Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 20:19

Monsieur Paulin Makaya, président du parti politique Unis Pour le Congo, en sigle UPC, n'a pas fait mystère de son ambition présidentielle en abandonnant sa vie douillette londonienne. Dans l'une de ses vidéos, il a déclaré : " je ne suis pas ici pour être ministre ou député de Sassou mais pour prendre sa place..." Paulin Makaya est l'une des ambitions politiques assumées entre tant d'autres. Le Congo en résumé : quatre millions d'habitants, deux millions d'ambitions présidentielles. S'il était donné à un nouveau-né  congolais de parler, il dirait en voyant le sein de sa mère ne pas lui fournir suffisamment de lait : "Je veux être calife à la place du calife, président à la place du président". Le fait que de nombreux ego veulent prendre la place de monsieur Denis Sassou Nguesso est un indicateur de la mauvaise qualité de cet homme. 

Monsieur Paulin Makaya bat déjà campagne, en s'appuyant sur son parti, avant tout le monde en écumant villes et villages pour rencontrer ses militants et les populations. Dans la vidéo que nous mettons en ligne, en campagne dans la Bouenza, voulant entrer à Madingou pour y tenir un meeting dont la permission aurait été préalablement demandée au préfet, il ne lui a pas été autorisé d'entrer dans la ville par une décision préfectorale prétextant que le récépissé de déclaration de l'UPC n'était pas encore sorti. Denis Sassou Nguesso aurait envoyé près de 1500 policiers dans la Bouenza - comme si les policiers de cette région ne suffisaient pas.

Monsieur Paulin Makaya, escorté par les militants de son parti dont nombreux à titre ethnique, a été stoppé net à l'entrée de la ville de Madingou. Entre les policiers qui exécutaient une décision du préfet, c'est-à-dire, du NGANDO SUPREME et Paulin Makaya le ton est monté. Paulin Makaya revendique qu'il est chez lui à Madingou, en témoigne la réception traditionnelle qu'il a reçue, et qu'il veut rentrer chez lui. Les militants de l'UPC ont donné de la voix.

Nous pensions que l'UPC était un parti reconnu ; il semble qu'il y ait un retard dans la réponse gouvernementale et on se demande bien pourquoi. Nous ne publions pas cet article pour apporter un quelconque soutien à Paulin Makaya car ce qui lui arrive peut arriver à un autre parti - même dûment déclaré ; je ne connais même pas son projet politique : je m'insurge contre les pratiques policières qui empêchent à un citoyen de rentrer dans son village natal, à ce qu'il paraît.

A l'heure d'internet, rien ne peut plus être caché. Nous assistons à une violation de la liberté de circuler de citoyens congolais. Même si Paulin Makaya n'avait pas le droit de faire un meeting à Madingou, la police n'avait pas le droit de lui interdire d'entrer dans la ville de Madingou. C'est une violation d'une liberté primaire et à ce titre, nous avertissons monsieur Denis Sassou Nguesso que ce n'est pas en envoyant ses mercenaires de Tsambitso partout qu'il va bloquer le peuple et l'empêcher de s'exprimer.

Le régime de Brazzaville fait preuve de fébrilité en interdisant des manifestations. Si les Congolais ne peuvent manifester pacifiquement, il ne leur restera qu'une issue : ENVAHIR LES RUES SANS AUTORISATION. LE POINT DE RUPTURE N'EST PLUS LOIN D'ETRE ATTEINT. De toute façon, ils n'attendent que la proclamation du référendum anticonstitutionnel pour le changement de la constitution...

Paulin Makaya, lui au moins contrairement au FROCAD et à l'IDC, a le mérite de ne pas lier son agenda au chronogramme du PCT.

Il est assez curieux que le préfet de Madingou n'ait pas jugé nécessaire d'être présent pour expliquer sa démarche laissant les pauvres policiers appliquer une décision difficile. D'aucuns prétendent qu'il aurait même bloqué son téléphone pour ne pas recevoir des appels, une attitude irresponsable...

                   LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

zaba wakhana 02/09/2015 16:51

le lion de makanda je vous lis souvent ,mais il y'a une chose qui me deplaise beaucoup chez vous.c'est ce comportement irrationnel .depuis fort longtemps je vois en vous un fauteur des troubles vous creer une zizanie et un quiproquo voir meme l'imbroglio dans le cerveau des congolais.en ce nette moment pour tout congolais qui combatte le debat n'est ni sur des partis politique,ni sur des personnalites...mais plutot contre sassou nguesso son clan,son systeme voila.peu importe de ceque monsieur paulin makaya est entrain de faire ,c'est un citoyen congolias tout comme les autres,la constitution lui donne droit de se positionnercomme candidat pour les presidentielles.lui il a prit ce courage qui vous manque d'aller ecrire et parler en face de sassou ce que vous nous y ecrivez a la longueur des journees.je l'ai toujours et je ne cesseria pas de vous le dire ,le combat le vrai c'est au pays.meme si vous croyez que ces opposants sont des ripoux mais du moins felicitons leur courage face au ngando comme vous le dites.soutenez et vous verrez le changement pas de nous philosopher avec votre puissance intelligente ,car nous sommes fatigues trop fatigue de votre intectualisme.informer nous sur la politique du pays,sur les actions de l'opposition,des analyses qui construits.non des arguments qui laissent a penser sur des caractere ou prejuges des comportements.on peut pretendre etre candidat et faire parti...mais seul; lepeuple on decidera et seul dieu connait d'apres sassou.apres son depart nul ne savait que lissouba allait devenir president si ce n'est sassou,chirac,mbongo et tout ces bandits presidents.accepter ce que font les autres au pays,car nuit et jour leur vie est en danger,tandis que la votre est bien proteger.ecrire,oui mias on lira juste de vos ecrits et apres..tandis qu'ils y'a des gens qui souffrent du manque de liberte.une vie menacee par ton ngandou d'alima.vous etes comme quelques qui connait trop et tout,que seul ce que vous dites ou vous penser est vraie,et que les autres ne compte pas chez vous.la raison on ne le cherche pas comme ca.vous savez tout ce que vous allez dire contre ou pour paulin makaya n'a pas d'effet..puisque votre voix ne compte meme pas au pays aussi loin que vous etes.un analyste ne peut aps etre un decideur,et si vous croyez que l'opposition du frocad et IDC ne sont pas valable,creer une,qui sera forte et puissant polus que ce que nous avions la.comme ca on dira le vrai homme c'est vous....mais pendant que les autres risdquent la vie vous etes a l'abris.please ne soyez pas comme le vieux mberi martin..parlait beaucoup pour le pct pendant le quinquennat de lissouba,mais apres sassou lui a oublier tout simplement voir meme ignores.nous voulons construire le congo,vous dites un congo nouveaux mias avec ce genre d'analyse,ce genre de commentaire et ce genre de politique.vous ne reconnaissait pas cette opposition pourquoi voulkez vous qu'elle fase votre volonte.organiser vous avec vos adeptes et mobiliser le peuple pour boycotter les jeux africains,pourquoi comptez vous sur le frocad et idc que vous considerez comme traitre .qui tantto son avec sassou ,tantot avec le peuple.arretez de diaboliser ceux qui font du bon tarvail..quand ca va peter a brazza on vous atteindra pas mais eux seront les premiers victimes.comseil de frere.

Le Lion de Makanda (LDM) 02/09/2015 17:32

Mon cher Zaba Wakhana (certainement un pseudo), tous les Congolais ne peuvent se trouver au pays comme tous les Français luttant contre l'occupation nazie ne se trouvaient pas en France entre 1939 et 1945. Juste un exemple : le Général De Gaulle. Vous dites que que je crée la zizanie, le quiproquo voir l'imbroglio dans le cerveau des Congolais. VOUS N'ETES PAS DANS LE CERVEAU DES CONGOLAIS POUR LE SAVOIR. Ayez la modestie de formuler votre critique en votre PROPRE nom. Oui, vous avez bien cerné le débat. Cependant, je ne le désapprouve pas mais je fustige les méthodes qui pourraient porter atteinte au résultat escompté : faire partir Sassou du pouvoir et disloquer voire détruire son système. SI CEUX QUI SE PRETENDENT OPPOSANTS NE SONT TOUS PAS FIABLES, S'IL Y A QUOI QUE CE SOIT DE SUSPECT, IL CONVIENT DE LE SIGNALER. SI VOUS SOUTENEZ LA TRAITRISE, MOI, JE SUIS SANS COMPLAISANCE A SON EGARD. De toute façon, le peuple saura dire si mes propos étaient fondés ou pas quand le moment viendra. Il y a déjà des rumeurs de corruption qui circulent et même là, j'ai été impartial en exigeant des preuves de la part de ceux qui prétendaient les avoir.

Quant à l'article sur Paulin Makaya, vous semblez être le seul à ne pas l'avoir compris ; peut-être l'avez-vous lu trop vite. Je vous conseille de le relire. Je n'ai nulle part formulé une critique contre Paulin Makaya que vous semblez défendre mordicus. Et vous avez raison, son destin ne dépend nullement de moi. Alors de quoi, diable, vous inquiétez-vous ? VOUS SEMBLEZ SURESTIMER MON INFLUENCE ! Au lieu de vous focaliser sur le NGANDO SUPREME, vous vous attaquez à un homme qui le combat depuis dix-neuf ans ! Quelle erreur de calcul ou de stratégie ! Vous dites que ce que je dirai contre Paulin Makaya n'a pas d'effet. Déjà, prouvez que j'écris CONTRE Paulin Makaya à qui je n'ai rien reproché et je vous DEFIE de prouver quoi que ce soit en ce sens. En mettant un lien vers la vidéo de ses démêlés à Madingou, j'ai contribué à faire connaître l'injustice qu'il a subie de la part du régime dictatorial : la vidéo était à peine 30 vues quand j'ai mis le lien pour qu'on la visionne ; je ne dis pas que je suis le seul à y avoir contribué mais la preuve que vous postez votre commentaire sur le blog en dit long. JE VOUS CONSEILLE, CHER FANATIQUE DE PAULIN MAKAYA, DE VOUS CALMER ET DE REGARDER EN DIRECTION DE CEUX QUI VEULENT LA MEME CHOSE QUE LUI, POUR MIEUX L'AIDER A REALISER SON DESTIN. Je NE SUIS FANATIQUE QUE DU PEUPLE CONGOLAIS. Ceux qui me lisent ont assez d'esprit et de liberté pour se faire leur propre opinion. En vous lisant, une tierce personne ne peut que croire que j'ai une grande influence que la pensée populaire de notre pays. Pas du tout ! Je vous le dis : SI J'AVAIS UNE SEULE RAISON DE M'ATTAQUER A PAULIN MAKAYA, JE N'HESITERAI PAS, POUR L'INTERET DE NOTRE PEUPLE, A LE COMBATTRE. MAIS RASSUREZ-VOUS : JE N'EN AI AUCUNE ! Vous pouvez donc dormir tranquille...

Dominique Ikoho Ntsiba 02/09/2015 14:24

MON CHER FERDINAND A LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE DE 1991, ON AVAIT VU TOUS CES CONTOURS, LA CNS ETAIT UN GRAND LABORATOIRE POLITIQUE, AUSSI , LA CNS ETAIT UN HOPITAL. DONC, LA DIFFICULTE DU CONGO C'EST L'EXISTENCE PARMI NOUS, EN NOTRE SEIN, DE QUELQUES SORCIERS POLITIQUES A L'EXEMPLE DE SASSOU NGUESSO, POUR LE COMPRENDRE IL SUFFIT DE MEDITER SUR LES ASSASSINATS DE MARIEN NGOUABI, CARDINAL BIAYENDA, MASSAMBA DEBAT, ANGE DIAWARA, PIERRE ANGA, KIMBOUALA NKAYA, KIKADIDI, DOMINIQUE MATANGA, BOUISSA MATOKO, ETC... TU PEUX AUSSI MÉDITER SUR LA GESTION DE LA MANNE PÉTROLIÈRE, VA ENFIN REGARDER SUR LES 450 A 500 MILLIARDS DE CHAQUE SOI-DISANT MUNICIPALISATION ACCÉLÉRÉE......LE PROBLÈME NE RÉSIDE PAS AU CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION MAIS AUX AMBITIONS DÉMESURÉES DES PETITS SORCIERS POLITIQUES...

Ferdinand Justice MOUKALA 01/09/2015 16:26

Voici ce que vous déclarez après la mise en évidence des ambitions présidentielles de Paulin MAKAYA: "Le fait que de nombreux ego veulent prendre la place de monsieur Denis Sassou Nguesso est un indicateur de la mauvaise qualité de cet homme.". C'est peut-être vrai
Toutefois, cette inflation dans l'expression des ambitions à la fonction présidentielle stigmatise "un complexe politique" mis en oeuvre en Afrique noire au début des indépendances. L'histoire politique et constitutionnelle de l'Afrique noire en général et de l'Afrique francophone en particulier atteste du choix juridico-politique de faire de l'institution Président de la République la clé de voûte des systèmes politiques considérés. Le Congo ne fait pas exception. Le phénomène des partis uniques ayant encombré la vie politique de plusieurs nations africaines a renforcé ce mécanisme en générant des phénomènes du type: Père de la Nation, l'Architecte politique, le Maître de tout, l'irremplaçable, le timonier... Bref,cette représentation de la vie politique, avec cette centralité qui est accordé à l'institution Président de la République, fait de la fonction présidentielle le lieu de cristallisation de toutes les ambitions politiques des élites. Les crises majeures que nous avons connues au Congo sont du ressort des mêmes ambitions de ceux qui s'inscrivent comme élites politiques.
Aujourd'hui encore nous pouvons percevoir ces mêmes ambitions dans les différents profils qui s'affichent dans les réseaux sociaux. Chacun crée son espace politique propre et tente de se faire valoir. Ce n'est pas l'ambition en soi qui fait office de mauvaiseté, mais les turpitudes qui découlent de cette place dite première.
Bref, nous prônons une dévaluation de la fonction présidentielle et son insertion dans une nouvelle rationalité juridico-politique polyarchique et démocratique soit dans le cadre du parlementarisme classique "travaillée" à une meilleure représentativité politique de la Nation sans céder à la tentation d'une proportionnalité "infertile", d'une part. D'autre part, un présidentialisme classique bien repensé dans le cadre des "Checks and Balances" marquant le système de gouvernement américain. Enfin, un système politique transactionnel en raison de la réalité plurale de la société congolaise dans le cadre d'une démocratie "consociationnelle" ou "consociative" caractérisée par le principe du "Power sharing" (partage du pouvoir) et d'une culture politique de la négociation au niveau d'une élite fortement contrôlée par sa base (Arend LIJPHART). Il y a du boulot. Comme le disait bien le Juriste et constitutionnaliste Tanzanien Issa G. Shivji en 1991: " Pas d"alternative politique sérieuse sans alternative institutionnelle sérieuse" (Notre perception dans la lecture de : State and Constitutionalism: An African Debate on Democracy. Sapes Trust, 1991.).

Le Lion de Makanda (LDM) 01/09/2015 17:28

Mon cher Ferdinand, vous produisez un commentaire pertinent ponctué d'américanismes qui situent clairement vos influences politiques anglo-saxonnes. Pour ma part, croyant possible la réalisation d'un modèle social inédit, je suis un tradi-républicain. La tradi-république est mon alternative sérieuse. Une petite recherche vous permettra de tomber sur ce modèle original de mon cru.

Quant à l'ambition présidentielle que vous avez notée foisonnante chez nos compatriotes, que pouvons-nous y faire sans s'ingérer dans la légitime ambition d'autrui ? LA LOI POUR TOUS, L'AMBITION POUR CHACUN. Vous avez certainement visionné la cassette. Pour le fan-club de Paulin Makaya, il est tour à tour le "CAIMAN" ou l'OEUF qu'il faille préserver à tout prix. Au final, il finit par y croire. Chaque groupuscule ethnocentré lance son chien de chasse politique pouvant lui rapporter le fauteuil présidentiel au sein de l'ethnie.
Paulin Makaya est porté par une foi : il croit dur comme fer en son destin national mais hélas, il n'est pas le seul à rêver en se tondant la tête. Nombreux caressent le même rêve. en se tondant la tête ou la barbe ou les deux. Hélas, qu'ont-ils de si spécial à proposer à notre peuple ? That is the first question. Vous soulevez que cette foi fait le lit du culte de la personnalité et qu'il faille réguler la mégalomanie politique par des institutions équilibrant les pouvoirs. Mon projet de tradi-république se situe dans le même algorithme - même si rien ne garantit à la sortie des résultats similaires à ceux d'un modèle anglo-saxon adapté à la CULTURE ANGLO-SAXONNE. Ma thèse qu'un modèle politique qui ne tient pas compte de la culture spécifique d'une société est voué à l'échec. Aucune nation ne se développe sur un modèle culturel allogène. Voilà 55 ans que le Congo joue à la république. Sans succès. Je vous entends me dire : "il ne faut pas désespérer..." 55 ans, ça vous fait une république bien jeunette.
Je vous l'accorde, le poids de l'ambition nuit au ciment du rassemblement. Vous écrivez comme un sociologue, moi, j'écris pour le commun des Congolais. Oui, il y a inflation sous ambitions pléthoriques et là commencent nos problèmes : avec tant d'ego démesurés, comment construire une république qui se respecte, que l'on respecte ? Another problem. Est-il possible de générer des institutions fortes en présence d'ego surdimensionnés ? Que le moule qui fabrique des ambitions chez nous soit le même, espérons que le moule du kimuntu fonctionne encore pour que nos challengers aient en matière d'intériorité une éthique irréprochable. Hélas, il est impossible de cerner du dehors le feu intérieur qui brûle pour alimenter l'ambition d'autrui. En conclusion, comme vous, je l'ai même déjà dit bien avant, il y a du boulot : entre la crasse identitaire individuelle polluée à l'ego démesuré et la société salie aux antivaleurs produites par ego, je me demande par quel bout commencer. Entre saleté intérieure et immondices extérieures, il faudra bien commencer quelque part...
Compatriotiquement,
LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB, MBUTA MUNTU

isidore aya 31/08/2015 23:31

Le Discours de la servitude volontaire est un ouvrage rédigé en 1549 par Étienne de la Boétie à l'âge de dix-huit ans. Sa première publication date de 1574.

La Boétie porte son attention non sur les tyrans mais sur les sujets privés de leur liberté. Et il pose une question troublante : comment peut-il se faire que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ? »

La Boétie considère donc le passage de la liberté à la servitude « sans nécessité » et affirme que la division de la société entre ceux qui commandent et ceux qui obéissent est « accidentelle ».

C’est bien le peuple qui délaisse la liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. En effet, comment expliquer que les hommes non seulement se résignent à la soumission mais, bien plus, servent avec leur plein consentement ?

Ainsi certains hommes seraient même prêts à perdre leur vie pour le tyran. Seule la servitude de l’homme permet au tyran de rester au pouvoir, l’obéissance est un préalable à la violence.

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg