Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 18:09

foudres-de-zeus.jpgQu'est donc la force ? Une énergie mue par une structure en mouvement censée transformer la matière, l'organisme, l'environnement, l'univers. La seule force qui nous intéresse dans l'histoire est la force humaine, une volonté qui laboure le monde, l'environnement et d'autres volontés. Cette force est à la fois mentale, physique, verbale, fiduciaire, instrumentalisée, juridique, dictatoriale. Bref, c'est l'homme qui donne à la force toute sa richesse multiforme. Toutes les forces de la nature ont conduit à la vie qui est aussi une force, celle de la liberté car toute force non vivante est une force aveugle, déterminée.La vie seule possède la faculté d'être une force consciente qui peut s'autodéterminer en agissant avec intelligence si nécessaire. La force de vie ou force libre a la particularité de manier les autres forces, tant qu'elle le peut en toute connaissance de cause.

C'est en suivant patiemment et passionnément cette force qu'elle soit armée ou raisonnée que nous allons construire une nouvelle vision des choses. La thèse que nous soulevons ici est simple : notre système de choses humaines est un imbroglio de forces qui s'efforcent de contrôler le tout  humain ou humanité pour l'expression ultime d'une des formes de la force : la gloire, une force mentale, la sensation d'être au-dessus des autres, d'être plus humain que les autres, le pouvoir, à savoir la capacité de drainer toutes les forces au bon vouloir de sa volonté.  Ce pouvoir que confère la force crée des dieux et il n'y a de dieu que la plus grande des forces capable de tout régir, celle-là même vers laquelle tend tous les grands esprits. il n'est pas étonnant que les Pharaons se prirent pour des dieux, eux qui avaient le pouvoir de maintenir la maat, l'ordre universel, l'ordre cosmique. Mais est-ce possible ? Le système n'est-il pas devenu trop complexe ? Toutes les forces réveillées ne vont-elles pas à la longue détruire l'humanité ?

Du premier cri à la bombe thermonucléaire, en passant par la pierre taillée, la lance, l'argent, etc., nous passerons au crible toutes les manifestations de la force qui est finalement le facteur premier de l'histoire car la raison elle-même en est une. En fait, toute histoire est une histoire de la force. Il n'est donc pas étonnant de comprendre la part que prend l'histoire des guerres dans notre Histoire humaine.

La volonté humaine est la dernière manifestation de la force naturelle, de cette force aveugle devenue force orientée vers un but : la domination de la planète et de l'univers si possible. Seuls ceux qui croient en la magie vous diront que l'on peut dominer les forces de la nature par la volonté. Nous affirmons que seules les forces vivantes peuvent concéder à la volonté.

Chez l’homme, la force  est l'instinct de vie qui aura permis de passer de cro-magnon à homo sapiens sapiens, d'abord contre les éléments puis contre l'homme, son semblable. Force pour fuir le danger par la vélocité des jambes mais surtout, volonté et capacité à se fixer un but, un idéal, un but et d'y orienter toute son énergie. Au début, la force était l'élément premier de la survie puis l'homme développa la force mentale qui lui permit de mieux manier d'autres forces à son profit. Et l'outil était né, et la ruse était née. Nul n'étant certain d'être en tout lieu, en tout temps le plus fort, la force est devenue plus fine, immatérielle en agissant sur la volonté.

La vie implique la violence de prendre celle des autres êtres, de vivre à leurs dépens. La force chez l'homme est devenue au fil des passions, guerres, conflits, oppositions volontaires et physiques. Elle a été instrumentalisée et toute notre histoire est jalonnée de guerres, de cette violence de masse pour la réalisation de la volonté de quelques-uns. C'est de ressort de l'animalité, de ce qui nous reste de cette nature première que nous vient la faculté d'aliéner notre volonté. En raison pure, c'est une chose totalement impensable.

Donc la force n'est pas que physique car nul ne pourrait s'arroger une constance dans le déploiement de son énergie physique. Aussi sont apparues des formes comme le droit afin que la force puisse contenir l'homme en le tenant en tenant sa volonté. Cela s'est manifesté au début par une contrainte sur la vie d'autrui : esclavage, royauté, vassalité, etc.

Notre histoire montre que l'on croit avant tout en la force avant de croire en la raison car l'homme n'est pas un animal  juste en matière de force qui se répartit par ailleurs inégalement dans la nature. L'esprit a donc suppléé aux forces de la chair pour se servir d'abord de la pierre et de l'airain avant de devenir feu nucléaire.

La conquête des mondes s'est faite sur le sang, sur les vies prises à ceux qui refusaient de se soumettre. Elle est partie sur la base d'une estimation des forces chez les peuples qu'on découvrait : la colonisation n'aurait pas été possible si l'Afrique se trouvait à l'heure de la bombe atomique.

De toutes les forces subtiles manipulées par l'homme, il y a la force fiduciaire, celle détenue par une poignée de banques qui tiennent le monde : l'argent, la plus grande injustice, la plus grande inégalité qui n'est pas le fait de la nature mais de l'appétit humain. Nations, Etats, continents sont en fait esclaves de quelques barons de l'argent car ils sont endettés jusqu'au cou.

L'homme a créé un usage de la force appelé travail afin d'accumuler de la richesse en subordonnant son prochain.

Il apparaît chez l'homme que la force est le premier facteur d'injustice entre les nations, entre les hommes, entre les continents. Le droit de veto des nations les plus fortes n'aurait plus aucun sens si toutes les nations de la terre devenaient puissances nucléaires. Aussi, comprend-on pourquoi on veut refuser à l'Iran de s'accaparer du feu nucléaire. La force est une quantité qui se mesure et qui s'apprécie par instinct ou par intelligence et la discussion ou la collaboration n'a pu naître que d'une évaluation de forces jugées égales.

La force nous rappelle que l'homme reste raisonnablement une force animale mue par la volonté de mieux paraître que les autres... La force appelle la force, ne respecte que la force et reste encore et toujours le premier principe dans lequel l'homme croit...  La force aspire à prendre, à posséder, à outrepasser la raison, la volonté.

La force porte en elle tout ce qui transforme  l'univers.  Dieu lui-même ne peut être, s'il est, que la mère des forces...

La force est toute énergie susceptible de dynamiser, d’immobiliser, de détruire, de rassembler, de mouvoir, d’orienter et de reproduire formes, comportements, idées, volontés. En deçà de toutes les forces aussi multiformes soient-elles, se cache la force physique, la force de sa capacité de détruire la volonté. Aussi, se comprend-il que tous les membres permanents de l’ONU sont tous des puissances nucléaires. Le droit lui-même qui prend une de ses formes les plus remarquables dans la démocratie, ne peut survivre que s’il est protégé par l’épée, par le feu nucléaire car trop de tentations guettent et la volonté de puissance est ce qui caractérise le mieux la force volonté. Cette problématique nous conduira vers une interrogation ultime sur la paix. Qu’est donc la paix sinon la force du statu quo ? La paix régnait à l’époque de l’esclavage, paix de menaces ouvertes, paix de tortures. De nombreuses dictatures sévissent dans la paix, paix qui tue, une force silencieuse garantie par la puissance du canon. Aussi doit-on se poser cette question : face à la force qui est avant tout un facteur qui influe sur notre liberté, que doit-on faire ? Se résigner ? Lui opposer la force ? La paix de ce monde est avant tout équilibre des forces. Le temps des barbares n’est pas révolu car il a simplement changé de force. En Irak, c’est en la force que croit d’abord le GI, pas dans le droit car en face de lui, une force de volonté est décidé de lui faire la peau. En Israël, c’est en la force qu’on croit d’abord pour pérenniser une situation qui dure depuis 1947. Ces adeptes de la religion de la force parmi tant d’autres proclament haut et fort être des démocraties.

La conscience des forces qui tiennent nos volontés est pour moi le premier pas vers la philosophie de la force car que l’on ne se trompe pas : CE MONDE NE CROIT D’ABORD QU’EN LA FORCE…

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Textes universels
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg