Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 09:35

Plus que huit mois et nous serons en 2009. Le temps passe vite, mes amis. Pendant que Sassou utilise l'argent du peuple congolais pour battre sa  campagne médiatique sur sa télé et dans les jounaux dont Jeune Afrique, des rumeurs de report d'élections de 2009 à 2011 nous parviennent. Sassou est capable de tout : l'Assemblée potiche est à sa botte et l'opposition ressemble à un chien qui frétille de la queue pour quémander un bout d'os. Sa pensée floue, fuyante explore de nouvelles pistes comme la candidature à vie qui lui permettrait de se représenter indéfiniment  mais là, il devrait aussi lever la barrière de l'âge ; ce qui permet à des personnalités comme Ngouélondélé de se présenter - un homme qui bénéficie actuellement d'un large soutien populaire. L'âge n'est pas un facteur défavorisant quant aux facultés de diriger sagement un pays : Sassou tout jeune et tout beau ne nous prouve-t-il pas que la bonne gouvernance ne dépend pas de l'âge ? Sassou comme son beau-fils Omar est un adepte du satanisme et vous devez savoir que les corps mutilés que l'on ramasse à Brazzaville servent à lui ourdir des fétiches pour la conservation du pouvoir qu'il veut garder par tous les moyens... Vous devez savoir que Sassou et Bongo boivent du sang humain pour rester jeunes...
Huit mois avant 2009, nous ne voyons pas poindre une note gaie dans la musique électorale : pas de révision des listes électorales, pas de préparatifs de centres des votes, pas de commandes des urnes, pas de distribution des fameuses cartes d'identité informatisées aux électeurs, pas de mise en place d'une commission indépendante ou d'une commission Ad hoc. Bref, rien n'est fait sinon d'envoyer des chants de sirènes pour bercer la populace affamée. Sassou aurait-il réellement peur de cette nouvelle élection présidentielle qu'il ne serait pas sûr de gagner sans tricher une fois de plus ? Rien n'est dit sur les conditions de se présenter aux élections même si des éléments figurent dans sa fameuse Constitution et dans sa loi sur les partis politiques, deux outils qui lui permettent d'écarter des rivaux gênants. Quand débutera et se clôturera le dépôt des candidatures ? Ailleurs, on se rend compte qu'il faut des mois pour battre campagne, et sillonner un pays aux routes incertaines comme le Congo n'est pas une sinécure. Que dit-on quant à l'égalité devant les médias nationaux ? Ne vont-ils pas rouler pour Sassou pour éviter des réprésailles ? Bref, tout est flou et Sassou Nguesso, le fils d'immigré, aime ce flou artistique qui lui permet toutes les manigances les plus sinistres... Si le porc aime la saleté, c'est qu'il la sait propice à la mauvaise ripaille plus abondante que la bonne...

Aujourd'hui, comme lors de la Conférence nationale, le but principal, l'objectif en or, doit être de bouter Sassou et son clan hors du pouvoir - car si ce n'est le cas, il faudra s'en remettre à la lutte armée et tous nos officiers le savent qu'il faut parfois l'usage de la force pour sortir un pays du marasme économico-politique dans lequel il est plongé. Et pour ce faire, une seule hypothèse : l'union de ce qui nous reste de l'opposition avec comme principe de base "des hommes neufs pour un Congo nouveau".La politique de Kolélas qui voulait changer le système Sassou par l'intérieur, a échoué. Attendez, il y a une génération qui a eu près de cinquante ans pour foutre le Congo en l'air, pour dilapider ses richesses et en faire le pays le plus pauvre au monde avec d'énormes richesses et avec ça une nouvelle génération immaculée n'a pas le droit de s'essayer - même pendant sept ans ? Sassou avait déclaré à l'époque de Lissouba qu'il fallait laisser les jeunes diriger le pays car eux avaient échoué - la vérité parfois peut se trouver dans la bouche d'un tyran hors-jeu... Seule une nouvelle génération non issue de la mouvance dictatoriale du Parti Congolais du Travail (P.C.T.) peut avoir le courage de bouleverser la donne. Il faut tirer l'exemple de l'échec du professeur Lissouba qui n'a pas su s'entourer d'hommes nouveaux en corrélation avec la nouvelle situation. Il a rappelé les "ganglions" du P.C.T., tous ses rats qui sentent l'échec à des kilomètres et qui ont quitté le bateau avant qu'il ne coule pour y revenir dès qu'il s'est remis à flôts avec Sassou Nguesso.
Ce candidat de l'opposition peut sortir de la société civile si on le trouve digne. Il doit s'agir :
-d'un homme irréprochable sur tous les bords  n'ayant souffert d'aucune compromission avec Sassou ou aucun régime avant lui dans sa vie passée et présente ;
-d'un homme qui ait l'amour du Congo à fleur de peau et qui soit prêt à le défendre car Lissouba a été incapable de défendre la démocratie naissante en n'écartant pas définitivement Sassou et la génération cfativore du jeu politique. Cet homme doit être une force de la nature, un caractère exceptionnel qui n'a peur de rien - même pas de mourir ;
-d'un homme qui aura à coeur de transformer les requêtes de la Conférence Nationale en une Nouvelle Constitution consensuelle qu'on se devra d'appliquer et qu'il se devra d'appliquer lui-même ;
-
d'un homme qui devra créer un nouveau pouvoir indépendant : le pouvoir financier pour que l'exécutif soit surveillé et qu'il n'engage pas l'argent du pays sans contrôle et sans justification dans des dépenses ostentatoires comme l'ont fait les Sassou et leurs sbires : si on contrôle l'argent et son usage, on contrôle le pouvoir politique et on peut ainsi l'orienter dans une certaine direction ;
-d'un homme qui aura à coeur de créer l'unité nationale autour d'un idéal de justice sociale -somme toute facile à mettre en oeuvre pour en finir avec le clientélisme et le système des privilèges immérités qui rongent le Congo depuis son indépendance ;
-un homme de rupture -
violente si nécessaire qui sache juger les grailleurs qui "boukoutent"  le denier public en les jetant en prison ou en les exilant à vie - pour éviter des zigouiller ;
-un homme qui saurait nationaliser les richesses nationales dont le pétrole pour que nos richesses profitent enfin à tout le pays du nord au sud, d'est en ouest  : c'est notre pétrole et comme les Saoudiens ou les Irakiens ou les Lybiens, nous devrons en avoir le contrôle total. Evo Moralès a nationalisé le gaz bolivien et il est toujours en vie, Chavez a amélioré le quotidien des Vénézuéliens grâce à la mainmise sur le pétrole.
Alors pourquoi pas nous ?
-un homme qui recréerait les conditions d'un développement économique dans le bien-être de tous par une électrifcation générale du Congo - par l'apport de l'eau potable à tous, par la création des logements publics à loyer modéré, par la refonte globale du système de santé et de l'éducation nationale ;
-un homme qui séparerait le pouvoir politique de l'armée, de sorte que les militaires soient obligés de démissionner de l'armée s'ils veulent embrasser une carrière politique ;
-un homme qui n'ait le sang de personne sur les mains : c'est-à-dire qui ne soit impliqué ni de près ni de loin dans les meurtres de ses concitoyens, un élément qui devrait être dans la Constitution et qui nous permettrait d'éliminer des sanguinaires comme Sassou Nguesso ;
-un homme qui aurait le courage de relancer le processus démocratique qui a été - ne nous voilons pas la face - un échec sous Lissouba - bien que l'homme soit resté populaire.
Quant à ceux qui parlent de mettre en place une nouvelle transition démocratique, qu'ils n'oublient pas qu'elles ont déjà eu lieu mais n'ont rien donné par le passé : la transition est un jeu de dupe qui souvent ramène les mêmes hommes au pouvoir et on ne saurait faire du neuf avec du vieux qui a prouvé qu'il était mauvais et immature ;
-le nouveau candidat ne doit souffrir d'aucun soupçon de détournement du dénier public et dans la Nouvelle Constitution, cet aspect devrait nous permettre de sélectionner les candidats à la présidence et à tous les postes importants de la république.
Où trouver cet homme ? Il existe forcément et si vous ne trouvez personne, moi, je réponds à toutes ces exigences. Et je ne plaisante pas... Il faudra créer un nouvel organe qui coordonnerait le changement politique, un organe qui aurait pour but de mettre en place de nouvelles institutions qui ne vaudraient que pour que de nouveaux hommes avec de nouvelles idées, de nouveaux hommes bardés d'éthique comme ce fut le cas pour Mandela et Desmond Tutu, viennent écrire une nouvelle page politique
car ils ont échoué et ils ont eu un demi-siècle pour se racheter ; preuve que cette génération politique est à bannir.  ils pourront toujours nous conseiller pour qu'on évite les erreurs du passé mais c'est là le seul rôle qu'ils auraient à jouer. Il faut créer une Constituante de l'opposition où tous les candidats viendraient se soumettre aux critères précédemment cités en vue d'une élimination et un vote se feraient entre ceux qui s'en trouveraient dignes afin de tirer du feu de la blancheur politique un citoyen immaculé qui mettra le train du Congo sur les rails du bien-être.
Que l'on n'oublie pas que les autres nations n'ont rien de plus que nous sinon des hommes vertueux et c'est par l'homme que vient tout le bonheur de la terre et c'est aussi par les hommes que viennent tous les malheurs. En somme, l'homme est tout à la fois ange et démon et il nous faut juste une méthode irréprochable pour séparer l'ivraie du bon grain, l'ange du démon et les germes du bon grain se trouvent déjà dans les résolutions de la Conférence Nationale qu'il suffira de dépoussiérer...
Aujourd'hui, à la réflexion, le candidat qu'il faudra tous soutenir, c'est celui qui aura à coeur de remettre le système à plat - avec l'intention de confondre son projet avec une nouvelle Constitution et une nouvelle visée démocratique qu'il saura protéger face à cette génération de prédateurs qui ont fait des petits. Nous devons passer les Congolais à l'épreuve du feu pour tirer une perle de cette gangue humaine toute crasseuse... Si dans le passé, rien de bon ne s'est passé, il faut regarder le présent mais dans l'optique de l'utiliser pour faire jaillir un futur différent beaucoup plus beau, beaucoup plus humain... Et ce futur ne dépend pas de gens bardés de diplômes ou de bonnes intentions : Lissouba est un exemple à ne pas imiter car dans son orgueil se trouvait déjà les germes de sa chute. Massambat-Débat n'était qu'un instituteur mais il reste de loin le meilleur président que le Congo ait eu sinon pourquoi Marien Ngouabi voulait-il à nouveau ramener au pouvoir cet homme qui remettait l'argent dans les caisses de l'Etat après un voyage à l'étranger, un homme dont aucun membre de gouvernement n'a présenté de signes extérieurs extravagants de richesse et qui a créé de nombreuses industries ? (Ce n'est pas un Lari qui écrit ces mots)...

Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg