Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 22:24

Après une élection volée à notre peuple, nous assistons à la manifestaion de ce qui fait l'essence d'une dictature : la terreur. La violence aveugle, l'arrestation injustifiée de certains proches de candidats à l'élection présidentielle, la menace de licenciement de fonctionnaires congolais ayant suivi la consigne journée "pays mort" ou "ville morte" sur toute l'étendue du territoire, les enlèvements, le déploiement permanent de mercenaires et de miliciens dans les quartiers hostiles au régime du Parti Congolais des Tricheurs, ne prouvent qu'une chose : Denis Sassou Nguesso sait qu'il n'est plus un chef d'Etat, d'autant qu'il n'a vraiment jamais été un président de la république : on peut devenir chef d'Etat en marchant sur des dizaines de milliers de cadavres mais on ne devient président qu'en gagnant par les urnes.

Sassou méprise les urnes car il sait qu'un franc jeu verrait inéluctablement sa défaite. Cependant, depuis 1992, il n'est plus possible de ne pas transformer son pouvoir militaire en pouvoir politique par la comédie des urnes. La dictature s'est mmuée en démocrature. Le 20 mars 2016, Denis Sassou Nguesso a été battu dans les urnes mais il a usé de son pouvoir de proclamation détenu par tout dictateur. César Sassou a braqué le scurtin présidentiel. S'en est suivie une contestation, une milliers de agitation qu'il faut canaliser - d'autant qu'il a vraiment perdu le pouvoir. La seule façon pour qu'il retrouve un semblant d'autorité consiste à terroriser les populations en accentuant le gangstérime d'Etat. A force de violence, le peuple finira par plier et se résigner. Le problème du Congo est le fait de ne pas avoir une armée républicaine qui défendrait le peuple en cas d'attaque venue du sommet de l'Etat. Nous avons au contraire une contre-armée au service juste de l'Etat et de son gangster en chef Denis Sassou dit Nguesso.

L'opposition concentrée dans l'alliance IDC-FROCAD ne doit pas se diviser en regardant les détails. Pour Denis Sassou Nguesso, en fait, il est plus intéressant d'avoir en deuxième position Guy Brice Parfait Kolélas qu'il considère comme un fils que d'avoir le Général Jean Marie Michel Mokoko. Selon sa nouvelle constitution, la personnalité arrivée deuxième à l'élection présidentielle jouera le rôle de chef de l'opposition. Il vaut mieux pour Denis Sassou Nguesso avoir affaire à Guy Brice Kolélas qu'au Général Mokoko qui  exprime une plus grande animosité à l'égard du monstre de l'Alima qui a juré de l'abattre à tous prix.

Sassou va chercher à diviser l'opposition et il pourrait y parvenir si l'ambition individuelle des candidats prend le dessus sur la défense de la démocratie. Elle pourrait exploser si Denis Sassou Nguesso décide de mettre sur place un gouvernement d'union nationale, par exemple. De toute façon, dès les prochaines élections sénatoriales et législatives, l'opposition pourrait subir l'épreuve du feu.

Il nous faut admettre que l'emprise de Denis Sassou Nguesso sur le pays est totale. Il a les manettes de toutes les institutions du pays. Il ne reste plus à notre monstruosité sérénissime et éléphantissime que de passer l'épreuve des recours à la cour constitutionnelle. Une simple formalité. Henri BOUKA reverra son score à la baisse et le tour sera joué. Il est peu évident de s'attendre à un revirement spectaculaire concédant un second tour sans Denis Sassou Nguesso. Le système ne peut pas se suicider - alors qu'il sait qu'en face l'opposition n'a pas les moyens d'arracher le pouvoir. Il s'agit en effet non pas de conquérir le pouvoir par les urnes mais pour le PCT de conserver le pouvoir by force. Et face à l'armada militaire, face à l'accumulation d'une puissance de feu extraordinaire de Denis Sassou Nguesso, l'opposition brandit le roseau de la loi. N'a-t-on pas encore compris que la lutte politique dans notre pays est totalement biaisée ? La dictature se mue souvent en démocrature en se parant d'un voile juridique. Cependant, la loi des textes ne vaut pas la loi des armes. Pour que ça marche, il faut que la loi des armes soit assujettie à celle des textes juridiques. Or, nous savons tous que ce n'est pas le cas. On pourrait espérer une crise de raison qui ferait imploser le système de l'intérieur mais là, sauf miracle, aucune chance. Une révolte de l'armée ? La force publique est désarmée et aux ordres. Il y a trop d'enjeux pour que le camp au pouvoir joue le droit, la vérité, la raison. Non, il s'enferme au contraire dans une fausse folie conservatrice. Au nom de la non-ingérence, personne ne se penchera sur le berceau épineux plein de cobras du Congo.

La solution n'existe pas sur le terreau du droit car le droit est au service de la force armée. C'est la kalachnikov qui dicte et dirige le droit. En fait, le droit du plus fort. Aussi, on pourrait se demander : d'où viendrait le salut du peuple congolais ? Dans cette nuit lourde et ténébreuse, dans ce chemin sans avenir, sans espérance, le sauveur a besoin de l'appui de tout le peuple. Or, le peuple est divisé. La solution populaire existe : elle doit venir des jeunes désoeuvrés, plus nombreux, qui n'ont rien à perdre mais quelque chose à gagner. Si nos compatriotes ne comprennent pas qu'il faut incurver le cours de l'histoire pour espérer changer l'avenir, tout est perdu : il n'y aura d'avenir que la mort, la misère du plus grand nombre. Comment cultiver l'esprit de sacrifice ? Le Congo n'est-il pas un pays chrétien ? N'a-t-on pas compris que sans sacrifice, pas de salut ? Comment Christ aurait-il sauvé le monde s'il avait évité l'épreuve de la croix ? Certes, il est plus facile d'aller à Golgotha quand on se sait immortel mais ne peut-on pas dire qu'un peuple est aussi immortel ?

La ville morte ou le pays mort, c'est bien mais la prise collective de la rue serait plus intéressante. Et là, il faut un meneur d'hommes, un stratège. Il n'y a pas d'université pour apprendre la révolte populaire ou l'insurrection populaire. Nous n'avons pas sciences po de la rue. Pendant trente-deux ans, face à Denis Sassou Nguesso, nous avons joué la résignation en coryant que la bataille politique suffirait pour solder le drame congolais. Il n'y avait pas de solution politique et il n'y en a toujours pas car la nature du pouvoir des crocodiles de l'Alima est militaire. Que faire face à une dictature militaire qui se légitime non par les armes mais par la fraude au scrutin ? Nous avons joué le boycott, pamba. Nous avons le 20 mars 2016 osé une élection, kima vé. IKI ME BIKANA ? Que nous reste-t-il comment solution ? Attendre que la nature nous débarrasse du MUGABE congolais ? Et s'il avait la longévité de l'autre ? Pouvons-nous encore supporter quinze ans de ruine de notre pays ? On ne peut pas jouer au démocrate avec un dictateur. Le dictateur impose la dictature au peuple. Le peuple doit imposer la démocratie au dictateur. Il n'y a pas un autre algorithme. Si Denis Sassou dit Nguesso meurt au pouvoir, le pouvoir du Parti Congolais des Tricheurs a de fortes chances de se poursuivre après lui.

Sassou n'a plus le pouvoir. Il est tombé. Qui le ramassera avant qu'il ne le reprenne bien en main ? Nous devons forcer notre destin. Il n'y a pas d'accouchement sans déchirure, sans douleurs, sans cris, sans sang. IL FAUT JUSTE ETRE PRET A EN PAYER LE PRIX, LE PRIX DE LA DOULEUR. Oui, après la douleur de l'accouchement viendra le bonheur de l'enfantement. L'opposition volonté contre volontés ne suffit pas là où le dictateur a la kalachnikov pour faire plier la volonté du peuple. IL Y A NEUF MOIS DE GESINE ET UN SEUL JOUR POUR ENFANTER. UN SEUL JOUR. EN FAIT, QUELQUES HEURES. LA LIBERTE EST UNE FILLE QUI EST AGREABLE A VIVRE MAIS DIFFICILE A METTRE AU MONDE...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Malanda Noëlle 05/04/2016 12:52

Tous les démocrates Congolais gémissent et pleurent. Tous les démocrates du monde ont honte en regardant ce qui se passe au Congo. Les démocrates congolais n'ont pas suffisamment occupé la place politique au Congo. La démocratie s'est installée au Congo en 92, nous pensions tous que c'était un acquis. Nombreux se sont tournés vers la désinvolture et le pillage des caisses de l'état en abusant de la confiance que Lissouba leur avait accordée. Or, dans la vie rien n'est acquis. Hannah Arendt a dit : c'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal. Au lieu de penser pour trouver le moyen de maintenir la démocratie si chèrement obtenue nous avons laissé le vide et Sassou qui est l'incarnation du mal s'y est installé. Aujourd'hui le mot unité a toute son importance au Congo. Le fort de Sassou c'est diviser les gens à coup de pétroCFA. Il a semé la division au sein de l'Upads, des Koléla, etc...C'est sûr qu'il est en contact avec certaines personnes de l'opposition pour qu'ils acceptent de prendre des postes clés dans son gouvernement. Nous demandons à l'opposition de dire NON à toutes ces tractations. Le sang des jeunes congolais qui ont cru au changement, au départ de Sassou et en eux ne doit pas être versé pour rien. Ndenguet devient fou, il entend le cri des noyés du Fleuve. Mboulou, Moungalla, Mabiala, Nzombo, Evoundou, JDO, Claudia Sassou, Christel Sassou, Kollinet, Viaudo, Mpaka, Elobakima, Antoinette Sassou, Ngolo ndélet, etc...vous rendrez les comptes un jour aux Congolais. Et votre descendance portera à jamais la honte sur les épaule.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg