Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 13:22
A DAVID : LES DICTATURES AFRICAINES EXERCENT UNE VIOLENCE PAR PROCURATION

Cher David, que nos pseudo-indépendances ne nous fassent pas perdre le fil de l'histoire et le sens de la réalité. La puissance des uns ne persiste que par une privation des droits et par une domination des autres et cela n'a pas vraiment changé. Ce qui a changé, c'est l'apparence de la gestion du pouvoir dans les ex-toujours colonies - notamment françaises. Au Congo, nous croyons que Denis Sassou Nguesso est au pouvoir - alors que c'est la France qui est au pouvoir en exposant au sommet de l'Etat SON gouverneur noir qui sévit à sa place. Pourquoi salir ses blanches mains quand des mains noires peuvent faire le travail à votre place ? En plus violent ?

Nous vivons dans un monde de pouvoir : pouvoir politique, pouvoir financier, pouvoir religieux, pouvoir technologique, pouvoir culturel, pouvoir racial, etc, et  tous ces pouvoirs sont liés. Et qui dit pouvoir suppose un pôle qui exerce l'autorité et un autre qui obéit, qui subit le diktat des puissants. L'autorité, toute autorité est en soi violence, violence psychologique et/ou physique, contrainte, coercition prétendue légitime ou non. Peu importe que l'autorité soit imposée par la force ou donnée par les peuples eux-mêmes qui choisissent leurs maîtres. Cependant, les luttes entre les classes supérieures et inférieures ont conduit en Occident à un certain équilibre appelé "démocratie". L'ensemble du peuple ne peut exercer le pouvoir qu'il détient ; il est donc obligé de l'aliéner en le cédant à des délégués qui peuvent parfois agir contre les intérêts du peuple - pour le profit des puissants. Nous le voyons en œuvre en France et ailleurs dans le monde. Cependant, ce système permet une meilleure prise en charge des droits et des devoirs de l'ensemble de la société. Une démocratie défend mieux les intérêts d'une nation - quoi qu'on  lui reproche. L'Afrique s'essaie à la démocratie d'importation ; elle balbutie le droit mais elle avance tant bien que mal. Cependant, elle avancerait bien plus vite si elle avait une meilleure lecture des rapports de force qui nous tiennent captifs.

La démocratie - qui a supplanté la royauté dans laquelle le monarque avait tous les pouvoirs et le peuple aucun - est un système qui répartit le pouvoir politique entre le sommet et la base, de sorte qu'il soit en apparence l'affaire de tout le peuple qui voit ses droits augmenter et ceux de l'Etat diminuer parce qu'il est censé agir pour l'intérêt du peuple, de la nation.

Si toutes les nations de la terre devenaient démocratiques, cela poserait un problème dans la mesure où les peuples dominés défendraient mieux leurs intérêts face aux puissances du monde. Le pillage systématique des ressources africaines deviendrait plus difficile. Pour les puissances du monde, la démocratie n'est pas souhaitable partout, surtout pas là où se trouvent les ressources essentielles de la planète. Qui a intérêt à ce que l'Afrique ne soit pas démocratique ? D'abord les puissances du monde qui nous ont asservis et colonisés - ensuite leurs gouverneurs noirs qui ne veulent pas perdre leur position. Entre la dictature blanche du dehors qui veut piller nos ressources et celle de l'intérieur, il y a connivence, complicité, conspiration. C'est la dictature du dehors plus puissante qui arme celle du dedans. Si la dictature du dedans n'exerçait pas la violence, elle viendrait directement de la dictature du dehors Nous l'avons vu à l’œuvre en Irak, en Côte-d'Ivoire, en Lybie et nous la voyons en œuvre en Syrie où les puissances du monde Russie, USA, France, détruisent allègrement un pays pour maintenir leur domination. Ne pas voir la main blanche qui se cache derrière le gant noir en Afrique est une grave cécité, une sorte de suicide intellectuel. Toute la puissance blanche s'est construite sur la domination blanche des autres "races" et ça continue. La violence que nous subissons des dictateurs africains est une violence par procuration. Si nous leur empêchons de prendre notre pétrole, ils viendront personnellement nous faire subir les pires atrocités. C'est aussi cela la Françafrique. Cependant, c'est plus commode de laisser les gouverneurs noirs exercer la violence à la place des puissances du monde.

Parlons de la violence du Noir sur le Noir sur ordre blanc ou pour garantir les intérêts des puissances du monde - ce qui est exactement la même chose. A l'époque nos ancêtres, bien avant celle de nos grands-pères, avant la domination de l'étranger sur nos chairs et nos esprits, les fils de Kama n'exerçaient pas la violence les uns sur les autres, surtout pas au sein d'un même peuple. Nul fils de Kam n'asservissait son frère pour tirer profit de son travail ou pour lui voler sa terre. 

Ce sujet est important et il me faut faire œuvre de pédagogie lorsqu'il y a incompréhension. Je vais d'abord lever l'équivoque lorsque vous écrivez :

"Je crois que la spécialité des mentalités congolaises est souvent qu'elles se plaisent de sous-estimer les souffrances des autres. Comment aurait réagi mon bien aimé Grand-père en lisant ses lignes qui montrent toujours notre légèreté pour écrire, puisque ce qui compte pour nous, ce n'est pas le "ressenti" du lecteur. "

Sous-estimer la souffrance des autres ? Il est question dans mes textes de ma propre souffrance qui s'additionne à celle de notre peuple et de toute l'Afrique. Déverser de l'acide par hélicoptère sur les Gabonais m'a écœuré et la violence subie par les Gabonais me concerne à plus d'un titre car les membres du clan Makanda et ceux du clan Mindzumba y vivent, les frontières coloniales ayant fait fi de l'homogénéité culturelle de l'Afrique. Les Gabonais sont nos frères et on ne saurait rester indifférent à ce qui leur arrive. Ecrire avec légèreté ? Jamais ! Je pèse et soupèse mes mots. Si votre grand-père qui a peut-être connu la colonisation revenait dans notre pays, il serait choqué de voir les fils du Congo en massacrer d'autres pour la défense des intérêts des puissances du monde, du mundelé. Et quand il verrait que le fouet est à présent remplacé par la kalachnikov, il serait probablement anéanti.

Reprenons cette phrase que vous avez extraite de mon article :

"Désormais, la férule blanche du colon est tenue par une main noire qui fouette encore plus fort que le Blanc".

David, c'est une image. L'allusion au fouet est emblématique de la violence coloniale car déjà à l'époque de l'esclavage et de la colonisation, le Noir fouettait le Noir sur ordre du Blanc quand le colon ne tenait pas lui-même le fouet. Ce fut aussi le cas aux Antilles.  Ce n'est qu'une image pour montrer combien la même violence est exercée de façon plus brutale par nos propres frères. Cependant, il faut y lire un lien entre l'esprit colonial et l'esprit dictatorial.

Les indépendances sont une sorte de gestion par procuration du pouvoir colonial, le gouverneur blanc ayant été remplacé par le gouverneur noir, le palais du gouverneur par le palais présidentiel. Le colon a-t-il pris par exemple des hélicoptères pour aller bombarder le Pool ? C'était juste une image pour montrer que les gouverneurs noirs exercent une violence plus sauvage et plus barbare par procuration, dans la mesure où la colonisation, sous une autre forme, se poursuit.  Le coup de fouet symbolise la torture. Cette image a été pensée pour créer un électrochoc.

Restons lucides. Il faut juste que nos compatriotes comprennent la logique profonde du monde dans lequel ils vivent. Regardons l'affaire des massacrés du Beach, une violence de masse, un crime contre l'humanité : c'est une cruauté qui dépasse les massacres coloniaux car ici, les victimes ne se défendent même pas et viennent innocemment s'offrir en holocauste à leurs bourreaux.

Nous avons subi une violence sans pareille de la part du colon car ces êtres venus d'ailleurs voulaient nous dominer, inspirer la pire des peurs pour tétaniser nos ancêtres mais lorsqu'on analyse la violence du Noir sur le Noir, elle me paraît plus barbare. Ai-je besoin de prouver que cette violence se fait par procuration ? L'Occident ne soutient-il pas Sassou qui se rendra à l'ONU ?
Il faut qu'une nouvelle conscience naisse dans nos esprits. Ce que traduit ma phrase, c'est une vérité cachée. Les Français ont tiré sur les Ivoiriens à Abidjan quand le travail ne pouvait pas être fait procuration. Qui se cache derrière Boko Haram en l'armant ? Des hélicoptères de puissances du monde bourrés d'armes destinés à Boko Haram ont été saisis par les Tchadiens et les Camerounais. En RDC, à Béni, des soldats de la MONUSCO ont été arrêtés  avec des cargaisons de machettes qu'ils livraient aux Rwandais.

David, vous avez l'habitude de bien me lire dans le contexte. Si la barbarie existe en Afrique, c'est parce que les gouverneurs noirs l'exercent au nom du colon qui les arment comme ils armaient les nègres qui allaient capturer leurs semblables pour les expédier en servitude au-delà des mers. Oui, la férocité blanche à notre égard continue, à la seule différence qu'elle s'exerce au travers des mains noires qui garantissent les intérêts blancs comme je l'ai prouvé à l'assemblée nationale française en brandissant une lettre confidentielle de Denis Sassou Nguesso à l'ambassadeur de France au Congo, monsieur André. La conspiration blanche qui subjugue les Africains ne saurait se prolonger si ceux qui nous haïssent en nous reléguant au rang de déchet, de dégénérescence de l'humanité ne bénéficiaient pas de complicité intérieure. Cela pour dire que notre combat est double : contre l'ennemi extérieur et contre le complice intérieur. Oui, choquons en rappelant le passé de cette férocité blanche qui se prolonge au travers de mains noires qui "fouettent" plus  fort que le colon. C'est une image. Je signe et je persiste que les dictatures africaines sont une violence par procuration qui prolonge les violences esclavagiste et coloniale. En pire.

 

              LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg