Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 14:44

 

2009 est une année majeure pour l’avenir du Congo-Brazzaville

pays. Son départ libérera les énergies et nous permettra d’entrer de plain-pied dans une nouvelle ère, marquée par le renouveau de notre pays. Avec cette élection présidentielle de juillet 2009, nous devons transcend J’invite les congolais, du Nord au Sud et au-delà de tout clivage ethnique à faire du départ de Denis Sassou-Nguesso de la tête du pays un enjeu national. Parce qu’il bloque les énergies positives dans notre pays depuis un quart de siècle, l’empêche ainsi de décoller et de connaître un essor économique, nous devons faire de son départ un enjeu majeur pour l’avenir de notre  er nos choix partisans et nous mettre en ordre de bataille, tous comme un seul homme, non pas derrière un candidat mais derrière le changement. Car si nous laissons Sassou se réinstaller tranquillement pour 7 ans à la tête du pays, cela voudrait dire que nous ne nous soucions guère de notre avenir.

Cette année, Sassou doit partir, il y va de notre avenir commun. Il nous a perdu trop de temps avec ses vains slogans de communiste endurci et ses multiples promesses restées lettres mortes depuis 25 ans. Maintenant le peuple doit reprendre la main. Restons donc  lucides et ne nous laissons pas impressionner par les gesticulations d’un pouvoir à bout de souffle. A quelques jours de l’élection présidentielle, Denis Sassou-Nguesso et ses apôtres du RMP nous rebattent les oreilles en chantant la paix. Inlassablement les griots du pouvoir multiplient des forums et autres initiatives sur la paix, cette paix qui serait subitement devenue si chère à Denis Sassou-Nguesso alors que le peuple manque de tout (pas d’eau, pas d’électricité, pas d’écoles, pas d’hôpitaux, pas d’emplois…, peut-on parler de paix dans ces conditions ?). Pourtant tout le monde sait que tout cela est loin de ses préoccupations. Car en réalité ce que veut Denis Sassou-Nguesso en brandissant la menace de la paix en cette période électorale, c’est d’attiser la peur au sein des populations qui gardent encore le triste souvenir de la guerre civile qui avait ravagé le pays et empêché la tenue du scrutin présidentiel en 1997.

En vérité, c’est Sassou qui a peur car depuis les violentes émeutes du 7 juillet 2007 à Pointe-Noire qui l’ont profondément traumatisé, il redoute un grand soulèvement populaire sur l’ensemble du pays (qui de toute façon est inévitable s’il n’accepte pas d’organiser des élections libres et transparentes gérées par une Commission paritaire et véritablement indépendante car aujourd’hui c’est tous les congolais, même les évêques, qui exigent une commission électorale indépendante pour cette présidentielle de juillet 2009). Depuis ce jour là, c’est comme on dit, la peur a définitivement changé de camp. Mais comme il s’est toujours pris pour un prince machiavélien très rusé, alors il tente désespérément de transposer sa peur au peuple congolais. D’aucuns diront peut-être que je me montre d'un optimisme désarçonnant sur cette menace, mais ma conviction en tant qu’un qu’il s’agit d’une guerre qui pour moi est avant tout psychologique.

Chacun sait que contrairement à ce que Sassou veut bien faire croire au monde entier, il n’a jamais été un homme de paix. Et pour cause, depuis son retour au pouvoir par les armes, tout monde l’accuse d’avoir fait du Congo un "enfer" et tué des centaines de milliers de congolais. Et depuis, les congolais ont le sentiment de vivre chez eux comme dans un pays occupé et sous contrôle. En effet, une fois qu’il s’est réinstallé au pouvoir en octobre 1997, il a institutionnalisé un régime de terreur dans ce pays et ses services de sécurité y mènent toute une série de campagnes de violences et de répression. Résultat : depuis 12 ans les congolais ont littéralement vécu un enfer sur Terre.

Sur le plan politique en effet, le Congo est aujourd’hui considéré comme une des dictatures la plus fermée au monde (comme la Corée du Nord). Depuis 2002 on assiste à une restriction des droits de l’opposition au Parlement, la remise en cause de la liberté d’expression… tout cela constitue un recul, voire une régression de la démocratie dans notre pays

Sur le plan économique, cette phrase du Président Nicolas Sarkozy résume à elle seule la situation du Congo : « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres ; pardonnez-moi si cela vous choque, mais comment ne pas être attristé par un tel gâchis ? »

C’est vous dire que l’incapacité de Denis Sassou-Nguesso à développer le Congo est bien connue du monde entier. Même les autres Chefs d’Etats étrangers se moquent de lui et de la manière dont il gère les affaires du Congo depuis 25 ans. Le monde entier sait que depuis un quart de siècle qu’il est au pouvoir, il n’a jamais rien fait pour créer les conditions d’une vie décente dans ce petit pays pourtant très riche en pétrole et en minerais. Et même si on lui accordait encore 25 années supplémentaires à la tête du pays, il ne pourra rien faire de plus qu’il n’a pas été capable de faire en 25 ans avec tous les pleins pouvoirs. Et ça, même ceux qui le soutiennent, tout simplement parce qu’ils mangent avec lui et ne pensent qu’à leurs petites personnes, en sont parfaitement conscients. Mais hélas, aujourd’hui dans notre pays la plupart des gens sont arrivés à une étape de dédignité. C’est pourquoi je pense qu’il faudra instituer dans notre pays une Commission de déontologie et d’éthique.

Il appartient donc à ceux qui se rendront à la prochaine concertation citoyenne de ne pas lâcher prise et de faire en sorte que le pouvoir décide enfin de lâcher du lest. Pas question de sortir de ces jours de négociations avec un accord à minima; le camp présidentiel jouera la montre ; mais dans ce rapport de force, seuls qui ceux militent pour le changement doivent avoir présent à l’esprit qu’ils peuvent compter sur la rue. Preuve que le pouvoir n’est pas en position d’imposer sa loi au cours de cette concertation. La pression doit être forte pour que les revendications sur une organisation consensuelle et apaisée des élections aboutissent très vite.

 

Bienvenu MABILEMONO

 

 

Partager cet article

Published by Bienvenu MABILEMONO - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg