Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 13:59

 Que veut dire démocratie ? S'agit-il du pouvoir du peuple par lui-même pour lui-même ? La totalité peut-elle s'autodiriger ? Comment est-ce possible ? Le groupe ne sait pas pas décider car le processus de décision implique qu'un seul point de vue s'impose et la pluralité appelle de nombreux points de vue qui se valent prises unitairement. Donc dans une foule sans leader, toutes les décisions s'annulent et l'on reste au point de départ...  Les problèmes de l'aliénation ont été traités par Rousseau dans "le contrat social"  (Le peuple aliène sa souveraineté en la confiant à quelques individus organisés en partis). La seule possibilité qu'a un groupe de participer aux décisions qui l'affecte consiste à voter, même si les démocraties ont mis une limite d'âge en instaurant une majorité électorale. Mais a-t-elle seulement la possibilité de contrôler par elle-même ce qui sort d'elle déjà que ses lois sont des lois indirectes votées par l'assemblée nationale ?

 Qu'implique-t-elle ? Que les institutions qu'elle a mises en place jouent vraiment le jeu et pour cela, il faut que les hommes qui la représentent soient de qualité, même si la démocratie ne signifie pas que le plus intelligent ou le plus sage va accéder au pinacle du pouvoir... En fait, les institutions ne valent que par l'esprit des lois qui les habite et par la qualité, la probité des hommes qui les animent.

 A quelle condition reconnaît-on sa présence ou exercice ? Le peuple doit avoir le pouvoir de sanctionner s'il constate qu'on ne lui a pas obéï ou qu'on a trahi sa confiance, or, ce n'est pas le cas dans le cas d'une dictature, même démocratiquement "élue" comme celle de Sassou ; ce qui pousse les hommes politiques à se bonifier et à tenir compte du fait que leur pouvoir vient du peuple qui peut le leur retirer. nous citerons le cas de Georges Bush qui n'a plus de majorité au congrès américain dans les deux chambres à cause de sa politique en Irak. Tout doit être fait dans l'intérêt de la nation, du peuple car l'Etat ne sert qu'à exercer l'interêt collectif, l'intérêt national, l'intérêt public et non l'intétrêt privé.

 Quels sont les facteurs matériels qui déterminent la pratique de la démocratie ? On pourrait penser que la démocratie est le pendant du capitalisme mais il est possible de montrer que les sociétés africaines avant l'arrivée des Européens connaissaient une certaine forme de démocratie s'appuyant sur "la sagesse" des ancêtres qui ne voulait pas diviser mais essayait toujours de réconcilier, de partager le produit de la chasse, de la pêche, de la cueillette, mettaient les biens de chacun au service du groupe (clan, ethnie, village). En outre, l'Afrique n'est pas pauvre ; son seul problème : manquer d'hommes à grande valeur ajoutée morale comme Mandela.

  Pour ne parler que du Congo-Brazzaville, ce pays est immensément riche ; donc a les bases matérielles, s'il en faut, pour créer les conditions d'une démocratie véritable possédant les moyens d'assurer les exigences sociales de la totalité nationale ; j'ai toujours pensé que le Congo devrait mettre en place un Revenu Minimum Vital (R.M.V.) pour les familles les plus nombreuses et les plus démunies comme ce qui existe au Vénézuela ou maintenant au Brésil ; ce qui est en soi, une vraie gageure..

  Pauvreté, sous-développement peuvent-ils rimer avec démocratie ? L'Afrique est-elle prête pour la démocratie ? Cette question est absurde mais il faut la poser car Jacques Chirac a estimé que l'Afrique n'était pas prête pour la démocratie, sans dire pourquoi. Certains ont rétorqué qu'elle n'était pas prête pour l'esclavage, la colonisation ou pour la dictature. J'ajouterai qu'elle n'était pas déjà prête pour la pauvreté qui vient en fait de l'absence de démocratie...

Le type de gouvernance actuel du Congo est-il démocratique ? Le vote populaire suffit-il à parler de démocratie ? Ce qui sort des urnes en Afrique n'est pas forcément le choix du peuple. Kabila fils vient d'être élu à nouveau mais Bemba proteste...

  Pour comprendre la genèse de la démocratie, il faut remonter aux Grecs Le concept lui-même se compose de demos, peuple et de kratos, pouvoir et se manifesta au commencement ainsi  : un caillou blanc pour un oui, un noir pour un non. Clisthène parvint à établir un régime qui évita le retour à l’oligarchie à Athènes. Il instaura alors une règle bien précise : tous les citoyens ont les mêmes droits et devoirs. Ce précepte, appelé isonomie, fait naître la démocratie. Le redécoupage du territoire en dix tribus au lieu de quatre, mais surtout en dèmes, équivalent de notre commune, permet de court-circuiter et de reléguer à des fonctions civiles le pouvoir des grandes familles.

 La démocratie concernait-elle vraiment tout le monde ou juste une hiérarchie d'intérêts ? En Grèce, ceux qu'on reconnaissait dans le démos primordial ne s'apparentaient pas à la totalité mais à une certaine élite sociale. Le prinicipe s'est étendu depuis...

  La démocratie ne stipule qu'une égalité en droit mais dans la réalité, notamment, la réalité économique, de grandes différences subsistent entre une poignée d'individus détenant d'énormes moyens financiers et les autres et il est évident que dans une démocratie, les riches ont un grand pouvoir d'influence sur ceux qui exercent la démocratie au nom de tous. Des corruptions au haut sommet des Etats dits démocratiques sont courantes... il est impensable de croire que tous ses individus, aussi inégaux devant la possession de l'argent, ont la voix qui porte de la même façon ! Nous pouvons penser qu'il s'agit d'un idéal, mais un idéal vers lequel il faut chercher à tendre dans la pratique. Sous quelles conditions est-elle devenue ce que nous connaissons ? Nous savons que la guillotine y est pour quelque chose. C'est l'abolition de la royauté qui a suscité l'avènement moderne de la démocratie, même si la royauté n'a pas totalement disparu en Europe où elle coexiste avec la démocratie (encore un aspect étrange de la civilisation occidentale...)

  Pourquoi ne rencontre-ton de véritable démocratie que là où existe le capitalisme ? Il est vrai que c'est le capitalisme et ses injustices qui ont accéléré l'avènement de la démocratie. Cependant, il ne faut stigmatiser le capitalisme comme un mal en soi car il est né du penchant de la liberté à entreprendre et à chercher à s'enrichir, hélas souvent par des moyens pas toujours propres. Le capitalisme est producteur de richesses et tire la société vers le haut en stimulant les sciences et les technologies. La seule chose en cause dans le capitalisme, c'est la répartition des richesses... 

  Les peuples n'en pouvaient plus. Il fallait prendre toutes les Bastides... Hélas, toutes non pas encore été prises... Peut-on imaginer une démocratie de la pauvreté ? Le pauvre a tout de même des droits et sa voix n'est pas moins importante en doit que celui d'un riche qui n'est après tout qu'un homme. Démocratie et capitalisme certes font bon ménage mais il est possible que la démocratie précède l'émergence du capitalisme et le favorise. La démocratie est aussi un fait culturel et la culture congolaise ne s'y prête pas vraiment car l'impact de l'appartenance ethnique n'a pas encore été rélégué au second plan. La démocratie est une culture qui croit que les hommes qui vont représenter la totalité valent pour leurs idées et non pour leurs origines, encore qu'on leur reconnaisse la plénitude de la citoyenneté. Or, le pouvoir en Afrique s'apparente à une distribution de privilèges. Aux Etats-Unis, un citoyen américain né à l'étranger ne peut être président. L'éthique doit être présente à toutes les étapes de la démocratie car dans son essence, elle l'appelle de toute sa voix. Dans le code démocratique, il faudrait que s'y trouve la stature de l'homme démocratique, un homme qui fait passer l'intérieur  de la totalité au-dessus de son intérêt personnel. Combien de fois, entendons-nous  les hommes politiques français parler de "l'intérêt de la France ?" Il faut donc d'abors s'attarder à distiller la culture démocratique comme le terreau qui fera de tout un peuple un ensemble d'homo democratus.

  Son histoire renvoie aux pays occidentaux, à un tumulte historique qui a trouvé un point de stabilité en elle pour mettre fin à des guerres sempiternelles, à des batailles féroces pour le contrôle du pouvoir. Quelles sont ses caractéristiques dans les vieilles démocraties, toutes au dessus des Tropiques et surtout liées au continent européen ? Des adaptations existent ailleurs, en dehors du continent européen. D'autre part, le développement de la Chine montre que l'absence de démocratie n'est pas forcément synonyme d'absence de développement. Hélas, le développement ne signifie pas toujours bien-être de tous ; on peut faire le même reproche à la démocratie...

  On doit attirer l'attention sur l'influence de Rome, Rome, une démocratie impérialiste dont l'Europe a hérité les institutions, et les techniques architecturales) : Assemblée (élu par le peuple et censé le représenter ; ce qui en fait des démocraties représentatives, Sénat (non élu par le peuple, une forme de démocratie indirecte, l'Angleterre a sa chambre des Lords),etc.

  Un homme, une voix ou l'égalité juridique devant le vote (il s'agit de faire participer tout le monde aux décisions qui engage tout le monde. Les problèmes de tout le monde concerne chacun des membres. Faire triompher la décision qui aura été choisie par la majorité, même si elle est mauvaise).

«  La démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple », disait Périclès.

Dans une démocratie l'ensemble des citoyens (sans distinction de naissance, de fortune ou de capacité) détient le pouvoir souverain et exprime sa volonté par le vote, selon le principe « un homme ou une femme (humain majeur) une voix ». Ce principe cardinal appelle des conséuences que nous avons évoqué supra. Encore faut-il que le peuple puisse avoir le contrôle de la démocratie qui s'exerce en son nom...

 

 

  Le contrôle, le fauve est lâché dans l'arène... En France, il y a la cour des comptes mais quel est vraiment son pouvoir pour arrêter certaines inepties, notamment dans les dépenses de l'Etat ? Les organes de contrôle ont-ils un  contrôle réel ou factice ? Le cas Chirac qui a refusé de rendre compte devant la justice, l'immunité diplômatique des dirigeants politiques dans l'exercice de leurs fonctions). Cependant, dans les soi-disant démocraties, des organismes comme les agences secrètes ne fonctionnent pas sous le mode de la démocratie(Exemples : CIA, ex-KGB, les renseignements généraux en France, etc.);

 La démocratie confère des droits : les richesses de tous doivent profiter à tous, chaque citoyen a le droit à la scolarité, à la santé, au travail, au logement, à la libre circulation dans tout le pays et l'armée et la police doivent assurer la protection de ses biens et de sa personne ainsi que de sa famille. Une telle situation ne s'observe pas encore au Congo-Brazzaville car il n' y a pas encore une véritable démocratie mais au contraire, la dictature s'est afflubée des oripeaux de la démocratie ! 

  La démocratie implique aussi des devoirs : servir son pays, ne pas le trahir face aux étrangers, rendre quand on a reçu, ceux qui ont plus de revenus doivent cotiser pour ceux qui n'en n'ont pas, d'où l'impôt sur le revenu qui par ailleurs n'existe pas au Congo-Brazzaville.

  Il faut qu'on y constate la supériorité du tout sur les parties, même si ici et là comme en France, on peut instituer une décentralisation qui dans ce cas, doit s'accompagner par un transfert de moyens : la nation est supérieure à l'ethnie, à la famille, à la région ; ce qui ne s'observe pas au Congo-brazzaville où les gens du nord de la république occupent les postes de pouvoir les plus importants au nom de l'ethnie (mbochi), au nom de l'appartenance à la famille présidentielle : un fils à tel poste, un oncle à tel autre, un neveu ici, un beau-fils maire de Brazzaville, etc.

  Examinons un peu la genèse de la démocratie au Congo-brazzaville, une démocratie imposée par l'extérieur : La conférence mittérandienne de la Baulle qui conditionne l'aide économique à une évoultion démocratique, le vent de la péréstroïka sous Gorbatchev, la chute du mur de Berlin avec la fin de la guerre froide, l'affaiblissement de l'impact communiste...

  Quelles étaient les caractéristiques de la "démocratie congolaise" à son apparition en 1992 ? Il est à noter que la structure mentale et tous les process politiques nationaux sont ceux du monopartisme, du parti unique qui est à cette époque le Parti Congolais du Travail. Il aurait été stupide de croire que la démocratie se décrétait ; nous n'avons qu'à voir ce qui se passe en Irak pour nous convaincre du contraire :

- un temps de conception démocratique trop court : certes de longues discussions ont émaillé la conférence nationale mais elle a plus été un lieu de défoulement où aucune des résolutions prises n'a été respectée comme par exemple l'obligation des candidats aux mandats électoraux nationaux de déclarer leurs biens;

-l'impact des ethnies sur les partis politiques : les idées ne passent qu'en deuxième position derrière l'appartenance ethnique qui est le premier facteur de ralliement à tel ou tel parti : les Mbochis et nordistes au P.C.T., les Laris-Kongos au M.C.D.D.I, etc. Les villes ont certes créé un brassage ethnique mais il existe encore des régions et des endroits ethniquement répartis. L'attachement, à la terre ancestral, au ntsi reste forte. après l'indépendance n'est intervenue qu'il y a un peu plus de quarante-cinq ans. L'histoire politique du Congo-Brazzaville est assez jeune comparée aux vieilles démocraties. Le temps pourrait jouer en faveur de la démocratie. Mais il faudra qu'il y ait d'abord un équilibre entre les populations ethniques. En effet, certaines ethnies sont populeuses et d'autres non ; ce qui n'augure pas une démocratie ethnique fluctante. En effet, si la loi du nombre jouait, une même ethnie pourrait se retrouver indéfiniment au pouvoir puisque en quelque sorte le vote est ethnique. Vous comprenez pourquoi ceux qui savent qu'à ce jeu-là, ils ont tout à perdre passe par le coup d'Etat ou la tricherie.

- une exportation des personnalités du monopartisme dans le multipartisme (à cause du parti unique, les autres partis ont été à la solde de ceux qui étaient rompus aux méthodes du monopartisme ; ce qui se ressent dans tous les statuts de parti et dans leur fonctionnement)

- des failles : irrégularité dans le vote (absence de démocratie dans les partis politiques, vote des  étrangers avec identité congolaise, survote, tricherie dans les chiffres), réduction de la démocratie au vote des urnes, pays encore sous la férule de la France qui y a instauré une forme de néocolonialisme subtil qui tient l'Etat congolais en tenant sa monnaie et même toute son économie (par le pétrole, la principale source de revenus du Congo-Brazzaville).

  Nous procédérons prochainement  à l'étude des statuts de l'UPADS pour expliciter l'absence de démocratie interne :  aucune instance n'a son pouvoir des militants, des vides juridiques statutaires, l'absence de la gestion du parti en période de crise, des problèmes dans la définition et la prescription des tâches, etc.

  Quelles ont été les erreurs de l'exercice démocratique entre 1992 et 1997 (il y a certainement l'excuse de l'âge mais ça ne suffit pas car nous pensons qu'une élité, notamment celle sortie du monopartisme a voulu tout de suite confisquer la jeune démocratie naissante) ?

- Des accords Sassou-Lissouba inutiles ou malvenus (Qu'est-ce qui a poussé Lissouba à 1) demander de l'argent à Sassou pour créer son parti ? 2) à nouer des alliances écrites avec ce dernier qui s'est désisté à son profit au deuxième tour ? Il savait pourtant qu'il avait les faveurs populaires du nord au sud...)

- la non transformation des résolutions de la conférence nationale souveraine en lois ou cadre juridique pour poser les bases de la future démocratie : seul le départ de Sassou du pouvoir a fait consensus et semblait être la priorité. Quelle forme devrait revêtir notre démocratie ? La nouvelle Constitution n'a pas été respectée par le président Lissouba qui a toujours eu des premiers ministres non issus de la majorité upadésienne : depuis le premier jusqu'au dernier en la personne de Bernard Kolélas, le président Lissouba n'a pas respecté les règles constitutionnelles qui voulaient que le premier ministre sorte du parti qui avait la majorité à l'Assemblée Nationale.

- la démocratie non protégée contre les coups de force par une véritable armée nationale : certes ce principe de non accession au pouvoir par la force était bien inscrite dans la constitution sortie de la Conférence Nationale mais rien n'était prévu militairement par exemple pour faire face à un putsch. En effet, il n'y avait absolument pas d'armée nationale puisque les ressortissants du nord y étaient majoritaires, notamment les Mbochis.

- un pays toujours dans les rets du pouvoir néocolonial français. Nous avons assisté à un déni de la liberté de notre pays à faire des appels d'offre au plus offrant quand Lissouba a revendu les marchés pétroliers concédés aux Américains aux Français !

  Il y a  nécessité d'un code démocratique avant de parler de démocratie... code démocratique = structure cognitive, juridique, consensuelle, non partiale indispensable pour parler de démocratie. Ce code était présent par l'ancienne constitution issue de la Conférence Nationale. faut démystifer le mot démocratie qui une fois prononcé ne suffit pas à créer dans la réalité les conditions véritables de la démocratie. Les hommes ont été gouverné beaucoup plus longtemps par la force que les voies démocratiques. La démocratie s'accommode aussi bien de la république que de la royauté ou de la principauté. Ce code doit mettre l'accent sur ce que doit être une démocratie véritable. Une véritable démocratie doit respecter ces cinq critères (souvent appelés droits politiques) :

  •  
    • -Choix des dirigeants exerçant le pouvoir par le biais d'élections libres : élections libres et non sous la menace d'une guerre prochaine comme l'a fait Sassou ;"si vous m'élisez, il y aura la paix sinon, il y aura la guerre..." ;
    • -Existence d'une opposition politique organisée, libre qui peut s'exprimer : ce n'est pas le cas au Congo où Sassou essaie de bâillonner l'UPADS ;
    • -Existence d'un système judiciaire jugeant sur la loi : toute la justice congolaise est corrompue et il est coutumier qu'un étranger ait raison sur le petit citoyen parce qu'il aura soudoyé les magistrats;
    • -Avoir connu au moins deux alternances (ce qui prouve « après coup » qu'il s'agissait d'une démocratie) ;
    • -Existence des unités de médias indépendantes et libres et non une télévision nationale qui ne parle que de Sassou matin, midi et soir et qui ne nous dit pas ce qui se passe véritablement au Congo.
      • -dépassement du cadre de l'ethnie au profit du cadre national : cela ne peut être obtenu que par une implacable justice sociale ;
      • -transparence dans la conduite des affaires de l'Etat en évitant une assemblée sous influence ;
      • -contrôle : contrôler l'Etat et ses agissements, contrôler l'expoitation des richesses nationales par les sociétés étrangères;
      • -une armée de métier qui ne doit pas s'immiscer dans la prise du pouvoir politique. Au Congo, en guise d'"armée nationale, il y a la milice de Sassou ;
      • -l'introduction de la dimension éthique dans le choix des représenants de la totalité : ils ne doivent pas être des assassins ou des prédateurs économiques, leur moralité doit être irréprochable.
      •  

      •  La démocratie ne prétend pas garantir que le candidat qui sera élu sera le plus apte à bien diriger le pays (aucun système, à vrai dire, ne le prétend). Elle garantit en revanche que nul ne sera appelé au pouvoir sans avoir fait l'effort de convaincre la population du bien-fondé de son programme, et y être en partie parvenu. La démocratie apparaît donc comme une forme particulièrement efficace de non-violence en action.

         
         
         
         

 

Partager cet article

Published by Mouvimat - dans Textes universels
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg