Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 10:09
Congo (Brazzaville) : comme pour mieux s' accaparer de l'or noir, le clan Nguesso se lance à l'assaut de la capitale pétrolière
2007-09-23 07:44:25 par Bienvenu MABILEMONO

Image de lAprès la traversée du désert, place à la roue de la fortune !!!
A l'approche des élections locales (2008) et présidentielles (2009), le clan Nguesso n'a décidément pas fini de faire parler de lui... Il faut dire que le chef guerrier cobra, fils d'Emilienne et de Julien, a beaucoup appris de sa traversée du désert (1992/1997) imposée par une défaite sèche dès le premier tour avec seulement 16.87%

 des suffrages aux élections présidentielles de 1992 face à ses deux adversaires
les plus crédibles Pascal Lissouba et Bernard Kolelas, dont il garde une saveur très amère.

La traversée du désert, une « épreuve » qui l'a visiblement marqué (et sans doute la raison, la vraie raison pour laquelle il ne veut pas pardonner à son tombeur, Pascal Lissouba). De cette épreuve, il a beaucoup appris. Alors il ne tient plus à commettre la même erreur. Après une légitimation digne d'un dictateur en habit de démocrate avec son élection en trompe l'œil de 2002, le vrai Sassou apparaîtra enfin, libre de gouverner ou plutôt de spolier le Congo sans entraves et de donner sa vraie mesure.


Revenu au pouvoir en octobre 1997 après cinq mois d'une guerre civile atroce, Sassou a certes considérablement assoupli son discours mais pas sa méthode de gouvernement. Comme tout chef de guerre devenu président, il est aujourd'hui le plus fort, il le sait et il le fait sentir à tout observateur de passage. Confortablement installé avec tous les pleins pouvoirs que lui confère une Constitution taillée sur mesure, il ne craint rien. Alors il a retrouvé ses vieux réflexes. Au lieu d'être ce Président humble, vues les circonstances particulièrement atroces de son retour aux affaires, qui se veut un président citoyen soucieux de prendre en compte les forces nouvelles issues de la démocratisation, le soi-disant « homme des masses et des actions concrètes », a choisi de mettre à nouveau le pays à l'encan au seul profit de sa famille.
 
Alors qu'il affirmait haut et fort en 2001 qu'il a fait son autocritique sur ses treize premières années à la tête de l'État, avant qu'il ne le cède à Pascal Lissouba pour cinq ans, il est aujourd'hui rattrapé par ses vieux démons. L'exercice clanique du pouvoir voilà le mode de gouvernance de Sassou. En fait rien d'étonnant quand on sait que s'il arrive à Sassou de faire son autocritique sur ses treize premières années à la tête de l'État, ce n'est pas sur le chapitre des libertés et de l'exercice solitaire du pouvoir qu'il pose son regard, mais sur celui de l'économie.

Après tout, la tribu et la région n'ont-elles pas toujours été au Congo les repères les plus sûrs ? « C'est vrai, confesse-t-il, je me suis trompé en croyant aux vertus du plan quinquennal et du rôle moteur de l'État ». Une socialisation tous azimuts qui, rappelons-le, rendit le Congo incapable d'affronter le contre-choc pétrolier de 1986 et le conduisit, en 1991, à une quasi-cessation de paiements sur fond d'endettement galopant. Pourtant aujourd'hui force est de constater que sur ces plans (gestion économique désastreuse du pays et exercice autocratique et clanique du pouvoir) comme sur d'autres, le moins que l'on puisse dire, 10 ans après son retour aux affaires, par les armes, c'est que l'homme n'a apparemment pas changé. Malgré cette autocritique, il n'est toujours pas parvenu à tirer les leçons du passé. Alors insouciance ou incompétence notoire ?


Se déclarant être des "alliés" du général-milicien-président Denis Sassou Nguesso, - ce qui énerve le clan familial présidentiel qui a mis en alerte sa police et ses services pour les démasquer -, les "Denisiens" ont pondu début octobre 2006 la "Suite de la liste des biens mal acquis par Sassou Nguesso et sa famille - Spécial Pointe-Noire et caches d'argent". Epoustouflant... Si le premier document avait pour actrice centrale, Edith-Lucie Sassou Bongo Ondimba, fille aînée du Cobra en chef, première femme d'affaires du Congo et Première dame du Gabon voisin, celui-ci met particulièrement en lumière les turpitudes du contre-amiral (général de brigade de la marine) Jean-Dominique Okemba, alias JDO le demi-dieu, neveu et conseiller spécial du guerrier chef de l'Etat, homme de main, "banquier", "gardien des fétiches", secrétaire général du Conseil national de sécurité (CNS, organe qui coiffe le ministère de la sécurité et tous les services rattachés), etc..


Comme à Oyo, quand vous arrivez à Pointe-Noire aujourd'hui, vous avez cet étrange sentiment d'être en plein « Sassouland ». Cupidité, arrogance, ce sont les mots que l'on entend auprès de ceux, nombreux, qui ont lu ce document qui révèle comment Pointe-Noire, la réserve pétrolière et capitale économique du Congo, a été "pillée" par la famille Sassou/Bongo. Naguère paisible, modeste, malgré ses fortes potentialités économiques, la ville de Pointe-Noire, notamment son bord de mer, grouille désormais de soldats et d'agents de sécurité envoyés là pour veiller aux imposantes villas et autres biens mal acquis des membres de ce clan maudit.

Tel que le domaine de 4800 m2 de JDO situé au quartier Tchaly vers la raffinerie, surveillé jour et nuit par des agents d'une société de sécurité privée gérée par un ami...JDO fait aussi garder ses six immeubles de quatre étages qui appartenaient à la Compagnie des potasses du Congo (CPC), ainsi que l'immeuble de la CNSS, en face du super marché Score. Il aurait "acheté" ces deux ensembles à un franc CFA dévalué symbolique. Accusant une grande faiblesse à l'égard de son épouse, originaire de Kinshasa (RDC), JDO lui a offert en cadeau d'anniversaire un terrain de 550 m2 exproprié à la mairie de Pointe-Noire, sur lequel sera construit, par la société Socofran de l'ami français, Hubert Pendino, un immeuble de 12 étages. Sa fille, Judicaël Okemba, elle, a choisi comme cadeau d'anniversaire, une société parapétrolière, Foraid, et une autre de location du personnel en mer, Waitol's, qu'elle dirige depuis Brazzaville.


L'épouse du général-milicien-président Denis Sassou Nguesso, Antoinette, née Loemba, joue un rôle déterminant aux côtés de ces rapaces venus tout droit des confins de l'alima. En bonne traîtresse, elle participe à ce désastreux assaut que subit sans répit la capitale du Kouilou. Ses origines vilies de Pointe-Noire par son père (congolaise de Kinshasa elle aussi, par sa mère, "Mama Mpoto"), sont en outre un atout pour ces prédateurs mbochis d'Oyo pour être plus précis (petit canton perdu sur les rives du fleuve Alima, à quatre cents kilomètres au nord de Brazzaville). En effet, Antoinette Sassou Tchibota n'est pas en reste dans ce partage des dépouilles des anciennes entreprises d'Etat installées dans sa ville natale. L'épouse du chef cobra aurait "racheté" (à quel prix ?) les 42 villas du CFCO (Chemin de fer Congo-Océan) et celles (il y en a une centaine) de la Coraf (Raffinerie du Congo).


Les anciens pavillons d'Elf Congo, situés vers la côte sauvage, seraient en revanche la propriété d'Edith Bongo Ondimba. Et Ambendé, le défunt grand frère du chef guerrier cobra, avait "arraché" à l'Etat l'immeuble de quatre étages sis près du Marché du Plateau. Unique port maritime du Congo et ville pétrolière, ce clan maudit, cornaqué par JDO, a évidemment fait main basse sur des sociétés parapétrolières et de pêche...

Trader en chef de la part de pétrole brut revenant à la SNPC (Société nationale des pétroles du Congo), Denis Christel Sassou "Kiki", le très dépensier fils du chef Cobra qui n'hésite pas à dépenser 35000 euros (plus de 20 millions de francs CFA) en 48 heures dans l'achat de sacs Louis Vuitton, contrôle également la société de pêche Socopec. Quant à Maurice Nguesso, grand frère de la République et le nouveau gardien du temple d'Oyo depuis le disparition d'Ambendé, il s'est reconverti dans le secteur de la pêche en devenant le patron de Congo-Cruz, une société de pêche disposant de quatre bateaux.
 
C'est en revanche le pétrole qui attire toutes les convoitises et qui aiguise tous les appétits voraces des Nguesso/Bongo. Intérim 2000, société de gestion du personnel vacataire pour le compte des sociétés pétrolières, appartient ainsi à Edith Bongo Ondimba. Les entreprises Intels Congo et Zetah M & P Congo sont l'affaire de Ninelle Sassou, épouse de Hugues Ngouélondélé, maire désigné en 2002 de Brazzaville et d'Edgar Nguesso dont les intérêts sont gardés par oncle Idomba Frédéric via la société TOP'S services ainsi que par Gaston Mbossa via la société Hamilton et par Claude Bambi qui fait office de représentant du Domaine présidentiel dans la capitale pétrolière.


La bienheureuse famille aurait aussi des actions dans le SIP (Service de l'industrie pétrolière), groupe managé par le Libanais Tallal, qui est par ailleurs directeur général de l'hôtel Olympic Palace de Brazzaville. Sans parler des 50% de la consommation d'électricité de la ville de Pointe-Noire qui sont fournis par la SCPE (Société congolaise de production d'électricité), une filiale de la SNPC qui a pour principaux actionnaires le chef cobra lui-même et sa fille Edith...L'hôtellerie est aussi envahie par les Nguesso/Bongo. Déjà propriétaire du luxueux hôtel Atlantique de Pointe-Noire, la première dame d'affaires du Congo et Première dame du Gabon voisin, Edith Bongo a encouragé les autres membres du clan à s'investir massivement dans ce secteur juteux.

JDO est devenu l'heureux patron de l'hôtel Lauria Atlantic, situé au Grand Marché. Quant au futur maire de Pointe-Noire désigné par le chef cobra (le clan tient à prendre le contrôle total du temple pétrolier et cela passe par le contrôle de la mairie), par ailleurs Directeur général de la Société congolaise des transports maritimes (Socotram, transporteur du pétrole de la SNPC), responsable occulte du Conseil congolais des chargeur et l'un des acteurs économiques incontournables du port de Pointe-Noire, Wilfrid Nguesso "Willy" gérerait deux hôtels : le Sea-Side et la Résidence Bambino. Le Saint-Jacques, un hôtel- appartements situé près de la côte, appartiendrait à Andréa Sassou, une des filles du Cobra suprême. Les clients de ces hôtels sont souvent priés d'aller dîner au Win, restaurant hyper moderne au bord de la mer appartenant à Sandrine Sassou (fille du chef guerrier cobra) et à son époux, l'Italien Fabio Otto Nello...


En attendant le troisième document qui, promettent les "Denisiens", révèlera les caches d'argent avec les numéros de comptes de certains des membres du clan mafieux et leurs noms d'emprunt ainsi que les somptueuses villas acquises en Espagne (Marbella...), en Belgique, en France..., la devise de la famille tient en quatre mots mbochis : "Ledza, legnua, atonga ndako". Traduction : "mangeons, buvons et construisons de belles maisons" (sans se soucier du reste). Pendant ce temps, concluent les "Denisiens", le peuple manque de tout : les retraites payées de temps en temps selon le bon vouloir du chef guerrier cobra, l'électricité et l'eau font défaut, les hôpitaux totalement délabrés et manquent de médicaments, le système scolaire en faillite, les ex-travailleurs des entreprises d'état privatisées, à la Mvouba, réduits à la mendicité... Ainsi tourne la roue de la fortune, en attendant que tourne celle de l'Histoire.


Bienvenu MABILEMONO
*************************************************
Un deuxième article montre que Willy Nguesso veut prendre la mairie de Pointe-Noire en 2008. Le clan Sassou veut le POUVOIR TOTAL ! Nous verrons comment vont réagir les Vilis car c'est leur fief qui pour une fois est visé. Le clan Sassou est comme une gangrène qui n'aura de répit que lorsqu'elle aura parasité et détruit tout l'organisme. Il n'a pas pitié du Congo, alors pourquoi aurions-nous pitié de ces barbares ? Il faudra comme en médecine éradiquer toute la vermine en ne laissant rien car nous savons tous que la vermine fait des petits très vite et en grande quantité...
Congo Brazzaville : La stratégie de Sassou condamne le Congo à une guerre sans fin
2007-09-17 07:00:02 par Bienvenu MABILEMONO

Image de lVoilà une affaire qui pourra faire grand bruit. C'est désormais la fin d'un faux suspens, Willy Nguesso est le candidat désigné de son oncle aux élections locales de 2008 à la mairie de Pointe-Noire. Et comme lors des législatives de juin dernier, l'histoire étant presque écrite d'avance, pour lui la campagne ne sera qu'une simple formalité. Cette candidature s'inscrit dans la stratégie du clan, qui consiste à occuper tout l'espace politique et économique sur l'ensemble du territoire national.

 En effet, comme l'a si bien souligné récemment l'ancienne ministre de la culture, Madame Mambou Aimée Gnali, « le clan Nguesso s'était déjà octroyé le beurre et l'argent du beurre en accaparant le pétrole.

Il ne lui manquait plus que le sourire de la crémière, c'est-à-dire la bienveillance des citoyens congolais grugés.

C'est, aujourd'hui, chose faite, avec la razzia électorale censée consacrer la reconnaissance des congolais, pour les bienfaits de la mainmise du clan sur la principale ressource du pays ». Et comme si cela ne suffisait pas, le clan s'attaque désormais à la mairie de la ville pétrolière, Pointe-Noire. Occuper tous les pouvoirs politiques, administratifs et économiques, ainsi que tous les pôles stratégiques, c'est le maître mot du clan. La stratégie du clan est simple : avoir le contrôle total du pays.

Pour ce faire, il tient à affirmer sa domination en faisant en sorte que seuls ses membres ou ses proches assurent la gouvernance du pays. S'agissant du pétrole justement, le clan en contrôlait déjà le transport maritime jusqu'aux points de vente occultes et la commercialisation, respectivement via la SOCOTRAM et la COTRADE. Il ne manquait donc plus que d'avoir le contrôle de cette ville stratégique et riche en pétrole pour boucler la boucle. L'équation est donc désormais résolue, en 2008, Willy Nguesso sera désigné « gardien du temple pétrolier » à l'issue d'une élection locale en trompe l'oeil. En clair, Brazzaville au gendre, Pointe-Noire au gentil neveu, par ailleurs l'un des acteurs économiques incontournables du port de Pointe-Noire ; et la commercialisation du pétrole au brillant fils, et la boucle est bouclée. Et plus rien ne fera obstacle pour assurer le sacre du roi en 2009.

Le clan, et d'abord Sassou, en est conscient : Willy Nguesso n'est, sans guère de doute, pas le candidat en mesure de gagner la mairie de Pointe-Noire. Ils le savent.
 
Et ils s'en moquent. Ils s'en fichent. Eperdument. Dans leur esprit, la soi-disant « responsabilité politique » passe après, bien après, la morale et l'éthique. Leur stratagème est bien connu. Comme lors de la désignation du gendre à la mairie de Brazzaville en 2002, ils vont, selon toute vraisemblance, faire véhiculer l'idée selon laquelle l'élection ou plutôt la désignation de Willy Nguesso à la mairie de Pointe-Noire est une vraie chance pour la ville et ses habitants. Car en sa qualité de neveu du Président, il obtiendra tous les crédits. Le Président ne lui refusant rien, il obtiendra tout ce dont cette ville a besoin pour assurer son développement (ce qui ne serait donc pas le cas si le maire n'est pas un membre clan). Or quand on voit l'état de Brazzaville cinq ans après la désignation du gendre à la mairie, on ne peut qu'être dubitatif. Et quand on connaît l'immoralité et l'affairisme du neveu ? Pourquoi les bureaux parisiens de la SOCOTRAM ont-ils été fermés ?


Avec ce type de nominations, on se demande si Sassou veut vraiment assurer le décollage du Congo. Une curieuse stratégie de gouvernance où seuls les loosers sont systématiquement mis en avant. C'est à croire que la haine à l'état pur, la haine incommensurable que Sassou voue au peuple congolais est telle qu'il ne veut rien faire pour permettre à ce pays de connaître le chemin du développement. En dépit des nombreuses critiques dont il fait l'objet, Sassou persiste et signe, pour lui seuls les attentes et les appétits voraces de son clan doivent être satisfaits avant tout.

La famille au sens large, balbutiante sous Sassou I (1979/1992), a grandi en âge et en exigence, d'autant qu'elle a désormais ses entrées, tant à Mpila qu'au Palais du bord de mer, à Libreville. Alors sans regret ni remord, il y répond à la lettre. Peu importe ce que va penser ou ce que va dire le peuple. Rien n'a donc changé. Rien ne changera jamais. La haine et le mépris sont plus forts que les contingences politiques, voilà ce qu'une fois encore les congolais constatent jour après jour après le fiasco électoral de juin dernier. Alors que la quasi-totalité des associations des ressortissants du Kouilou demandent davantage d'autonomie et l'autogestion dans le cadre de la décentralisation, une fois de plus l'homme de Mpila n'en fait qu'à sa tête.

Tout comme il refuse de leur concéder les 1% de revenus du pétrole qu'ils réclament depuis des années. C'est à croire que Sassou oublie souvent que son épouse Antoinette, née Loemba, a des origines Vilie de Pointe-Noire par son père. A cette allure, le moins que l'on puisse dire c'est qu'au Congo le quotidien de milliers de personnes restera, pour longtemps, très longtemps encore, la précarité, l'absence d'eau et d'électricité, la maladie et le manque d'hôpitaux décents, et in fine, la guerre sans fin.


Bienvenu MABILEMONO

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg