Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 15:59

Dans le discours, l'UPADS a trois secrétaires généraux depuis la nomination de Tsaty-Mabiala puisque ces deux prédécesseurs, sûrs de leur bon droit continuent à se prévaloir de cette qualité. Dans la réalité, personne ne peut le dire et on se demande même si quelqu'un dirige vraiment ce parti ! En effet, dans un parti moderne, structuré et hiérarchisé, le monopole de la parole ou du discours est la bataille primordiale. Comme je l'ai toujours dit, c'est le silence de Lissouba, celui qui devrait servir d'oracle, qui renforce que plusieurs voix se proclament légitimes pour parler au nom de l'UPADS ; ce qui n'est pas le signe de la politique mais de la business politique. Par business politique, nous entendons cette politique qui essaie de faire de la plus- value financière en usant de la politique, c'est-à-dire, de la représentation désignée ou proclamée de tous ou d'une certaine catégorie de personnes, ou simplement d'intérêts spécifiques. Cette business politique se passe des voix du peuple pour constituer ses lobbies se regroupant selon l'esprit de prédation. Se souciant peu de démocratie, sa nature consiste à intriguer pour se situer toujours et toujours au pinacle de la décision politique, là où se partage au nom de tous, c'est-à-dire de personne, le denier "public".   La business politique est un espace de mensonge, de fourberie, de dissimulation, de détournements, de coups bas, de démagogie, de criminalité de toutes sortes, un espace qui supporte mal la vérité qu'elle a du mal à regarder en face, de sexualité débridée, de fétichisme, d'opportunisme, de félonie, de traîtrise, de trahison et d'ambition démesurée. C'est la main sale de la politique propre, celle (la propre) qui essaie de se faire vraiment au nom du peuple et pour le peuple et ceux qui en sont concernés ont du mal à faire autre chose... Il est à se demander si au Congo, la politique existe, si au moins une des mains est propre ou si les deux sont sales...

  Comment comprendre que ce parti n'ait pas la possibilité de dire clairement qui parle en son nom ? Jusqu'à quand Paulin Makita va-t-il se prévaloir du titre de secrétaire général par intérim ? Et Moukouéké ? Sans blague, il faut commencer à se poser les vraies questions et s'élever au-dessus de nos petites personnes ! Les procès intentés n'ont rien donné ; du moins pour l'instant. Tsaty-Mabiala se bat actuellement pour récupérer les 500 000 francs cfa de loyer auprès des Chinois. Il ne lui suffit pas d'avoir été soi-disant élu : il y a un grand parti à diriger et c'est là que les choses se corsent ! Mais là n'est pas notre propos. Nous avons assisté à un appel de Paris lancé par Makita et Moukouéké, il y a quelques jours,  un appel qui pour l'instant semble s'apparenter à de la pure contestation car en politique quelle qu'elle soit, il ne suffit pas de protester. Encore faut-il agir en proposant mieux ou quelque chose de semblable mais là, les données ne sont pas simples :

1)Makita et Moukouéké semblent ne plus avoir les faveurs du professeur Lissouba ou du moins de son clan familial ; or, ils ont besoin de sa caution pour légitimer leurs revendications. C'est le défaut des partis non populaires, des partis bâtis autour d'un culte de la personnalité. Ils doivent donc livrer une bataille politique au nom d'une personnalité qui ne semble plus les prendre en amitié. Paulin Makita se réclamait le fils spirituel de Lissouba, et Moukouéké voyait dans l'UPADS un parti d'avenir ; ces rêves semblent mal partis mais tout n'est peut-être pas fini :

2)il leur faut répondre à une action politique - un Congrès - par une autre action politique d'envergure, or, la seule réaction tangible semble se réduire à une pétition. Mais quel effet peut donc avoir une pétition au sein d'un parti où l'élection des instances et des personnes dirigeantes ne dépendent pas des militants ? Certes le congrès qui a permis à Poungui d'avoir le beau rôle n'est  pas incontestable mais depuis le Congrès de 1995, il fallait bien un autre Congrès ! Or, Makita n'a pas eu les moyens de l'organiser quand il avait les coudées franches : il aurait pu le faire en position de force, en arguant que les instances existantes étaient hors-jeu de par leur limite temporelle d'existence ;

3)il leur faut les moyens financiers pour animer un parti avec tout ce qui va avec. On pourrait penser que Moungounga pourrait servir de portefeuille comme Koukébéné pour le clan Gamassa. Mais on n'est pas près d'assister à ce miracle car l'appel de Paris semble être un accord de circonstance et Moungounga doit y avoir quelque chose à gagner pour débourser son argent ;

4) il leur faut transformer un accord de communauté de circonstance en un véritable accord politique. Or là, il y a un grand problème : chacun des deux ne veut pas se départir du titre de secrétaire général. Makita a son site "officiel" http://www.upads.org et Moukouéké celui qui est hébergé à l'adresse http://upadscongo.org ! Les deux proposent des fiches d"adhésion ! On peut donc adhérer à l'UPADS, aile Makita et à l'UPADS aile Moukouéké. Avouez que c'est très déconcertant pour les militants ;

Dans un parti organisé, il n'y aurait qu'un seul site internet et dans un pays démocratique, le site internet serait géré par le véritable secrétaire général ! Mais comment savoir lequel ?

5) Il faudra que Makita et Moukouéké partent jouer sur le terrain national car dans la vraie politique, tout ce joue au Congo, même si l'influence du terrain français n'est pas négligeable. Or, au pays, il n'y a qu'une option : soutenir Sassou ou mourir (politiquement).

6) La seule réponse équivalente au congrès gamassien est un autre congrès ; or, là, il semble que les protagonistes de Tsaty-Mabiala ne pourront faire le poids. A moins d'un miracle. La business politique est le monde de tous les possibles...

L'accord de circonstance était prévisible : Les deux "M" Makita et Moukouéké ont été les deux grands perdants de ce Congrès dont Poungui a été le grand gagnant car il s'est positionné pour être le prochain candidat de l'UPADS à l'élection présidentielle. La ruse a consisté à laisser Lissouba à la tête du parti comme un épouvantail afin de s'adjuger les voix d'un électorat qu'on associe à la business politique que par défaut ! En effet, personne au sein des hautes cîmes du parti aux trois palmiers ne tient sa légitimité des militants. Alors, pourquoi doit-on les suivre ? Parce que hors d'un parti, il n'y a pas d'existence politique et plus un parti est âgé, plus il semble incarner une "réalité politique" dans l'esprit populaire.

 Leur rapporchement loin d'être naturel peut se comprendre. Il s'est agi de donner plus de force à un élan de protestation. Le problème avec les institutions comme les partis politiques, c'est qu'il est très difficile d'invalider les résultats d'un Congrès. Makita et Moukouéké se retrouvent à la croisée des chemins :

faille-t-il persister dans une guerre de positionnement qui sert plus à la business politique qu'à la politique elle-même ou enfin se résoudre à saisir l'opportunité qui se présente pour se démarquer comme l'a fait Chirac lorsqu'il a créé un autre parti gaulliste, alors qu'on le croyait fini parce qu'il avait soutenu Giscard ?

En s'accrochant à leur poste, il faut craindre une décrédibilisation de l'action politique menée par les deux hommes. Déjà, cet appel a montré le tour de force stratégique de Paulin qui est apparu comme le vrai secrétaire général, réléguant Moukouéké au poste de secrétaire général issu du Congrès de 1995. C'est-à-dire, dans le passé. Un véritable accord est très difficile à envisager car les deux ambitions portent sur le même objet : le même poste de premier secrétaire...

Il va falloir régler le problème de qui parle au nom de l'UPADS et en tant que qui. La scission du parti est consommée, même si dans les faits on ne se l'avoue pas : il y a l'UPADS de Tsaty-Mabiala qui est plus proche de Lissouba dans les apparences puisque c'est l'aile soutenue et reconnue par la famille Lissouba, celle de Paulin Makita et celle de Moukouéké qui est assis sur les textes du parti que chacun lit comme un exégète pour trouver ce qui l'arrange et l'accommoder comme la véritable doctrine.

La politique, chez nous et ailleurs, est le lieu où coule l'argent facile et l'argent facile justifie qu'on se complaise parfois dans un jusque-au-boutisme parce que l'on sait ce que l'on perd et ce que l'on gagnerait si on persistait dans sa posture. Or, parfois, la fierté paie et il faut savoir quitter les choses qui sont en dérive. La zizanie au sein de l'UPADS ne profite qu'à une seule personne : Sassou, même si ici et là, on en recueille des miettes !

Aucun candidat se présentant sous l'épithète upadésienne n'est prêt à engranger la totalité des voix car tous les militants ne se reconnaîtront pas en lui comme comme ce fut le cas pour le candidat Lissouba... et c'est bien là l'effet recherché par le bourreau de Mpila.

Les chances des revendications portées par les deux hommes auraient plus d'impact si le parti avait une vraie démocratie interne et si le gouvernement de Brazzaville ne s'en était pas mêlé. A ce propos, il semble avoir choisi l'UPADS de Poungui car Sassou aimerait avoir comme adversaires politiques des personnalités qui ont un lien de parenté avec lui :

 

 

 

 

 

-Kolélas a épousé la veuve Abemdet et attend la formation du grand parti de Sassou dans lequel figurera certainement Victor Tamba Tamba, toujours dans le cadre de la business politique qui elle ne croit pas aux idées mais aux choses sonnantes et trébuchantes. Même s'il se présentait à la présidence pour le compte du MCDDI, un accord est possible pour que le règne de Sassou continue;

-Poungui, premier vice-président de l'UPADS tsatyenne, probable futur candidat de l'UPADS aux prochaines élections présidentielles, est aussi un parent par alliance de Sassou et Sassou qui lui verse sa rente de premier ministre, soit 7500 euros à se tourner les pouces peut toujours le convaincre à abdiquer pour son compte ;

-le général Ngouélondélé qui semble aussi avoir des vélléités présidentielles est un parent à plus d'un titre.

Dans la business politique, toutes ces personnes sont corruptibles et en tant que parents, des terrains d'entente sont toujours possibles car les alliances humaines, physiques présagent des alliances politiques. Quoi qu'il arrive, Sassou est sûr de s'en tirer à bon compte car l'UPADS comme il l'a déclaré, il a réussi à la casser ! Nous avons démontré que l'accord de circonstance entre Makita et Moukouéké n'est en rien un accord politique : il s'agit comme chez les loups de manger le rival commun (Tsaty-Mabiala) qui possède la louve (UPADS) avant de reprendre leur petite guéguerre de positionnement...

Cela signifie-t-il que Makita et Moukouéké sont morts politiquement ? Non ! C'est à eux de transformer une situation inconfortable en victoire politique. Seulement, il faudrait qu'ils réfléchissent à l'essence même de la politique : il faut gagner les foules si l'on veut aller loin et, à ce propos, Lissouba a été celui qui a véritablement réussi à le faire car l'autre option, celle du coup d'Etat, n'est pas envisageable. Makita est un fin stratège et Moukouéké a un potentiel de mobilisation. Dommage que leur alliance soit juste une alliance virtuelle  : ne s'inspire-t-elle pas largement du pouvoir octroyé par le net ? Nous attendons le site de Tsaty-Mabiala. C'est un passage obligé !

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg