Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 23:20

Quelques jours après les élections législatives de 2007, nous commençons à voir un peu plus clair. Sassou a encore brillé par son incompétence coutumière car partout, on clame que le scrutin s'est très mal déroulé et à connu beaucoup de dysfonctionnements ! Sur le blog http://congo-biensmalacquis.over-blog.com/, on apprend que Baboutila Armand, directeur général des affaires électorales, a été remercié pour incompétence :

"Baboutila Armand: C'est le désormais célèbre directeur général des affaires électorales, viré pour incompétence notoire après le bordel historique des législatives du 24 juin 2007. Les bonnes âmes le présentent comme un pauvre lampiste qui paie à la place d'Ibovi. Lampiste ou non, ce maître assistant à l'université Marien-Ngouabi a fait du chemin en Sassouland, et pris du galon depuis  2002. Une ascension qui laisse plus d'un sans voix. Comme universitaire, on a vite fait le tour de ses travaux: ils n'existent pas. Personne ne lui connaît de recherche majeure, pas une seule participation à un colloque, pas le moindre petit article, même le plus insignifiant qui soit. Le néant absolu. Mais comme brillant et servile serviteur du pouvoir, Sassou n'a jamais eu à s'en plaindre. En 2006, il le nomme préfet pour services rendus lors de la mascarade électorale de 2002. Il avait fait merveille, l'ami Armand, en validant les résultats concoctés dans les bureaux de Mpila. Maintenu à la tête d'une Conel fortement dotée, « l'intellectuel » s'est laissé prendre au piège de la vie facile. Les milliards de francs mis à sa disposition en vue d'organiser le triomphe électoral du régime lui ont tourné la tête. Comme c'est l'usage dans ce pays, il a puisé dans la caisse et s'est abondamment servi. Devenu subitement fortuné, il a délaissé sa mission à la Conel pour s'occuper exclusivement de ses affaires personnelles. Le petit nouveau petit roi du pétrole avait la tête ailleurs. Il pensait à ses facturations tous azimuts. Un compte bancaire en France directement alimenté par les entreprises, et le tour est joué. Acquisition d'un vaste domaine dans le Pool, achat d'une villa à Vernouillet, près de Dreux, en France. Croyant dorénavant jouer, lui aussi,  dans la cour des grands comme n'importe quel dignitaire du régime, il a entrepris de collectionner des 4X4 de luxe. Il en compte 4 aujourd'hui, mais à 53 ou 54 ans, il a encore le temps d'enrichir sa modeste et prometteuse collection. Ceux qui l'ont connu étudiant de sociologie à Orléans, galèrant dur avec femme et enfants dans des logements miteux, n'en reviennent toujours pas. N'étant ni soldat, ni  natif de Boundji, ni apparatchik du Pct, comment a-t-il fait, se demandent ces envieux, pour entrer aussi rapidement dans les cercles fermés du pouvoir ? Les mauvaises langues, qui ont réponse à tout, ont leur petite idée sur cette fabuleuse ascension. Ils prétendent que c'est l'action du réseau mafieux de la franc-maçonnerie congolaise, dont le grand maître n'est autre que Sassou en personne. Entre frères de lumière, on se serre les coudes et on ne se refuse rien. Pas d'inquiétude donc pour Baboutila. Passé la fièvre électorale, le purgatoire qui lui est promis ne sera plus qu'un épiphénomène sans conséquence que tout le monde aura vite oublié. Le parcours de Baboutila est exemplaire pour les jeunes chercheurs congolais au chômage. On peut être un médiocre sociologue et finir milliardaire en francs Cfa. Il suffit de bien choisir la bonne loge et de savoir courber l'échine."

Brazzaville reconnaît des négligences (source : http://www.afriquecentrale.info/central.php?o=1&s=117&d=3&i=671)

Les autorités du Congo ont beau clamer que le premier tour des élections législatives dimanche dernier s’est déroulé dans la « quiétude", les dysfonctionnements constatés et confirmés par plusieurs observateurs sont patents. D’ailleurs, Brazzaville ne cherche plus à dissimuler la réalité. Jeudi, le directeur général des Affaires électorales Armand Baboutila a été suspendu de ses fonctions pour "négligences".

Selon une note signée par le ministre de l'Administration du territoire François Ibovi, M. Baboutila a été "suspendu jusqu'à nouvel ordre".

"Il y a eu des négligences coupables qu'on ne peut tolérer", a déclaré à la télévision ce ministre.

Le premier tour des élections législatives a commencé dimanche avec plusieurs heures de retard dans la plupart des bureaux de vote de Brazzaville et de Pointe-Noire, la capitale économique du pays.

Un peu partout, l'acheminement du matériel électoral et la distribution des cartes d'électeurs ont connu de nombreux ratés qui ont perturbé le scrutin, comme l'ont relevé l'opposition, mais également les observateurs de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC).

Le président de la commission électorale Henri Bouka avait affirmé mercredi que les fonctionnaires chargés des affaires électorales au ministère de l'Administration du territoire avaient "failli totalement".

"Nous devons courageusement rechercher les responsabilités", avait-il ajouté, estimant que les fonctionnaires avaient "menti" en assurant que tout était prêt pour un bon déroulement du scrutin.

Henri Bouka avait lui-même déclaré juste avant le vote que tout avait été correctement organisé. Mercredi, il a toutefois exonéré les responsables politiques, rejetant toutes les responsabilités sur les fonctionnaires.

Les résultats du premier tour du scrutin n'ont pas encore été publiés.

Publié le 29 juin 2007.

Sans blague, Sassou peut s'étonner que tout ceci ait pu tourner à la mascarade ? Il est le seul qui tire profit de ce désordre et le seul qui aussi récoltera les fruits pourris de cette farce. IL FAUT REPRENDRE LES ELECTIONS LEGISLATIVES DU 24 JUIN 2007. C'est la seule solution valable pour réhabiliter ce scrutin qui a connu une abstention record ! Personne ne sera étonné d'entendre Sassou proclamer que son camp a été vainqueur dans cette pagaille organisée car croyez-moi, en politique, la pagaille est souvent la bienvenue. Comment se fait-il que l'oyocratie n'ait pas pris le temps de vérifier où en était le dispositif électoral dans son ensemble ? Et on fait semblant de s'étonner que les choses aient été mal faites. Non, sans blague, qui peut croire à une telle farce ? LES PLUS BELLES FRAUDES SE FONT SUR FOND NOIR DE PAGAILLE...

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg