STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2400 ARTICLES, *** 481 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1200 COMMENTAIRES... 

 


MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

demain le congo brazzaville

Mardi 19 juin 2012 2 19 /06 /Juin /2012 10:22

Je reviens de la Haye en Hollande. j'ai pu en même temps mesurer la différence entre la Hollande et la France car les Hollandais mettent un terrain et des toilettes publiques à disposition des manifestants et surtout, il n'y a pas eu de contrôle d'identité. Des Marocains qui y vivent disent que là-bas, il n'y en a pas. C'est propre et tout est fait pour. C'est un pays d'ordre : dès qu'on arrive sur place en bus, la police hollandaise est déjà là. Ce n'est pas le plus important...

Nous avons traversé la France, la Belgique, le Luxembourg pour arriver à La Haye en Hollande. Il a plu pendant toute la traversée de la Belgique et du Luxembourg. Une grosse averse. J'ai dit à Gégé qqu'il allait s'arrêter de pleuvoir à notre arrivée et sur place, les Ivoiriens ont eu la surprise de voir la pluie s'arrêter et même un filet de soleil apparaître.

Pourquoi suis-je allé manifester avec les Ivoiriens à la Haye ? Pour commencer un début de mutualisation de la cause africaine car si les 600.000 se joignent à ce mouvement, le destin de l'Afrique peut changer et je ne parle pas des Algériens, Marocains, etc. Pour protester contre la déportation de Koudou Laurent Gbagbo à la Haye, une déportation orchestrée par ses propres frères Ivoiriens - notamment Dramane Ouattara, Dramane, un nom typiquement burkinabé, Ouattara dont il n'a jamais touché un cheveu - comme si la justice des Noirs étaient inférieure à celle des Blancs. Pourquoi ? Parce que Dramane est du nord et surtout Burkinabé et Koudou Laurent Gbagbo du sud.

Un pasteur ivoirien a même poussé l'audace jusqu'à dire : " LE MAL VIENT TOUJOURS DU NORD SELON LA BIBLE". Pourquoi cela ? PARCE QUE CAIN EN QUITTANT LE JARDIN D'EDEN S'EST INSTALLE AU NORD, CAIN, LE PREMIER CRIMINEL DE L'HUMANITE ! LISEZ LA BIBLE...


Et encore ! Faille-t-il qu'il soit coupable de quelque chose ! Or, en l'espèce, c'est lui la victime d'un coup d'Etat international dans lequel des forces comme les Nations unies, la France, les USA se sont liguées contre lui. Nous étions Ivoiriens, Congolais (5), Camerounais, Togolais, Ghanéens, Sénégalais, etc,  malgré la pluie, malgré le report du procès de Koudou Laurent Gbagbo et j'ai pris une bonne leçon de détermination politique, de militantisme, de ferveur d'une nation, de la puissance mobilisatrice d'un homme qui est devenu un symbole qui a dépassé le cadre de la seule  Côte-d'Ivoire. Faute de temps, je ne peux en dire plus car je viens d'arriver, je n'ai pas dormi 2 (deux) nuits d'affilées, je boîte du pied gauche car je suis longtemps resté assis mais je ne me sens pas fatigué du tout. Surtout, je dois aller travailler l'après-midi.


Je reviens de la Haye avec une nouvelle approche, un nouveau modus operandi. La balance politique du Congo est en déséquilibre en faveur du nord plus uni autour de l'objectif de la conservation du pouvoir. Il faut créer la force politique sud-Kongo pour rééquilibrer la balance et ce n'est qu'ensuite que l'on peut envisager la question de la démocratie, de la survie des Kongos car il faut se souvenir que les sudistes n'ont jamais fait d'expéditions punitives au nord pour aller massacrer nos compatriotes de cette partie du Congo et si nous voulons éviter que le Congo ne devienne le Rwanda demain, il faut agir. VITE.

J'ai beaucoup réfléchi et je vais passer à l'action car je crois savoir pourquoi il est difficile de mobiliser les Congolais à l'étranger et je me suis demandé comment on pouvait surmonter ce défi et j'ai élaboré une stratégie.

Les Ivoiriens sont venus de plusieurs régions de France, d'Allemagne, d'Angleterre, d'Italie, des Etats-Unis, même de l'Afrique du sud ! Et j'ai eu les larmes aux yeux en voyant tout ce monde et l'organisation mise tout autour pour que tout se déroule bien et tout s'est bien déroulé ! Il y avait à boire, à manger, des artistes et une foule qui pouvait approcher les 5000 personnes au point où la police hollandaise était obligée d'utiliser un hélicoptère pour se faire un aperçu global. POURQUOI LES CONGOLAIS NE PEUVENT-ILS PAS LE FAIRE ? JE SAIS COMMENT NOUS ALLONS SURMONTER TOUT CA : CEUX QUI NE PRENDRONT PAS LA LOCOMOTIVE QUI VA PASSER RESTERONT A QUAI, A LA GARE PEUR...

Nous avons beaucoup écrit - sans minimiser le rôle de l'écriture, beaucoup bavé sans sous-estimer la parole mais IL FAUT A PRESENT AGIR. Vous pouvez me faire confiance : deux ans de procès, des menaces, des tentatives de corruption, rien n'y a fait. Je sais que vous êtes nombreux à avoir peur et tous ceux qui bien que vivant en Europe ont peur, peuvent rester dans leur coin car l'heure est au courage politique, au sacrifice car rien ne jaillit de la facilité...


Les Ivoiriens ont donné un, deux jours, voire plus de leur vie, de leur travail pour une cause commune au point où même des avocats américains ont fait le voyage pour déposer une pétition à la Haye que je connais désormais et je ne vais pas manquer d'y retourner...


J'ai ramené des vidéos, des photos que je vais mettre en ligne. j'ai aussi beaucoup été interviewé par la presse. Je mettrai tout ça en ligne. Bon, je vais me préparer pour aller travailler...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Dimanche 17 juin 2012 7 17 /06 /Juin /2012 12:06

LION DE MAKANDAMutualiser la cause africaine, vaincre les clivages introduits insidieusement par le colon occidental qui a divisé arbitrairement l'Afrique pour que les revendications soient nationales et non continentales car si elles l'étaient, l'emprise sur le continent et ses richesses serait menacée, tel est l'objectif que nous poursuivons et nous savons qu'il est possible de mobiliser tous nos frères africains car si on le faisait et si  la France voyait dans ses rues des dizaines de milliers de visages noirs, la presse nationale française (TF1, France 2, France 3, BFM Télé, France24,  LCI, etc) serait bien obligée d'en parler : la voix de tout un continent porte bien plus que la voix d'un seul pays dont les membres sont déjà divisés par le tribalisme institué en instrument politique comme c'est le cas pour le Congo. 

Tout ce que nous organisons au niveau de la diaspora congolaise est souvent battu en brèche par les clivages ethnorégionaux que nous transposons à l'étranger au point où certains se désolidarisent parce qu'ils soutiennent identitairement le pouvoir - même s'ils ne profitent en rien du partage des pétrocfas entre membres du clan au pouvoir à Brazzaville.

Nous sommes cinq Congolais à aller à la Haye ce dimanche à minuit pour aller manifester notre désapprobation de l'arrestation de ce vaillant fils de l'Afrique. Le Lion de Makanda se joint aux Ivoiriens pour faire entendre la voix du Congo à la Haye en compagnie de quatre autres compatriotes : la solidarité africaine est une piste à creuser pour le renforcement de la lutte politique qui doit avant tout être continentale car c'est enemble que nous nous en sortirons du néocolonialisme et non en restant chacun dans son coin.

Le Tribunal Pénal International ne doit pas devenir un instrument de la recolonisation de l'Afrique : en effet, certaines puissances comme les Etats-Unis ne le reconnaissent même pas au point où vous ne verrez jamais un Américain traduit à la Haye : le TPI APPARAIT DE PLUS EN PLUS COMME UNE JURIDICTION QUI SEVIT CONTRE LES NATIONS FAIBLES...

Ce Tribunal peut aider à la démocratisation de l'Afrique en traduisant en justice de véritables coupables comme Denis Sassou Nguesso dont le tribalisme antimokôngo se traduit par un génocide planifié des sud-Kongolais qui sont arrêtés arbitrairement, violentés, massacrés, affamés, assoiffés, laissés sans soins - alors que nus voyons comment Sassou indemnise  les nordistes affectés par le drame du 4 mars 2012 à coups de millions tandis que les victimes sudistes du crash d'un TUPOLEV dans un quatrier populaire ne l'ont pas été pourtant moins nombreux et je ne parle même pas des autres événements.

QUI QUE VOUS SOYEZ, VOUS FINIREZ PAR COMMENCER A REFLECHIR SUR LE BILAN DE LA "CHOSE COLONIALE" QU'EST LE CONGO : LE CONGO ACTUEL EST UNE INVENTION DE LA CONFERENCE DE BERLIN QUI A PARTAGE LE CONTINENT AFRICAIN ENTRE LES GRANDES PUISSANCES COMME ON DEPECE UNE CARCASSE DE GIBIER ENTRE LES CHASSEURS.

Nous avons une solution qui n'est pas la scission mais rien n'empêche que l'on commence à s'interroger sur la nécessité ou non de cette vie commune forcée par le colon, c'est-à-dire, voir si une meilleure solution n'existe pas que ce Congo qui ne respecte pas les affinités tribales et claniques qui étaient le fondement de l'harmonie de nos ancêtres du KONGO. NOUS ALLONS TOUT METTRE DEMAIN SUR LA TABLE... QUE VOUS LE VOULEZ OU NON, CA VA ARRIVER...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 17 juin 2012 7 17 /06 /Juin /2012 11:19

 

En effet, le colonel Philippe OBARA et ses éléments s’étaient illustré s dans la nuit du 12 au 13 novembre 2011 audomicile de Michel NTARI, vandalisant au passage la maison de ce dernier.

 

Le motif de son arrestation tout simplement parce que ce dernier était censé coordonner la compagne des législatives prévues pour 2012 dans la zone (Poto Poto, 2)pour le compte de l’A.R.D (Alliance pour la République et la Démocratie. Ndlr : l’ARD est le parti de Mathias DZON).

 

Sept (7) mois après son arrestation arbitraire orchestrée par les éléments de la DGST, nous n'avons toujours pas les nouvelles de monsieur Michel NTARI qui doit probablement croupir dans les geôles de la DGST et de son fils qui est aussi recherché par les éléments du colonel OBARA d’après les dernières nouvelles me parvenant de Brazzaville, son fils n’a toujours pas fait signe de vie depuis l’arrestation de son père. Depuis Pointe-Noire, j’ai personnellement délégué un collègue à la Morgue de Brazzaville pour vérifier s'ils avaient enregistré le corps de son fils, de ce fait, la Morgue de Brazzaville n’a jamais enregistré le corps de ce dernier.

 

Nous avons tenté à maintes reprises depuis Pointe-Noire de contacter les membres de l’A.R.D suite à cette arrestation barbare de monsieur Michel NTARI et de savoir s’ils avaient aussi les nouvelles de son fils, hélas, les membres de l’opposition sont oppressés et muselés par la politique tyrannique de Sassou NGUESSO et ses bourreaux . Je suis un ami proche de Michel NTARI, et je vous ai écrit de Pointe-Noire, ainsi, je préfère rester (anonyme).

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 16 juin 2012 6 16 /06 /Juin /2012 17:34

il n'est point nécessaire d'en dire des tonnes : le fait est que selon les membres du pouvoir de Brazzaville,  la parole et/ou l'écrit donnés à un mokôngo peuvent être non tenus - ça n'a aucune importance. IL FAUT ETRE DU BON COTE pour avoir des privilèges et des droits. POINT ! Dans cette situation, on parle de castification d'une société avec le Mbochi au sommet de la pyramide sociétale, le Ngala ensuite et au sous-sol, loin derrière, le MOKÔNGO...

Mbaou avait l'autorisation de sortie qui n'était pourtant pas nécessaire car il est libre de se déplacer mais en dépit de ce dernier, il a été arrêté... JE VOUS LAISSE TIRER VOS CONCLUSIONS !

autorisation-sortie-mbaou.jpg


Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 15 juin 2012 5 15 /06 /Juin /2012 15:18

Regardez cette photo de Paul-Marie Mpouélé, presque nu, en caleçon, arrêté arbitrairement. C'est la preuve de la sauvagerie de ceux qui l'ont arrêté et qui le traitent de façon inhumaine parce qu'il n'est pas Mbochi ou nordiste. Quand vous arrêtez arbitrairement quelqu'un parce qu'il est du sud, on peut croire que vous aurez la décence d'avoir à son égard un comportement humain mais cette photo vous démontrera qu'il existe une haine gratuite, quasi-génétique du Ngala à l'égard du Mokôngo.

Un tel traitement est dégradant et je vous demande d'imaginer ce que Mpouélé a pu recevoir comme sévices de toutes sortes de la part de gens qui se comportent en barbares et en nazis parce que Paul-Marie Mpouélé n'est pas un Mbochi ou un nordiste. Et vous pensez que l'idée de la scission est une idée fantaisiste ? Ceux qui vous traitent comme des animaux pour la seule raison de votre origine sont des racistes, des nazis qui ont longtemps perdu leur kimuntu.

Ce genre de comportements humiliants ne peut avoir été autorisé que par Denis Sassou Nguesso et Jean-Dominique Okemba qui sont les deux chefs d'orchestre de la haine du Mokôngo. ON NE LAISSE PAS UN HOMME PRESQUE NU PARCE QUE C'EST UNE VIOLATION GRAVE DES DROITS DE L'HOMME DU SIMPLE FAIT QU'IL N'EST PAS MBOCHI OU NORDISTE. L'EXPRESSION D'UNE TELLE BARBARIE VA AMENER TOUS LES SCEPTIQUES QUI VEULENT JOUER A L'HUMAIN DEVANT CEUX QUI VEULENT TOUS LES MASSACRER A REFLECHIR...

A ceux qui parlent d'unité, je rigole. Il y a unité quand on met nos terres nos richesses en commun mais y a-t-il unité dans la redistribution ? Y a-t-il unité dans le traitement d'un mbochi et d'un sudiste en maison carcérale quand on arrête le sudiste sans raison ? Non, ils ne veulent pas de l'unité et n'en parlent que pour distraire les gens.

Les Grecs traitaient de barbares les non-Grecs et moi je vois dans de tels comportements inhumains le fait que la vie en commun entre nordistes et sudistes ne peut plus continuer comme avant sans qu'on examine cette inimitié entre nordistes et sudistes. Mieux vaut vivre dans un petit Etat que dans une grande prison avec des gens qui ne vous aiment et qui sont prêts à vous massacrer pour un regard de travers ou parce qu'ils leur vient de l'envie de casser du Mokôngo...

D'AILLEURS, LES MBOCHIS ONT DEJA DIVISE LE CONGO : IL N'Y A PLUS QUE L'ETAT QUI REPRESENTE LA TOTALITE DU PAYS COMME UN PERCEPTEUR MAIS DANS TOUT LE RESTE, LE PAYS EST DIVISE : SASSOU NE PENSE PLUS QU'A DEVELOPPER LE NORD. RIEN DE PLUS...

La photo de Mpouélé montre qu'il a été traîné sur le ventre  ; il suffit de voir les traces laissées par le sol au niveau de celui-ci et au niveau de ses cuisses. Il n'est pas en slip ou en caleçon pour faire l'exhibitionniste ; il a été dévêtu de force pour être humilié parce que sudiste. Que lui reproche-t-on ?  Rien ! Mais pour Sassou qui a réinventé la justice où l'on doit d'abord trouver un motif d'inculpation avant d'arrêter les gens, il a été arrêté donc il est coupable : il suffit qu'on vous arrête, vous un sudiste, pour être automatiquement coupable. De toute façon, le ministre de l'injustice  Aimé Emmanuel ECOUTE (Yoka) aura vite fait de vous inventer un grief  motivé par la haine du sudiste. En effet, qui peut douter que Mpuélé est en prison parce qu'il est sudiste ?

le Pakistan faisait partie de l'Inde ; aujourd'hui, c'est un Etat indépendant. Nous sommes arrivés  un point où il faut faire un bilan depuis la création de ce hybride colonial, une créature qui n'est pas du fait propre des Congolais, une chose appelée nation qui nous a été imposée par le colon français qui nous a forcé de nous voir comme un seul pays, une seule nation, un seul Etat. L'Etat congolais agit-il dans l'unité ou dans la division sous Denis Sassou Nguesso ? La fonction publique appartient à tous mais quand on distribue le travail, on le donne  avant tout aux Mbochis et aux nordistes ; c'est la même politique dans l'armée nationale, partout, à tous les niveaux et vous osez me parler d'unité ? QUELLE UNITE ? AUTOUR DE QUOI ? DE QUI ?  

 

Oui, il existe une unité du nord autour de la conservation du pouvoir et de la haine du Mokôngo mais certainement pas une unité nationale. JE DEFIE QUICONQUE DE ME PROUVER L'UNITE NATIONALE DANS LES FAITS. Il ne suffit pas de pérorer autour d'un mot pour qu'il devienne réalité. L'UNITE IMPLIQUE LES MEMES DROITS ET LES MEMES DEVOIRS POUR TOUS. Croyez-vous qu'un Mokôngo a les mêmes droits qu'un Mbochi ou un nordiste aux yeux de Sassou, d'Okemba, du pouvoir ? BIEN SUR quE NON !

D'accord, nous voulons vivre en paix mais devrons-nous accepter un comportement qui est un nazisme noir ? une sorte de racisme pratiqué par le Ngala sur le Mokôngo ? SI NOUS NE POUVONS VIVRE ENSEMBLE SELON LES MEMES DROITS ET DEVOIRS, ON PEUT DIRE QUE LA COLONISATION CONTINUE MAIS CETTE FOIS-CI, C'EST LE NGALA QUI A COLONISE LE MOKÔNGO ET L'A REDUIT A LA MENDICITE, A LA SERVITUDE...

CE QUI ARRIVE A PAUL-MARIE MPOUELE OU A MBAOU PEUT  VOUS ARRIVER A VOUS, DU SIMPLE FAIT QUE VOUS ETES MOKÔNGO. REFLECHISSEZ-Y ! EN DICTON DE MON CRU, JE DIS : MASQUE NATIONAL, VISAGE TRIBAL !

PAUL-MARIE-MPOUELE.jpg

Mpouélé a été violenté. Nous avons appris qu'il existait une photo qui montre qu'il est blessé au coude. Nous mettons en ligne une photo qui atteste d'un violent coup pris à la tête avec ces conséquences que l'on imagine même pas. TOUT CECI POUR LA SEULE ET MEME RAISON : C'EST UN MOKÔNGO. DONC ON PEUT TOUT SE PERMETTRE  - MEME S'IL EST INNOCENT !

Mpouele2.jpg

Voici une autre photo de maître Malonga - juste le haut, encore torse-nu comme si le sudiste en prison n'avait pas le droit de porter une chemise et je parie qu'il est aussi en caleçon comme Mpouélé pour mieux l'humilier. Si le Congo, c'est ça, alors, CE CONGO N'EST PAS LE MIEN CAR IL NE RESSEMBLE PAS A L'IDEE QUE JE ME FAIS D'UNE NATION ET CETTE PAIX QUI N'EST QUE L'EXPRESSION DU STATU QUO IMPOSE PAR LA PEUR ET LES ARMES NE ME CONVIENT PAS...

526757_475023495844731_1326598694_n.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 14 juin 2012 4 14 /06 /Juin /2012 09:59

Inondation----Potopoto-07i.JPG Entendons-nous bien : le Kongo et le Mokongo que certains écrivent aussi Mokôngo ne signifie pas la même chose : le Mokongo ou Mokôngo dans l'acception des populations nord-Congo désigne TOUT HABITANT DU SUD KONGO dont elles ne se reconnaissent aucune affinité culturelle, historique, linguisitique. En fait, le Congo selon le nordiste et surtout le Mbochi au pouvoir, s'entrevoit, se pense comme une dichotomie nord/sud, infranchissable, intangible, irréconciliable, antagoniste. Pour le Ngala qui est le terme générique qui désigne les populations nord-Congo qui se reconnaissent une proximité historique, linguistique, culturelle et géographique, le Mokôngo est un ennemi qu'il faut brimer, qu'il faut tuer, qu'il faut affamer, qu'il faut emprisonner, qu'il faut réduire à la mendicité, qu'il faut à tout prix écarter des sphères du pouvoir, des centres de décision et cela produit une société congolaise stratifiée, castifiée où le Mbochi est le grand seigneur et les autres Ngalas notables de droit divin.

C'est comme si on avait érigé le racisme en dogme, en doctrine, en politique et nous savons tous quelles ont été les conséquences de la politique nazie. Le tribalisme n'en est pas si éloigné, lui qu'on ne doit pas nommer, ce mot ineffable, cette abomination - comme si le prononcer était déjà le démasquer.

Pour comprendre cette situation, il faut remonter avant la colonisation où le Congo était un ensemble de Tsis dont certains avaient atteint - notamment chez les Tékés et les Loangos la dimension de royaume. C'est le colon français POUR LA SIMPLE SATISFACTION DE SES INTERETS qui a regroupé des populations éparses dans des centres urbains qui deviendront les grandes villes du Congo d'aujourd'hui et ensuite LE CONGO après la pseudo-indépendance de 1960. Il n'y a qu'à lire la littérature sociologique ; ils s'identifiaient en tant que Kugnis, Laris, Mbochis,, etc, jamais en Congolais puisque le Congo est une construction coloniale, un hybride culturel qui n'a pas pris et, comme tout hybride ne peut se reproduire pour accoucher d'une nation hommogène où le vivre ensemble aurait un sens pour que chacun y trouve sa place.

Dans le Congo d'aujourd'hui, je défie quiconque de me contredire, dans le Congo de Denis Sassou Nguesso, lorsqu'on est Mokôngo, toutes les portes se referment tandis que pour les Ngalas, on crée même des portes là où elles n'existent pas ! Il est temps de dénoncer cette politique discriminatoire, nazie, coloniale pratiquée par monsieur Denis Sassou Nguesso et les siens où une catégorie de la population n'a droit à rien parce que Bakôngo et l'autre parce que Mbochie ou Ngala a droit à TOUT et vous pouvez le voir à tous les niveaux . En vérité, ceux qui ne veulent pas qu'on parle de tribalisme sont ceux-là mêmes qui profitent du tribalisme. NORMAL, NON ?  Dans les douanes, il suffit d'écouter, on ne parle  que le lingala dans plusieurs postes - même à Pointe-Noire, et allez dans les bureaux, partout au sein de l'admnistration, c'est la même chose ; ce n'est pas parce qu'il y a quelques ministres du sud en vérité sans pouvoir - pour des raisons géopolitiques - ce qui confirme la politique tribale de Sassou - que ça change quelque chose.

Donc quand Denis Sassou Nguesso dit, je cite : " Il s’agit de construire l’Afrique en surmontant nos égoïsmes nationaux pour aspirer à la vie universelle. C’est notre destin commun qui est en jeu ",

il devrait plutôt penser à se soigner de son tribalisme primaire qui l'amène à haïr instinctivement le Mokôngo. Si vous êtes du sud-Congo, allez donc essayer de monter une affaire au Congo et vous serez convaincu de ce que je dis.
Pourquoi Sassou ne veut construire des barrages hydroélectriques qu'au nord ? Pour priver le sud d'électricité et réduire son développement à néant si nécessaire. Une expérience négative qui aura duré plus de 50 (cinquante) ans et qui n'aura donné comme fruit que la haine de l'autre, que la haine du Mokôngo, doit être abandonnée : IL N'Y AUCUNE OBLIGATION A POURSUIVRE DANS CE SENS. OU LE TRIBALISME S'ARRETE MAIS IL NE S'ARRETERA JAMAIS PARCE QUE LES NGALAS SONT HABITUES A L'ARGENT FACILE, OU ON TROUVE UNE SOLUTION RADICALE COMME UN REMEDE DE CHEVAL POUR UNE FIEVRE CORIACE. IL FAUDRAIT DESORMAIS SE PENCHER SUR LA QUESTION DE LA SCISSION OU DE LA DIVISION DU PAYS CAR LE PARASITIME DE LA SOCIETE CONGOLAISE PAR UN TRIBALISME QUI CONFINE AU NAZISME NE PEUT PLUS DURER.  Vous croyez que j'exagère ? Je vais vous prouver le contraire  :
- Qui a empoisonné l'eau des rivières et des sources dans l'opération Mouébara pour que tous les habitants du Pool meurent ?
REPONSE : DENIS SASSOU NGUESSO !
- Qui a coupé tous les arbres fruitiers dans le Pool pour que les habitants de cette région meurent de faim ?
REPONSE : DENIS SASSOU NGUESSO
- Qui laisse les enfants de Nkayi, Dolisie, Mossendjo, Pointe-Noire, Brazzaville mourir de faim, sans soins, sans éducation, sans eau potable, sans électricité - alors qu'à Oyo, il y a même une basilique, de l'eau potable , de l'électricité ?
REPONSE DENIS SASSOU NGUESSO.

Le gangster en chef Sassou jouit de l'impunité absolue pour mettre en exergue son tribalisme sans jamais le nommer mais désormais, il vous suffit de regarder : la télévision, l'armée, la fonction publique, la douane, les hôpitaux - même l'équipe de football ! Sassou a par exemple imposé Mbono à la tête de la fédération de foot nationale alors qu'il avait été battu à une élection interne. POURQUOI ? Parce qu'il EST MBOCHI !

LE TRIBALISME EMPECHE TOUTE DEMOCRATIE. ALORS, J'ACCUSE SASSOU DE TRIBALISME MEURTRIER, PATHOLOGIQUE ET J'EN FAIS MON COMBAT.
SI NOUS NE POUVONS VIVRE DANS UNE SOCIETE OU TOUS LES CONGOLAIS ONT LES MEMES DROITS, LES DIVISIONNISTES OU SCISSIONNISTES ONT RAISON ET JE M'EN FERAI LE THEORICIEN - A MOINS QUE LES CHOSES CHANGENT CAR QUAND JE LIS QUE LES ETUDIANTS DU NORD RECOIVENT LA BOURSE EN DOUCE TANDIS QUE CEUX DU SUD  MEURENT DE FAIM, JE DIS : IL FAUT REVOIR CETTE CHOSE COLONIALE QU'EST LE CONGO, CETTE CREATURE NATIONALE COLONIALE QUI NE S'ALIMENTE QUE PAR LA HAINE ENTRE NGALAS ET KÔNGOS...
NOUS N'ATTENDRONS PAS QU'ILS EPUISENT LES RICHESSES OU NOUS TUENT A PETIT FEU PAR LA FAIM, LA SOIF, LA MALADIE. SI LE CONGO N'EST QU'UN CAUCHEMAR POUR LE MOKÔNGO, IL FAUT QUE L'ON REVIENNE AU SUD-KONGO, A QUELQUE CHOSE OU L'ON NE REGARDERAIT PAS L'AUTRE DE TRAVERS PARCE QU'IL EST NE PAR HASARD DE PART ET D'AUTRE DE LA LEFINI !
.
Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 13 juin 2012 3 13 /06 /Juin /2012 00:56

Il est certes tard mais avant d'aller dormir, je me suis promis de mettre cet article en ligne pour que le peuple congolais constate combien les étudiants congolais meurent de faim sur le front russe. En Russie, nous apprend un concitoyen, la bourse est payée tous les six mois et on peut se demander où passent les six autres mois.

Dans une précédente correspondance, nous avons appris que les agents payeurs n'aimaient pas trop se rendre en Europe de l'ouest parce qu'ils estimaient que leurs frais n'étaient pas assez élevés. Nous avons dénoncé cette situation et nous savons que monsieur Denis Sassou Nguesso est au courant de cette affaire mais il semble que rien n'y fait : l'enfant terrible d'oyo préfère s'occuper des ses vaches, de ses autruches et de ses poissons-chats qu'il traite bien que de résoudre des problèmes liés pourtant à l'honneur national et à l'avenir du pays puisque la connaissance est un facteur capital du développement humain.

SASSOU N'A QUE DU MEPRIS POUR LES CONGOLAIS ET VOUS SAVEZ POURQUOI. IL SE CONSIDERE COMME UN ETRANGER QUI N'A AUCUNE COMPASSION POUR LES FILS VERITABLES DE TOUS LES TSIS DU CONGO...

 Imaginez que votre pays vous envoie à l'étranger pour vous réduire à mourir de faim et à mendier ; c'est pourtant déjà la politique que mène Denis Sassou Nguesso à l'égard de la plus grosse partie de la population du pays, à l'intérieur de nos frontières. C'est donc la poursuite de la même politique génocidaire à l'égard du peuple congolais hors de la terre sacrée du Congo comme si Sassou condamnait à mort même les Congolais qu'il envoie lui-même à l'étranger et tout ceci ne peut plus durer. Sans la satisfaction des besoins primaires, il est impossible d'avoir une scolarité normale - à moins d'avoir des parents qui vous soutiennent en dehors du chemin balisé de l'Etat (si ce mot veut encore dire quelque chose depuis que Denis Sassou Nguesso l'a privatisé) et vous savez que seuls les membres du clan ont de tels moyens... Et je ne vous parle même pas des risques de détérioration de la santé de nos étudiants en Russie : le cocktail froid + faim + stress est pernicieux pour la chair et pour l'esprit...


NOUS DEMANDONS AU MONSIEUR QUI TRAVAILLE A LA BANQUE MONDIALE ET QUI  A LAISSE UN COMMENTAIRE SUR CE SITE DE PORTER CETTE INFAMIE AU NIVEAU DES INSTITUTIONS INTERNATIONALES AUX ETATS-UNIS CAR IL S'AGIT D'UN CRIME COMMIS PAR LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS  A L'EGARD DES ETUDIANTS - ALORS QUE l'ETAT A BENEFICIE D'UNE IMPORTANTE REDUCTION DE DETTE (PPTE) : C'EST LA VIOLATION LA PLUS GRAVE DES DROITS DU CITOYEN LIVRE A LUI-MEME LOIN DE CHEZ LUI. C'EST LE DENI LE PLUS GRAVE DE LA NOTION D'ETAT-NATION.

 

Abandonner les étudiants congolais sans bourse en Russie, c'est comme les vouer à mourir de faim dans le froid le plus cinglant du monde. ILS ONT PERDU TOUTE HUMANITE, CEUX QUI FONT DES CHOSES PAREILLES. Lisez donc vous-mêmes le mail en l'état :

 

BOURSE-copie-1.jpg

NOUS CONSEILLONS AUX ETUDIANTS CONGOLAIS DE LA DIASPORA DANS LA MEME SITUATION DE PORTER PLAINTE CONTRE l'ETAT CONGOLAIS POUR VIOLATION DES DROITS INTERNATIONAUX ET POUR NON-ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 11 juin 2012 1 11 /06 /Juin /2012 19:33

drapeaucongoflottant.gif Ceux qui ont peur des interrogations corrosivement véridiques sont ceux qui profitent de l'injustice d'un système qu'il va falloir interroger, décrypter, mettre à nu, à l'heure où l'impérator dictateur, le grand éléphant, selon les indiscrétions connaît des problèmes de santé grandissants  et où la guerre de succession a déjà commencé. Nous allons encore évoquer des choses qui vont choquer certains mais qu'ils se tiennent tranquilles : ceux qui viennent car la génération des vieux loups s'étiole doucement, ne seront pas pour le lavement des mains et il ne suffira plus de dire : "j'assume !" pour calmer les ardeurs de ceux qui ont trop enduré le tribalisme d'un homme qui respire la haine du mokongo par tous les pores. L'heure des agneaux se termine, celle des LIONS commence.

L'avenir du Congo ne s'écrira pas sans eux et il n'y aura pas - cette fois-ci de compromis, de compromissions, de corruptions, de tiédeur : quel est le destin que nous devons entrevoir ensemble après plus de cinquante ans de fieffé  tribalisme ? De gabégie ? D'injustice ? D'impunité ?

La preuve a été faite et se fait en ce moment même, que nous n'arrivons pas à vivre ensemble selon la justice, selon l'égalité devant le travail, le droit, la réussite sociale, la santé, bref, tout se passe comme si en un seul pays se battaient deux ou trois pays parties qui rivalisent pour traiter les autres en esclaves ou du moins en citoyens de seconde zone quand ils parviennent au pouvoir. Ailleurs, on parle de racisme ; entre gens de même couleur, le phénomène est le même mais on ne peut parler que de discrimination, d'injustice, de triabalisme.

Oui, il n'y a que des journalistes mbochis ou nordistes à la télé, tous les postes de direction sont entre les mains de Mbochis et de nordistes, tous les projets ne concernent d'abord que le nord et personne ne peut nier ce tribalisme insolent qui ne veut pas qu'on l'invoque sous son vrai nom et à la baguette duquel le maestro du mal, Sassou Nguesso, sévit pour mieux asservir les bakongos.

Nombre de mes connaissances du nord sont rentrés au Congo où certains travaillent à la SNPC ou ont des situations intéressantes simplement parce qu'ils sont mbochis et nous savons que s'ils étaient du sud, leurs chances seraient plus rondes que zéro. Le clivage irréversible du Congo entre le nord et le sud se poursuit depuis le début : quand le mokongo a le pouvoir, c'est pour brimer à moindre échelle le nordiste et vice-versa. Est-il encore possible de penser qu'une vie commune, qu'un avenir commun existe entre le moungala et le mokongo ? Dans la mesure où l'identité nationale n'est qu'une peau virtuelle, un masque qui cache le tribalisme des uns et des autres, comment allons-nous continuer à vivre ensemble ? TOUTES CES QUESTIONS SE POSENT AUJOURD'HUI AVEC ACUITE.

Si un mariage ne tient plus, personne ne peut imposer qu'un homme et une femme vivent ensemble parce que l'un des deux est malheureux, brimé par l'autre et bien qu'on se jure de n'être séparés que par la mort, il arrive que l'on divorce. Et il n'y aurait qu'au niveau des nations qu'on serait forcés de vivre ensemble - alors que la haine du mokongo fait que l'on arrête l'innocent - quand le nordiste parle et circule librement - même quand il tue ou détourne des milliards de francs cfa ?  AUCUNE PUISSANCE NE PEUT FORCER UN PEUPLE A ACCEPTER UN GENOCIDE POLITIQUE PERPETRE AUX YEUX DU MONDE ENTIER PAR QUELQU'UN QUI SE PRETEND SON COMPATRIOTE MAIS QUI LE TRAITE EN ENNEMI ! PERSONNE !

Nous sommes sur le point de démontrer le tribalisme, la colonialisation du mokongo par le moungala, le nordiste, le mbochi et il faudra s'y faire car vous qui avez eu des postes, des situations parce que mbochis ou ngalas ne pourrez que crier à la haine mais IL S'AGIT DE FAITS ! Même au port de Pointe-Noire, il y a plus de nordistes employés que de pontenégrins et en en empêchant les locaux de travailler, n'est-ce pas les pousser doucement à la mort ? NON, le tribaliste n'est pas celui qui désigne le tribal.

JE DEFIE QUICONQUE DE DIRE QUE LA SOCIETE CONGOLAISE N'EST PAS A L'HEURE ACTUELLE UNE CASTIFICATION TRIBALO-REGIONALE OU LE NORDISTE, LE MBOCHI, LE NGALA REDUIT LE MOKONGO A L'ETAT DE MENDIANT....  TROP, C'EST TROP ET IL Y A LONGTEMPS QUE L'ON AURAIT DU PENSER A SE POSER LA QUESTION DE LA SCISSION DU PAYS EN DEUX OU TROIS ETATS CAR NOUS NE SOMMES PAS OBLIGES DE VIVRE ENSEMBLE DANS UN PAYS FICTIF CREE POUR DES RAISONS COLONIALES PAR UN ETRANGER. EN FAIT, LE NGALA POURSUIT LA POLITIQUE COLONIALE DE L'EX-TOUJOURS PUISSANCE COLONIALE MAIS CETTE FOIS-CI,  A L'ENCONTRE DU MOKONGO.

OU NOUS NOUS RESSAISISSONS OU NOUS REMETTONS EN QUESTION L'ETAT COLONIAL CONGO ET LE SEUL CHOIX POSSIBLE EST DE REVENIR A LA SOLUTION ANCESTRALE...

Le mokongo est-il forcé ad aeternam de vivre ensemble avec le mbochi, le ngala, le nordiste ? Si  la vie en commun n'est plus possible à cause d'un tribalisme excessif mis en place par Denis Sassou Nguesso, que reste-t-il  comme solution ?

La prochaine conférence nationale ne se consacrera pas à des digressions mais à des questions essentielles : monsieur Denis Sassou Nguesso, puisque vous n'aimez pas le mokongo, puisque vous le tuez par tous les moyens, puisque vous le traitez en ennemi  en mentant que vous appartenez à une même nation, pourquoi devrions-nous continuer à vivre ensemble ? POURQUOI SE FORCER A VIVRE ENSEMBLE SI NOUS NE POUVONS NOUS SUPPORTER, NOUS TRAITER DANS LES FAITS EN  COMPATRIOTES ? CEUX QUI PRONENT LA SCISSION N'ONT-ILS PAS RAISON ?

Vous, nordistes,  avez profité des richesses nationales pendant trop longtemps ; vous avez doté le nord de structures, de sorte qu'il y ait de l'eau potable et de l'électricité à Oyo mais pas à Brazzaville et à Pointe-Noire, n'est-il pas temps de diviser le pays et de laisser les bakongos prendre leurs destins en mains entre eux ? SI VOUS PERSISTEZ DANS LA VOIE DU TRIBALISME INTEGRAL, LA SCISSION APPARAITRA COMME LA SEULE SOLUTION.

Sassou, il est encore temps de changer, de rompre avec la haine du mokongo car il n'y aura pas de présidence tournante mais nous suivrons la voie du SOUDAN en demandant aux populations du sud de s'autodéterminer pour la scission du pays en deux ou 3 Etats car la taille de l'Etat importe peu ; ce qui vaut, c'est le bonheur de vivre ensemble et le ngala nous a assez prouvé  pendant plus de 50 ans sur le plan politique que toute vie en commun semble impossible entre nordistes et sudistes.

Je sais que ces propos vont en terroriser plus d'un mais, il n'y a plus de tabous quand les enfants du Pool, du Niari, du Kouilou meurent de faim pendant que les enfants ngalas, mbochis mangent à leur faim.

OUI, L'OPTION DE LA SCISSION DU CONGO POURRAIT ETRE UN MAL NECESSAIRE PARCE QUE NOUS EN AVONS ASSEZ DU TRIBALISME EHONTE QUI ACCORDE LE MOINDRE POSTE DE TRAVAIL - NOTAMMENT QUAND IL S'AGIT D'UN POSTE DE DIRECTION - A UN NORDISTE- NOTAMMENT UN MBOCHI. SI NOUS NE POUVONS VIVRE ENSEMBLE EN TOUTE JUSTICE ET EN TOUTE EGALITE, ALORS LA SCISSION EST INEVITABLE CAR LA DOMINATION AD AETERNAM DU NGALA SUR LE MOKONGO EST INACCEPTABLE. LE MOKONGO N'EST PAS L'ESCLAVE DU NGALA...

 

                                                                              

Par Lion de Makanda, Mwan Minzumb' - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 8 juin 2012 5 08 /06 /Juin /2012 22:56

Sous le régime de la terreur au Congo (par E.M.)

Précarité, Insécurité et Danger de mort permanent :

Tel est le raisonnable tableau sociopolitique et économique du Congo-Brazzaville Sassouiste.

Les faits sont accablants

Dans sa proposition dès 1995, d’une “Autre vision de l’unité nationale en République du Congo“, le Centre de Mémoire et de Réflexion pour l’Action des Kongos  (cemerak) a fait le réel diagnostic sans faux- fuyant en constatant que “ Des premières escarmouches de 1955/1956 on en est arrivé à une guerre civile en 1997/1998 avec des armements lourds et sophistiqués qui ne cessent d'éloigner la naissance d'un peuple avec une conscience nationale intégrante“.

C’est dire que l’Unité, inscrite au premier rang dans la devise du pays, loin d’être acquise, reste hypothétique, à construire.

A la fin de la Conférence Nationale Souveraine (1991), l’absurde cérémonie de lavement de mains, qui plus est sans pardon préalable, était censée passer l’éponge sur les plus de trois mille (3 000) morts et disparus recensés comme victimes de la barbarie monopartite, plus particulièrement Sassouiste. Ce dernier savait – il seulement ce à quoi l’engageait le ‘’J’assume’’ dont il s’est targué la fatuité et l’arrogance devant le pays naïvement indulgent  ?

Plutôt oui, car en bon stratège machiavéliste, l’urgence d’une sortie honorable en abusant de la crédulité de ses multiples  inquisiteurs du moment s’était imposée à lui.

Un fumant discours

D’ailleurs n’annonçait- il pas déjà les couleurs par le fumant discours le soir de son échec électoral en 1992, de retour à Mpila devant la milice acquise à sa cause et en présence de sa très chère et tendre tout en larmes ?

A peine cinq (5) ans plus tard, juste le temps d’un premier mandat d’une balbutiante démocratie, étaient déclenchées les hostilités conçues, planifiées et mises en œuvre avec l’aide de supplétifs étrangers. Démontrant à qui, naïf, doutait encore que le chef de guerre ne pouvait comme par baguette magique se transmuter instantanément en démocrate.

La guerre de 1997, suscitée par celui qui ‘’dormait tranquillement“, sonnait le glas de la naissante démocratie Congolaise, replongeant ainsi le pays dans l’insécurité et la terreur des temps monopartites pseudo marxiste-léniniste.

Il s’ensuivit l’effroi, le grand péril et l’hécatombe dans le Pool et les pays du Niari, par l’exécution de plans méthodiques d’extermination des populations “récalcitrantes du Sud. A cet effet, médecins sans frontières a clairement et sans ambages fait état d’une ‘’guerre contre les civils’’  (M. Le Pape & P. Salignon ; éd. Karthala, 2001).

Grand péril et hécatombe

Alors que la funeste guerre contre les civils semblait être déclarée finie et gagnée par le nouveau maître, le guet-apens au Beach de Brazzaville en 1999, des centaines de jeunes Kongos (essentiellement du Pool), venait encore rappeler que pour le maintien du pouvoir Mbochi, aucune méthode d’élimination physique des ses ennemis intérieurs n’était exclue. Ces jeunes gens, désarmés, victimes de tri sélectif à leur retour d’exil “RDCéen“ furent faussement  rassurés pour leur sécurité par le nouvel homme fort qui n’a pas hésité pour ce faire, d’abuser même de la confiance du CICR (Comité International de la croix Rouge) et du gouvernement voisin de la RDC.

L’objectif d’élimination physique s’est évidemment poursuivi dans le Congo Sassouiste dit en paix retrouvée. Cette fois par les multiples morts subitement naturelles de personnalités politiques et ecclésiastiques, toujours essentiellement du Sud. Ceux-ci mourant l’un après l’autre, presque tous sur les lits d’hôpitaux Français puisque le Congo n’en a plus des dignes. La kyrielle ininterrompue des noms de victimes est effarante.

S’il fallait encore des faits irréfutables pour lever les derniers scepticismes sur la nature criminelle de l’Etat Sassouiste, l’illustration en est la gestion des suites des explosions du 04 mars 2012.

L’origine de ces dernières, présentée d’emblée cyniquement ‘’d’incident de court-circuit“, se profile finalement être non accidentelle. D’où, attaché à contenir un bilan de victimes raisonnablement projetés par milliers, et pour détourner l’opinion d’une opaque enquête s’enlisant, l’état dictatorial s’est orienté vers des arrestations arbitraires à tout va de personnalités pour certains clairement éloignés des faits. C’est le cas des Maîtres A. H. Malonga et G. Hombessa, avocats constitués volontiers à la défense de l’adjoint au Conseil National de Sécurité mis en cause.

Et comme toute occasion est toujours propice à “casser du Mokôngo“, Me Malonga (Sudiste) a nuitamment été l’objet de simulation d’assassinat  alors que le client (Téké, Centre-Nordiste) pour qui l’avocat engagé s’est retrouvé aux arrêts n’a jamais été extrait de son geôle pour subir cette épouvante de torture.

" Casser du Mokôngo "

Et puisqu’aucune méthode d’élimination physique n’est exclue, tous les moyens y compris de mal gouvernance délibérée ( ?) ou résultant d’une médiocrité “congénitale“ ( ?), ont été utilisés pour semer la précarité, l’insécurité et le danger de mort permanent.

Ainsi, des crashs à répétition d’avions cercueils volants, jusque sur des zones résidentielles occasionnant des dizaines de victimes, aux récurrentes catastrophes ferroviaires sur l’unique ligne datant de l’époque coloniale, délibérément non entretenue, la mort plane partout et sur tous.

Les incendies et explosions répétés d’arsenaux de guerre accumulés et stockés dans les locaux privés des chiens de garde du régime et/ou dans des casernes en plein quartiers résidentiels, également mal entretenues, ne viennent que compléter la pléiade de méthodes de décimation d’une population désormais tétanisée.

L’insécurité entretenue ou “accidentelle“, plus qu’un sentiment, est palpable et permanente. Elle induit une peur sur les villes et villages, peur qui terrorise les populations. Et en cela cette insécurité relève clairement du terrorisme, qu’aucun niveau de plan de vigilance ne peut venir à bout.

A chaque fois c’est la même rengaine : Insécurité, danger, prix du sang et détresse.

Un éminent officier, Capitaine de vaisseaux de son état, démontrant l’insécurité induite par les méthodes staliniennes d’intimidation par les sbires et autres lampions du régime, décrit “un palmarès de festival macabre, véritable rituel pour l’accomplissement duquel la République du Congo semble avoir contracté un bail renouvelable par tacite reconduction, faisant qu’à des périodes régulières [Le mois de mars revenant souvent de façon non fortuite; ndlr], les Congolais doivent verser un impôt de sang ou le denier du culte pour emprunter au langage chrétien“ (sic) Cl D. Nkouta.

 

Insécurité entretenue ou “ accidentelle “

L’insécurité est également économique et sociale, perceptible par la précarisation et la paupérisation galopante de près de 70% d’une population vivant avec moins d’1US $ par jour, alors que paradoxalement le PIB par habitant  afficherait près de 4 000US $ (plus d’1,5 Million de Francs CFA) à en croire les données Banque Mondiale/FMI 2011.

L’autre drame dans le drame, révélé par l’onde de choc du 04 mars, est l’inexistence de structures sanitaires viables et encore moins de plan d’urgence médicale digne de ce nom à Brazzaville. Ce qui laisse imaginer l’état d’insécurité sanitaire des populations sur le reste du territoire.

Cet état de dénuement médical semble être entretenu à dessein pour induire l’indigence et toujours le danger de mort.

Il est de notoriété publique qu’échanges commerciaux et marchés, moteur de l’emploi et du développement, sont fondés sur la confiance. Or, où l’on évoque des pertes de notation financière susceptibles d’avoir un impact sur la confiance des marchés financiers, le Congo Sassouiste n’apparaît dans aucun rétroviseur des agences “maîtresses“ de notation.  L’insécurité des investisseurs mise à nue par les derniers chiffres Doingbusiness http://francais.doingbusiness.org/data/exploreeconomies/congo,-rep~ constitue un réel repoussoir pour les capitaux nationaux ou étrangers.

Cette insécurité des investissements conjuguée à la chronique corruption institutionnalisée et la mal gouvernance, classent le pays parmi les insolvables, à risque majeur accru sur les marchés financiers autres que les complaisants Banque Mondiale et FMI.

A s’interroger en fin de compte quel traitement entrevoir par les Congolais pour un état terroriste de sa propre population. Et de se souvenir ici, d’un ancien Président des Etats – Unis d’Amérique qui admettait à juste titre “qu’Aucun dialogue n’est possible avec les terroristes“ qui ne méritent plutôt que ferme réprobation.

Le droit International reconnaît également aux peuples  la possibilité d’actions clairement définies dans l’Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 24 juin 1793 qui dispose :

 “Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour ce peuple et pour chaque  portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs “.

Par E.M. - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juin 2012 4 07 /06 /Juin /2012 12:39

Malonga&Ombessaphoto0300 001Maître Malonga et maître Hombessa ont été arrêtés parce qu'ils voulaient organiser une conférence de presse au domicile du colonel Marcel Tsourou, vice-président du conseil national de sécurité, arrêté par le pouvoir et dont ils avaient obtenu mandat de défense mais qu'ils ne pouvaient voir pendant son arrestation arbitraire.

Nous venons d'apprendre que le procès de maîtres Malonga et Hombessa a eu lieu aujourd'hui, 7 juin 2012 à partir de 9 heures au Tribunal de Grande Instance de Brazzaville. Nous souhaitons obtenir des informations sur la manière dont il s'est déroulé. Vous pouvez nous contacter au travers d'un commentaire, du menu contact ou de notre adresse mail demainlecongobrazzaville@yahoo.fr.

Il est évident que les deux avocats ne peuvent espérer avoir un procès équitable parce que la justice n'est pas indépendante dans notre pays puisqu'elle est totalement sous influence et exclusivement au service des Sassou & Nguesso.

Nous souhaitons que les deux hommes soient relâchés avant le début du procès de l'affaire du 4 mars 2012 afin qu'ils défendent leur client le colonel Marcel Tsourou - même si nous doutons que leurs plaidoieries servent à quelque chose car la décision d'incriminer le colonel Marcel Tsourou a déjà été prise en haut lieu : IL FAUT UN INNOCENT COUPABLE ; ILS L'ONT TROUVE EN MARCEL TSOUROU QUI A INCITE LE PEUPLE A NE PLUS AVOIR PEUR...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Recommander

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Archives

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Recherche

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés