Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 08:33

Le 10 mai 2007, la France a commémoré l'esclavage car ce crime a enfin une journée, alors que les journées concernant les crimes perpétrés sur les Juifs sont nombreuses et ont été mises en place bien avant celle rappelant l'abomination faite contre les Noirs, un crime qui a précédé le nazisme et toutes ses horreurs et qui a duré plus longtemps puisqu'il s'est étendu sur plus de quatre siècles ! On peut dire qu'en matière de crimes contre l'humanité, les premiers survenus ne sont pas les premiers commémorés. Cela s'explique sûrement par une disproportion en influence car les Juifs tiennent la bourse du monde et peuvent en imposer, sans oublier que sur le plan politique, ils sont présents dans tous les pays d'Europe à des postes importants, de ministre, etc. Un fils de juif hongrois dirige même aujourd'hui la France. C'est dire qu'ils ont les moyens d'en imposer. Les Juifs et la politique, c'est une vraie histoire d'amour mondiale. En France, combien y a-t-il de députés noirs ? De sénateurs noirs ? De maires noirs ? De présidents de région noirs ? On n'en déduira pas une infériorité politique du Noir mais la question doit au au moins être posée.

 

 

 

 

Il y a plusieurs formes d'esclavage mais une seule revêt le sceau d'un crime organisé en vue d'enrichir un continent au détriment d'un autre, une race au détriment d'une autre : il s'agit d'un esclavage économique qui a transformé l'être humain en monnaie d'échange ! L'existence du code noir montre qu'on a rationalisé l'impensable, qu'il y a eu un consensus sur cette abomination sur tout le continent européen.  Même l'église catholique était d'accord. Qu'on ne vienne pas nous dire qu'il s'agissait d'une erreur, d'un accident ! Il s'agit de la traite négrière, un plan diabolique qui a porté sur plus de quatre siècles. Imaginez des hommes qui viennent de loin, vous trouver chez vous avec vos enfants pendant votre sommeil et qui vous éloignent de votre famille, de votre pays, pour vous faire travailler comme une bête de somme. Qui est le plus sauvage : vous ou eux ? Il s'agit de juger l'esclavage sur le plan éthique et cesser de tergiverser en se cachant derrière une question de génération : "Non, je n'ai réduit personne en esclavage, etc." Mais vous avez tous profité du produit de l'esclavage au travers des richesses produites par la vente des nègres ! Alors ? Des banques ont été créées qui continuent à exister, des immeubles cossus à être habités,  des ports créés à être utilisés, etc. Le bois d'ébène a été une monnaie d'échange qui a été au centre de l'économie de l'Europe. On ne peut donc pas dire que la reconnaissance par l'assemblée nationale française de l'esclavage comme crime contre l'humanité soit volée ou imméritée. La seule question que l'on peut se poser c'est : pourquoi si tard ? Il est à peu certain que dans le subconscient européen, les nègres demeurent la dernière des races, on comprend pourquoi en matière de commération, ils ont la dernière place. 

Quand un peuple nie son histoire ou refuse à l'assumer, on assiste à une sorte de lâcheté morale parce qu'une génération qui a hérité des fruits d'une autre préfère jouer à l'autruche. Or, la question est si grave car elle est actuelle : la représentation de l'infériorité du Noir vis-à-vis du Blanc est à la base du racisme. Et elle trouve son fondement dans l'esclavage qui lui-même avait trouvé son fondement dans une idéologie construite par des philosophes jusqu'au grand Hegel qui affirmait avec force que la raison n'avait pas survolé l'Afrique.

Et l'esclavage fut aboli. Schoelcher tira une gloire éternelle de cette abolition. On oublie que les Noirs avec Toussaint Louverture avaient commencé à reconquérir leur liberté. Tous ceux qui admirent Napoléon, je me demande s'ils ne l'admirent pas aussi pour avoir rétabli l'esclavage à Saint-Domingue. La grandeur, je l'avoue, ne peut faire que de grandes erreurs. Mes recherches m'ont conduit à découvrir que Schoelcher savait que les Noirs étaient sur le point de devenir libres par eux-mêmes et cela était dangereux car ils auraient confiance en eux : il fallait donc leur donner ce qui ne leur était pas dû puisqu'ils étaient libres, il fallait à la fois être ceux qui les avaient avilis et ceux qui les libéraient pour continuer d'avoir une supériorité psychologique. Les Blancs avaient la supériorité intellectuelle par leur capacité à inventer des armes redoutables et ils avaient aussi une supériorité morale en libérant les esclaves. Le processus, quel qu'en soit le versant, était sous contrôle. Schoelcher savait qu'il valait mieux libérer les Noirs au lieu qu'ils ne se libèrent eux-mêmes comme dans le cas de Tousaint Louverture que Napoléon vainquit pour ramener les nègres aux fers de la servitude. Qu'était donc la liberté pour des hommes sans identité, sans terre, sans biens, qui ne possédaient même pas leur propre personne pendant l'esclavage ? Qui étaient-ils ? Des citoyens ? Des Africains ? Mais ils ne connaissaient rien de l'Afrique, ceux de la génération qui connut la liberté ! Ils portaient le nom de leur maître et ne savaient même plus d'où venaient leurs ascendants. On en fit des citoyens de seconde zone et cela dure jusqu'à nos jours.  Les Noirs ont été considérés comme les rejetons d'un race inférieure. Mais qu'est donc l'infériorité sur le plan humain ? Le fait de ne pas avoir fait de grandes réalisations matérielles qui ne nourrissent personne mais laissent crever le pauvre ? Le faible est-il inférieur parce que faible ? La violence est-elle le signe d'une humanité supérieure ? Dans la nature, aucune espèce ne traumatise les membres de sa propre espèce. L'on comprend pourquoi l'on réduisit le Noir à un bien meuble, à un animal. Il fallait lui enlever toute son humanité pour ne pas culpabiliser et lui faire subir toutes les atrocités. Pourtant, la science des Blancs était formelle : DEUX ESPECES DIFFERENTES NE SE REPRODUISENT PAS. Le fait que les maîtres en violant les femmes noires leur faisaient des gosses battait en brèche toute une idéologie bâtie juste pour justifier l'injustifiable.

L'inférieur n'est pas celui qu'on violente et que l'on déplace de force de chez lui pour l'obliger à travailler pour vous. Il n'y a d'infériorité que morale car sinon aucun homme n'aurait le droit de juger un autre : l'intelligence ne peut être la mesure de la supériorité car elle n'est pas un critère recevable, donc non plus ses réalisations : en effet, la distribution de l'intelligence est hasardeuse et individuelle ; on ne saurait en faire l'apanage d'une seule race. Ce qui est original, c'est la culture, la diffusion et la généralisation d'un état d'esprit à toute une population liée par des liens de communauté. Quand on étudie l'histoire des inventions en Europe, on découvre qu'il y a eu à la base des individus qui ont profité d'un état d'esprit collectif. Ce qui est déterminant ce sont les valeurs qui mettent l'accent sur la préservation de l'espèce, loi primordiale de la nature. La logique de l'intelligence moderne est brutale, inhumaine, guerrière, confinant à la folie quand elle privilégie l'argent au lieu de l'homme, son créateur. Les idéaux de ce monde sont des idéaux inférieurs car si une race vraiment supérieure existe quelque part, elle trouverait que la logique qui conduit notre monde est une logique totalement insensée et diabolique.

De nos jours, on peut noter la poursuite dans le domaine des représentations du complexe de supériorité du Blanc et du complexe d'infériorité du Noir comme une conséquence inconsciente de l'esclavage. La créativité du noir a été stoppée, son subconscient violé, violenté, son histoire et son historicité détournées. L'inférieur doit avoir une position sociale basse et ne jamais avoir face au supérieur  tout pouvoir de décision, toute forme de commandement. On a du mal en France de voir un Noir "chef" de quelque chose devant un Blanc - et cela, même s'il est Français ! Comment expliquer cette situation si ce n'est par la survivance d'un ensemble de valeurs héritées du passé esclavagiste et colonial de la France ? Le maître doit rester dans la position idéologique du maître face à l'esclave ; toute autre position renforcerait la personnalité du dominé et détruirait ce schéma qui fait la grandeur d'une race. On ne s'étonnera donc pas de voir pourquoi le personnage le plus guerrier de l'histoire de la France, Napoléon, connaît tant de succès puisqu'il aura contribué de façon violente à la grandeur de la France. Il a même rétabli l'esclavage des Nègres. N'est-il pas vraiment grand, ce Bonaparte ? On comprend que les bases sur lesquelles on juge de la grandeur humaine sont faussées car il n' y a de vraie grandeur que morale : est-il grand d'être multimilliardaire et de laisser des millions de semblables mourir de faim ? Mais quelle est donc cette grandeur bâtie sur une petite âme ?

Pour aborder le cas spécifique français, on notera ce qui suit : il y a une contradiction entre la loi Tobira et la réalité discriminante des Noirs. Le racisme puise sa sève dans les réminiscences de l'esclavage. Donc s'il y a racisme, c'est comme si l'esclavage continuait.

L'esclavage a idéologiquement fait des petits et on ne peut se contenter de tuer la mère ; il faut éradiquer toute l'engeance.

Pourquoi il faut rejeter tout a priori de supériorité ? Car la supériorité est une construction de l'esprit et non autre chose. L'esprit noir est-il incapable de comprendre les mathématiques ? Le Noir ne peut-il comprendre le livre intitulé "Les éléments" d'Euclide ? Nous savons bien que tout ceci est avant tout une question d'ordre culturel. Et même, tous les Blancs ne sont pas des génies en mathématiques. Il ne suffit pas d'être Blanc pour être Euclide.

 

Les descendants des "maîtres" d'esclaves n'ont-ils rien à se reprocher ? Ils répondent que oui, alors que j'affirme le contraire puisqu'ils bénéficient jusqu'à nos jours du travail des nègres, de leur vente car cet argent a été converti en biens meubles ou immeubles, et de nombreuses banques doivent leur prospérité à la traite négrière. Alors, comme ça, on a le droit de profiter des fruits d'un crime contre l'humanité sans en être concerné ? S'ils n'ont pas commis le crime, en jouissant de ses fruits qu'ils n'ont pas rejetés, ils ont forcément quelque chose à voir avec cette honteuse tragédie humaine.

La question du dédommagement de l'esclavage : vraie ou fausse question ? Cette question fut abordée en Afrique il y a quelques années mais mêlée à des revendications palestiniennes, tout fut embrouillé. Qui allait-on dédommager ? L'Afrique tout entière ? Les descendants des esclaves ? Qui allait dédommager ? Qu'allait-on dédommager ? Les heures impayées ? Les assassinats ? Nous savons que l'Allemagne a payé pour ses crimes. Bref, on a voulu suivre un autre exemple et les choses n'ont pas abouti. Pour ma part un dédommagement n'est pas souhaitable car il normaliserait le crime de l'esclavage en lavant la culpabilité par des billets de banque. Un crime, ça n'a pas de prix car un prix équivaudrait à un droit à commettre des crimes : il suffirait de l'estimer, de le commettre et d'en payer plusieurs siècles après le prix ! Non, il faut que l'esclavage reste comme le péché originel à jamais enfui dans les consciences pour que plus jamais il ne se reproduise et qu'on puisse lutter contre ce fléau partout où il se manifeste car il continue et l'on ne fait rien ! A quoi cela sert-il donc de le déclarer crime contre l'humanité si personne ne veut lutter contre ce dernier ?

 

Partager cet article

commentaires

Muana Congo 24/06/2008 13:03

Bravo ! Vraiment un très grand texte ! Vous devriez en faire un livre car il y a tellement de hauteur dans cet article ! En tout cas, apportez-nous encore un peu de lumière comme sur le sujet des sectes au Congo-Brazzaville

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg