Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 21:32

Mwan Didjab, marambuha. Mwa buranga. Une langue s'apprend depuis le ventre de sa mère. Elle ne fait pas de vous automatiquement le membre d'une communauté, d'une tribu mais au travers d'elle, vous accédez à des valeurs, à une vision du monde, à un modus vivendi et peut-être un modus operandi, bref, à une cuture. La langue participe à la façon d'être, de sentir et de penser.  Ensuite, il faut la partager par la communication (influx entrants et sortants). Associée à la consanguinité, à l'histoire et à l'environnement, elle participe à la parenté, à l'ethnie, à l'appartenance à un peuple. Une langue est un outil de travail collectif. L'exercer ne fait pas de vous un membre du peuple autochtone si vous n'avez pas la distance génétique et l'immersion suffisantes dans l'environnement humain correspondant. 
Les Grecs apprenaient l'égyptien ancien pour accéder à sa science, sa religion et sa sagesse. Tous n'accédaient pas à la prêtrise. Diogène Laërce nous apprend que Pythagore apprit l'égyptien tout comme le sage Solon ou Orphée avant eux car il fut contemporain de Moïse. De retour en Grèce, ils enseignèrent en GREC les connaissances reçues de la terre de kemetiou EN LANGUE KEMITE, Egypte, terre noire. Tout fut sublimé par la richesse des radicaux de la langue grecque et par l'appropriation individuelle de ce qui était savoir collectif à Mizraïm. L'Europe aujourd'hui prétexte encore le miracle grec là où il n'y a qu'un mirage grec. Des dieux à sa science, la Grèce copia l'Egypte. La Grèce réussit à transposer en langue grecque ce qu'elle reçut en langue égyptienne. Nous aurions pu faire pareil avec le français. Hélas, c'est une autre histoire ! Pythagore fut admis exceptionnellement à la prêtrise égyptienne. Pour preuve, les prêtres égyptiens ne mangeaient pas de fèves. Pythagore préféra être assassiné que d'entrer dans un champ de fèves pour s'enfuir avec ses disciples. Cela atteste qu'il accéda à la prêtrise. Sans nul doute, dut-il aussi être circoncis.
Je parle Punu, Tsangui, Kikongo (et non kituba), lingala, lari, un peu le vili, le français, l'anglais. Je lis l'hébreu et ne le parle pas faute de locuteur, commence à apprendre l'égyptien ancien en autodidacte, etc. Je comprends plusieurs langues comme le kugni, lumbu, buissi, téké. J'ajoute aussi que je lis le grec. Ma connaissance du latin est sommaire. Comment vais-je me définir dans ce multilinguisme ? J'ai transcendé la langue pour n'y voir qu'un métacode socio-historique. Au fond de moi, je me sens muntu, moto. Humain. La langue n'est qu'un véhicule d'échange comme la peau est un artefact de distinction. 
L'expression linguistique ne fait pas le tribalisme. La langue est un véhicule culturel et la culture sert à aplanir les relations sociales en facilitant la collaboration par la compréhension simplifiée. Aussi, celle qui sera la plus parlée sera celle de la culture dominante ou celle du partage le plus large. Et cela vaut selon l'espace. Le milieu urbain est peu propice à l'éclosion des langues maternelles à cause de la rue et de l'école ; il favorise donc plus les langues nationales mais c'est à domicile que doivent s'épanouir les langues maternelles. En France, nombreux sont les fils de nos compatriotes qui ne parlent pas un mot de nos langues nationales parce que les parents s'expriment en français. Ce n'est pas le cas chez les Maghrébins où les rejetons s'expriment aussi en arabe. 
La langue non connue par ego est un différentiel d'opacité qui permet d'entretenir le secret. Entendre une langue n'est pas la comprendre ; il y aura toujours le déficit du sens, du signifié. Hier, je parlais en kikongo, notre langue nationale, avec mon neveu, dans un supermarché ; nous avons eu la surprise de constater que la vieille Française devant nous avait tout compris juste parce que l'on avait glissé un mot en français : semaine. Elle a répondu : "en effet, ces courses ne dépasseront pas la semaine..." Dans le conteste, les mots définissent des univers linguistiques par des liaisons implicites avec d'autres mots.
Ma mère parlait en tsangui et mon père lui répondait en punu. Echange linguistique bilattéral. En face du non renoncement linguistique, il se produit un double effort de compréhension. J'ai pu ainsi apprendre à parler les deux langues. Pour parler la langue maternelle, il faut être au moins deux à la partager. Mes parents comprenaient la langue de l'autre mais continuaient à échanger dans leurs langues maternelles respectives. La langue Tsangui est un dérivatif téké. Le punu intègre une communauté linguistique qui comprend le lumbu, le buissi, le vili, l'échira, etc. Deux univers linguistiques qui semblent à l'opposé l'un de l'autre. Et pourtant... 

On devrait enseigner nos langues maternelles à nos enfants ou leur parler dans celles-ci. La langue maternelle crée un rapprochement affectif par le partage d'un univers commun cognitif et culturel mais cela ne suffit pas à dégénérer en tribalisme. Peut-être peut-on parler de communautarisme mais dans un espace multilinguistique, la nécessité d'un interlangage se fait sentir. Certains espaces n'ont pas pu générer une langue nationale. La langue du colon a comblé la lacune.
La langue maternelle ou n'importe laquelle réduit la distance qui caractérise l'étrangeté voire l'étranger. Celui qui parle ma langue est proche de moi car il frappe et pénètre directement dans mon conscient et interpelle mon subconscient. Il y a tendance à lui faire une confiance instinctive par rapport à celui qui parle une langue inconnue. Même si cela prédispose à un favoritisme au moins communicationnel mais il faut un peu plus pour en arriver au tribalisme. Que deux Mbochis, deux Tékés, deux Punus, deux Yhombés collaborent dans leur espace géolinguistique ne dérange personne mais que le choix à l'échelle nationale se fasse sur la base d'un favoritisme linguistique - alors que cela n'est pas nécessaire, il y a tribalisme. Que l'on distribue les droits de tous à quelques-uns sur la base d'une proximité linguistique, c'est du tribalisme. Le tribalisme est un phénomène politique qui exploite une proximité linguistique. Si au moins, on prenait des compétences à l'intérieur de l'ethnie pour les mettre au service du pays ! Or, l'appartenance ethnique, plus que la compétence ou la langue est le seul critère de sélection. Il y a comme une complicité implicite dans le fait de parler une même langue, de venir d'un même espace culturel. Cependant, si cette  proximité se fait au détriment du destin national commun, nous nous retrouvons dans une situation de colonisation. C'est ce que nous vivons au Congo de nos jours.
Il appartient à chacun de valoriser sa langue maternelle comme un trésor historique, génétique. Sans pour autant en faire un élément de ségrégation, de division. Et si bissi Didjab se rassemblaient pour revaloriser leur langue maternelle ? De temps en temps, un retour groupé au village ferait du bien. L'universalisme est souvent une culture particulière qui a réussi à éclipser toutes les autres soit par la conquête, soit par l’échange, soit par nécessité. 
Nous sommes ce que nous sommes. Cependant, ce n'est pas une raison de rejeter les autres au nom de la différence. Surtout lorsqu'on entend mettre en commun tous les destins individuels et spécifiques dans une histoire commune. La différence n'est une richesse que si elle se transcende dans la ressemblance. Nous n'abattrons le tribalisme et le régionalisme que lorsque l'identité nationale deviendra plus importante que notre identité ethnique ou régionale. Il ne s'agit pas de nier son identité spécifique, il est plutôt question de choisir comment l'exprimer sans qu'elle ne nuise à la cohésion nationale, une cohésion qui reste à construire au travers des ressources de tous apportées  à chacun et inversement.

 

              LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

David Abraham Amenehomat 07/05/2016 18:28

Quant à la diversité des langues, à mon avis, tant qu'elle existera, elle continuera à nous causer des confusions et des embrouillements tribaux et tribalistes, régionaux et régionalistes. Car, selon le contexte biblique, les ont été crées pour mettre de la confusion, de la mésentente, la brouille, ou désaccord, les divisions entre les humains, surtout entre les humains à 100℅. Par conséquent, les diverses langues e dialectes sont accidentelles, elles n'étaient pas dans le Plan original du Créateur, et sont appelés à disparaître un jour. Je crois qu'un jour nous parleront surnaturellement une langue céleste, celle que parle ou parlera le Grand Roi Surnaturel Promis, qui descendra du Ciel, ce sera peut-étre, la langue originelle restaurée, que Adam et Eve, le Muntu, et la Muntu parlaient dans le Jardin d'Éden, que Dieu leur avait donnée: la Langue puissante, la langue de Feu Divin du Créateur. Assin, nous retourneront dans, ou nous retrouveront notre Uníté Linguistique. Et nous auront plus à apprendre les langues des autres pour se communiquer et pour s'entendre. Elle sera la Langue du plus fort. Une Langue qui nous permettra d'avoir des mots et des paroles, pour exprimer des Choses, des Réalités, des Phénomènes surnaturelles des siècles à venir, que l'œil n'a point encore vus, que l'oreille n'a pas encore entendus, et qui ne sont pas encore montés dans les cœurs des humains, que les langues actuelles ne permettront pas d'exprimer. Les vrais humains aiment la communion entre eux, qui est, pour l'instant, malmenée, et mise en difficulté par la pluralité des langues et dialectes du monde.

David Abraham Amenehomat 07/05/2016 13:55

Une nation digne de ce nom, doit être constituée sur la base de la volonté de vivre ensemble entre ses differentes composantes avec un agenda national et un objectif commun: le bien, dans le cas d'espèce, du congolais. Or la majorité des États africains actuels n'ont pas été constitués sur ce fondement fondamental. Ce sont des États contre-nature, montés de toutes pièces par les conférenciers colonialistes mal-intentionés, mettant ensemble des éthnies et des tribus antagonistes qui n'ont pas le même agenda national. Et les africains, notamment dans le Bassin du Congo, appellent leurs colonisateurs banokó, donc les oncles. Or nous quel pouvoir occulte de nuisance ou de bénédiction que les oncles ont en Afrique. Et je pense que ce lien de parenté institutionelle continue jusqu'aujourd'hui. Et en donnant ce pouvoir si important aux colonisateurs avaient scéllé une alliance mysterieuse avec leurs anciens maîtres. Et cette aliance mysterieuse continue de hanter les États africains. Et les africains, malgré ces montages étatiques made in conférence de Berlin, ont accepté de jouer le jeu national dans des nations qui ne les convenaient pas, tant les éthnies, les tribus et mêmes les familles ont été divisées arbitrairement. Ainsi était né le congo brazzaville. Les trois premiers chefs d 'État ont tant soit peu, mis leur piérre á édification national. Mais quand le kiadiampemba de Sassou avec son signe de Satan sur le front est arrivé les choses se sont empirées, gâtées. En Afrique, la nation n'est pas essentiellement conventionelle, rationelle ou statutaire, mas elle est passionelle, sentimentale, affective, émotionelle entre un peuple et son chef d'État ou son président, qui incarne ou doit incarner l'unité nationale. En fait , le président ezt commo la locomotive, ou la tête du train nationale. Et l'africain rst souvent influencé par les esprits de leurs leaders, tant dans le politique que dans le réligieux. les africains sont três facilement influencés par leurs chefs. Um président, ou un pasteur ou un chef de parti tribaliste et régionaliste, qui a la haine des autres tribus, qui a un agenda tribal et tribaliste, fera des concitoyens tribalistes ou va transmettre la mauvaise influence tribaliste et régionaliste ou simplement va transmettre ses propres démons dans la conscience et dans le subconscient de son peuple qu'il dirige. Et c'est qui se passe au congo brazzaville en particulier, en Afrique en général. Les nations africaines ne sont pas des nations à l'européenne ou á l'américaine, se sont des nations à l'ancienne Egypte. Et pour comprendre la notion ou la philosophie de la nation africaine ou à l'africaine nous devons d'abord nous connaître nous mêmes, savoir qui sommes-nous énergétiquement, et civilisationellement, et repartir dans l'Histoire des anciens égyptiens, qui avait formaté la Conscience et le Subconscient des actuels africains. En effet les anciens égyptiens scandaient devant leur pharaon: "le Pharaon est l'Égypte et l'Égypte est le Pharaon". Em des termes modernes on peut dire que sur les terres africaines que:" le président est la nation, la nation est le président". Et nous avons constaté cela en Lybie des que Kaddafi est parti brusquement la nation lybienne est également partie avec lui, jusqu'á ce qu'on trouve un autre qui va incarner la nouvelle nation lybienne. C'était le cas en Somalie, des qu'on a brusqué Siad Barre, la nation somali s'était émiéttée. Donc, pour revenir au cas du congo, je dirai ceci: si le président du congo est le premier tribaliste et régionaliste de la nation qui sème le tribalisme et le régionalisme comme de l'ivraie sur le champ des cœurs des congolais, quelle récolte qu'on veut qu'on puisse avoir. Tel président, tel citoyen. Il n'y avait qu'un minorité des russes qui étaient communistes, cependant, tous les russes ėtaient considérés comme des communistes. Mettez un président nationaliste avec le Ubuntu ou le Kimuntu-Bomoto, comme Nelson Mandela, les congolais deviendront avec passion des nationalistes avec un niveau élevé de conscience et de solidarité nationale et républicaine. Aujourd'hui, lorsqu'on interroge les habitants de Brazzaville Nord, sur ce qui se passe dans leur pays, beaucoup répondent:"Ça tire là-bas vers Brazza Sud, ou bien, Ça bombarde dans le Pool, comme s'ils n'étaient pas du tout concernés. Et si c'est ainsi comment peuvent-ils être convaincus et décidés pour la grande Cause nationale? Sasoufit-nit!!! Ingueta!!!

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg