par le parquet général près la cour d'appel auprès de la cour suprême vise à rejuger le sieur Marcel Ntsourou pour l'enfermer en prison afin qu'il ne parle pas. En effet, tout le procès-inquisition était orienté Ntsourou, le nouveau le sera aussi.

Dans le monde éléphantesque de Sassou, il faut une plus grosse erreur pour masquer une autre. Donc la Lettre du Continent s'était bien trompée dans son analyse quand elle estimait que Sassou avait demandé un jugement clément concernant Marcel Ntsourou pour ne pas s'aliéner l'électorat téké. Sassou se fiche de l'électorat téké puisque les élections présidentielles ne sont que des mascarades. Il est président à vie et le reste ne sert qu'à divertir la communauté internationale. C'est parce qu'il n'en a pas fini avec cette affaire qu'il a empêché le juge Mathurin Bayi à quitter le pays. Nous soupçonons que ce ne soit lui qui à nouveau rejuge l'affaire pour assouvir la soif de vengeance du pouvoir.

On ne doit pas croire que l'on va juger les vrais coupables cette fois-ci, que la hiérarchie militaire va rendre des comptes. Sassou se bat dans l'arène du droit français et il sait que son poids d'éléphant en milliards de dollars ne le sortira pas de ce pétrin. Je rigole quand Sassou publie un texte de la reine Ngalifourou des tékés, dans le journal du griot blanc, la Pie qui Agace pour essayer de faire lâcher prise à la justice française oubliant  qu'il a affaire aux descendants de De Brazza et que ce sont eux qui ont signé un contrat avec lui et non la reine Ngalifourou. Il ne sait plus quoi faire. La reine Ngalifourou n'a pas agi de son plein gré : Sassou l'a poussé à publier un texte chez la Pie qui Agace. Mais réussira-t-il à se tirer des griffes redoutables de la justice française ?

Pas cette fois-ci. Il essaie les meetings comme le dernier devant l'ambassade de France. Comme par hasard, Ngakala est le seul membre du PCT pour y participer. Pourquoi les Djombo, les Okiémy, les Yoka, les Ossébi, les Moungalla, les Claudia Sassou, les Kiki, ne sont pas aux avant-postes ? Ce sont des membres du PCT et en France, nul ne peut imaginer qu'un meeting de soutien à François Hollande ne voit pas les ministres, députés et sénateurs ps en première ligne. Pourtant nous n'avons pas vu les Obami Itou devant l'ambassade de France. Quand l'on sait que les familles de certains ministres sont en France, on comprend qu'ils aient peur d'apparaître en première ligne parce que la France pourrait leur interdire le visa d'entrée en métropole. Pas la peine d'aller loin pour comprendre combien ils ont besoin de la France : Mvouba est l'homme qui critiquait la France en en ces mots : "ils ont caressé le dessein secret...", pourtant, il n'a pas hésité à aller se faire soigner en France. Tous savent que la France est un refuge et qu'il n'est pas toujours bon de se la mettre à dos. Aussi, attendus au meeting, comme disent nos frères du Pool : "Ba dzokélé..."

Pour revenir à Marcel Ntsourou, il n'est que l'un de ceux qui savent la vérité sur les assassinés du beach et  autres crimes du système inique Sassou. Ce caillou dans la chaussure du pouvoir reptilien de l'Alima ne partira pas tout seul. Des gens doivent payer. Et cette fois-ci, pas des innocents...

COURS_SUPREME_APPEL.jpg

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg