STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 6.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 4.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2400 ARTICLES, *** 476 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1200 COMMENTAIRES... 

 


MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

demain le congo brazzaville

Jeudi 24 mai 2012 4 24 /05 /Mai /2012 15:57

J'ai reçu un message sur mon compte Youtube de la part de notre compatriote la très spirituelle et politique soeur Clarisse Akouala dont je regarde souvent les vidéos avec intérêt. Sa pensée est assez originale et ne manque pas d'allant : pour elle, nous sommes entrés dans l'ère du verseau où tout doit être dévoilé et dans laquelle la peur doit disparaître. Ce qu'elle dit n'est pas toujours très cartésien comme la question des armoiries mais elle mérite d'être connue. Aussi, je mets en ligne son appel en direction de tous les Congolais de France.

Je suggère à soeur Clarisse Akouala de lire mes articles publiés dans le cadre de l'UPIERAD ; elle comprendra ce que je pense de la ex-toujours puissance coloniale française et comment il serait possible d'extirper notre pays de son influence.

JE DIS ICI, A TOUS, QUE LE CONGO EST ENTRE LES MAINS D'UNE PUISSANTE CONSPIRATION QUI COMPREND DES RESEAUX TERRIBLES COMPOSES D'ETRANGERS ET DE NOS PROPRES FRERES CONGOLAIS ET IL SERA TRES DIFFICILE DE SORTIR LE PAYS DES GRIFFES DES ADORATEURS DU POGNON SI NOUS NE FAISONS PAS FRONT ENSEMBLE.  LE CONGO EST UN DAVID FACE AUX GOLIATH DE L'ARGENT. JE SAIS A QUOI NOUS SOMMES CONFRONTES ET CROYEZ-MOI, J'AI DEJA EMIS DES DOUTES QUANT A UN SALUT QUI VIENDRAIT DE LA FRANCE : LA GRANDEUR DE L'HEXAGONE NE PEUT SE FAIRE QUE SUR LE DOS DE LA PETITESSE DES NATIONS COMME LE CONGO. C'EST POUR CELA QUE J'AVAIS ECRIT QUE TOUTE ESPERANCE EST VOUEE A LA DECEPTION MAIS IL FAUT ESPERER POUR REVEILLER DES ENERGIES QUE MEME LA TERRE NE SOUPCONNE PAS...

LES CHOSES SONT SI LIEES, SI IMBRIQUEES DE TELLE SORTE QUE LE MAITRE NE PEUT VIVRE SANS L'ESCLAVE. QUE FAIT-IL ? IL FAIT CROIRE A L'ESCLAVE QU'IL EST LIBRE... COMPRENNE QUI POURRA.


Ngar voulut régner sur le pays à cause de ses incommensurables richesses. Il se dit : " comment vais-je m'y prendre pour régir ce pays sans que le peuple s'en rende compte ? " Ukar, le mage de Kayes et de Mundu, lui suggéra : "Ngar, il te suffit de régner  sur le roi qui gouverne sur le pays. "Ukar, comment est-ce possible ? ", demanda le conquérant.  Il te suffit de tenir la volonté qui commande à toutes les volontés. Comment vais-je subjuguer sa volonté, une volonté qui meut un si puissant esprit ? Le mage sourit avant de répondre : " je t'initierai à devenir une ombre et à passer la porte des mondes à l'aide du kundu..." (in "KUNDU, la porte des mondes")

 

Soeur Clarisse Akouala a certainement raison de s'interroger sur la symbolique mystique de nos armoiries. Il  y a deux têtes d'éléphants qui semblent se diriger dans des directions opposées et au milieu un lion tenant une torche dont il lècherait la famme et soeur Clarisse Akouala pense qu'il se brûle la langue comme s'il se réduisait volontairement au silence. Notre consoeur pense qu'il suffirait de changer les armoiries pour libérer le Congo. C'est son point de vue. Pour ma part, je pense qu'il faudra plus qu'une action symbolique pour libérer le Congo des forces qui l'enserrent dans un étau qui dure depuis plus de cinquante ans...

On peut se demander qui a doté le Congo de telles armoiries. Est-ce la France ou les Congolais eux-mêmes à partir des indépendances ?  Il faudra tout de même s'intéresser à l'histoire de celles-ci avant de se déterminer. En tout cas, la France a besoin de plus que des armoiries pour subjuguer le Congo et cela, la très spirituelle soeur Clarisse doit certainement aussi  le savoir...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 mai 2012 4 24 /05 /Mai /2012 13:24

JWELYON.JPGPar l'entremise de l'association ACGL des Congolais du Grand Lyon, nous avons pu recevoir le président de la fondation éponyme EBINA, Joe Washnigton EBINA accompagné du docteur Alex Zabana et des autres membres de sa délégation comme monsieur "Goddam". L'entrevue a commencé par un mot du docteur Alex Zabana qui a ensuite passé la parole au président de la Fondation Joe Washington Ebina. D'entrée de jeu, monsieur Ebina a posé le but de sa présence : présenter la Fondation EBINA - que nous connaissions tous par ailleurs - même si nous ne connaissions pas tout sur celle-ci.

Vu le choix en semaine de la rencontre, seuls ceux qui avaient des activités finissant avant 19 heures comme moi ont pu venir à temps ; les autres sont arrivés au fur et à mesure qu'on avançait dans le temps - jusqu'à remplir la petite salle de l'église Saint Julien de Cusset à Villeurbanne.

Il y a eu une très courte allocution et ensuite la partie réservée  aux questions. Nous allons donc vous résumer les deux.

Monsieur Ebina a présenté la Fondation EBINA comme une fondation humanitaire apolitique qui avait pour objectif de faire ce que le pouvoir politique ne fait pas.

Arrêtons-nous là : Ebina situe l'action humanitaire dans le complément exclusif de l'action politique. Si d'un côté il y a l'apolitisme de l'organisation, c'est-à-dire, que l'organisation ne poursuit pas de but politique visant la conquête du pouvoir, de l'autre, son action ne se définit qu'en exclusion de l'action politique comme si action politique et action humanitaire devaient forcément s'éviter, ne pas travailler ensemble sur le même sujet (souffrance des populations). En France, nous avons en comparaison l'action associative qui a délégation parfois de faire l'action politique avec peu de moyens donnés parfois par l'Etat lui-même. Il n'y a donc pas forcément opposition entre action politique et action humanitaire ; il peut et il devrait toujours y avoir collaboration puisque la poursuite de l'objectif est le même pour le politique et l'humanitaire et Ebina l'a même dit : LE BIEN-ETRE DES POPULATIONS. Certes, se départir des moyens qui viennent des politiques peut faire en sorte qu'on préserve son indépendance mais l'ETAT N'EST PAS UNE POLITIQUE et si l'Etat soutenait par des lois l'action humanitaire indépendamment des partis et des gouvernements en incluant le soutien de l'action humanitaire dans la constitution, on assisterait à plus d'actions positives en faveur des populations par l'entremise des fondations et associations reconnues d'utilité pulbique.

Joe Washington Ebina a ensuite parlé du drame du 4 mars 2012. Quand il entendit la première explosion, il crut qu'on venait l'arrêter pour tous les propos qu'il tenait. Il prit sa voiture et sortit... Cela montre que l'homme a tout de même quelque appréhension vis-à-vis du pouvoir de Brazzaville qui se demande à son égard : "a zo luka nini, etc ? " Il ensuite ajouté : "Depuis le 4 mars 2012, la Fondation Ebina fait face à plus de demandes sociales". La Fondation Ebina se bat à ne pas accepter la pauvreté nationale et essaie d'alléger la souffrance au quotidien depuis un peu plus de 5 ans.

Joe Washington Ebina situe le début des actions de la fondation au pont du Djoué quand avec des jeunes, il s'est employé à remettre en place les balises de protection détruites après un accident après avoir attendu que l'Etat fasse quelque chose mais en vain. Il a ensuite été touché par le scandale du CHu où des porteurs monnayaient le transport des malades mille francs l'étage et le malade. Joe Wilfrid Ebina se demande : "Qu'est-ce qui est plus important pour le Congo ?" "Que veut-on pour la république ? "

Il a ensuite évoqué le cas du jeune Loemba Deleau qui a été arrêté et qui croupit depuis un an en prison sans procès pour avoir critiqué le maire de Pointe-Noire, un jeune homme qu'il a voulu aider en lui prenant un avocat, maître Malonga qui s'est retrouvé aux arrêts pour avoir voulu défendre le colonel Tsourou deux jours plus tard. Nous avons vu les photos de ce jeune décharné que Joe W. Ebina avait réussi à amener à l'hôpital militaire. Il a fini par dire qu'il était venu pour faire connaissance avec les Congolais de Lyon.


Parmi les questions qui lui ont été posées il y a celle de savoir comment il se faisait qu'il était libre - alors que le jeune Loemba pour une simple critique du maire de Pointe-Noire se retrouvait en prison. Il a répondu qu'il croyait en Jésus-Christ et qu'il n'était pas si proche du pouvoir car il était de Djambala. Pour ce qui est de ses points de vue politiques dont celui remarqué de la demande de la démission de monsieur Denis Sassou Nguesso, il a affirmé que l'arène politique appartenait à tout le monde et qu'il se réservait le droit de donner son opinion en exprimant sa sensibilité nationale.

A la question de savoir comment on pouvait changer les choses vu qu'il s'agissait d'un système et surtout qu'il avait constaté que l'action humanitaire ne suffisait pas, il a dit qu'il fallait participer et ne plus se contenter d'être spectateur ; il fallait dépasser la critique par l'action sur le terrain. Il demande en l'occurrence 10 euros par mois aux Congolais de la diaspora pour soutenir son oeuvre, son combat. Il pense que l'argent est nécessaire car eux sur le terrain savent mieux que quiconque quels sont les besoins : "Avant d'habiller un malade, il faut d'abord le soigner, le mettre debout..."

 

Une des questions qui est aussi revenue en boucle est le fait de savoir pourquoi il ne s'engageait pas en politique. Pourquoi ne pas franchir le pas ? Il s'est demandé : "Est-ce le moment ? "  "Je ne le pense pas", a-t-il conclu. Il reconnaît être un leader d'opinion qui dénonce un système désastreux mais se contente pour le moment de son activisme humanitaire au travers de sa fondation. "L'intérêt fondamental, c'est le bien-être de notre pays", a-t-il fait remarquer. Il estime que le gouvernement ne peut pas tout faire et demande à ses compatriotes de devenir des "acteurs du changement". Un de ses amis lui a dit qu'il était temps de faire de la politique. On lui a aussi demandé quel était l'état actuel des sinistrés. Il a répondu qu'ils étaient désormais parqués au niveau de la cité des 17. Il a évoqué le cas des trois filles mineures violées dans un poste de police où elles étaient gardées.

Voici quelques-unes de ses phrases : "Soyez des ambassadeurs du changement", "Parlez du Congo sur ce qui est juste", "Agissez pour le bien-être du Congo", "N'OUBLIEZ PAS La REPUBLIQUE..."

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 mai 2012 4 24 /05 /Mai /2012 12:37

 

Grève générale de tous les étudiants congolais (242) vivant à l'étranger 
Grève générale de tous les étudiants congolais (242) vivant à l'étranger ce vendredi 25 Mai. le but de la grève le non paiement de la Bourse d'étudiant. Dans 8 jours , six mois sans Bourse. 
Très sensible à la cause estudiantine, DNCB a toujours été un interface entre la souffrance du peuple et ses revendications auprès des autorités. Je mets cette annonce avec un léger retard : trop d'occupations ces jours-ci mais comme le début annoncé de cette grève est pour demain, je ne mets pas l'annonce trop tard. TOUS LES ETUDIANTS CONCERNES SONT INVITES A CONSULTER LA PAGE FACEBOOK CI-DESSUS...
La situation financière des étudiants congolais à l'étranger précarise leur réussite universitaire car dans de nombreux pays, ils n'ont pas le droit de travailler ; la bourse est donc leur ressource essentielle. L'Etat congolais qui les envoie étudier à l'étranger devrait prendre les dispositions nécessaires pour leur simplifier la vie - déjà que ladite bourse d'étude est insuffisante à couvrir tous leurs besoins, comparée à celle des étudiants gabonais, par exemple. C'EST UNE QUESTION DE DIGNITE ET D'HONNEUR DE TOUT UN PAYS...
Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 24 mai 2012 4 24 /05 /Mai /2012 01:33

Le Congo a embauché (Journal de Montréal, du lundi 21 mai 2012) Jacque Landry, un enquêteur d’origine canadienne pour confondre les auteurs présumés des explosions de Mpila.

Premier coup de théâtre : le Canadien a écarté toutes causes d’origine criminelle. Curieusement, la presse gouvernementale n’en a pas fait large échos.

«  La thèse criminelle a vite été écartée et celle de l’accident dû à la négligence a été privilégiée. Il en ressort que des règles non suivies et la négligence de certains membres de la sécurité sont à l’origine du drame » a estimé l’enquêteur américain.

« Quatre militaires fumaient à côté du réservoir à engrais qui coulait tellement il était rouillé  » donne en exemple M. Landry.

« Quand on démarrait la génératrice, des étincelles jaillissaient. Lorsqu’on ouvrait un robinet d’eau chaude, on pouvait ressentir un choc électrique. Toutes des défaillances qui démontrent de la négligence  » a noté avec supéfaction M. Landry.

« Quand le chargé d’équipe a crié au feu, personne n’a tenté de l’éteindre, Ils se sont plutôt enfuis. » raconte-t-il au journal canadien.

La fameuse fumeuse piste téké, un pétard mouillé ?

Mais alors, étant donné la neutralité objective de l’enquêteur, Ntsourou devrait être dédouané, non ? Que fait cet homme en prison ?

Car du coup, la piste Téké vole en éclats. Jacques Landry qui n’a que faire de nos querelles idéologiques a tranché dans le vif de la logique absurde boucémissairisante made in Oyo estampillée Emmanuel Yoka.

Retour case départ

Le système électrique était défectueux depuis des lustres. « Quand on démarrait la génératrice, des étincelles jaillissaient. Lorsqu’on ouvrait un robinet d’eau chaude, on pouvait ressentir un choc électrique. »

Deuxième coup de théâtre : on revient alors à la case départ ; le court-circuit. Ce fut la cause évoquée d’entrée de jeu par le gouvernement congolais. Celle-ci, on a vu, a évolué vers d’autres horizons, sur fond de règlements de comptes internes au régime.

Tout le monde a pris la poudre d’escampette quand le feu a démarré. « Personne n’a tenté de l’éteindre  » s’étonne l’enquêteur. Courage, fuyons !Branle-bas de combat. Sauve qui peut.

Questions subsidiaires : il y aurait des gens qui ont eu la vie sauve alors qu’ils étaient à l’endroit même où ont eu lieu les terribles explosions ayant causé des dégâts jusqu’à la ville voisine de Kinshasa ? De vrais miraculés.

Pourquoi un détective étranger dans une enquête touchant un pays souverain ? A-t-on compris enfin qu’on ne peut être juge et partie dans un pays où la mauvaise foi est reine ! Qu’on se souvienne seulement du procès des présumés assassins de Marien Ngouabi. Me Jacques Okoko cousin du défunt chef d’Etat se vengea plus qu’il n’appliqua le droit en tant que procureur de la République.

Enfin qu’attend-on pour libérer Marcel Ntsourou puisque l’enquête semble l’avoir blanchi ?

S’il y a un coupable c’est donc le chef des armées (c’est-à-dire le Président de la République) ; c’est lui, et non Ntsourou, qui doit "assumer" ces graves négligences dont parle de détective privé.

Ca, l’enquêteur nord-américain ne l’a peut-être pas dit dans dans son rapport. Mais, à notre avis, ce fin limier, prof d’université, n’en pense pas moins.

Par Correspondance reçue - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 22:55

Joe Washington EBINA (1)Joe Washington Ebina est en France. Certains disent qu'il était  aux Etats-Unis avant de venir dans l'Hexagone. Président de la Fondation Ebina, l'homme est connu pour son action humanitaire en faveur de populations congolaises en difficulté. Demain, il sera en soirée à Lyon. Nous avons été informés hier de sa venue et de sa volonté de rencontrer la diaspora congolaise du Grand Lyon. Le président de l'association des Congolais du Grand Lyon (ACGL) nous informe que la rencontre aura lieu mercredi 23 mai 2012 à 19 heures dans la salle de l'Eglise Saint Julien de Cusset sise 350 cours Emile Zola 69100 Villeurbanne proche du métro Cusset (direction Laurent Bonnevay). La rencontre sera suivie d'un banquet républicain aux dires du président de l'ACGL.

Certes, il arrive en milleu de semaine mais nous serons bien présents au rendez-vous de demain soir : l'homme mérite d'être connu et le fait pour une fois qu'il commence par la province avant d'entretenir les parisiens nous honore. Nous ne doutons pas que les Congolais viendront nombreux le rencontrer et discuter avec lui : c'est un acteur intérieur de notre pays qui vient nous entretenir ; ça sera l'occasion d'en savoir un peu plus sur ce qui se passe au Congo en ce moment...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 mai 2012 1 21 /05 /Mai /2012 11:33

FichierJoelleDolle_230610_EuropeEcologie_459_PascalCanfin_-.jpg Pascal Canfin ou "faut-il rompre avec la Françafrique ?"

Nous n'avons pas eu Eva Joly à la Justice mais Pascal Canfin au Développement, le ministère qui a remplacé celui de la Coopération.
Il est fort à parier que sa nomination a fait sortir quelques boutons sur les visages des résidents et amis de l'Oyocratie.
Un peu d'espoir est permis...

Pascal Canfin est né le 22 août 1974 à Arras en France. Il est diplômé de l’Institut d'études politiques de Bordeaux et de l’Université de Newcastle.

Pascal Canfin est chargé de mission à la Confédération française démocratique du travail (CFDT) du Nord-Pas-de-Calais de 1997 à 1999, puis consultant en ressources humaines de 1999 à 2003[réf.
nécessaire]. Entre 2004 et 2009, il est journaliste au mensuel Alternatives économiques3, spécialiste des questions liées à l’environnement, à l’économie sociale et solidaire, à la responsabilité sociale des entreprises[réf. nécessaire].

Parallèlement à son activité de journaliste, il s'engage en politique au sein des Verts en 20011. Il est responsable de la commission Économie, social et services publics des Verts entre 2005 et 2008.

Aux élections européennes de 2009 en France, il est candidat dans la circonscription Île-de-France sur la liste Europe écologie, en troisième position derrière Daniel Cohn-Bendit et Eva Joly. La liste obtient 20,86 % des voix et quatre sièges, ce qui permet à Pascal Canfin d'être élu député européen.

Au Parlement européen, il est membre de la commission des affaires économiques et monétaires, de la commission spéciale sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux et de la délégation pour les relations avec les États-Unis. Il est membre suppléant de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs et de la délégation pour les relations avec la République populaire de Chine3. Il est vice-président de l'intergroupe services publics du Parlement européen[réf. nécessaire].

Il est nommé le 16 mai 2012 ministre délégué au développement auprès du Ministre des Affaires étrangères en France, dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault..

Par Correspondance reçue - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 19 mai 2012 6 19 /05 /Mai /2012 17:37

C'est un texte aseptisé trouvé sur le site officieux du pouvoir de Brazzaville qui nous permet de prouver que le gouvernement congolais sait que notre bois est pillé  depuis des années et dans quelles proportions puisque les contrôles sont permanents mais les contrôleurs corrompus : quotas non respectés, taux de 85% de bois transfomés sur place non tenu. Et cela dure depuis des années.  

Certains dépassements de quotas sont tout simplement hallucinants (plus de 400 ou 500 fois le quota autorisé voire bien plus). Et avec ça, Denis Sassou Nguesso prétend protéger les forêts du bassin du Congo - alors qu'il les livre à l'appétit des exploitants nationaux et surtout étrangers ! EN FAIT, IL VEUT JUSTE AVOIR SA PART DE FRIC QUI VIENDRAIT DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE DESIREUSE DE PROTEGER LES FORETS DES BASSINS DU CONGO TOUT EN POURSUIVANT LE PILLAGE DE NOS FORETS.

Une simple suspension ne suffit pas - alors qu'il fallait tout simplement interdire de telles sociétés non respectueuses du code forestier congolais. Tous ces pilleurs de forêts vont reprendre leurs activités l'année prochaine : la suspension ne court que jusqu'au 31 décembre 2012 et d'ailleurs, s'ils ne respectent pas notre code forestier, qu'est-ce qui nous faire croire qu'ils vont respecter la suspension ?

NOUS AVONS  DES DOUTES QUANT AU RESPECT DE CETTE SUSPENSION PAR LES TREIZE SOCIETES MISES EN CAUSE : IL NE SUFFIT PAS DE DECRETER UNE SUSPENSION  - ENCORE FAILLE-T-IL S'ASSURER QUE LA DECISION DE JUSTICE SERA RESPECTEE. OR, DANS UN PAYS PASSOIRE COMME LE CONGO QUI POSSEDE LE MINISTRE DE L'INJUSTICE LE PLUS INCOMPETENT DE LA PLANETE, JE VOUS PARIE QUE CES SOCIETES CONTINUENT A COUPER DU BOIS A L'HEURE OU J'ECRIS CES MOTS. EN FAIT, AU CONGO, VOILA BELLE LURETTE QUE SASSOU A REMPLACE LES VALEURS  PAR LES ANTIVALEURS - SINON, POURQUOI TOUT VA SI MAL DANS CE RICHE PAYS PARADOXALEMENT SI PAUVRE ?...

Vous avez remarqué que Denis Sassou Nguesso s'empresse de bitumer une route en direction du cameroun ; ce qui facilitera l'exportation clandestine du bois par le Cameroun - si ce n'est déjà  le cas.

Quand le ministre de tutelle (économie forestière) DJOMBO se fait appeler "tonton" par des Chinoises et des Chinois, on comprend que de telles pratiques perdurent depuis des années. C'est peut-être la raison pour laquelle on le maintient à son poste depuis des années : on ne change pas un ministre qui trahit si bien son propre pays en s'enrichissant au passage, c'est un travail de pro de la démolition qu'on encourage en le maintenant à son poste !

Nous sommes pour l'exploitation de nos richesses par nous-mêmes, pour la production sur place en vue de l'exportation pour diminuer le degré de dépendance comme le fait un pays comme l'Algérie qui produit ses propres véhicules utilitaires.


PillageBOIS.jpg


Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 17 mai 2012 4 17 /05 /Mai /2012 11:20

article_nimes.jpg Après un nouveau président, un nouveau gouvernement. Nous attendions de voir qui serait ministre de la justice car il y va des affaires en cours comme celle des Biens Mal Acquis qui concernent les Congolais et que nous suivons attentivement. On pourrait ajouter celle des disparus du Beach qui n'a pas été prescrite puisqu'il s'agit d'un crime contre l'humanité donc imprescriptible.

François Hollande a inscrit son mandat présidentiel sous le règne de la justice et de l'égalité entre autres. Or, dans l'affaire des Biens Mal Acquis, il n'y a pas égalité de traitement  puisque seul le fils du président équato-guinéeen, Teodorino Obiang Nguéma, est inquiété pour l'instant et on se demande bien pourquoi les Sassou & Nguesso sont laissés tranquilles - alors qu'ils continuent à amasser des biens de par le monde. S'il n'y a pas égalité de traitement devant la justice, il y a INJUSTICE.

la-deputee-de-guyane-christiane-taubira-prg.jpgNous avons milité pour la nomination de madame Eva Joly au poste de ministre de la justice. Avec Christiane Taubira comme garde des sceaux, nous n'avons pas été mal servis. Nous gagnons au change car Taubira est une femme de caractère au franc parler reconnu, une indépendante proche de Montebourg et nous n'avons aucun doute qu'elle saura se montrer inflexible, intraitable face à des dictateurs qui ont l'habitude de jouer sur leurs réseaux - notamment celui de la franc-maçonnerie qui possède de nombreux juges "tripointés" pour échapper aux "griffes d'Artémis".

Troisième dans l'ordre protocolaire, elle a un rôle central à jouer car la justice doit garantir l'égalité voire même le changement annoncé. La députée de Guyane sait ce qu'elle a à faire, elle qui a fait de l'esclavage un crime contre l'humanité en France. Nous savons qu'elle comprend qu'un dictateur comme Denis Sassou Nguesso traite son peuple en esclave et nous attendons d'elle comme premier signe L'ACCELERATION DU PROCES DES BIENS MAL ACQUIS DANS L'EGALITE DE TRAITEMENT.

 

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 17 mai 2012 4 17 /05 /Mai /2012 10:06

Cette affaire s'est déroulée peu avant les événements du 4 mars 2012. Un jeune homme partait pour le Congo au départ de la France avec juste un petit bagage à main quand une de ses connaissances qui prenait le même vol pour le Congo l'interpella :

 

"Cher  X, je suis en excédent de bagages. Je vois que tu n'as pas de bagage. Peux-tu m'enregistrer ces deux bagages comme les tiens  ?

-Bien sûr !"

Il fit donc enregistrer les bagages qui normalement allaient se retrouver en soute et monta tranquillement dans l'avion après les vérifications d'usage. Tous les passagers constatèrent que l'heure de départ était passée mais que l'avion ne décollait pas. Peut-être des problèmes techniques pensa le jeune homme qui fut surpris d'entendre le commandant de bord le prier de le suivre, ce qu'il fit prestement. Il se retrouva devant des policiers qui lui montrèrent les deux bagages en lui demandant :

"Monsieur  X,  reconnaissez-vous ces deux bagages comme les vôtres ?

-Oui, c'est moi qui les ai enregistrés pour une connaissance qui était en excédent de bagages. Pourquoi ?

-Savez-vous ce qu'ils contiennent ?

-Non, je ne sais pas ; je n'ai pas pris la peine de regarder leur contenu. "

On ouvrit les deux bagages et quelle ne fut la surprise du jeune homme de constater qu'ils étaient remplis d'armes ! On fit venir le monsieur qui les lui avait confiés. Ce dernier reconnut que ces armes étaient bien à lui.

Il semble que ces armes aient bien fait le voyage en direction du Congo et nous nous demandons combien ont pu réussir à faire entrer des armes dans un pays qui est une véritable passoire. Ceci accrédite assez  l'idée d'un coup d'Etat qui se préparait.

Vous savez, lorsqu'on donne des informations au Lion de Makanda, on ne lui dit pas tout car on sait qu'il va informer  ses compatriotes mais ce que je vous dis dans cet article, vous pouvez certainement le vérifier. Dans tous les cas, même si je connaissais les noms des intéressés, vous comprendriez que j'omette de les communiquer pour leur sécurité comme je le fais à mon habitude.

Des événements graves sont certainement à redouter dans l'avenir proche du Congo car la fin de règne et la succession de monsieur Denis Sassou Nguesso risquent d'être violentes. Souvenez-vous de ce que disait monsieur Boukadia, "l'homme qui prétend toujours tenir ses promesses",  évoquant le mois de juillet 2012 dans une vidéo que j'ai mise en ligne et on peut se demander pourquoi...

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 17 mai 2012 4 17 /05 /Mai /2012 00:03

C'est une rumeur qui circule et qui démontre que la démesure des membres du clan au pouvoir dépasse l'entendement. Au sein du clan Sassou & Nguesso, on a perdu les repères qui font l'ordre de l'importance des choses. MBONGO, MAKASSA PAMBA. AYIBA, A TALA TE PO APESSA ATALA TE... L'argent n'est rien pour eux, c'est une denrée gratuite, abondante et ils vous l'ont prouvé récemment en augmentant le budget de 400 milliards de francs cfa afin d'indemniser les sinistrés du 4 mars 2012 et profiter pour en mettre plein les poches.  

Et nous parlons bien du Congo, un pays producteur de pétrole qui appartient paradoxalement aux PPTE, un pays qui n'a pas d'ambulances, pas de médicaments dans ses hôpitaux parce que ce pouvoir utilise la faim, la maladie, le chômage,  l'illetrisme comme des armes de guerre, des armes de destruction massive.

Nous allons  vous le prouver dans cette rumeur qui concerne Jean-Jacques Bouya, le Directeur Délégué aux Grands Travaux avec obligation de petits résultats.

Quand madame X  reçut une convocation de la police, elle s'en étonna, se demandant ce qui lui arrivait et pourquoi la police voulait l'entendre. La peur dans l'âme, elle prit son courage à deux mains et se rendit à son rendez-vous. Elle fut accueillie par la brigade financière française.

"- Madame X ?

- Oui, c'est bien moi.

- Quelle est la source de vos revenus ? Travaillez-vous ou exercez-vous une quelconque activité lucrative ?

- Non, je ne travaille pas.

- Comment vivez-vous ?

- Je n'ai que le RSA ( qui a remplacé le RMI).

- Comment se fait-il qu'il y ait autant d'argent sur votre compte si vous n'avez que le RSA pour vivre ?

- De l'argent ?  Quel argent ? Combien ?

- Cinq millions d'euros...

La femme s'en étonna et protesta :

- Non, je pense que vous faites erreur ; il y a peut-être 500 euros ou quelque chose comme ça mais de là à parler de cinq millions d'euros, ça me paraît exagéré.

- Madame, nous ne plaisantons pas ; il y a bien cinq millions d'euros sur votre compte et légalement, nous sommes dans l'obligation de vous convoquer et de vous entendre.

En fait la pauvre dame ignorait que dès qu'un virement atteignait un certain montant, la banque était obligée par la loi d'en référer à la brigade financière.

- Franchement, messieurs, je n'ai aucune idée de la provenance d'une telle somme...

- Connaissez-vous  Jean-Jacques Bouya, chère madame ?

- Oui, je le connais ; c'est mon petit ami, mon copain...

- Qui est-il ?

- Le directeur des Grands Travaux du Congo-Brazzaville.

- C'est-à-dire ?

- Il travaille avec le chef de l'Etat à la présidence de la république et s'occupe des grands travaux : ponts, routes, etc. Rien d'important ne se fait au Congo sans passer par lui..

- Très bien, madame ; nous n'allons rien vous faire mais sachez que nous bloquons cet argent..."

Chers compatriotes, cette rumeur n'est pas une invention de ma part mais une histoire que l'on m'a racontée hier et quelque chose me dit que ce pourrait être plus qu'une rumeur. Jean-Jacques Bouya est l'homme qui a déclaré qu'il n'y avait pas de riches au Congo. Franchement, qui peut croire qu'un homme qui vire cinq millions d'euros soit 3.279.785.000 francs cfa (plus de 3 milliards de francs cfa) sur le compte bancaire d'une maîtresse respire la pauvreté  ?


.

Par Le Lion de Makanda (LDM) - Publié dans : demain le congo brazzaville - Communauté : Liberté et démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Recommander

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Archives

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg

W3C

  • Flux RSS des articles

Images aléatoires

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés