Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 21:40
Mon cher A.
bonjour.
Pour bien combattre un ennemi, il faut le connaître dans son identité (qui est véritablement Sassou Nguesso, qui sont les hommes qui l'entourent, qui sont ceux l'ont ramené au pouvoir), dans sa psychologie (sa manière de penser qui détermine sa manière d'être et d'agir), dans son organisation (les hommes, les liens entre eux : sociaux, familiaux, ethniques, régionaux, sectaires (franc-maçonnerie, etc), politiques : crimes de sang, politiques, économiques, etc.), dans ses moyens (ici les moyens d'un Etat) et dans son fonctionnement (transformer des fonds publics en fonds privés par tous les moyens, vente du Congo aux étrangers, dilapidation des richesses, pétrole gagé, soumission à la la françafrique) et dans ses objectifs (le pillage intégral du Congo au profit d'un clan et d'une puissance étrangère) ; il faut souvent infiltrer l'ennemi pour avoir certaines informations. Si un groupe d'individus travaillait  dans un objectif précis et dans le secret, il atteindrait son but. L'information est la clé et des hommes désintéressés la serrure pour ouvrir la porte d'une société  fermée par la dictature. Notre problème est un problème d'hommes de valeur. Posez-vous la question suivante : si Sassou venait  à être vaincu aujourd'hui, l'élite actuelle peut-elle changer quelque chose si elle prenait sa place ?La réponse est évidemment NON. L'identité ne changerait peut-être pas car un homme du clan Sassou aurait plus de chance de succéder au cobra royal car l'organisation est faite de sorte qu'un homme qui viendrait d'ailleurs ne puisse pas prendre le pouvoir, la psychologie serait la même car ils fonctionnent tous avec la même mentalité qui n'était pas celle de Massamba-Débat, par exemple. L'organisation ne changerait pas du tout car il y a tous ces liens qui ne disparaîtraient pas et qui persisteraient en dépit du fait qu'un nouveau président serait à la tête du pays, ils auraient les moyens de l'Etat mais les objectifs de pillage ne changeraient pas parce que c'est la France qui tire les ficelles... Il faut un vrai plan pour sauver notre pays ; la France peut être contrée mais je ne peux dire dans un mail comment...
Vous devez savoir que l'opposition même dite radicale n'en est pas une car tous ceux qui vivent par Sassou, pensent par Sassou. Dzon, et les autres candidats sont des personnes ambitieuses mais si Sassou paie le prix - car il sait que dans son monde, ils sont tous corrompus, ils vont collaborer avec lui et le laisser gagner - même s'il venait à perdre réellement les élections. Dzon a demandé à Sassou la permission d'être candidat  (la lettre en question se trouve sur le lblog de Dzon) car ça n'était pas prévu au départ ; ils avaient des accords mais Mathias Dzon a des rêves de grandeur et ne veut plus s'en tenir au plan initial. Le Général et le Colonel à la retraite sont moins crédibles car ils ont travaillé avec Sassou et Ngouélondélé dit haut et fort que si quelqu'un avait l'intention de fomenter un coup d'Etat contre Sassou et s'il  était au courant, il n'hésiterait pas à aller en parler à Sassou. Il l'a dit lors d'une de ses conférences... Miérassa aussi est un déçu du système Sassou. Et puis, Ngouélondélé a atteint les 70 ans - donc ne peut être candidat à l'élection présidentielle. Kinfoussia, j'ignore son âge.
Si on pouvait mesurer le taux réel d'opposition de nos fameux opposants en pourcentage  comparativement à une collaboration, par exemple (un vrai opposant n'a jamais rien partagé avec celui qu'il prétend combattre or, ils ont tous servi dans le régime Sassou à certaines époques donc ont partagé son point de vue et ont usé des mêmes méthodes que lui), il serait très proche de zéro mais qu'avons-nous comme personnalités politiques pour essayer de "s'opposer" virtuellement à Sassou Nguesso, vu que Sassou assassine et empoisonne les vrais leaders qui s'opposent vraiment à lui quand il ne les contraint pas à l'exil ? Il faut créer un mouvement, d'un nouveau type, une intelligentsia congolaise qui travaillerait d'abord en secret avant de faire tomber ce régime. - comme l'a fait Lénine en Russie. Oui, nous devons mettre en place un vrai mouvement politique original - avec des hommes de valeur, des stratèges venant de toutes les couches sociales. Face  à une organisation qui a la puissance de l'Etat, il faut travailler comme des fourmis dont le plus gros travail se fait dans le secret de la fourmillière. Il faut au besoin gagner le coeur de chaque Congolais à la cause en s'y employant patiemment, résolûment. La sortie à la lumière doit correspondre à une "explosion" sociale...

Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Mouanga 09/06/2009 08:55

Par exemple, je me pose une seule question sur DZON, avec la disparition de O. Bongo O.: Dzon aura t-il le même engagement sans la présence de Bongo de l'autre côté du congo?

Le lion de Makanda mwan Mizumba 09/06/2009 10:04



Pourquoi pas ? Surtout s'il a déjà reçu de ce défunt président les milliards nécessaires pour arroser les électeurs ? Bongo ne pouvait lui apporter qu'un soutien financier, le reste est purement
psychologique...



Mouanga 08/06/2009 18:53

Je viens de prendre connaissance de votre réponse. Je vous assure que je suis entièrement d'accord avec vous. Par le fait que je connais assez bien les individus que vous pointez. Je suis ancien militant de l'AEC en même temps que Dzon, Mbemba M., Ossebi H., et j'en pase. Je suis un petit privilégié de la société congolaise, qui peut se permettre de passer des vacances en France, je veux dire ainsi que je vis à Brazza et je répète, je connais bien tout ce monde. Je voulais seulement faire remarquer qu'il ne faut pas non plus se laisser emporter par ces gars là; actuellement au Congo, il y a tant de gens qui luttent contre le sassouisme et parmi eux, des gens qui auraient voulu s'engager bien plus publiquement dans leur lutte mais l'argent leur fait défaut. L'argent..Je pense que un gars comme Mbaya Bonaventure est actuellement à même de rentrer dans les références de l'opposition ou la lutte patriotique que vous exposez dans votre développement.. C'est l'argent qui pollue le climat soiopolitique congolais...ce qui revient à dire qu'il faut faire avec...qui ne l'a pas en quantité utile, ne peut rien faire, ni entreprendre de propager ses idéaux, de former des cellules de réflexion, ni de préparer un coup d'état, etc. L'argent a tout verrouillé au Congo...Mais, très franchement, je soutiens votre démarche intellectuelle.

Mouanga 08/06/2009 09:24

Bonjour!Très édifiant votre réflexion. Et votre conclusion es bien le résumé de ce qu'il faut pour notre pays. Question cependant :Parmi la génération montante d'aujourd'hui, n'y a t-il pas un seul individu patriote? L'erreur n'est-elle pas de penser toujours aux candidats les plus célèbres, même tristement ?  Mais que vaut le peuple congolais aujourd'hui? N'est-il pas lui-même responsable dans la propagation e cette peste qu'est la corruption? Merci!

Le lion de Makanda mwan Mizumba 08/06/2009 13:39



Mon cher compatriote,
bonjour.
Merci d'avoir laissé ce commentaire qui me donne l'occasion de vous répondre. Dans votre question, il y a deux choses sur lesquelles j'aimerais disserter : d'abord la génération montante
d'aujourd'hui, pour terminer par "individu patriote". Une génération peut différer selon le type de définition que l'on propose. Il peut s'agir de personnes incarnant une même époque, des mêmes
valeurs ou simplement un conglomérat d'humains que l'on situe par rapport à une autre comme la génération des pères, des fils, etc.  Quand vous parlez de génération montante, à quels
énergumènes faites-vous allusion ? Il ne suffit pas que des individus fassent de la politique pour constituer à mon avis une génération ; encore faut-il qu'ils incarnent les mêmes valeurs, les
mêmes comportements, les mêmes objectifs, etc. Pour la petite histoire, prenons la génération Sassou que l'on peut définir par leur durée dans le système politique, leurs objectifs
d'enrichissement absolu, dans celle-ci figurent des individus de tous âges car ils sont tous dans la même barque et tant qu'ils sont dans notre système politique, rien ne change, rien n'évolue ;
ceux qui intègrent ladite génération ont déjà assimilé les mêmes codes, les mêmes comportements et travaillent au service des mêmes objectifs. Pour parler de génération "montante", il faut ou
bien qu'à l'intérieur de cette génération apparaissent des hommes politiques avec de nouveaux codes et qui aspirent à se détacher de la première génération pour ensuite s'émanciper - soit par
opposition soit par amélioration de la première génération comme par une mutation génétiquement culturelle de valeurs nouvelles. Moi, quand je regarde, je ne vois pas de génération montante, je
ne vois que la génération Sassou qui fait des petits pour qu'à sa disparition physique, une génération clone prenne le pas et continue le travail de la génération des aînés.
Il ne faut pas confondre une ambition servie par une rhétorique nouvelle - qui se veut opposée au pouvoir actuelle avec une génération montante. Pour monter, il faut une progression ; or, ne
viennent-ils pas d'en-haut déjà ? Ce qui les assemble avec les Sassou et consorts n'est-il pas plus important que ce en quoi ils diffèrent ?. Alors, moi, je veux savoir à qui vous faites
allusion. Un exemple : le docteur Ngitoukoulou semble déjà compromis dans une histoire de corruption avec l'argent sale de Bongo. Quant à Dzon, mes articles sont là pour montrer qu'il ressemble à
Sassou car il entre dans la même idoéologie des gloutons cfativores politiques. Alors, où voyez-vous une génération montante ? Poungui vient de l'ancien monde du PCT - même s'il l'a renié en
1992. A voir comment il se comporte, les spécialistes politiques craignent qu'il ne reproduise les mêmes comportements que Sassou car il s'est coupé d'un grand parti pour s'acoquiner un
groupuscule ethnique. Alors, où est la génération montante, celle qui s'oppose radicalement, qui ne transige pas avec l'ancienne, qui prône des idées nouvelles, des comportements nouveaux, qui
privilégie l'intérêt collectif à l'intérêt individuel ? Ne pas confondre avec l'opposition politique  qui fait le travail suivant : utiliser la lutte politique pour servir une ambition
personnelle. Je ne vois que quelques individus comme  vous ou moi  mais qui doivent encore se rassembler pour constituer une génération mais si nous procédons ouvertement, nous serons
infiltrés, Sassou essayera de corrompre certains en flattant l'intérêt individuel qui fera vite que certains abandonnent la lutte pour le véritable service de l'intérêt collectif qui est la
définition même de la politique pour se servir eux-mêmes au lieu de servir le pays. CHEZ NOUS VOILA LA GENERATION QUI EXISTE ET QUI EST AU POUVOIR : CELLE QUI UTILISE L'INTERET COLLECTIF POUR
SERVIR L'INTERET INDIVIDUEL. MOI, J'APPARTIENS A CELLE QUI VEUT UTILISER L'INTERET INDIVIDUEL POUR SERVIR L'INTERET COLLECTIF COMME CE QUI SE PASSE DANS UNE VRAIE DEMOCRATIE. Il faut 
qu'émerge la génération des démocrates congolais et nous ne somme pas si nombreux ! Il faut donc un vrai travail d'éducation politique pour que nos frères comprennent le sens véritable de la
politique...
Cette base posée, on peut maintenant parler d'individu patriote, de cet individu qui fait passer l'intérêt de la patrie tout entière avant le sien, de ce patriote qui pourrait mourir pour
défendre le Congo. Déjà que je doute sur l'existence de ta génération montante, je demande à voir et souhaiterais que tu te mettes dans la situation d'Abraham : montre-moi qui parmi les
postulants au pouvoir est un vrai patriote...si tu ne veux pas que Dieu détruise Sodome et Gomorhe...



Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg