Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 13:05
L'UPADS N'EST PLUS UN PARTI MAIS LE FONDS DE COMMERCE DE TSATY MABIALA

J'en rigole déjà car je sais qu'ils vont encore m'accuser de vouloir déstabiliser l'UPADS - alors que je ne fais que montrer combien les rats palmistes ont envahi les trois palmiers, menaçant dangereusement de détruire tout l'édifice construit par le professeur Pascal Lissouba. IL FAUT SAUVER LES TROIS PALMIERS DE L'UPADS - DEJA QUE LE CAP A EMPORTE LE REGIME DE NOIX DE PALME POUR LE VENDRE AUX ENCHERES AU PCT (RIRES).

Quand comme Tsaty Mabiala on a dirigé l'école du PCT, notre Sciences Po national, il est évident qu'on ne peut que mettre en exergue ses méthodes qui ont pénétré le subconscient des hommes politiques congolais qui appliquent presque tous les mêmes méthodes - partout où s'exerce une organisation au nom de la politique. Depuis plus de quarante ans, Le moule du parti unique PCT a formé tous nos docteurs en agitation et manipulation politiques qui ont eux-mêmes fait des partis et des petits. Le même esprit PCT, des hommes différents mais les mêmes méthodes. Les basses besognes et la filouterie ont encore de beaux jours dans notre pays tant que le PCT sera le phare, le modèle et le moule de tous nos hommes politiques. Quel génie que d'avoir pu diviser le même camp idéologique et politique en deux parties qui font mine de se combattre dès l'aube, mangent ensemble à midi, se font des largesses à dix-sept heures et marchandent à vingt heures pour se partager les nguiris avant d'aller adorer Lucifer dans les mêmes loges  francs-maçonniques à minuit. La politique est comme une guitare qui se désaccorde au sein des partis politiques pour s'accorder au sein des loges francs-maçonniques et ensuite en public, elle peut jouer une musique qui sonne bien même si Sassou chante faux en trichant sur les accords et les notes de musique. Membres de la dictature et opposition sortent presque tous de l'école du PCT. Ce qui nous permet d'augurer le futur politique du Congo. En rouge sang. D'ailleurs, même sous Lissouba, le PCT était toujours au pouvoir. En fait, l'esprit PCT entourait le professeur Pascal Lissouba : Tsaty Mabiala, Moukouéké, Itadi, Mbéri Martin, etc.

Tout parti politique est en fait un fonds de commerce à partir duquel on peut marchander et, plus le parti est important, plus on peut marchander sec et gros. L'UPADS, image d'une opposition qui ne s'oppose qu'en mendiant et en marchandant des services rendus au PCT, ne fait pas exception à la règle.

Tsaty Mabiala est un rat palmiste heureux qui se régale au sommet des trois palmiers de l'UPADS où il reçoit régimes de noix qu'il distribue aux siens. Eh oui, Sayi peut se targuer d'être aujourd'hui lui aussi milliardaire pour se permettre de venir soigner une petite indigestion de crevettes en France. L'UPADS n'est plus un parti politique mais un fonds de commerce qui permet à Djibril, monsieur 4%, de marchander avec la dictature de monsieur 8%. Combien savent qu'il a reçu des milliards de francs cfa pour sortir l'UPADS du FROCAD ? J'ai promis ne pas publier ce que je sais de cette histoire. Passons...

Assainir et libérer les partis politiques est une opération de salut et de salubrité politiques. Il nous faut dénoncer toutes les connivences entre le PCT et ses partis satellites qui jouent le rôle de l'oppositon.

Voici le message que je viens de recevoir de la part d'un ami qui suit de près ce qui se passe au sein de l'UPADS :

" Les complices de Tsaty Mabiala ont produit, corruption aidant, une motion de confiance au premier secrétaire de l'UPADS pour tromper l'opinion nationale et internationale mais la vérité est connue sur la vraie mafia qui se trame à la tête de ce grand parti. Te rappelles-tu des dernières rumeurs sur la participation de l'UPADS au gouvernement ? Voici ce qui s'est passé : Tsaty Mabiala dans ses combines avec le PCT, après avoir reconnu la victoire de Sassou, obtient deux ministères. Le PCT lui demande deux noms. Il propose Sayi et demande à Ange Edouard Poungui, son mentor, un deuxième nom. Ce dernier lui propose Dadier Yédikissa, un de ses lieutenants. Quand Tsaty Mabiala présente les deux noms à la réunion avec le PCT, ils sont rejetés car ils ne correspondaient pas à ceux souhaités par le pouvoir. Tsaty Mabiala est resté ferme sur ses deux propositions car pour lui, c'est Sayi et Yédikissa sinon personne au nom de l'UPADS. Résultat : les deux postes ont été échangés contre une forte somme d'argent - sans que le parti n'en tire profit.

Autre information : l'achat d'un terrain à Dolisie juste à côté de l'arrondissement 1 qui aurait coûté 15.000000 de francs cfa pour ce petit terrain. Les militants de l'UPADS à Dolisie apprécieront. 18.000000 de francs cfa, c'est la somme débloquée à un entrepreneur membre du bureau politique de l'UPADS pour les travaux qui n'ont jamais démarré mais l'argent a bel et bien été décaissé et dépensé.

Comment le premier secrétaire de l'UPADS Tsaty Mabiala peut-il être l'ordonnateur et le financier en même temps ? Pendant le dernier Bureau Politique en marge du Conseil National, Tsaty Mabiala informa les autres membres du bureau politique de la disparition de l'entrepreneur - alors que le même entrepreneur se trouvait bien dans la salle car il s'agit bel et bien de monsieur Mounguina, retraité de l'armée, à qui Tsaty Mabiala aurait confié le marché. La commission de contrôle du parti n'a pas le pouvoir de sanctionner ce camarade véreux protégé par le premier secrétaire Tsaty Mabiala.

Il y a aussi l'affaire des 100 millions de francs cfa retirés par Tsaty Mabiala des caisses du parti - sans l'accord du conseil national. Il peut puiser comme il veut tant qu'il y encore un peu de fonds restants sur la vente du siège et il ne rend compte à personne. C'est lui qui signe Et c'est encore lui qui encaisse sans rendre compte à personne. La commission de contrôle dans son rapport a déploré cette gestion scabreuse où un seul militant, premier secrétaire soit-il, peut continuellement dilapider les biens et finances du parti sans rendre compte à personne.

Tsaty Mabiala est un rat palmiste dictateur. Son dernier voyage en Europe sous prétexte de venir acheter du matériel informatique et audiovisuel - a été l'occasion de de sortir des sommes d'argent conséquentes sans le contrôle du parti dont lui seul a la gestion. Ces mêmes méthodes sont dénoncées quand il s'agit du PCT mais à l'UPADS, il fait la même chose. Quand Tsaty Mabiala comprendra-t-il que l'UPADS n'est pas sa maison pour continuer à se moquer des militants ? Les biens du parti appartiennent aux militants de l'UPADS ET Lissouba lui-même n'appartient ni à Tsaty Mabiala qui n'a récolté que 4% aux dernières élections présidentielles, ni à Poungui qui n'est arrivé à l'UPADS que pour se servir.

Les militants de l'UPADS doivent se lever et surtout être vigilants car Pascal le petit veut faire disparaître les symboles du professeur Lissouba PASCAL LE GRAND pour les remplacer par les siens en vendant le siège du parti, en chassant tous les cadres lissoubistes de sang et de la première heure.

La coordination de Dolisie était chargée de distribuer les enveloppes destinées à corrompre certains membres du Conseil National pour les rallier au soutien du premier secrétaire. Cette compromission de la coordination de Dolisie protégerait le détournement des 18.000000 de francs cfa destinés aux travaux du siège de Dolisie dont aucune action n'a pas encore entreprise à ce jour.

Depuis la fin du Conseil National, l'UPADS est devenue une fédération vassale du PCT avec comme responsable Tsaty Mabiala Pascal le petit, monsieur 4% qui reçoit ses ordres du PCT, sa maison-mère politique dont il fut le directeur de l'école du parti qui forma tous les monstres du pays..."

En résumé, au Congo, le pouvoir, c'est le PCT ; l'opposition, c'est toujours le PCT. Enfin, à quelques rares exceptions près. Il nous faut impérativement une nouvelle élite politique non souillée par le PCT si nous voulons vraiment sauver le Congo. Les partis politiques sont oeuvres publiques et non privées. Il ne pourra pas y avoir de restauration de la démocratie sans libération des partis politiques entre les mains des agents de Sassou comme Pascal le petit, monsieur 4 %. Il faut fermer ce centre de formation de gangsters et mercenaires politiques appelé Parti Congolais des Tricheurs et des Tueurs si nous voulons impulser un nouvel esprit politique au Congo.

 

                LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg