Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 08:54
COMMENTAIRE : Qui a dit que le pétrole était source de bonheur pour les riverains ? Pour la petite histoire, on peut dire que le pétrole est source de pauvreté et de pollution pour ceux qui vivent dessus comme les Vilis. LA SOCIETE ZETAH COMME TOTAL-ELF-FINA POLLUENT POINTE-NOIRE ! LES PLAGES DE MON ENFANCE, PERSONNE NE S'Y BAIGNE PLUS A CAUSE DES GALETTES DE GOUDRON DE PETROLE !!! ET NOUS NE PARLONS MÊME PAS DES GAZ A EFFET DE SERRE DUS A TOUT CE GAZ NATUREL BRULE AU LIEU D'ETRE TRANSFORME EN ENERGIE !!!  Les Vilis sortent enfin de leur réserve atavique par l'intermédiaire du COK (Collectif des Originaires du Kouilou)   pour constater que la flambée du prix du baril à plus de 100 dollars ne profitent qu'au nord et au clan Sassou car il serait faux de penser que tout le nord profite des profits générés par le pétrole. Il s'en est fallu plusieurs dizaines d'années pour qu'ils se réveillent, hein, mes frères du Kouilou, encore qu'ils sont toujours un peu engourdis par la corruption et la peur. Antoinette n'a-t-elle pas dit : " Thystère veut-il que mon mari bombarde le Kouilou ? N'a-t-il pas TOUT EU ?"  Thystère qui par ailleurs aura payé cher politiquement sa bravade à Sassou. Mais n'a-t-il pas tout eu comme des villas en France ? Antoinette Sassou Tchibota, cette Vili de corps mais Zaïroise de coeur aime son mari plus que ses propres frères - normal : ils sont liés pour la vie, par le sang du peuple, par l'argent et la sorcellerie, par le crime. Entre le Kouilou et Sassou, Antoinette Tchibota a choisi Otsombé et son infidélité : infidélité conjugale, infidélité politique, etc. Elle s'en fiche : tout ce qu'elle veut, c'est le pognon que son mari lui verse en guise de compensation. Quand on est cocu aux yeux de tous le royaume tous les jours que Dieu fait, ça mérite des milliards de francs cfa, non ? Elle a ses boulangeries, notre nguli, ses villas en France, pour ne citer que ça...
 En plus, l'exploitation pétrolière nuit à la faune, à la flore, à l'océan et faire même fuir le poisson vers les côtes du Sénégal où se font désormais des pêches miraculeuses. Il n'y a plus de sardines qui viennent s'échouer sur la grève comme quand j'avais sept ans.  Sassou devrait au moins intégrer les populations locales dans les chantiers pour résorber l'emploi et redonner un peu d'argent indirectement à ces pauvres Vilis qui sont chassés de leurs terres, n'ont pas d'eau potable, pas d'électricité et pas d'hôpitaux : il suffit d'ajouter une petite clause dans les contrats que 20% du personnel doit se trouver dans une circonférence de 20 kilomètres au moins autour du chantier. Sinon, un jour, il va se passer à Pointe-Noire ce qui se passe au Nigéria. Sans blague, Sassou est d'une telle arrogance qu'il se croit tout permis ! Quand on arrive au pouvoir, c'est pour faire le bonheur de son peuple et non l'inverse ! Nous avons toujours pensé que si les Vilis destabilisaient Pointe-Noire et surtout, s'ils rendaient ardue l'exploitation du pétrole par des sabotages divers, la France qui agit toujours au mieux de ses intérêts lâcherait Sassou et sa bande d'incompétents.
En tout cas, cet article vaut la peine d'être lu car il vous permet de comprendre qu'il existe forcément une complicité entre les sociétés pétrolières comme ZETAH et le roi Sassou au détriment des populations car c'est la seule explication puisque le communiqué de presse du Collectif des Originaires du Kouilou n'aura rien donné. Nous leur conseillons d'en appeler à WWF et à tous ces organismes de défense de l'environnement car il faut un impact médiatique mondial pour que Sassou et Zetah arrêtent une seconde de casser les cacahuètes sur le dos des Vilis. Juste une toute petite seconde. En ce moment, tout ce qui touche au climat est un terrain sensible et tous les projecteurs s'y tournent. Or, ce rejet de gaz qu'on pourrait exploiter dans l'atmosphère en le brûlant inutilement accroît la pollution atmosphérique en augmentant les gaz à effet de serre et ce sujet révélé au niveau des organimes de défense de l'environnement pourrait mieux servir la cause des Vilis. Quant à la municipalisation accélérée dont il est question dans l'article, quel en est le rythme ? Combien d'appartements par an comme objectif ? Combien d'appartements réellement construits dans le Kouilou ? A quel coût de revient ? Tout ça, c'est du bla bla, de la poudre aux yeux car ce qu'il faut avant tout c'est le renouvellement des sources d'énergie, l'eau potable, l'électricité, une vraie politique d'indépendance alimentaire, d'hygiène de vie, d'éducation et de santé populaire pour tous ceux qui ne peuvent venir se faire soigner en France... Et surtout, préparer l'après-pétrole car la fin du pétrole arrivera très vite avec des consommateurs comme la Chine et l'Inde. Il faudra commencer à y réfléchir et ce n'est pas Sassou qui le fera...
 En tout cas, pas pour le moment.  L'argent, trop d'argent doit rendre fou au palais de Mpila.... Le ndza, Le noua, Leboukouta, Le kossa, Le vouna peuple pendant que Brazzaville est une capitale poubelle...

*************************************************************************************************************

Kouilou : la torchère brûle entre Zetah et les populations

 par Daniel Lobé Diboto
Lorsque Zetah Maurel & Prom fora son premier puits rentable à Boundi en 2001, tout près de la petite ville de Hinda, les populations s’en réjouirent. La région, depuis la fermeture des mines de potasse, manquait cruellement d’emplois et l’exode rural battait son plein. Elles crurent avec naïveté aux promesses de prospérité qui leur étaient faites.

Le pétrole est source de richesse, mais pas pour ceux qui vivent au dessus. Sans scrupule les magnats de l’or noir promettent monts et merveilles aux populations délocalisées et environnantes essorer en toute quiétude leur terre de précieuse huile qu’elle contient. Une fois les plates formes implantées, les populations n’ont que leurs yeux pour pleurer. A Boundi dans le département du Kouilou, les habitants des villages Tchicanou, Mboukou et Tchibanda n’ont pas échappé à cette rude réalité.

Il est de notoriété que le pétrole n’a pas vocation à servir les peuples qui entendent en être les légitimes propriétaires. Au Nigeria, c’est par milliers qu’on compte des morts carbonisées pour avoir voulu récupérer un peu du précieux produit dans les pipelines. La misère contraint parfois à des tentatives désespérées. En Angola, au Tchad, au Gabon et au Congo, pays reconnus comme producteurs de pétrole, la pauvreté est le lot quotidien de 70 % de la population. La paupérisation croissante des classes populaires contraste avec l’énorme masse des revenus pétroliers dont ces pays sont générateurs.

On se souvient que le Collectif des Originaires du Kouilou (COK) a eu l’audace de demander au chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, 1 % des revenus pétroliers pour le département du Kouilou et 1% supplémentaire à se partager entre tous les autres départements du pays afin d’y booster la municipalisation accélérée. Ce collectif, très attentif à la gestion du pétrole au Kouilou en particulier et au Congo et en général, a fait passer un communiqué de presse que nous vous proposons intégralement.

« Depuis 1999, la société Zethah, filiale de la société Maurel et Prom, exploite d’importants gisements de pétrole On shore dans la zone de Bondi, Tchicanou, Mboukou, et Tchibanda.

La société Zetha y a construit neuf plates-formes. Or, depuis cinq ans, les activités pétrolières de Zetha causent d’énormes préjudices aux populations riveraines et environnantes, en raison d’importants dégâts à la flore, à la faune, à la nappe phréatique, ainsi qu’à la santé même des populations riveraines.

En effet, les torchères, par leur forte luminosité, le dégagement de chaleur intense et l’émission de gaz à effet de serre sur des rayons très importants, ont chassé les animaux, détruit la végétation, et portent atteinte à la santé des populations riveraines. Les habitants souffrent actuellement de maladies pulmonaires, et maladies de peau et de toutes sortes d’intoxications.

De même, Zetha a pollué les cours d’eau par les émissions des torchères, les déblais de forage, ainsi que l’évacuation des eaux usées dans les rivières, à telle enseigne que les populations manquent cruellement d’eau potable.

Enfin, Zetha a détruit les nappes phréatiques par l’enfouissement sur site des boues d’épuration et de déblais de forage hautement toxique qui s’infiltrent dans le sous sol. Les eaux usées des campements sont déversées directement dans les cours d’eau, rendant ainsi les eaux impropres à la consommation humaine.

Zetha a détruit également la fertilité des sols par la combustion d’hydrocarbures sur les plates-formes, par les cendres et résidus des torchères, et la pollution par le rejet dans l’atmosphère de gaz toxiques tels le dioxyde de souffre et l’oxyde d’azote. Ces gaz toxiques reviennent sur terre sous la forme de pluies acides qui polluent les sources d’eaux, détruisent les sols et nuisent à la santé humaine.

C’est ainsi qu’au cours des dernières années, toute la zone a connu une baisse de productivité agricole, au point que cette année les populations qui vivent d’agriculture n’ont rien pu récolter et son acculées à la famine.

Ainsi les activités d Zetha ont causé aux populations des préjudices considérables sous la forme de dommages à la santé, de dommages à ‘économie rurale et de dommages à l’écosystème tout entier.

Or, l’article 36 de la Constitution stipule : « Toute pollution ou destruction résultant d’une activité économique, donne lieu à compensation »....

Au Congo, le principe pollueur payeur, demeure théorique tant bien même il y a une cellule anti-pollution dirigée par monsieur Tchibota Goma Valentin, outillé de la chose pétrolière, cependant il ne dispose pas d’un cadre juridique efficace pour la répression des délinquants en la matière. Et, les toutes puissantes compagnies pétrolières seraient en accointance avec la hiérarchie au grand dam de la population, abandonnée à son sort. Boundi est sans nul doute la sonnette d’alarme d’une situation qui perdure peut être par les grâces du gouvernement qui prime la fiscalité pétrolière et le partage de production soit 33 % dans chaque baril.

Les dispositions constitutionnelles encore un écran de fumée ?

Alors les populations prennent en charge leur protection à l’instar du Collectif des Originaires du Kouilou (COK), qui demande réparation :

« ....En conséquence, le collectif des Originaires du Kouilou et les populations riveraines, font sommation à la société Zetha, d’avoir à procéder de toute urgence, à la réparation intégrale des dommages causés aux populations et à l’environnement, et ce par la prise des mesures d’urgence suivantes :
- Récupération des gaz actuellement brûlés à la torche, par la construction d’une mini centrale à gaz, qui donnera de l’électricité aux habitants ;
- Dépollution et ré oxygénation des cours d’eau :
- Développement de la pisciculture en vue du repeuplement des rivières ;
- Retraitement des déblais de forages et de boues d’épuration afin d’éviter toute pollution des rivières et des nappes phréatiques ;
- Construction d’égouts d’évacuation des eaux usées et des eaux de pluies afin de mettre un terme aux érosions et à la pollution des cours d’eau ;  Re fertilisation des terres agricoles aux moyens d’apport en humus et engrais ;
- Création d’un centre de soins intégrés doté de médicaments gratuits et de personnel médical, avec des visites périodiques de spécialistes en maladies broncho-pulmonaires et cutanées ;
- Construction d’écoles avec dotation en personnel enseignant et fournitures scolaires gratuites ;
- Implantation de forages pour l’approvisionnement en eau de chaque village ;
- Construction de la route Pointe-Noire-Tchikanou ;
- Indemnisation des populations en réparation des dommages causés à la santé, à l’environnement, ainsi qu’aux activités économiques agricoles, de chasse, de pêche et cueillette ;
- Indemnisation des propriétaires fonciers spoliés par l’implantation des plates-formes et des pipe-lines. »

Il y a donc urgence que le gouvernement renonce à sa politique laxiste et démissionnaire à l’égard de ceux qui le chouchoutent somptuairement et qu’il reprenne en main les problèmes induits par la pollution. A défaut il risque une radicalisation des populations telles qu’on a pu le voir au Nigeria ou au Venezuela.

.

Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg