Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 10:13
354 IEME ARTICLE. Devenir président de la république, c'est comme prendre épouse et se marier devant les hommes et le ciel (des principes car un ciel où se cacherait un Dieu qui passerait l'éternité à admirer les frasques humaines, je n'y crois guère ; ça ressemble plutôt à la mythologie grecque) à tout un pays. En amour, on épouse une femme, en politique, on épouse un pays. Hélas, un pays, c'est une multitude d'êtres humains, un territoire, la faune, la flore et tout le reste et il n'est pas aisé de satisfaire des millions de personnes - surtout quand on est un glouton financier, une éponge financière et qu'on confond le budget de l'Etat avec sa propre poche. Dans les deux cas, on prête un serment qu'on est tenu de respecter tant que le lien tient. La campagne présidentielle ressemble fort bien à du baratin - tant les promesses sont rarement tenues mais en amour au moins, on partage le destin de son partenaire et son bonheur rejaillit d'une manière ou d'une autre sur vous : vous partagez sa condition de logement (s'il vit dans un palais, vous y vivez aussi), sa condition de nutrition, de santé, et j'en passe. On est censé faire tout son possible pour le bien-être ou de la femme ou du pays. Et si en amour, si les choses vont mal, il est possible de divorcer comme l'a fait Dabany Bongo, en politique, en Afrique, le divorce n'est presque jamais consensuel ; la "femme-pays" est même retenue en otage, on tue ses enfants, on l'affame, on lui fait du chantage, on la prostitue à des étrangers et ce n'est pas une liste exhaustive !
Ceci est une vue idyllique, analogique de deux situations totalement différentes car si la femme vient pour recevoir amour, argent, bonheur, nos homme politiques pensent quand ils deviennent présidents, qu'il faille prendre, recevoir argent, honneur, richesse, droit de cuissage, et j'en passe. Quant au rendu, au donner qu'on attend d'eux, il est mince. Que se passerait-il si on aimait son pays comme on aime sa femme chérie, ou comme on aime sa fille chérie ? Si dans les deux cas, on se comportait à peu près de la même façon car un pays n'attend-il pas qu'un président lui montre des signes d'amour pour l'avoir choisi comme le représentant de toute la nation ? 
Si Hassan II n'avait pas aimé son pays, aurait-il construit un hôpital digne de ce nom où Edith Lucie Bongo Ondimba née Sassou Nguesso aurait pu être soignée ? Bongo et Sassou profitent de la preuve d'amour d'un homme envers son pays - alors qu'ils ont la possibilité de faire la même chose car ils sont exactement dans la même configuration et dans le même rôle !
On voit aujourd'hui Mwinda press reprocher à Sassou de ne pas avoir eu le même acharnement thérapeutique à l'égard de mon ami feu Bruno Ossebi parce qu'il le considérait comme un opposant - au point de ne pas le laisser venir se faire soigner en France mais quand on fait du mal à tout un pays devant lequel on a prêté serment, que lui reproche-t-on ? Si on laisse mourir un opposant parce qu'on le déteste, quel sentiment animent Bongo et Sassou Nguesso quand ils laissent mourir leur pays ? Je vois ici et là, des gens reprendre mes réflexions et aller au-delà. En effet, il faut se poser les bonnes questions pour espérer trouver les bonnes réponses.
Il est certain que Rabat est devenu la capitale de trois pays africains : le Maroc, le Congo et le Gabon car il se vérifie comme l'a dit mon correspondant que tant qu'il n'y aura pas de progrès concernant la santé d'Edith Lucie Bongo Sassou Nguesso, le père et le mari ne bougeront pas du Maroc - quitte à faire faire des tours en avion à des ministres pour signer des documents. Bien sûr qu'au Maroc, on se réjouit que tous ces riches viennent prendre des chambres d'hôtel  à Rabat ou permettent à Air Maroc de ne pas souffrir de la crise qui sévit dans le monde mais ce que cette situation fait ressortir hormis la mauvaise qualité des structures de santé dans deux pays pétroliers du golfe de Guinée (c'est là où l'on peut faire un reproche légitime à Bernard kouchner car s'il a bien pris les 600000 euros pour un rapport que j'aurais pu écrire en ne prenant que 50000 euros, on voit qu'il n'a rien fait pour changer les choses dans ces deux pays !), c'est l'amour d'un père et d'un mari pour une femme, fille de président, épouse de président. si juste l'une des conditions était réunie qu'Edith Lucie s'en réjouirait mais quand deux trésors d'Etat se liguent pour sauver un seul être humain - à tous les prix - et même s'il fallait trouver encore plus d'argent, on peut croire que les courtisans qui viennent apporter des fleurs à Rabat dans la chambre d'Edith n'hésiteraient pas à mettre la main dans la poche en guise de reconnaissance ! Et si cela, ne suffisait pas, il y a deux dettes souveraines d'Etat qui pourraient venir à la rescousse !
C'est vrai que nous avons honte, nous autres, Congolais ou Gabonais car cela dénote l'irresponsabilité de ces deux sangsues qui nous dirigent, eux qui n'ont même pas été capables de doter leur pays d'une seule structure médicale digne de ce nom. Ca serait trop bon que le peuple ait à se soigner dignement car, moins le peuple est nombreux, moins il y a de l'argent à sortir pour lui car ils sont au pouvoir pour eux et leurs familles.
Et si Sassou et Bongo aimaient leur pays comme ils aiment leur fille et épouse ? Vous imaginez ? C'est à un acharnement politique qu'on assisterait pour faire de ces deux peuples des grands peuples avec des grands hôpitaux, des grandes universités, des grands services publics, des grandes et belles infrastructures à tous les niveaux et on y mettrait toute l'énergie possible pour atteindre cet objectif. On aurait à coeur de sortir le Congo et le Gabon de la misère en disant : " Tant que mon pays n'est pas comme un pays moderne, je ne renonce pas ; je continue à déployer toute mon énergie pour que le peuple me rende cet amour que j'ai pour lui..."
Avec le cas de la santé défaillante d'Edith, ces deux hommes, ces deux chefs d'Etat montrent qu'ils capables d'aimer à un point où la dépense ne compte pas car c'est bien l'argent de deux trésors publics qu'on dilapide pour sauver une seule vie - tandis qu'on laisse mourir des milliers d'autres dans leurs pays respectifs !
Quand on a eu quarante ans de pouvoir, on n'a pas d'excuse à ne pas avoir un hôpital digne de ce nom, monsieur Bongo ! Même à raison d'une brique par jour, il y a belle lurette qu'elle serait terminée ! Comment expliquer l'acharnement actuel alors que Bongo a supporté de vivre loin de sa femme pendant au moins deux ans ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond ; on a l'impression que de la survie de cette femme dépend aussi celle de deux systèmes politiques iniques, du moins celle de deux hommes. Edith est-elle dépositaire des fétiches de l'un et l'autre pour durer au pouvoir de sorte que si elle venait à mourir les deux pouvoirs seraient pour autant perdus ?
Si les deux hommes ont montré qu'ils savent faire preuve d'amour pour leur fille et femme, vous pouvez donc en déduire qu'ils n'aiment pas leurs pays respectifs car sinon le Congo et le Gabon seraient des havres de paix et de bonheur car ce sont des pays riches ! Or, tout y est catastrophique ! Et il n'y a pas le reflet de la grande richesse à l'échelle des nations puisque seuls quelques individus y trouvent leur compte. 
On ne peut attendre l'amour après vingt ou quarante ans de mariage et il est sûr que si ces mariages politiques contre-nature persistent, on peut s'attendre à ce que nos deux époux étranglent leurs épouses-nations. 

Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

ahmed 27/02/2009 13:43

Hassan 2 voulait être soigné et mourir chez lui d'où la construction d'hôpitaux royaux ultra moderne.

Le lion de Makanda mwan Mizumba 27/02/2009 15:59


Voulez-vous dire que Sassou Nguesso n'a pas envie de se faire soigner et de mourir chez lui ? C'est vrai qu'il préfère se faire soigner à l'étranger. Je crois que la maladie d'Edith et son séjour à
Rabat ont mis en lumière la crise de la situation de santé au Congo. Je pense qu'Hassan II aimait son pays pour avoir envie de lui laisser de bons hôpitaux royaux ! Moi,je pense une chose toute
simple : le mode de gouvernance devient secondaire quand on pense vraiment à son peuple. Un royaume n'est pas une démocratie tout comme une dictature mais ce qui fait la différence
ici, c'est l'homme et son attachement à sa terre,  son tsi et je vois que le premier d'entre-nous n'est certainement pas le plus attaché à la terre du Congo.
C'est vrai que nous avons honte que la fille de notre président en même temps épouse d'un président ait à se faire soigner à l'étranger. C'est comme une insulte à nos hôpitaux par ceux-là mêmes qui
devaient leur donner leur lettres de noblesse.
Peut-être que le président Denis Sassou Nguesso a tout simplement planifié de finir ses jours au Maroc comme feu le président Mobutu ; il peut donc remercier le roi Hassan II...


Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg