Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 13:23
L'adage est bien connu  : " Citoyens, résistez à toute forme d'oppression, quelle qu'elle soit , par tous les moyens ! " Le monde en effet se divise en deux parties : l'espace démocratique et l'espace non démocratique auquel appartient le continent africain à quelques exceptions près comme l'Afrique du sud qui n'est pas sans rappeler l'apartheid, ce crime odieux que l'occident a affligé à l'Afrique avant de ne plus opérer que par les dictatures comme celles qui existent au Congo-Brazzaville, au Gabon, au Congo démocratique. Certes, la démocratie est un idéal vers lequel tend l'Europe et qui apporte aux nations qui la pratiquent progrès et bien-être collectifs - tout en garantissant des accès légitimes aux plus hautes institutions du pouvoir politique national mais elle vaut mieux que toutes les autres formes de gouvernance. L'Europe et ses filles ont gagné ce pari et on en vient à se demander si la démocratie est juste bonne pour l'Europe et, si tel est le cas, on devra répondre à la question suivante : " Pourquoi ce qui est bon pour l'Europe ne le serait pas pour le reste du monde ? Après tout, même en Europe, l'expérience de la démocratie dans son expression moderne n'est pas si vieille que ça. On sent encore de nos jours en Europe le soufre des empires et des royautés... Et il faut ajouter une précision de taille : la survivance des dictatures en Afrique et dans le monde subsiste avec l'aide des puissances occidentales qui veulent poursuivre l'exploitation éhontée des autres continents comme l'Afrique. A ce jeu-là, la France est docteur-es conservation des dictatures.
Partout, les hommes contestent l'inadmissible de masse, critiquent la mauvaise gestion de la chose publique, proposent une nouvelle façon de faire de la politique, envisagent autrement l'avenir, surtout quand il est sombre comme celui du continent africain, avenir qui prend des teintes anthracites quand on se rapproche du monde noir, un monde richement chaotique où rien ne semble tenir debout sauf les dictatures, ces régences royales déguisées en res publica, en république, des dictatures qui s'efforcent de prendre la peau blanche de la démocratie par le vote, des dictatures qui s'efforcent de se muer en démocraties virtuelles avec des élections de complaisance, comme cela a été le cas aux récentes élections législatives du Congo-Brazzaville ; on pourrait ajouter l'élection présidentielle du congolo(par adoption)-rwandais Joseph Kabila Kanambé (1).
Parmi les formes de la résistance, quand la résistance institutionnelle qui passe par la vie des partis politiques ne suffit plus, il y a la résistance armée qui n'est pas forcément illégitime même si souvent taxée de rébellion car tout doit être fait pour se libérer des fers de l'oppression de l'homme par l'homme, du peuple par un groupuscule tenant le bâton du pouvoir. Au Congo-Brazzaville, celle-ci n'est plus représentée que par Bitsangou alias pasteur "Ntumi", un prédicateur du salut et de la mort qui tient la Bible (Dieu) dans la main gauche et une Kalachnikov (Satan) dans la main droite. Hélas, Ntumi se lasse peu à peu d'une guerre que Sassou esquive et aspire désormais à entrer dans l'arène politique où se jouent intrigues par chaises musicales de positionnement et gros sous par la possibilité de détourner le denier public. Sassou a flairé son appétit qu'il a aiguisé en lui fournissant des pétrocfas et lui demande de déposer des armes, son seul moyen de pression, s'il veut transformer son organisation militaire en organisation politique. Choix cornélien...
De tout lieu, même la démocratie n'a jamais vraiment supplanté la théâtralisation de la politique dont la quête suprême, le graal, reste le plus grand pouvoir, la présidence de la république.
Nous nous interrogeons dans ce propos sur le nouveau visage de la résistance congolaise, telle qu'elle apparaît désormais. Cette résistance politique est  curieusement apolitique car elle ne passe plus par les canaux traditionnels de la résistance politique qui se fait par opposition politique par le biais des partis. Au Congo-Brazzaville, la résistance ne passe plus par les partis politiques et les politiciens presque tous corrompus. Il suffira que Poungui prenne la présidence de l'UPADS pour qu'il n'y ait plus de résistance du tout car cet homme est un parent du général Sassou. Kolélas s'est déjà rangé dans sa nouvelle famille sassouienne. La résistance par les partis politiques est moribonde, désorganisée, encline à des luttes de pouvoir inutiles, corrompue comme jamais au Congo-Brazzaville car cette élite n'a pas su s'extirper des pesanteurs de l'argent facile. La vraie résistance congolaise est devenue associative, indépendante, elle qui surfe sur la grande oreille universelle de l'araignée (web). S'alliant avec des associations comme survie (où militent de nombreux congolais), les associations congolaises portent l'estocade et Sassou est bien obligé d'en appeler à maître Sarko, grand souverain des ex-toujours-colonies françaises, pour se tirer du piège des procès qui se profilent à l'horizon. Il y a aussi tous ceux qui ont créé des sites internets, des blogs comme demainlecongobrazzaville qui a depuis fait des petits qui au vu des statistiques d'audience sont devenus de puissants outils de résistance politique. Cependant, pour que cette résistance joue pleinement son rôle, il faut qu'elle s'organise en partis politiques, en nouveaux partis car les anciens ne sont même pas démocratiques et il n'est pas sûr qu'ils aient pour vocation de conquérir le pouvoir et de rendre le peuple congolais heureux... Pourquoi au Congo ne naissent plus de nouveaux partis ? C'est le signe d'une sclérose
Le web a libéré les bouches cousues qui avaient peur de se dévoiler en parlant. Quiconque écrit parle et qui parle sur la grande oreille (web) est entendu parce que lu. Internet est aussi devenu malgré lui un outil politique où l'information est jetée de façon anonyme (on le croit mais c'est une illusion car tout ordinateur est répertorié) à toute l'humanité. Peu importe la langue dans laquelle on écrit car des traductions sont possibles : nous sommes surpris de voir des articles de DCB cités en anglais ! Le web est devenu comme le bitoto des Yumbés où tout entre dans la marmite car tant d'affamés de l'information guettent.
La démission des politiques congolais à proposer une vraie alternative en est l'explication majeure : Sassou tient les vieux loups de la politique nationale, ces "gros poissons", par le ventre car au Congo, l'homme politique a le cerveau et le coeur dans l'estomac comme le kundu, l'organe de la sorcellerie qu'on prétend y trouver...
En tout cas, cette nouvelle résistance indépendante des politiques agace le président Sassou et toute l'oyocratie tant elle n'est plus circonscrite à l'espace national où chantage, assassinats et corruptions sont possibles. La résistance est devenue éclatée à toute la planète et toutes les informations qui nous semblaient inaccessibles le sont désormais (2). Il fut un temps où il était impossible de connaître les frasques de la famille Sassou mais plus maintenant. Internet, on pourra toujours clamer qu'il s'agit d'un espace de liberté mais de liberté surveillée, travaille malgré lui pour la démocratie par le brassage des idées en permettant le plus grand échange d'informations jamais rêvé. Le web est devenu la plus grande bibliothèque en ligne de tous les temps où l'on peut trouver des trésors (3) ou des babioles. L'Amérique ne se doute pas que son idéal de liberté qu'elle essaie malencontreusement de transposer à toute la planète ne se fera pas par les armes mais par le web qui crée une nouvelle culture politique en démocratisant l'idéal de la démocratie. Ceux qui vivent dans des horizons plus cléments veulent que les choses changent dans leurs pays d'origine et pour les Congolais, la France demeure le creuset de référence. La plus grande partie des intelligences nationales s'est refugiée en France.
La guerre politique, on le voit partout, est aussi une guerre de l'information et de la désinformation et l'on joue allègrement dans les deux registres. Devenu un grand village informationnel, le monde ne cache plus que ses apparences car avec l'univers du numérique, tout peut se savoir car tout ordinateur (et un serveur en est un) peut se pirater.
Il faut à présent passer de cette résistance libre à une résistance plus politique en créant de nouveaux partis, en suscitant de nouveaux leaders, plus éthiques, plus patriotes, plus humains afin de construire au Congo-Brazzaville, au Congo démocratique, au Gabon, bref dans toute l'Afrique, et partout où les hommes sont dans les fers de l'esclavage, un avenir qui regarde les peuples en face au lieu de leur tourner le dos...
----------------------------------------------
(1) Il apparaît désormais clairement que Joseph Kabila Kanambe est le fils adoptif de feu le président Joseph Kabila, toute chose dite, personnage aux origines troubles comme Mobutu ( lire bientôt l'article : "Ces présidents africains venus d'ailleurs...")


(2) Une ONG publie sur Internet les dépenses de Christel Sassou-Nguesso réglées grâce à un compte offshore.

http://www.congo-internet.com/congoforum/http://www.congo-internet.com/congoforum/La famille Sassou-Nguesso n'aime pas ce genre de publicité. L'ONG Global Witness , qui milite contre la corruption, a récemment publié sur son site Internet une série de documents bancaires retraçant les dépenses personnelles de Christel Sassou-Nguesso, le fils du président du Congo.

Des dépenses somptuaires effectuées à Paris ou Marbella, et réglées grâce à un compte off­shore, bénéficiaire indirect de recettes pétrolières de l'Etat congolais. Parmi ses fournisseurs habituels : Louis Vuitton, Dior, Chanel. Un tribunal londonien a débouté Sassou-Nguesso fils de sa requête visant à censurer le site (1). Global Witness a récupéré ces documents à l'occasion des nombreuses procédures judiciaires (à Londres, New York ou Hongkong) opposant l'Etat congolais et des «fonds vautours», structures financières souvent basées dans des paradis fiscaux, spécialisées dans le rachat à bas prix de la dette publiqueu déficit public de pays surendettés du tiers-monde.

Cargaisons. Au Congo-Brazzaville, le fonds Kensington (îles Caïmans), après avoir racheté pour 10 millions de dollars une créance dont la valeur était à l'origine de 80 millions, exige le remboupsement de 300 millions de dollars (compte tenu des intérêts de retard). La tâche des créanciers privés se résume à rémunérer des cabinets d'avocats en vue de saisir des cargaisons pétrolières ou le moindre avoir bancaire.

Pour échapper à ses créanciers, l'Etat congolais a mis en place une invraisemblable usine à gaz, sa compagnie pétrolière (SNPC) passant contrat avec des intermédiaires tropicaux dans la plus parfaite opacité, avec le soutien logistique de BNP Paribas. Denis Sassou-Nguesso se justifie : «Nous continuerons de nous opposer à cette forme de pillage, de gangstérisme. Nous n'avons pas caché de l'argent, nous avons plutôt protégé les ressources du Congo pour qu'elles lui reviennent.» Audacieuse posture, compte tenu de l'évaporation proverbiale en Afrique.

Coquille. La dernière procédure initiée à Hongkong par Kensington, outre qu'elle oblige le Congo à brader son pétrole en deçà des cours mondiaux, a mis au jour un système de dérivation au profit de son fils, Christel. Président de la Cotrade, filiale de la SNPC chargée de commercialiser son pétrole, il est l'ayant droit personnel d'une coquille offshore, Long Beach Ltd. Basée à Hongkong et gérée par une fiduciaire d'Anguilla, elle bénéficie d'un «contrat de consulting» passé en 2004 avec une autre structure créée par la SNPC, Sphynx Bermuda. Bref, le pétrole congolais alimente les dépenses personnelles de Christel Sassou-Nguesso, payées en carte Gold. CQFD. Et ce qu'il ne fallait surtout pas mettre en ligne.

www.globalwitness.org

 

 (3) CITATIONS :

***********************
"Un OUI n'a de sens que si celui qui le prononce, a la capacité de dire NON..."
(Lamine Guèye [1891-1968], premier Président de l'Assemblée nationale de la République du Sénégal).
************************
"La pseudo démocratie que nous connaissons au Gabon n’est-elle rien d’autre qu’une dictature qui ne dit pas son nom. Une dictature qui a muselé le peuple et a créé un semblant d’opposition afin de se donner bonne conscience démocratique. Le régime gabonais dirigé par Omar Bongo Ondimba est une dictature..."
(Siméon J Francis EKOGA - Président du Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais - RDPG)
************************
"Houphouët-Boigny a rendu la Côte d'Ivoire riche et moi je dois rendre les ivoiriens riches..."
(Laurent Gbagbo  Président de la République de Côte d'Ivoire)
************************
"Mon combat est un combat d'idées, et mes armes sont la plume et la parole..."
(Alpha Condé - Président du Rassemblement du Peuple de Guinée)
************************
« Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit »
(Nelson Rolihlahla Mandela)
************************
« Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; c’est l’indifférence des bons. »
(Martin Luther King [1929-1968], Pasteur américain, leader des droits de l'homme)
************************
" Il n’y a pas de dignité sans liberté : nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage ..."
(Ahmed Sékou Touré [1922-1984], ancien Président de la République de Guinée)
************************
La lutte contre l'impérialisme pour rompre les liens coloniaux et néo-coloniaux, qu'elle soit menée avec des armes politiques, des armes réelles ou avec les deux à la fois, n'est pas sans lien avec la lutte contre le retard et la misère ; toutes deux sont des étapes sur une même route menant à la création d'une société nouvelle, à la fois riche et juste.(...)
(Ernesto "Che" Guevara [1928-1967], révolutionnaire et homme politique argentin)
************************
"...Ensemble, organisons-nous et barrons la route à l’exploitation, ensemble organisons-nous, vous de là-bas et nous d’ici, contre ces temples de l’argent. Aucun autel, aucune croyance, aucun livre saint ni le Coran ni la Bible ni les autres, n’ont jamais pu réconcilier le riche et le pauvre, l’exploitateur et l’exploité. Et si Jésus lui-même a dû prendre le fouet pour les chasser de son temple, c’est bien parce qu’ils n’entendent que ce langage..."
(Capitaine Thomas Isidore Sankara [1949-1987], ancien Président du Burkina Faso) 
************************
"...Mais ma foi restera inébranlable. Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs et extérieurs, qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur..."
(Patrice Emery Lumumba [1925-1961], leader nationaliste congolais)
************************
" En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal."
Nicolas Machiavel, [1469-1527] est un penseur italien de la Renaissance, théoricien de la politique et de la guerre.
************************
« Feindre d’ignorer ce qu’on sait, de savoir tout ce qu’on ignore, d’entendre ce qu’on ne comprend pas, de ne pas voir ce qu’on entend..., voilà toute la politique »
(Pierre Augustin Caron de Beaumarchais [1732-1799], écrivain et dramaturge français)
***************************
« Notre plus grande gloire n’est point de tomber, mais de savoir nous relever chaque fois que nous tombons »
Confucius, en chinois Kongfuzi (551 à 479 avant Jésus-Christ), philosophe chinois
************************

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg