Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 11:16

Pour qu'un peuple se soulève, il faut un trigger, un déclencheur qui attend qu'un événement survienne, un canalisateur qui encadre, oriente et sous-tend le soulèvement - sans oublier le densificateur de nature émotionnelle et psychologique. Il n'y a donc pas d'insurrection spontanée mais un contexte insurrectionnel qui peut ou ne pas déboucher sur une révolte - surtout quand il n'y a pas de canalisateur. Cependant, tant que le coefficient de révolte n'est pas supérieur au coefficient de résilience d'un peuple, il ne peut y avoir soulèvement. Je comprends que cette analyse sociologique puisse déconcerter mes lecteurs mais je suis sûr que vous comprendrez qu'un peuple qui supporte la souffrance, la torture et l'arbitraire pendant plus de vingt ans a développé une très forte résilience. Et pour la vaincre, il faut une force contraire beaucoup plus grande capable de rompre l'inertie sociale...

En visionnaire, j'ai vu que cette élection législative du dimanche 16 juillet 2017 ne serait pas comme les autres. Ewo se révolte. Ce n'est qu'un début. Il y aura d'autres troubles. Surtout lorsque les résultats falsifiés seront prononcés. De l'engouement à la révolte, il n'est question que d'une inversion de signe arithmétique : le passage du plus au moins par un basculement émotionnel. Le potentiel insurrectionnel de cette élection législative est beaucoup plus grande que les autres. J'avais envisagé que les troubles commenceraient au nord du pays. Ewo où l'élection législative a été annulée n'est qu'un début. Les élections sont aussi annulées à Nianga. A Kellé, j'apprends que l'élection n'a pas eu lieu. A Makoua, certains bureaux de vote manqueraient d'assesseurs.

On nous signale qu'Exaucé Ibam Ngambili aurait été pris en flagrant délit de bourrage des urnes dans la circonscription de DJiri 2. Ce n'est pas le comportement d'une personne assurée de gagner. Il faut plutôt y voir une tentative de contournement du facteur d'incertitude lié à toute élection. L'élection est suspendue à Pointe-Noire pour la même raison de bourrage des urnes. le colonel à la retraite Eba membre du PCTue aurait gardé 1223 cartes d'électeurs chez lui pour les remettre aux jeunes moyennant 5000 francs afin que ces derniers votent Kourissa, le beau-fils des Nguesso, nous dit Anaïs Polo. A Owando, Bonaventure Engobo aurait approché Jean Jacques Yhombi favori à 70% avec une enveloppe de 100 millions de francs - toujours selon notre Tutsie nationale. A Kingoué, c'est une attaque des Ninjas Nsiloulou ayant causé la mort de soixante miliciens du régime à Moukomo qui a empêché le déroulement de l'élection législative. Silibali, le candidat du PCT serait en fuite. A Banda (Niari), le président de l'assemblée nationale, Justin Koumba, pourchassé par les habitants serait en fuite. On parle d'un scrutin annulé. Bref, cette élection que j'ai souhaitée de tous mes voeux produit déjà les effets escomptés mais le meilleur viendra après la proclamation frauduleuse des résultats... 

Pour revendiquer, il faut une raison. Et cette fois-ci, les revendications peuvent surgir de tous les quatre points cardinaux du Congo. Je l'ai dit : le problème n'est pas l'élection qui est la manifestation démocratique fondamentale mais la revendication post-électorale ou pré-électorale.A Ewo, on se révolte en pleine élection. C'est un excellent début. C'est pourquoi j'ai souhaité que cette élection législative ait lieu. Toute élection a un facteur de risque revendicatif non nul et surtout, il possède un coefficient d'incertitude très élevé qui augmente l'émotivité globale qui peut alimenter le densificateur insurrectionnel...

J'avais demandé plus de vigilance au peuple qui doit défendre son vote. Les vidéos qui circulent montrent qu'elle (vigilance) est au rendez-vous. Ce coup-ci, la nature de l'événement politique fait sauter la solidarité ethno-régionale sur laquelle le pouvoir a l'habitude de s'appuyer pour étouffer les velléités populaires et les limiter spatialement : même Oyo n'est pas à l'abri de troubles populaires.

Nous suivons de très près ce qui se passe au Congo où le contexte global est critique car il y a une tension politique accrue à cause de la crise économique, de la crise sociale, politique (détention des opposants à Denis Ndzokou Nguesso, génocide dans le Pool, illégitimité du chef de l'Etat, assassinats des opposants, etc.) et structurelle.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

ELECTIONS LEGISLATIVES : COMME NOUS L'AVONS SOUHAITE, DES TROUBLES ONT COMMENCE A EWO
ELECTIONS LEGISLATIVES : COMME NOUS L'AVONS SOUHAITE, DES TROUBLES ONT COMMENCE A EWO

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg