Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 18:41
Lettre  des    militants    UPADS  FRANCE  aux    Membres    du    Bureau  Politique   et  du Conseil National de l’UPADS réunis en sessions à Dolisie du 29 au 30 juillet 2016

Chers camarades,

Tout  en  vous  saluant  au   moment où vous  vous  réunissez  à  Dolisie,   fief imprenable     de l’UPADS,    nous  avons une    forte  pensée  pour  le   président Pascal Lissouba  et pour  ses compagnons, en vie ou passés à l’orient éternel qui,  aux années 90  et  dans  des  conditions  politiques difficiles, ont   tout   donné   d’eux-mêmes  pour construire  cette UPADS    qui  a  fait  notre  fierté   et  doit  continuer  à demeurer   cet outil    précieux  dont  vous  voudrions  toujours  modèle  dans  le microcosme  politique congolais.

 

Chers  camarades,

Au  sortir    des douloureux événements  de 1997,  dans  un  même élan,  les militants  de  l’UPADS,    éparpillés    de par le monde,   s’étaient   donnés   la    mission patriotique  de  reconquérir le pouvoir  d’Etat. Sur  la base   de  cette  ambition légitime, les  congrès  UPADS de décembre 2006 et de juin 2013 s’étaient ainsi tracés deux lignes d’action majeure  consistant à œuvrer  à consolider  l’unité  du parti  et à  inscrire son action sur les positions de l’opposition républicaine.

Le congrès  de juin 2013  a mis en place un nouveau Bureau Politique, un nouveau Conseil national et choisi le Camarade Pascal Tsaty ­Mabiala au poste de Premier Secrétaire. Pour  des  raisons non évidentes, il   en est  sorti  de  ce  congrès   de 2013, comme  pour  purger  le parti de  vulgaires indésirables,  de nombreuses expulsions de cadres et militants du parti  du Bureau Politique et du Conseil National.

Ouvert  dans  la liesse  pour  être un  congrès  unitaire,  le   congrès  de juin 2013  a tourné  en  congrès  de  la division et même  du  recul   alors qu’il  aurait été l’occasion pour  l’UPADS de renforcer  la dynamique  du rassemblement à un moment où ce parti avait  toutes  les  raisons   de  se   refonder  par  l’ouverture et  la  modernisation  de sa pratique.

Comme  si  la   division générée  au  congrès de 2013 n’avait  pas  assez   fragilisé  le parti, il  apparaît  que sa nouvelle direction ne se sent pas particulièrement préoccupée par  l’animation   des  instances  de  base et intermédiaires, simplement résumée à des coups de menton.

 

Chers  camarades,

L’UPADS  doit  revenir  au  pouvoir  pour  gouverner le pays parce qu’elle en a les     moyens et   les   capacités.   Ils   ne sont pas nombreux au Congo   les  partis  qui disposent  de tels atouts. Dans un environnement politique où  le camp au pouvoir use de   tous   les   moyens d’Etat, très souvent de   manière  illégale  et  frauduleuse, pour marquer  son  obsession à     demeurer  en  place, l’UPADS  doit  se  mouvoir,  tout  en préservant  son autonomie,  dans  un cercle  d’alliances  politiques. Les  résolutions des congrès de 2006 et 2013 confirmant l’ancrage de l’UPADS à l’opposition n’ont jamais été reconsidérées. Sans compter qu’ici, à Dolisie,  en  raison des  enjeux  politiques actuels, une confirmation de cette option devrait faire l’objet d’une recommandation.

Cette posture  de l’UPADS mérite d’autant plus de clarification que les agissements politiques de  la direction  du parti  pourraient prêter  à  équivoque ou  laisser entrevoir une  possible collusion  avec  les  intérêts égoïstes du  pouvoir  surtout avec la perte de la  coordination  du FROCAD  par   le Premier Secrétaire  du Parti. A bien scruter depuis quelque  temps la pratique  de  la direction  du  parti, tout   se passe   comme si l’UPADS avait  oublié d’avoir   joué   son  va­ tout pour  abriter en  son siège l’historique Dialogue de Diata,  alors   que  le régime de Sassou s’était obstiné à  refuser à l’opposition toute acquisition    de  salle.  Tout  se  passe  comme si   l’UPADS  ne se  mirait plus dans  les grands  meetings    populaires    de Pointe-Noire   et de Brazzaville  au  cours desquels ce parti  était  célébré  comme le  retour  de  Lissouba.  Tout   se  passe  comme  si l’UPADS avait   enterré son engagement   de ne  pas   se défaire  de la dynamique de la nouvelle majorité   républicaine   tant   que   l’alternance   démocratique   n’avait   pas écarté  ces éternels jouisseurs  du pouvoir  clanique de Mr  Sassou.

Au moment où le peuple congolais gémit sous la férule de la dictature, l’UPADS ne peut pas être absente à son combat. Elle ne peut se permettre de  prendre  acte    de l’illégalité et l’illégitime.

De  même,  alors que  les libertés individuelles sont mises à mal, que le département du Pool est injustement bombardé  et que le Congo est devenu une prison à ciel ouvert, la voix de l’UPADS doit se joindre à toutes celles qui exigent   un changement profond dans le pays.

De  Dolisie,  devant    vous, rassemblés,  chers  camarades, doivent  partir    de grandes  décisions:

  • L’UPADS  doit  redevenir  le parti des camarades, des militants, notre  parti à nous tous, le parti à coloration nationale dont  se sont appropriés  les électeurs  de  tout  le  pays   pour  faire de Pascal lissouba, son leader,  président de la république   du Congo   et    lui   donner   la   majorité   à   toutes   les assemblées représentatives.
  • La   place  de l’UPADS   est  à l’opposition, au sein du FROCAD, aux côtés des  Plateformes IDC et Composante Jean Marie Michel Mokoko  pour la conquête du pouvoir.
  • Etant donné le fossé profond qui sépare les animateurs du parti et la base  et au  regard de la méfiance et la suspicion installées entre le Congo et notre parti d’une part  et le rejet massif du candidat de l’UPADS  à la dernière élection présidentielle anticipée par les militants et sympathisants du parti d’autre part, par le résultat risible et   dégradant (4%) ; un score dont le plus grand parti du Congo ne saurait se satisfaire.   Par conséquent, la direction du parti devrait tirer toutes les conséquences de cette débâcle électorale. Aussi devient-il impérieux qu’un congrès extraordinaire, sans exclusion, soit convoqué dans les délais impartis pour donner un nouveau départ au parti.

Correctement amarrée aux    valeurs et aux principes de la social­démocratie, rassemblée sans exclusive, bien dirigée, loyalement et proprement ancrée à  l’opposition républicaine,  l’UPADS reprendra,  à n’en point douter, son rôle de parti leader sur tous les plans au Congo.

 

                     Que vivent la démocratie  et  la liberté !

                 Que vive l’UPADS,   notre patrimoine commun !

 

                                                    Fait à Paris le 26 juillet 2016.

 

Les  signataires :
 

  • Anges Eugène Mabiala, membre du bureau politique
  • Joseph Ouabari Mariotti, ancien ministre ancien vice­président de l’UPADS
  • Benoît Koukébéné, Membre du bureau poitique de l’UPADS
  • Yves Mbama Ngankoua, chargé de l’Organisation Coordination Europe­-Amériques
  • Guy­ Sosthène Nyambala  Nguellet,  chargé  des  relations  franco­africaines Coordination Europe-­Amériques
  • Romuald Mahondza, chargé de l’administration Coordination Europe­Amériques
  • Liliane     Gabrielle     Sauthat,     chargée     de     la     condition    féminine    Coordination Europe­-Amériques
  • Martial Bouloud, membre du conseil national
  • Didier Mouegni Ivolo, premier secrétaire UPADS de l’Île de France
  • Césaire Bouloud, chargé de l’organisation UPDS Île de France
  • Frédéric Louvosso, chargé de la commnication UPADS Île de France
  • Wilfrid Pongui, chargé des nouvelles technologies UPADS Île de France
  • Laurent Bavibidila, membre du conseil national
  • Marcellin Deckous Zambi, membre du conseil national
  • Benjamin Mbani, ancien membre du conseil national
  • Ignace Sonh Mafoumbi, ancien membre du bureau politique
  • Marcel Abigna, ancien membre du conseil national
  • Joseph Mabiala, ancien membre du conseil national, militant, La Rochelle
  • Télésphore Mbadinga, ancien membre du Conseil national, militant Lille

 

Partager cet article

Published by Militants UPADS - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg