Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 12:31
AFRIQUE FRANCOPHONE : UN VERITABLE BOURBIER D’UNE FRANCAFRIQUE ENLISEE.


 

 

 

 

Pour  atteindre  ses  promesses  électorales :  Pouvoir  d’achat,  Dettes,  Croissance,  Chômage,  Service  à  ses  amis  riches  etc.…,  Nicolas  Sarkozy  fait  allégeance  au  « Réal  politik ».  Depuis,  il  est,   sans précédent,  de  voir  la  diplomatie  française  s’enliser  en  Afrique,  le  nouveau  discours  de  Nicolas  Sarkozy  en  Tunisie  et  la  mutation  de  Jean  Marie  Bockel  de  la  coopération  sont  les  preuves,  Eh !  oui  nos  amis  de  la  françafrique  ont  la  peau  très  dure.  En  même  temps,  les  mécontentements  en  Afrique  prennent  de  plus  en  plus  de  pans  entiers,  soit :  l’indignation,  le  dégoût,  la  révolte  etc.…   Développement  par  Appolinaire  Noël  KOULAMA.

 

 

Nicolas Sarkozy, au deuxième jour de sa visite d'Etat en Tunisie, a déclaré que l'Europe...

 

 

   

1)    SARKOZY  INDIGNE  LES  AFRICAINS : 


 

En  présentant  ses  vœux  de  fin  d’année  au  français,  le  Président  français  ne  dévoile  pas  sa  politique  africaine,  et  dernièrement,  lors  de  l’interview  réalisée  par  les  grandes  chaînes  de  télévision  françaises,  à  l’Elysée,  nous  pouvons  déplorer  le  manque  de  question  sur  la  promesse  de  Nicolas  Sarkozy  sur  sa  politique  africaine.  Mais,  de  jour en  jour,  le  vrai  visage  africain  de  Nicolas  Sarkozy  se  dévoile

 

A  chaque  fois,  force  est  de  voir  le  Président  français,  tenir  un  comportement  humble  dans  les  pays  anglophones  (en  référence  de  sa  dernière  visite en  Afrique  du  sud),  mais  par  contre  de  comportements  truffés  d’arrogance,  de  dénigrement  et  d’humiliation  des  peuples  africains,  pendant  qu’il  chouchoute  les  dictateurs.

 

Lors  de  son  périple  africain  du  Sénégal,  Nicolas  Sarkozy  évoque :  « L’Afrique  n’est  pas  assez  entré  dans  l’histoire……. »,  En  Afrique  du  sud,  il  calme  le  jeu,  en  disant :  « La  France  n’a  pas  pour  vocation  de  demeurer  un  gendarme en  Afrique  et  tous  les  accords  de  défense  seront  renégociés ». 

 

Actuellement,  en  Tunisie,  en  voyage  d’état,  Nicolas  Sarkozy  accompagné,  pour  la  circonstance,  des  hommes  d’affaires  et  de  Ramada  Yade,  Secrétaire aux  droits  de  l’homme,  évoque  les  questions  de  droit  de  l’homme  en  Tunisie :  C’est  le  satisfecit  attribué  lundi  17  mai  2008,  au  soir,  par  Nicolas  Sarkozy  au  président  tunisien  Zine  El  Abidine  Ben  Ali  sur  le  terrain  des  droits  de  l'Homme  qui  a  suscité  la  polémique,  aussi  bien  en  France  qu'en  Tunisie :  « L'espace  des  libertés  progresse  en  Tunisie »  avait-il  jugé  devant  son  hôte,  assurant  ne  pas  vouloir  s'ériger   en  donneur  de  leçons. 

 

La  colère  des  démocrates,  des  défenseurs  des  droits  de  l’homme  et  des  droits  de  la  femme,  ne  s’est  pas  faite  attendre,  pour  un  peuple  sous  l’une  des  dictatures  les  plus  féroces  du  Maghreb.  Monsieur  Mokhtar Trifi  Président  de  la  ligue  tunisienne  des  droits  de  l’homme  a  regretté  les  propos  du  président  français  Nicolas  Sarkozy.  Et  pour  couronner  le  tout,  Ramada  Yade,  la  Secrétaire  aux  droits  de  l’homme,  annule  le  rendez-vous  prévu   avec  l'Association  Tunisienne  des  Femmes  Démocrates  (ATFD), regrette  sa  présidente  Mme Cherif.

Monsieur  Nicolas  Sarkozy,  joue  toujours  la  même  carte,  celle  de  privilégier  les  intérêts  économiques  français,  au  détriment  de  la  bonne  gouvernance  et  des  droits  de  l’homme  en  Afrique  francophone.  Son  réal  politik  n’est  qu’une  priorité  au  commerce,  à  l’économie,  à  l’aménagement  des  dictateurs  africains,  et  heurte  ainsi,  l’indignation  et  la  sensibilité  du  peuple  africain  francophone.  On  peut  resumer,  qu’en  Afrique,  la  France  n’est  plus  défenseuse  des  valeurs  Selon  Madame  Khadija ,  (Militante  des  droits  de  l’Homme  et  présidente  d’une  ONG  féministe),  à  l’AFP :  « même  s’il  ne s’agissait  pas  de  donner  des  leçons  de  démocratie,  mais,  devrait,  au  moins,  reconnaître  la  réalité  en  Tunisie ». 

 



2)    LE  NO  MANS’LAND  DE  LA  FRANCAFRIQUE : 

 

Les  années  à  venir  s’annoncent  dures  pour  les  démocrates  africains contre  la  Françafrique,  des  manifestations  contre  la  fin  et  contre  les  tripatouillages  constitutionnels et  électoraux  seront   attendus,  dans  les  mois  à  venir,  au  nom  de  « Trop  c’est  trop ».   Selon  l’ancien  premier  ministre  français  Michel  Rocard,  dans  une  interview  du  journal  les  Afriques n°16 du  jeudi  14  février  2008,  « La  Françafrique  m’a  empoisonné  la  vie.  J’ai  parfois  tenté  d’empoisonner  la  sienne,  mais  elle  a  la  vie  dure… »,  En  voici  des  exemples :

 

·          Au  Tchad,  après  l’attaque  rebelle  du  03  février  2008,  Idriss  Deby  aidé  par  la  France,  prend  le  contrôle  de  N’Djamena  et  les  opposants  démocratiques  (non  armés)  sont  laminés  au  silence  par  des  intimidations  et  des  arrestations  gratuites  au  bon  vouloir  de  Idriss  Deby.

 

·          Au  Congo-Brazzaville,  le  dictateur  Président  Sassou  N’Guesso,  arrivé  au  pouvoir  avec  l’aide  de  la  France,   par  les  intermédiaires  des  mercenaires  africains :  houtous  rwandais,  centrafricains,  tchadiens,  et  l’armée  angolaise,  a  malicieusement  taillé  sur  mesure  sa  constitution,  dont  certains  passages  sont  un  affront  à  la  démocratie,  actuellement  les  élections  locales  sont  poussées  à  une  échéance  encore  inconnue  et  une  incertitude  demeure  encore  en  2009,  sur  l’installation  d’une  Commission  Electorale  Indépendante  comme  l’a  toujours  demandé  l’opposition  et  que  le  régime  putschiste  de  Sassou  N’Guesso  l’a  toujours  rejeté.  A  l’heure  actuelle,  ce  régime  veut  modifier  l’article  constitutionnel  qui  limite  à  2  septennats   les  mandats  présidentiels.

 

·          Au  Cameroun,  le  Dictateur  Président  Paul  Biya,  après  avoir  évincé,  par  trahison,  sans  effusion  de  sang,  l’ancien  Président  Ahidjo,  sous  les  prétextes  que  son  état  de  santé  ne  pouvait  plus  lui  permettre  de  conduire  la  destinée  du  pays,  vient  de  réprimer,  violemment,  une  manifestation  au  Cameroun.  Manifestation  contre  l’augmentation  du  coût  de  la  vie  chère  et  de  la  prétendue  modification  de  la  constitution  par  le  Dictateur  Paul  Biya. A  75 ans  actuellement,  Paul  Biya  qui  a  fêté  ses  25  ans  du  pouvoir  le  6  novembre  2007,  veut  modifier  la  constitution,  pour  briguer  un  autre  mandat  dans  3  ans  (en  2011),  il  aura  bien  entendu  78 ans.  A  l’heure  actuelle,  il  vient  de  confirmer  qu’une  modification  constitutionnelle  de  la  limitation  de  mandats  présidentiels,  sera  soumise  au  parlement  qui  lui  est  acquis,  suite  à  de  nombreuses  fraudes  électorales.

 

·          Au  Centrafrique,  le  Général  BOZIZE  est  arrivé  au  pouvoir,  au  moyen  d’un  coup  d’état,  entend  suivre  la  même  voie  que  son  voisin  Paul  Biya,  celle  de  la  révision  constitutionnelle  de  la  loi  fondamentale  de  décembre  2004.  Pendant  que  ce  projet  est  discuté  entre  les   membres  de  la  majorité  présidentielle,  l’opposition  se  trouve  en  pied  de  guerre  contre  le  toilettage  de  la  constitution.

 

·          Au  Burkina  Faso,  le  Dictateur  Président  Blaise  Compaoré,  né  le  03  février  1951  à  Ouagadougou  (anciennement  Haute-Volta)  a  fondé  son  pouvoir  sur  la  tyrannie,  on  y  recense  le  massacre  ou  les  disparitions  de  nombreux  opposants  et  des  journalistes,  aussi,  toutes  manifestations  en  sa  défaveur  ou  déstabilisant  son  régime  sont,  durement,  réprimées.

 

·          Au Gabon,  le  Dictateur  Président  Omar  Bongo,  né  le  30  décembre  1935,  il  est  sans  conteste,  le  doyen  des  Chef  d’états  africains,  vice  président  du  Gabon  de  ‘ancien  président  gabonais  Léon  M’ba  et  devient  Président  du  Gabon,  après  la  mort  de  Léon  M’ba,  depuis  1967.  Il  prépare  son  pouvoir  à  vie  et  son  fils,  Ali  Bongo,  à  sa  succession,  après  sa  mort.  Il  est  aussi  le  doyen  de  la  françafrique  et  l'un  des  Conseillers  de  Nicolas  Sarkozy  sur  l'Afrique.

 

·          En  Tunisie,   Monsieur  Zine  El  Abidine  Ben  Ali,   est  né  le  03  septembre  1936  à  Hammam  Sousse  en  Tunisie,  il  prend  le  pouvoir  le  07  novembre  1987  au  matin,  par  le  biais  d’un  coup  d’état,  où  il  dépose  l’ancien  président  Habib  Bourguiba,  pour  des  raisons  médicales  en  se  servant  de  la  constitution  et  des  actes  médicaux.  Ces  actes  médicaux  ont  été  rédigé  par  7  médecins  convoqués  de  nuit  par  Zine  El  Abidine  Ben  Ali ,  à  son  ministère  de  l’intérieur.  A  l’heure  actuelle,  il a  imposé  des  restrictions  sévères  aux  opposants :  interdiction  aux  radios  et  télévisions  d’émettre jusqu’à  l’étranger,  interdiction  à  l’opposition  d’imprimer  ou  de  publier son programme.  21  ans  après  son  accession  au  pouvoir,  se  représentera  pour  un  énième  mandat  à  la  présidentielle  de  2009,  en  maintenant  les  conditions  ci-dessus,  à  l’élection  de  2009,  il  sera  le  candidat.

 


 

3)    QUI  DIRIGE  LA  FRANCAFRIQUE  AUJOURD’HUI ?

 

La  françafrique  est  un  système  mafieux  qui  protège  les  intérêts  du  peuple  français  et  les  intérêts  des  chef  d’état  africains,  au  grand  dam  des  intérêts  du  peuple  africain. 

 

A  la  tête  de  la  diplomatie  françafricaine  de  France,  se  superpose  4  mains :  le  Président  de  la  république :  Nicolas  Sarkozy,  le  Ministre  des affaires  étrangères :  Bernard  Kouchner  avec  sa  politique  de  civilisation,  Claude  Guéant,  le  Secrétaire  général  de  l’Elysée (  qui  est  le  nouveau  Monsieur  Afrique)  ayant  obtenu  la  tête  de  Jean  Marie  Bockel,  pour  le ministère  de  la  Défense,  chargé  des  anciens  combattants,  Et  enfin,  le  nouveau  ministre  de  coopération  Alain  Joyandet,  ( c’est  l’un  des  accompagnateurs  au  Gabon  du  Secrétaire  de  l’Elysée  en  mission  pour  la  Françafrique ).

 

Il  existe  aussi,  du  côté  de  la  diplomatie  françafricaine  de  l’Afrique,  des  poids  forts  comme : Omar  Bongo  un  des  doyens  et  respecté  de  la  Françafrique,  Denis  Sassou  N’Guesso  le  défenseur  et  le  protecteur  des  intérêts  de  la  françafrique  (confère  à  ses  rôles  joués :  Lors  de  la  crise  ivoirienne,  en  respectant  sans  scrupule,  les  vœux  de  l’ancien président  jaques  Chirac,  pendant  sa  présidence  de  l’Union  Africaine.  Enfin,  dans  la dernière  crise  du  Tchad,  en  sollicitant  directement  l’aide  matérielle  à  SArkozy  pour  Idriss  Déby).  On  y  trouve  aussi :  Paul  Biya  du  Cameroun,  Bozizé  du  Centrafrique,  Idriss  déby  du  Tchad,  etc... 

D’après  le  journal  « Le  Canard  enchaîné »  du  mercredi  20  février  2008  -  page 3 :  « A  la  demande  de  l’Élysée,  le  chef  du  personnel  des  Affaires  étrangères,  Xavier  Driencourt,  vient  d’adresser  un  télégramme  aux  ambassades  et  consulats  de  France.  Pour  leur  annoncer  que  plusieurs  grands  services  du  Quai  allaient  changer  de  patrons  avant  que  Sarkozy  n’occupe,  en  juillet  2008,  la  présidence  de  l’Union  Européenne  (UE).  Notamment  les  directions  des  secteurs  suivants:  Afrique,  Europe,  Asie,  Amérique,  Affaires  stratégiques, etc.… ».  Un  coup  de  balais  sans  précédent,  à  partir  duquel,  il  faut,  ajouter  à  la  liste  ci-dessus,  de  voir nommer  à  ces   postes  des  sarkozystes  et  des  françafricanistes  confirmés,  pour  appliquer  une  politique  plus  atlantiste  pour  les  uns  et  plus  françafricaine  pour  les  autres.

 

 

4)    CONCLUSION:

 

La  Françafrique  doit  savoir,  que :    « la  constitution  n’est  pas  un  paillasson  que  l’on  doit  changer  tout  le  temps,  lorsque  les  amis  de  la  françafrique  arrivent  en  fin  de  mandats »,  selon  le  centrafricain  Adrien  Serges  Poussou

 

La  Françafrique  doit  savoir,  que :  «  Seules  des  commissions  électorales  consensuelles,  permettent au  mieux  les  élections  propres  et  évitent,  par  conséquent,  les  affrontements  intercommunautaires »  pour  éviter  les  mêmes  scénarios  que  le  kenya.

 

La  Françafrique  doit  savoir,  que :  «  qu’on  ne  peut  pas  duper  les  peuples  à  vie,  même  avec  la  solidité  et  la  solidarité  de  ses  membres  mafieux  qui  violent  l’Afrique,   il  arrivera  que,  les  peuples  d’Afrique  ne  supporteront  plus  à  être  colonisés  via  les  potentats  locaux ». 

 

La  Françafrique  doit  savoir,  que :  « le  monde  est  en  pleine  mutation,  que  l’Afrique  n’en  échappe  pas,  au  contraire  l’attitude  actuelle  de  la  France,  arrange  les  américains  qui  sont  en  osmose  avec  les  peuples  africains ».   

 

   

Auteur :  Appolinaire  Noël  KOULAMA

Publication :  30  avril  2008

Rubrique :  Afrique-politique

Source :

  http://africdossier.oldiblog.com


Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Quand nos lecteurs écrivent
commenter cet article

commentaires

REVEILLONS NOUS 02/05/2008 00:13

Cargos de nuit (vague n° 1)(AgoraVox Je vous propose de jeter un regard à nouveau sur le commerce des armes et ses ramifications dans le monde et spécialement en Europe ou Proche-Orient et en Afrique... L’actualité en effet met le projecteur à nouveau sur ce fléau, via un pays au bord de la guerre civile, où un dictateur donné perdant aux élections risque fort de prendre une revanche armée via des groupuscules manipulés et armés par ses soins. Des hommes ravitaillés par des conteneurs bourrés d’armes.Le hic, c’est qu’il n’est pas le seul à bénéficier d’un laxisme évident à propos de la circulation des armes à bord de porte-conteneurs, censés être inspectés, en réalité perdus sciemment dans la masse vertigineuse des énormes bateaux, capables aujourd’hui d’emporter près de 10 000 caisses à la fois. Des bateaux aujourd’hui plus grands que le Queen Elisabeth ou plus longs qu’un porte-avion comme l’USS Enterprise ! S’y ajoute une véritable mafia d’équipes de surveillance portuaire qui ont parfois de bien étranges ramifications politiques, et des Etats fournisseurs qui ferment les yeux au nom de profits gigantesques ou qui ont abandonné tout droit de regard sur la gestion de leurs ports, devenus d’étranges zones de non-droit étatique. Comme cette enquête est longue et ardue, je vous propose de l’effectuer en plusieurs fois, en plusieurs vagues, dont voici la toute première, en commençant tout de suite par le cas qui nous retient aujourd’hui, celui du cargo An Yue Jiang et de sa cargaison maudite, et de tenter de voir après comment se font ces envois d’armes via des conteneurs anodins.L’information est apparue dimanche dernier sur les téléscripteurs : alors qu’au Zimbabwe un futur ex-dictateur demande un recomptage des votes, alors que l’on s’attend à l’annonce de sa défaite probable, on apprend qu’un navire arrivé au large de Durban, en Afrique du Sud, serait sur le point de livrer une cargaison de 77 tonnes d’armes à ce même dictateur en disgrâce. Les rumeurs de guerre civile enflent aussitôt dans le pays, beaucoup s’attendant à une réplique visant l’opposition gagnante des élections via l’organisation de milices à la botte de Robert Mugabe. Des milices qu’il faudrait armer, en matériel léger, ce que contient le navire, soupçonné d’héberger essentiellement une cargaison d’AK-47 chinoises, de lance-roquettes RPG-7 (1 500) et de mortiers (3 000), et plus de trois millions de cartouches. Des armes typiquement insurrectionnelles. Une semaine après, grâce à la sonnette d’alarme tirée par des militants du pays, le cargo décide de faire route vers l’Angola, un pays qui a toujours clamé son soutien au Zimbawe. Logique, il utilise la même filière d’armements que lui, après en avoir utilisé bien d’autres. Au-delà de la possibilité d’un coup tordu (coup d’Etat ou entretien d’une guerre civile), arrêtons-nous un instant sur la nouvelle brute. Les agences fournissent d’emblée le nom du bateau, le An Yue Jiang, et même sa photo. C’est un porte-container classique de taille conséquente (149 m de long pour 21,80 de large) croisant à 14,5 nœuds de moyenne construit à 6 exemplaires en 1986 (il n’est donc pas tout neuf, ce dont on se doute à voir la rouille de sa poupe !), respectivement les AN QING JIANG, AN XIN JIANG, AN YUE JIANG, AN ZE JIANG, AN GUANG JIANG et AN SHUN JIANG. Tous ont été construits de 1980 à 1987 et ont la Chine comme port d’attache... à Guangzhou, mais sont affrétés à Damman, en Arabie saoudite par AL BOKHARI SHIPPING TRADING & IND. INTL, une division locale de COSCO, pour China Ocean Shipping (Group) Company. Les bateaux immatriculés en Chine sont donc gérés et affrétés... par des Saoudiens. Qui ont ouvert en 2007 un énorme complexe pour porte-containers de 300 millions de rials, décidé par le feu roi Abdelaziz, faisant passer la capacité d’accueil de 800 000 Teu à 2 millions. Le tout géré par un système entièrement neuf, avec un suivi électronique des marchandises vanté par les autorités portuaires saoudiennes... "Now all import cargo documents are exchanged electronically between the shipping agents, the custom brokers, the customs department, the Ports Authority and the port operating companies. Export documents are currently in implementation", dit le dépliant publicitaire. Tout va bien donc dans le meilleur des mondes, celui du trafic de conteneurs et son commerce florissant, dans un conteneur où l’on peut cacher ce que l’on veut, ou plus exactement on peut faire circuler ce qu’on veut si on contrôle à chaque bout le chargement. Et c’est bien cela le problème. COSCO est depuis plus de vingt ans sur la sellette, et personne n’est capable d’arrêter son expansionnisme. Même pas Maersk, devenu le super-géant du transport par conteneur, après son rachat de P&O Nedllyold en février 2006. Ces 77 tonnes d’armes, en effet, ne sont pas de la contrebande, car elles proviennent d’un accord militaire dûment signé il y a plusieurs mois auparavant et sont donc susceptibles d’être utilisées ici par un dictateur pour restaurer son autorité perdue par les urnes. Ceci nous amène directement à nous poser la question de la libre circulation d’armes à bord de containers de bateaux civils, dûment affrétés par des compagnies qui ont pourtant toutes signées un accord sur le contrôle des containers, accord proposé dans tous les ports importants par les Etats-Unis, après les attaques du 11-Septembre. Sous le nom de Maritime Transportation Security Act (MTSA) et signé le 25 octobre 2002, l’accord devait assurer contre toute attaque terroriste via un port : "This law is the U.S. equivalent of the International Ship and Port Facility Security Code (ISPS), and was fully implemented on July 1, 2004. It requires vessels and port facilities to conduct vulnerability assessments and develop security plans that may include passenger, vehicle and baggage screening procedures ; security patrols ; establishing restricted areas ; personnel identification procedures ; access control measures ; and/or installation of surveillance equipment".En 2007, l’administration Bush a souhaité aller encore plus loin dans la surveillance, pour se heurter aux dures lois du temps d’immobilisation des monstres des mers et l’impossibilité de tout scanner. C’est tout simplement impossible à faire, et ce ne sera pas fait, car beaucoup trop ont intérêt à ce que cela ne se fasse pas. En priorité, les sociétés d’armement, qui y voient une perte de temps et donc une perte avant tout d’exploitation.En fait, l’analyse va démontrer une chose : les seuls à pouvoir contrôler ce qu’ils veulent, ce sont les sociétés américaines, ce sont elles qui fournissent les scanners géants pour conteneurs et contrôlent même l’accès de certains terminaux via leurs sociétés de sécurité portuaires composées de mercenaires recrutés par elles seules. Résultat, elles acceptent de faire passer ce qu’elles veulent, à savoir leur propre contrebande d’armes ou de drogue si besoin est, quitte à dénoncer celle des autres dans le seul intérêt de sauvegarder leurs marchés forts lucratifs. Là-dedans, l’Etat américain n’a même plus son mot à dire. Et les militaires peuvent ou non sélectionner eux aussi ce qu’ils désirent voir ou ne pas voir. Nous avions déjà évoqué le problème ici, où des officiers peu regardants et pourtant haut placés semblaient bien participer aux trafics illicites d’armes. Des entreprises avaient été clairement épinglées, qui détournaient les armes destinées à la police irakienne. Aucune n’a été arrêtée à ce jour.Tous les jours, des centaines de porte-conteneurs sillonnent en effet le monde. A bord, de tout, du papier toilette aux tondeuses à gazon en passant par les jouets chinois et les AK-47 : depuis que le procédé est apparu au début des années 70, il est devenu incontournable pour tous ceux qui désirent commercer dans le monde entier, sans avoir à montrer directement le contenu de ce commerce. Dans ces immenses cargos de nuit aux allures paisibles circulent donc aussi des armes. Chez certains, c’est même une évidence reconnue. Si je vous montre cette photo (STR/AFP/Getty Images) d’enfants se baignant dans le canal de Suez au passage d’un porte-container, vous n’imaginez pas que ce dernier est un bateau... militaire. Et, pourtant, c’est bel et bien le cas. C’est le SS Westward Venture, il n’est pas nouveau, car il date de 1977, fait 790 pieds de long (240 m !) et avance à 24 nœuds. C’est un navire assez atypique avec une allure reconnaissable de loin avec sa rampe de chargement centrale accédant à une sorte d’étage à container. Armé par une société Alaskane, il est entré après vingt-huit ans de bons et loyaux services comme porte-container de l’armée au Military Sealift Command en juillet 2006, après avoir servi de transport pendant la première guerre du Golfe. Avant d’intégrer l’armée, il travaillait pour Totem Ocean Trailer Express (TOTE) dont le développement fulgurant avait reposé sur l’exploitation du pétrole de Prudhoe Bay en Alaska. Tote a été rachetée depuis par Totem, devenu depuis Saltchuk Resources, société sise à Seattle. En 1997, la firme signe un accord pour le transfert régulier "d’engins agricoles" vers la mer Noire. Tout le monde se doutait que sous le vocable agriculture se cachait tout autre chose. Oui, mais, vous allez me dire, c’est surveillé de près tout ça. Et c’est exact. Le 3 octobre 2001, on apprenait par exemple que la firme Lockheed Martin a signé un important accord avec la... Roumanie pour la surveillance par radar du trafic maritime en mer Noire. Un radar, dans le port de Constantza. Un port qui dispose de 4 terminaux contrôlés par les sociétés Socep, Constantza South Container Terminal, Umex and APM Terminals, une société d’origine danoise devenue depuis A.P. Moller Maersk et première mondiale pour le trafic de container. APM est en fait très présent au Nigeria notamment à Lagos Port Complex (Apapa), mais aussi en Equateur ou en Jamaïque. Et partout quasiment dans le monde. Odessa, le port pivot du trafic d’armes à partir de l’Europe centrale, est aussi desservi, et plutôt bien même. Maersk y recrute même ses treize personnes pour son bateau géant de 397 m de long, mais transporte aussi par avion cargo si le besoin s’en fait sentir. Maersk dispose de ses quais, gérés par la firme seule, au détriment des droits du pays qui l’héberge le plus souvent. Ses géants entrent dans près de 90 ports américains sans problème de papiers, car ces 90 ports, justement, sont tous gérés aux Etats-Unis même par des compagnies privées étrangères !"At least 90 terminals at America’s largest ports are today operated by foreign companies, according to an excellent survey by the Washington Times that appeared on Feb. 22. The largest operators are China Ocean shipping Company, APM Terminals (Denmark), APL (Singapore), Hanjin Shipping (South Korea), and three Japanese companies, Kawasaki, Kisen, Kaisha Ltd, Mitsui O.S.K. Lines, and Ceres Terminals."A noter que dans la liste apparaît justement COSCO (China Ocean Shipping Company), la compagnie chinoise détentrice de bateaux géants. Des géants qui ont parfois du mal à gérer leur taille, comme sur cet exemple où un navire Cosco, le Cosco Busan, de 810 pieds (246 m) et 65 131 tonnes s’est payé le 8 novembre dernier le pilier du San Francisco-Oakland Bay Bridge, pourtant bien visible (même si on invoque le brouillard !) en provoquant une mini-marée noire. Une première à cet endroit. En résumé, il y a bien longtemps que les ports et leur contrôle échappent à la vigilance des Etats.Déjà, sous l’ère Clinton, aux Etats-Unis, l’affaire COSCO avait fait... des vagues. En janvier 1998, en effet, il y a dix ans donc, à la surprise générale, Clinton signait un accord étonnant avec la firme chinoise, lui accordant tous les droits de gestion des terminaux de conteneurs bâtis sur ce qui fut une ancienne base navale de la Navy, située à Long Beach en Californie. Les journaux titrent alors "l’armée chinoise contrôle le plus grand port de la côte Ouest". Pour ne rien arranger, les Américains découvrent que la firme est très liée au WAMPOA-HUTCHINSON GROUP, qui n’est rien d’autre que celui gérant... le canal de Panama. Ou qui gère Europe Container Terminals, en Hollande ou celui de Karachi, au Pakistan. Des sites droitistes tirent la sonnette d’alarme : à proximité de Long Beach, on trouve le Pacific Missile Test Center, le centre d’essai des missiles, le U.S. Naval Weapons Station, qui gère les tests de nouveaux armements navals, ou la flotille navale de sous-marins n° 5 ou un peu plus loin encore... la Silicon Valley. En 2006, on apprend que W. Bush a sélectionné Wampoa-Hutchinson pour détecter des possibles armes nucléaires à bord de conteneurs... tollé général aux Etats-Unis "The Bush administration selected Hong Kong-based Hutchison Whampoa to operate a U.S.-made nuclear weapons detection system at a container ship port in the Bahamas". Pour appuyer encore sur la crainte terroriste, on découvre dans un des conteneurs de COSCO trente-deux immigrants clandestins chinois entassés au milieu des cartons. Un commentateur fait remarquer que "COSCO ships have carried weapons to Iran, Iraq and Cuba". Et rappelle un autre haut fait d’arme, sans jeu de mots, de la firme chinoise : "in 1998, U.S. intelligence agencies tracked a COSCO freighter from Shanghai to Karachi, Pakistan, with a load of weapons-related goods, including specialty metals and electronics used in the production of Chinese-designed Baktar Shikha anti-tank missiles".Chez les républicains, on évoque plutôt le cas des chèques accordés par les Chinois à la campagne de Clinton... par le lobbyste taïwanais Johnny Chung. Chung avouera plus tard avoir reçu 300 000 dollars directement de Liu Chaoying, le colonel de l’armée chinoise à la tête des lancements spatiaux, pour alimenter les caisses démocrates. Chung sera reçu quarante-neuf fois de suite à la Maison-Blanche par les époux Clinton. Sa déposition devant le comité de la Chambre des représentants sera édifiante. Il évitera de peu trois tentatives d’assassinat, et travaillera même pour le FBI, le corps complètement gainé de câbles et de micros pour tenter de piéger ses anciens amis de la Chine rouge. En se comparant dans sa biographie à... Forrest Gump.Mais ce n’est pas le seul cas auprès de l’administration américaine. Le successeur de Clinton, W. Bush, choisissant lui un autre camp... celui de ses amis de toujours, les Saoudiens. En 2006, un accord passé entre APM Maersk et la ville de New York annonçait que la ville louait bien une partie des terminaux à APM, mais que désormais sa sécurité dépendrait de "Dubai Ports World" : à huit ans d’intervalle, l’administration Bush refaisait le coup de Long Beach, en cédant tous ses droits sur la gestion cette fois du port principal de la côte Est, mais aussi quelques autres et non des moindres : la Nouvelle-Orleans ou Miami, autres plaques tournantes des trafics en tout genre. Le capitalisme avide a engendré une hydre supra-nationale, qui décide désormais de qui peut entrer dans les ports d’un pays et y faire ce qu’il souhaite. En 1995, pourtant, le M/VEmpress Phoenix de COSCO avait été arraisonné par les douanes américaines. On avait découvert à bord de ces conteneurs 2 000 AK-47 destinés aux gangs de Los Angeles... On le retrouve en 2007 à inaugurer un service en compagnie de la CMA CGM, une société dont on connaît bien ici un autre fleuron...Il n’empêche, W. Bush choisit lui aussi d’abandonner sa souveraineté nationale aux portes de ses principaux ports : "Dubai Ports World was scheduled to assume a 30-year lease and manage port operations of the Port Newark Container Terminal LLC in the Port of New York and New Jersey, as well as acquire terminals in Baltimore, Miami, New Orleans and Philadelphia in March 2006. Except for cargo screening functions performed by the U.S. Department of Homeland Security (“DHS”), the port operator is responsible for securing all cargo entering and exiting the port, maintaining the port facility itself, and hiring port security personnel ; yet, approximately 8% of containers entering U.S. ports are inspected by DHS, while the rest are monitored by the port operator". Une décision surprenante, diversement appréciée.A l’autre bout de la chaîne, en effet, on retrouve... l’Irak. C’est Maersk en effet qui gérait entièrement le terminal de Zubair en eau profonde en Irak depuis avril 2003, ce que d’aucuns avaient perçu comme un cadeau pour l’aide du Danemark au sein de la coalition : "Maersk was given control of Zubair by the invading troops, a political plum to reward Denmark for participating in the invading coalition forces". Le contrat en avait étonné plus d’un : "Lots of people were trying to make use of the chaotic situation to get themselves lucrative contracts.But Maersk were the most blatant of them all and openly took advantage of the situation. (They) presented us with a contract that had been signed by a low-ranking officer of the U.S. military who had no authorization to make such a deal." He called the terms of the contract so favorable to Maersk that it was "almost ridiculous." Maersk got 93 percent of all port fees plus almost $15,000 a day. Des contrats aussi juteux comme ça, en effet, ça ne se dégotte pas tous les jours. Au point de se faire tirer quand même l’oreille : en 2005, le 4 mars, le contrat n’est pas reconduit par le gouvernement irakien, qui n’y trouve pas son compte, certains diront plutôt son bakchich. L’ancien ministre des Transports, Nabil Atta dira même : "Maersk ruined everything for themselves. We were ready to give them a long-term contract for the port but the Maersk people... kept making demands that were completely unreasonable." A force d’avoir trop voulu pomper l’argent... Ailleurs, en Irak, c’est une autre firme qui décroche un autre contrat : à Um Qasr, "Stevedoring Services of America was given a no-bid contract by the US military, even before the invasion began, to operate half the terminals." Stevedeoring sera racheté en 2006 par SSA Marine. La firme fera appel à une bien étrange société pour sécuriser ses envois : Olive, une firme anglaise du type Blackwater. En résumé, ce sont des mercenaires privés qui vont "superviser" le trafic de container partant ou arrivant à Qasr. Là encore, l’administration américaine s’en lave les mains, et le gouvernement fantoche irakien aussi, fermant les yeux sur les trafics qui peuvent se mettre en place, faute d’autorité réelle. "SSA Marine was awarded a sub-contract last year (2003) for security at the port of Umm Qasr in Iraq to Olive Security, a United Kingdom-based company. The USAID-approved sub-contract of six months commenced last October 15 with the arrival of a team of 40 veterans from the Brigade of Gurkhas at the facility". Olive s’occupe également de la sécurité du mort de Dubai... ou son but est de développer je cite "the new makert enter strategy".A l’origine du contrat, du favoritisme pur et simple : Tony Allum, père du fondateur d’Olive avait rencontré à plusieurs reprises les dirigeants de Bechtel pour préparer le terrain : "Olive came under scrutiny in 2003 after it emerged that the co-owner’s father, Tony Allum, visited Washington to meet with Bechtel leaders as an envoy of Iraq Industry Working Group, an arm of the British government. Allum and his son deny any contracts were awarded due to favoritism. Under another U.S.-Bechtel deal, Olive provided security in Mississippi for travel trailers and mobile homes in the wake of Hurricane Katrina". Ces mêmes mobile homes aujourd’hui fortement critiqués : ils sont bourrés de Formaldehyde et envoient tous leurs occupants rendus malades à l’hôpital. La société Olive est essentiellement composée d"anciens militaires anglais reconvertis dans le business militaire, à l’image de Blackwater et ses contrats juteux. Olive a son siège désormais à Dubai et... la boucle est bouclée : à chaque bout de la chaîne de transport, ce sont les mêmes mercenaires.En cas de problèmes juridiques, la société fait appel à un cabinet d’avocats de Dubai. Baker, Botts, LLP, fondé par l’ancien secrétaire d’Etat américain du père de W. Bush, James Baker, ancien de Reagan également. En 2006, c’est à lui que le président a confié un groupe d’études sur l’Irak... Evidemment, ses propositions restèrent dans le domaine du... risible, si le sujet n’avait pas été aussi grave... L’homme pointe toujours ses jetons de présence au Carlyle Group. Etant lui-même impliqué financièrement dans le relèvement de l’Irak, c’était bien le dernier à qui confier ce rôle ! A tous les étages, on rencontre soit du favoritisme, soit de la corruption, soit de l’irresponsabilité : à chaque bout du trajet commercial des conteneurs, on a des mercenaires et non un Etat. A partir de là, ce n’est plus la peine de croire que l’on peut échapper au trafic de drogue ou d’armes. L’argent prime largement sur le souci de la sécurité nationale. La guerre a bien été privatisée, comme l’avait dit un jour Donald Rumsfeld, dirigeant des armées et consultant chez Northrop Grumman Aerospace, l’un des plus gros fournisseurs en matériel de guerre de l’Etat américain.Mais revenons-en donc à notre exemple de porte-conteneur américain resté au milieu de notre canal de Suez au début de l’article. Avant de devenir le Westward, ce bateau s’était fait appeler l’Atlantic Bear, sous le nom duquel il avait été testé par l’armée en 1983 avec le MV Cygnus, qui possédait lui deux grues de 35 tonnes à bord. Le bateau, l’année dernière encore, chargeait des engins Strykers à Bremerhaven destination l’Irak, comme le faisait son collègue l’USNS Mendonca de 950 pieds de long 62 000 tonnes de déplacement. Lancé lui le 14 avril 1999. C’est en effet un des dix-neuf cargos porte-containers de la Navy, dont le Bob Hope, du nom du célèbre amuseur national, qui a donné son nom à la classe de bateaux !Un porte-conteneur à qui il est survenu une drôle d’histoire... vendredi 25 avril dernier, le SS Westward Venture a en effet tiré sur des vedettes iraniennes qui s’approchaient trop de lui, au canon de 50 et à la mitrailleuse de 30. Le bateau était donc bel et bien armé. Comme quoi ce peut être bien trompeur, aujourd’hui un porte-conteneur... Demain, nous suivrons les aventures de ses collègues et surtout les ramifications auprès des vendeurs d’armes, et nous irons même visiter... Anvers. Pour ce qui est du An Yue Jiang, pour l’instant, il a accosté en Angola, autre fief de la corruption et pays de tous les trafics que connaissent bien les Français via des personnes célèbres ici, tels le fils Mitterrand et notre grand visionnaire de salon Jacques Attali. Pendant qu’il est à quai, les affaires continuent...par morice morice (tourcoing) Informaticien, ancien rédacteur en chef de revue informatique nationale. Professeur d’histoire en collège pendant 15 ans. Maîtrise de Géographie.AgoraVox

VU POUR VOUS 01/05/2008 17:40

Plainte contre le clan Nguesso a Paris (France ) À Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instancede PARISPlainte1/ L'Association SHERPA, association régie par la loi du 1er juillet 1901,dont le siège social est sis 156 rue de Rivoli - 75001 PARIS, prise en lapersonne de son Président, Monsieur William BOURDON.2/ L'Association SURVIE, association régie par la loi du 1er juillet 1901,dont le siège social est sis 210 rue Saint Martin - 75003 PARIS, prise en lapersonne de sa Présidente, Madame Odile TOBNER.3/ La FEDERATION DES CONGOLAIS DE LA DIAPORA, association régie par la loidu 1er juillet 1901, dont le siège social est sis 7 rue de la Tournelle -93410 VAUJOURS, prise en la personne de son Délégué Général (Président),Monsieur Benjamin MOUTSILA.ONT L'HONNEUR D'EXPOSER LES FAITS SUIVANTS1/ Depuis de très nombreuses années, différents observateurs ont recueilliun certain nombre d'informations faisant état du fait que des dirigeantsd'Etats africains et/ou certains membres de leur famille avaient, alorsqu'ils étaient en fonction ou postérieurement, acquis et/ou fait acquérirdes biens immobiliers sur le territoire français.Il est certain également que, pour partie, ces mêmes dirigeants africainsont plus ou moins simultanément constitué des patrimoines immobiliers,c'est-à-dire ont logé des avoirs bancaires en France, auprès de banquesfrançaises et/ou de banques étrangères ayant des activités en France.2/ Il est également certain et non contestable que différents Etatsafricains, ces dernières années, n'ont pas hésité, à la suite de successionsde régimes, à lancer des commissions rogatoires internationales et plusgénéralement, à requérir l'entraide de la communauté internationale, poursolliciter, parfois avec succès, le rapatriement au profit des trésorspublics nationaux concernés des avoirs bancaires détournés par ceux desdirigeants africains qui avaient été démis de leurs fonctions ou avaientperdu des élections, voire même qui étaient décédés.On pense notamment aux démarches entreprises par le gouvernement nigérian,s'agissant des avoirs bancaires détournés, pour un montant absolumentconsidérable, par l'ancien Président Sani Abacha, ceci n'étant rappelé qu'àtitre d'exemple.Ces mêmes démarches judiciaires ont non seulement parfois visé les avoirsbancaires ainsi détournés, mais également ont eu pour objet de tenterd'identifier le ou les biens immeubles acquis par ces mêmes dirigeantsafricains.Il est vrai que ces démarches n'ont pas toujours été couronnées de succès,tant les propriétaires réels et/ou apparents de ces patrimoines immobiliersont eu quasiment toujours le souci de s'entourer, de façon trèsprudentielle, d'un certain nombre de précautions pour tenter d'opacifier etla réalité de la propriété de ces biens et leurs modalités de financement.Néanmoins, les associations soussignées, à la suite de différentes enquêtesqu'elles ont effectuées ou en collationnant des informations recueillies pardifférents observateurs, ces dernières années, ont pu établir comme suit lapreuve, ou en tous les cas la très grande probabilité, de la détention surle territoire français et notamment à Paris, de biens immobiliers parfoisd'une très grande valeur par des dirigeants africains toujours en fonctionet en tous les cas par certains membres de leur famille.Elles ont pu également acquérir cette preuve s'agissant de biens immobiliersqui étaient détenus précédemment par les dirigeants déchus et/ou décédés etdont la propriété est automatiquement revenue à leurs ayants droits.3/ Quelque soit le mérite de ces dirigeants et leurs compétences, personnene peut croire sérieusement que ces biens immobiliers, dont la valeur estaujourd'hui pour certains d'entre eux de l'ordre de plusieurs millionsd'euros, ont pu être acquis par le seul fruit de leurs salaires.Cette observation est encore plus valable s'agissant des membres de lafamille de ces dirigeants africains, lorsqu'ils apparaissent commepropriétaires d'un certain nombre de biens puisque, dans bien des cas, ilssont sans profession ou leur profession est ignorée.Il existe, à l'égard de certaines infractions telles le blanchiment uneprésomption légale de commission de l'infraction lorsqu'une personne ne peutjustifier des ressources correspondant à son train de vie. (V. par exemple,Cass. crim., 30 oct. 2002, n°01-83.852)De manière parallèle, en matière d'abus de bien sociaux, il est admis quedes fonds sociaux prélevés par le dirigeant social l'ont nécessairement étédans son intérêt personnel s'il n'est pas justifié qu'ils ont été utilisésdans le seul intérêt de la société (V. par exemple, Cass. crim., 11 janv.1996, n°95-81.776).Un tel raisonnement peut être appliqué, par analogie, pour un chef d'Etat, àl'égard du délit de détournement de biens publics et/ou de recel dedétournement de biens publics.Il est rappelé que le délit de détournement de biens public est prescrit etréprimé par l'article 432-15 du Code pénal qui énonce que :" Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargéed'une mission de service public, un comptable public, un dépositaire publicou l'un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ouun titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres entenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de sesfonctions ou de sa mission, est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150000 euros d'amende".S'agissant du recel de détournement de biens public, il est réprimé par lacombinaison des articles 432-15 et 321-1 du même Code, selon lequel :" Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre unechose, ou de faire office d'intermédiaire afin de la transmettre, en sachantque cette chose provient d'un crime ou d'un délit.Constitue également un recel le fait, en connaissance de cause, debénéficier, par tout moyen, du produit d'un crime ou d'un délit ".Il est joint, en tant que de besoin, à la présente plainte la jurisprudencepertinente la plus récente (pièce n°1).On conviendra néanmoins que, dans certains cas, quelques uns de ces chefsd'Etats aient pu bénéficier, de façon opaque bien sûr, de salaires plus oumoins mirobolants.S'il est incontestable que le juge français ne peut pas être le juge dusalaire des dirigeants africains, pour autant, pour chacun des dirigeants etde leur famille, dont la situation va être examinée comme suit, on doittenir compte également que ce patrimoine immobilier français s'est constituéplus ou moins simultanément avec un patrimoine immobilier local ou dansd'autres pays, dont il sera démontré qu'il est parfois d'une très grandeconsistance, tant en volume qu'en valeur.Enfin et à ce stade, il sera souligné qu'il existe pour certains de cesdirigeants africains, dont la situation sera examinée cas par cas, de trèssérieuses présomptions d'être ou d'avoir été les instigateurs dedétournements de biens publics pour des montants absolument considérables.Ces soupçons ne sont pas le fruit d'une simple agitation militante, maissont corroborés par des rapports très documentés pour certains de cesdirigeants, provenant notamment d'institutions financières internationales,voire de créanciers de ces Etats.4/ C'est ainsi, Monsieur le Procureur de la République, que sont portés àvotre connaissances plus précisément les faits suivants :4-1/ S'agissant de Monsieur Omar BONGO et de sa famille :- Observations généralesIl existe une documentation très fournie s'agissant des détournements debiens publics commis par le clan BONGO.On sait notamment que les comptes de Monsieur Omar BONGO ont fait l'objet,en Suisse, d'une tentative de blocage en date du 11 mai 1998 par le juged'instruction, Monsieur Paul Perraudin. Le compte ouvert au nom d'unconseiller du président Bongo, Samuel Dossou-Aworet, est saisi à la CanadianImperial Bank of Commerce de Genève. Le chef de l'Etat gabonais affirme êtrele véritable ayant droit du compte controversé, ce qui permet d'invoquerl'immunité présidentielle dont il bénéficie pour faire interrompre l'enquêtedu juge d'instruction (cf. pièces énumérées ci-après) :- article du Journal Sud Ouest " Les comptes d'Omar Bongo " du 28 août 1998(pièce n°2)- lettre du Continent du 15 février 2001 " Pas de comptes en Suisse... "(pièce n°3)- article du Monde des 8 avril et 6 août 1997 (pièces n° 4 et 5)- article de l'Express du 21 janvier 1999 (pièce n°6)Une enquête du Sénat américain, publiée en juin 2000, a également mis enlumière les comptes secrets de Monsieur Omar Bongo auprès de la City Bank.(Cf. Allocution du sénateur Carl Levin, " Omar Bongo and Citibank : PrivateBanking and Money Laundering ", 10 novembre 1999, pièce n°7)Monsieur Omar BONGO est soupçonné d'avoir détourné aux Etats-Unis des avoirsbancaires pour un montant de 130.000.000 de dollars entre 1985 et 1997, cecisans compter les prêts de la City Bank à la famille Bongo, lesquelss'élèvent à 50 millions de dollars.La City Bank aurait expliqué " que l'argent provenait d'une allocationbudgétaire, 8,5 % du budget gabonais - soit 111 millions de dollars - étantchaque année réservés au président ".Les enquêteurs du Sénat, notamment le sénateur démocrate de l'Etat duMichigan, Carl Levin, qui ont épluché les examens du budget gabonais faitspar le FMI, n'ont jamais trouvé aucune trace d'une quelconque "allocationprésidentielle" de cette ampleur. (Cf. La Lettre du Continent, " "28/10/1999, et " Vieux comptesgabonais, 11/11/1999 - L'Express, Les comptesfaramineux d'Omar Bongo, extraits du rapport du Sénat américain, 8 juin 2000pièce n°8 et 9 7).Monsieur Omar BONGO a été également gravement mis en cause dans l'affaireElf et ce n'est qu'en raison de son immunité de chef d'Etat que lesmagistrats instructeurs ont renoncé à l'entendre, à tout le moins en qualitéde témoin.De manière significative, la 11ème Chambre de la Cour d'Appel de Paris ajugé le 3 juillet 2002 que François-Xavier Verschave et son Editeur LesArènes étaient " non coupables du délit d'offense à chefs d'Etats étrangers", alors même qu'ils avaient qualifié Omar Bongo de " parrain régional " etson régime de " démocrature prédatrice ".La Cour a estimé en effet que " les documents versés et les témoignagesrecueillis au cours de la procédure [...] établissent non seulementl'importance et l'actualité des sujets évoqués mais aussi le sérieux desinvestigations effectuées ".- Biens propriétés de Monsieur Omar BONGO et/ou de ses prochesS'agissant des biens propriétés de Monsieur Omar BONGO (ou de ses proches)en France et notamment à Paris, ceux-ci se composent de :- un hôtel particulier 18 Rue Dosne dans le 16ème arrondissement de Paris :hôtel situé dans une voie privée entre le 157 rue de la Pompe et le 25avenue Bugeaud. Il est fait référence à ce bien immobilier sur le siteinternet de l'ambassade du Gabon en France. (cf. " DDV et Sarko chez Bongoà Paris ", Lettre du Continent, 14 septembre 2006, Extrait du site internetde l'ambassade du Gabon en France - pièce n°10.C) ; et hôtel appartiendraità sa femme Edith Bongo.- plusieurs appartements situés à côté de l'avenue Foch à Paris au nom deproches de la famille Bongo :o Albert Bongo : 5 rue Laurent Pichat - 75016 Paris,o Arthur Ondimba Bongo : 53 boulevard Lannes - 75016 Paris,o Nesta Bongo Ping : 6 rue Marbeau - 75016 Paris,o Nesta Bongo Ting : 52 avenue Foch - 75016 Paris.De forts soupçons peuvent laisser penser très sérieusement que ces biensappartiennent à la famille Bongo ou à son clan (en tant que de besoin :extrait de l'annuaire Pages Blanches - pièce n°11).On doit souligner que, s'agissant de Nesta Bongo Ping, il s'agit de la filleou du fils issu d'un mariage entre une fille d'Omar Bongo et Jean Ping,Ministre gabonais des Affaires Etrangères. Nesta Bongo Ping fait d'ailleursun magister de gestion à Paris Dauphine et est propriétaire de deuxappartements à son nom figurant dans l'annuaire évoqué ci-dessus.Dès 1993, Monsieur Philippe Madelin, listait dans son ouvrage intitulé "L'or des dictatures " les différents biens du clan Bongo dont un appartementsitué avenue Foch et une propriété à Nice. (cf. Philippe Madelin, " L'or desdictatures ", chapitre sur les kleptocrates africains, pièce n° 12)Dix ans après, en mars 2005, c'est dans " La Lettre du Continent " que l'onapprend à nouveau l'existence d'appartements appartenant à la familleélargie d'Omar Bongo, avenue Foch (8 millions d'euros pour 1000 m²). (cf.Lettre du Continent, 24 mars 2005, " Appartements gabonais à vendre avenueFoch " - pièce n°310).4-2/ S'agissant de Monsieur Denis SASSOU N'GUESSO et de sa famille :- Observations généralesMonsieur Denis SASSOU N'GUESSO est l'actuel Président de la République duCongo.Il a été, comme Monsieur Omar BONGO, gravement mis en cause pour desdétournements de biens publics et notamment par des plus hauts représentantsde la Banque Mondiale.Paul Wolfowitz, actuel directeur de la Banque Mondiale, aurait notammentcritiqué les notes d'hôtel vertigineuses du président congolais.En effet, lors de la cérémonie pour le 60ème anniversaire des Nations Unies,Denis Sassou Nguesso aurait dépensé plus de 140.000 euros en frais d'hôtelpour un discours de cinq minutes sur la pauvreté.Le président de la Banque mondiale aurait alors déclaré à un journaliste duNew York Times : " C'est une injustice faite aux pays en voie dedéveloppement et à leurs populations que de cacher ces problèmes ".La Banque Mondiale a ainsi été longtemps réticente à poursuivre lesnégociations en vue de voir échelonner la dette publique congolaise, enraison des pratiques frauduleuses de son Président.Plus précisément, Denis Sassou Nguesso est suspecté d'avoir détourné, à sonprofit et au profit de sa famille et de son clan, une partie substantiellede la rente pétrolière. Ces détournements auraient commencé dès sa premièrepériode au pouvoir, de 1979 à 1992, en négociant la vente du pétrole endessous du prix du marché en contrepartie de versements à son profit. " LaBanque mondiale a fait remarquer dans les années 1990-91 que le rendement del'exploitation pétrolière [au Congo] était l'un des plus bas du monde " (Cf.audition de Martial Cozette par la mission d'information parlementaireprésidée par Marie-Hélène Aubert, in Assemblée nationale, " Le rôle descompagnies pétrolières dans la politique internationale et son impact socialet environnemental ", Rapport d'information n° 1859, 1999, p. 22.A ce jour, la fortune de Denis Sassou-NGuesso est estimée à plus d'unmilliard de dollars (cf. Ouvrage écrit par Monsieur Xavier Harel, " Afrique: le pillage à huis clos " - page 37 à page 45 - pièce n°411).Un rapport du Fonds Monétaire International (FMI) en 2001 dénonçait lesaffectations des fonds publics congolais dans des comptes privés autres queceux du trésor public. Selon le FMI, entre 1999 et 2002, 248 millions dedollars provenant de l'extraction du brut n'ont pas laissé de traces dans lacomptabilité nationale.Dans le budget 2003, sur les 800 millions de dollars de rente pétrolière,seulement 650 millions y ont été inscrits (cf. Le Monde, 25 mars 2004 -pièce n°512).Un fonds vautour, FG Hemisphere, a montré qu'entre 2003 et 2005, c'est prèsd'un milliard de dollars que les autorités congolaises ont " oublié " decomptabiliser (cf. l'ouvrage déjà cité de M. Xavier Harel, p. 152).Le président congolais et son clan ont aussi profité des bonus - des prêtsgagés ou préfinancements - des diverses commissions sur la vente du pétrole,et de la PID " provision pour investissements diversifiés ",véritable caisse noire, non budgétisée de 1997 à 2002.Elf, puis Total, ont été à la tête de ces malversations. La fortune de DenisSassou-NGuesso et de ses proches provient aussi de rétro-commissionstouchées sur des contrats de passation de marchés publics, du pillage dutrésor public, etc.L'action judiciaire de " fonds vautours ", qui avaient racheté à bon compteune partie de la dette congolaise, a mis à jour, en 2005, un système desociétés écrans contrôlées par des hommes proches du président DenisSassou-Nguesso. (Voir articles de La Tribune " Les millions envolés du Congo", 13 décembre 2005 et Les Echos " Les fonds vautours multiplient lesattaques contre les pays pauvres ", 14 mars 2007 pièces n° 16 et 17)Selon les jugements de juridictions britannique et américaine, ces sociétésdéviaient une partie de l'argent du pétrole vers des comptes bancairessitués dans des paradis fiscaux (cf. arrêt de la Chambre commerciale de laCour Royale de Londres le 28 novembre 2005 et décision d'un juge fédéralaméricain en avril 2006 jugeant recevable une plainte déposée en mai 2005par Kensington International devant la Cour fédérale à New York - cf.Rapport Global Witness, " L'énigme du Spynx ", notamment des pages 1 à 7 etReuters, 4 avril 2006, " Un juge fédéral US juge recevable une plaintecontre BNP Paribas. ", pièces n° 18 et 19).Le 28 novembre 2005, la Chambre commerciale de la Cour royale de Londrescondamnait le Congo à rembourser des créances impayées à KensingtonInternational, un fond vautour basé dans un paradis fiscal, les îles Caïman.Au cour du dispositif, on découvre une petite entreprise basée aux Bermudes,Sphynx Bermuda, au capital de 12 000 dollars seulement, qui a réalisé desopérations pour un montant de 472 millions de dollars ! Elle achetait dupétrole à la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC), souventau-dessous des prix du marché et le revendait sur le marché international.(cf. rapport Global Witness, "l'Enigme du Sphynx ", décembre 2005)Selon la Cour royale de Londres, il n'y a " aucun lien entre les espèces quitransitaient par ses comptes bancaires et les sommes d'argent qu'elle auraitdû recevoir en contrepartie du pétrole qu'elle vendait " (pièce n°15).Ces deux sociétés ont le même dirigeant : Denis Gokana, un conseiller deDenis Sassou-Nguesso. Le fils du président en faisait aussi partie. (cf.Gilles Luneau, 17 août 2006, " Alors que le baril frise les 80 dollars... ",Le Nouvel Observateur, pièce n° 20)En avril 2006, c'est au tour d'un juge fédéral américain de juger recevableune plainte de Kensington International contre le groupe bancaire françaisBNP Paribas et la Société nationale pétrolière congolaise pour blanchimentd'argent.Ces dernières se seraient associées pour cacher sciemment aux créanciers deBrazzaville des revenus tirés de la vente de pétrole par le biais d'unsystème de prépaiement " complexe et structuré de manière inhabituelle ".Sous la conduite de Monsieur Itoua, la société nationale pétrolièrecongolaise a, de 2001 à 2004, utilisé une étourdissante série detransactions fictives complexes et de compagnies paravents pour piller larichesse pétrolière du pays.Parmi les intermédiaires supposés, on trouve une société enregistrée auxIles vierges britanniques avec " pour seul identifiable lieu d'activité ...une résidence privée à Monaco " (cf. Claudia Rosett, 19 octobre 2005, "Dollars pour dictateurs ", Editorial du Wall Street Journal, pièce n° 21)- Biens propriétés de Monsieur Denis SASSOU NGUESSOS'agissant des biens, propriété de Monsieur Denis SASSOU N'GUESSO en Franceet notamment à Paris, ceux-ci se composent :- Villa Suzette, 45 avenue Maurice Berteaux - 78110 Le Vesinet : hôtelparticulier de 700 m² estimé entre 5 et 10 millions d'euros. des travauxsomptueux ont été réalisés pour plus de 800 000 euros : "bibliothèque enacajou massif, tapis d'Aubusson, robinets et poignets de portes dorés à lafeuille d'or, même pour le sous-sol avec ses six chambres réservées auxdomestiques, caméras, vitres blindées ", carrelages avec " du marbre blancde Carrare ", " salles de bains équipées de robinets en or " (cf. JeuneAfrique l'Intelligent, " Sassou reçoit à Paris ", 25 février 2007, piècen°22) ;- 19 avenue Rapp - 75007 ParisSes proches détiennent aussi des biens immobiliers à Paris :- son neveu Wilfrid Nguesso, 10 promenade Millénaire 92400 Courbevoie (cfJean François Julliard, " L'appartement d'un émule africain de Gaymard ", LeCanard Enchaîné, 16 mars 2005 pièce n° 23) Il s'agit d':un luxueuxappartement de 550 m² (dont 100 m² de terrasse) estimé entre 2,5 et 3millions d'euros.- D'autres appartements à Courbevoie appartiennent à la famille Nguesso :Ines Nguesso, 10 promenade Millénaire et Edna Ambendet Nguesso, 20 rue ClosLucé (Cf. Pages Blanches, pièce n°24)- Maurice Nguesso, frère du Président et PDG de la Compagnie pétrolièreLIKOUALA SA, possèderait une proprété à Argenteuil au 38, rue PoirierFourrier (Cf. Pages Blanches).Jean François Ndengue, chef de la police congolaise, a lui une propriété àMeaux. Il a été impliqué dans l'affaire des disparus du Beach (Cf. livre deXavier Harel, chapitre " Les disparus du Beach ").Les associations portent à la connaissance de Monsieur le Procureur de laRépublique un travail sérieux réalisé par un groupe de Congolais pourrecenser les biens mal acquis du Congo Brazzaville. La liste des biens etdes personnes incriminées se trouve sur le site internet à l'adressesuivante : http://congo-biensmalacquis.over-blog.com/. (En annexereproduction du site internet au 21 mars 2007, pièce n°25).Enfin, un article publié sur L'Evènement du Jeudi (22 au 28 mai 1997 - piècen°26) évoque également les biens immobiliers propriété de Monsieur DenisSassou Nguesso en France.4-3/ Sur les biens situés en France et qui seraient la propriété d'autresdirigeants africainsLes associations soussignées souhaitent indiquer à ce stade que, s'agissantdes biens qui seront évoqués ci-dessous, elles n'ont pas été en mesure deréunir les éléments factuels suffisants afin que ces biens fassent partie dupérimètre des investigations à venir.Cependant, elles rappellent qu'il serait particulièrement inapproprié queceux qui ont agi avec le maximum d'opacité soient simultanément les plusrécompensés ...En d'autres termes, même si les biens qui seront évoqués ci-après ne sontpas, en l'état, très précisément répertoriés et si parfois il n'y a été faitque des allusions dans certaines coupures de presse, la probabilité estextrêmement importante de ce qu'ils existent et de ce qu'ils sont bien lespropriétés des dirigeants africains indiqués.Il vous appartient, dans ces conditions, Monsieur le Procureur de laRépublique, d'apprécier, comme les associations le pensent, si, en dépit dupeu de visibilité de ces biens, il ne serait pas justifié malgré tout, euégard aux engagements pris par la France (tels que rappelés ci-après), deles incorporer dans le périmètre des investigations à venir.a) S'agissant de Monsieur Blaise COMPAORE et de sa famille :Monsieur Blaise COMPAORE est le Président du Burkina Faso.S'il est moins répertorié que les deux précédents comme s'étant renducoupable de détournements de biens publics, pour autant il est propriétaire(par le truchement de son épouse, Madame Chantal COMPAORE) d'un appartementsis 2, rue Capitaine Olchanski, dans le 16ème arrondissement à Paris. ( cf.Pages blanches)Il est également porté à la connaissance de Monsieur le Procureur de laRépublique quelques références démontrant les détournements de fonds tellesque l'ouvrage "L'ère Compaoré : crimes, politique et gestion du pouvoir",Vincent Ouattara (Editions Klanba, décembre 2006).Le Bimensuel Afrique Education du 1er au 15 mars 2007 publie un articleintitulé "Compaoré chef de l'Etat ou chef de la mafia", dans lequel estrelaté notamment son rôle aux côtés de Charles TAYLOR, l'ancien chef d'Etatdictateur du Liberia, poursuivi par le Tribunal Pénal International de laHaye dont les avoirs ont été gelés en Europe suite à un règlement adopté parl'Union Européenne en 2004.b) S'agissant de Monsieur Téodore OBIANG et de sa famille :Monsieur Téodore OBIANG est le Président de la Guinée Equatoriale.Il aurait acquis un hôtel particulier sis avenue Foch, selon le Figaro du 12avril 2006 (cf. article de Stéphane Bern, " Drapeau rouge et billet vert ",12 mai 2006 - pièce n°26).Il apparaît évident que Monsieur Téodore OBIANG a pris soin de ne pas êtretitré comme propriétaire facialement apparent de ce bien, mais lesvérifications qui interviendront dans le cadre des investigations à venir nemanqueront pas de l'établir.Monsieur Téodore OBIANG est stigmatisé comme étant un des chefs d'Etatsafricains les plus corrompus (cf. Rapport du sénateur Carl Levin & NormColeman en date du 15 juillet 2004 " Money laundering and foreign corruption: enforcement and effectiveness of the Patriot Act, Permanent Subcommitteeon Investigations pièce n°27).Nous ne l'avons pas mis. (Cf. article dujournal Le Monde, " Congo, Angola, Guinée Equatoriale : trois kléptocratiespétrolières africaines, 25 mars 2004, pièce n°15 déjà cité).Dans le dernier classement du magazine Forbes, sa fortune est estimée à plusde 600 millions de dollars.c) S'agissant de Monsieur Eduardo DOS SANTOS et de sa famille :Monsieur Eduardo DOS SANTOS est le Président de la République d'Angola.Il est stigmatisé depuis des années comme étant un des chefs d'Etat les pluscorrompus de la planète. (Voir le rapport de Global Witness " L'histoireaccablante du pétrole en Angola , 2002, pièce n° 28.")Monsieur Eduardo Dos Santos est répertorié comme étant propriétaire, dansles mêmes conditions d'opacité sans doute que le Président Téodore Obiang,d'une villa absolument somptueuse au Cap d'Antibes (cf. Lettre du Continentdu 11 décembre 2002 - pièce n° 29).* * *En conclusion, la démonstration est faite, par conséquent, aux termes de laprésente plainte et des pièces annexées de :1/ L'existence d'un patrimoine immobilier en France et notamment à Paris,d'une valeur absolument considérable, dont le financement de l'acquisitionn'a pu, quelles que soient les circonstances de cette acquisition,intervenir du seul fait des rémunérations versées aux dirigeants des paysconcernés.2/ Ces mêmes dirigeants sont répertoriés, pour certains d'entre eux, commeayant persévéré dans une culture de la prébende et de la corruption.3/ S'agissant des tiers, propriétaires juridiquement de ces biens et/ou deceux qui en ont bénéficié, c'est-à-dire de ceux qui en jouissent, qu'ils'agisse des membres des familles concernées ou d'autres personnes, ilexiste à leur encontre des présomptions extrêmement sérieuses de lacommission, depuis temps non prescrit car il s'agit d'un délit continu, dudélit de recel de détournement d'argent public.La France, à travers la déclaration de ses plus éminents représentants, n'aeu de cesse, ces dernières années, de dire sa volonté de favoriser la luttecontre tout comportement qui serait de nature à appauvrir les populationsafricaines et notamment du fait de ces détournements d'argent public.En effet, les conséquences de ce déport de sommes absolument considérables,nécessaires pour acquérir un tel patrimoine immobilier, ont été à dueconcurrence la réduction des ressources publiques en Afrique.Force est de rappeler que :- la France a été en première ligne, lors de la réunion du G8 à Evian (juin2003), pour demander le rapatriement vers les pays concernés des biensdétournés,- la France a été également le premier des pays du G8 à ratifier laconvention internationale des Nations Unies de lutte contre la corruption,dite de Mérida, qui fait de la restitution des biens et argent détournés unprincipe fondamental du droit international. Voici un extrait du siteinternet du Ministère des Affaires Etrangères français : " La France avaitjoué un rôle majeur dans la négociation de la Convention en formulant uneproposition novatrice dans le domaine de la restitution des fonds publicsdétournés. Elle avait signé le nouvel instrument dès le premier jour de laconférence de signature. Fidèle à cet engagement, elle est à présent lepremier membre du G8 partie à ce texte et le deuxième pour l'Unioneuropéenne. Elle entend continuer à ouvrer dans le sens du renforcement del'Etat de droit contre la "société incivile" et souhaite la ratification laplus large possible de la Convention. "Au-delà, se constitue sous nos yeux, Monsieur le Procureur de la République,un droit international normatif, mais également coutumier qui, chaque jour,fait peser sur chaque Etat de la planète une obligation de plus en plusimpérative de contribuer par tous moyens à lutter contre ceux qui menacentles grands équilibres économiques et politiques, c'est-à-dire la criminalitéfinancière, quels qu'en soient les bénéficiaires et les moyens.Simultanément et en écho à cette préoccupation de plus en plus universelle,il est indiscutable que les principes qui, pendant des années, ont protégéles chefs d'Etats en exercice, qu'il s'agisse de leur immunité pénale ou deleur immunité civile, se sont érodés et effrités année après année.Ce mouvement du droit international conventionnel et coutumier a conduitd'ailleurs un certain nombre de juridictions nationales à considérer qu'unchef d'Etat en exercice ne pouvait pas se prévaloir d'une quelconqueimmunité, s'agissant de ces biens (biens mobiliers ou biens fonciers), dèslors qu'il existait des présomptions sérieuses de ce que leur acquisitions'était faite au prix de la commission de l'infraction. C'est exactement lecas de l'espèce.Les associations soussignées rappellent qu'en tout état de cause, lesmembres des familles des dirigeants africains concernés ne sauraient, pource qui les concerne, tenter d'exciper d'une quelconque immunité.Par ailleurs, il apparaît extrêmement probable qu'a été commis également ledélit de blanchiment de détournement de biens publics, ce délit ayantaccompagné, précédé ou coïncidé avec les flux financiers nécessaires à laconstitution de ce patrimoine foncier (au moins pour certains d'entre eux).Le délit de blanchiment de détournement d'argent public s'applique, Monsieurle Procureur de la République le sait, à l'auteur de l'infractionprincipale.Enfin, ce sont les investigations à venir qui détermineront si certainstiers, qui ont prêté leurs compétences et leurs ministères à l'organisationdes flux financiers nécessaires ainsi qu'à l'acquisition de biens immeubles,ne se seraient pas rendus, pour certains, responsables soit du délit decomplicité de détournement d'argent public, soit du délit de blanchiment dedétournement d'argent public.Certes, ces infractions connexes sont peut-être prescrites, mais là encore,les associations soussignées ignorent la date à laquelle certains des biensévoqués ci-dessus ont été acquis.De la même façon, l'opacité avec laquelle ces délits ont été commis pourraitconduire à ce qu'il soit considéré, à l'occasion des investigations à veniret s'agissant de ces délits connexes, que la prescription n'est pas acquiseà leur auteur.Par ailleurs, seules les investigations à venir permettront de déterminer(le recel de détournement d'argent public n'étant évidemment pas prescrit)si, s'agissant du délit principal, soit le détournement d'argent public (quis'est réalisé à l'occasion de la constitution du patrimoine foncier), laprescription a bénéficié à son auteur.Enfin, la juridiction de céans n'ignore pas que, quand bien mêmel'infraction principale aurait été commise en tout ou partie à l'étranger,la jurisprudence et la loi enseignent que le juge français conserve sacompétence sur le délit de recel._______________C'est dans ces conditions que les associations soussignées ont l'honneur,Monsieur le Procureur de la République, de déposer plainte entre vos mains,en l'état, du seul chef de recel de détournement de biens publics, délit vuet réprimé par les articles 432-15 et 321-1 du Code pénal et de complicitéau visa des articles 121-6 et 121-7 du Code pénal.Fait à Paris,LeLISTE DES PIECES ANNEXEES1 Jurisprudence relative au recel de détournement d'argent public2 Article du journal Sud Ouest du 28 août 19983 Lettre du Continent du 15 février 20014 Article publié dans Le Monde du 6 août 19975 Article publié dans Le Monde du 8 avril 19976 Article publié dans L'Express du 21 janvier 19997 Déclaration Lettre du sénateur Carl Levin, 10Continent du 11 novembre 19998 Lettre du Continent du 14 septembre 20069 Extrait de l'annuaire Pages Blanches10 Lettre du Continent du 24 mars 200511 Extrait de l'ouvrage écrit par M. Xavier Harel " Afrique : le piège àhuit clos "8 28 octobre 1999 et du 12 Article publié dans Le Monde du 25 mars 20049 13 Article publié dans l'ExpressLes Echos du 8 juin 200014 mars 2007101112 Extrait de l'ouvrage écrit par P.Madelin " L'or des dictatures ",199334illage, 200614 Arrêt de la Chambre commerciale de la Cour Royale deLondres du 28 novembre 200515 Décision d'un juge fédéral américain - avril 200616 Article publié dans Le Nouvel Observateur du 17 août 200617 Dépêche de l'agence Reuters du 4 avril 200618 Article publié dans le Wall Street Journal du 19 octobre 2005519 Article publié dans Le Canard Enchaîné du 16 mars 200516 Article publié dans La Tribune du 13 décembre 200520 Reproduction du siteinternet au 21 mars 2007 http://congo-biensmalacquis.over-blog.com/721 Article de Stéphane Bern " Drapeau rouge et billet vert " du 12 mai 20068Rapport de Global Witness " L'énigme du Sphynx ", décembre 200522 Rapportdu sénateur Carl Levin & Norm Coleman du 15 juillet 2004 " Money launderingand foreign corruption : Enforcement and effectiveness of the Patriot Act,Permanent Subcommittee on Investigations19 Article publié par Reuters 4 avril 2006202122 Article publié dans JeuneAfrique l'Intelligent du 25 février 20072323 Rapport de l'association GlobalWitness : "L'histoire accablante du pétrole en Angola "24 Extrait de l'annuaire des pages blanches56789Lettre du Continent du 11décembre 200230 Rapport du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement "Biens mal acquis ... profitent trop souvent "31 Photos des différents biens immobiliers des chefs d'Etats africains32 Statuts de l'association SURVIE33 Statuts de l'association SHERPA34 Statuts de l'association FEDERATION DES CONGOLAIS DE LA DIAPORA

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg