Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 10:40
BernardTapie2.jpgTAPI-SASSOU-copie-1.jpgTonton Tapie, celui qui a été tour à tour homme d'affaires, ministre de la ville en France, Président de l'équipe Olympique de Marseille et qui à présent écume les planches et le petit écran, a soif de déplumer quelqu'un ces temps-ci. Les diamants et les châteaux de Bokassa, fini tout ça. Les affaires louches l'appellent désormais au Congo car Coco Tapie flaire les bons coups. C'est un homme au pif extraordinaire qui brusquement s'intéresse à la jeunesse congolaise comme s'il n'y avait pas assez de chômage au sein de la jeunesse française ! Peut-être va-t-il devenir Congolais ou simplement rêve-t-il de se goinfrer dans la marmite de Koka-Mbala comme Le Floch Prigent ou Tarallo. Sassou sait inviter ses convives à la table mirifique de  la république zombie du Congo-Brazzaville remplie de pétrocfas...
Tout est-il que l'homme a été reçu par Sassou en mal de dissimulation d'argent face à des prédateurs comme Kensington. Peut-être lui demande-t-il simplement de lui porter conseil dans la défense de ses biens privés car monsieur le président Sassou a un procès pour une demeure payée grassement aux frais du contribuable congolais. La magouille appelle la magouille et cette alliance sent la bouillabaisse de Marseille, les matchs truqués et la théâtralisation de la vie politique. Tapie, le bon parleur, Tapie le séducteur, a-t-il été invité par Sassou ou a-t-il demandé audience ? Est-ce Sarkozy qui l'envoie ? Tant de questions sans réponses qui taraudent mon esprit. Entre les planches, le petit écran lourd de textes à mémoriser et l'affairisme, reste-t-il encore de l'énergie à Superman Tapie pour faire l'amour à sa femme ? Que oui !  il se torche désormais au kélé-wélé que lui a fait découvrir le vénérable maître Sassou alias Otsoumba... De play-boy à play-boy, l'étincelle passe, le courant grésille et ça sent la frite que l'on va manger sur le pif des pauvres Congolais... Tout ça à l'huile sanguine de pétrole...
Sassou devrait se méfier comme toute bonne souris sait le faire car il n'y a pas d'amitié entre les loups de la finance et les souris -même si celles-ci s'avèrent vénimeuses. Tapie a dégraissé et il lui faut refaire peau neuve. Nous savons que l'Afrique, cette jungle où toute graille est à la portée de tout carnivore, sait se montrer accueillante comme une péripaticienne forcée qui a les cuisses et le ventre écartelés depuis des siècles...
Nous attendons l'accouchement du fils de la souris Sassou et de l'ogre Tapie, celui qui a eu raison du Crédit Lyonnais. A votre imaginaire, mes amis! Il y a un monstre à prédire dans la nouvelle classe des sassoutapievores...
  Ca vient d'arriver, c'est nouveau, c'est made in Oyo-Paris-Marseille-Magouille !

**************************************************************************************************
Un article de Libération (quotidien français)  sur un livre qui traite des "Blancs pas très nets du continent noir". C'est édifiant :

Livre. A coups d'exemples édifiants, le journaliste épingle tous ces Français qui se servent de l'Afrique plus qu'ils ne la servent.
Les Blancs pas très nets du continent noir
Par Thomas HOFNUNG
QUOTIDIEN : jeudi 8 février 2007
Les Sorciers blancs, enquête sur les faux amis français de l'Afrique par Vincent Hugeux, Fayard, 319 pages, 20 euros.  
 
La soupe est bonne en Afrique, mais certains refusent d'y tremper leur cuillère. Ces ingrats préfèrent sauter à pieds joints dedans, au risque d'éclabousser la cohorte d'avocats, de journalistes, d'hommes politiques et de conseillers en communication qui, eux, n'ont pas leur pudeur.
Journaliste à l'Express, Vincent Hugeux a enquêté sur ces «sorciers blancs», «les faux amis français de l'Afrique». De quoi se faire un paquet d'ennemis. «Que vient-on y chercher ?» demande l'auteur, qui arpente le continent depuis des années. «Les honneurs que l'on se voit refuser ailleurs, l'argent facile, l'illusion du pouvoir.» Surtout l'argent... «Là où vous gagnez 100 ailleurs, vous touchez 300 à 400 sur le continent. Les Africains sont très généreux», affirme Bernard Rideau, spécialiste en marketing politique. Du moins leurs dirigeants...
Le livre abonde en exemples édifiants. Au Congo-Brazzaville, véritable paradis des sorciers blancs, c'est le champion du microcrédit, Jacques Attali, qui décroche un contrat à 10 millions de francs (en 1998) en tant que «conseiller général» du président Denis Sassou-Nguesso, réputé pour sa générosité. Malgré tout, le publicitaire Thierry Saussez se paie le luxe de se voir reprocher par le même Denis Sassou-Nguesso ses tarifs trop gourmands. Il n'y a plus ni gauche ni droite en Afrique, juste un gâteau à se partager. A Abidjan, dans l'antichambre du président Laurent Gbagbo, on croise tout aussi bien Roland Dumas que Jacques Vergès...
Faisant fi de tout réflexe corporatiste, Hugeux n'hésite pas à épingler à son tableau de chasse les «plumitifs». L'auteur réserve une place de choix à l'hebdo Jeune Afrique et à son patron, Béchir ben Yahmed, témoignages d'anciens collaborateurs ou de politiques africains à l'appui. L'un d'entre eux évoque ainsi «deux versions d'une analyse sur le Burundi. L'une élogieuse, l'autre sévère», ajoutant que «c'est l'accueil réservé par les autorités de Bujumbura à une offre commerciale qui a dicté le choix final». 
Quel mystérieux ressort pousse les dirigeants locaux à débourser des sommes imposantes pour les beaux yeux de conseillers français, souvent incompétents ? Un début d'explication : «Le chef préfère livrer ses secrets de famille à l'étranger plutôt qu'au frère ou au cousin.» Plus de quarante ans après les indépendances, la fascination du «Blanc» opère toujours, même si elle va s'estomper avec l'arrivée aux commandes d'une nouvelle génération de dirigeants.
Certains reprocheront à l'auteur de livrer une vision partielle des rapports entre la France et l'Afrique, en ne donnant pas à voir ces hommes et ces femmes qui, sincèrement attachés au continent, y travaillent et aident à son développement. Mais Vincent Hugeux a fait un choix, et il s'y tient. Son entreprise a même quelque chose de salutaire. Car, du Cameroun au Sénégal en passant par le Togo et le «Congo-Brazza», la colère gronde contre ces Français qui se servent de l'Afrique plus qu'ils ne la servent.
Le jour venu, elle pourrait bien emporter ce qui reste sur le continent de ces liens si particuliers entre Français et Africains

Partager cet article

commentaires

congolais 15/08/2007 01:43

a bientot peut--êtrehttp://www.congo-avenir.com

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg