Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 10:37
CONGO : NOTRE PROBLEME MAJEUR EST L'ABSENCE D'UNE VRAIE OPPOSITION AVEC UNE VRAIE STRATEGIE

La démocratie est un mode d'accès au pouvoir ; elle n'est pas le seul puisque la royauté en est un autre. La dictature aussi. Hélas, quand la dictature joue à la démocratie, il faut jouer le jeu - alors qu'il est biaisé. On a pris le pouvoir par la force et on prétend le restituer sans le recours à la force. Voilà, le biais. L'approche démocratique n'existe vraiment que si une opposition avec une stratégie de conquête du pouvoir existe et cette opposition doit être capable de TOUT pour détrôner le dictateur. Sans sous-estimer l'action de madame Munari et du professeur Bowao dont le revirement politique date d'il y a près de deux ans, durée insuffisante pour incarner une VRAIE opposition politique, force est de constater que nous manquons d'opposition à la dictature. Posons-nous la question de savoir : Les Munari, Bowao, Tsaty Mabiala, Kolélas, ont-ils un plan pour renverser Sassou démocratiquement et récupérer le pouvoir qu'on a confisqué au peuple ? NON ! Tu comprends pourquoi il n'y a pas d'opposition véritable mais un seul camp, un seul parti unique qui joue à un jeu pouvoir/opposition - car les éléments de l'opposition actuelle sont sortis du système après avoir collaboré avec lui - tandis que d'autres n'ont jamais cessé de collaborer avec le régime des crocodiles de l'Alima. Il peut y avoir deux entrées qui conduisent vers le même ... enfer !

Sassou et son système maintiennent Tsaty Mabiala Pascal le petit qui est du PCT à la tête de l'UPADS et dans son confort pour ça, pour continuer à incarner une opposition de façade et Pascal le petit n'est pas seul. La question est : comment bouger, déraciner un tel système et le mettre à mal - quitte à le renverser pour de bon ?  A mon humble avis, par la violence et la résistance populaire électorale : avant, pendant et après l'élection. C'est dur à faire mais je ne vois aucun autre moyen - puisque le peuple n'a pas d'armée propre pour reprendre son bien, à savoir, le pouvoir. Nous avons tous compris que la force publique n'existe dans aucun pays du monde ; il n'existe qu'une FORCE D'ETAT. A moins de créer une insurrection populaire armée, nous ne pouvons compter ni sur la police, ni sur la gendarmerie, ni sur l'armée. Sassou et ses complices ne peuvent reculer qu'en face d'une très grosse contestation généralisée mais pour cela, il faut que les gens aillent d'abord voter normalement sans être corrompus mais comme tu le sais, les mauvaises habitudes ont la dent longue. Ce système à un parti unique mais à deux visages (pouvoir/opposition) va encore durer car il n'y a en face aucune forme de résistance capable de le vaincre. Mais, et il y a un mais, il aura bien une FIN. Une fin systémique. Tous les systèmes ont une fin - même si rien n'enraye le bon fonctionnement du système. Cela relève de loi d'entropie. Hélas, on peut attendre longtemps avant qu'il ne s'écroule. Et je ne vous garantis pas que nous retrouverons la démocratie à la fin du système Sassou - si rien ne change ! Dans quel état retrouverons-nous le pays à la fin du système Sassou ? THAT IS THE MOTHER OF ALL QUESTIONS !

On aurait pu aussi rendre l'élection impossible, soit en ne votant pas, soit en empêchant le vote mais comme tu le sais, ils ont des parades : dans le premier cas, bourrage des urnes ou faire venir des votants d'ailleurs et dans le second, appeler la milice d'Etat bastonner le peuple. Je ne vois pas comment nous pouvons faire tomber Sassou car le pays est bien contrôlé. Avec un peuple peureux, il y a très peu d'espoir. Sans opposition véritable, l'espoir s'évanouit. Il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer pendant que le pays s'enfonce dans la tourbe et les sables mouvants. Cette dictature aura une fin systémique mais dans quel état se trouvera alors le pays ? Nous, le peuple, avons une part de responsabilité pour avoir manqué de courage. La dictature n'est d'abord forte que de la faiblesse du peuple. Certes, il a commencé à se réveiller, notre peuple, depuis que nous avons entrepris le travail de conscientisation mais la phase d'actions politiques nécessite une opposition crédible, radicale, combattante et déterminée à faire tomber le système prédateur qui ruine le pays. Hélas, nous n'avons pas d'opposition mais des complices qui reçoivent du dictateur leur part de dépouille de notre pays. Si vous ne me croyez pas, demandez à Munari, Bowao, Kolélas, Tsaty Mabiala, quel est leur plan pour faire tomber Denis Sassou Nguesso. Je vous défie de me prouver qu'ils en ont un, un tout petit plan, un seul !

Quand tout s'écroulera, Tsaty Mabiala sera certainement le premier à fuir le pays en tant que citoyen belge. D'autres prendront aussi la poudre d'escampette à l'étranger. Il paraît que même le grand NDZOKOU lui-même aurait la nationalité française. A vérifier. Nous savons par contre que Guy Brice Parfait Kolélas possède la nationalité française. Il faudra un jour prendre le courage de supprimer ce conflit d'intérêt en en interdisant à tous ceux qui ont des doubles nationalités de devenir des représentants du peuple car c'est moralement inacceptable. Mais c'est le Congo. Chacun ne pense qu'à son estomac, à ses intérêts. Nombreux critiquent le régime du PCTue parce qu'ils n'en profitent pas car tous ceux qui trouvent leur compte sous Sassou ne se préoccupent pas du sort du peuple.

Quelqu'un m'a dit au Congo en 2008 : "Laisse tomber. C'est toi qui vas arranger ce pays ?" Il existe donc une partie de la population qui a déjà intégré la décadence de la patrie en se disant qu'il n'y avait plus rien à faire et qu'il fallait juste laisser l'agonie de notre pays se poursuivre. Je lui ai répondu : "Ce pays peut être sauvé. Il suffit qu'un homme de grande moralité accède au sommet de l'Etat et qu'il y fasse régner la justice et la probité." C'est tout moi, ça. Je suis un rêveur, un idéaliste. Je ne peux m'empêcher de rêver et de croire qu'il y a au Congo, quelqu'un capable de sauver notre pays, une espèce de Mandela à la congolaise. Il n'y a que l'histoire qui nous le dira.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg