STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 5.500.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 3.500.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2300 ARTICLES, *** 458 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1120 COMMENTAIRES... 

 


MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

*** LE LION DE MAKANDA VOUS PRESENTE SES VOEUX  2014 : SANTE, CONNAISSANCE, BONHEUR, ABNEGATION, FOI EN UN AVENIR MEILLEUR ! ***

demain le congo brazzaville

Mardi 3 avril 2012 2 03 /04 /Avr /2012 21:19

Les arrestations auxquelles on assite ces derniers jours sonnent comme une comédie familiale dont le but est de créer l'illusion d'une recherche des coupables - alors que nous connaissons tous le vrai coupable : Denis Sassou Nguesso himself, of course !

Jean-François Ndenguet, selon une rumeur qui circule sur le net, aurait menacé de démissionner à cause des reproches virulents du grand éléphant mais nous savons tous que Sassou a plus que jamais besoin de lui en dépit des failles sécuritaires observées ces derniers temps. Satan ne peut démanteler l'empire du mal et survivre : ils vont être tous bientôt être libérés. En effet, quand on regarde en profondeur, quand on gratte un peu, on découvre que Jean-claude Mopita comme bon nombre d'officiers est un parent de Denis Sassou Nguesso qui joue l'apaisement par l'argent, du denier public librement géré par Ondongo qui doit en profiter pour éclipser des milliards et qui fait mine d'être fâché en arrêtant des officiers et des sous-officiers.

Nous avons en effet appris que Jean-Claude Mopita est le fils de la soeur aînée d'Emmanuel Yoka qui est l'oncle du cobra royal, éminent ministre (de l'injustice) à vie, qui ne manquera pas de plaider le retour à la cohésion familiale.

Quant à Okombi Salissa, parions que Denis Sassou Nguesso ne commettra pas l'erreur de l'arrêter : ce n'est pas parce qu'il ne s'aligne pas en rejoignant le PCT avec son mouvement plus populaire que le Parti Congolais du Travail (pour les nordistes) qu'on va l'arrêter ! Certes, Tsourou est peut-être arrêté, lui, le fidèle parmi les fidèles au régime, jamais récompensé généralissimement mais on ne va pas arrêter Dzon ou Okombi juste parce qu'ils sont Tékés, des Tékés qui lui sont alliés, des Tékés qu'il a bien divisés et qui risquent de se rassembler si les "mistakes" continuaient. Ca n'a aucun sens. Sassou sait qui est qui. Il y a des pactes qu'il ne faut pas briser car ça porte malheur. Cet hybride politique à tête de cobra, à corps d'éléphant (surtout le ventre) et aux pieds de souris sait que la peur ne marche toujours pas - surtout quand il s'agit de personnages qui font sa force et qui demain peuvent faire sa faiblesse...

Mopita.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 avril 2012 7 01 /04 /Avr /2012 00:55

Nous venons juste de l'apprendre : le colonel Marcel Tsourou,  secrétaire général adjoint du conseil national de sécurité, dont il est le numéro deux, dirigé par Jean Dominique Okemba, un militaire d'origine téké, qui demandait à Sassou de venir l'arrêter a été mis aux arrêts, après vérification, dans la nuit du vendredi. Suite à cette nouvelle, Mathias Dzon est rentré le matin du 31 mars 2012 à Brazzaville. Tsourou a dans un meeting défié le pouvoir de Brazzaville et il se murmurait que les officiers tékés se regroupaient autour de ce personnage. Il s'agit à présent de savoir  pourquoi il a été arrêté. Aurait-il quelque chose à voir avec les événements tragiques du 4 mars 2012 ? Sassou a-t-il simplement envie d'envoyer un message aux officiers tékés à travers cette arrestation ? Sassou a ordonné une enquête mais vous savez que ce monsieur ne vous communiquera jamais les résultats de celle-ci.

Nous allons suivre de près cette histoire. Si le peuple est bafoué par le pouvoir venu du bord de l'Alima, s'en prendre à l'armée est une autre paire de manche. Toutefois, Sassou sait que l'armée officielle ne possède plus que des armes légères, tous les chars et autres armes de destruction massive ont été détruits. Sassou en a profité pour se réarmer à l'aide de l'Angola. D'ailleurs, dans son bunker de palais, au plateau à Brazzaville, il se fait désormais garder par des Angolais.

Il est vrai que Denis Sassou Nguesso s'en prend aux militaires depuis qu'il a appris que l'explosion du 4 mars 2012 était en fait un coup d'Etat avorté pour avoir produit des effets insoupçonnés : ce qui devait être juste une diversion pour permettre de lancer une attaque contre le palais est devenu un cataclysme social, un petit Hiroshima et vous connaissez la suite.

Tsourou a tenu un meeting en plein Brazzaville et lorsque Sassou a voulu le rencontrer, il a dit qu'il fallait venir le chercher. On pourrait voir dans le retour de Mathias Dzon à Brazzaville et l'arrestation de Tsourou une simple coïncidence mais ceux qui m'informent pensent que les deux faits sont liés. La seule chose qui nous choque, c'est le fait que Sassou procède à des arrestations de militaires sans tenir le peuple informé comme s'il agissait en secret parce qu'il redouterait peut-être la réaction populaire. Les Tékés ont toujours rêvé de prendre le pouvoir, de s'installer pour une première fois sur le fauteuil du roi Makoko. Et ils attendent leur heure depuis plus de cinquante ans.

L'armée a payé un lourd tribut lors des explosions du 4 mars 2012 ; Sassou profite actuellement de sévir parmi les officiers et sous-officiers qui lui seraient hostiles - comme s'il voulait voulait profiter de cette crise, de ce coup d'Etat mal ourdi pour règler le compte de plusieurs militaires hostiles au pouvoir. Affaiblie, l'armée sort très désorganisée de cette affaire et toutes les failles sécuritaires du système ainsi que sa mauvaise gestion des hôpitaux apparaissent aus yeux du monde entier. Il apparaît aussi aux yeux du monde entier que l'argent du pétrole est détourné et que le peuple ne dispose même pas d'hôpitaux dignes de ce nom pour se soigner. Triste Congo !

Tandis que la foule se préoccupe de recevoir ses 3 millions de francs cfa, le grand éléphant nettoie l'armée de ses rivaux, en silence mais il sait qu'il y a des limites à ne pas franchir car ajouter de la désorganisation au trouble de l'armée finirait par l'affaiblir, lui, - même s'il compte plus sur ses mercenaires de Tsambitso que sur une armée ayant pris goût aux affaires louches de la république royale bananière.

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 31 mars 2012 6 31 /03 /Mars /2012 00:20

COMMENTAIRE : Ceci est un document exclusif basé sur le rapport de l'enquête que nos correspondants nous ont envoyé pour éclairer le peuple congolais sur les événements du 4 mars 2012 qui n'ont rien d'accidentels puisqu'il existe un commanditaire (dont il s'agit à présent de savoir s'il court toujours...) qui a promis des millions de francs cfa pour l'exécution de ce plan qui s'avère être un COUP D'ETAT RATE. Lisez attentivement et tirez vous-mêmes vos conclusions. Ce n'est pas par hasard que Denis Sassou Nguesso s'en prend à certains miltaires. Ce rapport, il en a eu connaissance. Des militaires faisant partie su complot ont été arrêtés.

Cet article vient éclairer celui qui le précède juste en dessous. Il indique qu'il s'agissait d'une diversion qui aurait occasionné plus de dégâts que prévu - alors qu'il ne s'agissait que de faire diversion pour ensuite déclancher le coup d'Etat. Cela ne peut signifier qu'une chose si tout ceci est vrai :  LE POUVOIR DE DENIS SASSOU NGUESSO EST EN DANGER. En fait, la sécurité de monsieur Denis Sassou Nguesso est très défaillante ; c'est ce qui explique qu'il se fasse à présent garder par des Angolais. CE N'EST CERTAINEMENT PAS FINI...

---------------------------------------------------


                                            FISSURE AU SOMMET DE L'ETAT

 
Voici le Rapport que nous avons pu prendre connaissance.
Et aujourd’hui nous vous décrivons avec force et détails le déroulement des faits tels que mentionnés dans le rapport d’enquête préliminaire remis au Chef de l’Etat. Le sinistre a débuté à l'Intendance plus précisément à son magasin d'armes, par le biais d'une mèche lente. L'explosion qui en a découlé, a enflammé un dépôt de carburant jouxtant l'Intendance. Et c'est l'explosion de cet entrepôt de stockage de carburant qui a eu pour conséquence de faire sauter la DCAM et le régiment Blindé ainsi que le camp Génie par la même occasion. Toujours selon ce même rapport, au vu des premières constatations, l'ampleur du désastre n'a pas été préméditée.
- Il est 4h 00, ce dimanche 04 Mars 2012, lorsqu’un groupe d’hommes en armes tapis dans l’ombre dans les alentours du camp régiment Blindé, plus précisément vers les abords du fleuve, est surpris en pleine discussion houleuse entre eux, avec par moment des pauses téléphoniques, par une vendeuse de produits maraîchers ( Cette vendeuse qui, inquiète de voir des hommes en armes à cet endroit inhabituel, s’était tapie dans l’obscurité et après avoir écouté une bonne partie de cette conversation, constitue aujourd’hui un maillon essentiel de cette enquête). La discussion de ces hommes en armes était liée à des centaines de millions chacun qui leur avaient été promis par leur commanditaire ainsi que les modalités de recouvrement de la totalité de leur dû, toujours selon le contenu de ce rapport, le groupe était constitué par trois (3) équipes, ce plan est détaillé par des éléments (militaires) comploteurs de l’explosion du 04 mars 2012 arrêtés et qui se trouvent à la DRM, à la DST, à la DGSE et à l’Etat Major Général des Armées  :
- La première équipe était constituée d’artificiers disposant de mèches lentes, encadrés par des éléments de soutien équipés de fusils d’assaut.
- La deuxième équipe, appelée " vague d’assaut ", était, elle, constituée de commandos et était armée de fusils d’assaut et d’armes lourdes.
- La troisième équipe, appelée équipe desoutien, était celle-là qui devait venir appuyer l’équipe d’assaut si celle-ci rencontrait une résistance vive ou assurerait le repli défensif au cas où l’opération aurait avorté.


                                         DEROULEMENT DES FAITS  :

 
Parti vers 5h30 à l’assaut de l’Intendance, le groupe d’artificiers ne rencontra sur sa progression aucune résistance. Par conséquent, après avoir disposé les mèches lentes dans le magasin d’armes de l’intendance, ce groupe se replia par la suite toujours sans connaitre d’embûche.

 
7H15 : Début d’incendie et de légères explosions se font entendre dans le bâtiment abritant l’intendance, s’ensuivent des bruits de détonations d’armes automatiques au loin, comme qui dirait des échanges de tirs.
7H50 : Déjà quelque temps que le feu fait rage au niveau de l’Intendance, puis des balles incendiaires fusent du magasin d’armes en feu, et vont enflammer le dépôt de carburant situé à quelques encablures de l’Intendance qui à son tour, prend feu immédiatement. Pendant ce temps, les assaillants voyant le sinistre se propager à la vitesse Grand " V ", décident de battre en retraite et d’alerter à la fois les populations civiles et militaires qui se dirigeaient vers les camps de Mpila, en criant : "Fuyez ,fuyez, il y a le feu, le feu là-bas !" Par ailleurs, bon nombre de militaires qui se trouvent aujourd’hui être en état d’arrestation ( à la DRM, à la DST, à la DGSE ou encore à l’Etat Major Général des Armées), le sont simplement parce qu’ils ont battu en retraite après avoir entendu ces cris d’alerte, plutôt que d’aller assurer la relève du jour.
8H08 :  Le dépôt de carburant explose littéralement,pendant que le bâtiment de l’Intendance lui, est toujours enproie aux flammes.
8H10 : Le dépôt principal du Régiment blindé connaît un début d’incend ; les militaires qui ont fait faction ont du mal à circonscrire ce début d’incendie.
8H14 : Le dépôt est en flammes et l’alerte générale n’est toujours pas donnée.
8H15 : Des Premières explosions, mais ce que ce rapport révèle dans ses annexes fait froid dans le dos en ce qui concerne le dispositif sécuritaire entourant le Chef de l’Etat surtout sur la quasi inexistence d’un outil de défense efficace au Congo Brazzaville. Un plan à la fois simple mais réaliste car bénéficiant certainement de complicités internes et leur connaissance de la personnalité du chef de l’Etat. Dans leur plan, puisque qu’il s’agit, du Chef del’Etat, il était question qu’il fasse diversion par une action d’éclat dont l’ampleur serait limitée  mais qui aurait eu pour effet de semer la panique au sein de la population, ce qui entraînerait une débandade totale et un exode massif des populations - tout cela pour limiter les dommages collatéraux. Et ensuite de lancer un assaut sur la résidence du Chef de l’Etat. Malheureusement, l’incendie du bâtiment de l’Intendance a vite fait de prendre une ampleur infernale et a débouché sur des réactions en chaîne qui leur ont très vite convaincu de battre en retraite.


                    LE DISPOSITIF SECURITAIRE OU LA GRANDE FAILLE :

 

Dès les premières détonations à Mpila, le Haut Commandement militaire est absent, personne n’est à même de prendre des décisions : les chefs de corps, Commandants d’unité, personne n’est à son poste. Tous appellent le standard de la Présidence de la République et malheureusement, il n’y a personne au bout du fil. C’est la panique totale plutôt que d’essayer d’organiser les troupes dont certaines sont déjà en débandade, comme les unités de la police, ils s’attellent plutôt à essayer d’évacuer ou de mettre à l’abri leur famille ainsi que leur argent. Dans ce chaos, une seule unité a été réactive et très professionnelle dès 8h30 : ce sont les éléments du 1er Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale du Général Mokoki qui en accord avec certains Officiers supérieurs se sont même permis de ventiler dès ces premiers instants là un code entre les unités afin de parer à toute éventualité.
C’est en cela que certains militaires ont été abattus simplement parce qu’ils étaient en tenue de combat et désiraient rejoindre leurs unités d’affectation tout en ignorant qu’un mot de passe avait déjà été ventilé sur le terrain. Par ailleurs, même les éléments du GPC (Groupement Para Commando) du Général Okoye, se sont plutôt illustrés par leur promptitude à essayer de protéger leurs installations plutôt que d’aller au charbon. Le Chef de L’Etat, ayant fait le constat de son immense insécurité, a décidé de réintégrer dans son dispositif sécuritaire à nouveau des éléments de rescousse dès les premières heures.
Les hommes clés du pouvoir arrêtés sont :
- Germain Ikonga : Directeur de l'Equipement militaire, avec tout son staff ;
- Jean Claude Mopita : Directeur Central Armement et munitions ;
-  Ingani : Directeur de l'armement à la présidence de la république.
Ces hommes clés ont été arrêtés.  Ces militaires affairistes dont les sociétés sont adjudicataires de tous les marchés de l'armée congolaise sont-ils les seuls responsables de ce drame ? (AFFAIRE A SUIVRE...)

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 30 mars 2012 5 30 /03 /Mars /2012 23:31

COMMENTAIRE : Voici un peu plus d'éclairage sur ce qui se passe au Congo au travers des publications de la Lettre du Continent dont les sources sont très proches du pouvoir de Brazzaville. Ce que Glaser écrit n'a jamais été contesté car il prend ses informations auprès de sources avérées. On apprend que Denis Sassou Nguesso se bunkérise comme un animal qui a peur. C'est le signe que le pouvoir est en danger : en effet, lorsqu'un chef d'Etat se déplace souvent, on peut en déduire que tout va bien, que son pouvoir est stable. Le pigeon voyageur est devenu un oiseau domestique qui ne quitte plus son palais du Plateau, sauf pour célébrer le troisième anniversaire de sa fille défunte chérie - signe qu'il redoute quelque chose parce que la situation est critique - nonobstant le fait qu'il n'y ait plus de véritable ambitieux pouvant prétendre à son trône. Comme tout animal  se sentant en danger, le grand éléphant a décidé d'attaquer le premier en s'en prenant à la direction de l'armée pour trouver une ouverture expiatoire afin de donner l'illusion au peuple de rechercher des solutions - alors qu'il ne fera rien, espérant que le peuple se calmera lorsqu'il aura reçu l'argent. Cependant, 3 millions de francs cfa ne résoudront pas les problèmes pendant très longtemps...

ENQUETE_LC_1.jpg

ENQUETE_LC_2.jpg

PHILIPPE_OBARA.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 30 mars 2012 5 30 /03 /Mars /2012 13:48

drapeaucongoflottant.gif NOTA BENE : CE COMMUNIQUE CONJOINT DU DAC (DEVELOPPER AUTREMENT LE CONGO) ET DE DNCB (DEMAIN LE NOUVEAU CONGO-BRAZZAVILLE) SERA AUSSI PUBLIE SUR LE SITE DU DAC http://www.dac-presse.com/

 

                                                   COMMUNIQUE

 

A l’occasion de leur dernière rencontre ce Lundi 26 Mars 2012, à 17 heures à Lyon dans le Rhône-Alpes, les associations DAC et DEMAIN LE NOUVEAU CONGO-BRAZZAVILLE (DNCB) viennent de formaliser leur collaboration déjà ancienne (réunions d’échanges sur les enjeux futurs du Congo-Brazzaville) par la mise en place d’une plateforme  de travail dénommée DIASPORA CONGOLAISE DU RHONE-ALPES (DICORA). Cette plateforme permettra de mener des actions collectives, de mutualiser les moyens dans le but de former une force capable de propulser une alternance  au pouvoir illégitime actuel de Brazzaville, à travers des élections libres et transparentes.

La DICORA se lance dans le combat pour la reconnaissance des élites et organisations congolaises basées à l’étranger afin d’incarner une nouvelle dynamique, de contribuer à l’appel de la citoyenneté, de s’imprégner de l’histoire congolaise, de faire connaître les potentialités et les richesses du Congo et enfin de revaloriser l’atavique culture du Kimuntu-Bomoto pour qu’enfin se construise un Congo qui soit à l’image de notre identité profonde de Bantous dont l’âme profonde est pacifique et altruiste.

La volonté manifeste des Congolais de vouloir que le changement ne soit plus un rêve lointain est une émanation de justice sociale et de plus de démocratie. Ce sont des indications claires pour donner un message fort au pouvoir en place. Vouloir le départ de M. Denis Sassou Nguesso et de son gouvernement  ne suffit  pas : il faut lui opposer une alternance digne de confiance avec des hommes et femmes au dessus de tout soupçon.

C’est dans ce contexte que la DICORA  pose l’ultime question : Quelles conditions doit-on réunir pour proposer à notre peuple une autre voie que celle de la violence ? 

Constatant la progression vertigineuse de la crise réelle que connaît le Congo, imputant au gouvernement actuel la responsabilité du blocage du processus démocratique en raison de l’absence d’un consensus national et équitable qui fixe les échéances politiques,

La DICORA exhorte les Congolais à œuvrer pour

  • La Mise en place d’un conseil national de transition pacifique,
  • L’ouverture du dialogue avec l’opposition véritable et les associations politiques (Diaspora et Nationales),
  • La réhabilitation de la Constitution issue de la conférence nationale souveraine,
  • La suspension du gouvernement actuel,
  • La dépolitisation effective de l’armée et le rééquilibrage des nominations des officiers,
  • La démocratisation des postes économiques et de l’Etat dans le but de valoriser les talents,
  • Le démantèlement des « armées et polices  parallèles »,
  • La réhabilitation d’une armée et police nationale au service du peuple.

Appelant toutes les organisations et associations de Rhône-Alpes dont l’objectif est le développement autrement du Congo pour l’émergence demain d’un nouveau Congo-Brazzaville dans lequel la démocratie et la justice sociale ne seront plus des vœux pieux, la DICORA exhorte les Congolais, les associations de la diaspora et tout organisme œuvrant pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie à diffuser librement ce message pour le porter à la connaissance du peuple congolais.


                                            Fait à Lyon le 26 Mars 2012 

Pour la DICORA,

                           Jean-Claude BERI

                      Jean-Pierre IBOUANGA  

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 29 mars 2012 4 29 /03 /Mars /2012 23:58

Un article d'un site chinois en français nous apprend que les manifestations relatives à la question de l'indemnisation des sinistrés de la catastrophe du 4 mars 2012 au nombre de 14000 ont continué ce jeudi 29 avril 2012 à Brazzaville. A raison de 3 milllions de francs cfa par personne ou famille, c'est 42 milliards de francs cfa (de quoi rénover les hôpitaux et les écoles de tout le pays) qui sortiront des caisses de l'Etat, une somme qui aurait certainement fini dans les poches du clan Sassou & Nguesso sans cette catastrophe sociale provoquée volontairement comme nous allons vous le révéler prochainement.  Le petit Hiroshima du 4 mars 2012 n'était pas du tout accidentel selon les informations stratégiques très confidentielles que nous détenons.

A présent, le pouvoir exige la somme de 100.000 francs cfa aux sinistrés qui ont tout perdu pour bénéficier de l'allocation de relogement. Ils n'ont à ce jour reçu que du gaz lacrymogène pour mieux pleurer sur leur situation. Nous avons vécu une catastrophe militaire qui s'est transformée en catastrophe sociale qui elle-même va bientôt se transmuter en catastrophe sanitaire et humanitaire...

Source : http://www.chine-informations.com/actualite/asie/congo-la-police-disperse-une-manifestation-des-sinistres-reclamant_9384.html

Manifestation_cVille_Sinistres.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 28 mars 2012 3 28 /03 /Mars /2012 17:07

COMMENTAIRE : Franchement, après avoir lu ceci, vous vous demanderez : " il y a donc autant d'argent dans notre pays ?" Mais pourquoi la générosité ne s'est jamais manifestée  avant ? Au moins 1247 Kinois attendent de recevoir 3 millions de francs cfa, c'est-à-dire, en tout plus de 3, 6 millards de francs cfa et ça, ça ne concerne que nos frères d'en-face. Les Congolais doivent être vingt à trente fois plus : en effet, on indemnise même les locataires ET IL SUFFIT DE S'INSCRIRE SUR LES LISTES. QUELLE MANSUETUDE ! IL N'Y A PAS UN ORGANISME D'ETAT QUI ENREGISTRE ET REGIMENTE LES LOCATAIRES. DONC TOUT LE MONDE PEUT S'IMPROVISER LOCATAIRE... C'est dire que même celui qui n'a perdu qu'un mobilier et des biens de 40.000 francs cfa recevra 3 millions de francs cfa. Dites-moi, quelle générosité ! J'ai proposé pour que le gouvernement donne 10.000 francs cfa aux familles congolaises lors des fêtes de fin d'année. Ce n'est donc pas impossible vu qu'on distribue  300 fois plus à des dizaines de milliers !

NOUS DISONS DONC QU'IL Y A ASSEZ D'ARGENT AU TRESOR POUR RESOUDRE LES PROBLEMES DU PEUPLE CONGOLAIS. QUI PEUT PRETENDRE LE CONTRAIRE QUAND IL  Y A PLUS DE 3000 MILLIARDS DE FRANCS CFA DE SURLIQUIDITES  ET SURTOUT QUAND ON ASSISTE A DES SCENES DIGNES DU FILM ALI BABA ET LES QUARANTE VOLEURS  OU DE LA RUEE VERS L'OR ? QUI PEUT CROIRE QUE LE GOUVERNEMENT VERIFIE QUOI QUE CE SOIT ? ET AVEC CA, LE CONGO EST UN PAYS PAUVRE TRES ENDETTE ? MAIS DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

KinoisDedommages-copie-1.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 28 mars 2012 3 28 /03 /Mars /2012 15:22

Face à la colère des habitants de Talangaï qui manifestent leur mécontentement pour ne pas avoir été inscrits sur les listes de personnes qui doivent recevoir 3 millions de francs cfa au titre de l'allocation de relogement, nous nous interrogeons. Nous semblons comprendre qu'il s'agit d'une allocation de 3 millions de francs cfa qui va être donnée à des milliers de personnes censées représenter des familles. C'est la première fois que le gouvernement de Brazzaville indemnise la population congolaise après un sinistre ; il s'agit du plus grand dédommagement de masse jamais effectué au Congo. Il est évident que Sassou veut monnayer la colère des habitants de son propre bord contre de l'argent. Il sait qu'il doit calmer les ardeurs de son camp pour pérenniser son pouvoir. En effet, un soulèvement généralisé des quartiers nord de Brazzaville pourrait avoir des conséquences insoupçonnées. Pour l'instant, nous nous interrogeons :

- Quel budget en milliards de francs cfa a-t-il été prévu pour résoudre le problème des sinistrés ? Quand a-t-il été voté et par qui ? Comment a-t-il été estimé ? Sur quelle durée va-t-il porter ? A-t-il prévu de tenir compte de ceux qui vivaient de la location de leurs habitations ? En effet, ceux-là ont perdu leurs moyens de subsistance et doivent être traités comme un cas à part.

- Combien de familles ou de personnes a-t-on prévu d'indemniser en tout pour que le peuple congolais estime la portée de la dépense ? Et surtout, peut-on nous dire s'il existe un lien effectif avec l'occupation de l'espace sinistré ?

- Comment peut-on indemniser de la même façon tout le monde sans tenir compte de la taille des familles, de l'importance des pertes  en biens et en personnes ?

- Qui constitue les fameuses listes pour que les populations sachent à qui s'adresser ? S'agit-il des maires ? Du ministère de l'habitat ? Du ministère des affaires sociales ?

- Sur quelle base ont été établies les fameuses listes ? Qu'a-t-il fallu exhiber pour y figurer ? A-t-on cru les gens sur parole ou ont-ils présenté des titres de propriété, etc ? En effet, comment distinguer dans le cas où les titres de propriété auraient brûlé dans l'explosion les vrais habitants de Talangaï des faux ?

- Vu qu'il n'existe aucun organisme de recensement sérieux des titres de propriété ou des biens, à partir de quels indicateurs la somme de 3 millions de francs cfa a-t-elle été calculée ? S'agit-il d'un relogement annuel des familles ? Mensuel ? A quoi correspond cette somme ? Qu'est-ce qui garantit que cette somme sera bien allouée au relogement ?

- Si l'on estime que se reloger signifie racheter des lits, des meubles, des habits pour plusieurs personnes vu que l'on parle de "familles" sans oublier le paiement du loyer, quelle est la pertinence de ce montant ?

- Si l'on indemnise des familles et non des personnes prises individuellement, sur quelle base d'appéciation les reconnaît-on ? Vu qu'il n'y a que des noms  d'individus sur les fameuses listes, qu'est-ce qui prouve qu'elles représentent des familles et non des individus ? Tient-on compte des actes de mariage ou c'est au "pifomètre" (nez) que l'on estime l'existence des familles ?

- D'où sort l'argent qui va permettre d'indemniser des dizaine de milliers de personnes ? D'où viennent les milliards de francs cfa dans un pays qui n'a jamais fait preuve d'aucune générosité auparavant ?

- Quelle était l'utilisation initiale de l'argent qui va être alloué à calmer les vélléités des familles et des sinistrés ?

- Doit-on déduire que sans cette catatrophe, tous ces milliards allaient finir dans les poches de Sassou et de son clan puisqu'ils n'avaient aucune utilisation prévue dans le budget ? En effet, si tel était le cas, quel secteur a été amputé pour dégager tous ces milliards ? Il nous semble que c'est bien une partie de l'argent des surliquidités du pétrole que Sassou et son clan détourne chaque année...

- Enfin, le gouvernement a-t-il agi de la sorte parce qu'il s'agit de populations proches de monsieur Denis Sassou Nguesso ou parce qu'il fallait le faire ? Dans ce second cas, pourquoi les autres sinistrés dans d'autres affaires n'ont-ils jamais été indemnisés ? Je pense aux morts lors du déraillement du train ou de ceux qui ont tout perdu lors de l'écrasement d'un avion cargo sur un quatrier populaire de Pointe-Noire.

 

Nous mettons en ligne une vidéo qui montre une foule de jeunes et nous doutons que tous ceux-ci soient propriétaires de logements ou de maisons mais il évident que nombreux seront indemnisés...

 

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 27 mars 2012 2 27 /03 /Mars /2012 14:21

COMMENTAIRE : Nous avons la preuve que ce mardi 27 mars 2012, les choses ne s'arrangent pas à Talangaï - toujours à propos des listes de dédommagement. Pour preuve, ce message de l'ambassade de France à Brazzaville en direction de ses ressortissants. Et elle a bien raison : un peuple en colère, une armée et une police qui tire à l'aveugle, ça peut faire des dégâts collatéraux. Que les Français mangent leurs langoustes tranquillement au centre-ville. C'est une affaire congolo-sassouiste qui ne les concerne en rien...

AmbFranceAuCongi.jpg

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 27 mars 2012 2 27 /03 /Mars /2012 13:05

Cher compatriote,
bonjour.
Je suis heureux que tu aies installé internet à la maison. C'est vrai que les aléas du climat (nombreuses pluies) vont perturber la technologie (connexion internet) ; le mieux, c'est de passer par la liaison téléphonique comme en France mais cela voudrait dire la vulgarisation et la démocratisation du téléphone qui est encore chez nous un produit de luxe alors qu'en France, dès que l'on construit une maison, on prévoit déjà la connexion téléphonique. Pour la petite anecdote, c'est le climat (HIVER) qui a fait perdre la guerre à Hitler en Russie lors de son opération Barberousse : l'huile et l'essence dans les chars allemands gelaient tandis que les Russes avaient trouvé le moyen de faire marcher les leurs en dépit du grand froid. Quant aux Allemands, mal habillés, il sont plus morts de froid que d'autres choses ! Imagine, qu'ils mangeaient le cuir de leurs chaussures pour lutter contre la faim ; ce qui les exposait au froid. Staline, lui fit combattre des prisonniers de Sibérie habitués à de températures dépassant les - 50°. Si Hitler avait tenu compte des aléas du climat, quelle aurait été l'issue de la seconde guerre mondiale ?
 
C'est dire qu'on ne devrait rien entreprendre sans tenir compte du contexte environnemental, climatique et humain : tenir compte de toutes les ressources du sous-sol, du sol, du climat, de la faune, de la flore, de l'eau, du capital humain avec toutes ses compétences, etc. ET C'EST LA OU LE TRIBALISME DE DENIS SASSOU NGUESSO FAUSSE LA DONNE POLITIQUE EN RALENTISSANT LE DEVELOPPEMENT DU PAYS...

Il faut que tu penses à une activité qui peut exploiter la route Dolisie/Pointe-Noire : de nombreux projets deviennent possibles car en réduisant le temps de déplacement à quelques heures, beaucoup de choses deviennent possibles.
Pour les routes, transfrontalières, il faut un bon contrôle aux frontières et un excellent contrôle douanier : notre bois est déjà exfiltré par le Cameroun - alors que les Gabonais ont décidé de transformer leur bois sur place - qui va créer de nombreux emplois ; il faut donc que l'on contrôle ce qui entre et ce qui sort à travers ces routes. Mais, je suis pour la connexion terrestre fluviale et maritime de l'Afrique centrale et de l'Afrique. nous n'exploitons pas assez ces éléments.
L'initiative privée va aller crescendo si on couple routes, énergie, technologies et formation adaptée car il faut des compétences appropriées pour créer, maintenir, réparer, développer, innover. Pour former : des enseignants, des professeurs, des formateurs de qualité ainsi que des infrastructures dignes de ce nom et un homme politique avisé ne devait pas tarder à trouver l'algorithme qui permettrait que son pays aille de l'avant. J'observe beaucoup ce que fait Obiang Nguéma Mbasogo dans son pays...

Tu sais, notre pays devrait être déjà un pays émergent depuis fort longtemps si nous avions mis les choses à l'endroit en partant de la nécessité absolue de l'énergie, du transport et en développant les compétences du capital humain  : 
1) routes couplées avec électrification générale du pays et l'adduction d'eau potable nationale - ce qui aurait favorisé l'industrialisation et les autres technologies tout en améliorant la santé et le commerce car de nombreux paysans auraient enfin la possibilité de vendre leurs produits - c'est-à-dire, d'améliorer leurs conditions de vie. Une route transporte des hommes, des biens, des richesses, du savoir, du savoir-faire et favorise l'échange. Encore faut-il que nous ayons les moyens de locomotion adéquats. De plus, il n'y a pas que les routes ; il y a aussi l'aérien et le fluvial ou le maritime. Pourquoi ne trouve-t-on pas des mangues du Congo en France ou ailleurs - alors qu'on trouve l'ananas de côte-d'Ivoire et les petits avocats d’Israël, par exemple ?  Cela résume notre politique à l'exportation...
2) condition de télécommunication globale et bon marché pour tout le pays : depuis des années, le téléphone fixe a toujours été considéré comme un luxe - alors qu'ailleurs, c'est un produit grand public et  avec l'arrivée de la téléphonie portable, il y a encore moins de téléphone fixe. L'ETAT DEVRAIT IMPOSER A TOUTES CES SOCIETES D'INVESTIR DANS LA TELEPHONIE FIXE AVANT D'INVESTIR DANS LA TELEPHONIE MOBILE...
3) les nouvelles technologies de l'information auraient relevé le niveau de l'éducation nationale. Je dispose de près de 10.000 livres en support numériques (français-anglais) 
4) développer les pôles universitaires adaptés à l'agriculture et les Sciences à Dolisie, les industries de la mer (pêche, exploitation des produits marins, etc) et la pétrochimie à Pointe-Noire, les industries forestières et du bois au nord avec pôle architecture en bois pour la construction de chalets comme ce qui se faisiat à Mossendjo dans le temps, etc. Sans oublier la pêche et la pisciculture et les techniques de l'écologie moderne pour le reboisement, les sciences bio-pharmaceutiques, etc. Ce pôle pourrait aussi exploiter la richesse du bassin du Mayombe.

Cette idée de pôles universitaires que Sassou a reprise, je l'ai énoncée depuis longtemps dans un article qui existe et mes lecteurs peuvent le vérifier. Un pôle architecture et ingénierie pourrait être installé à Brazzaville et Pointe-Noire tandis qu'on installerait un pôle hydrologie dans les plateaux entre autres recherches dont des recherches zoologiques, la prospection, etc. 
 On pourrait créer des instituts NTIC à Pointe-Noire, Brazzaville, Dolisie et Nkayi, partout où les conditions seraient réunies : il faut en effet, l'usage d'internet et une ville comme Mossendjo est négligée n'ayant même pas une banque et surtout pas de connexion internet (nous étudions comment faire pour désenclaver numériquement cette ville que Sassou a punie) - alors que c'est la cinquième ou sixième ville du pays. Il faudrait utiliser les difficultés environnementales du haut nord pour développer des techniques d'habitat innovantes avec drainage, etc. ON POURRAIT AUSSI REGROUPER LES POPULATIONS - SANS TROP BOUSCULER LEUR MODE DE VIE.  En fait, la plus grande partie du territoire national est au nord et il est peu utilisé tant sur le plan humain que sur le plan des ressources ; on peut y mettre utilement des organismes qui développeraient le tourisme, la recherche afin de rendre cette partie plus accessible aux populations trop concentrées dans les villes. 
 ON PEUT DECONGESTIONNER LES VILLES SI ON CREE LES CONDITIONS QUI APPORTERAIENT LA SATISFACTION DES BESOINS DES POPULATIONS LA OU ELLES VIVENT : JE PENSE A INTERNET PARTOUT, LA TELEVISION PARTOUT, L'ECOLE ET LA SANTE PARTOUT, L'EAU POTABLE PARTOUT,  L'UNIVERSITE PARTOUT OU TRES PROCHE, LES COMMERCES PARTOUT - SANS OUBLIER UN TISSU ROUTIER, AERIEN OU FLUVIAL QUI PERMETTRAIT DE SE DEPLACER VERS LES GRANDS CENTRES URBAINS.
Je pense aussi à  l'ingénierie informatique et l'automatisme industriel. L'idée, c'est d'adapter le savoir à l'environnement dans le but du développement d'un savoir-faire immédiatement récupérable et d'installer des universités et des pôles d'enseignement technique sur tout le territoire en tenant compte des potentialités environnementales et humaines. 
 En France, chaque ville a plusieurs universités dans de nombreux domaines sans oublier les Lettres, le Droit, l'Administration, les sciences Humaines et le management, la santé, l'environnement, l'énergie car nous aurions plus gagné à apprendre à construire nous-mêmes nos barrages hydroélectriques en apprenant auprès des Chinois ou des Occidentaux que de laisser les Chinois le faire à notre place.
5) La création de bassins industriels pour récupérer les étudiants et les ingénieurs formés. Rappelle-toi un de mes mails dans lequel je t'avais parlé de zones industrielles aménagées avec maisons, électricités, écoles, routes pour écouler les produits - n'est-ce pas ce que Sassou a fait dans les nouveaux villages agricoles - sauf que moi je ne m'arrêtais pas à l'agriculture mais je pensais aussi à la pêche et la pisciculture, l'élevage, le fermage, l'exploitation des produits laitiers que nous ne savons pas transformer, etc. Peux-tu Imaginer le boom de l'emploi qu'un tel projet politique pourrait occasionner ? On pourrait tout simplement faire disparaître le chômage au Congo.

Tu vas me dire où trouver les moyens financiers pour développer un tel projet économique : En exploitant nous-mêmes nos richesses comme le bois, le pétrole, les minerais, etc. Nous pouvons nous-mêmes nous adresser directement au marché sans passer par des multinationales privées si dans certains domaines, on développe un secteur industriel d'Etat solide. OR, C'EST CE LIEN DIRECT AU MARCHE QUE LE MONDE OCCIDENTAL REFUSE A L'AFRIQUE QUI A DU MAL A SE CONSTITUER ELLE-MEME EN MARCHE...
Qu'est-ce qui nous empêche d'exploiter nous-mêmes nos côtes si poissonneuses et de vendre les poissons à l'étranger s'il le faut  au lieu de laisser les Chinois nous piller en pêchant nuit et jour ? Je suis pour un capitalisme d'Etat comme le pratique la Chine tout en permettant un capitalisme privé maîtrisé pour ne pas tomber dans la perversion occidentale de la spéculation. 
Il faut étudier la politique chinoise pour voir que la Chine favorise avant tout sa propre industrie, ses propres entreprises ; ses problèmes sont la pollution, la désertification et un niveau de vie qui ne cesse d'augmenter au point où on lui préfère déjà d'autres pays : toujours le même problème de profit maximisé...
Face à la crise actuelle, seuls quelques pays européens s'en sorte comme l'Allemagne et les pays nordiques qui ont une balance positive. Ce modèle a montré toutes ces failles et surtout, l'Europe se désindustrialise au profit de la Chine - c'est là où se pose le vrai problème du modèle occidental et ils feignent de ne pas le voir - parce qu'il s'agit du profit : TUER SON PROPRE PAYS, SA PROPRE INDUSTRIE NATIONALE POUR LE PROFIT ? QUELLE HORREUR ! Si l'Etat français favorisait les entreprises nationales en augmentant les taxes à l'importation, l'économie française se porterait mieux. En France, toutes les industries ferment et on laisse faire : les étrangers rachètent les usines et déplacent la technologie. 
Crois-moi : la Chine va dans quelques années devenir la première puissance mondiale. Elle a déjà commencé à bloquer la vente des "terres rares" nécessaires à la fabrication de produits High-Tech et même au lancement de missiles - ce qui va pousser les Occidentaux  à délocaliser encore un peu la fabrication de certains produit tout en transférant des technologies avancées à la Chine qui elle, colonise économiquement l'Afrique doucement.
A toi.
Ton frère LDM...
Par Le Lion de Makanda Mwan Mindzumb (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

VIDEO DU JOUR

 

 

 

Recommander

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Archives

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés