Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 22:36

C'est un problème complexe : en effet, si la dictature utilise les ressorts de la démocratie pour se maintenir au sommet de l'Etat, comment faire pour la débusquer de cette position ? Tu comprends que je fais le juge et estime que tu n'as pas tort mais eux aussi n'ont pas tort mais la question fondamentale est bien entendu celle qui se pose sur le comment. Avant, la dictature était instable à cause d'une éventualité de coup de force militaire ; à présent, elle prétend que tout le monde peut passer par la case élection. Or, c'est la dictature qui organise les élections. Il faut donc lui ôter ce pouvoir et créer un système avec des organisateurs onusiens venus de l'extérieur mais la dictature crierait à une ingérence dans les affaires intérieures du pays. Je suis pour des élections sous caméras filmées 24 heures sur 24 jusqu'au dépouillement. La transparence doit être totale mais il y a les listes électorales faussées à cause des électeurs non nationaux munis de fausses pièces d'identité. D'où mon inquiétude de voir un pont entre le Congo et la RDC.

Il faut donc rendre l'élection impossible à organiser pour pousser la dictature à faire de la CONEL un instrument neutre voire mixte où tous les partis en compétition seraient représentés mais même cette solution comporte un risque : celui de maintenir la dictature au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel.

Les candidats aux élections ne partent pas sur le même pied d'égalité puisque ceux soutenus par la dictature bénéficient des moyens de l'Etat. Bref, le processus démocratique est faussé à la base et il y a fort à faire pour le redresser puisque la dictature ne veut pas céder du terrain. En effet, la dictature incarne l'Etat, c'est-à-dire le pouvoir d'organiser, de mobiliser les institutions et même de sévir par la force. Nous sommes toujours dans une impasse.

En fait, tout dépend de la façon dont on accède la première fois au pouvoir ; le reste n’est qu’une affaire de maintien plus ou moins subtil au travers de la dictature « démocratiquement élue ». D’autant que la conception du pouvoir du clan Sassou & Nguesso est celle d’un gibier que l’on a capturé et qui ne doit plus s’échapper – alors que démocratiquement parlant, le pouvoir est le fait de la volonté du peuple mais cette conception est récente et date d’à peine un peu plus d’un siècle ; elle est partie de la révolution française et nous savons tous que c’est une histoire brutale.

En Afrique, il faut affermir la démocratie car le peuple n’a pas encore conscience de son pouvoir. C’est un pouvoir nouveau qui ne date même pas de 50 ans puisque notre démocratie ne remonte qu’à 1992. Le travail que j’ai commencé d’éduquer le peuple en fait partie.

La démocratie a des étapes : démocratie élective => démocratie de projets confrontés => démocratie de droit du citoyen. La démocratie élective peut jouer la carte de l'éthnie ou de la supercherie électorale ; nous en sommes encore là. La démocratie de projets confrontés s'élève au-dessus de notre proximité atavique au candidat pour examiner ce qu'il propose vraiment. La dernière est la plus complète car elle suppose un système judiciaire garantissant les droits de l'individu au-delà de toute alternance politique et contient en elle la seconde.

Nous sommes une nation d’ethnies qui n’ont jamais fait une véritable alliance pour vivre ensemble. Nous avons été forcés de vivre ensemble par le colon français – seuls ses intérêts comptaient et ils ne comprenaient pas le fait de faire de toutes les ethnies du Congo une vraie nation car les Français savaient que cela se retournerait contre eux.

A l’indépendance, il y a eu des problèmes qui ont dégénéré en conflit en 1958, chaque groupe ethnique voulant exercer le pouvoir au nom de tous mais d’abord dans son propre intérêt. Chaque ethnie envisageait en fait de poursuivre la machination coloniale car la « république » était programmée de la sorte comme un logiciel socio-politique qui ne savaient faire que produire des différences et des privilèges – exactement comme à l’époque coloniale où les colons au pouvoir avaient des droits et des intérêts différents de ceux des autochtones rassemblés comme on rassemble un troupeau.

A Berlin, on a partagé l’Afrique comme des chasseurs se distribuent de la viande de bœuf. Chaque chasseur a aggloméré ses parts même si elles ne sauraient constituer une cuisse, une tête, etc. Mettre des hommes ensemble et décréter l’indépendance pour ensuite monter de toute pièce une nation sur papier ne suffit pas. Il fallait une vraie alliance des TSIS traditionnels avant, un pacte pour fonder une nation non à l’image des Blancs mais à notre ressemblance. En effet, la république a pris corps sur la société coloniale, le palais du gouverneur devenant le palais présidentiel. La société coloniale avec son chemin de fer était tournée vers l’exportation de nos richesses en direction de l’occident (bois, pétrole, or, diamant, fer, etc, comme si nous n'en avions pas besoin nous-mêmes !). C’est ce qui se passe toujours aujourd’hui.

 

Nous devons construire le Congo ici et maintenant car ce qui prévaut, c’est toujours un ersatz de colonie pilotée par un gouverneur noir. En France, Bretons, Gaulois, Normands, Celtes, Francs, Alsaciens, Corses, etc., ont réussi à surmonter leurs différences pour faire une nation. Nous pouvons y arriver : il nous suffit de donner la première place à l’identité républicaine mais il nous faut d’abord tourner notre société vers nous-mêmes et non vers le service des puissances du monde. NOUS AVONS BESOIN D’UNE NOUVELLE ALLIANCE FONDATRICE DE LA NATION CONGOLAISE QUI N’EXISTE PAS ENCORE…

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

sarah 13/03/2014 11:10


C'est partout en Afrique où le mot démocratie est utilisé régulièrement alors que nous nous trouvons dans une dictature déguisé. Nous sommes loin de la démocratie et ça la majorité de la
population est loin de s'en douter. Merci pour l'information,c'est toujours un plaisir de vous lire.

Le Lion de Makanda (LDM) 13/03/2014 11:34



Sarah, bonjour. C'est moi qui vous remercie. La transformation des idées est le plus rude travail que l'homme ait jamais fait - surtout quand il existe des puissants qui veulent que vous
demeuriez dans les ténèbres de l'ignorance...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg