Commentaires

POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE, FAITES UN CLIC SUR LE TITRE DE L'ARTICLE ET POUR NOUS CONTACTER, FAITES UN CLIC SUR "Contact"  à droite, quelques lignes sous la photo du lion, dans la rubrique "Présentation".

D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS UNIQUES, 505 ABONNES *** PLUS DE 1250 COMMENTAIRES,*** PLUS DE 2500 ARTICLES... *** "NOUS SOMMES A 505 ABONNES GRATUITS *** NOTRE OBJECTIF EST D'ATTEINDRE 1000.*** ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT POUR DONNER PLUS D'IMPACT A D.N.C.B. !"

MESSAGE IMPORTANT

 

CONGO, MON COMBAT POUR LA LIBERTE (LDM) 
"CEUX QUI PROFITENT DE L'INJUSTICE D'UN SYSTEME SONT PEU ENCLINS A DENONCER SON CARACTERE INIQUE. IL FAUT SE BATTRE POUR QUE S'INSTAURE UNE VERITABLE JUSTICE SOCIALE AU CONGO. ET L'ETAPE PREMIERE DU COMBAT CONTRE L'INJUSTICE EST SA DEMONSTRATION ET SA DENONCIATION. LA DEMOCRATIE N'EST QUE FILLE DE LA JUSTICE SOCIALE."
LION DE MAKANDA
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA NEWSLETTER POUR RECEVOIR UN MAIL A CHAQUE NOUVEL ARTICLE DE DNCB ET VOUS SEREZ PARMI LES PREMIERS A APPRENDRE DES TAS DE CHOSES CACHEES SUR LE CONGO !


  ACTUALISEZ LA PAGE D'ACCUEIL POUR LIRE LES VERSIONS CORRIGEES DE NOS ARTICLES...


La délégation du Mouvement Congolais Contre la Dictature (MCCD) est arrivée à Lyon hier soir en provenance de la Hollande. Nous avons une journée de travail ensemble tout à l'heure pour peaufiner les derniers détails du meeting.

De nombreux participants sont déjà sur place. D'autres arrivent demain matin ; ils vont rouler tard dans la nuit pour arriver à Lyon.

Les détails matériels du meeting ont déjà été passés en revue. Nous abordons aujourd'hui le déroulement du meeting proprement dit.

Youss Band vient d'arriver à Lyon. D'autres sont en route en voiture. 

A celles et ceux qui arrivent à Lyon, nous vous souhaitons un bon séjour dans la ville qui comme un symbole héberge le Lion De Makanda. Lyon a joué un très grand rôle sous l'occupation de la France par l'Allemagne hitlérienne et bien avant, Lyon s'appelait Lugdunum, capitale de la Gaule romaine. Nous allons ouvrir une nouvelle page dans l'histoire de la résistance congolaise, une page qui se prolongera en juin aux assises... 


Nous mettons les dernières touches au meeting en salle de Lyon du 31 mai 2014 de 14 heures à 19 heures. La délégation du MCCD devrait arriver ce soir à Lyon. Certaines personnalités ont même décidé de venir le vendredi. L'accès à la salle une fois que vous arrivez à Lyon n'est pas très difficile à trouver.

On vient de nous annoncer que certaines personnes vont prendre l'avion pour atterrir soit à Saint-Exupéry soit à Satolas. A partir de ces deux aéroports, il est possible de prendre le bus ou de prendre le tram jusqu'à la gare ferroviaire de Lyon Part-Dieu où vous pourrez entrer la bouche de métro PART-DIEU juste à quelques mètres pour aller jusqu'au métro Saxe-Gambetta et de là, il suffira de prendre la ligne D direction Vénissieux et s'arrêter à Monplaisir-Lumière pour marcher un peu jusqu'à l'hôtel Lumière sis 26, rue Villon 69008. Pour ceux qui viendront en voiture, vous avez certainement le GPS pour vous orienter.

Nous remettons les numéros de téléphone des Contacts : 

                                    0650830268 / 0611940801

Pour information, nous avons eu vent de rumeurs dont le but est de semer la confusion dans l'esprit de nos compatriotes : CE MEETING EN SALLE EST ORGANISE PAR LE LION DE MAKANDA ET LE MOUVEMENT CONGOLAIS CONTRE LA DICTATURE (MCCD) du président BRUNO MOUELLET. Dans la mesure où il vient des Pays Bas, c'est Le LION DE MAKANDA QUI RECOIT LE PRESIDENT DU MCCD BRUNO MOUELLET. Il y a évidemment des intervenants qui ne sont en rien les organisateurs.

Le meeting en salle est ouvert à tous les Congolais sans aucune exception car nous estimons que nous sommes toutes et tous concernés par le destin de notre pays.

Nous remercions ceux qui nous ont fait parvenir des contributions écrites, notamment depuis Brazzaville.

LE LION DE MAKANDA POUR SA PART, VOUS PROMET UN MOMENT MEMORABLE. NOUS N'EN DIRONS PAS PLUS...

Denis Sassou Nguesso doit être doublement satisfait de Placide Moudoudou, constitutionnaliste et sorcier ndzabi à la fois. D'un côté, Mididou évoque la "fin d'un cycle constitutionnel" sans nous dire où il va chercher tout ça et d'autre part, lorsque cet argument ne suffit pas, il va jusqu'à dire que le Congolais a plus peur de la sorcellerie que de la constitution, de l'autre, il prêche le non-respect de la constitution. Et ce Madada se dit constitutionnaliste ! Un raisonnement totalement décousu pour un professeur qui fait honte aux intellectuels Congolais. En fait, c'est un intellectuel du ventre qui défend mordicus celui chez qui il mendie son morceau de manioc.

Qu'on africanise la constitution ou pas, quelle importance puisque vous ne la respecterez pas car elle ne peut vous envoûter ? Donc, vous devez partir car même les sorciers, surtout les sorciers, ont le sens de la parole donnée. NE PEUT ETRE SORCIER CELUI QUI NE COMPREND PAS LE SENS DE LA PAROLE DONNEE. Au lieu d'être professeur, monsieur Moudini devrait donner des cours de peur ndzobie à Denis Sassou Nguesso pour qu'il ne chie pas sur sa propre parole.

Monsieur Modoudou, vous allez jusqu'à confondre fin du règne du mastodonte Denis Sassou Nguesso avec la fin d'un cycle constitutionnel - alors même que la constitution du 20 janvier 2002 n'a pas montré de limite dans son applicabilité et même s'il y avait quoi que ce soit à modifier, ce ne serait certainement pas la remise en question de l'alternance, pièce centrale du renouvellement démocratique.

Nous n'avons pas besoin d'être des sorciers nzobis pour respecter une constitution. Etes-vous vraiment professeur ? Quelle honte ! Un constitutionnaliste qui appelle à violer la loi au nom de la sorcellerie ! Moudoudou ! Ne donnez jamais un nom pareil à vos enfants. La servitude volontaire accentuée par la corruption doit certainement produire la bêtise la plus moudiniesque chez les Moudoudou de la sorte.

Dans quelle université a donc étudié ce Mididi qui mélange sociologie, sorcellerie, constitution, droit pour perdre ses interlocuteurs dans un débat ? Oui, nous avons certainement une voie originale à choisir mais pas en perdant le sens de l'honneur, du serment donné aux yeux du monde entier, en remplaçant "moudoudouquement" le peuple congolais par des pseudo-intellectuels qui pensent avec leur estomac quand ce ne sont pas des faux sages du PCT qui s'expriment pour faire illusion parce qu'ils veulent tous se complaire dans la mendicité volontaire.

Quelle contradiction : quand il s'agit de bâtir une constitution, par paresse intellectuelle, nos constitutionnalistes vos recopier la constitution française mais quand il s'agit de la respecter, ils répondent : "elle ne nous ne fait pas peur ! Elle n'a rien de sorcier et ne vaut pas le ndzobi". Si le ndzobi pouvait faire que Midouda perdre la faculté de la parole, il tournerait sept fois sa langue dans sa bouche avant de dire des inepties.

Nous savons, monsieur Moudidi, que Denis Sassou Nguesso, premier sorcier de son Etat, ne craint pas la sorcellerie. Cependant, il devrait craindre la colère du peuple congolais. Quant à toi qui te perds entre modernité, sorcellerie, ndzobi et sociologie du ventre, tes propos font de toi l'un des plus piètres intellectuels congolais.

Moudadou, dis à Denis Sassou Nguesso que c'est terminé et qu'il doit sortir par la porte constitutionnelle ; on n'a pas besoin d'être agrégé en droit pour comprendre cela. La constitution, oeuvre impersonnelle la plus élevée d'une nation, ne s'abaisse pas au niveau de l'appétit des Mididi de la politique congolaise comme toi. N'oublie pas, Madoudou, tu as des comptes à rendre au dieu Nzobi pour ta haute trahison. Quelle grosse crotte !

 

Peuple_attache.jpg Pendant que nous suivons en France l'expression d'une démocratie véritable qui a vu le Front National remporter des élections nationales pour la première fois, preuve que la démocratie élective permet au peuple de sanctionner l'élite politique en cas de mécontentement, Denis Sassou Nguesso, s'entourant d'un public choisi et acquis à sa cause est conforté dans son intention de perpétrer un hold-up constitutionnel. Il n'y a pas eu jusqu'à présent un vrai débat contradictoire sur le sujet. Ceux qui entourent Denis Sassou Nguesso ou ceux qu'il invite à ses meetings sont des gens convaincus et corrompus : notre mastodonte national n'entend donc qu'un son agréable sans note discordante. C'est tout simplement de la malhonnêteté politique.

Quel que soit le talent politique d'un homme, aussi exceptionnel soit-il, et ce n'est même pas le cas de Denis Sassou Nguesso, en démocratie, il faut respecter le principe de l'alternance - notamment quand il est garanti constitutionnellement. Ce que disent quelques membres du P.C.T. triés sur le volet n'a en fait aucune valeur et ce tour du Congo aux frais de l'Etat pour rechercher un plébiscite auprès de personnes convaincues et rompues à sa cause n'honore pas le grand ndzokou. C'est triste qu'il en vienne là. Juste parce qu'il veut se maintenir lui et son clan au pouvoir dans l'impunité absolue.

Dans la mesure où le recensement organisé par le pouvoir est tronqué, aucune élection ne sera réputée valide. Personne ne peut croire que le nord soit miraculeusement devenu plus peuplé que le sud - même si Denis Sassou Nguesso travaille habilement à un nivellement des populations du sud.

Aldous Huxley a dit que la meilleure dictature était celle qui se cachait sous les oripeaux de la démocratie - notamment élective. Denis Sassou Nguesso peut donc remercier François Mitterrand car désormais il n'a plus besoin de s'octroyer directement le pouvoir : il suffit de faire croire qu'il vient du peuple, et le tour est joué. Une dictature "démocratiquement" élue aussi paradoxale qu'elle puisse paraître vaut toujours un peu plus aux yeux de la communauté internationale.

Les quelques personnes que Sassou consulte ne sont pas la totalité du peuple congolais, même pas celle des citoyens habilités à voter. Il ne peut donc pas tirer une quelconque légitimité à exiger un référendum au peuple congolais en partant de son tour des régions - surtout lorsqu'il termine sa croisière dans son fief du nord.

Quoi qu'il fasse, en 2016, pour nous, Denis Sassou Nguesso cessera d'être chef de l'Etat et n'aura plus délégation de parler au nom du peuple congolais ou de représenter ce dernier.

Partout ailleurs, la démocratie s'accompagne de l'alternance - notamment lorsqu'il s'agit d'un régime républicain et une transgression à ce niveau démontrerait clairement à la face du monde que Denis Sassou Nguesso est un dictateur. C'est un homme dont la parole sera totalement dévaluée s'il renie son propre serment de défendre la constitution du 20 janvier 2002...

.

Ces deux images pourraient vous inciter à être des des nôtres le 31 mai 2014. Toutes les gesticulations déclenchées par Denis Sassou Nguesso et ses docteurs en agitation politique ne sont que prétextes. En fait, leur projet de changement de constitution - ce qui est plus qu'une modification de la constitution - est déjà prêt : en fait, il est aussi possible d'abroger l'actuelle constitution pour la remplacer par une nouvelle ; Sassou l'a fait une fois, Denis peut le refaire... Il s'agit juste de donner l'impression que l'idée vient du peuple - alors même que le nouveau texte est prêt depuis longtemps ! Le fait que le mastodonte rigole signifie qu'il doit être satisfait du travail accompli. SI LES CONGOLAIS NE SE LEVENT PAS, QU'ILS NE SE PLAIGNENT PLUS. Si nous ne parvenons pas à créer un rapport de force qui fera reculer Sassou Nguesso, le Congo court droit à la ruine et à la décadence...

Projet_Modification_Constitution.jpg

L'analyse de la première photo met en évidence le travail en coulisse de Jean-Jacques Bouya qui apparaît comme le véritable promoteur de ce projet, l'individu tenant le projet n'étant qu'un prête-mains, question de créer l'illusion que le projet vient de la Cuvette-ouest pourtant délaissée et négligée par le clan des crocodiles de l'Alima. Ce projet date d'au moins six mois en amont : il a fallu le temps de la conception, celui de la correction et enfin celui de l'édition et, il a bien fallu que quelqu'un le finance ! Ceux qui l'ont écrit n'ont pas travaillé gratuitement. Comment se fait-il que de toutes les régions du Congo, seule la "Cuvette-ouest' ait eu l'idée de concevoir une nouvelle constitution ? C'est tout simplement louche ; on passe de l'approbation du changement au changement tout fait, une évolution qui témoigne d'un calcul politicien bien conçu à l'avance. Franchement, six mois, c'est un minimum. Dire qu'il s'agit de la contribution de la Cuvette-Ouest, c'est mentir comme un éléphant. Qu'entend-on par "Cuvette-ouest" ? La totalité de la région ? C'est impossible à croire ; il ne peut s'agir que d'une équipe qui n'a aucune légitimité de parler au nom de la Cuvette-ouest comme tous ces pseudo-sages n'ont pas le droit de se prononcer au nom des Congolais. Les sages, les comités, tout ça, c'est du vent, un leurre. En fait, en arrière-plan, Bouya préparait déjà le texte de la nouvelle constitution. Il s'agit juste de chercher le moyen de faire avaler le gros caca de l'éléphant au peuple congolais. Une fois de plus...

Projet_Modification_Constitution2.jpg

Le sourire satisfait du grand ndzokou montre qu'en lisant l'article sur lequel son regard se pose, il reconnaît que sa pensée dictatoriale a été bien traduite sur le plan juridique. Qui peut nous faire avaler que le petit maigrelet flottant dans sa veste noire est l'auteur d'une telle abomination ? Encore une fois, ce document n'a rien de légal mais si ça se trouve, sans en changer un iota, Denis Sassou Nguesso va demander au peuple congolais ou à l'assemblée, SON assemblée de le voter en l'état...

Le drame de la RDC est magnifiquement résumé dans cette vidéo par monsieur Honoré Ngbanda, un proche de l'ancien président Mobutu. En clair, c'est le pouvoir d'occupation de Kanambé, le Rwandais, qui organise une campagne de déstabilisation de la RDC en incitant le Burundi, le Rwanda, l'Angola, le Congo-Brazzaville, entre autre Etats à expulser les Congolais de la république démocratique du Congo.

Il faut un esprit froid comme celui de Ngbanda pour comprendre des mécanismes de troubles politiques orchestrés en vue d'instiller une instabilité politique dans le but de créer les conditions de conservation du pouvoir politique. En clair, Ngbanda voit la pieuvre rwandaise à l'oeuvre, celle-là même que Denis Sassou Nguesso considère comme son plus précieux allié du moment. Cependant, même cette pieuvre rwandaise est au service des puissances du monde - notamment la puissance américaine.

Quand un étranger est à la tête d'un pays, et là je ne parle pas que de la RDC, sa mission est de détruire le peuple sur lequel il règne afin d'asseoir durablement son pouvoir. Nous appelons nos confrères de la RDC de s'associer avec nous afin que nous mutualisions nos causes politiques. D'une certaine manière, le Congo-Brazzaville où les Libanais, les ouest-Africains font la loi, est aussi un pays sous occupation. Les vrais Congolais savent pourquoi...

Honoré Ngbanda nous rejoint en posant le problème central de l'identité qui est à la base de tous les conflits politiques en Afrique. Les Africains ont connu un détournement identitaire à l'époque coloniale : de même qu'il fallait transmuter l'identité de l'esclave aux Antilles en le fouettant jusqu'au sang afin qu'il oublie ses origines africaines en acceptant le nouveau nom et la nouvelle identité que son maître lui attribuait, de même à l'époque coloniale, par le biais de l'état civil et de la religion, l'identité du muntu a été falsifiée. Or, tant que nous ne ferons pas une véritable psychanalyse identitaire, nous ne parviendrons jamais à créer des Etats et des nations qui nous ressemblent et l'Afrique ne cessera jamais d'être colonisée.

 

A l'heure où les expulsions des RDCIENS voient aussi le jour en Angola, entre autres pays africains, nous vous permettons de découvrir le message du pasteur Anicet Massamba depuis les Etats-Unis en réaction aux expulsions et aux dérapages qui ont émaillé l'opération "Mbata ya mokolo Sassou". Son message est intitulé en lingala : "BRAZZA-KIN : TO BATELA BONDEKO; TO ZONGUISSA BONDEKO". Ce message de réconciliation et de paix tombe à pic dans la mesure où sur les deux rives du fleuve Congo, le sentiment patriotique a déterré la hache de guerre par journalistes interposés, certains officiers de la RDC mal inspirés comme AIME BOLUWA appelant même à l'attaque militaire du Congo-Brazzaville par la RDC.

 


Au Congo-Brazzaville, nous nous approchons de la fin d'un règne. Enfin, c'est ce que voudrait la constitution du 20 janvier 2002. Hélas, Denis Sassou Nguesso, pourtant grand couturier devant le dieu constitutionnel de cette veste juridique, la trouve désormais trop exigüe au regard de son ambition de "César noir" éléphantesquement né pour commander. Comme nous l'avons prédit, notre Ndzokou national n'a pas attendu la dernière année pour manigancer son maintien au pouvoir. Comment laisser filer ce "niama" qu'il a capturé en 1997 en assassinant des dizaines de milliers de Congolais qui voulaient le protéger ? De même qu'il a pris le pouvoir par la force, de même seule la force peut le déloger de son trône. Or, il n'y a personne capable de le faire partir de force - même si certains prétendent le contraire. D'autres comme Boukadia et Poaty Pangou, certainement excédés, l'un pour ne pas avoir reçu son coq au lieu de réclamer la ferme Congo tout entière, l'autre parce qu'il est convaincu que toute cohabitation harmonieuse entre Kongos et Ngalas est impossible, veulent carrément créer un nouvel Etat, la république du sud Congo, une utopie qui en vaut une autre. En temps de paix, comment peut-on justifier la scission d'un pays ? Avons-nous tout essayé pour en arriver là ? Seul Dieu le sait...

Nous attendons de voir comment les choses vont se configurer d'ici 2016. Denis Sassou Nguesso contrôle le pays à tous points de vue : politique, économique, militaire, occulte ; il a de nombreux soutiens à l'étranger dont le plus important est certainement la Chine. Il a réduit l'opposition intérieure à néant, ayant même réussi à englober dans le P.C.T. tous les autres grands partis comme le MCCDI, le RDD ou le RDPS, l'UPADS étant manipulée à distance au travers de Tsati Mabiala - qui a par ailleurs avalisé le faux recensement réalisé par le pouvoir qui veut nous faire croire que le nord est désormais plus peuplé que le sud (nous avons déjà dit qu'en laissant mourir de faim les populations du sud, Denis Sassou Nguesso espérait un rééquilibrage démographique mais à défaut de l'attendre se réaliser, il le décrète comme à son habitude).

Selon certaines sources, l'annonce de la modification de la constitution du 20 janvier 2002 interviendrait au mois de juin. Cependant, rien n'est certain à ce stade. En attendant, aux frais du denier public, Denis Sassou Nguesso bat campagne pour inciter des "sages" triés sur le volet à le supplier de continuer son travail de démolition d'un pays jusqu'à la dernière goutte de pétrole. Non, il ne peut pas s'en aller comme ça. Certes, il y a la perte de l'impunité absolue qui l'exposerait devant les tribunaux internationaux mais il sait que personne ne viendra le chercher dans sa capitale de coeur Oyo. Non, il a assez d'argent pour freiner la justice française jusqu'au retour de ses amis de droite au pouvoir. Il a tout prévu, y compris la possibilité de rendre le Congo ingouvernable en créant des troubles sévères. Tous ses docteurs en agitation politique sont à pied d'oeuvre. Comment ne pas céder à sa cupidité quand le mastodonte sait que la production pétrolière du Congo va doubler d'ici 2016 ? 

Nous estimons qu'au lieu de chercher à modifier la Constitution, Denis Sassou Nguesso qui est à l'heure actuelle l'homme politique qui a le règne le plus long au Congo, devrait s'atteler à préparer son bilan pour nous le présenter avant son départ définitif de la scène politique congolaise. Il lui faudra établir le rapport entre les moyens et les résultats politiques sur les plans infrastructurel et superstructurel. Le Congo a-t-il progressé ou péréclité en matière de satisfaction des besoins primaires comme l'eau, l'électricité, l'alimentation, en somme le coût de la vie, de l'éducation, de l'emploi, des libertés fondamentales - à l'heure où des étrangers vont jusqu'à faire bastonner des policiers congolais qui veulent exercer leur métier avec professionalisme ? C'est que Denis Sassou Nguesso depuis 1997, année de son retour aux affaires, a brassé des centaines de milliards de francs. Il faut qu'il nous dise ce qu'il a fait de l'argent public et pour quels résultats. Nous lui épargnons les crimes de sang qui assombriraient ce bilan pour qu'il se concentre sur les progrès infrastructurels et superstructurels. Attendez, un homme qui veut que le Congo devienne un pays émergent d'ici à 2025, doit nous dire ce qui le rend si optimiste à poursuivre un règne désastreux - alors que le chômage frappe plus de la moitié de la population active, que nous importons jusqu'à la tomate qui pousse naturellement chez nous et que le Congo, pays riche, est catalogué parmi les pays où sévit la famine. Il faudra aussi qu'il fasse le bilan de la gestion de la chose publique, vu tous ces milliardaires qui bourgeonnent dans son clan et qui n'ont jamais été poursuivis pour détournements de denier public. 

Quand on veut se maintenir au pouvoir, encore faut-il dire au peuple, pour quoi faire ! Denis Sassou Nguesso est assez riche et son clan aussi. Ils peuvent donc s'ils le veulent sortir par la porte constitutionnelle - sans qu'il y ait effusion de sang. Aussi, nous exigeons le bilan de la gestion clanique du pays. Au lieu de passer son temps à écumer les villes et les villages du Congo à la recherche de pseudo-sages qui lui donneraient un quitus, Denis Sassou Nguesso ferait bien de rédiger son bilan. De toute façon, qu'il le fasse ou non, nous le ferons à sa place. Trop de compatriotes meurent par sa faute. Le règne de la terreur, de la tricherie, de la prédation généralisée n'a que trop duré. Un règne de près de trente ans, on ne peut chercher à le prolonger par devers toutes les interdictions constitutionnelles sans au préalable un bilan.

Flyer_Ouabari.jpg

A Brazzaville, les étudiants congolais sont en grève. Le système ne veut pas payer leurs bourses d'études budgétisées chaque année dans le budget national. Le Congo dispose de liquidités pour faire face à une telle situation. Nous avons assez d'argent pour en prêter aux autres ! Cette grève est donc légitime d'autant que le pouvoir n'explique pas cette rupture de paiement. Nous suivons de près cette situation parce que nous avons écho des violences policières à l'égard de nos jeunes étudiants. Que l'on se souvienne de cet étudiant qui perdit sa main dans les mêmes circonstances.

Le Lion De Makanda a toujours soutenu les étudiants congolais - notamment en ce qui concerne le paiement de leurs bourses d'études. Ils nous écrivent du Maroc, d'Europe de l'ouest, de France, etc, toujours à propos du même sujet : la bourse. Il a toujours pris le parti de nos jeunes concitoyens qui se construisent un avenir. Le Congo n'a aucune raison de délivrer des coups de fouets à la place des francs cfa à ses étudiants qui ont besoin de la bourse pour poursuivre leurs études. C'est donc à juste titre que nous soutenons la grève des étudiants à l'intérieur du pays, notamment à Brazzaville, pour une raison simple : un pays qui n'arrête pas de distribuer des milliards de francs cfa à plusieurs pays ne peut ne pas payer les bourses de ses propres étudiants. Le Congo a assez de surliquidités à la BEAC pour qu'on puisse éviter une discontinuité dans le versement des bourses.

Déjà que le niveau de notre université laisse à désirer comparativement à d'autres universités africaines, le non-paiement de la bourse est un élément volontairement démotivant que le pouvoir des crocodiles du PCT manie pour affaiblir les capacités d'apprentissage de notre jeunesse. Et nous ne vous apprenons rien en affirmant que notre taux d'instruction est passé de 99% à 55% ! Faire des études n'est plus comme l'avait voulu le président Marien Ngouabi un phénomène de masse ouvert à toutes les classes sociales : l'école, notamment les études supérieures de qualité devient un privilège de luxe réservé à la classe dominante comme l'est l'accès à internet ou même à l'emploi. Plonger le peuple dans l'ignorance fait partie de la stratégie de conservation du pouvoir criminel Sassou & Nguesso : moins vous savez ce qui se passe dans votre pays et dans le monde, moins vous avez tendance à vous révolter surtout si vous passer votre temps à chercher un bout de manioc à vous mettre sous la dent. La pyramide de Maslow peut aussi s'appliquer à la connaissance : tant que vous n'avez pas un bout de manioc à mettre sous la dent, vous ne pouvez pas aspirer à l'instruction et si l'instruction n'est pas satisfaisante, vous ne pouvez pas aspirer à la connaissance et tant que vous n'aurez pas maîtrisé les arcanes de la connaissance, vous ne pouvez pas maîtriser les rudiments de la pensée qui vous permet de produire votre propre connaissance. LA REALISATION ULTIME DANS LE DOMAINE DU SAVOIR CONSISTE A PRODUIRE SON PROPRE SAVOIR...

Nous réclamons la libération de tous les étudiants arrêtés pour avoir manifesté pacifiquement. En disant cela, nous pensons particulièrement à Guy Norbert Mampanssi incarcéré au commissariat central de Brazzaville où il se trouverait en danger de mort pour torture aggravée.

Et c'est ce pouvoir que vous voulez prolonger indéfiniment au Congo ? Un pouvoir qui distribue l'argent du contribuable congolais à des étrangers tout en affamant nos propres étudiants ?

Certes, Denis Sassou Nguesso n'a jamais obtenu le baccalauréat qui lui aurait permis d'aller à l'université mais ce n'est pas une raison pour priver nos étudiants d'une bourse budgétisée nécessaire au bon déroulement de leurs études. C'est volontairement que Denis Sassou Nguesso prive les étudiants de bourse : il a besoin de les pousser dans leur retranchement afin de les voir manifester dans la logique de création de troubles sociaux qui est celle du pouvoir en ce moment ; on chasse nos frères d'en-face et lorsque la RDC ferme ses frontières, on prive les étudiants de bourses pour les pousser dans les rues.

IL S'AGIT POUR LE POUVOIR DE NOTRE MASTODONTE POLITIQUE DE CREER DES TROUBLES SOCIAUX A REPETITION JUSQU'EN 2016 ! N'OUBLIEZ PAS QUE LE PCT POSSEDE DES DOCTEURS EN AGITATION POLITIQUE SORTIS DES ECOLES DE L'EUROPE DE L'OUEST (ROUMANIE DE CEAUCESCU, EX-URSS, ETC.). ILS SONT A L'OEUVRE DEPUIS LE 4 MARS 2012...

Nous n'avons pas le choix : il nous faut combattre ce régime inique car se taire voudrait dire que l'on est complice des pratiques inhumaines du régime venu des bords de l'Alima.

Le pouvoir s'entraîne à la confrontation qu'il provoque, suscite et tout cela n'a qu'un but : démontrer sa force à la face du peuple, façon de dire  " Tu es un peuple conquis, esclave qui n'a pas droit à la parole".

Entre ceux qui prônent la scission du pays et ceux qui prônent la violence - notamment par les armes, il y a encore de la place pour une résistance non-violente, efficace qui pourrait agir comme une arme mentale imparable : il suffit l'union, le rassemblement de tous.

Ce pouvoir n'agit pas pour le peuple mais contre le peuple. Il est donc temps que le peuple l'affronte. SI NOUS NOUS LEVONS TOUS, NOUS POURRONS FAIRE TOMBER L'ELEPHANT. A JAMAIS. SI NOUS NE FAISON RIEN, NOUS PORTERONS LA RESPONSABILITE DEVANT L'HISTOIRE D'AVOIR HYPOTHEQUE L'AVENIR DU CONGO...

Nous publions ici la liste des participants potentiels qui ont répondu verbalement ou par sms à l'invitation formulée personnellement par le Lion De Makanda - car il reste encore deux semaines avant l'événement ; de nouvelles personnalités peuvent encore nous rejoindre. Cette liste ne tient pas compte des personnes et personnalités qui ont pu être contactées par le MCCD et son président Bruno Mouellet. Certaines personnalités ont émis le souhait d'être représentées car elles seront absentes de France comme Kovalin Tchibinda ou empêchées pour des raisons professionnelles ou autres. Certaines pourront envoyer une contribution écrite destinée à être lue.

Voici de façon succinte quelques personnalités contactées qui ont répondu par l'affirmative ou qui pourraient être des nôtres si leur emploi du temps le permettait à la date du 31 mai 2014 :

- Benjamin Belloum : homme d'affaires et homme politique centrafricain ;

- Jean Luc Malékat : ancien ministre, coordonnateur des Assises Nationales ;

- Joseph Ouabari Mariotti : ancien ministre ;

- Gertrude Malalou Koumba : présidente de l'association Daabanyl ;

- Benjamin Toungamani : PPCI, coordonnateur adjoint des Assises Nationales ;

- Noël Magloire Ndoba : économiste congolais ;

- Arold Gatien Samba : administrateur de BRAZZANEWS ;

- David Bourguin : MIPPEs ;

- John Binith Dzaba : SACER ;

Lesly-Yvon Koumeka ;

- Antoine Kihoulou de Kimpwanza ;

- Evrard Nangho : Collectif Sauvons le Congo ;

- Marcel Makomé, ancien ambassadeur : si son emploi du temps le permet ;

- Modeste Boukadia (président du CDRC) : s'il revient à temps de son voyage hors de France et si son emploi du temps le permet ;

- Jean Claude Béri : président de DAC (Développer le Congo Autrement) ;

- Cyr Makosso ;

- Youss Band : il a souhaité être des nôtres pour l'animation musicale en qualité de griot. Nous étudions les conditions de  sa participation ;

- Laurent Dzaba (FCPS) : si son emploi du temps le permet ;

- Isidore Aya Tonga : rien n'est sûr mais il se pourrait qu'il soit parmi nous ;

- Cédric Mpindy : ancien président de l'ACGL ; 

- Godefroy Karanda : juriste ;

- Vivien Manangou : juriste, universitaire ;

- Joseph Loufouat : SRAL ;

- Kovalin Tchibinda pourra être représenté par une personne de son organisation dans la mesure où il sera à l'étranger à cette date.

Cette liste n'est pas exhaustive, de nombreux compatriotes sont attendus. Nous allons inviter le maire de Lyon, monsieur Collomb, le maire du huitième arrondissement, le préfet et d'autres personnalités politiques françaises - rien ne nous garantit leur présence mais l'invitation sera faite. 

Nous rappelons que ce meeting en salle est organisé conjointement par le Lion de Makanda et le Mouvement Congolais Contre la dictature du président Bruno Mouellet.

Ce meeting en salle du 31 mai 2014 à Lyon est ouvert à toute la diaspora congolaise - sans exception. Ceux qui souhaitent me contacter peuvent m'envoyer un mail à l'adresse suivante : demainlecongobrazzaville@yahoo.fr pour plus d'informations. Il s'agira d'envoyer un message fort au régime de Brazzaville.

Réponse au Ministre Thierry Lézin-Moungalla : « Le Congo  que j’aime ne vous ressemble pas »

 

Thierry_Moungalla_JC_Beri.jpgEn ces jours de lutte pour les libertés fondamentales au Congo, qui suscite beaucoup de tensions,  les propos du Ministre  TLM bafouant la liberté d’expression numérique  peut paraître anecdotique.  Qui plus est il est Ministre des Postes et télécommunications.  Ce qui aurait logiquement fait de lui le « défenseur » de la presse numérique. Au regard des multiples tergiversations, ratés et  la lenteur due principalement à son incohérence politique à l’implantation  de la fibre optique dans notre pays, il est facilement compréhensible qu’il soit répulsif à l’importance de l’internet pour le développement. Doit-on rappeler à TLM que les conditions d'accès à internet sont catastrophiques et les coûts des communications restent élevés, pourtant plusieurs milliards y sont déjà engloutis et pour quel résultat ? Reste que la guerre sur internet est déjà déclarée envers tous ceux qui refusent d'accepter la pensée unique menée tambours battant par le clan sassou  une sorte de  propagande politique mensongère dont  TLM s’illustre à travers ce pamphlet résonnant comme un exutoire.  

 

Lorsqu’un ministre du NTIC  de la république déclare :

 

«…. Je voudrais, en deuxième lieu, relever que les sages ne sont pas moins légitimes que les personnes qui animent ce débat sur internet.Devant sa machine, toute seule, une personne forme un pseudo collectif des Congolais contre le changement de la constitution. En quoi une personne pareille est-elle plus légitime que les sages ou les notables d’un département ? J’aimerais que l’on m’explique la notion de légitimité dans ce cadre. J’ai toujours dit que la constitution n’est pas une bible. Mon pasteur, lorsqu’on lui demande la nature de son ministère, répond simplement que nous appliquons la Bible sans rien ajouter sans rien retirer. Il est le livre de la révélation, qui doit être conservé intact. La constitution, par contre, a été conçue par des hommes dans un contexte politique, social et économique précis. Ce qui a été fait par les hommes à cette époque, commandé par une circonstance politique majeure, peut être changé par les mêmes hommes….. » TLM (1)

 

Ces propos sont d’une mauvaise foi hallucinante et déconcertante.

 

Serait-ce pas ce même personnage qui a usé de ce même moyen de communication pour s’exprimer il n'y a pas si longtemps que ça ? N’a-t-il pas  usé du même procédé pour  vendre ses services douteux au clan sassou ? Si certains ont déjà oublié sa fourberie et sa trahison du  journal Mwinda en tout cas pas nous. Seulement, à  ce moment là internet est un bon outil de communication. Faut-il  croire que la fonction du ministre lui aurait fait basculer dans une  amnésie intellectuelle grave. Quelle hérésie de la part d’un homme de son rang (pourtant pas con comme beaucoup de ses pairs)  que  de verser dans un discours comparatif insidieux,  pervers et intellectuellement disgraciant.

 

Serait-il opportun de rapporter à Mr MOUNGALLA que la Constitution de la République du Congo du 20 janvier 2002 ; Titre II : Des droits et des libertés fondamentaux en son article 19 stipule : « Tout citoyen a le droit d'exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l'écrit, l'image ou tout autremoyen de communication. La liberté de l'information et de la communication est garantie. La censure est prohibée. L’accès aux sources d'information est libre. Tout citoyen à droit à l’information et à la communication. Les activités relatives à ces domaines s'exercent dans le respect de la loi » Ne serait pas là une légitimité ? Par contre peut-il nous indiquer quel article constitutionnel autorise les sages ou notable d’interférer  dans le débat constitutionnel ? Leur pouvoir n’étant que  consultatif au niveau local (famille, village, district...) et non national  leur donnent-t-ils le droit d’être plus légitime que le peuple qui a voté la constitution. Ou encore les sages et les notables se substitueraient-ils au peuple ?

 

Ce Ministre ignore t-il

  • « qu’internet contribue à une meilleure information des citoyens et à une plus grande transparence de l’action publique, par exemple par la diffusion d’informations administratives par le Net, de données publiques, des programmes politiques des partis...
  •  favorise une interaction plus grande entre les gouvernants et les gouvernés. Les courriers électroniques permettent de faire connaître aux élus les attentes et les réactions de leurs administrés. On peut imaginer qu’Internet pourrait être un outil pour participer au processus législatif par les forums ouverts…
  • favorise par certains aspects les actions collectives permettant à des individus isolés, mais partageant les mêmes idées, d’entrer en contact et de se mobiliser.
  • Internet pourrait compléter la démocratie représentative en corrigeant ses insuffisances par une dimension plus participative, sans en altérer les fondements. On pourrait envisager des votes électroniques déjà testés dans certains pays. » (2)

C’est à se demander si c’est ce ministre qui  assume réellement les fonctions du Ministre des NTIC ?

Cette manipulation en cours consistant à  vouloir sanctifier quelques vieux sages savamment choisis parmi tant d’autres et décrédibiliser les internautes Congolais qui participent au débat politique, surtout lorsqu'on est Ministre des NTIC, c'est faire preuve "aveuglement conceptuel archaïque". Doit-on rappeler au Ministre que 70% de la population congolaise est composée de jeunes de 20 à 40 ? Et ce sont ces jeunes qui s’expriment à travers ces réseaux sociaux. Ne pas percevoir l’apport percutant de la jeunesse congolaise dans le développement de la communication à travers les nouveaux outils en vogue relève d’une ignorance indigne d’un ministre des NTIC. Ce n’est pas seulement une insulte envers ces jeunes mais cela va également au delà des partis et associations politiques modernes qui animent leurs débats en utilisant internet.

 

Votre attitude démontre que vous êtes intellectuellement malhonnête (ou du moins vous jouez bien votre jeu). Cette  intolérance et surtout cette falsification ou caricature des faits et propos auxquels vous prétendez  lutter sont la révélation d’un intégrisme intellectuel primaire sous couvert d’un débat constitutionnel.

Que valent MOUNGALLA, MABIALA, MUNARI, KOUMBA… et autres ministres du sud  sans SASSOU ? Dans vos contrées vous n’êtes que des pantins qu’on acclame en votre présence  mais dès lors que  vous avez le dos tourné, les couteaux s’aiguisent …. Je vous laisse imaginer la suite. L’approche de la fin du mandat présidentiel de Sassou fait des sueurs froides à ces Lieutenants fanfarons qui ont vendu leur âme au diable. Ils ont un nouveau rôle à assumer, le camouflage de l’échec politique de Sassou Nguesso et la domination ethnique du clan au pouvoir.

 

 Vous n’êtes qu’une partie intégrante du troupeau de moutons qu’on engraisse qui voudrait nous faire sombrer dans le ravin du politiquement correct. Adeptes du pillage et corruption, de la pensée unique valorisant les idées hégémoniques d’un clan, ces nouveaux aboyeurs érigés en justiciers s’arrêtent sur un mot, une phrase ou un article qu’ils voudraient faire censurer au nom de leur liberté qui consiste à ne pas tout dire… surtout pas la vérité! Ils sont le prolongement et les avaliseurs  d’une Justice injuste et d’un Gouvernement qui ne gouverne plus depuis belle lurette. Ces nouveaux dénonciateurs maladifs et répugnants  ne sont que des « profiteurs du système » qui n’amènent rien de constructif ou de positif au débat des hommes libres. Ils se complaisent à faire appliquer des lois scélérates votées par des Assemblées aux ordres de leur messie SASSOU qui croit  diriger le Congo de mains de maître. Ils veulent nous empêcher d’écrire ou de s’exprimer,  nous  bâillonner dans notre liberté d’expression et la bafouer en laissant aboyer  la meute de chiens de chasse.

 

Mais nous le savons tous que le pouvoir est source de jalousie, d’inégalités et de grincements de dents. Le pouvoir confère à celui qui le possède un ascendant sur les autres, quel que soit son statut social. Celui qui le possède en perd son esprit critique, sa lucidité et est toujours tenté d’en user et d’en abuser. Ce n’est pas étonnant que les chiens de chasse de sassou divaguent et bavent des inepties incohérentes.  

Le pouvoir possède une gigantesque capacité de corruption/perturbation du bon sens et de la clairvoyance commune, surtout après un passage régulier dans les joutes fétichistes de Sassou. Il se faufile de manière contagieuse des propos abracadabrantesques pour faire de nous des experts de la manipulation, des agitateurs tribaux,  des spécialistes de tourner en rond….

….

Mais ce qu’ils ignorent c’est que leur pouvoir ne pourra jamais sanctionner ou cloisonner  notre liberté de penser. A force d’opprimer le peuple, il est sur le point d’exploser devant toutes leurs injustices qui donnent des droits à certains chiens de chasse en quête d’os à broyer  en occultant ceux des autres. Après tout, on le dira jamais assez, le vrai pouvoir n’appartient qu’au peuple qui est assez confiant pour mettre ses propres bourreaux en place le moment venu et cela par les voies démocratiques.

 

En faisant fi d’ignorer que « la démocratie se moque des fausses hiérarchies politiciennes et se soucie de faire accéder à ses valeurs politiques l’ensemble des citoyens. Par son principe d’égalité politique, elle suppose et impose l’indépendance et la liberté de jugement de chaque citoyen. La démocratie invite chaque citoyen à revendiquer et à débattre en politique, c’est-à-dire sur tout ce qui concerne les affaires publiques du peuple des citoyens ou de la Nation. André TOLMERE

 

Ces délateurs, aboyeurs formatés de la pensée unique, ne l’oublions pas, participent à la destruction de notre Société. Ils voudraient nous voir rejoindre le troupeau destiné au saignement final  programmé, tout en ignorant que les moutons, même bien nourris et choyés  finissent souvent égorgés ou tombent du haut d’une falaise pour aller s’écraser comme des excréments, quelques mètres plus bas. Notre monde politique regorge des hommes qui se sont fait piéger par les sirènes d’un pouvoir dictatorial.

Certains se font passer pour  de gentils moutons bien malléables, obéissants mais ils ne sont que des hordes de rats immondes qui croient briller dans l’ombre des égouts en se nourrissant des résidus des autres et en s’enfermant dans une conception illusionniste de la démocratie, par simple peur de la liberté de vivre au grand jour.

Ne dit-on pas que  « quelle que soit la quantité de cendre que se couvre le cafard, il sera toujours le festin du coq » ? (Sagesse africaine).

Encensez Sassou comme vous voulez,  le messie, le seul rempart, le génie, élevé au rang de véritable dieu sur terre, véritable petit juif tous les qualificatifs que vous voulez y passent mais vos cris d’orfraies céderont très vite la place au rutilant bal des vampires auquel s’adonnent tous les aboyeurs constitués en un  harem sans foi ni âme,  lancés aux trousses des dignes fils du Congo.

                                           Jean-Claude BERI

 

http://adiac-congo.com/content/thierry-lezin-moungalla-la-constitution-nest-pas-une-bible-13061

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/enjeux/media-democratie/internet-bienfait-ou-danger-pour-democratie.html 

De retour à Lyon. Je me suis rapproché au plus près de l'Afrique. Du Vaucluse, je suis allé à Marseille, un mélange de couleurs, de saveurs, de cultures du monde où l'on peut sentir par le mistral et la brise de la Méditerranée les murmures de l'Afrique, comme des supplications, des appels au secours. La Méditerranée m'a paru un carrefour où des mondes se rejoignent dans des trafics de tous genres. Au plus près de la mère de l'humanité, au plus près de mes frères de douleur dont les cris voyagent dans ceux des mouettes, j'ai demandé le soutien de nos ancêtres.

Je n'ai pourtant pas arrêté d'être informé. J'ai appris que la RDC aurait fermé sa frontière avec le Congo pour arrêter les expulsions - comme pour dire qu'elle ne voulait plus recevoir ses propres enfants.

J'ai aussi appris que pendant son séjour à Oyo, Denis Sassou Nguesso, voyant son projet de validation de la modification de la constitution par les pseudo-sages ne faisant pas l'unanimité à Sibiti, aurait demandé aux militaires de le soutenir - notamment en prêchant l'évangile de la modification de la constitution dans les casernes. Apparemment, les militaires auraient répondu qu'ils ne faisaient pas de la politique et qu'ils souhaitaient ne pas se mêler à ce débat.

Certains ministres peuvent dire que les pseudo-sages sont aussi des Congolais et qu'ils ont le droit d'inciter à la modification de la constitution, leurs bec répétant allègrement les mots que Sassou veut qu'ils disent. Cependant, nul besoin de se proclamer "sage" pour émettre une opinion en la matière - surtout lorsque des billets de banque remplacent la sagesse. Personne ne peut s'autoproclamer "sage" ou être décrété tel par un seul homme et surtout, nulle sagesse ne peut exiger que perdurent indéfiniment la faim, la soif, le chômage, le manque d'éducation, le détournement du denier public, le viol des liberté fondamentales, les meurtres, le règne des étrangers qui font bastonner même des policiers honnêtes qui essaient juste faire leur travail. La sagesse ne peut encourager la division de la nation, l'esprit de clan. Le sage veille à ce que le pouvoir donne à tous et non à quelques-uns - ce qui est à tous. Quel est donc ce sage qui pourrait comprendre et admettre que Sassou donne l'argent des Congolais à des pays étrangers - alors que les fils du pays meurent de faim ? Oui, la rhétorique de la position sociale pousse le ministre à défendre son rang - plus qu'à soutenir Sassou : comme c'est ce dernier qui fait la pluie et le bon temps, on souhaite qu'il demeure au sommet de la chaîne alimentaire pour que ceux qui vivent parce que serviteurs volontaires puissent continuer à prendre leur part de la dépouille de la république.

A ceux qui lui ont prophétisé un règne de trente-trois ans, nous disons : "vous n'avez pas le numéro de téléphone de Dieu pour lire le futur". Croire que Denis Sassou Nguesso va s'octroyer un troisième mandat qu'il n'achèvera pas, c'est votre souhait et non celui de Dieu. On ne peut se prétendre "homme de Dieu" et encourager le règne du diable. Moïse combattit la puissance de pharaon pour sortir son peuple de l'esclavage ; Elie affronta Achab et la reine Jézabel, le Christ lui-même traita Hérode de "renard". Nul homme ne peut se prétendre "homme de Dieu" et encourager le règne de la mort.

Nous avons entendu vos élucubrations qui vont jusqu'à donner à croire qu'il n'y a personne d'autre à même de diriger le Congo que Denis Sassou Nguesso. A vous, je réponds : " il n'est pas difficile de donner des ordres qui vont à l'encontre des intérêts du peuple comme distribuer l'argent d'un pays même à la deuxième puissance économique du monde ou de signer des contrats qui permettent aux firmes étrangères de s'arroger nos matières premières à prix cassé. Nul besoin d'être un être d'exception pour gager le pétrole ou pour évaporer l'argent de la république dans des comptes opaques". Si vous croyez qu'il faut être un surhomme pour réduire un peuple à la misère en le poussant à mendier son propre argent, vous vous trompez largement. Le départ de Denis Sassou Nguesso n'est pas synonyme de fin de nos ressources premières mais au contraire de salut public. Sassou n'est pas comparable à un planteur sans lequel le peuple n'aurait plus de manioc. Il doit partir et personne ne peut nous forcer à le subir trois ou sept ans de plus.

L'armée doit servir le peuple et non la dictature en protégeant au contraire nos institutions du déshonneur car la plus grande insulte que l'on peut faire à un pays est de cracher sur son texte le plus sacré une seconde fois, la première étant lors de l'abrogation de la constitution issue de la Conférence Nationale souveraine. Les soldats sont les fils de femmes qui souffrent, les frères de ceux qui meurent faute de soins. Ces soldats ont assez de sang dans les mains pour ensanglanter toute l'eau du fleuve Congo. Et nul ne peut assassiner son propre peuple pour le règne d'un seul. Notre peuple est pris en étau entre des pseudo-sages traîtres à la nation et des hommes politiques qui ne pensent qu'à leurs propres intérêts. L'armée doit sortir le peuple de ce cauchemar qui n'a que trop duré. Si elle doit parler, qu'elle défende nos institutions et le peuple qui a fourni le lait qui a nourri nos soldats.

Le 31 mai 2014, nous serons nombreux à nous lever pour la défense de notre pays. Ils viendront de tous les coins de la France et même de l'Europe pour dire NON. QUE L'ARMEE NE SE MELE PAS DE CETTE POLITIQUE CRIMINELLE QUI NE VISE QUE LA DESTRUCTION DE NOTRE PEUPLE. ELLE DOIT AU CONTRAIRE FAIRE EN SORTE QUE NOS INSTITUTIONS NE SOIENT PAS LA RISEE DU MONDE. 

AyaTongaIsidoreCOMMENTAIRE : Empêché, monsieur Isidore Aya Tonga ne pourra pas assister au meeting du 31 mai 2014. Aussi, a-t-il tenu à m'envoyer ce texte en guise de contribution.


PHILOSOPHIE

Dans « La Marée du soir », Henri Montherlant a écrit :« Il n’y a que deux partis dans un pays : ceux qui osent dire non, et ceux qui ne l’osent pas. Quand ceux qui ne l’osent pas dépassent en nombre considérable ceux qui l’osent, le pays est fichu ». Albert Camus ajouta plus tard : "Ce n'est pas la révolte en elle-même qui est noble, mais ce qu'elle exige » - je dirai de l'individu. En effet, du 7 au 10 juin 2014 se tiendront à Paris( France), les assises nationales du Congo pour l'alternance démocratique. L'enjeu sera de mettre la pression civile à Sassou Nguesso et au système dictatorial réinstallé au Congo depuis le coup d'état militaire du 5 juin 1997.

C'est dans cet état d'esprit noble ou légitime en vue de la restauration de l'alternance politique au Congo Brazzaville que, moi, Isidore AYA TONGA, membre de la résistance extérieure au dictateur propose deux plans d'actions concrètes. Le premier plan est intitulé : "Plan d'action et de lutte contre les serviteurs volontaires à la modification de la constitution congolaise du 20 janvier 2002". Ce plan 2014 à 2015 aura pour contenu :

- Sassou Nguesso, n'assigne pas à résidence territoriale les résistants intérieurs.

- Sassou Nguesso, touche pas à ta constitution.

- Sassou Nguesso, le peuple souverain dit NON à l'assemblée nationale et à un sénat illégitime.

- Sassou Nguesso, le peuple souverain a dit NON aux perspectives du referendum constitutionnel avant 2016.

- Sassou Nguesso, le peuple souverain conteste les résultats du recensement administratif spécial.

- Sassou Nguesso n’achète pas la conscience des sages ou du peuple congolais.

- Sassou Nguesso, les sages ne sont ni des constitutionnalistes et encore moins habilités à être représentatifs du peuple souverain.

- Sassou Nguesso doit partir en aout 2016 ou avant point barre.

- Sassou Nguesso, vous aviez eu une chance inouie en 1991, mais cette fois-ci les choses ne se passeront plus comme il y a 23 ans.

- Sassou Nguesso, ne joue pas avec le feu ou avec les nerfs du peuple souverain - à défaut c'est votre vie et celle de vos enfants, familles et clans au pouvoir qui seraient menacées dès la restauration de l'alternance politique.

- Sassou Nguesso, sois raisonnable et conscient du danger civil qui guette non seulement le peuple congolais mais aussi toute la sous-région d’Afrique centrale.

Ce plan 2014 à 2015 aura pour destination ou cible, tous les leaders et relais d'opinion intérieurs et extérieurs. Le mot d'ordre sera lancé à tous les leaders et relais d'opinion quels qu'ils soient du pouvoir ou de la résistance intérieure et extérieure: non à la servitude volontaire. Ce plan 2014 à 2015 aura pour actions concrètes, tous les leaders et relais d'opinion intérieurs et extérieurs. Cela signifie que tout leader ou relais d'opinion intérieur et extérieur qui collabore volontairement avec le régime en vue de la modification de la constitution ou du maintien de Sassou Nguesso au pouvoir sera non seulement considéré traître mais aussi comme ennemi de la future démocratie congolaise. En effet, dès la restauration de l'alternance politique, ces individus traités comme tels à savoir: - pas d'activités politiques, juridiques, sociales, économiques, culturelles et sociétales au Congo pendant une durée de 30 ans.

Une loi sera d'ailleurs votée à juste titre pour punir dans le temps, ces traîtres des intérêts supérieurs du peuple souverain. Dans le continu de ce plan , tout individu congolais quel qu'il soit et qui coopère avec le régime sera désormais fiché et archivé comme ennemi à la résistance contre la dictature Sassou Nguesso. Les données comportementales et intérêts particuliers des profils-cibles intérieurs et extérieurs seront au moment opportun transmises aux nouveaux big brothers de l'espionnage et du contre-espionnage congolais dès l’avènement de la vraie démocratie au Congo Brazzaville. Sur ce plan, les données récoltées par certains agents ou agents de relais de la résistance avec bien sûr l'aide de nos valets étrangers sont immenses et pourraient être traités dès que possible avec dans nos nouveaux services de renseignements ou la DGST congolais dès l’avènement de la vraie démocratie. Ces données m'ont été exposées à Paris, le 22 novembre 2013 dans un bar restaurant du coté de la porte d’Orléans à Paris....

Mes gars, lisez mes articles et rendez-vous au Congo dès la chute du dictateur. D'après mon analyse, la plupart de ses AS patriotes congolais de l'informatique et des nouvelles technologies de l'information seraient tous installés en France et seraient non seulement du Nord mais surtout du Sud Congolais. Cependant, qu'est ce qui les unit entre eux ? Je pense personnellement que leurs familles quelles qu'elles soient du Nord ou du Sud Congo ont été à un moment où l'autre victimes du régime ou du dictateur Sassou Nguesso.

Ce plan 2014 à 2015 aura aussi pour actions concrètes d'inonder tous les médias disponibles en occident et ailleurs dans le monde des messages argumentés contre la dictature sassou Nguesso. Ce plan 2014 à 2015 aura ensuite pour actions concrètes de manifester par des opérations coups de poing devant des ambassades des pays accrédités en France ou en occident qui, par leurs intérêts particuliers nourrissent la légitimité du régime machiavélique Sassou Nguesso. Ce plan 2014 à 2015 aura enfin pour actions concrètes destinées à la résistance intérieure. Celui-ci est plus essentiel et indispensable à la restauration de l'alternance politique au Congo. C'est la raison pour laquelle, nous ne vous communiquerons pas dans cet article, les stratégies de lutte intérieure.

LES PLANS B ET C, PERSONNE NE LE SAURA SAUF LES DURS DES DURS DE LA RÉSISTANCE LÉGITIME CONGOLAISE AUX FORCES D'OCCUPATION ET DE DICTATURE POUR L’AVILISSEMENT DU PEUPLE CONGOLAIS...

       Isidore Aya Tonga, membre de la résistance extérieure 

Le Lion De Makanda se trouve actuellement dans le Vaucluse pour des raisons familiales ; ce qui l'a empêché d'assister à la table ronde des Assises qui a eu lieu à Paris ce samedi. Il salue le fait que le comité de coordination ait pu surmonter les difficultés qui empêchaient la rédaction d'une synthèse commune. Le travail de synthèse gagnerait en puissance si la méthode procédurale pour la réalisation des objectifs capitaux était privilégiée car les mots doivent chercher le moyen de se décliner en actions. Il promet d'assister à la prochaine réunion. La mobilisation doit se poursuivre à Lyon lord du meeting en salle du 31 mai 2014 qui commence à inspirer plusieurs compatriotes dans d'autres villes de l'Hexagone. Il s'agira pour nous tous de converger au mois de juin vers des Assises qui feront date.

L'objectif de cet article suite à la mort de quatre policiers à Owando vise à interpeller le gouvernement congolais sur les raisons des troubles qui surviennent en ce moment au Congo-Brazzaville. Y a-t-il une coïncidence entre la présence de Sassou et la mort des capitaines Mpandzou et Ngomambi ainsi que deux autres policiers assassinés à Owando ?  La présence des rebelles du groupe armé Enyele Udjani a été signalée au nord tout comme celle des Rwandais entre autres mercenaires. Cette fusillade d'Owando traduit un nouveau pas franchi dans la création de troubles sociopolitiques que nous avons prédits et c'est loin d'être terminé car la présence du Général Munene au Congo s'explique désormais dans le cadre d'une déstabilisation des deux bords du fleuve Congo commencée avec l'opération MBATA YA MOKOLO SASSOU.
Des policiers congolais et un chef rebelle armé sont tombés au cours d'une fusillade à Owando, preuve que des mercenaires et des rebelles étrangers vivent en parfaite détention illicite d'armes de guerre dans notre pays. C'est inacceptable.

Toute la lumière doit être faite autour de cette sombre histoire. Nous savons que le capitaine Mpandzou a été muté le mois dernier à Owando et il n'est pas normal qu'il trouve la mort - par le biais de jeux politiques obscurs visant la conservation d'un pouvoir criminogène et inique à peine arrivé sur son lieu de travail.

Recommander

CONGO : PRESENTATION

CONGO : INFOS SUR LE PAYS :
Superficie: 342 000 Km2
Population: 4 012 809 hab
Densité: 11,7 Hab/Km2
Capitale Politique: Brazzaville
Cité Economique: Pointe-Noire
Régime: Présidentiel

Langues: Français (officielle), Lingala, Kituba
Littoral: 169 Km Côte Atlantique
Port maritime: en EAU profonde
Monnaie: FCFA (1€=655.57F)
P.I.B/Habitant: $4000
Réseau ferroviare: 795 Km
Emission CO2 /Hab: 0,64 tonnes
Nb de postes TV /1000 hab: 13
Nb de lignes fixes /1000 hab: 5
Usagers Internet /1000 hab: 38
Indicatif Téléphonique: +242
Domaine Internet: .CG
Fête Nationale: 15 Août
Indépendance: 15 Août 1960
Devise: Unité/Travail/Progrès
Fuseau Horaire: UTC +1
Taux d'Alphabétisation: 92,1
Principales richesses: Pétrole, Bois, Potasse, Or, Diamant...
Frontières: 5 504 Km
Pays voisins: Angola, Gabon, Cameroun, Centrafrique, RDCongo (Ex. Zaire)
Nb de Régions: 12
Autres villes:
Dolisie, Ouesso, Nkayi, Owando, Impfondo, Gamboma, Djambala, Oyo...

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2006
  • Contact

Archives

Commentaires

Recherche

Images aléatoires

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

LDM



IDENTITE

NOM COMPLET : Mouvimat IBOUANGA LOUNDOU
NOM  ADMINISTRATIF : IBOUANGA
PSEUDO: Lion de MAKANDA
SIGNE ASTROLOGIQUE : LION
CLAN TRADITIONNEL : MAKANDA
PASSIONS : LANGUES MORTES,
CIVILISATIONS ANCIENNES,
LITTERATURE, INFORMATIQUE,
 EGYPTOLOGIE,  RELIGIONS,
SPIRITUALITE, CHOSES CACHEES,
SCIENCES (PHYSIQUES ET METAPHYSIQUES).
NATIONALITE : AFRICAINE
MICRO-NATIONALITE : CONGOLAISE
TRES DOMINANT DE CARACTERE : IDEALISTE

UN LION MON DOUBLE

17.jpg

IMAGES_DNCB

Kiki

Eau Très Sale

EauSalePolluée

Eau Impure

Img11

img2

HollandeRegardeAilleurs

Img4

Img7

Img8

Img9

Img10

Img5

JWE LIBRE

Africa_Feu.jpg

Afrique Viande

Amphi.jpg

Eau_Impure.jpg

 

    Femmes_Presidents.jpg

enfants_critiques.jpg

Salete_congo.jpg

Inondations3

RueDeBrazzaville-copie-2.jpg

Inondation----Mpila07a.JPG

Erosion----Casis07l.JPG

brazza-porcherie.jpg

chemindefer-1-.jpg

Inondation----Potopoto-07i.JPG

BzImg5.jpg

jpg-Route-au-Congo.-bis-jpg-1-.jpg

March--DansLaBoue-copie-1.JPG

Erosion----Casis07b.JPG

mama.jpg

Inondation----Bopaka07h.JPG

hp011153.jpeg

 

Bernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpg

ntumi.jpg

joseph-kabila.png

gorille2.jpg

lisb1-1.jpg

 

debat.jpg

 

edithsassoubongoondimba.jpg

beach-brazzaville2-1.jpg

criminels-affaires-beach.jpg

marien-ngouabi.jpg

mmrl-2brazza-28-1.jpg

edith-sassou.jpg

 

plissouba3.jpg

 

clip_image002.jpg

SassouLeCannibale.jpg

Inondations10

Crash4

Inondations3

Inondations11

Inondations14

Inondations35

Inondations30

Inondations31

Inondations5

Inondations32

Inondations38

pollution1

Inondations56

pollution

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

Inondations61

Inondations6

Inondations46

Saleté

Inondations70

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 3

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 2

Inondations36

Seleka.jpg

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 map

302827_343265212438355_14984044_n.jpg

aeroservice il76 ek-76300 brazzaville 121130 6

trans_air_congo_il76-ek-76300_brazzaville_121130_5-copie-1.jpg

197985_343247909106752_617841022_n.jpg

EcolePleinAir.jpg

pollu-tion.jpg

9648_343247932440083_1400810622_n.jpg

13-juillet-2012-1.jpg

431032_221947057903505_311537468_n.jpg

484133_3873402647624_1254604795_n.jpg

292663_334711426594134_5817226_n.jpg

Bains_De_Rue.jpg

FORCE_DU_PEUPLE-copie-2.jpg

Miyibi.jpg

Inondations.jpg

Saletes1.jpg

Youlou.jpg

Inondations2-copie-1.jpg

PoingLevé

Claudia&JoueurDefootTogolais

deforestation

djombo-telesud-juin2013

EtudiantMaincoupée4

Jean-Paul-Pigasse

EmpereurBokassa

OkemaSassouEnPeignoirs

Claudia&Sassou&Footeux

Img10

SassouDevantPresse

Img19

Il y a tout de même de la beauté en Afrique

en général et au Congo en particulier...

source rivière

paysage3

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés