Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 07:22
PRISONNIER POLITIQUE PAULIN MAKAYA : IL EST ABSURDE D'ARRETER UN HOMME QUI EST DEJA EN PRISON

La dictature, on le sait, ne cherche qu'à se maintenir au sommet de l'Etat pour jouir de l'argent facile au détriment du peuple. A tout prix. Elle est injustice, violence, barbarie et ne recule devant aucune sorte de cruauté, de barbarie. On peut comprendre qu'elle se montre inhumaine pour défendre et conserver le pouvoir illégitime mal acquis mais, qu'elle plonge dans l'absurdité choque l'entendement car il est des choses qui n'ont aucun sens. On ne peut pas arrêter un homme qui est déjà arrêté. C'est ce qui pourtant est arrivé à monsieur Paulin Makaya qui a été extirpé de sa prison par des hommes cagoulés pour ensuite être accusé d'avoir tenté de s'évader entre autres griefs. Si Paulin Makaya avait été en fuite, il aurait pu prendre la peine de se refugier auprès de l'ambassade britannique. Or, il n'y a même pas eu tentative d'évasion mais tentative d'enlèvement de Paulin Makaya par les mercenaires du régime, une opération ratée qui s'est soldée par la mort d'un gendarme parmi ceux qui s'étaient opposés au rapt. Au Congo, le régime a l'art et la manière de transformer la victime en bourreau et le bourreau en victime. Et on ose parler de "rigueur", de "vérité". La dictature est un monde à l'envers. Même les concepts sont renversés de sorte qu'au dedans, ils ont les contenus de leurs contraires, de leurs opposés.

TOTO Ngakala, une fois de plus a ouvert la comédie judiciaire qui joue la musique de l'injustice ; il accuse Paulin Makaya d'atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat, assassinat, complicité d'évasion, complicité de détention illégale d'armes et munitions de guerre. Tout ça, en étant enfermé dans une cellule de prison. On ne comprend pas pourquoi TOTO Ngakala n'a pas lancé ses accusations dès sa première sortie ; il a dû prendre le temps de fomenter son mensonge. Il utilise Téléfoufou, instrument de manipulation, pour répandre son venin mensonger. Cependant, personne n'est dupe.

Le Congo connaît en ce moment une grande tribulation qui prendra fin un jour. Nous l'appelons de nos voeux. Les conditions de détention ne permettent pas à un prisonnier de s'évader : il vous suffit de regarder la photo pour vous en convaincre. Si un Général comme J3M ne parvient pas à s'évader, ce n'est pas un civil qui peut réussir à le faire, lui qui ne s'y connaît pas au maniement des armes. Et si c'était le cas, comment expliquer qu'il soit revenu s'enfermer dans sa cage au lieu de chercher asile dans son embassade, lui, le citoyen britannique ? De toute façon, au pays où l'injustice fait la justice, à quoi peut-on s'attendre ?

 

LION DE MAKANDA MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

patriote 07/01/2017 13:11

La liberté, ça se mérite - Ceux qui sont libres l'ont certainement mérité. Il faut alors la mettre en pratique et avancer. Si tu es libre mais ne mets pas en action ta liberté acquise, cela signifie qu'à l'intérieur de ton être, tu ne seras jamais libre. Quelqu'un de libre, adore mettre sa liberté en action. Sinon, à quoi ça sert d'être libre?

C'EST QUOI LA LIBERTÉ OU ÊTRE LIBRE?
Si la liberté est l'absence de toute règle et de toute contrainte, alors l'animal est libre. Mais ce raisonnement n'a qu'une apparence de vérité: le comportement d'un animal est en fait dicté par son instinct, de sorte que l'animal ne peut pas s'empêcher d'agir comme il agit.
Mais ce raisonnement n'a qu'une apparence de vérité: le comportement d'un animal est en fait dicté par son instinct, de sorte que l'animal ne peut pas s'empêcher d'agir comme il agit.
L'instinct commande, l'animal obéit : loin d'être le modèle de la liberté, l'animal est l'incarnation d'une totale servitude à la nature. On ne peut parler de liberté que pour un être qui s'est affranchi du déterminisme naturel.

Pour être libre, il faut pouvoir choisir de faire ou de ne pas faire. Seul donc un être qui s'est débarrassé de la tyrannie des instincts peut remplir les conditions minimales de l'accès à la liberté.

Emmanuel Kant soutient que c'est précisément là le rôle de l'éducation: elle a pour but premier de discipliner les instincts, c'est-à-dire de les réduire au silence pour que l'homme ne se contente pas d'obéir à ce que sa nature commande.

S'il suffisait d’obéir aux lois indignes et injustes pour être libre, les sujets d'une tyrannie connaitraient-ils la liberté?
Pour Jean-Jacques Rousseau, la seule solution à ce problème à la fois politique et moral, c'est que je sois aussi l'auteur de la loi à laquelle je me soumets. Et vous le dictateur Denis Sassou Nguesso? Explications...http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/01/congo-brazzaville-l-etat-d-esprit-de-la-liberte-pour-les-nuls-et-image-et-en-parole.html

Le Lion de Makanda (LDM) 07/01/2017 15:22

Cher ami, Isidore Aya Tonga, les commentaires que tu postes sur DNCB doivent être relatifs aux articles consultés et non constituer des publicités pour tes propres articles. Tu as un blog que je consulte souvent. Il ne m'est jamais venu à l'esprit de l'utiliser pour faire de la pub au mien parce que j'estime qu'un article doit faire sa propre promotion par son importance, sa profondeur et son épaisseur. Par ailleurs, il est malsain de véhiculer des idées dangereuses en faisant des lectures que l'on a comprises approximativement - sans avoir pris la peine de les passer au crible de l'esprit critique.
La liberté, ça se mérite, hein ? Jean Jacques Rousseau ne l'a jamais dit. Il a écrit "L'homme naît libre mais partout, il est dans les fers". Rousseau défend l'idée de la possession de la liberté par l'homme dès sa naissance mais que ce dernier naît dans une prison appelée "société". Aussi, la liberté est-elle de facto emprisonnée dès la naissance. La liberté est une nature constitutive de l'homme qui peut être embrigadée par la culture, la religion, l'éducation, la force ou la politique. Et le combat de la libération consiste justement à défaire les voiles qui empêchent son expression. Il est donc absurde de parler de "liberté acquise". Même en Occident, la liberté n'est pas totale mais encadrée dans le respect de l'expression de celle de chacun. Si la liberté était extérieure à l'homme, alors elle pourrait être confisquée mais même en prison de toutes sortes, elle s'exprime et finit un jour par se déjouer de ses geôliers - c'est la preuve qu'elle est au dedans de nous et qu'elle n'est pas forcément expression actante mais elle est pensée, conception du juste et de l'injuste, du normal et de l'arbitraire, du toléré et de l'intolérable, de l'accepté et de l'inacceptable. Une phrase comme "Quelqu'un de libre adore mettre sa liberté en action" signifie que ceux qui ne mettent pas la liberté en action ne sont pas dotés du don ou du sens intérieur de la liberté. C'est tout simplement insultant. La liberté est un état d'esprit et demeure en constant mouvement contre les forces qui l'oppressent. Il y a la dimension de la liberté individuelle à ne pas confondre avec la liberté collective qui exige une certaine éducation car il n'existe pas de cerveau collectif. Même les peuples d'Europe ont connu, il y a à peine deux siècles des monarques de droit divin. Hitler nous rappelle encore que même au vingtième siècle, un peuple peut être privé de sa liberté collective.
Dire que la liberté, ça se mérite est une idée dangereuse car cela voudrait dire qu'elle n'est pas constitutive de l'être humain mais le résultat d'une conquête et que seuls ceux qui ont réussi la conquête de la liberté mérite d'être libres. C'est une aberration dangereuse. La liberté n'est pas en dehors de nous pour être conquise. C'est juste son expression extérieure qui peut être étouffée mais jamais assassinée car elle est le feu intérieur de la vie qui doit agir dans le respect de la liberté des autres et des bornes qui encadrent la liberté collective. Le propre de l'intellectuel khamite, c'est de se vanter à citer les penseurs occidentaux comme si son cerveau était incapable de percevoir les choses par lui-même.
L'obéissance aux lois ne définit pas la liberté car les lois constituent le moyen de réguler toutes les libertés individuelles qui s'expriment pour ne pas entrer perpétuellement en conflit. Si je ne dois me soumettre qu'à la loi dont je suis l'auteur, alors chaque individu doit devenir le législateur de sa propre loi et on s'aperçoit que ce n'est pas possible car il y aurait autant de citoyens que de lois. Avant de citer aveuglement les penseurs occidentaux, il faut bien réfléchir. Le phénomène de l'individu-législateur est impossible sinon le phénomène de l'aliénation qui a permis aux institutions politiques n'existerait pas. Une société où chaque individu ne se soumettrait qu'à sa propre loi impliquerait l'impossibilité de toute vie collective, de toute vie collective. Toutes les sociétés humaines ont connu des formes où l'aliénation a conduit un individu ou groupe d'individu à imposer sa volonté à tous. C'est de la réaction de la liberté constitutive de l'homme à ce genre d'oppression que sont nées les sociétés démocratiques. En effet, le phénomène de l'aliénation imposée par le fait que le tout ne peut pas administrer le tout que par la partie comporte nécessairement un risque dont les sociétés dites démocratiques ne sont pas du reste. Ce qui est possible, c'est la votation, c'est-à-dire, la possibilité de consulter le peuple avant de voter la moindre loi. Or, même en Europe, cela a été confisqué par l'instauration des députés et des sénateurs qui décident à la place du peuple. Seule la Suisse, pays natal de Rousseau, utilise la votation. Les choses ne sont pas parfaites même en Suisse car soumise à votation un article de loi ne répond qu'à la majorité des votants et délaisse tous ceux qui ont voté contre si le oui l'emporte et inversement. Même ce système n'est pas parfait.

UN INTELLECTUEL DOIT ETRE LE JARDINIER DE SA PROPRE PENSEE AU LIEU DE CONSOMMER AVEUGLEMENT LES FRUITS DE LA PENSEE DES AUTRES. Ceci s'adresse à tous les Khamites. Et je sais que nombreux sont nos frères qui l'ont compris. Il nous faut aussi sortir de l'esclavage éducationnel comme de l'esclavage religieux. Et à ce propos, les pièges sont nombreux.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg