Commentaires

POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE, FAITES UN CLIC SUR LE TITRE DE L'ARTICLE ET POUR NOUS CONTACTER, FAITES UN CLIC SUR "Contact"  à droite, quelques lignes sous la photo du lion, dans la rubrique "Présentation".

BONNE ANNÉE 2015 ! ** D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS UNIQUES, 517 ABONNES *** PLUS DE 1280 COMMENTAIRES,*** PLUS DE 2500 ARTICLES... *** "NOUS SOMMES A 517 ABONNES GRATUITS *** NOTRE OBJECTIF EST D'ATTEINDRE 1000.*** ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT POUR DONNER PLUS D'IMPACT A D.N.C.B. !" D.N.C.B. VOUS SOUHAITE UNE EXCELLENTE FIN D'ANNEE 2014

MESSAGE IMPORTANT

 

CONGO, MON COMBAT POUR LA LIBERTE (LDM) 
"CEUX QUI PROFITENT DE L'INJUSTICE D'UN SYSTEME SONT PEU ENCLINS A DENONCER SON CARACTERE INIQUE. IL FAUT SE BATTRE POUR QUE S'INSTAURE UNE VERITABLE JUSTICE SOCIALE AU CONGO. ET L'ETAPE PREMIERE DU COMBAT CONTRE L'INJUSTICE EST SA DEMONSTRATION ET SA DENONCIATION. LA DEMOCRATIE N'EST QUE FILLE DE LA JUSTICE SOCIALE."
LION DE MAKANDA
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA NEWSLETTER POUR RECEVOIR UN MAIL A CHAQUE NOUVEL ARTICLE DE DNCB ET VOUS SEREZ PARMI LES PREMIERS A APPRENDRE DES TAS DE CHOSES CACHEES SUR LE CONGO !


  ACTUALISEZ LA PAGE D'ACCUEIL POUR LIRE LES VERSIONS CORRIGEES DE NOS ARTICLES...

 


"La nature a horreur du vide", vient de me dire mon ami Isidore Aya Tonga. " Réponds au texte publié par notre frère John-Binith Nzaba sur Zenga Mambu pour éclairer nos frères". Il a fini par me convaincre. A tous ceux qui se font des boutons de fièvre parce que le meeting de Paris n'a pas été organisé sous le patronage des Assises : nous sommes tous dans la dynamique des Assises Nationales mais cela n'empêche pas au SACER, A LA PPCI, A DAABANYL, A KIMPWANZA, d'organiser un événement sous le prétexte qu'ils en sont membres.

D'ailleurs, l'appel de monsieur Nzaba est lancé sous le label SACER et pas au nom des AssisesEn quoi le meeting du 15 août 2014 est-il une atteinte à la cohésion des Assises ? L'INDEPENDANCE A ETE UN MOMENT QUE SE SONT APPROPRIES TOUS LES CONGOLAIS - MEME CEUX QUI S'Y OPPOSAIENT AVANT OU QUI N'AVAIENT JOUE AUCUN ROLE. Les Assises veulent-elles contrôler la liberté d'expression et d'action d'autres organisations ou celles des personnes du fait qu'elles adhèrent à sa démarche de regroupement ? En quoi l'organisation de ce meeting nuit-elle au lobbying de monsieur John-Bintih Nzaba aux Etats-Unis ?

A ceux qui n'ont rien compris nous affirmons ici ceci : LE LION DE MAKANDA SOUTIENT TOUTE INITIATIVE QUI VA DANS LE SENS DE LA DELIVRANCE DU CONGO ! Les Assises, nous y sommes toutes et tous dans sa dynamique mais qu'elles n'apparaisssent pas comme une nouvelle forme de dictature de la pensée et de l'action avant l'heure.

J'apprécie beaucoup mon frère John-Binith mais en épargnant tous ceux qui se sont engagés à l'organisation de ce meeting qui se déroule à Paris pour s'en prendre à moi - alors que J'habite Lyon, je ne comprends pas son attaque cibléeAurait-il voulu que je décline l'invitation de mes frères qui veulent faire entendre à nouveau la voix du peuple congolais ?

Oui, nous sommes LE CONGO LIBRE. Et même si un moustique m'invite pour aller parler du Congo, je viendrai. Ne m'importe nullement l'orgueil ou l'envie de faire triompher une organisation quelconque ou un ego, moi, voilà dix-sept ans que je lutte de façon multiforme contre cette dictature.

Ceux qui croient qu'il suffit d'un lobbying aux Etats-Unis pour délivrer le Congo, nous leur souhaitons bonne chance parce que SEUL NOUS IMPORTE QUE LE CONGO ET SON PEUPLE TRIOMPHENT DE LA DICTATURE. S'ILS REUSSISSENT, NOUS LES FELICITERONS MAIS LE PROCLAMER RELEVE DE L'ORGUEIL CAR RIEN DE TANGIBLE POUR NOTRE PEUPLE N'EN A ENCORE DECOULE. NOUS VOULONS D'ABORD COMPTER SUR NOUS-MEMES AVANT DE COMPTER SUR AUTRUI QUI N'AGIT D'ABORD QU'AU NOM DE SES PROPRES INTERETS.

Si les Assises deviennent une dictature, nous ne craignions qu'il ne nous soit laissé qu'une seule possibilité : LE COMBAT POUR LA LIBERTE D'EXPRESSION CAR CETTE DICTATURE EST LA PREMIERE ET LA PIRE DE TOUTES. Nul ne peut se proclamer "combattant" de la liberté et empêcher l'expression populaire ! Je ne soutiens pas CES "ASSISES-LA" - MEME CACHEES SOUS LE MASQUE DU SACER MAIS CELLES QUI VEULENT NOUS RASSEMBLER POUR QUE NOUS SOYONS PLUS FORTS ENSEMBLE ET NON POUR BAILLONNER LE PEUPLE AFIN QU'IL CESSE DE PARLER !

Cependant, je prends sur moi que cet égarement de propos ne vient que d'un homme qui parle au nom du SACER, une organisation qui n'est en rien au dessus des autres organisations et associations. Par ailleurs, puisque les Assises ont avalé le SACER, pourquoi n'ont-elles pas pris la peine elles-mêmes de nous apostropher ? Il y a là un outrage hiérarchique que nous ne comprenons pas : on parle au nom du SACER en lieu et place des Assises et on veut empêcher les autres organisations d'exister.

L'ENSEMBLE N'EST RIEN SANS SES PARTIES PUISQUE CE SONT LES PARTIES QUI FONT L'ENSEMBLE. Il y a encore beaucoup de personnalités et d'organisations qui se battent aussi pour faire triompher la cause du Congo qui n'ont pas encore intégré les Assises. En lisant le texte de John-Binith Nzaba, certaines m'ont appelé pour marquer leur déception.

QUE MONSIEUR JOHN-BINITH NZABA SE RESSAISISSE EN TOUTE HUMILITE : LE CONGO EST BIEN PLUS GRAND QUE SON EGO QUI CROIT AVOIR PRIS DES CENTIMETRES DE PLUS EN PARLANT EN SON NOM AUX ETATS-UNIS.

Oui, à l'Unité mais NON à la dictature de la pensée et de l'action concentrée entre les mains d'une seule organisation qui veut empêcher les autres d'exister. CE N'EST QU'UN MEETING ET NON LA CREATION D'UN QUELCONQUE GROUPE DE PENSEE OU D'ACTION. Alors juste pour une question de "patronage", cela devient un problème ?

Même si mon nom n'avait pas été cité dans l'affiche de ce meeting, j'aurai quand même fait le déplacement.

QUE CERTAINS NOUS EPARGNENT LA GUERRE DES CHEFS ET DES EGOS OU ENCORE LA GUERRE DES ORGANISATIONS. PERSONNE, MEME PAS UNE ORGANISATION, NE PEUT SE PRETENDRE SEUL INCARNER LE CONGO : IL PREFIGURERAIT DEJA UN DICTATEUR. ET UN DICTATEUR QUI VEUT EN CHASSER UN AUTRE... JE VOUS LAISSE FINIR CETTE PHRASE !

Depuis qu'il a annoncé à Washington D.C. que son peuple imaginaire, composé de quelques analphabètes comme le pseudo-sage Didier Issangha, voulait le changement de la constitution du 20 janvier 2002, le vrai peuple congolais ne cesse de rappeler à Denis Sassou Nguesso que NOUS, LE PEUPLE, NE LUI AVONS RIEN DEMANDE SINON UN BILAN DE SON REGNE SANGUINAIRE FINISSANT. LA CONSEQUENCE EST QU'IL NE PEUT ORGANISER UN REFERENDUM DANS CES CONDITIONS. Denis Sassou Nguesso n'a pas obtenu le soutien escompté de la part des Américains en dépit d'un lobbying serré. Il ne reste à notre mastodonte national que le passage en force. Là encore, il sent que le peuple lui dit qu'il se dressera sur son chemin. Cela ne peut que déplaire à celui qui est habitué à se faire obéir au doigt et à l'oeil.

Le P.C.T. a affiché une banderolle très explicite en guise de menace en direction de tous ceux qui oseraient braver le monstre Sassou. Ils ne l'ont pas écrite en lingala par hasard. En français, elle aurait attiré l'attention des fonctionnaires de l'ambassade de France qui auraient vite compris que Denis Sassou Nguesso n'était pas un démocrate mais un terroriste politique, un gangster cupide sans foi ni loi qui ne respecte rien, un véritable drogué du pouvoir qui ne peut se passer de sa dose quotidienne de pouvoir pour se shooter et ressentir les sensations les plus grisantes qui donnent un sens à sa vie. En fait, les Français et la communauté internationale le savent mais font comme si de rien n'était. Gros intérêts obligent. Après tout, si des nègres massacrent d'autres nègres pour préserver leurs intérêts...

Oui, ce texte lu par un étranger pourrait permettre au monde dit civilisé de comprendre que Denis Sassou Nguesso est un homme violent qui ne fonctionne qu'à coups d'intimidations et de brutalité quand sa volonté est contrariée. Le P.C.T. n'a pu qu'obéir à un ordre de notre gangster politique en chef, de notre plus vieux criminel politique encore en activité en Afrique - en écrivant ce texte. Il vous tue d'abord par l'esprit. Si vous refusez de mourir de peur, il vous tue en vrai. C'est un sanguin qui a plaisir à voir couler le sang d'innocents. Possédé par des forces maléfiques, Denis Sassou Nguesso doit sacrifier des âmes quand son pouvoir est menacé. Il a dressé des mercenaires qui tuent sur commande. Le peuple n'est rien pour lui. Le pouvoir est tout !


                         "BAMEKA SASSOU TE. BAKEBA NA BANGO"

TRADUCTION :

"Qu'ils ne tentent pas Sassou. Qu'ils fassent très attention !"

Cette phrase s'adresse on ne peut en douter au peuple, le vrai, celui qui est martyrisé au quotidien, par la faim, la soif, la maladie, celui qui est réduit en servitude, celui qui est écrasé par des étrangers qui règnent sur le pays. Les sans-voix doivent continuer à courber l'échine en silence sinon, Denis Sassou Nguesso, le dernier assassin politique encore en activité n'hésiterait pas à tuer pour sa dose de drogue quotidienne que le peuple veut lui enlever : LE POUVOIR. SA COCAINE A LUI !

 

Menace_PCT.jpg

Denis Sassou Nguesso a annoncé à Washington son modus operandi pour faire son coup d'Etat : assuré de triompher au travers d'un fichier électoral truqué à son avantage, il va procéder par référendum. La seule question valide est la suivante : quand et sous quelle forme ? Une rumeur reçue il y a quelques minutes prétend qu'il organiserait son hold-up référendaire et constitutionnel le 2 septembre 2014. Ce qui lui laisse moins d'un mois. Techniquement, s'il a tout préparé à l'avance au niveau logistique, c'est possible mais difficilement réalisable. C'EST MEME PLUS QU'IMPROBABLE. Ceux qui parlent de l'année 2015 sont peut-être un peu plus proches de la réalité mais qui sait ? EN TOUT CAS, NOUS, NOUS BATTONS POUR QU'IL N' Y AIT PAS DE REFERENDUM DU TOUT ! ET SI ON S'Y MET TOUS, NOUS POUVONS ARRETER LE SPECTRE ELEPHANTESQUE SASSOU DANS SA SOIF INSATIABLE DE POUVOIR.

Les choses doivent être claires : si Denis Sassou Nguesso abroge l'actuelle constitution avant 2016, IL N'EST PLUS "PRESIDENT" DE LA REPUBLIQUE ET TOUTES LES INSTITUTIONS S'ECROULENT. ON REMET TOUT A ZERO. DONC, IL DEGAGE N'AYANT PLUS AUCUNE LEGITIMITE CONSTITUTIONNELLE. Nous devons revoir le fichier électoral, le rôle et la composition de la CONEL pour organiser de nouvelles élections sous la houlette d'un organisme véritablement indépendant. CEPENDANT, NOUS LE DISONS DERECHEF, IL FAUT TOUT FAIRE POUR QUE DENIS SASSOU NGUESSO N'ORGANISE PAS DE REFERENDUM DANS LA MESURE OU, NOUS LE PEUPLE, N'AVONS JAMAIS DEMANDE DE CHANGER LA CONSTITUTION DU 20 JANVIER 2002 :

A) Solution 1 : Le peuple congolais envahit les rues et conteste jusqu'à convaincre la communauté internationale qu'il est contre le changement constitutionnel qui n'est d'ailleurs pas inscrit dans ladite constitution. A Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Ouesso, Boko, Owando, etc, on manifeste, on paralyse le pays. Sassou est obligé de laisser tomber ;

B) Solution 2 : la communauté internationale décide de bloquer tous les comptes et tous les avoirs des membres du système Sassou & Nguesso. Denis Sassou Nguesso n'a même plus de signature valide à la BEAC ; partout, on lui refuse la reconnaissance de chef d'Etat après 2016. Je vous assure dans ce second cas, le mastodonte lâche le pouvoir en moins de deux heures. Hélas, les occidentaux apprécient chaque situation à l'aune de leurs propres intérêts financiers ;

C) Solution 3 : LA FORCE NE RESPECTANT QUE LA FORCE, on applique les mêmes méthodes qui ont conduit Denis Sassou Nguesso au pouvoir en le chassant par la force. On va chercher une de ses vaches à Oyo et on le fout à la porte par la force. Je fais de l'humour ! Cette option est peu probable car nous n'avons pas une vraie armée républicaine capable de faire respecter la validité constitutionnelle. Cependant, qui sait ? Notre armée pourrait être parcourue par un brusque sursaut républicain...

Dans tous les cas, nous avons commencé ce combat depuis des années ; peut-être ne verrons nous pas son aboutissement heureux mais une chose est sûre : LA LUTTE CONTINUE !

Nous venons juste d'en être informés : tous les députés congolais dont la plus grande partie vient du P.C.T. et des partis apparentés auraient été invités à Oyo, la capitale de coeur De Denis Sassou Nguesso. Il semble aisé de déduire qu'ils ne se retrouvent pas au bord de l'Alima pour admirer les crocodiles ou les poissons-chats des étangs de notre ndzokou national. Il ne doit être question, dans ce terrain de chasse acquis à Denis Sassou Nguesso que d'une chose : du hold-up constitutionnel que le plus grand gangster politique de toute l'histoire politique congolaise cherche à perpétrer.

Pour ceux qui ont pris la peine de lire le texte constitutionnel, la convocation du référendum, pour réviser ce qui peut l'être au niveau de la constitution dépend ou du chef de l'Etat ou de l'assemblée nationale. Denis Sassou Nguesso essaierait de faire passer son hold-up constitutionnel par la bouche des députés dont la majorité est acquise à sa cause puisqu'il les a fait élire. C'est plus intelligent de dire ce 15 août 2014 que la décision d'organiser un référendum sur le changement constitutionnel serait l'idée de l'assemblée nationale, des députés, des représentants du "peuple". En effet, si la décision provenait de sa part, il est aisé de prévoir que l'opposition criera au putsch constitutionnel, Sassou ayant pris une telle décision pour satisfaire un intérêt égoïste. Il faut donc pour ce coup (d'Etat)-ci, se la jouer plus en finesse...

Denis Sassou Nguesso l'a dit devant ses kanis et twérés qu'il était encore fort et qu'il ne voyait personne capable de lui succéder à la tête de l'Etat. Ah, les chevilles ! Il doit les avoir bien grosses, notre bonhomme ! Normal, pour un éléphant de sa trempe ! Les dernières rumeurs lui prêteraient même d'avoir dit qu'il ne quitterait pas le pouvoir et qu'il attendait de subir s'il le faut le sort de son fidèle ami Mouammar Kadhafi. A Washington, ses intentions sont apparues de façon explicite à la face du monde : Denis Sassou Nguesso veut changer de constitution mais ce n'est pas de son fait car ça serait le voeu du "peuple" représenté par quelques analphabètes comme Issangha Didier qui ne savent même pas de quoi il est question. Habile et machiavélique, Denis Sassou Nguesso préfère se la jouer grand seigneur en demandant à son assemblée de convoquer le référendum. Vous l'aurez compris : ce n'est pas lui qui s'incruste ; ce sont les autres qui veulent qu'il garde son fauteuil de chef d'Etat, de pustchiste en série.

Nous profitons de cet article pour avertir les faux députés du P.C.T. : NE PRENEZ PAS LA RESPONSABILITE D'ASSUMER LE COUP D'ETAT CONSTITUTIONNEL EN LIEU ET PLACE DE DENIS SASSOU NGUESSO. Vous serez exposés au courroux populaire. Que Denis Sassou Nguesso assume son coup d'Etat ! Il est hors de question qu'il sorte une pirouette du genre : "Je dormais dans mon lit de mon bon sommeil royal quand les députés ont décidé d'en appeler à un référendum..." La peur qui congélait le peuple congolais a fondu à très grande vitesse. Attention à ne pas être emportés dans la coulée, chers députés serviles du plus grand dictateur et criminel africain encore en activité !


N'avais-je pas prédit qu'à l'approche de la fin de son mandat (2016), Denis Sassou Nguesso introduirait sciemment des troubles dans le pays dont le but final sera de rendre le pays ingouvernable si nécessaire (PLAN B, le plan A étant le changement de constitution) ? Ensuite, on pourra si besoin décréter le couvre-feu, etc. Notez que le pouvoir de Brazzaville tarde à organiser des élections locales (municipales, sénatoriales) pourtant prévues de longue date. Que manque-t-il pour qu'elles soient organisées ? Rien. On peut donc dire que certains représentants publics se trouvent dans l'illégitimité à cause de cette situation. Troubles de l'ordre public organisés par le pouvoir lui-même (petit Hiroshima du 4 mars 2012, affaire Ntsourou, milices étrangères armées au nord : sélékas, antibalakas, mercenaires rwandais, soldats du Général Munene, etc.), troubles institutionnels, voilà un bon petit cocktail explosif.

Il se déroule au Congo-Brazzaville une drôle d'opération, une chasse aux ressortissants de la RDC appelée "MBATA YA MOKOLO SASSOU" au cours de laquelle un dzokou (éléphant) chasse du "Zaïrois", sous le prétexte d'une lutte contre l'immigration clandestine - sans pour autant toucher les autres formes d'immigration - notamment ouest-africaine (qui ne va pas tarder à introduire le virus Ebola au Congo), libanaise, bref, islamique avec ses 800.000 envahisseurs.

Actuellement, en Irak, nous suivons au quotidien la barbarie des extrémistes musulmans djihadistes sur les minorités chrétiennes : assassinats, spoliation de propriétés, destruction d'églises, etc. Pourtant malgré tous ses avertissements de l'histoire, Denis Sassou Nguesso, vexé que le Vatican ne lui donne pas un archevêque mbochi, son cardinal mbochi - ce qu'il tente d'obtenir en vain depuis Jean-Paul II, va leur laisser construire la plus grande mosquée d'Afrique centrale au sud du pays, en secteur occupé par des populations kongos. Il voudrait bien contrôler la chrétienté au travers d'un archevêque de son bord mais le Vatican lui rétorque que les choses intemporelles ne sont soumises à la sphère terrestre politique. En fait, le Vatican, depuis l'assassinat du cardinal Emile Biayenda, un Kongo, par le plus vieux criminel politique africain encore en exercice, avait décidé qu'il ne nommera plus un cardinal au pays de la foi vivante tant que Denis Sassou Nguesso sera au pouvoir. L'Eglise catholique est en fait la dernière sphère de pouvoir qui échappe à Denis Sassou Nguesso ; il s'emploie à la contrôler car il veut concentrer entre ses mains tous les pouvoirs

Ce n'est pas par hasard qu'il ne laisse pas construire cet édifice qui représente un appel d'air de tous les musulmans du monde, au nord, car son objectif est encore une fois est de déstabiliser le sud, les populations du nord lui étant acquises en théorie. Vous ne devinez même pas le potentiel explosif, l'énorme pouvoir idéologique que va représenter la construction de la plus grande mosquée d'Afrique centrale à Brazzaville. Cette gigantesque mosquée va agir comme un facteur attractif de musulmans en direction du Congo. L'islam pose sa bannière noire conquérante sur un Etat chrétien et animiste. Il ne lui restera plus qu'à casser du chrétien par tous les moyens...

Toutes les immigrations n'ont pas la même importance aux yeux de Denis Sassou Nguesso.

L'opération MBATA YA MOKOLO SASSOU commence à soulever des interrogations car me dit-on nos frères de la RDC seraient toujours au nord où ils travaillent dans de nombreux projets comme ceux de construction de route qui battent leur plein. Et ce, en toute quiétude. On a par exemple constaté l'arrêt de la route nationale Pointe-Noire/Brazzaville au niveau de Nkayi (Bouenza), une route dont le budget de 300 milliards de francs avait déjà été voté tandis qu'au nord, me dit un compatriote résidant à Nkayi, les travaux routiers continuent. La cause en serait le manque de main-d'oeuvre spécialisée. Le départ de nombreux frères de la RDC à cause de l'opératon MBATA YA MOKOLO SASSOU a épuré les chantiers de la route Pointe-Noire/ Brazzaville de son contingent de travailleurs "zaïrois". Certains évoquent le problème de budget que nous balayons d'une main puisque le budget de la route nationale numéro 1 a déjà été voté.

L'opération MBATA YA MOKOLO SASSOU ne se déroule qu'au sud avec des nombreuses conséquences sociales (familles brisées, maisons abandonnées, etc.) et économiques tandis qu'au nord où ils travaillent pour monsieur Denis Sassou Nguesso dans ses usines de fabrication d'huile, de foufou, de fromage, pour s'occuper de ses troupeaux de bovins, d'ovins, de ses étangs, de ses champs, de la construction des routes, etc, ils ne sont pas inquiétés et, chose étrange, des mercenaires en armes originaires de la RDC s'y trouveraient toujours. Quand on mène une opération de ce type, elle a une couverture nationale et commence au même instant sur toute l'étendue du territoire puisque nous avons des policiers et des gendarmes partout. Or, pour cette drôle d'opération, on se cantonne au sud en partant d'une ville à l'autre : Brazzaville, ensuite Pointe-Noire, Nkayi, etc.

Sur le million approximatif de frères de la RDC qui vivent au Congo, moins de 200.000 ont été expulsés. Le reste se planque ou vit librement au nord (stratégie électoraliste ?).

La seule question que l'on doit se poser est la suivante : A QUOI JOUE MONSIEUR DENIS SASSOU NGUESSO EN LANCANT L'OPERATION MBATA YA MOKOLO SASSOU ? On comprend qu'en étalant son opération dans le temps et en ne l'effectuant qu'au sud, notre mastodonte politique veut avant tout déstabiliser économiquement cette partie du Congo. Cette opération lui permettant de distraire les Congolais de l'intérieur - notamment les sudistes tandis qu'il mènera sa tentative illégale de changement de la constitution du 20 janvier 2002. VOUS DISTRAIRE A GAUCHE POUR FAIRE AUTRE CHOSE A DROITE...

Affiche_2_Meeting_15_08_Paris.jpg

Mais.jpgMonsieur Sassou Nguesso "président" du Congo en fin de mandat vient de recevoir de la part de l’administration américaine un échec cuisant, malgré le fait que monsieur Sassou s’était permis d’arriver à Washington près d’une semaine à l’avance, depuis le 30 juillet 2014, alors que le sommet ne débutait que le 04/08/2014. Il a tenté de faire du lobbying tous azimuts auprès de certains groupes influents américains pour expliquer les raisons qui le poussent à vouloir changer de constitution au Congo. 
Les USA ont réaffirmé leur volonté aux Chefs d’Etat africains de ne pas cautionner un quelconque changement de constitution en les exhortant, que c’est pour leur propre bien qu’il ne faut pas changer de constitution.
Monsieur Sassou va donc rentrer bredouille au Congo. La seule consolation pour lui, c’est la photo que l’hôte de la maison blanche, le président Obama et son épouse ont concédé à tous les chefs d’Etat africains présents au dîner ; vous remarquerez que la première dame américaine porte une robe de couleur jaune sur toutes les photos faites avec chaque président africain lors de cette cérémonie.
Face à ce camouflet impossible à rattraper, monsieur Sassou vient de préparer son plan B (informations de la part de son cercle qui possède encore des républicains et des patriotes) visant à déstabiliser le Congo en le plongeant dans des violences, monsieur Sassou Nguesso va dès son retour, faire simuler des attaques et des explosions en commençant au Niari, pour mettre ce climat de terreur sur le compte des opposants qui s’expriment sur la place de Paris et qui lui donnent des insomnies depuis que son éminence grise au sein du Pouvoir_Du_Peuple.jpgPCT s’est fait écraséer par manque d’arguments lors du dernier débat sur RFI, et la tenue de plusieurs réunions et rencontres de la diaspora qui demandent tous en cœur le départ sans conditions du dictateur Denis Sassou Nguesso en 2016.


Nous attirons, l’attention de la Communauté internationale sur le fait que notre peuple a tourné le dos à la violence depuis longtemps, mais que Sassou Nguesso ne nous pousse pas a bout  !


Au peuple congolais, qu’il ne soit pas surpris de se réveiller un matin avec des détonations d’armes de guerre et des arrestations des opposants avec leurs parents, au motif qu’ils ont voulu faire un coup d’Etat. 


Comme d’habitude, monsieur Sassou Nguesso va monter de toutes pièces un complot pour vouloir exterminer les opposants les plus virulents et ce, malgré les 353 jeunes gens qu’il a fait assassiner froidement de retour de Kinshasa en 1999, affaire pendante devant les tribunaux internationaux et qualifiée de crime contre l’humanité.

                                               LE PARTI LIBERAL CONGOLAIS

COMMUNIQUE-DE-PRESSE-AFRIQUE-USA-2_Page_1.jpg

COMMUNIQUE-DE-PRESSE-AFRIQUE-USA-2_Page_2.jpg

Sassou-Denis-se-faisant-aider-pour-mettre-son-oreillette.jpg A Washington DC, Denis Sassou Nguesso vient d'allumer le feu qui éclaire son intention néfaste de se maintenir au pouvoir au cours d'une interview. A partir d'une machination bien calculée, cousue de fil blanc, il s'est inventé un "peuple" qui voudrait qu'il demeure aux affaires louches de la république pour continuer à se faire martyriser par lui, un homme qui vit dans une réalité délirante. Nous n'avons pas vu de foule hystérique se scarifier la peau pour lui demander de changer la constitution mais quelques analphabètes comme Issangha Didier, parent de Thierry Moungalla, l'éloquentissime ministre des postes et télécommunication, à qui on faisait dire des paroles qu'ils ne comprenaient même pas par ailleurs. Et ils désignèrent cette ignorance sous le nom de "sagesse".

Monsieur Denis Sassou Nguesso, quand une porte s'ouvre, il faut avoir la sagesse de sortir. Comme cela dépend de nous, nous ne vous laisserons pas la refermer...

A ceux qui ne comprennent pas que le pays risque de basculer dans une situation conflictuelle ouverte dans laquelle les Congolais seront les grands perdants - surtout ceux qui ont amassé des fortunes mal acquises (FMA) à côté des biens mal acquis (BMA), il est encore temps de se ressaisir.

Chers compatriotes, si cette affaire tourne au vinaigre, où irez-vous ? A présent que Denis Sassou Nguesso nous a brouillé avec nos frères de la RDC, un pays qui nous servait de refuge en cas de conflit, qu'en RCA, tout va mal, que les relations entre le Congo et le Gabon ne sont pas au beau fixe, si la situation dégénère, où irez-vous vous cacher ? Denis Sassou Nguesso prendra la fuite dans son avion présidentielle, avec sa famille comme le fit Mobutu avant lui. A ce que l'on m'a dit, il aurait, je parle au conditionnel, acquis la nationalité française. Il possède des palais en France, en Espagne, au Maroc, à Dubaï et il ne manquera pas d'argent puisqu'il l'a planqué en Chine et en Suisse. Et vous, allez-vous accepter de tout perdre encore comme en 1997 juste pour la soif de pouvoir d'un seul homme qui croit qu'il est né pour diriger le Congo jusqu'à sa mort ? Pour sa soif de pouvoir, pour sa mégalomanie, allez-vous laisser le pays sombrer dans la guerre civile ou dans dans émeutes qui risquent de détruire tout ce que vous avez accumulé ? Il y a de très fortes tensions en l'air qui ne présagent rien de bon.

Nous sommes prêts à discuter du départ de Denis Sassou Nguesso qui a peut-être peur d'être arrêté pour crimes contre l'humanité mais nous n'accepterons pas la moindre discussion sur la constitution qui avait été votée par tous les Congolais en 2002. Comment quelques analphabètes peuvent-ils posséder le pouvoir de changer ce qui ne peut l'être ? La manipulation a des limites. Cette fois-ci, Denis Sassou Nguesso ne s'en ira pas comme au temps du président Pascal Lissouba - sans une passation de service en règle : il faut qu'il nous fasse un bilan sur l'état de la nation, notamment sur celui des finances.

Le 15 août 2015 à Paris, en guise de célébration de l'indépendance, nous viendrons dire à Denis Sassou Nguesso que nous exigeons, NOUS LE PEUPLE, le respect de la constitution du 20 janvier 2002 afin que l'alternance, principe démocratique inaliénable se fasse. Les pères de l'indépendance ont livré le combat de leur temps. Nous avons notre Golgotha et chacun devra porter sa croix de la contestation.

D'orès et déjà, nous appelons les Congolais à s'apprêter à envahir les rues pour bien montrer au mastodonte de l'Alima que vous êtes fatigués d'un tyran qui semble avoir perdu la mesure des choses et le bon sens. Non, cette fois-ci, personne ne voudra mourir pour lui. Souvenez-vous que François Bozizé, Djotodia ont laissé la Centrafrique dans une guerre confessionnelle qui a détruit la cohésion nationale : Bozizé vit tranquillement en France et Djotodia au Mali.

Ne donnons pas raison à ceux qui veulent diviser le Congo en nous rassemblant TOUS contre un monstre mégalomaniaque qui ressemble à un drogué du pouvoir. IL VOUDRA VOUS POUSSER A LA GUERRE POUR DEFENDRE SON FOUTU SYSTEME DE GANGSTERS POLITIQUES VOLEURS DE DENIER PUBLIC. DITES-LUI NON ! C'est pour cela qu'il achète des hélicoptères de combat, des armes de toutes sortes et s'entourent de mercenaires. Mais si nous nous levons TOUS, il ne gagnera pas ce putsch constitutionnel. Oui, pour une fois, Denis Sassou Nguesso a raison : cela dépend de nous. Nous devons reprendre notre pouvoir confisqué, volé par un individu avec la complicité d'une milice terroriste prête à commettre des massacres pour assouvir la folie d'un seul homme.

Nos pères sont entrés dans l'histoire en obtenant l'indépendance de la part des colons français - même si tout ne fut pas parfait ; nous entrerons dans l'histoire en chassant un tyran qui affame nos enfants, qui laisse mourir nos mères sans soins, qui prive les jeunes d'avenir. Ils ne sont là que pour l'argent, pour piller le pays et non pour autre chose.

NOUS ALLONS REPRENDRE CE QUI NOUS REVIENT DE DROIT. PAR TOUS LES MOYENS LEGAUX DONT NOUS DISPOSONS. NOUS SOMMES LE PEUPLE. NOUS SOMMES LE CONGO. NOUS SOMMES LE POUVOIR. CHACUN DOIT JUSTE PRENDRE SA PART ET L'ASSEMBLER A CELLES DES AUTRES POUR LIBERER LE PAYS.

Le combat d'un vrai opposant ressemble à un marathon et non à une course du cent mètres. Résister face à une dictature dirigée par un homme sans scrupules comme Denis Sassou Nguesso requiert de l'endurance confinant à la foi dans la lutte politique. Tant que la partie n'est pas finie, on ne se décourage pas, on ne lâche rien. Tant que le dictateur Denis Sassou Nguesso sera au pouvoir, nous continuerons notre intifada de la plume commencée depuis 1997.

Denis Sassou Nguesso a évoqué le changement de la constitution du 20 janvier 2002 parce que croit-il que le "peuple" qu'il affame, terrorise, laisse mourir de maladie le réclamerait. Quel comble ! C'est comme si ceux qui meurent de faim, de soif et de maladie veulent que leur descente aux enfers continue ! Qui pourrait croire à cela ? En fait, il n'y a que lui et lui seul qui a intérêt à changer de constitution pour continuer son règne criminel dans l'impunité absolue. Son "peuple" se réduit à quelques sages analphabètes qui ne savent même pas lire. En effet, ni les paysans affamés, ni les enfants malnutris, ni les mères despérées, ni les fonctionnaires qui ont du mal à joindre les deux bouts n'ont rien réclamé.

  • Certes, le référendum est prévu dans la constitution du 20 janvier 2002 mais le changement ne l'est pas, juste une possible révision sous référendum : pour qu'il y ait une nouvelle constitution, il faut d'abord abroger celle du 20 janvier 2002. D'autre part, Sassou ne peut prétendre se comparer à Angela Merkel qui oeuvre au développement de son pays. Quant à sa médiation à propos de la crise centrafricaine, il n'a pu arracher un accord qu'en invitant les belligérants chez lui pour les corrompre.

Annoncer l'intention de changer la constitution de son pays à l'étranger n'est pas élégant pour un homme d'Etat ; cela dénote du sempiternel mépris de Denis Sassou Nguesso pour le peuple sur lequel il s'essuie les pieds depuis toujours. Le mastodonte de l'Alima a voulu prendre Barack Obama de court en se prononçant avant lui mais rien n'est encore joué : rien ne dit que le peuple dans sa majorité veut un changement de constitution pour en venir au référendum ; ce n'est pas en interrogeant quelques pseudo-sages qu'on peut tirer une telle conclusion d'autant que Thierry Moungalla affirme au micro de RFI que le pseudo-sage de Sibiti qui fut interrogé ne sait même pas lire ! Comment peut-on se prétendre sage si on ne sait pas le fond du sujet sur lequel on se prononce ? C'est pathétique. Oui, ces pseudo-sages sont des citoyens qui ont le droit de vote mais ce ne sont pas des super-citoyens dont la parole prévaut sur celle de la totalité !

Ne vous laissez pas abattre, chers compatriotes. Si vous croyez que les choses sont jouées d'avance, c'est que vous croyez en un avenir déjà écrit à l'avance. En politique, il est question de rapport de forces. IL EST ENCORE TEMPS QUE LE PEUPLE CONGOLAIS PROUVE A LA TERRE ENTIERE QU'IL PEUT SE DEBARRASSER UNE FOIS POUR TOUTES DU MONSTRE SASSOU QUI N'A PAS CESSE DE SUCER LE SANG DES CONGOLAIS. Moi, je vais vous surprendre : cette affaire que le clan Sassou & Nguesso croit pliée pourrait dégénérer en conflit ouvert. 

Nous réaffirmons ce que nous avons déjà dit : la légitimité d'agir sur la constitution vient d'elle-même : rien n'a été prévu quant à son abrogation, juste une révision est possible mais sans altérer le principe sacré de l'alternance qui gêne tant Denis Sassou Nguesso aujourd'hui. Le peuple, c'est celui qui peut lire et comprendre le contenu de la constitution, monsieur Thierry Moungalla et non l'analphabète Issangha Didier bombardé sage pour se prononcer sur un sujet dont il n'a pas la maîtrise. C'est honteux de manipuler un pauvre chef du village pour assouvir la cupidité d'un régime qui veut continuer à casser des cacahuètes sur le dos du peuple dans une impunité absolue.

Il est faux de dire que cette constitution a été élaborée pour répondre à un contexte de guerre : il n'y a pas eu de guerre en 1997 mais un ignoble coup d'Etat. Je me souviens de Denis Sassou Nguesso prononçant comme un bon acteur cette phrase : " Je demande pardon au peuple". Quand on demande pardon, c'est que l'on se reproche de quelque chose : à juste titre, Denis Sassou nguesso qui a massacré des dizaines de milliers de Congolais pour marcher sur leurs cadavres afin de revenir au pouvoir pouvait se sentir coupable d'un crime contre l'humanité.

A ceux qui comme Thierry Moungalla prétendent qu'un autre que Denis Sassou Nguesso tomberait dans une situation de cohabitation, il oublie les énormes pouvoirs dévolus au président dans la constitution du 20 janvier 2002 qui avait été élaborée pour un président fort, à la fois chef du gouvernement et ministre de la défense. Tout cela peut faire l'objet d'une révision. L'argument du partage du pouvoir ne vaut qu'en face d'un démocrate car Denis Sassou Nguesso n'a jamais partagé le pouvoir dixit le ministre Parfait Kolélas. Denis Sassou Nguesso a érigé le tribalisme en mode de gouvernance et aucune constitution ne peut changer cela. Par ailleurs, nous savons qu'il ne mettra jamais fin au ministère des Grands Travaux dépendant de la présidence de la république qui draine tout le budget d'investissement du pays entre les mains de Sassou et Bouya pour ne laisser aux autre ministres que des miettes...

Ce débat n'est pas lancé par hasard puisqu'il intervient au moment où la porte constitutionnelle s'entrouvre pour laisser sortir Denis Sassou Nguesso. Certains nous prennent pour des naïfs mais nous savons que ce problème ne pouvait se poser en 2009 quand il restait encore un mandat au tyran de l'Alima.

Le seul mokilimbembé du Congo s'apprête à perpétrer un autre coup d'Etat constutionnel après celui de 1997 mais les dés pipés n'ont pas encore été lancés. Ca fait une trotte d'ici 2016. Des tas de choses peuvent survenir encore. Il est encore tant pour que les masses affamées, désoeuvrées se soulèvent, que les crève-faim manifestent en envahissant les rues, que la résistance intérieure et extérieure s'amplifient. Les choses ne sont pas aussi simples qu'une interview à RFI : le peuple congolais n'a peut-être pas dit son dernier mot.

Nous attendons le discours d'Obama à ces dictateurs vieillots qui veulent s'incruster au pouvoir. Depuis quand Denis Sassou Nguesso a-t-il déjà respecté la volonté du peuple congolais ? N'a-t-il pas abrogé la constitution de 1992  votée par tous les Congolais y compris ceux de l'étranger ? 

A un député comme Thierry Moungalla qui ne doit son fauteuil de ministre qu'au bon vouloir de Denis Sassou Nguesso devant lequel il est uniquement responsable, un homme qui s'apprêtait à revenir en France et qui a été promu ministre deux jours avant son retour alors qu'il avait fait ses valises aux dires de ses amis : qu'est-ce qui vous autorise à conclure que la constitution du 20 janvier 2002 est arrivée au terme de sa mission historique ? Qui vous autorise à decréter la mort de la constitution du 20 janvier 2002 ? Le fait que vous soyez reconnaissant à un homme qui vous a permis d'épargner assez d'argent pour que la descendance Moungalla ne manque de rien jusqu'à la cinquième génération n'est pas une raison suffisante.

Une constitution post-conflit ? La victoire de Sassou lors de son coup d'Etat était sans appel. Il n'y avait pas lieu de s'occuper de ceux qui avaient fui le pays. Non, Denis Sassou Nguesso voulait tous les pouvoirs ; s'il voulait assouplir son emprise sur le pays, il pouvait le faire avant 2009. D'ailleurs, ne s'est-il pas autorisé de nommer isidore Mvouba premier ministre ? Par ailleurs, en quoi celle de 1992 ne faisait plus affaire ? Parce qu'elle interdisait le coup d'Etat ?

Ce n'est pas la constitution qui a apporté la paix dans le pays mais la seule volonté du peuple congolais à arrêter l'holocauste des populations du sud du Congo, celles qu'au nord on désigne par Bakongos : opération Mouébara dans le Pool, massacres du Beach, etc, leur ont suggéré de laisser le tyran gouverner pour rester en vie. L'absence de volonté agressive armée de la part de l'opposition est le seul garant de la paix au Congo et non un quelconque document. Une constitution n'a du reste jamais empêché la guerre ou les coups d'Etat.

La constitution régit le fonctionnement de la république que Denis Sassou Nguesso n'a même jamais respecté et dire qu'elle empêche l'atteinte d'une hypothétique émergence - alors même qu'on importe même la tomate du Rwanda est ridicule. D'ailleurs, on pourrait très bien atteindre bien plus vite l'émergence sans Denis Sassou Nguesso qu'avec lui.

Il est possible de donner un pouvoir de contrôle gouvernemental au parlement en révisant la constitution - aucun changement n'est nécessaire.

Si un opposant succédait à Denis Sassou Nguesso en 2016, il peut très bien virer tous les ministres et je sais que vous voterez le budget car comment seriez vous grassement payé, monsieur le député Thierry Moungalla ? D'ailleurs, le parlement, ne sert à rien puisque Denis Sassou Nguesso lègifère par décret. De toute façon, que représente une toute petite année de cohabitation pour le peuple congolais si on doit se débarrasser de tous les pique-assiettes de la république du parlement comme du sénat ? N'avons-nous pas déjà enduré plus de quinze ans d'une dictature sous masque  démocratique ?

Quant au mot changement, en droit, monsieur Moungalla, on parle d'abrogation. Vous trouvez bien ce mot dans les constitutions des nations démocratiques.

Il n'existe aucun rapport entre les pseudo-sages comme monsieur Issangha Didier et la constitution. Ils n'ont pas vocation à se substituer au peuple dans sa totalité.

Moungalla a bien dit qu'il veut que Denis Sassou Nguesso poursuive à la tête du Congo parce qu'il lui doit tout. Nous avons aussi le droit de ne pas vouloir que cet homme s'éternise au pouvoir pour dilapider le trésor public en distribuant l'argent du Congo aux étrangers - alors que nos enfants sont assis par terre. Il serait plus intelligent de demander à votre mentor qui vous a même nommé au comité central du PCT de s'en aller dans les honneurs d'autant qu'il n'a aucune légitimité véritable puisqu'il est arrivé en 1997 par un coup d'Etat.

Monsieur Thierry Moungalla est devenu l'illustration emblématique d'opposants qui trahissent la cause du peuple pour satisfaire un rêve, notamment, celui de ministre que son père député caressait déjà avant lui aux dires de ses amis de Rouen. Ne dit-on pas de tel ou tel jeune qu'il est le futur "Thierry Moungalla" ?

Cher Thierry, vous auriez pu débattre avec moi devant le jeune Aristide Mobébissi au lieu de réaliser une minable petite interview mais vous avez préféré prendre la poudre d'escampette et réaliser une petite causerie de relaxation après un souper copieux la queue entre les jambes. C'est plus facile de critiquer Clément Miérassa qui n'a pas voulu débattre avec vous que de vous asseoir en face d'un simple citoyen pour une joute politique digne de ce nom. Aujourd'hui, il faut le dire sans ambages, vous ne défendez pas Denis Sassou Nguesso mais votre position pour faire ça :


A MONSIEUR MWANGOU.

Cher Ami, Bonsoir (Il est 23h de mon point d’écriture) ;
Comment lancer mon propos ? Vous ne me connaissez certainement pas ; mais, au hasard d’une lecture sur le blog de Monsieur Ibouanga Mouvimat Loundou (Lion de Makanda), vous aviez certainement déjà croisé un Post quelconque estampillé…Wa Indo Issangha Mouellet.

C’est aussi une manière de dire, chaque fois que le blog du Lion de Makanda partage un lien, un article qui touche à l’essentialité même de ce qu’est l’Afrique en son versant spirituel, je sens en moi comme un appel au chorus qui y est annoncé ou énoncé selon le thème. Présenté ainsi, la suite peut venir…

Cher Monsieur,
Dans son Post, sobrement intitulé A MWANGOU, le Lion de Makanda développe bien à propos la face pernicieuse de la Religion dans son angle conventionnel actuel. Socle de toutes les ignominies. Tous les amoureux des Civilisations africaines solaires savent que, Oui ! Moïse a bien été instruit par Jethro, un Noir du Madian (Nous avons jadis apporté notre contribution à un Post y relatif).
Il ajoute :

« (…) LES LOIS CENSÉES PROVENIR DE DIEU ÉTAIENT DÉJÀ CONNUES EN AFRIQUE ET EN ÉGYPTE (Tu ne tueras point, tu ne voleras, tu respecteras ton père et mère, tu ne commettras pas d'adultère (juste l'exemple de Joseph emprisonné en Égypte pour accusation d'adultère), etc. Elles ne proviennent pas directement de Dieu mais de Jéthro pour ce qui est du cas de celles que Moïse donna aux Hébreux ! ) Moïse s'agenouillait même devant Jéthro ! »
Sans commentaire aucun, permettez que je vous poste quelques Versets d’un pan de la Connaissance noire contenue dans le fameux MAKABA, le MAKONGO.

KINSEMI (la Création) 90 : 72-76
« (…) 72-NTOTELA KENATU WA SA NSIKU MIA NGOLO MIA KANIKINA BANTU NGIPITI MU SAMBILA NZAMBI ZA NZENZA. WA ZENGUA BANA MASUTU.
73-WA LONGA BABO MU SAMBILANGA NZAMBI YOMOSI KAKA,
I NDIONA WA SEMA ZULU YE NTOTO TIYA, YE MAZA, NKENTO YE BAKALA.
74-FALAO KENATU WA MUANGISA MAKESA MANDI MU NSI YAYO MU KA BA FILA MU KUENDA TULULA YE BUNGA BITEKI BIABI BIA NSAMBUDULU ZA MBI ZA KOTA MU NSI.
75-YANDI WA SA NSIKU WA NENE YE WANGOLO VO :
-KA DIENA LUVE NKUTU KO MU VANGA KITEKI KIA TATA NZAMBI’A MPUNGU, YO VO NUATA KIZIZI KIANDI VA PAPILA.
76-BITEKI BIABIO BIA NIOKA YE NGOMBE ZA WOLA BIA VUZUA YE SULUMUNUA KU TIYA, KUA MAKESA MA FALAO KENATU. (…) »

La Version française, c'est-à-dire l’esprit du texte, livré par nous pour les besoins d’édification :
« (…) -L’AVÈNEMENT DU NTOTELA AKHENATON (KENATU) APPORTA UN SEMBLANT DE NOUVELLE ÈRE PROSPÈRE EN ÉGYPTE. EN EFFET, C’EST AVEC LUI QUE FURENT PROMULGUÉES DE GRANDES ORIENTATIONS SUSCEPTIBLES DE RÉTABLIR L’ORDRE. IL FIT INTERDIRE L’ÉVOCATION DES DIEUX ÉTRANGERS, ET RÉVÉLA LE SYMBOLE IDENTITAIRE QUE REPRÉSENTE LA CIRCONCISION
(Verset 72).
-ET ENSEIGNA A SON PEUPLE L’ADORATION D’UN DIEU, ET UN SEUL, CRÉATEUR DU CIEL ET DE LA TERRE, ET LE PRINCIPE QUI FONDE RÉELLEMENT L’EXISTENCE, NOTAMMENT LE FEU ET L’EAU, L’HOMME ET LA FEMME (Verset 73)
-LE PHARAON KENATU ENVOYA DANS TOUT LE PAYS DES ÉMISSAIRES DONT LA MISSION ÉTAIT DE DÉTRUIRE TOUTES LES STATUES DONT LES REFERENCES RELIGIEUSES ET SPIRITUELLES NE CADRAIENT PAS AVEC LE DIEU DES DIEUX QUE DEVAIENT ADORER LES ÉGYPTIENS (Verset 74).
-IL PROCLAMA DONC :
-QU’IL EST STRICTEMENT INTERDIT DE MONTER, ÉDIFIER DES STATUES EN L’HONNEUR DE DIEU, ET DE LUI CONFÉRER UN ASPECT PHYSIQUE AUSSI DIFFORME (Verset 75).
-LES STATUES REPRÉSENTANT LE SERPENT DE LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL, ET DU TAUREAU EN OR MASSIF FURENT AINSI FONDUES ET L’OR RÉCUPÉRÉ (Verset 76).
_____________

Cher Ami,
Vous avez là, une illustration bien ordinaire certes ( ?), mais combien juste d’une bonne partie de la doctrine de Moïse. Les versets 80 et 81 qui suivent impliquent le très raccourcissant « œil pour œil, dent pour dent » qui implique le « Tue ne tueras pas & consort… ». Poussez un peu la réflexion, vous aurez le sens en français, ce n’est que du Kongo, bien de notre espace géographique gémellaire.

« (…) 80-NTOTELA KENATU YANDI VO :
-DISU MU DISU, DINU MU DINU. WONSO UNA YIBA KIBULU KIA NGANI YO VO KIONSO MPIL’A LEKUA, BINDAMANE FUTA BIBULU BITANU, LEKUA BITANU.
81-NTOTELA KENATU WA LONGA NKANGU MU VANANGA BUKA KIA KUMI KIA MBUTU MIA BISALU BIANDI KU MFUMU NZAMBI (…) »

Le Lion de Makanda, dit :
« (…) C'EST D'AFRIQUE QUE VIENDRA LE "SAUVEUR" DE L’HUMANITÉ. (…) LE MYSTÈRE VIENT D'AFRIQUE ET CONCLURA SON ŒUVRE LA OU ELLE (ŒUVRE) A COMMENCE. Comprenne qui pourra... (…) »
Eh, oui ! Comprenne qui pourra !

Cher Monsieur Mwangou,
Le MAKABA donne les 3 prophéties fondamentales émises par Yaya KIMPA KIA MVITA peu avant sa mort. Je vous les livre toujours en me référant au MAKABA:

MANIEMA 47 : 63
« (....) MBUETETE YAMBUAKI YETI SELOKA KU AZIA BUABU. MBUETETE YANKAKA YETI SELOKA KU ESTE DIA MBANZA KONGO MPE. NKOSI YAMBAKALA YETI SAMBA KU KONGO DIA LUANGU (...) «

Je vous livre également une approche en français, en vous signalant que YAYA KIMPA KIA MVITA fut assassinée en 1706 :

« UNE ÉTOILE ROUGE SCINTILLE AU DESSUS DE L’ASIE, UNE AUTRE A L’EST DE MBANZA KONGO. ET, UN LION EST HONORE AU KONGO DIA LUANGU ».
Comprenne qui pourra.

Wa Indo Issangha Mouellet

Invité du JT du 28 juillet 2014 par la chaîne AFRICA 24, l'ancien ambassadeur Marcel Makomé, qui s'est illustré lors d'un débat sur RFI en donnant la réplique au ministre des postes et des télécommunications Thierry Lézin Moungalla à propos du changement de la constitution du 20 janvier 2002, parle de Boko Haram et de son positionnement vis-à-vis du débat sur la constitution congolaise du 20 janvier 2002.

Mwangou, bonjour. Tu sens bien que ces histoires de religion relèvent désormais de la manipulation idéologique et non de la recherche du salut. Elles sont toutes pernicieuses : judaïsme-talmudique, christianisme romanisé ayant autorisé la traite des nègres, islam guerrier décidé à conquérir le monde par la force.

"Que ta volonté soit faite SUR LA TERRE comme au ciel". Au ciel, tout va bien puisque Dieu y fait la loi : les planètes respectent sa loi, les anges aussi, etc. ; c'est sur terre qu'il faut être sauvé ! De la faim, de la soif, de l'oisiveté, de l'ignorance, du vice ! Or, au nom de la religion, ils s'entretuent au Proche-Orient et vous, comment pouvez-vous croire qu'ils sont dans le vrai - alors qu'ils ne respectent même pas les préceptes religieux qui sont censés provenir d'eux, de leurs dieux ? Esclavage, colonisation, domination, ce sont ces peuples qui en sont l’auteur ! N’oublie pas qu’ils ont passé des siècles à s’entretuer ! Toute leur histoire est jonchée de guerres, de massacres de masse et ils continuent à tuer pour le profit au nom de la religion ! Il suffit d'ouvrir un livre d'histoire sous l'angle spirituel pour s'en convaincre

"TU NE TUERAS POINT" ! MAIS ILS TUENT EN MASSE ET SONT ALLES JUSQU'A MASSACRER DES MILLIONS D'ETRES HUMAINS ! ET ILS CONTINUENT A TUER ! AU NOM DE LA RELIGION, D'UN SOI-DISANT DIEU TOUT-PUISSANT QU'ON L'APPELLE ALLAH, HASHEM OU JEHOVAH ! Non, entre leurs mains, la religion n'est un outil de conquête politique en ramollissant les esprits. La religion est l'opium des peuples affaiblis culturellement.

LA VRAIE RELIGION VIENT DE CHEZ NOUS, DE NOTRE BONNE VIEILLE TERRE D'AFRIQUE !!! Un simple petit exemple : Moïse, l'initié égyptien des maisons de vie, ne la reçut-il pas de Jéthro, l'Ethiopien qui était prêtre de Madian ? ET IL EST CURIEUX QUE LE TANAKH NE DONNE PAS DE PRECISIONS SUR LA RELIGION DE JETHRO. Lis la Bible et tu verras Jéthro lui dire : "Organise le peuple comme ça ; donne-lui des lois et des ordonnances" C'est écrit dans la Bible ! LES LOIS CENSEES PROVENIR DE DIEU ETAIENT DEJA CONNUES EN AFRIQUE ET EN EGYPTE (Tu ne tueras point, tu ne voleras, tu respecteras ton père et mère, tu ne commettras pas d'adultère (juste l'exemple de Joseph emprisonné en Egypte pour accusation d'adultère), etc. Elles ne proviennent pas directement de Dieu mais de Jéthro pour ce qui est du cas de celles que Moïse donna aux Hébreux ! ). Les initiés, les vrais, savent que la sacro-sainte circoncision qui est selon Abraham le symbole de l'Alliance avec Dieu, en fait signe de prêtrise chez les pharaons, était déjà connue et généralisée dans l'ensemble de l'environnement socio-culturel négro-africain qui comprenait l'Egypte, fille d'Afrique, en commençant par la sphère pygmoïde. Moïse s'agenouillait même devant Jéthro ! TOUT EST ECRIT, GRAND-FRERE !  Et si tu ne retrouves pas ces versets, je me ferai le plaisir de te les communiquer !

CONTRAIREMENT A CE QUE TOUS CROIENT SOUS L'EMPRISE DE LA DOMINATION OCCIDENTALE, LE SALUT NE VIENT MEME PAS DE CEUX QUE L'ON CROIT MAIS DE L'AFRIQUE. Regarde-les agir : ils détruisent toute la planète au nom du profit, de l'argent : forêts, océans, environnement, etc. Et le salut viendrait de ces monstres ? Non, c'est impossible ! On reconnaîtra l'arbre à son fruit : la destruction de sa propre création peut-elle être l'oeuvre d'un dieu créateur ? C'EST D'AFRIQUE QUE VIENDRA LE "SAUVEUR" DE L'HUMANITE. Raison pour laquelle ils la détruisent culturellement, économiquement. LE MYSTERE VIENT D'AFRIQUE ET CONCLURA SON OEUVRE LA OU ELLE (OEUVRE) A COMMENCE. Comprenne qui pourra...

 

Vous savez que Denis Sassou Nguesso se rendra aux Etats-Unis pour participer au sommet de Washington où de nombreux chefs d'Etat africains sont invités du 5 au 6 août 2014. Il sera question de la démocratie en Afrique où certains chefs d'Etat sont sous la tentation de la modification ou du changement de leur constitution républicaine.

Afin de faire parvenir vos messages au président américain Barack Obama, nous vous demandons d'envoyer  des fax à l'ambassade des USA en France à ce numéro de fax : (+33) 0142669783. Ecrivez même en français ; le courrier lui sera traduit in english.

Nous avons l'assurance que vos fax seront envoyés au chef de la Maison Blanche himself. Profitez pour expliquer au président américain que Denis Sassou Nguesso s'apprête à perpétrer son quatrième coup d'Etat (contre Marien, contre Yhombi et contre Lissouba pour les trois premiers) : un putsch constitutionnel en faisant croire que c'est le peuple qui lui demande de changer la constitution. Mais de quel peuple s'agit-il : des paysans qui ne savent même pas ce qu'est une constitution, des enfants malnutris, des mères sans lait maternel, des jeunes sans emploi, des fonctionnaires qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts, des étudiants privés de bourse, des malades sans soins ou de tous ces analphabètes qui écument nos rues depuis que Sassou a détruit le système éducatif ?    ECRIVEZ A OBAMA, S'IL VOUS PLAIT !                                                    Large diffusion.

 

                                               LION DE MAKANDA

ISLMAM.jpgCOMMENTAIRE : Nous avons déjà attiré votre attention sur les dangers de l'islam salafiste assimilé Al Qaida qui s'est implanté dans notre pays de façon fulgurante. Désormais, même les Chinois s'en inquiètent, eux qui se contentent d'une colonisation économique et démographique du Congo - alors que l'islam radical salafiste - al qaïdiste envisage et une colonisation démographique, et une colonisation économique et une colonisation religieuse.

Al Qaida et Boko Haram sont déjà au Congo : une implantation furtive, en douceur sous un prosélytisme percutant qui n'attend plus que l'occasion pour une explosion confessionnelle. Ils ont disséminé des mosquées sur toute l'étendue du pays, sont passés de 300 à 800 mille adeptes et possèdent désormais des chaînes de télévision qui prêchent un islam violent que dénoncent désormais la frange dite modérée des musulmans qui coexistaient en toute quiétude avec les autres religions.

Cette tension introduite sciemment par Denis Sassou Nguesso dans notre Congo natal vise à déstabiliser les fondements mêmes de la société congolaise. Dans les dix années qui viennent, le Congo risque de connaître des troubles semblables à ceux du Nigéria ou de la Centrafrique si rien n'est fait pour stopper la montée de l'islam radical qui surfe sur les énormes moyens déployés dans notre pays par le Qatar et l'Arabie Saoudite. Attendez qu'ils construisent la plus grande mosquée d'Afrique centrale à Brazzaville...

Voici un lien qui finira par vous convaincre que l'esclavage et la haine du Noir continuent en terre d'islam. Je viens d'apprendre que le mot abd traduit à la fois les mots noir et esclave. Merci Olga Tchic !

Source : http://wakeupethiopians.wordpress.com/2013/03/01/arabs-hate-black-people-they-dont-think-a-black-can-be-muslim/

Voici une vidéo qui montre que les musulmans ont planifié de transformer l'Ethipie en un pays à 100% islamique en tuant les chrétiens en brûlant des églises. REGARDEZ BIEN, CHERS COMPATRIOTES, CE QUI ATTEND VOTRE PAYS PUISQUE LES MEMES CAUSES PRODUISENT LES MEMES EFFETS. SACHEZ QUE LA TRAITE DES NEGRES DE LA PART DES MUSULMANS CONTINUENT JUSQU'A CE JOURS, SOIT PLUS DE 1400 ANS !

                                                                         *

Foi et apaisement/Congo : Les chefs musulmans appellent à la vigilance

BRAZZAVILLE (Xinhua) - Les chefs musulmans ont profité de la fin du ramadan, célébrée le 28 juillet au Congo, pour inviter les fidèles à la vigilance.

Jeudi 31 juillet 2014 | 16:56

UTC

 

"Soyons vigilants, car il y a de ceux-là qui ont sali l'image de l'islam au Congo. Qui leur a ouvert la voie pour mentir ? Ils usent des médias audiovisuels privés, se disent musulmans et mentent au nom de l'islam", s'est insurgé l'imam Kiam Hamidou, responsable de la mosquée Roi Fayçal du 5e arrondissement de Brazzaville, Ouenzé.

Les responsables de l'islam au Congo se sont déclarés mécontents de "la désinformation, des invectives médiatiques" proférées, selon eux, par des personnes au nom de cette religion.

Ils ont invité les médias congolais à ne recevoir sur leurs espaces que des musulmans mandatés par le Conseil supérieur islamique du Congo.

"Nous ne prêchons pas la violence. Suivez nos émissions sur la télévision nationale et sur les chaînes privées, il n'y a pas un  seul mot lié à la violence", a indiqué le vice-président du Conseil islamique du Congo, Youssouf Ngolo.

 En effet, pour une bonne partie de l'opinion congolaise, la montée exponentielle de l'islam dans le pays  est sources d' inquiétudes.

  "Nous ne pouvons pas être tranquilles en voyant la religion musulmane se répandre à une allure impressionnante dans le pays. Nous avons des soucis pour la sécurité, cela montre un certain désordre", pense Kévin Ondaye, un étudiant.

 "Nul n'ignore que la prolifération des mosquées inquiète déjà les populations chrétiennes", disait, il y a quelques mois, un responsable de la Commission nationale des droits de l'homme du Congo.

 Au cours de l'année 2013, certains Congolais ont manifesté de diverses manières leur opposition à un projet de construction d' une mosquée, annoncée comme la plus grande d'Afrique centrale, dans ce pays majoritairement chrétien.

 Sur une population d'environ 4 millions d'habitants, le Congo comptait 452.000 musulmans et près de 3 millions de chrétiens dont 2,4 millions de catholiques, selon une étude publiée en 2008 par le ministère de la Santé.

Au mois de mai 2013, la communauté islamique du Congo annonçait que les deux principales villes du Congo, Brazzaville et Pointe- Noire, comptaient environ 800.000 fidèles musulmans.

Cette augmentation s'accompagnait aussi de celle des mosquées où ces fidèles sont repartis : 26 mosquées à Brazzaville et 21 à Pointe-Noire. Ce constat illustrait la montée exceptionnelle de l' Islam qui, depuis son implantation en 1910 au Congo, ne comptait que quelques rares mosquées dans ces deux villes. "Le problème c'est que le Congo est frontalier au Cameroun et à la République centrafricaine. Il est très proche du Nigeria. Dans ces pays, la montée de l'islam s'est accompagnée de violences que le monde entier n'arrive pas à maîtriser aujourd'hui. Les Congolais sont bien au courant de cette actualité", analyse Roger, un journaliste congolais.

 Source : http://french.xinhuanet.com/2014-08/01/c_133523784.htm

Recommander

CONGO : PRESENTATION

CONGO : INFOS SUR LE PAYS :
Superficie: 342 000 Km2
Population: 4 012 809 hab
Densité: 11,7 Hab/Km2
Capitale Politique: Brazzaville
Cité Economique: Pointe-Noire
Régime: Présidentiel

Langues: Français (officielle), Lingala, Kituba
Littoral: 169 Km Côte Atlantique
Port maritime: en EAU profonde
Monnaie: FCFA (1€=655.57F)
P.I.B/Habitant: $4000
Réseau ferroviare: 795 Km
Emission CO2 /Hab: 0,64 tonnes
Nb de postes TV /1000 hab: 13
Nb de lignes fixes /1000 hab: 5
Usagers Internet /1000 hab: 38
Indicatif Téléphonique: +242
Domaine Internet: .CG
Fête Nationale: 15 Août
Indépendance: 15 Août 1960
Devise: Unité/Travail/Progrès
Fuseau Horaire: UTC +1
Taux d'Alphabétisation: 92,1
Principales richesses: Pétrole, Bois, Potasse, Or, Diamant...
Frontières: 5 504 Km
Pays voisins: Angola, Gabon, Cameroun, Centrafrique, RDCongo (Ex. Zaire)
Nb de Régions: 12
Autres villes:
Dolisie, Ouesso, Nkayi, Owando, Impfondo, Gamboma, Djambala, Oyo...

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2006
  • Contact

Archives

Commentaires

Images aléatoires

Calendrier

Janvier 2015
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

LDM



IDENTITE

NOM COMPLET : Mouvimat IBOUANGA LOUNDOU
NOM  ADMINISTRATIF : IBOUANGA
PSEUDO: Lion de MAKANDA
SIGNE ASTROLOGIQUE : LION
CLAN TRADITIONNEL : MAKANDA
PASSIONS : LANGUES MORTES,
CIVILISATIONS ANCIENNES,
LITTERATURE, INFORMATIQUE,
 EGYPTOLOGIE,  RELIGIONS,
SPIRITUALITE, CHOSES CACHEES,
SCIENCES (PHYSIQUES ET METAPHYSIQUES).
NATIONALITE : AFRICAINE
MICRO-NATIONALITE : CONGOLAISE
TRES DOMINANT DE CARACTERE : IDEALISTE

UN LION MON DOUBLE

17.jpg

IMAGES_DNCB

Kiki

Eau Très Sale

EauSalePolluée

Eau Impure

Img11

img2

HollandeRegardeAilleurs

Img4

Img7

Img8

Img9

Img10

Img5

JWE LIBRE

Africa_Feu.jpg

Afrique Viande

Amphi.jpg

Eau_Impure.jpg

 

    Femmes_Presidents.jpg

enfants_critiques.jpg

Salete_congo.jpg

Inondations3

RueDeBrazzaville-copie-2.jpg

Inondation----Mpila07a.JPG

Erosion----Casis07l.JPG

brazza-porcherie.jpg

chemindefer-1-.jpg

Inondation----Potopoto-07i.JPG

BzImg5.jpg

jpg-Route-au-Congo.-bis-jpg-1-.jpg

March--DansLaBoue-copie-1.JPG

Erosion----Casis07b.JPG

mama.jpg

Inondation----Bopaka07h.JPG

hp011153.jpeg

 

Bernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpg

ntumi.jpg

joseph-kabila.png

gorille2.jpg

lisb1-1.jpg

 

debat.jpg

 

edithsassoubongoondimba.jpg

beach-brazzaville2-1.jpg

criminels-affaires-beach.jpg

marien-ngouabi.jpg

mmrl-2brazza-28-1.jpg

edith-sassou.jpg

 

plissouba3.jpg

 

clip_image002.jpg

SassouLeCannibale.jpg

Inondations10

Crash4

Inondations3

Inondations11

Inondations14

Inondations35

Inondations30

Inondations31

Inondations5

Inondations32

Inondations38

pollution1

Inondations56

pollution

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

Inondations61

Inondations6

Inondations46

Saleté

Inondations70

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 3

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 2

Inondations36

Seleka.jpg

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 map

302827_343265212438355_14984044_n.jpg

aeroservice il76 ek-76300 brazzaville 121130 6

trans_air_congo_il76-ek-76300_brazzaville_121130_5-copie-1.jpg

197985_343247909106752_617841022_n.jpg

EcolePleinAir.jpg

pollu-tion.jpg

9648_343247932440083_1400810622_n.jpg

13-juillet-2012-1.jpg

431032_221947057903505_311537468_n.jpg

484133_3873402647624_1254604795_n.jpg

292663_334711426594134_5817226_n.jpg

Bains_De_Rue.jpg

FORCE_DU_PEUPLE-copie-2.jpg

Miyibi.jpg

Inondations.jpg

Saletes1.jpg

Youlou.jpg

Inondations2-copie-1.jpg

PoingLevé

Claudia&JoueurDefootTogolais

deforestation

djombo-telesud-juin2013

EtudiantMaincoupée4

Jean-Paul-Pigasse

EmpereurBokassa

OkemaSassouEnPeignoirs

Claudia&Sassou&Footeux

Img10

SassouDevantPresse

Img19

Il y a tout de même de la beauté en Afrique

en général et au Congo en particulier...

source rivière

paysage3

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés