Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 10:46

Vincent Bolloré, breton et catholique, est classé 451 ième fortune mondiale selon Forbes. Il est entré en affaires en rachetant la papeterie familiale pour un euro symbolique en 1981, année où Mitterand prend le pouvoir. Il dirige un groupe de 33000 salariés présent dans le papier, les films plastiques, les plantations et le fret maritime. Depuis deux ans, l'homme s'attaque aux médias, à l'instar de Silvio Berlusconi. Il détient 26,6% du capital de Havas, sixième groupe publicitaire mondial, une chaîne de télévision Direct 8 (TNT) ainsi que des quotidiens gratuits comme Direct Soir et MatinPlus, en cheville avec le Le Monde. On le dit intéressé par Les Echos.

Vincent Bolloré, tenez-vous bien, envisagerait de prendre une participation dans certains groupes industriels publics; ce qui implique un arbitrage de l'Etat. Il paraît qu'il aimerait entrer dans le capital de TF1 si Bouygues devait s'en séparer.

 

 

Vincent Bolloré ne fait-il pas affaire avec l'Etat ? Nous venons de voir que dans le futur, certains projets nécessiteront l'arbitrage de l'Etat, d'où les inquiétudes fondées de collusion d'un futur président de la république avec les milieux d'affaires.

A lire le Figaro, Vincent Bolloré a menti car il est en affaires avec l'Etat...

********************************************************************************************************************************************

"Nous n'avons aucun contrat avec la puissance publique" a réaffirmé vendredi matin Vincent Bolloré dans une interview au Parisien et une autre sur RTL. Après la polémique née du prêt de son yacht au futur chef de l’Etat défend son indépendance : "Nous sommes le groupe français par excellence qui reste totalement indépendant de l'Etat". Une affirmation également relayée par Nicolas Sarkozy, pour qui le patron français «n'a jamais travaillé avec l'Etat».

A lire le Journal Officiel, la réalité est quelque peu différente. Il suffit d’une petite recherche sur son site web pour retrouver trace d’au moins deux marchés publics attribués au groupe ces dernières années.

Un premier marché «sensible», celui du traitement de la valise diplomatique «fret» du ministère des Affaires étrangères, est attribué le 10 août 2006 à SDV, une société de logistique, filiale du groupe Bolloré. Montant du marché : 1,4 à 5,6 millions d’euros hors taxes, «pour une durée de 48 mois».

Un autre marché est passé le 17 juin 2005 entre la même société SDV et le ministère de la Défense. Il s’agissait cette fois d’un «transport de fret par voie aérienne commerciale», pour un montant de 36 millions d’euros hors taxes.

"Un pour mille du chiffre d'affaires"

"Cela ne représente quasiment rien de notre activité" se justifie Vincent Bolloré dans le Parisien. "Ces marchés ne représentent au total même pas un pour mille du chiffre d'affaires de notre groupe". Déjà, interrogé hier par lefigaro.fr, l’entourage du groupe Bolloré avait tenu la même ligne de défense : «Les contrats cités représentent moins de 50 millions d’euros, sur un chiffre d’affaires de 6 milliards. Bolloré est un groupe qui fait 99,2% de son chiffre d’affaires avec le privé». Même s’il reconnaît avoir «quelques petits contrats qui traînent», le groupe insiste sur le fait que «très peu d’autres grandes entreprises françaises ont aussi peu de liens commerciaux avec l’Etat».

 

 

Par ailleurs, la section CGT de France 3 avait affirmé hier dans un communiqué que le groupe Bolloré était également actionnaire à hauteur de 40,6% d’Euro Media Télévision, qui détient la Société Française de Production, qui bénéficie de commandes publiques, notamment pour la location de studios. L’un de ces espaces a d’ailleurs abrité le débat entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. 

"Je suis devenu propriétaire de la SFP lorsqu'elle était à capitaux publics et à l'agonie. Il fallait donc un actionnaire privé pour la sauver" répond vendredi Vincent Bolloré. "Aujourd'hui je ne détiens que 40% de la SFP, la majorité étant entre les mains de la famille Bari. Je suis un "partenaire dormant", je n'ai aucun pouvoir sur la gestion." explique-t-il.

Enfin, revenant  sur la "tradition d'accueil" de sa famille, Vincent Bolloré réaffirme que Léon Blum a bien séjourné dans leur manoir de Bretagne, après la guerre à l'été 46, photo et lettre de remerciement à l'appui. Christine Blum, qui avait démenti par communiqué tout lien de son aïeul avec les Bolloré, aurait admis son erreur selon RTL.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg