Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 12:52
undefinedVoici un article de Wkipédia, une encyclopédie en ligne dont le sérieux est reconnu, qui confirme les origines étrangères de Sassou Nguesso qu'on dit être né de parents ivoiriens de l'ethnie ABE, comme quoi nous ne sommes pas les seuls à divulguer les origines étrangères du tyran d'Oyo - même si nous, nous penchons pour ses origines béninoises pour avoir démontré que 1°) que le patronyme est bien un patronyme béninois 2°) qu'on trouve bien des Sassou au Bénin 3°) que Sassou possède un hôtel à Ouidah au Bénin 4°) que sa famille notamment Wilfrid Nguesso s'y rend souvent. D'autres ont évoqué que Sassou pouvait être de l'ethnie kotokoli du Togo, une ethnie qu'on pourrait aussi retrouver au Bénin frontalier car le colon en découpant les frontières nationales n'a pas tenu compte des configurations ethniques. Cependant, si vous cliquez sur Abé, vous serez surpris de lire que sur le plan migratoire, des membres de l'ethnie ont bien été acheminés au Congo-Brazzaville. Celui qui a écrit l'article cite deux autres présidents de la république ayant les mêmes origines que Sassou : Bokassa et Patassé. Par ailleurs, les Abé, selon un chercheur qui y consacre un livre, viennent du Bénin ; ce qui nous ramène aux origines béninoises de monsieur Denis Sassou Nguesso d'une autre façon. Nous savons que le plus grand marché du Bénin pour ne citer que ce monument a été entièrement financé par monsieur Denis Sassou Nguesso.  Qu'on comprenne bien que sur le plan juridique, ce tyran est bien Congolais  puisque né au Congo ; ici, nous parlons de ses origines pour mieux cerner l'homme qui visiblement se préoccupe peu du sort des Congolais qu'il laisse sans eau et sans électricité.
Ce qui est sûr, à l'époque coloniale, les Français considéraient leurs colonies comme une seule unité et n'hésitaient à déplacer des individus vers d'autres zones puisque les pays comme tels n'existaient pas encore sur le plan juridique. Eh bien, vous n'avez pas fini d'apprendre des choses. Je me demande qui a bien pu écrire ces choses qui ne sont pas forcément fausses. Si nos historiens bossaient un peu, on n'aurait pas à faire des recherches complémentaires. Je vais m'intéresser à l'ethnie Abé en mettant l'accent sur l'aspect migratoire. Quoi qu'il en soit, nous sommes d'accord sur le fait que Sassou soit bel et bien d'origine étrangère ; ce qui explique qu'il n'aime pas le Congo et son peuple. Voilà les drames de la colonisation ! Je crois que les Français ont fait exprès de mettre des étrangers au pouvoir dans nos pays car cela permet à ces individus de ne pas avoir envie de défendre les intérêts nationaux. Avez-vous déjà entendu Sassou parler des "
intérêts du Congo ?" Voici le lien qui a permis à l'auteur d'évoquer l'aspect de la déportation des Abé vers la Centrafrique et vers le Congo et de nous apprendre que Sassou est bel et bien d'origine Abé ; cette histoire doit focaliser aussi les rivalités entre Kouyous et Mbochis si l'on y réfléchit bien.... http://www.rezoivoire.net/cotedivoire/ville/2/a-la-decouverte-d-agboville.html
(Merci à Patrick Eric Mampouya) Avant de réfuter une information, il faut faire des recherches. Donc, nous allons nous y mettre car si la déportation des Abé (ou Abbey) est avérée, cette information est à prendre avec beaucoup de sérieux... En tout cas, une chose est sûre, sur le plan du phénotype, Sassou a les traits d'un ouest-africain et ça, je suis formel ! 
undefinedN'oublions pas que les indépendances ne sont intervenues qu'en 1960 pour la majorité des colonies françaises et avant celles-ci, les Français usaient des colonisés comme bon leur semble, les déplaçant, les déportant d'une ville à l'autre, d'un pays à l'autre. C'est au Gabon qu'il a fallu aller chercher Youlou, le premier président. La déportation des Abé vers le Congo-Brazzaville est une piste non négligeable sur le plan intellectuel car l'objectif est de vous aider à comprendre l'esprit d'un tyran et d'un assassin face à un peuple dont il ne se reconnaît pas sans l'avouer. S'il nous était possible d'accéder aux archives de cette époque, nous serions étonnés de tant de choses comme cette ethnie congolaise qui se trouve au Cameroun dont j'ai oublié le nom - j'ai eu un voisin de cette ethnie qui reconnaît que ses ancêtres viennent du Congo et leur langue est la même d'un pays à l'autre. La colonisation n'a pas été seulement une tragédie sur le plan économique et politique mais aussi et surtout sur le plan humain avec des frontières n'ayant pas tenu compte d'occupation géoethnique, avec des déportations, avec la création d'Etats et de nations fictifs par un découpage savage de l'Afrique qui n'a pas tenu compte des réalités historiques. Des drames calculés, étudiés pour diviser l'Afrique et règner sur nos nations pendant des siècles et des siècles !
Voici qu'à une thèse basée sur l'histoire s'ajoute à une thèse basée sur des témoignages de politiques gabonais et sur l'analyse linguistique du nom de Sassou Nguesso ! Dans le premier cas, Sassou naît de parents tous deux étrangers et dans l'autre, seul le père serait étranger mais dans les cas deux cas, ses origines proviennement de l'immigration. C'est donc un fils d'étranger qui fait souffrir le peuple congolais qui doit, si les faits sont avérés, prendre ses responsabilités en 2009 en le chassant du pouvoir... Tous ceux qui ont des informations sur cette donnée historique doivent nous aider à faire triompher la vérité car le la vérité, comme l'a dit le Christ, affranchit...
***********************************************************************************************************************

Denis Sassou-Nguesso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

(Redirigé depuis SASSOU NGUESSO)
Aller à : Navigation, Rechercher
Denis Sassou-Nguesso, le 16 octobre 2007.
Denis Sassou-Nguesso, le 16 octobre 2007.

Denis Sassou-Nguesso, né en 1943 de parents originaire de Côte d'Ivoire (plus précisement d'ethnie Abé)[1] à Edou (nord du Congo) est le président du Congo du 5 février 1979 au 3 août 1992 et revient au pouvoir le 15 octobre 1997 suite à un coup d'État qui renverse Pascal Lissouba.

Sommaire

[]

Vie familiale [modifier]

Denis Sassou-Nguesso et George W. Bush, le 5 juin 2006.

Il est le beau-pere d'Omar Bongo, président du Gabon[2].

Il a un frère, Maurice Nguesso, homme d'affaire ( il écrit également des articles de presse tel que l'éditorial du journal congolais hebdomadaire LE FANION ).

Général et homme d'État congolais [modifier]

Après une formation à l'école des instituteurs de Dolisie, il s'engage dans l'armée congolaise en 1961 et suit une formation militaire de réserviste à Cherchell enAlgérie. Il intègre les forces armées et le corps des parachutistes en 1964. Il en devient le sous-chef de corps quelques années plus tard avec Kimbouala Nkaya comme chef de corps. Ce dernier trouvera malheureusement la mort 1977 au cours de son arrestaion relative à la mort de Marien N'Gouabi. C'est dans la psychose nationale, cette folie meurtrière que le cardinal Émile Biayenda sera assassiné et l'ancien président Alphonse Massamba-Débat, prédécesseur de Marien N'Gouabi, exécuté après un procès martial.

En 1970, Sassou-Nguesso adhère au Parti congolais du travail (PCT)qui est créé en 1969 et est nommé ministre de la défense, de la sécurité. Il assure plus tard l'intérim de la présidence, du 18 mars au 2 avril 1977, après l'assassinat du président Marien Ngouabi. Il est supplanté par Joachim Yhombi-Opango, l'officier le plus gradé à la tête du Comité militaire du parti, qui entend assurer le contrôle du pouvoir politique. Il est ensuite élu président du PCT à l'issue du congrès du 5 février 1979 et devient de fait le nouveau président de la République.

Première présidence [modifier]

Il met en place un plan quinquennal économique et social de reconstruction du Congo visant notamment à la construction de routes et de ponts. Ce plan est confronté à la baisse du cours du pétrole, car son financement est assujetti aux avances sur production, en réalité des prêts gagés sur le pétrole (principale ressource du pays). Face à l'échec de ce plan, Sassou-Nguesso est contraint de mener des négociations avec le Fonds monétaire international qui consent à aider le Congo sous réserve de l'adoption de mesures de transparences financières et de démocratisation du pays.

Sur le plan international, il entretient des relations avec des mouvements de libération nationale africains et avec le pouvoir marxiste angolais tout en conservant des liens étroits avec la France. En 1986, il prend ses distances avec le marxisme pour sortir de son isolement diplomatique. En 1988 il réunit à Brazzaville des représentants de l'Angola et d'Afrique du Sud. Cette même année, il sera élevé au grade de Général des armées (de sa propre volonté car l'armée congolaise n'a aucun général à cette époque).

Le 25 février 1991, pressé par les travailleurs qui menacent de descendre dans la rue, il se voit obligé de tenir une Conférence nationale, au cours de laquelle, sa mauvaise gestion est mise au grand jour. Il est rendu seul responsable du désastre économique en raison de sa liaison avec des milieux politico-mafieux. Il est également condamné à une amende de 2 milliards de francs CFA et on lui impute la responsabilité personnelle des assassinats perpétrés suite à l'assassinat du président Ngouabi. À l'issue de la conférence, un gouvernement de transition est mis en place et celui-ci fixe la date de l’élection présidentielle. Candidat à sa propre succession aux élections du 2 juin 1992, Sassou-Nguesso arrive en troisième position derrière Pascal Lissouba et Bernard Kolélas. Il choisit de soutenir Lissouba, à qui il apporte ses voix, du fait de son expérience ministérielle.

Traversée du désert [modifier]

Il se retire dans le village d'Oyo, dans le nord du Congo, où il fourbit sa revanche en organisant ses milices appelées Cobras. En 1995, il s'installe au Vésinet, près de Paris, pour prendre contact avec ses futurs mentors, qui vont le ramener au pouvoir dans les bagages de l'armée angolaise, et une multinationale de mercenaires. Dans la perspective de l’élection présidentielle de juin 1997, Sassou-Nguesso rentre au Congo. Mais dès le mois d'avril, des assassinats sont perpétrés par ses milices à Owando et sur la rivière Alima. Sur commission rogatoire du procureur de la République d'Owando, des forces de police se présentent devant la résidence de Sassou-Nguesso à Mpila où se sont réfugiés les présumés assassins. Les miliciens Cobras déclenchent un feu nourri contre les forces de police. C'est le 5 juin 1997 que se déclenche le début d'une nouvelle guerre civile qui fera plus de 10 000 morts. À la mi-octobre, l'armée angolaise, les mercenaires et les milices de Sassou-Nguesso prennent le contrôle du pays et ce dernier s'autoproclame président. Il suspend la constitution approuvée après la Conférence nationale et approuvée par plus de 93% des Congolais et confisque les libertés individuelles chèrement acquises. Il met en place une transition à durée flexible et des mécanismes de gestion patrimoniale des ressources naturelles comme le pétrole pour mieux piller le pays. La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) et d'autres sociétés offshore, installées aux îles Caïmanes, sont créés et confiées à des cousins, neveux, fils et autres membres du clan et de la famille Sassou-Nguesso.

Seconde présidence [modifier]

Après avoir fait approuver une nouvelle constitution taillée sur mesure par référendum, il est officiellement élu pour un mandat de 7 ans (alors qu'il est de 5 dans la précédente constitution) le 10 mars 2002 avec 89,54% des suffrages exprimés.

Il est accusé d'avoir maintenu des régions entières, notamment le sud du pays, sous la coupe d'hommes en armes (milices « Cobras » et quelquefois l'armée gouvernementale). Une région particulièrement sinistrée démographiquement et économiquement, le Pool, est soustraite du fonctionnement normal de la République. Alors que cette région était avant les guerres le poumon du pays, depuis 1997, aucune ligne budgétaire n'est votée et les écoles ont été fermées tout comme les structures sanitaires à l'exception de celles des ONG, comme Médecins sans frontières, qui ont été régulièrement menacées de fermeture. Mais la situation pourrait tendre vers un léger retour à la normale initié dès les années 2005.

Par ailleurs, Denis SASSOU NGUESSO est franc-maçon et Grand Maître de la Grande Loge du Congo Brazzaville. Cette obédience est reconnue régulière par la Grande Loge Nationale Française (GLNF). A ce titre, Denis SASSOU NGUESSO a toujours bénéficié du soutien et de la collaboration pleine et entière des grands Maitres successifs de la GLNF, CHARBONNIAUD, FOELLNER. L'attitude du futur grand maitre de la GLNF dont la nomination sera ratifiée en décembre 2007, François STIFANI, avocat antibois, semble devoir maintenir la même ligne politique de collaboration totale avec le Congo de SASSOU NGUESSO. La régularité reconnue par la GLNF à la Grande Loge du Congo repose sur le strict respect de la règle en 12 points (voir le site de la GLNF). Ainsi, notamment le point 3 énonce : "3) La franc-maçonnerie est un Ordre auquel ne peuvent appartenir que les hommes libres et respectables qui s'engagent à mettre en pratique un idéal de paix, d'amour et de fraternité." Et le point 9, "Les francs-maçons ne doivent admettre dans leurs Loges, que des hommes majeurs de réputation parfaite, gens d'honneurs, loyaux et discrets, dignes en tous points d'être leurs frères et aptes à reconnaître les bornes du domaine de l'homme et l'infinie puissance de l'éternel."

Ainsi, la GLNF estime que la réputation de Denis SASSOU NGUESSO est "parfaite" malgré les poursuites judiciaires à son encontre et son attitude.

 

En 2006, Denis Sassou-Nguesso assure pour un an la présidence de l'Union africaine, suite d'un compromis pour éviter que le poste ne soit occupé par Omar el-Béchir, Président du Soudan. Après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française en 2007, il continue de bénéficier d'un appui inconditionnel[3] du gouvernement français, même si les critiques[4] à son égard se font de plus en plus vives.

Dépenses personnelles [modifier]

En 2006 des journalistes aux États-Unis ont révélé que pendant un séjour de cinq nuits à New York dans l'hotel Waldorf Astoria, la suite occupée par Sassou-Nguesso accumule des frais de £12,000 et un montant total de £73,000[5]. Pour assister à l'assemblée générale de l'ONU en septembre 2006, lors d'un autre séjour de cinq nuits, son entourage occupe 44 chambres, faisant une facture de £130,000, toujours au compte de l'État congolais. Le journal britannique The Sunday Times ironise que ce montant dépasse de loin la somme de l'aide humanitaire contribué au Congo par le Royaume-Uni en 2006.[6] Le 18 juin 2007, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire[7] à l'encontre de Denis Sassou Nguesso, Omar Bongo et leur entourage, accusés par trois associations françaises[8] de "recel de détournement de fonds publics". Le chef de l'État congolais et sa famille possèdent en effet en région parisienne de somptueux appartements et palaces[9].

Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]

Liens externes [modifier]

Notes et références [modifier]

Partager cet article

Published by Le lion de Makanda mwan Mizumba - dans Quand nos lecteurs écrivent
commenter cet article

commentaires

Lecram 27/05/2016 21:26

Vers les année 1910, dans le village de YAVO-OHO (OHO-GBELA) pendant la révolte du peuple ABBEY dans la s/p d'AGBOVILLE au sud-est (RCI) que les deux frères SASSO N'TAKPE et SASSO N'GBESSO ont été pris comme prisonniers. Quelques jours plutard, on a retrouvé le corps de SASSO N'GBESSO tué pour sa résistance. L'autre frère SASSO N'TAKPE est parti pour de bon avec les colons français.
Le peuple s'est retrouvé pour créer successivement le village YAVO-OHO (GBAVE-BA) puis YAVO-OHO (AMANGRA-DJI-BA) et enfin YAVO-OHO (HEDJI-BA) actuel GRAND-YAPO à 12km d'AGBOVILLE en partance d'ABIDJAN.
Les descendants de la famille SASSO existent encore à GRAND-YAPO. SASSO, nom patronomque de cette grande famille. On trouve aujourd'hui des noms comme SASSO N'TAKPE, SASSO EDI, SASSO ANIN, OHOUOSSOMA SASSO, N'GBOROU SASSO, SASSO N'GBESSO dont la mauvaise audition ou déformation aurait donné SASSOU NGUESSO. C'est l'information à la récherche après lecture du dossier.
LECRAM .
Merci

MAHO de YAVO-OHO-GBEU 27/05/2016 19:34

Mon grand-père paternel m'a dit ceci:
Vers les année 1910, dans le village de YAVO-OHO(OHO-GBELA) pendant la révolte du peuple ABBEY dans la s/p d'AGBOVILLE que les frères SASSO N'TAKPE et SASSO N'GBESSO ont été pris comme prisonniers. Quelques jours plutard, on a retrouvé le corps de SASSO N'GBESSO tué pour sa résistance. L'autre frère SASSO N'TAKPE est parti pour de bon avec les français.
Le peuple s'est retrouvé pour créer le village YAVO-OHO(GBAVE-BA) puis YAVO-OHO(AMANGRA-DJI-BA) et enfin YAVO-OHO(HEDJI-BA) actuel GRAND-YAPO à 12km d'AGBOVILLE en partance d'ABIDJAN.
Les descendants de la famille SASSO existe encore à GRAND-YAPO. SASSO, nom patronomque de cette grande famille. On trouve aujourd'hui des noms comme SASSO N'TAKPE, SASSO EDI, SASSO ANIN, N'GBOROU SASSO, SASSO N'GBESSO dont la mauvaise audition ou déformation aurait donné SASSOU NGUESSO. C'est le complément d'ajout à la récherche après lecture du dossier.
YAVO-OHO-GBEU-PIE.
Merci pour votre attention.

Le Lion de Makanda (LDM) 27/05/2016 19:36

C'est moi qui vous remercie

kinga 26/03/2016 13:52

voici mon code postal 389 pour etre mombre chez vous

kinga 26/03/2016 13:50

je veux etre mombre mon code postal 389 pointe noire congo

Rosagie 20/10/2015 22:08

J'ai des amis Ivoiriens qui disent que son vrai patronyme pourrait être SOUASSOU NGBESSO qui s'affilierait à ceux des Akan. Ce qui est sûre Sassou ou Souassou sont des noms étrangers au patronyme Congolais.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg