STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2400 ARTICLES, *** 487 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1200 COMMENTAIRES... 

 


MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

demain le congo brazzaville

Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 22:51

Nous saluons le courage de Serge Berrebi qui vient de voir sa plainte contre DSK, ex- patron du FMI, être reçue par la justice française qui va l'instruire à Marseille : en effet, à l'obtention  du statut de Pays Pauvre Très Endetté par le Congo, Dominique Strauss-Kahn dirigeait le Fonds Monétaire International. De ce procès, il pourrait ressortir que le Congo n'est pas un pays pauvre car être endetté ne signifie pas être pauvre : sinon tous les pays européens seraient pauvres et d'ailleurs, l'Amérique est elle-même très endettée - surtout quand l'argent que l'on prend ne sert pas à développer le pays mais à acheter des biens Mal Acquis en France. Et si tout ça avait été obtenu de façon complaisante ? En tout cas, cette affaire m'intéresse.  Affaire à suivre...

 

BERREBI_DSK.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:41

Le 13 juillet 2012, nous avons manifesté à quelques mètres de l'ambassade du Congo ; nous escomptions entrer et occuper l'ambassade mais un cordon de policiers nous en a empêché - question de protéger l'ordre public ; il eût fallu se donner le mot pour se retrouver au sein de l'ambassade directement. Ce n'est que partie remise. De plus, il y a d'autres endroits symboliques pour attirer l'attention de ceux qui font encore les gouverneurs noirs dans les ex-toujours colonies apparemment "inndépendantes".

Nous n'étions pas des masses mais cette fois-ci, 3A Télésud a couvert l'événement (nous savions que nos propos seraient élaguées de leurs parties les plus affirmées), j'ai  même été interviewé par Reuters (j'espère toujours récupérer  cette interview). Autant dire que qualitativement, la manifestation a été une réussite du fait des personnalités qui sont venues de France et d'ailleurs comme Marie-Louise Abia de Londres - ce qui montre qu'il ne suffit pas d'être des masses pour créer un impact qui dépasse le nombre de personnes puisqu'au travers de Reuters et de 3A Télésud et un autre média, nous avons pu faire en sorte que cet événement soit vu par des milliers de personnes. Néanmoins, nous avons estimé qu'il faut revoir la stratégie qui ne doit plus être seulement définie sur la place de Paris du fait qu'il s'agira désormais d'associer plus de personnes, plus de membres de la diaspora en France et ailleurs. Pour commencer, il nous faut une bannière qui représente toute la diaspora avec un site qui permettrait aux diasporas d'échanger et de coordonner des actions. Une telle structure comprendrait des  mllliers de membres et pourrait préluder d'un mouvement plus vaste pour des échéances nationales futures...

 

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 16:28

Malonga&OmbessaPhoto0300La fausse affaire qui emprisonne à tort maître Malonga et maître Hombessa, ce montage ridicule, a connu un tournant ces jours-ci puisque le colonel Marcel Tsourou est venu témoigner en affirmant que son domicile ne se trouvait pas dans un camp militaire - nous vous épargons les détails ; ce qui ruine l'argument d'Emmanuel Aimé Yoka, ministre de l'injustice qui prétendait le contraire : il s'agit visiblement d'une faute grave car un ministre - même de l'injustice - doit mener une contre-enquête avant de soutenir des thèses qui sont vite contredites  par les faits. C'est la preuve d'une (in)justice sous influence totalement au service d'un clan qui peut tout se permettre....

Nous venons d'avoir au téléphone un proche de maître Malonga qui nous a annoncé de vive-voix que l'instruction aviait commencé jeudi et s'était poursuivie vendredi dernier. Le colonel Marcel Tsourou aurait témoigné pendant plus de deux heures devant le juge d'instruction. Même l'argument de l'atteinte à la sûreté de l'Etat est battue en brèche. Il n'y a aucunément pas eu violation de l'article 82 de la constitution qui statue sur l'atteinte à la sûreté de l'Etat. Nous sommes en face d'une (in)justice qui invente des délits - juste pour nuire à des innocents...

Sassou a affirmé que s'ils avaient été arrêtés, c'est qu'ils étaient coupables de quelque chose - ce qui a trahi un président injuste qui ne respecte pas le droit des citoyens parce qu'ils sont des mokongos : il aurait dû demander en tant que premier magistrat du pays qu'on fournisse d'abord les preuves indiscutables qui incriminent les deux hommes de loi avant de les jeter en prison. En pratiquant une telle politique basée sur la haine du mokongo, Denis Sassou Nguesso prouve aux yeux du monde entier qu'il a perdu toute crédibilité et un tel comportement apparaît comme les prémisses de la chute annoncée d'un régime moribond qui s'essouffle et qui va finir par imploser sous le poids de ses propres injustices.

Juste pour information, nous venons d'apprendre que les élections législatives - du moins à Brazzaville -  n'ont pas déplacé les foules dans les lieux de vote : les populations prennent les tee-shirts et l'argent mais ne se déplacent plus, preuve qu'elles sont fatiguées et qu'elles ne veulent plus être prises pour des prétextes électoraux.

Le Congo finira par atteindre le point critique qui fait basculer même le statu quo le plus tenace. Les Congolais ne sont plus dupes : ils savent qui sont ceux qui viennent avec des peaux d'agneau sur le corps lors des élections : il y a longtemps que les loups ont été démasqués - même lorsqu'ils prétendent être des éléphanteaux...

Pour revenir à la fausse affaire Malonga&Hombessa, Nous espérons recevoir le dossier complet de cette affaire pour vous donner plus de détails. Nous avons même la possibilité de joindre maître Malonga en prison après 20 heures...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 juillet 2012 6 14 /07 /Juil /2012 15:05

Abia.jpg La manifestation du 13 juillet 2012 où je me suis rendu a été  quantitativement limitée avec un environnement qui prêtait à la pluie - même si elle a eu plus de participants que la dernière avec une logistique et des participants qui ont fait le voyage à Paris  mais qualitativement, elle a été une réussite : d'abord, les médias, trois médias avec 3A Télésud et Reuters et des personnes venues de tous les coins de France y compris de Londres et des heurts avec la police qui ne voulait pas qu'on accède à l'ambassade. Une lettre a été déposée à l'ambassade auprès de l'ambassadeur. C'est insuffisant mais c'est déjà ça...

Des discussions qui s'en sont suivies sur place, la stratégie choisie a révélé ses limites : une invasion sournoise de l'ambassade aurait été plus percutante car c'est le Congo et rien ne peut nous empêcher d'aller y clamer notre indignation ou comme l'avait suggéré monsieur "Incognito", manifester devant le siège parisien des Dépêches de Brazzaville aurait plus dérangé le système. Avec Jean Claude Béri, nous avons suggéré que prenne fin le monopole de la capitale en matière de manifestation : à Lyon, dans le passé, nous avons organisé des manifestations de plus de 200 personnes ; le ministre Ouabari le sait très bien.

Mais nous avons appris des choses intéressantes qui placent trois personnes, trois mousquétaires des temps modernes dans un affairisme de type lobbying avec Denis Sassou Nguesso comme seul bénéficiaire.

AVT_Jean-Paul-Pigasse_8706.jpeg.jpg Jean-Paul Pigasse : c'est la pie qui jacasse pour Denis Sassou Nguesso, un homme en réseau avec Tarallo et compagnie, le représentant de la Françafrique au Congo. Quand vous lisez l'éditorial des Dépêches de Brazzaville, sachez que c'est Denis Sassou Nguesso qui dicte personnellement à Pigasse ce qu'il doit écrire. Lire les  Dépêches, c'est un peu lire Denis Sassou Nguesso qui se cache derrière un masque blanc pour essayer de blanchir sa noire pensée. Si vous lisez le dernier éditorial en sachant que c'est Sassou qui parle, vous comprenez pourquoi il souhaite bonne chance aux candidats à la députation - surtout à ceux du PCT qui ont reçu 30 millions de francs cfa au moins à chacun pour battre campagne, en toute illégalité.

Comme c'est un quotidien, il faut que Pigasse aille prendre tous les jours la dictée chez Sassou. Est-ce ce qui expliquerait son attaque cardiaque ? En effet, il y a six mois, l'homme qui reçoit 300.000 euros de la SNPC chaque trimestre, un argent qu'il devra rembourser demain au Congo, a subi un pontage coronarien. Il a failli y rester ; il fallait l'évacuer d'urgence en France. Nous avons appris que si ce monsieur reçoit tout cet argent immérité, ce n'est pas pour la beauté des textes ou parce qu'il a créé les Dépêches pour contrebalancer l'influence des écrits comme les nôtres , non, c'est parce qu'il fait du lobbying en France pour Denis Eléphant Sassou Nguesso qui en a bien besoin en ce moment - puisque sa femme Antoinette Sassou Nguesso revient bientôt en France : Biens Mal Acquis, Affaire du Beach, affaire du 4 mars 2012, tout cela donne une très mauvaise image du gangster en chef et il faut bien que des gens l'aident. C'est peut-être pour cela que la justice française où les juges tripointés sont légion traîne des pieds et des décisions...

Hilaire-Moko.jpgHilaire Moko : Ce général proche de Denis Sassou Nguesso pourrait avoir joué un rôle macabre dans l'affaire des disparus du Beach ; pourtant, il est en France sans être inquiété. Etrange ! Il a perdu sa position à la présidence de la république à cause d'une altercation ; ce qui a attiré l'attention sur cet homme dont on ne parlait guère. Il semble qu'il serait actionnaire dans la maison mère des Dépêches de Brazzaville (c'est une rumeur que nous allons vérifier), une société au capital de 7000 euros qui rapporte gros. S'il est en France, à l'ambassade de Paris, nous savons à présent que ce n'est pour les Dépêches mais pour raison de santé et dans tout ça, il se rapproche de Lopès qui collabore avec Pigasse à travers la revue Géopolitique. Tout finit par se savoir dans notre petit pays. Qu'il redoute que l'affaire du Beach ne fasse pas un bond de vérité dans lequel son rôle pourrait être établi de façon indiscutable : il irait continuer à se faire soigner directement à la Haye...

lopes_henri.jpg Henri Lopès : C'est l'ambassadeur indéboulonnable du Congo en France. Son règne est aussi long que celui de Denis Sassou Nguesso à la tête de l'Etat et c'est un exploit pour un ambassadeur qui nous a écrit un seul véritable livre dans sa vie : "Tribaliques", comme un livre prophétique. Il semblerait que son maintien en poste a quelque chose à voir avec Pigasse qui plaide pour qu'il y reste en place car leurs petites magouilles marchent bien en prospérant allègrement. Quand on parvient à arnaquer 300.000 euros à un pays, et que la SNPC vous paye jusqu'au siège de votre société 38 rue Vaneau 75007 Paris entre 4000 et 5000 euros par mois, il y a de quoi se réjouir et, comme il ne faut jamais changer une équipe qui boukoute si bien en cassant des cacahuètes sur le dos des enfants affamés du Congo, on se soutient, on se maintient, on s'agrippe jusqu'à ce qu'un jour le coeur lâche car cette magouille  dans laquelle le Congo perd de l'argent ne saurait ne pas être dénoncée et nous invitons les avocats congolais en France à se pencher sur l'affaire Pigasse, cet homme qui a monté une escroquerie qui marche si bien qu'elle aurait attiré l'appétit de Claudia Lemboumba et de celle qui garde la tombe vide de De Brazza dans le seul mausolée au monde qui honore un colon - d'ailleurs, c'est parce qu'elle n'aurait pas reçu les Dépêches que le grand éléphant l'aurait placée dans le mausolée avec son budget pour qu'elle se repaisse en paix. Les deux tigresses guettent chaque battement de coeur de Pigasse : à son âge, cette surcharge de travail au quotiden pourrait finir par lui rester dans la gorge et cette affaire à 300.000 euros par trimestre qui roule si bien pourrait s'arrêter.

Mais il y a une autre raison qui pourrait arrêter net  la belle mécanique magouilleuse de Pigasse du jour au lendemain : la disparition du grand éléphant qui laisserait les Dépêches sans défense. Et cela, Pigasse le sait, lui qui place ses sous pour laisser un bel héritage à ses enfants.

Sur le plan littéraire, Pigasse est le "nègre" blanc de Sassou et cette noirceur lui convient  très bien puisqu'elle rapporte gros - même s'il faut se compromettre sur le dos d'un peuple qui souffre.C'est une mode qui a été inauguré par feu Omar Bongo qui avait son journal où il pouvait donner la réplique à ses adversaires.

Cher Pigasse, à chaque bouchée de pain, à chaque lampée de Champagne, sache que tu prives un petit enfant du Congo d'un moungouélé et cela mérite que tu nous rendes des comptes dans cette vie. La prochaine manifestation, nous viendrons devant le siège de ta fausse Agence d'Information qui ne nous informe de rien mais qui sert à Sassou de jouer à l'écrivain pour intoxiquer le peuple et le manipuler au travers de tes Dépêches qui se dépêchent de vider les caisses de la SNPC avant qu'il ne soit trop tard parce que cette société privée, cette SNPC ne représente pas les intérêts du peuple congolais et tôt ou tard ceux qui ont participé à affamer le peuple congolais comme Pigasse devront rendre des comptes. Aussi, cher monsieur, pour cette raison, nous souhaitons que votre coeur tienne le coup encore très longtemps...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 12 juillet 2012 4 12 /07 /Juil /2012 22:32

Le Lion de Makanda sera demain à Paris pour participer à la manifestation du 13 juillet 2012 devant l'ambassade du Congo. D'autres lyonnais feront aussi le déplacement. Nous voulons donner une ampleur et un écho sans précédent à cette manifestation.

Nous avons reçu du Congo la vie et nous sommes le Congo. Demain, nous donnerons des heures à la cause congolaise parce que nous avons entendu depuis longtemps les cris de  la souffrance de ce peuple dont les intérêts ne sont pas représentés nulle part puisque Denis Sassou Nguesso a privatisé l'Etat ; nous assistons en ce moment même à la clanisation accentuée de l'assemblée nationale : Sassou bombarde nombre de ses rejetons à l'assemblée nationale pour empêcher que la voix du Congo ne soit audible de quelque façon, déjà que l'opposition n'est que factice.

Nous devons apprendre à mener le bon combat, le combat juste, le combat légitime. Si la diaspora qui vit dans des pays libres et démocratiques ne peut pas faire entendre la voix du Congo libre, qui le fera ? C'est vrai, j'aurais pu me taire, me contenter de ma petite vie, de ma petite personne en tournant le dos à mon pays - comme le font de nombreux traîtres, de nombreux individualistes mais j'ai gardé mon kimuntu, j'ai conservé mon humanessence et je n'ai pas rompu le lien charnel qui me lie à la terre du Congo que j'ai bue au travers du lait maternel. Nous sommes le Congo devenu vie, et quand la mère geint, quand la patrie est bâillonnée, ses filles et fils doivent prendre cause pour la souffrance de la mère.

L'heure est à l'expression brute des contradictions dialectiques nationales - au moment où une génération de comploteurs politiques est sur le point de passer la main à des petits qui ont été initiés à la poursuite de la trahison nationale par la division, la discrimination, l'ethnoracisme politique. La diaspora doit profiter de l'espace de liberté dans lequel il se meut pour apporter la controverse politique à des énergumènes qui se sont hissés au sommet de la société pour se servir et servir le toujours maître colonial au travers de ses multinationales.

Le temps de la définition d'un Congo qui nous ressemble approche, le temps des lions, le temps des idéalistes, le temps de ceux qui savent se surpasser pour faire en sorte que leur petite personne ne compte pas plus que l'ensemble, le temps de la justice, approche. Notre mère-patrie a trop longtemps été violée, violentée politiquement. IL EST TEMPS DE RECHERCHER LE MOYEN DE CONSTRUIRE DEMAIN UN AVENIR QUI REGARDE LE PEUPLE CONGOLAIS EN FACE.

Nous jetons en pâture à la conscience collective nationale toutes les options sans exception et, sans rien craindre, nous devons être capable de débattre de TOUT, en privilégiant l'intérêt de TOUS.

Le troupeau humain a été rassemblé de force par les puissances du monde mais l'union, le rassemblement, la mise en commun des terres, des richesses, du capital humain, toutes ces choses-là, sont une chance que des gens comme Denis Sassou Nguesso ont transformée en cauchemar. Nous devons arrêter cette nuit, cette parenthèse de sang, de misère, de souffrances, de pleurs qui dure depuis des siècles parce qu'ils pensent et vous l'ignorez que le nègre est encore un animal, le petit-frère du macaque, le chaînon manquant entre l'homme et la bête et que si Dieu lui a donné une forme humaine, c'est parce que personne ne souhaite être servi par un animal, un chien. Cette idéologie existe et est propagée par des puissants lobbies qui veulent perpétrer l'idéologie esclavagiste.

Nous savons que les forces qui nous lient sont immenses mais elles ne peuvent vaincre l'énergie déferlante d'un peuple qui a pris conscience du carcan mental dans lequel il est plongé.

Charles Darwin a créé la théorie de  la sélection des espèces en affirmant qu'il était naturel que le fort terrasse le faible ; ce que vous ignorez, c'est qu'il a ajouté que dans la nature, la pitié nexiste pas : il n'y a de place que pour la lutte. LE CAPITALISME, L'IMPERIALISME, LE LIBERALISME S'INSPIRENT DU DARWINISME SOCIAL QUI  NE RECONNAIT QUE LA FORCE, LA DOMINATION, LA LUTTE ENTRE ESPECES : PARTOUT, IL Y A UNE GUERRE FEROCE, SANS PITIE : DANS L'ECONOMIE, LA POLITIQUE, LE SOCIAL, MEME DANS LA CULTURE OU LA NOTRE, LA CULTURE DU FAIBLE, DOIT ABSOLUMENT ETRE ECRASEE : ILS ONT CASSE NOS RELIGIONS, NOS CULTURES, NOTRE SPIRITUALITE POUR QUE NE TRIOMPHE QUE LA CULTURE DU MAITRE... En Occident, regardez donc comment les banques dévorent les nations tout en participant à la destruction de la planète - cette idéologie-là tient du darwinisme socioéconomique qui ne laisse place qu'à la domination - alors que dans la nature, il existe des formes de coopération comme la symbiose !

Nous n'avons pas le choix du combat mais nous affirmons ceci : eux combattent en toute bestialité comme des animaux ; nous leur opposerons notre humanité, notre kimuntu, notre humanessence qui fait que l'homme est vraiment sapiens sapiens.....

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 12 juillet 2012 4 12 /07 /Juil /2012 22:09

cpj_logo

NEWS ALERT


La RDC refoule un journaliste et cinéaste belge

Abuja, Nigeria, le 10 juillet 2012-Un journaliste belge qui a réalisé un documentaire consacré au procès des assassins du célèbre militant des droits de l'homme Floribert Chebeyas'est vu refuser l'entrée en République démocratique du Congo (RDC) dimanche dernier. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) dénonce le refoulement de Thierry Michel de la RDC, où  il comptait projeter  son film cette semaine, sur la base d'un prétendu problème de visa. Le CPJ interprète cette décision comme une tentative de censure d'un long métrage qui soulevé des interrogations troublantes sur le meurtre de Chebeya.

Selon les déclarations du journaliste, les responsables des services de l'immigration à l'aéroport international de N'djili à Kinshasa, la capitale de la RDC, l'ont détenu et confisqué son passeport avant de le faire monter à bord d'un avion à destination de Bruxelles. Les autorités auraient justifié cette décision en accusant Michel d'être dépourvu de visa de sortie-retour, a-t-il dit.

Le documentaire de Michel
, L'Affaire Chebeya, un crime d'Etat?, jette un regard sur la quête de justice dans l'assassinat en juin 2010 de Chebeya, le président de l'association de défense des droits humains La Voix des Sans Voix, peu après qu'il a été convoqué par le chef de la police nationale congolaise, le général John Numbi.

Les autorités de la RDC ont indéfiniment reporté les projections en privé du film, qui étaient prévues mardi et mercredi pour le corps diplomatique accrédité à Kinshasa, selon des 
médias. On ne sait pas si les projections en public prévues à la fin de cette semaine auront lieu.

Lambert Mende, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication de la RDC, a déclaré au CPJ aujourd'hui que Michel « a eu des problèmes avec l'administration de l'immigration », citant des reportages un présumé
problème de faux visa. Cependant, Michel a fourni au CPJ ses documents de voyage, qui comprenaient un visa de résident spécial valable qui lui autorise l'entrée gratuite dans le pays pour la période allant de février 2008 à février  2013. Le journaliste a également montré au CPJ qu'il avait une autorisation signée par Mende pour faire des reportages et réaliser un film dans le pays entre février 2012 et février 2013. Le passeport du journaliste porte aussi la preuve de nombreuses entrées et sorties de la RDC au cours des cinq dernières années.

 « Les autorités peuvent évoquer un défaut de visa comme prétexte, mais il est clair qu'elles ont refusé l'entrée à Thierry Michel en vue de limiter l'accès du public en RDC à son film», a déclaré Mohamed Keita, coordonnateur du Plaidoyer pour  l'Afrique du CPJ basé New York. « Ce refus ne fait qu'attirer l'attention sur les questions cruciales soulevées par le film de Michel, qui met en lumière l'échec du gouvernement dans l'élucidation des mystères qui entourent l'assassinat de Floribert Chebeya », a-t-il ajouté.

Michel avait également prévu d'assister à l'audience en appel le 17 juillet courant de policiers
condamnés  dans le cadre de l'assassinat de Chebeya. Son expulsion a suscité de vives critiques au sein de la communauté internationale.

 

·         Pour plus de données et d'analyses sur la République Démocratique du Congo, veuillez cliquer ici. 

Le CPJ est une organisation indépendante, à but non lucratif basée à New York et dévouée à défendre la liberté de la presse dans le monde.
Contact:
Mohamed Keita
Coordonnateur du plaidoyer pour l'Afrique
Tel. +1.212.465.1004 ext. 117
Email: mkeita@cpj.org

Par CPJ - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 11 juillet 2012 3 11 /07 /Juil /2012 19:27

Il faut avoir du coeur pour oser regarder la télévision congolaise en ce moment car par les temps qui courent, élections législatives obligent, on ne parle que des candidats du PCT comme si les autres n'existaient pas ! A Oyo, Christel Denis Sassou Nguesso a même empêché à deux candidats indépendants de se présenter pour être assuré de triompher sans combattre. Tout se passe comme si la télévision d'Etat a reçu l'ordre de ne parler que de la campagne des candidats du PCT qui bernent facilement des populations affamées au travers de quelques bibelots achetés au rabais en Chine. C'est comme si les députés attendaient juste le moment de leur réélection pour se souvenir que le peuple existe ! La campagne se déroule au nord comme si le sud n'existait avec ces millions d'habitants ! On vous parle d'Oyo pour Kiki, d'Ollombo pour Itoua, de Gamboma pour Ngouélondélé...

 

Ngouélondélé affronte Mathias Dzon au nom de la tékité - question d'empêcher l'enfant terrible de Gamboma d'obtenir un siège de député pour revenir à la lumière par une légitimité somme toute tribale - parce que Sassou veut punir Mathias Dzon, une créature du système qui ose faire semblant de critiquer le sein qui l'a si bien nourri aux pétrocfas... Ce sont les habitants de Gamboma qui doivent se réjouir puisque de part et d'autre, les deux camps s'affrontent à coups de millions jetés en pâture à un public affamé. On va jusqu'à leur installer des forages comme si la soif des habitants n'avait aucune importance avant les élections législatives.

De toute façon, on se demande à quoi sert tout ce cinéma puisque nous savons tous qu'au final, c'est Denis Sassou Nguesso qui va distribuer les postes de députés comme un entraîneur de foot qui vous laisse vous époumoner  en se disant : "Allez, mes gaillards, vous pouvez  toujours courir puisque c'est moi qui aurai le dernier mot en établissant le classement pour le jour du match !" Ce n'est pas le talent qui compte, ce n'est pas le projet qui compte mais seulement la proximité au chef, la servilité docile à l'égard du grand éléphant. Sassou est un roi qui joue à la république sur un échiquier tribal  qu'il manipule selon ses intérêts !

C'est une débauche d'argent, de moyens qu'exhibent les candidats du PCT comme si les autres candidats n'avaient pas droit aux médias officiels - déjà qu'ils n'ont pas d'argent pour battre campagne. LA TELE NKOMBO RESSEMBLE A UNE AGENCE PUBLICITAIRE UNIQUEMENT AU SERVICE DES SERVITEURS DU ROI ELEPHANT. C'est d'une partialité écoeurante - que de ne favoriser la visibilité que d'un seul parti politique comme si les autres partis n'existaient pas. Cette élection montre que nous sommes en fait revenus au temps du monopartisme où seul le parti unique, le PCT, avait voix au chapitre. Dans ces conditions, il eût fallu que tous les autres candidats se retirassent des élections législatives pour dénoncer des conditions électorales injustes où l'équité médiatique n'existe même pas car les candidats de l'opposition - s'il en est sont tout simplement inexistants et dans ces conditions, on voit mal comment ils ne gagneraient pas tous les sièges.

Ce n'est pas tout ! Télé Nkombo donne l'impression que les législatives ne se déroulent qu'au nord - alors que la plupart des populations vivent au sud. C'est honteux d'assister à de telles pratiques où les députés candidats à leur réélection dépensent des sommes folles comme si tout se réduisait à une question d'argent.

Il y a une telle naïveté du peuple qu'on se demande pourquoi il joue à cette comédie - alors qu'il sait bien qu'il n'est qu'un prétexte ; oui, le peuple est un prétexte pour règner sur un riche territoire et jouir de ses richesses ! Vous savez que Sassou ne vous permettra d'avoir l'électricité que le temps des élections ; il vous plongera dans l'obscurité aussitôt après. Et encore ! Si et seulement si vous habitez Ouenzé ! Seul Oyo compte pour lui et d'ailleurs, la campagne de KIKI s'apparente à une sorte d'entraînement à l'élection présidentielle.

Cette fois-ci, nous aurons droit à une assemblée où le sang royal sera prédominant : Sassou a en effet lancé ses enfants, ses neveux, ses cousins, ses oncles à l'assaut d'un fauteuil de député et nous savons tous qu'ils vont pour a plupart être investis. IL NE VA BIENTOT RESTER QUE DE PASSER FORMELLEMENT DE LA REPUBLIQUE A LA ROYAUTE EN TRANSFERANT LA CAPITALE DU ROYAUME A OYO...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 9 juillet 2012 1 09 /07 /Juil /2012 13:09

COMMENTAIRE : Voici un texte de Pierre VIAL que mon frère Kovalin Tchibinda m'a envoyé et que j'estime important à la compréhension de l'histoire de l'Afrique - surtout en dessous des Tropiques. J'ai écrit un texte important sur la configuration de l'Afrique noire avant l'arrivée des Occidentaux. Il va falloir que je le remette au premier plan...

La densité historique africaine ne saurait s'expliquer sans le facteur ethnique. Or, les politiciens africains qui pratiquent tous le tribalisme politique ne veulent pas qu'on en parle. Pourquoi ? Est-ce parce qu'ils préfèrent agir sans révéler les motivations réelles qui guident leur action ou parce qu'ils redoutent les réactions des ethnies frustrées ? LE TEMPS EST VENU DE DIRE LA VERITE : L'HISTOIRE POLITIQUE DE L'AFRIQUE NOIRE NE PEUT SE COMPRENDRE SANS LE FACTEUR ETHNIQUE PLUS PUISSANT QUE LE FACTEUR NATIONAL RELEGUE AU SECOND PLAN. LA QUESTION EST  : "COMMENT CONSTRUIRE DES NATIONS UNES AVEC DES ETHNIES MULTIPLES ?" En Europe, la faiblesse voire la disparition du facteur ethnique s'explique par "LA SOCIETE DE DROIT" et dans ce contexte qui garantit à tous - dans les mêmes conditions - les mêmes droits, le facteur ethnique est nécessairement battu en brèche. C'est la solution ; elle est éminemment politique. OR, LES POLITICIENS JOUENT A L'AUTRUCHE DANS CE DOMAINE. Comme quoi, on n'est pas sorti de l'auberge... ethnique ! Et encore, il n'y en a pas pas qu'une seule !

 

L’Afrique expliquée par le facteur ethnique.

Guerre ethnique au Kénya, pantalonnade de l’Arche de Zoé, guerres civiles du Darfour et du Tchad... ces événements tragiques constituent autant de démentis cinglants aux Occidentaux de gauche qui nient le facteur ethnique. Raison pour laquelle ces "bonnes âmes" échouent lamentablement dans leurs entreprises et leurs interventions humanitaires ou prétendues telles. L’universitaire Pierre Vial démontre qu’en intégrant la dimension ethnique, toute l’actualité africaine s’éclaire soudainement... Une analyse qui doit faire réfléchir sur les réalités européennes, où il est également de bon ton de gommer les "différences".

A ceux qui prétendent que le facteur ethnique est négligeable dans les rapports entre populations, l’actualité apporte un cinglant démenti avec ce qui se passe au Kenya. Même Le Monde – c’est dire ! – est obligé de titrer en première page (2 janvier 2008) : "Le Kenya s’enfonce dans la violence interethnique". Est considérée comme particulièrement inquiétante, à l’échelle internationale, "la multiplication d’affrontements interethniques dans un pays jusqu’ici considéré comme un pôle de stabilité et un exemple de développement économique prometteur".

Le Kenya est le pays le plus important d’Afrique de l’Est. Ancienne colonie du Royaume-Uni (jusqu’en 1963), le Kenya avait jusqu’à présent la réputation d’être une oasis de stabilité (taux de croissance de 6,1 % en 2006) au sein d’une Afrique orientale très instable, du fait de conflits ethniques, multiséculaires, qui ont repris plus fortement que jamais à partir de la fin de l’ère coloniale (les Britanniques étant des gens réalistes savaient parfaitement, à la différence des Français aveuglés par leurs a priori idéologiques, que les confrontations ethniques sont depuis toujours la clé du théâtre africain). Du port kenyan de Mombasa, sur la côte de l’océan Indien, part une route qui est une artère vitale pour les pays de la région des Grands Lacs, du Rwanda à l’est du Congo-Kinshasa et jusqu’au sud du Soudan. Par cette route transite une bonne partie du ravitaillement de ces régions (en Ouganda, le manque de carburant paralyse déjà le transport aérien). Or cette route est coupée par des barrages.

Le Kenya, dont la population est composée de 70 ethnies tribales, est aujourd’hui un terrain d’affrontement entre deux puissantes ethnies, les Kikuyus – l’ethnie du président Kibaki, qui vient d’être réélu dans des conditions douteuses (fraude électorale) – et les Luos, l’ethnie de Raiula Odinga, rival de Kibaki et qui affirme, en tant que victime de tricheries, être le vrai vainqueur des élections… Le Monde, bon gré mal gré, est obligé de reconnaître la réalité d’une guerre ethnique : "Dans plus de la moitié du Kenya, notamment dans l’Ouest, où les routes sont coupées depuis plusieurs jours, les émeutes ne mettent pas seulement aux prises forces de sécurité et opposants frustrés par les élections, mais se compliquent d’inter actions entre rivalités ethniques et politiques, laissant planer la menace d’une conflagration majeure".

Et le quotidien des bourgeois branchés doit admettre, la mort dans l’âme, que le phénomène ethnique est récurrent : "L’adhésion politique, dans le pays, est souvent dépourvue de base idéologique, mais repose sur l’appartenance d’un leader à une communauté. Avant le scrutin, 39 % d’électeurs avaient admis, dans un sondage, qu’ils choisissaient leur candidat sur une base purement ethnique" (comme toujours dans ce type de sondage, le pourcentage réel doit être beaucoup plus élevé). Déjà, en 1997, l’ancien président, Daniel Arap Moi, appartenant à l’ethnie Kalenjin, avait orchestré une vague de violences contre l’ethnie Kikuyu.

A la date où j’écris ces lignes (16 janvier 2008) il y a déjà plusieurs centaines de morts [N.D.L.R. : plus de 600, selon Le Monde du 16 janvier). Au moins 35 personnes, appartenant à l’ethnie kikuyu, réfugiées dans une église, ont été brûlées vives par de très jeunes gens appartenant à une ethnie rivale : "Preuve est faite, se lamente Le Monde, que les troubles mêlent ethnies et politique, jusqu’à l’horreur". Eh oui, malgré toutes les rêveries droits-de-l’hommistes, les réalités ethniques sont têtues…

La méconnaissance absolue des réalités africaines et donc des impératifs ethniques, est illustrée par la pantalonnade de l’Arche de Zoé. Les gogos s’apitoient, à grand renfort de jérémiades, sur le sort des zozos embringués dans cette affaire. Alors que ces gens ont commis une faute impardonnable : se mêler d’affaires africaines, avec une arrogance typiquement occidentale, alors qu’ils ne connaissaient rien à l’Afrique. C’est ce qu’exprime avec force Bernard Lugan (cet universitaire africaniste [N.D.L.R. : et patron d’émission sur Radio Courtoisie] connaît, lui, très bien, ce continent complexe) dans des propos confiés à La Nouvelle Revue d’Histoire (n° 34, janvier-février 2008), au sujet des apprentis sorciers de l’Arche de Zoé : "Au nom des bons sentiments, ils se sont immiscés avec une scandaleuse arrogance dans des rapports sociaux complexes dont ils ignoraient tout et n’ont rien voulu connaître".

"L’individu n’existe pas en Afrique"

Les "humanitaires" occidentaux, qui prétendaient vouloir sauver des orphelins (leurs motivations réelles restant opaques) sont apparus comme des voleurs d’enfants. L’explication, simple, est donnée par Bernard Lugan : "L’individu n’existe pas en Afrique. Il est indissolublement lié à son lignage par un réseau complexe de solidarités et de dépendances dont il n’est pas question pour lui de s’extraire. Plus généralement, l’organisation sociale africaine est communautaire. Elle est fondée sur la famille élargie. Dans ce type de société, l’enfant est à la fois le rejeton du couple et du groupe. Il ne peut y avoir d’orphelins au sens occidental du mot. Un enfant qui perd son père et sa mère est tout naturellement pris en charge par une tante, un oncle, un grand-p&e grave;re, des cousins, un grand frère déjà marié ou par tout autre membre du lignage ou du clan".

Les Européens sont, hélas, incapables de comprendre cela, car ils ont perdu tout sens d’appartenance et de solidarité communautaires ethniques.

Ajoutons que cette affaire a été, pour les Africains, une bonne occasion de régler quelques comptes avec ces Blancs qu’ils haïssent et envient : une avocate des gens de l’Arche de Zoé, après le verdict qui a frappé ses clients, a eu ce mot de vérité : "Ils ont été condamnés parce qu’ils étaient Blancs". Cette déclaration, lâchée sur les ondes de France-Info, a été censurée dans les minutes qui ont suivi et n’a pas été repassée (alors que France-Info diffuse en boucle). Surtout, ne parlons pas de choses qui fâchent…

Quant au Darfour, dont les soubresauts ont été invoqués par les gens de l’Arche de Zoé comme justification de leur bizarre entreprise, cette région occidentale du Soudan, aussi vaste que la France, est – tout comme le Tchad voisin – le terrain d’une guerre "ethnique, raciale et politique". Car, explique Bernard Lugan (toujours lui !), "elle oppose des tribus dites “arabes” à des tribus africaines noires ou d’origine berbère. Les premières soutiennent le pouvoir central soudanais, les secondes le combattent."

Comme quoi, si on s’intéresse au labyrinthe africain et qu’on ne veut pas mourir idiot, il faut lire Lugan (proche de l'Extrême Droite Française, ndlr).

Pierre Vial

Né en 1942, universitaire et activiste politique français d'extrême droite

Professeur d’histoire à l’université de Lyon.

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 8 juillet 2012 7 08 /07 /Juil /2012 20:12

Nous venons derechef de recevoir un mail à propos de la question des bourses impayées de nos étudiants en Chine. C'est une affaire qui semble perdurer - comme si le gouvernement congolais qui déverse pourtant des millions aux sinistrés du 4 mars 2012 - n'y tenait pas cas. Nous avons par exemple montré que des tricheurs recevaient plusieurs fois la somme de trois millions de francs cfa, des milliers n'étant même pas de vrais sinistrés ! Pendant ce temps, nos étudiants en Chine, en Europe de l'ouest, aux Etats-Unis, etc, ne sont pas du tout payés - alors que la bonne marche de leurs études dépend de leur maigre bourse car ils n'ont pas dans certains pays le droit de travailler.  

Nous avons assez écrit en direction du Congo-Brazzaville si insensible que nous nous voyons dans l'obligation de trouver une stratégie différente : cette fois-ci, nous nous adressons au gouvernement chinois à qui nous rappelons les accords internationaux.

Nous suggérons au gouvernement chinois de rappeler à son homologue congolais ses obligations car il y a des accords bilatéraux qui ne sont pas respectés du côté du Congo. Le gouvernement chinois en affaire avec le gouvernement de l'Alima aura plus d'autorité que nous à faire entendre raison au gouvernement congolais.

Nous incitons les étudiants à s'adresser au gouvernement chinois au travers de leur association pour dénoncer cette situation. Les Chinois pourront leur avancer leur bourse sur l'argent que Denis Sassou Nguesso cache en Chine et il y en a pour des milliards et des milliards de dollars.

Chers étudiants, si vous ne parvenez pas à vous faire entendre de l'ambassade du Congo en Chine, des autorités congolaises, les Chinois eux, le peuvent : ils savent que le Congo a de l'argent puisqu'ils voient tout ce que Sassou et les siens planquent en Chine au travers de sociétés bidons ou non. Le clan Sassou se tourne vers la Chine où il a l'assurance que son argent mal acquis (AMA) sera en sécurité, à l'ombre des sourires jaunes de leur alliés aux yeux bridés qui jouent désormais à la dictature communiste capitaliste...

 

UNE PARENTHESE A L'ATTENTION DE MES FIDELES LECTEURS EN AFRIQUE DU SUD : GEGE ET LES ORGANISATEURS DE LA MANIFESTATION DU 13 JUILLET 2012 NE MANQUERONT PAS DE FAIRE DES PANCARTES ET DES BANDEROLES POUR EXPRIMER DES MESSAGES FORTS EN DIRECTION DE L'ETAT-TENIA, DE L'ETAT HONTEUX, DE L'ETAT-CACA DE NOTRE PAYS. GEGE LIT TOUS MES ARTICLES PUISQU'ELLE FAIT PARTIE DE MES 299 ABONNES....

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 8 juillet 2012 7 08 /07 /Juil /2012 12:27

COMMENTAIRE : CETTE MANIFESTATION RISQUE  D'ETRE LA PLUS IMPORTANTE JAMAIS ORGANISEE PAR LES ECHOS QUI NOUS PARVIENNENT. IL EST EVIDENT QUE VOTRE SERVITEUR NE LA RATERA POUR RIEN AU MONDE. LE LION DE MAKANDA SERA DONC BEL ET BIEN A PARIS CE VENDREDI 13 JUILLET 2012. FAISONS EN SORTE QUE CETTE MANIFESTATION AIT LE PLUS IMPORTANT RETENTISSEMENT POSSIBLE. LE PAYS NOUS A DONNE LA VIE ; DONNONS QUELQUES HEURES AU PAYS  ! ON NE PEUT D'UN COTE VOULOIR QUE LES CHOSES CHANGENT ET DE L'AUTRE, NE RIEN FAIRE. ET EN LA MATIERE, TOUTES LES ACTIONS COMPTENT : VOTRE PRESENCE PEUT PARTICIPER A UN ECHO PLUS LARGE. SOUTENONS LE CONGO, S'IL VOUS PLAIT...

 

 

 

APPEL À MANIFESTATION  

Vendredi 13 Juillet 2012  


La Diaspora du Congo Brazzaville  en Europe lance un appel vibrant à tous les Démocrates de toutes origines pour dire non à la mascarade électorale du 15 juillet 2012 au Congo Brazzaville.  


Depuis  le coup de force d’octobre 1997 ayant fait des milliers de  victimes fomenté  par  les  autorités en place  au Congo Brazzaville,  notre cher et beau pays connaît une crise politique sans précédent parce qu’elle a détruit et continue de détruire les fondements même de la République. Au  parlement, l’opposition  est une caisse de résonnance à la solde du pouvoir. L’opposition non parlementaire quant à elle vise à survivre par la grâce du pouvoir car ne disposant que des très faibles moyens d’actions.  Ainsi: 

  Aucune élection   à   tous  les  niveaux  des rouages de  l’Etat n’a été organisée en tenant compte des règles démocratiques  élémentaires.  

Ceux qui font office de  représentants  du  peuple sont ni plus  ni moins désignés   par  le  pouvoir  aux fins  de le  servir  servilement.  

  Un  climat de psychose et de terreur est instauré dans tout le pays  pour   éteindre   toute   velléité  de   contestation  même   la plus légitime  et   ne laisser  aucune  place  à l’éclosion des  intelligences  et   de  la diversité. 

Congolaises, Congolais, citoyens du monde,  


Vendredi 13 juillet 2012 de 11H00 à  18H00, tous devant l’ambassade du Congo sise 37 rue Paul Valéry75116 Paris 

Métro Victor Hugo, Ligne 2  


POUR  DENONCER: 

  • LE  REGIME   DESPOTIQUE  DU CONGO  BRAZZAVILLE  QUI    NIE,  BRADE  ET FOULE   AUX PIEDS  LES  VALEURS  DEMOCRATIQUES   ET  REPUBLICAINES  
  • LES ARRESTATIONS ARBITRAIRES DE NOS ELITES 
  • L’ABSENCE  D’ALTERNANCE  DEMOCRATIQUE  ET  LE  NON  RESPECT  DE  LA  CONSTITUTION   QUE  FONT   REGNER   LES  PUTCHISTES   DU CONGO BRAZZAVILLE   

 

POUR INTERPELLER:  

LES  AUTORITES  FRANCAISES  ET  LA COMMUNAUTE  INTERNATIONALE   SUR   LA  GOUVERNANCE  AUTOCRATIQUE   ET  NEPOTISTE   DU   REGIME   DE   SASSOU  NGUESSO.   

 

Contacts:

00336 22 27 18 64 / 00336 70 47 62 63/ 00336 84 58 03 09 / 

0033761 66 72 62 /  00336 60 50 44 92/  00336 84 58 03 09/  00336 13 64 90 15/ 

00336 11 22 72 89/ 00336 59 05 59 70/  00336 11 27 80 35 /  00336 21 99 29 37/ 

00336 80 30  82 38/ 0033680308238/ 0033667759677 

Les coordinations, collectifs,  associations et  personnalités du Congo Brazzaville 

Nous sommes le Congo et le Congo est notre priorité.

 

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Recommander

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Archives

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Recherche

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés