Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 20:51
COMMENTAIRE : Décidément, jouer les médiateurs dans des conflits africains ou sous-régionaux - plaît au monstre des rives de l'Alima car cela lui permet de cultiver a contrario l'image d'un homme de paix - alors que c'est un meurtrier de masse qui tue par les bombes (4 mars 2012), par la faim, la soif, l'absence de soins, le manque d'électricité qui paralyse l'économie du pays, par l'ignorance, le chômage, la désinformation et par le meurtre rituel ou gratuit (attaque au domicile du colonel Marcel Ntsourou sur un prétexte fallacieux). Cherchez et vous verrez que Denis Sassou Nguesso n'a jamais résolu une seule affaire depuis qu'il joue les médiateurs ; c'est plutôt une calamité qui apporte intrigues et désordres. N'est-il pas celui qui a mené son fils initiatique François Bozizé en bateau à Libreville ? Quelle affaire a-t-il déjà résolue pour qu'on lui fasse confiance même à un sur million ? Aucune. Au contraire, à lui seul, Denis Sassou Nguesso est une arme de destruction massive de son propre peuple qui veut se faire passer pour un homme de paix - alors même que par l'opération Pandore III menée conjointement par SA garde républicaine et la gendarmerie, il démontre une fois de plus qu'il est prêt à faire couler les larmes, les urines et le sang des autres. C'est un violent qui ne croit et ne respecte que la force. Qui  a armé la Séléka ? Qui a fourni machettes et couteaux aux Antibalakas ? Cherchez et vous trouverez...
Dans l'affaire centrafricaine au cours de laquelle musulmans de la Séléka et Antibalakas chrétiens et animistes se déchirent, Denis Sassou Nguesso démontre la noirceur de son âme en cassant des cacahuètes sur le dos de Catherine Samba Panza au travers d'une double médiation : une avec elle et une autre sans elle - ce qui a fini par brouiller les relations entre la présidente de la transaction centrafricaine et l'enfant terrible des rives de l'Alima. Il est un proverbe qui dit : "lorsque qu'on se couche dans le lit d'un serpent venimeux, il ne faut pas croire que l'on ait à l'abri de son venin..." Comprenne qui pourra !
 Pendant qu'il se trouve en Italie, une délégation d'hommes politiques centrafricains composée d'au moins quatre anciens premiers ministres s'y trouve aussi et difficile de croire qu'ils ne vont pas se retrouver dans une curie romaine, l'église du mensonge s'y prêtant à souhait...
Dans les médiations qu'il a conduites par le passé et même dans celles qu'il conduit aujourd'hui ou conduira demain, il n'y aura qu'un seul gagnant, un seul glorieux gagnant : DENIS LUCIFER NGUESSO. TOUT POUR SA GLOIRE, RIEN QUE POUR SA GLOIRE !
 
                                                             *

Une délégation de politiques centrafricains se trouvent à Rome, depuis jeudi, à l'invitation de la communauté catholique Sant'Egidio, qui fait œuvre de médiation dans certains conflits. Ils doivent y rester environ une semaine pour préparer le prochain Forum de Bangui, mais en Centrafrique, on s’interroge beaucoup sur cette nouvelle initiative diplomatique.


Pas moins de quatre anciens Premiers ministres, Martin Ziguélé, Nicolas Tiangaye, Anicet George Dologuélé et Enoch Dérant-Lakoué, ont fait le déplacement à Rome. Avec eux, il y a aussi la vice-présidente du CNT, le Parlement de transition, Léa Koyassoum-Doumta et Béatrice Epaye, qui préside le comité d'organisation du Forum de Bangui.

Ce n'est pas la première fois que Sant'Egidio se penche sur le cas centrafricain. En novembre 2013, la communauté avait fait signer aux autorités de l'époque, à la société civile et aux communautés religieuses, un « pacte républicain ». Les signataires promettaient de promouvoir sécurité, désarmement, dialogue politique et démocratie. Mais un mois plus tard, Bangui était à feu et à sang. 

Alors que le Forum de réconciliation approche, la délégation présente à Rome ce vendredi serait là pour en expliquer les enjeux. Beaucoup dans les cercles du pouvoir actuel à Bangui s'étonnent du calendrier choisi alors que la préparation du Forum prend du retard. « C'est tout à fait normal d'impliquer les politiques, explique Rainaldy Sioké du RDC, parti dont le nouveau leader Désiré Kolingba se trouve à Rome également. C'est une crise politique au départ, devenu politico-militaire. Mais la solution doit être politique. »

Faut-il y voir un lien, le médiateur Denis Sassou-Nguesso est en visite officielle de trois jours dans la capitale italienne.
 

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg