Commentaires

POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE, FAITES UN CLIC SUR LE TITRE DE L'ARTICLE ET POUR NOUS CONTACTER, FAITES UN CLIC SUR "Contact"  à droite, quelques lignes sous la photo du lion, dans la rubrique "Présentation".

D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS UNIQUES, 513 ABONNES *** PLUS DE 1250 COMMENTAIRES,*** PLUS DE 2500 ARTICLES... *** "NOUS SOMMES A 513 ABONNES GRATUITS *** NOTRE OBJECTIF EST D'ATTEINDRE 1000.*** ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT POUR DONNER PLUS D'IMPACT A D.N.C.B. !"

MESSAGE IMPORTANT

 

CONGO, MON COMBAT POUR LA LIBERTE (LDM) 
"CEUX QUI PROFITENT DE L'INJUSTICE D'UN SYSTEME SONT PEU ENCLINS A DENONCER SON CARACTERE INIQUE. IL FAUT SE BATTRE POUR QUE S'INSTAURE UNE VERITABLE JUSTICE SOCIALE AU CONGO. ET L'ETAPE PREMIERE DU COMBAT CONTRE L'INJUSTICE EST SA DEMONSTRATION ET SA DENONCIATION. LA DEMOCRATIE N'EST QUE FILLE DE LA JUSTICE SOCIALE."
LION DE MAKANDA
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA NEWSLETTER POUR RECEVOIR UN MAIL A CHAQUE NOUVEL ARTICLE DE DNCB ET VOUS SEREZ PARMI LES PREMIERS A APPRENDRE DES TAS DE CHOSES CACHEES SUR LE CONGO !


  ACTUALISEZ LA PAGE D'ACCUEIL POUR LIRE LES VERSIONS CORRIGEES DE NOS ARTICLES...

Invité du JT du 28 juillet 2014 par la chaîne AFRICA 24, l'ancien ambassadeur Marcel Makomé, qui s'est illustré lors d'un débat sur RFI en donnant la réplique au ministre des postes et des télécommunications Thierry Lézin Moungalla à propos du changement de la constitution du 20 janvier 2002, parle de Boko Haram et de son positionnement vis-à-vis du débat sur la constitution congolaise du 20 janvier 2002.

Mwangou, bonjour. Tu sens bien que ces histoires de religion relèvent désormais de la manipulation idéologique et non de la recherche du salut. Elles sont toutes pernicieuses : judaïsme-talmudique, christianisme romanisé ayant autorisé la traite des nègres, islam guerrier décidé à conquérir le monde par la force.

"Que ta volonté soit faite SUR LA TERRE comme au ciel". Au ciel, tout va bien puisque Dieu y fait la loi : les planètes respectent sa loi, les anges aussi, etc. ; c'est sur terre qu'il faut être sauvé ! De la faim, de la soif, de l'oisiveté, de l'ignorance, du vice ! Or, au nom de la religion, ils s'entretuent au Proche-Orient et vous, comment pouvez-vous croire qu'ils sont dans le vrai - alors qu'ils ne respectent même pas les préceptes religieux qui sont censés provenir d'eux, de leurs dieux ? Esclavage, colonisation, domination, ce sont ces peuples qui en sont l’auteur ! N’oublie pas qu’ils ont passé des siècles à s’entretuer ! Toute leur histoire est jonchée de guerres, de massacres de masse et ils continuent à tuer pour le profit au nom de la religion ! Il suffit d'ouvrir un livre d'histoire sous l'angle spirituel pour s'en convaincre

"TU NE TUERAS POINT" ! MAIS ILS TUENT EN MASSE ET SONT ALLES JUSQU'A MASSACRER DES MILLIONS D'ETRES HUMAINS ! ET ILS CONTINUENT A TUER ! AU NOM DE LA RELIGION, D'UN SOI-DISANT DIEU TOUT-PUISSANT QU'ON L'APPELLE ALLAH, HASHEM OU JEHOVAH ! Non, entre leurs mains, la religion n'est un outil de conquête politique en ramollissant les esprits. La religion est l'opium des peuples affaiblis culturellement.

LA VRAIE RELIGION VIENT DE CHEZ NOUS, DE NOTRE BONNE VIEILLE TERRE D'AFRIQUE !!! Un simple petit exemple : Moïse, l'initié égyptien des maisons de vie, ne la reçut-il pas de Jéthro, l'Ethiopien qui était prêtre de Madian ? ET IL EST CURIEUX QUE LE TANAKH NE DONNE PAS DE PRECISIONS SUR LA RELIGION DE JETHRO. Lis la Bible et tu verras Jéthro lui dire : "Organise le peuple comme ça ; donne-lui des lois et des ordonnances" C'est écrit dans la Bible ! LES LOIS CENSEES PROVENIR DE DIEU ETAIENT DEJA CONNUES EN AFRIQUE ET EN EGYPTE (Tu ne tueras point, tu ne voleras, tu respecteras ton père et mère, tu ne commettras pas d'adultère (juste l'exemple de Joseph emprisonné en Egypte pour accusation d'adultère), etc. Elles ne proviennent pas directement de Dieu mais de Jéthro pour ce qui est du cas de celles que Moïse donna aux Hébreux ! ). Les initiés, les vrais, savent que la sacro-sainte circoncision qui est selon Abraham le symbole de l'Alliance avec Dieu, en fait signe de prêtrise chez les pharaons, était déjà connue et généralisée dans l'ensemble de l'environnement socio-culturel négro-africain qui comprenait l'Egypte, fille d'Afrique, en commençant par la sphère pygmoïde. Moïse s'agenouillait même devant Jéthro ! TOUT EST ECRIT, GRAND-FRERE !  Et si tu ne retrouves pas ces versets, je me ferai le plaisir de te les communiquer !

CONTRAIREMENT A CE QUE TOUS CROIENT SOUS L'EMPRISE DE LA DOMINATION OCCIDENTALE, LE SALUT NE VIENT MEME PAS DE CEUX QUE L'ON CROIT MAIS DE L'AFRIQUE. Regarde-les agir : ils détruisent toute la planète au nom du profit, de l'argent : forêts, océans, environnement, etc. Et le salut viendrait de ces monstres ? Non, c'est impossible ! On reconnaîtra l'arbre à son fruit : la destruction de sa propre création peut-elle être l'oeuvre d'un dieu créateur ? C'EST D'AFRIQUE QUE VIENDRA LE "SAUVEUR" DE L'HUMANITE. Raison pour laquelle ils la détruisent culturellement, économiquement. LE MYSTERE VIENT D'AFRIQUE ET CONCLURA SON OEUVRE LA OU ELLE (OEUVRE) A COMMENCE. Comprenne qui pourra...

 

Vous savez que Denis Sassou Nguesso se rendra aux Etats-Unis pour participer au sommet de Washington où de nombreux chefs d'Etat africains sont invités du 5 au 6 août 2014. Il sera question de la démocratie en Afrique où certains chefs d'Etat sont sous la tentation de la modification ou du changement de leur constitution républicaine.

Afin de faire parvenir vos messages au président américain Barack Obama, nous vous demandons d'envoyer  des fax à l'ambassade des USA en France à ce numéro de fax : (+33) 0142669783. Ecrivez même en français ; le courrier lui sera traduit in english.

Nous avons l'assurance que vos fax seront envoyés au chef de la Maison Blanche himself. Profitez pour expliquer au président américain que Denis Sassou Nguesso s'apprête à perpétrer son quatrième coup d'Etat (contre Marien, contre Yhombi et contre Lissouba pour les trois premiers) : un putsch constitutionnel en faisant croire que c'est le peuple qui lui demande de changer la constitution. Mais de quel peuple s'agit-il : des paysans qui ne savent même pas ce qu'est une constitution, des enfants malnutris, des mères sans lait maternel, des jeunes sans emploi, des fonctionnaires qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts, des étudiants privés de bourse, des malades sans soins ou de tous ces analphabètes qui écument nos rues depuis que Sassou a détruit le système éducatif ?    ECRIVEZ A OBAMA, S'IL VOUS PLAIT !                                                    Large diffusion.

 

                                               LION DE MAKANDA

ISLMAM.jpgCOMMENTAIRE : Nous avons déjà attiré votre attention sur les dangers de l'islam salafiste assimilé Al Qaida qui s'est implanté dans notre pays de façon fulgurante. Désormais, même les Chinois s'en inquiètent, eux qui se contentent d'une colonisation économique et démographique du Congo - alors que l'islam radical salafiste - al qaïdiste envisage et une colonisation démographique, et une colonisation économique et une colonisation religieuse.

Al Qaida et Boko Haram sont déjà au Congo : une implantation furtive, en douceur sous un prosélytisme percutant qui n'attend plus que l'occasion pour une explosion confessionnelle. Ils ont disséminé des mosquées sur toute l'étendue du pays, sont passés de 300 à 800 mille adeptes et possèdent désormais des chaînes de télévision qui prêchent un islam violent que dénoncent désormais la frange dite modérée des musulmans qui coexistaient en toute quiétude avec les autres religions.

Cette tension introduite sciemment par Denis Sassou Nguesso dans notre Congo natal vise à déstabiliser les fondements mêmes de la société congolaise. Dans les dix années qui viennent, le Congo risque de connaître des troubles semblables à ceux du Nigéria ou de la Centrafrique si rien n'est fait pour stopper la montée de l'islam radical qui surfe sur les énormes moyens déployés dans notre pays par le Qatar et l'Arabie Saoudite. Attendez qu'ils construisent la plus grande mosquée d'Afrique centrale à Brazzaville...

Voici un lien qui finira par vous convaincre que l'esclavage et la haine du Noir continuent en terre d'islam. Je viens d'apprendre que le mot abd traduit à la fois les mots noir et esclave. Merci Olga Tchic !

Source : http://wakeupethiopians.wordpress.com/2013/03/01/arabs-hate-black-people-they-dont-think-a-black-can-be-muslim/

Voici une vidéo qui montre que les musulmans ont planifié de transformer l'Ethipie en un pays à 100% islamique en tuant les chrétiens en brûlant des églises. REGARDEZ BIEN, CHERS COMPATRIOTES, CE QUI ATTEND VOTRE PAYS PUISQUE LES MEMES CAUSES PRODUISENT LES MEMES EFFETS. SACHEZ QUE LA TRAITE DES NEGRES DE LA PART DES MUSULMANS CONTINUENT JUSQU'A CE JOURS, SOIT PLUS DE 1400 ANS !

                                                                         *

Foi et apaisement/Congo : Les chefs musulmans appellent à la vigilance

BRAZZAVILLE (Xinhua) - Les chefs musulmans ont profité de la fin du ramadan, célébrée le 28 juillet au Congo, pour inviter les fidèles à la vigilance.

Jeudi 31 juillet 2014 | 16:56

UTC

 

"Soyons vigilants, car il y a de ceux-là qui ont sali l'image de l'islam au Congo. Qui leur a ouvert la voie pour mentir ? Ils usent des médias audiovisuels privés, se disent musulmans et mentent au nom de l'islam", s'est insurgé l'imam Kiam Hamidou, responsable de la mosquée Roi Fayçal du 5e arrondissement de Brazzaville, Ouenzé.

Les responsables de l'islam au Congo se sont déclarés mécontents de "la désinformation, des invectives médiatiques" proférées, selon eux, par des personnes au nom de cette religion.

Ils ont invité les médias congolais à ne recevoir sur leurs espaces que des musulmans mandatés par le Conseil supérieur islamique du Congo.

"Nous ne prêchons pas la violence. Suivez nos émissions sur la télévision nationale et sur les chaînes privées, il n'y a pas un  seul mot lié à la violence", a indiqué le vice-président du Conseil islamique du Congo, Youssouf Ngolo.

 En effet, pour une bonne partie de l'opinion congolaise, la montée exponentielle de l'islam dans le pays  est sources d' inquiétudes.

  "Nous ne pouvons pas être tranquilles en voyant la religion musulmane se répandre à une allure impressionnante dans le pays. Nous avons des soucis pour la sécurité, cela montre un certain désordre", pense Kévin Ondaye, un étudiant.

 "Nul n'ignore que la prolifération des mosquées inquiète déjà les populations chrétiennes", disait, il y a quelques mois, un responsable de la Commission nationale des droits de l'homme du Congo.

 Au cours de l'année 2013, certains Congolais ont manifesté de diverses manières leur opposition à un projet de construction d' une mosquée, annoncée comme la plus grande d'Afrique centrale, dans ce pays majoritairement chrétien.

 Sur une population d'environ 4 millions d'habitants, le Congo comptait 452.000 musulmans et près de 3 millions de chrétiens dont 2,4 millions de catholiques, selon une étude publiée en 2008 par le ministère de la Santé.

Au mois de mai 2013, la communauté islamique du Congo annonçait que les deux principales villes du Congo, Brazzaville et Pointe- Noire, comptaient environ 800.000 fidèles musulmans.

Cette augmentation s'accompagnait aussi de celle des mosquées où ces fidèles sont repartis : 26 mosquées à Brazzaville et 21 à Pointe-Noire. Ce constat illustrait la montée exceptionnelle de l' Islam qui, depuis son implantation en 1910 au Congo, ne comptait que quelques rares mosquées dans ces deux villes. "Le problème c'est que le Congo est frontalier au Cameroun et à la République centrafricaine. Il est très proche du Nigeria. Dans ces pays, la montée de l'islam s'est accompagnée de violences que le monde entier n'arrive pas à maîtriser aujourd'hui. Les Congolais sont bien au courant de cette actualité", analyse Roger, un journaliste congolais.

 Source : http://french.xinhuanet.com/2014-08/01/c_133523784.htm

Affiche-AB-meeting-de-Paris-15-Aout-2014.jpg

C'est une indiscrétion qui nous vient d'un ancien cobra vivant en France. En guise de récompense pour avoir combattu pour le faire revenir au pouvoir, Denis Sassou Nguesso a expédié de nombreux cobras à l'étranger. Nombreux vivent en France. Sassou refila même des passeports diplomatiques à quelques-uns. C'est une réalité constatée à Lyon à la fin de la guerre en 1997-1998. " Je refuse de rentrer, même si Sassou me propose en tant qu'ancien cobra une maison à Kintélé", dit-il. Et moi qui croyais que les constructions de Kintélé étaient réservées aux sinistrés du 4 mars 2012 ! Handicapé, notre cobra ne se sent plus l'âme d'un guerrier et veut profiter de son séjour parisien où il est tranquille. Si notre cobra désormais paralysé ne peut rentrer au pays, combien ont accepté de le faire ?

Sassou sait qu'il peut toujours compter sur la fibre de la solidarité ethnique pour faire revenir quelques cobras fanatiques qui croient en la défense d'un pouvoir ethnique ou tribal - même s'ils n'ont pas personnellement grand' chose à y gagner. Les cobras mis au frais à l'étranger sont en effet les plus coriaces, notamment des drogués sans moralité, prêts à tuer sur gages ou sur commande dès que le kani leur en donne l'ordre. Certains se sont illustrés dans le Pool lors de l'opération MOUEBARA où ils ont tiré sur tout ce qui bouge.

Si Denis Sassou Nguesso demande aux plus coriaces de ses cobras de revenir au bercail, ce n'est pas pour rien : c'est en prévision du pire quand il aura annoncé le changement de constitution. Nul ne peut présager de la réaction de cet apathique peuple congolais. Aussi, qui veut la paix prépare la guerre. De même qui veut imposer une injustice ou perpétrer un putsch constitutionnel prépare la matraque. Or, la matraque n'est rien sans le matraqueur, la kalachnikov sans le cobra...

Denis Sassou Nguesso, épargnez-nous de nouveaux troubles, vous qui avez dit qu'il n'y aura plus de violence au Congo. Vous n'avez pas le droit de changer la constitution car aucune disposition dans la constitution du 20 janvier 2002 ne le permet. Seule une révision est possible mais sans concerner les articles qui garantissent l'alternance démocratique. Donc référendum ou pas, il est hors de question de changer de constitution. Rien n'empêche que l'on rajoute des articles qui donnent du pouvoir à l'assemblée ou qui permettent un meilleur partage des pouvoirs. A ce propos, je ne m'en tiendrai qu'aux propos de Parfait Kolélas qui reconnaît que le MCCDI a été berné en matière de partage de pouvoir - donc cet argument qu'on nous sert à toutes les sauces ne tient pas debout. Si Denis Sassou Nguesso veut partager le pouvoir, nul besoin de changer la constitution. Il n'est pas question de nous priver d'alternance démocratique.

Toute tentative dans ce sens prouvera aux yeux du monde entier que Denis Sassou Nguesso est un dictateur - sans scrupules puisqu'il ne respecte même pas sa propre parole donnée lors d'un serment où il a promis de protéger la constitution...

Les anciens cobras qui rentrent au pays finiront par comprendre que les promesses de Denis Sassou Nguesso n'engagent que ceux qui les prennent au sérieux. Ils risquent de se retrouver dans la nature, obligés de mendier auprès du pouvoir des miettes pour leur survie. Un serpent reste un serpent - même dans un corps d'éléphant. L'appât pour vous faire revenir sera alléchant mais la réalité au pays sera cruel.

Za bowaoEn ironisant, il nous vient l'idée de dire que c'est la tête sortie de la merde de la servitude volontaire que le philosophe retrouve le chemin de la vérité et des mots qui collent à la réalité comme une seconde nature. D'autant que la philosophie reçoit un coup de pouce de l'injustice au passage. Le professeur Zacharie Bowao, ancien ministre délégué à la défense, ayant subi l'onde de choc du petit Hiroshima du 4 mars 2012 à Brazzaville, a été ejecté de son poste de ministre et, en retombant, il a retrouvé la sophia de Pythagore perdue dans les rets de la politique. Peut-être aussi la soif d'écrire. Comme quoi, philosophie et politique ne font pas bon ménage et bonnes méninges. Façon de vous dire qu'il a écrit un livre intitulé "Ethnocentrisme et partis politiques" publié aux éditions Hemar. Emblématique qu'il l'ait dédié à Ambroise Edouard Noumazalaye, le plus grand idéologue du P.C.T. 

Nous dénonçons ce phénomène qui est le plus grand frein du développement de l'Afrique depuis des années en insistant qu'aucun chef de l'Etat au Congo ne s'est élevé au dessus de sa pesanteur ; ce qui fait que personne n'a jamais cherché à le juguler. Qu'on l'appelle tribalisme, ethnocentrisme, ethnodiscrimination (une création de mon cru), c'est toujours le même phénomène. Il est rare que ceux qui le dénoncent soient du même bord que ceux qui le pratiquent. Vous savez que nous avons toujours dénoncé le fieffé tribalisme généralisé de monsieur Denis Sassou qui favorise les ressortissants du nord et surtout ses frères Mbochis au détriment des originaires du sud du Congo à tous les niveaux et à tous les échelons  : dans l'armée, la police, la douane, l'administration, l'enseignement, la santé, etc. Au Congo, le moindre petit poste de décision est occupé ou par un Mbochi ou par un nordiste (ce qui veut à peu près dire la même chose).

 LDM est du sud par le hasard des naissances ; ses détracteurs auront vite fait de le dénigrer en le prenant pour un "radical", un "extrémiste", parfois même un "tribal" lorsqu'il dénonce ... le tribalisme ! Je vous laisse le soin de résoudre le paradoxe. Mais là, c'est un Mbochi qui accuse Denis Sassou Nguesso, un autre Mbochi, de tribalisme, un homme qui a travaillé avec le mastodonte, certainement en bénéficiant du même phénomène ethnodiscriminant, qui, désormais, dénonce le péché politique originel en Afrique noire.   Je crois qu'il ne reste aux siens que de le traiter de "traître" ou d'"aigri" parce qu'il a quitté le pouvoir. Ils pourront toujours arguer dans le camp de Denis Sassou Nguesso et des tribalistes dont l'idéologue mbochi fut Noumazalaye que notre philosophe qui a retrouvé le logos n'aurait pas pu écrire un tel livre s'il était toujours au gouvernement.

Si la rancoeur ou le ressentiment produit l'expression de la vérité, qui s'en plaindra ?

Nous allons chercher à nous procurer le livre de notre philosophe qui a réussi à se tirer des griffes de la servitude volontaire. Toute une libération intellectuelle qui vous débouche les méninges ! Professeur Zacharie Bowao, bienvenue dans le club des amoureux de la Vérité qui est mère de la Sophia. Normal que la sophia et la vérité fassent bon ménage : elles sont fille et mère...

LivreZacharieBowao.jpg

Thierry-Moungalla.jpg

Il est notoire qu'en boxe, comme dans de nombreux sports de combat, il existe des catégories : poids léger, poids plume, poids moyen, poids lourd. De même existe-t-il aussi une stratification dans l'art du débat. Quand le PCT, traversé par des courants divergents sur la question du changement de la constitution du 20 janvier 2002, envoie son champion "poids lourd" du débat politique, Thierry Moungalla, ministre des postes et des télécommunications de son royaume, pour rabattre le caquet de l'opposition dite radicale, il faut que ce dernier accepte d'affronter - sur le terrain de son choix un poids lourd de la critique sociale. Aussi, moi, Lion De Makanda, lance un défi à monsieur Thierry Moungalla pour l'organisation d'un débat contradictoire public, vu qu'il se trouve actuellement à Paris pour porter haut le flambeau de ceux qui veulent perpétrer un putsch constitutionnel afin de voir Denis Sassou Nguesso rempiler pour un troisième mandat non constitutionnel, brisant ainsi tout espoir d'alternance démocratique au Congo-Brazzaville. Denis Sassou Nguesso nous devait au moins cela après l'échec en communication de Pierre Ngolo, secrétaire général du P.C.T., et de l'association "Mwana Ndeya".

Je suis prêt à débattre avec monsieur Thierry Moungalla en salle, à la radio ou à la télé. Son rang de ministre lui permet d'avoir toutes les portes de son choix ouvertes sur commande ou à la demande. D'aucuns me disent déjà que cet homme qui manie l'éloquence comme arme de manipulation massive ne recevra pas la permission de son mastodonte de maître pour accepter un tel débat. J'ose espérer qu'il possède encore un tout petit degré de liberté lui permettant de décider de ses actions sans en référer chaque fois à son éléphantesque maître Denis Sassou Nguesso. S'il est assuré de  la pertinence de ses arguments, qu'il relève le défi publiquement. Tout silence de sa part équivaudrait à une fuite la queue entre les jambes. Cela me décevrait beaucoup.

Je lui laisse trois jours avant de démolir ses arguments proférés sur RFI face à l'ancien Ambassadeur Marcel Makomé et notre compatriote Paulin Makaya qui du reste lui ont porté la réplique de façon satisfaisante mais sans vaincre par K.O.

Je rêve d'un face-à-face avec Thierry Moungalla pour une joute intellectuelle dont il se souviendra longtemps s'il ose dresser ses ergots d'orateur servile d'un régime qu'il a par ailleurs combattu avant d'en devenir le champion de la défense forcenée par la manipulation et le mensonge, face aux crocs d'un lion.

Je crois que le Congo mérite ce débat contradictoire sur un sujet aussi sensible. Il peut me contacter sur mon blog par la fiche Contact, sur ma page Facebook ou par tout autre moyen.

Je lui promets un débat courtois, respectueux de son rang, parfaitement en phase avec les codes d'une discussion entre personnes adultes et civilisées. Je sais qu'il pourrait se targuer de n'avoir en face de lui qu'un simple compatriote - d'importance modeste mais qu'il se souvienne que c'est moi qui ai donné à la critique sociale congolaise ses lettres de noblesse.

Cher Thierry Moungalla, vous avez trois jours pour vous défiler comme une poule mouillée ou pour relever le débat. Vous pouvez prendre Okiémy avec vous voire toute autre personne de votre choix si vous l'estimez nécessaire. Votre "baston" intellectuel n'en sera que plus éloquent.

                                      LION DE MAKANDA


LuttesIntestinesPCT_1.jpg

LuttesIntestinesPCT_2.jpg

Merci BrazzaNews. Aucun commentaire nécessaire. Juste un rappel : je suis celui qui avant tout le monde avait demandé à Denis Sassou Nguesso de se prononcer clairement sur la constitution en affirmant qu'il allait la respecter en quittant le pouvoir en 2016. Mes 476 abonnés qui reçoivent mes articles peuvent témoigner...


Le Congo est un petit pays qui a le tort d'être riche car il vit le drame politique le plus honteux de l'Afrique en voyant son élite politique délaisser son rôle de serviteur public pour celui de dépouilleur de la république. Nous vous l'avons toujours dit : tout ce que fait le clan Sassou & Nguesso ne lui sert qu'à détourner l'argent public ; ne vous fiez donc pas aux petites réalisations qui ne nourrissent personne, ne logent personne, des sous-oeuvres qui sont par ailleurs surfacturées pour permettre au clan Sassou & Nguesso de casser des cacahuètes sur le dos du peuple. Qu'il s'agisse du FESPAM, de la fausse municipalisation accélérée, de l'allocation accordée aux victimes du petit Hiroshima du 4 mars 2012, d'autoroutes qui se réduisent à de simples routes au final ou de faux rooms comme ceux de Fourbes à fric, pour le clan des voleurs de l'Alima seul importe de vider les caisses de la république pour que rien n'y reste ! Avant que l'argent ne rentre dans les caisses de l'Etat, les cerveaux de toutes les couleurs du vol et du détournement, noirs, bleus, rouges, jaunes, blancs, ont déjà trouvé le moyen de s'enrichir sur le dos du peuple ; quand l'argent arrive dans les caisses publiques, ils le détournent à leur seul profit en amont (en le faisant transiter par des comptes privés) et en aval quand il parvient tout de même au Trésor public qui est devenu un vrai Trésor royal, et, quand il ne reste plus rien à voler, ils vont s'endetter au nom du peuple congolais qui ne voit jamais la couleur de cet argent qui les enchaîne auprès de fonds vautours puisqu'il  sert aux membres du clan Sassou & Nguesso à s'acheter des palais à l'étranger ou à s'offrir des chemises jetables à 1000 euros chacune !

Pendant ce temps, les étudiants congolais à l'étranger et à l'intérieur du pays peuvent aller se gratter en attendant une bourse qui tarde à être payée ! Les pauvres fonctionnaires font des pieds et des mains pour joindre les deux bouts. Ils détournent, volent, pillent et au passage laissent des miettes à des personnalités comme Nicolas Sarkozy qui ont perdu toute dignité pour de l'argent. Même un ancien chef d'Etat français qui ne manque de rien ! Bon sang, l'argent justifie-t-il qu'on se couvre de honte, qu'on serre la main d'un criminel, qu'on se déprave aux yeux du monde entier ? En tout cas, en voyant fonctionner ce monde, je me dis que je dois être un extraterrestre : "Vous n'êtes pas de ce monde", a dit le Christ. Je crois qu'il doit avoir raison pour une toute petite portion de l'humanité dont je fais partie...

Pour la plupart des observateurs, ce qui s'est passé à Brazzaville ce 25 juillet 2014 ne choque que par le fait que l'ancien président français Nicolas Sarkozy a interrompu ses vacances au Cap Nègre chez madame pour aller empocher 100.000 euros vite faits, mal gagnés en papotant une toute petite heure ou deux, peut-être même moins d'une heure. Avec Nicolas Sarkozy, le moindre petit mot prononcé vaut plus que l'once d'or ! Chapeau, monsieur ! C'est de la pure magie !

Cependant, tout ceci a fini par intriguer la police et la justice françaises. En effet, nous apprenons que pour la justice française, ce faux room cache une campagne de détournements dans laquelle serait impliqué l'homme de paille du clan Denis Sassou Nguesso à hauteur de 60 millions d'euros ! Vous avez compris que si l'homme de paille ayant acheté la licence de Fourbes est compromis, en vérité, c'est le mastodonte lui-même qui est en cause. Chez les Sassou & Nguesso, on ne fait rien pour de la pure gloire : il faut que le Trésor public trinque au passage. Toujours à leur profit !

Encore une fois, nous avons vu juste depuis très longtemps. IL FAUT ARRETER CES FOUS QUI RUINENT NOTRE PAYS EN 2016 ! Nous avons mieux à faire avec tout cet argent que de le voir détourné dans des faux rooms qui ne rapportent rien à notre pays mais servent surtout à Sassou et à son clan à piller le Trésor public.

Vous voulez une preuve de ce que je vous dis ? Lisez donc cet extrait de l'article paru dans Mediapart qui est parvenu à se procurer des documents compromettants  à propos de Fourbes à fric Brazzaville. Mediapart ne ment jamais ou n'écrit rien sans preuves flagrantes :

Fourbes-A-fric.jpg

COMMENTAIRE : A la lecture de l'article le concernant, monsieur Ambert Ndokou a rédigé un texte que nous publions pour qu'il serve de droit de réponse. Il y a quelques idées essentielles dont je ne débattrai pas sur le fond mais je vais juste donner quelques réponses indicatives :

1) Denis Christel Sassou Nguesso : Ce jeune homme a déjà joué un rôle des plus importants dans notre société et, ce, depuis plus de dix-sept ans à des postes de responsabilité très élevés. Le voilà promu désormais au rang de député - sans cesser de gérer la ressource essentielle du pays. Je ne le connais que par ses frasques qui défraient la chronique exactement comme vous. Et nous savons tous les deux, mon cher Ambert, que si Denis Sassou Nguesso n'était pas son géniteur, sa chance à y accéder serait en dessous de zéro. S'il veut jouer un rôle de conscientiseur, il pourrait dire à son paternel de laisser le peuple congolais respirer en reprenant le cours de son histoire politique en main en 2016. Ceux qui s'acharnent désormais sur notre jeunesse par ailleurs mal éduquée, y voient un tremplin pour atteindre des objectifs politiques : en matière de conscience, je ne pense pas que de nombreux jeunes compatriotes aient quelque chose à attendre de Christel Denis Sassou Nguesso ;

2) Parlons de la jeunesse. Il est indéniable que notre population est en majorité jeune. C'est un fait. Il est une réalité qu'un certaine classe politique vieillissante a fait, depuis les indépendances, la preuve de son incompétence politique et de son manque de scrupule vis-à-vis de notre pays. C'est un deuxième fait. Déduire qu'il faille une nouvelle classe politique est un truisme. Cependant, penser que seuls des jeunes peuvent constituer une réponse à cette délicate question est un leurre : Jeune ne veut pas forcément dire vertueux ou plein de bonnes idées. Je crois plutôt qu'il faut adhérer et à des idées et à une certaine éthique de vie qui se reconnaît en un homme. Joe Washington a des qualités morales enveloppées dans une grande générosité mais ce n'est pas simplement dû au fait qu'il soit jeune : même vieux, il restera un homme sensible aux malheurs des autres. Cependant, cela ne suffit pas à faire un homme politique - même si ces qualités préfigurent de la qualité de son âme. Il faut plus que de l'assistance pour faire de la politique : il faut avoir une vision, des idées globalisantes qui tendent à apporter à notre pays le développement qu'il mérite au vu de ses richesses. Attention, je ne dis pas que joe Washnigton Ebina ne les a pas mais simplement qu'il ne les a pas encore exprimées.

 En somme, la jeunesse n'a ni le monopole du coeur, de l'intelligence, encore moins de la sagesse politique. Ce qui compte, c'est ce que le destin a fait de notre âme car voyez-vous, un jeune loup a déjà l'instinct de son espèce ainsi qu'un agneau : l'un est prêt à tuer pour se repaître de la chair, l'autre est programmé pour se contenter de l'herbe de la plaine. Je sais que vous me comprendrez ;

3) A mon propos : Oui, cher compatriote, je n'ai pas les moyens d'un Denis Christel Sassou Nguesso ou de quiconque évolue dans la sphère politique. Et cela est certainement un handicap pour la propagation de mes idées. Cependant, je compte sur les Ambert Ndokou du Congo pour les répandre un jour : si le peuple estime qu'elles valent la peine d'être diffusées, peut-être un jour m'en donnera-t-il les moyens. Je lis beaucoup et je sais que nombreuses de mes idées politiques aujourd'hui reprises par des frères qui en écrivent même des livres pour certains - sont originales : qu'il s'agisse de la tradi-république, de mon modèle de développement panafricain, de ma vision de l'éducation, de l'armée, etc, je sais que ma pensée mériterait d'être connue - même si je ne l'estime pas parfaite.

Mon cher Ndokou, si les conditions l'imposent, peut-être un jour déclarerai-je un parti dans notre pays. Cependant, je consens que l'urgence est ailleurs. Il faut d'abord un environnement politique pacifié pour ensemencer un parti. Néanmoins : j'ai tout mis en ligne ; certaines des idées sont reprises par le gouvernement qui les appliquent mal. Mon seul rêve, c'est d'imaginer un jour un Congo, mon pays natal, ma passion, une terre pour laquelle j'écris au quotidien, accéder à la dignité de nation, de peuple UN et INDIVISIBLE dans ses droits et dans ses devoirs de sorte que toutes les écoles d'Oyo à Tchidondi en passant par celles de Boko et de Moukondo se ressemblent, que chaque citoyen partout où il se trouve bénéficie des bienfaits de la mise en commun de nos ressources dans la république. Je suis pour un développement qui vienne trouver le citoyen là où il se trouve et, pour à peine  un peu plus de trois millions d'âmes, avec les richesses que nous avons, c'est possible. Je garde la conviction que les idées justes finissent par triompher : Marx n'a pas vu triompher son marxisme ou le Christ n'a pas vu sa doctrine aller à la conquête du monde. Je suis un idéaliste, cher frère, un vrai, c'est-à-dire : un homme qui possède un idéal et qui ne s'en écarte pas en l'ayant fait modèle de sa propre vie...

                                                               LION DE MAKANDA

Bonjour monsieur Makanda.


J'ai lu votre article d'une traite et permettez-moi un droit de réponse. J’aurais aimé le faire comme vous sous forme d'article.


Je pense avoir été très clair : je ne suis pas l'avocat de monsieur Christel Sassou. Je ne le connais pas, vous le connaissez sans doute mieux que moi vu votre article. Je n'ai jamais eu besoin de
détours ou de contours pour dire ce que je pense. 


Mon commentaire par rapport à votre article était loin d'être un soutien à monsieur Sassou mais plutôt une interrogation que tout Congolais est en droit de se poser : devant l'échec patent de la vieille
classe politique congolaise, ne doit-on pas accorder plus de crédit à la jeune classe d'aujourd'hui ? Si en cela vous voyez un quelconque soutien, il faudrait nous éclairer davantage.


Personne ne met en doute le fait que c'est "Kiki" qui gère l'argent du pétrole congolais ; j'ai lu assez d'ouvrages sur le sujet pour en être convaincu, mais quitte à l'opposition de mettre tous les moyens juriques et légaux afin que le peuple congolais soit le seul bénéficiaire de cette manne pétrolière. Mais où est cette opposition, elle fait des assises et ensuite elle brille par un silence assourdissant, c'est comme si les assises n'ont jamais eu lieu.


Ce que je dis et ce que je constate c'est que monsieur Christel Sassou semble prendre conscience de cela en mobilisant la jeunesse, en se démarquant de plus en plus de la vieille classe et en faisant des dons aux hôpitaux ou aux écoles. C'est peu de chose, c'est vrai et je vous l'accorde mais n'est pas un début de prise de conscience ? Vous en connaissez beaucoup, vous, des dirigeants de notre pays qui ont déjà fait ne fût-ce qu'un don d'un carton de paracétamol au CHU ? J'ai beau cherché je ne trouve pas ; ils préfèrent construire des buildings et acheter des Rav4 à des mineures de 17 ans
qui sont en réalité leur 3ième ou 4ième femme. Mettons-nous d'accord : je ne dis pas que son action doit être axée sur des donations mais plutôt sur des changements. A l'instar d'un Joe Ebina, je
pense que monsieur Christel doit jouer un rôle novateur et important dans notre pays, c'est mon souhait en tout cas.


Aujourd'hui, quels acteurs la jeunesse doit-elle épauler ? Il fut un moment où j'étais près à adhérer au cercle la Rupture, car j'avais trouvé en ces jeunes une dynamique et des idées novatrices ;
mais quelle fut ma déception lorsque à peine créée, des querelles internes ont commencé à pourrir cet espace d'échanges. Ce cercle qui devait normalement rassembler la diaspora congolaise dans son ensemble s'est révélé être en fait un rassemblement de potes du même quartier ou de la même ethnie.

 


A qui la jeunesse congolaise peut-elle s'identifier : à monsieur Evrard Nangho ou à monsieur Diafouka ? Ces messieurs passent leur temps à critiquer le pouvoir de Brazzaville sur les réseaux sociaux mais ne se gênent pas de s'afficher bras dessus, bras dessous avec des ministres de Sassou dans des hôtels et 4x4 de luxe prêté par ce même régime qu'ils critiquent. A qui la jeunesse peut-elle s'identifier ? 
A monsieur Poaty qui crie haut et fort que notre pays se porterait mieux s'il était separé en deux, les Laris d'un côté et les Mbochis de l'autre ? Doit-on s'identifier à monsieur Okombi, un homme qui a tué d'autres Congolais et s'est fait ensuite connaître pour être le premier  de parcelles du Congo avec l'argent de l'Etat ?


Vous voyez monsieur Makanda le choix est très restreint : à part un monsieur comme (Washington) Ebina, la jeune classe politique congolaise est très décevante et très peu crédible. Vous-même, lion de Makanda. Malgré les idées auxquelles pour la plupart j'adhère vous n'aurez pas les moyens de les propager et de les mettre en pratique au sein de la société congolaise ; d'ailleurs, à ce sujet je pense que vous gagneriez en notoriété en créant un parti politique.

Je pense (je me trompe peut-être) que monsieur Christel se dit : "je n'ai pas d'idées mais j'ai des moyens ; c'est pour ça que je vais rassembler la jeunesse (qui a des idées) pour pouvoir construire
quelque chose ensemble". Je sais qu'il a grandi sous l'influence de son père et que la pomme ne tombe jamais loin du pommier et les chiens ne font pas des chats mais j'ose croire que monsieur Kiki
Sassou, s'il conscientise les jeunes, c'est qu'il s'est rendu compte qu'il avait aussi une conscience qui pouvait lui parler et lui dire qu'il y a un autre chemin vers la rédemption.

christel-sassou-jan2014Monsieur Ndokou Ambert, bonjour. Je prends la peine de vous répondre en me permettant de faire de ma réponse un article. Pour conscientiser les gens, il faut avoir une CONSCIENCE et la conscience n'est pas synonyme de vol, de gaspillage de l'argent public en achetant des chemises à 1000 euros que l'on jette parce que l'on se change trois fois par jours pour éviter de les laver comme le fait l'éléphanteau Christel Denis Sassou Nguesso.

LA CONSCIENCE A POUR AUTRES NOMS : VERTU, RESPECT DU BIEN PUBLIC, ESPRIT DESINTERESSE, PROBITE MORALE, RETENUE, RESPECT DE LA VIE HUMAINE. OR, IL N’Y A POINT DE VERTU EN DENIS CHRISTEL SASSOU NGUESSO CAR CHEZ LES SASSOU & NGUESSO REGNENT L’ARROGANCE, LE MEPRIS DU PEUPLE, L’INSOUCIANCE, LE SATANISME, LE NOMBRILISME, L’ESPRIT DE CONCUSSION, DE VOL, DE CORRUPTION BREF TOUTE LA SALETE MENTALE DE LA PLANETE.

Je ne crois pas que quelqu'un qui détourne le pétrole congolais au travers de sa société privée domiciliée quelque part en Asie soit un modèle de conscientisation des jeunes congolais. D’ailleurs, ceux qui viennent à ses réunions le font contre des billets de banque. Je ne vois pas ce que Denis Christel Sassou Nguesso que vous défendez fait dans le social ; peut-être à Oyo où il est député, au nord chez ses parents. Quoi qu’il en soit, il le fait pour se donner bonne conscience – croyant que cela excusera sa cleptomanie.

Je ne critique pas monsieur Christel Denis Sassou Nguesso sur la base de son patronyme car il aurait pu s’appeler Ndoki, Boukaka, Matoufi ou Mouyibi que ça ne changerait rien sur les faits établis : cet homme est le plus grand voleur de la république !  

Le pétrole représente plus de 90% des ressources de notre pays. Et qui gère les ressources pétrolières ? Denis Christel Sassou Nguesso. Il est l’un des rares qui sait par quels canaux passe l’argent du Congo pour échapper aux vautours à qui son père doit de l’argent – ici, j’évoque les dettes personnelles de son père transformées en dettes d’Etat. D’aucuns prétendent que l’argent du Congo transiterait directement par les comptes privés de ce jeune homme ! Hélas, comment le savoir dans un Etat où la transparence est l’ennemi public numéro un ?

Si vous voulez soutenir ce voleur de pétrole vendeur de tankers qui prend des assurances qui valent de milliards à ses enfants, dites-le clairement – au lieu de procéder par des détours. Assumez votre soutien ouvertement à ce monstrueux voleur. Ce n'est pas parce qu'il réunit la diaspora ou la jeunesse que le caractère de ce personnage qui joue au Monopoly avec des vrais billets de banque va changer !

Ce jeune homme est pire que son père ! Sassou père a eu au commencement de son règne un peu de scrupules mais son rejeton montre un visage monstrueux et insouciant puisqu’il vole l’argent du pétrole qu’il gère sans que personne ne lui dise quoi que ce soit.

 Il espère certainement prendre le fauteuil de son père mais ça ne sera pas aussi facile !

LE VICE EST TROP LONGTEMPS AU POUVOIR DANS NOTRE PAYS. LES CHOSES DOIVENT CHANGER.

 

Faites attention, monsieur Ndokou ! Quand on soutient l'insoutenable, l’inacceptable ou l'intolérable, un jour, je dis bien UN JOUR, on subit la colère dévastatrice du peuple et ceux qui se lèveront ne seront pas seulement des sudistes ! LA SOUFFRANCE EST GENERALISEE DANS NOTRE PAYS. CE JOUR-LA TOUTE LA MISERE SERA DEBOUT EN VENANT DES QUATRE POINTS CARDINAUX...

COMMENTAIRE : Voici encore une preuve que le Congo est un Etat policier qui surveille le moindre fait et geste de tous ceux qui viennent de l'étranger - surtout quand vous êtes Français, originaire de l'ancienne puissance ayant colonisé le Congo - c'est-à-dire, membre de la puissance faiseuse de gouverneurs noirs au Congo depuis les indépendances et, pire encore, vous avez travaillé à l'ambassade de France à Brazzaville supposant être au parfum des secrets du régime des crocodiles de l'Alima - ce qui accroît a fortiori la méfiance du système.

Un Français ex-employé de l'ambassade de France au Congo, Jérémy Filippi, a fait les frais d'une expulsion du territoire congolais manu militari lors d'un second séjour privé pour le simple fait d'avoir discuté avec l'opposition. Qu'on prive les Congolais de leur liberté d'expression ou de circuler, ça s'entend d'autant que nos compatriotes n'ont pas la fibre de se heurter à la sécurité d'Etat qui vous emprisonne pour un simple regard de travers. Nos frères ont intériorisé la dictature et n'osent même plus se plaindre quand ils subissent des sévices à l'intérieur du pays. Mais qu'on s'attaque à un Français juste pour délit de discussion - même pas d'amitié prouvée, c'est très très grave !

Dans le texte ci-dessous, vous allez lire le récit d'une violation des règles internationales de séjour à l'étranger : monsieur Jérémy Filippi, un Français, se fait expulser du Congo sans que l'ambassade de France au Congo ou le gouvernement français ne lèvent le petit doigt :  La france a trop d'intérêts en jeu pour les mettre en péril pour un simple citoyen. Il vaut mieux se coucher. Ce qui nous fait dire que vous, Congolais ayant acquis la nationalité française qui combattez l'intolérable et l'inacceptable, vous n'êtes pas en sécurité quand vous vous rendez au Congo : vous êtes filés, surveillés dans vos moindres faits et gestes. A la moindre méprise, ce régime n'hésitera pas à vous enfermer, vous torturer voire vous tuer. Souvenez-vous de notre défunt frère Bruno Ossébi brûlé vif mais, ayant survécu, a été liquidé définitivement par injection pour le faire taire à jamais quelques jours plus tard à l'hôpital militaire de Brazzaville.

La fébrilité du régime a atteint des sommets car on s'approche de 2016, date de la fin de règne du mastodonte Denis Sassou Nguesso : le système criminel a peur car il se sait coupable de mille et mille crimes de tous genres ; il file donc tous ceux qui viennent de l'étranger. D'ailleurs, tout courrier en provenance de l'étranger est ouvert et lu par la sécurité d'Etat. Tous les opposants, tous les nantis du pays, sont sur écoute. Et le régime frappe à la moindre suspicion - même injustifiée. 

La communauté internationale peut ainsi mesurer la tension politique au Congo à travers le sociomètre de la violation des droits primaires au Congo dès lors que le régime des crocodiles de l'Alima s'en prend même à un citoyen français. Juste pour l'avoir vu discuter avec Mathias Dzon...

                                                                           *

Un Français a été expulsé de République du Congo le 9 juillet dernier. Jérémy Filippi est un ancien employé de l'ambassade de France à Brazzaville. Il avait effectué un contrat de Volontaire international en administration (VIA). Entre juin 2011 et juin 2013, il était chargé de la communication et de la politique intérieure pour le compte de l'ambassade. Revenu au Congo mi-juin pour travailler pour une société privée, il s'est finalement fait expulser. Les autorités l'accusent de s'être immiscé dans la politique congolaise.

Durant deux ans, Jérémy Filippi rencontre un grand nombre de politiciens congolais. « C'était l'une de mes missions », dit-il. Le Français, âgé aujourd'hui de 28 ans, mène des entretiens avec quelques représentants de la majorité, mais surtout avec des opposants. « J'en voyais un à deux par semaine. Même si, parfois, j'arrêtais pendant quelques mois. Selon les relations entre Paris et Brazzaville, l'ambassadeur me demandait de lever le pied au besoin », explique l'ancien expatrié.

Avec les opposants, il parle de la situation du pays. Il leur demande leurs avis, leurs projets et leurs stratégies pour l'avenir. « Mon rôle était d'écouter ce qu'ils avaient à dire. Je rédigeais une note et la transmettais directement à l'ambassadeur », indique Jérémy Filippi. Ces rendez-vous se tiennent systématiquement dans un lieu public, le plus souvent à l'institut français, « jamais chez eux ou chez moi, justement pour ne pas être accusé à tort de conspiration », déclare le jeune homme.

Une mission somme toute classique. « Dans le travail d'une ambassade, il est parfaitement admis de rencontrer des opposants, à condition de ne pas trop en faire état », confie une source diplomatique. « L'ambassadeur ne peut pas les voir directement en tête-à-tête. Cela peut créer des tensions avec les autorités, et bloquer des dossiers. Donc il délègue », explique cette même source. Par contre, l'ambassadeur côtoie officiels et opposants de manière transparente, «dans un cadre plus large, comme des réceptions, etc. Cela permet de ne pas être utilisé par un camp ou l'autre », conclut un diplomate.

Avertissement

Le 13 juin, Jérémy Filippi revient au Congo, cette fois à titre privé. Il doit réaliser un contrat d'un mois avec la société SIP Editions, une entreprise qui se trouve éditer l'agenda de l'ambassade de France.

Un premier avertissement lui est envoyé le 25 juin par un contact à l'ambassade. Un message l'informant avec inquiétude que le secrétaire général du Conseil National de Sécurité (CNS), Jean-Dominique Okemba, exige qu'il quitte le pays, à cause de « contacts subversifs avec les membres de l'opposition ».

Le conseiller spécial du président Sassou-Nguesso aurait averti l'ambassadeur de France. Il aurait aussi chargé de l'affaire le colonel Elie Atipo-Etou, directeur des Affaires intérieures de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

L'expatrié est alors convoqué pour le 1er juillet à la DGST. Il se rend au rendez-vous, où il est interrogé par l'officier et un de ses adjoints. « Ils n'étaient pas menaçants, mais le ton était froid et ferme », se rappelle Jérémy Filippi. Ce dernier affirme avoir été questionné sur les raisons de son retour au Congo. La nature de son nouveau travail.

Puis on lui aurait demandé des précisions sur son ancien emploi à l'ambassade. Pourquoi il avait rencontré des opposants, s'il avait par exemple eu des entretiens avec Mathias Dzon (NDLR : président du parti ARD), et s'il avait de nouveau contacté des opposants lors de son séjour actuel. Jérémy Filippi signe un procès-verbal, et l'affaire en reste là. Pour l'instant.

Ton menaçant

Le 4 juillet, la DGST le convoque de nouveau. « Cette fois le ton était plus menaçant », indique le jeune homme. Le colonel Atipo-Etou lui indique que sa hiérarchie demande son départ. « Pour seul motif, il m'a donné le fait que j'avais rencontré des opposants. J'ai demandé en quoi était-ce un problème? Il m'a répondu que si je voulais que ça se passe bien, il fallait que je parte », se souvient l'ancien expatrié.

Son contact à l'ambassade lui conseille également de plier bagage, vu « l'imprévisibilité des forces de l'ordre congolaises ».

Mais le Français n'en fait rien. « Je refusais de céder. Je voulais qu'ils aillent au bout de leur logique », explique Jérémy Filippi. Le week-end passe. Lundi 7 juillet, la DGST le convoque pour le lendemain. Le Français prévient cette fois son ambassade.

Le 8 juillet, il arrive devant le colonel Atipo-Etou à 8h30, lui dit qu'il estime n'avoir rien fait d'illégal et que s'il était expulsé, il fallait lui notifier officiellement. « Il m'a répondu -d'accord, vous ne voulez pas partir, je vous place en garde à vue et on vous expulse », raconte le jeune homme.

Il est alors placé en cellule à la DGST, avec 7 autres détenus. « Certains m'ont dit être là depuis des mois, voire des années, dans l'attente d'un procès », détaille Jérémy Filippi. Prévenue, l'ambassade lui apporte des vivres. Il passe la nuit en détention et le lendemain soir, la police l'escorte jusqu'à l'aéroport et le met dans un avion pour Paris.

Amertume

« Je suis choqué, mais pas surpris quant on connaît la nature du régime congolais. On ne me reproche pas d'avoir appuyé, encouragé et encore moins financé des opposants. On me reproche simplement d'avoir discuté avec eux, de les avoir rencontrés. Le Congo veut donner l'impression qu'il est un Etat de droit, mais sur les questions politiques, le régime est encore très tendu, et limite paranoïaque. Comme si moi, petit volontaire international j'étais capable d'exciter qui que ce soit pour renverser le régime. Je trouve ça hallucinant », réagit le Français, qui demande à Paris de prendre ses responsabilités.

Selon lui, le ministère des Affaires étrangères doit protester officiellement. « On ne peut pas demander à des agents de s'investir dans un pays sensible comme le Congo si ces mêmes agents risquent demain d'être arrêtés, intimidés ou expulsés au seul motif qu'ils font le travail demandé ».

Interrogée, l'ambassade de France à Brazzaville renvoie la balle au Quai d'Orsay, qui lui n'est pas très bavard sur cette affaire. « Son expulsion n'a aucun lien avec notre ambassade. C'est un problème d'ordre privé. Ce que les autorités du Congo lui reprochent c'est une affaire de justice et nous n'avons pas à nous en mêler », indique un officiel du ministère. Il n'en dira pas plus.

Silence radio

D'autres sources diplomatiques étrangères, au courant de l'affaire, ont aussi du mal à y voir clair. « Les autorités nous ont opposé un silence radio. Nous n'avons rien pu savoir à part que sa présence était indésirable. Brazzaville a décidé que c'était son choix souverain », indique un diplomate européen, avant d'ajouter une hypothèse : « Le pays est dans un contexte spécial, avec la perspective d'élections. Il y a une certaine crispation concernant tout ce qui va à l'encontre du pouvoir ».

Un autre contact diplomatique étranger ajoute que ce genre d'expulsion est rare : « C'est peut-être une mauvaise interprétation du nouveau travail qu'il venait faire au Congo. Peut-être un excès de zèle. Peut-être un peu de paranoïa. On peine à comprendre ».

Joint par téléphone, le colonel Atipo-Etou a refusé de répondre aux questions. Interrogé sur l'affaire, l'officier s'est aussitôt mis en colère, affirmant que les médias ne parlaient jamais des Congolais expulsés de France, avant de mettre brutalement fin à la conversation.

Le porte-parole du gouvernement a lui accepté de s'exprimer sur le sujet. Selon Bienvenu Okiemy, également ministre de la Communication, « il lui est reproché d'avoir développé une intelligence, visant à dresser les Congolais les uns contre les autres. Il lui est reproché aussi de s'être immiscé, sans aucun titre, dans la vie politique de notre pays. En somme, ce monsieur a développé des activités qui étaient tout sauf commerciales. Et il aura foulé au pied le droit congolais. »

Ce serait donc son retour à Brazzaville le mois dernier, et l'activité qu'il aurait exercé dans le pays depuis cette date, qui poserait problème. Mais le ministre ne donnera pas plus de détails. En tout cas Jérémy Filippi lui tombe des nues. « Je ne comprends pas. Je ne vois pas ce qu'on me reproche. Je n'ai même pas rencontré d'opposants depuis mon retour ».

Prison la prochaine fois

Interrogé sur ce qu'il entendait par « intelligence » et avec qui, Bienvenu Okiemy répond : « Quand nous parlons d'intelligence, il y a certainement eu collusion. Mais nous nous en sommes arrêtés à une mesure administrative d'expulsion. S'il y avait eu une instruction d'engagée, on aurait peut-être aujourd'hui les résultats, s'il sagissait d'une intelligence à titre personnel ou à titre collectif. Quoiqu'il en soit, à la lumière de nos relations avec la France, nous avons décidé de l'expulser mais de ne pas engager de procédure pénale ».

Au passage, le ministre lance un ultime avertissement : « La République du Congo n'est pas une terre d'aventure. A l'avenir, de tels comportements se solderont bien par une sanction pénale, avec la possibilité d'effectuer un séjour en prison, si le juge congolais l'estime nécessaire ».

Jérémy Filippi explique la position de Brazzaville par le fait qu'il « est difficile pour un régime d'expliquer des expulsions prises pour des raisons politiques ». Il n'est par ailleurs pas surpris que l'ambassade n'ait pas pu empêcher son expulsion. « L'ordre est venu de très haut », dit-il. Quant à l'explication du Quai d'Orsay, il se dit déçu : « Le ministère a une position de prudence extrême. Il doit avoir le courage de protester ».

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20140722-ex-employe-ambassade-france-expulse-congo/

Depuis la prise du pouvoir à Bangui par la rébellion islamique salafiste Séléka, rien ne va plus en république centrafricaine : chrétiens et musulmans ne veulent plus cohabiter au sein d'une même nation. La révolution islamique financée par le Qatar et l'Arabie Saoudite a du mal à prendre en Afrique centrale. Bien que Michel Djotodia ait laissé son fauteuil de président autoproclamé à Catherine Samba Panza, rien ne fonctionne en RCA : ni l'Etat, ni l'administration encore moins l'armée et la sécurité publique. Le pays manque de tout depuis le départ des musulmans qui tenaient tous les commerces. Le pays est par ailleurs au bord de la scission depuis que les Anti-balles AK ont décidé de chasser tous les musulmans du pays. 

Nous savons que Denis Sassou Nguesso a toujours joué au pompier et au pyromane dans les maux qui minent ce pays. N'est-il pas celui qui a aidé son frère de lumière François Bozizé qu'il a lui-même initié dans sa Grande Loge du Congo à prendre le pouvoir dans ce pays en complicité avec son complice de lumière en la personne du Tchadien Idriss Déby Itno ? N'est-ce pas lui Denis Sassou Nguesso qui a soutenu la Séléka dans des accords menés auparavant jusqu'à leur prise de pouvoir ? Est-il le médiateur le plus fiable que la communauté internationale ait trouvé pour tenter de résoudre les problèmes centrafricains ?

Certes Denis Sassou Nguesso fournit les milliards de francs cfa qui servent de perfusion à l'Etat centrafricain moribond mais il fournit aussi la kalachnikov et la machette selon une démarche illuminatiste bien connue : financer les deux camps pour toujours être du côté du vainqueur.

Nous savons que Sassou recrute et les miliciens de la Séléka et les Anti-balles Ak au nord pour les enrôler comme tueurs et massacreurs de son peuple en cas de contestation lorsqu'il changera la constitution et, surtout, ils pourront toujours remplacer les rdciens chassés du Congo comme "bétail électoral". Ce n'est donc pas à Brazzaville qu'il sera possible de trouver des solutions aux problèmes centrafricains. Les Centrafricains auraient gagné à résoudre leurs problèmes d'eux-mêmes car Denis Sassou Nguesso, en qualité de médiateur, n'a jamais trouvé de solution nulle part. Il vous suffit de regarder les résultats de ses médiations - surtout à la tête de l'OUA.

A présent, la Séléka pourtant dissoute, exige la scission du pays. Ils ont même ramené Michel Djotodia, l'incompétent, à la table des négociations. Nous savons qu'il n'en sortira rien de bon - même si comme à son habitude Denis Sassou Nguesso arrosera les uns et les autres avec les milliards de francs cfa qui auraient permis de nourrir ou à soigner nos enfants.

Dans une forêt, un éléphant est avant tout une source de destruction de la faune. Denis Sassou Nguesso a besoin de l'instabilité en Centrafrique pour apparaître comme apôtre de la paix dans son pays et réconciliateur incompétent chez les autres...

 

NOUS VENONS PAR AILLEURS D'APPRENDRE QUE LES NEGOCIATIONS CENTRAFRICAINES POUR LA PAIX VIENNENT D'ETRE SUSPENDUES. LDM A UNE FOIS ENCORE VU JUSTE !

Quelle est la vraie justification de la guerre en Irak ? Qu'est-ce qui peut expliquer la mort de Kadhafi ?  La guerre en Syrie ? La scission du Soudan ? Les troubles en Centrafrique que l'on essaie minablement de résoudre en passant par le mastodonte Denis Sassou Nguesso, boucher de son propre peuple, lui qui est incapable de discuter avec sa propre opposition qu'il a par ailleurs détruite ? IL Y A UNE PUISSANCE QUI TIENT LES SOUVERAINS DE CE MONDE. CEUX QUI S'Y OPPOSENT SONT DETRUITS. C'EST LA STRICTE VERITE. Au Congo, Marien Ngouabi en a fait les frais en étant sacrifié sur l'autel du pouvoir qui réclame au Congo toujours plus de sang. 

Qui est derrière le complexe militaro-industriel américain ? Si vous êtes capables de répondre à cette question, vous pouvez aussi trouver quelle est leur logique. LE CHRIST A DIT : "CHERCHEZ ET VOUS TROUVEREZ". Alors, cherchez puisque vous êtes assuré de trouver !

Ecoutez bien parler le Général quatre étoiles de l'armée américaine Wesley Clark à la retraite : ce qu'il dit est stupéfiant car vous avez vu ce projet planifié à l'oeuvre en Afghanistan, Irak, en Lybie, en Somalie, au Soudan, en Syrie, au Liban - bien que le gouvernement Bush ne soit plus au pouvoir. Et ceux qui voulaient la guerre appartiennent tous à la même idéologie dont ils servent les desseins cachés...

Je mets en ligne une vidéo dans laquelle vous apprendrez des choses qui peuvent vous permettre de mieux comprendre comment tourne l'horloge de ce monde. On peut ou ne pas aimer Alain Soral mais personne ne peut rien contre la vérité qui se contrefiche que vous l'aimiez ou la haïssiez.

Poutine n'est pas un saint. Cependant, on aurait tort de croire que la guerre "froide" est totalement terminée. Ce qui s'est passé en Irak, en Lybie, au Soudan ou ce qui se passera un jour en Iran est déjà programmé d'avance par une puissance mondiale qu'on peut appeler comme on veut : illuminati, sioniste, impérialiste, hégémonique. CE N'EST PAS MOI QUI LE DIT MAIS UNE AUTORITE MILITAIRE AMERICAINE QUE VOUS ENTENDREZ DANS LA VIDEO ET, CELA, SELON UN CALENDRIER BIEN DETAILLE.  Poutine a peut-être retardé la troisième guerre mondiale mais elle aura bien lieu. Ces gens-là finissent toujours par atteindre leurs objectifs. Clark montre bien que l'armée des Etats-Unis ne sert pas les desseins de la défense du pays mais ceux d'un groupuscule sans pitié qui veut asservir l'humanité.

Il existe une petite catégorie d'êtres humains qui se croient au-dessus des autres selon une idéologie religieuse stupide instaurée par des adeptes du satanisme, qui retire même la qualité d'êtres humains à la plus grande partie de l'humanité que nous sommes. Elle peut tuer femmes, enfants ou vieillards, vous lancer des bombes, ces monstres n'ont aucune pitié car pour eux, vous êtes des animaux. Elle tient l'essentiel des richesses du monde en contrôlant l'argent qui fait ce système de choses. Ces individus sont prêts à tout pour le pouvoir. Le projet de nouvel ordre mondial est leur but. Il n'y a qu'un moyen de les vaincre : qu'on démasque leur logique, qu'on la dénonce et qu'on la combatte - sans pour autant être contre les citoyens de telle ou telle nation qui sont elles aussi comme nous - des victimes de leur idéologie satanique. Cette puissance a ses intellectuels, ses penseurs qui bénéficient de tous les médias qui appartiennent à la puissance de l'argent qui veut contrôler ce que vous pensez, ce que vous dites, ce que vous mangez, etc.

Dans le contexte actuel, même dans les nations dites démocratiques, les dés sont pipés : Soral décrit Hollande et Sarkozy comme deux adeptes du libéralisme et il n'a pas tort puisque le président François Hollande a reconnu dans un discours qu'il était un socio-libéral créant un tollé à gauche. La politique française ressemble de plus en plus à la politique américaine puisque les influences derrière sont les mêmes. François Hollande a pourtant prétendu que son ennemi était le monde de la finance mais nous constatons qu'il est incapable de sévir contre son ennemi - notamment en mettant en pratique sa promesse de campagne de séparer banques de dépôt et banques d'investissement. Ce qui croit que le fait qu'il y ait un pouvoir de gauche en France changera quelque chose sur la politique intérieure congolaise se leurrent. Nous ne devons compter d'abord que sur nous-mêmes.

C'est pour cela que notre combat pour la libération du Congo sera ardu et qu'il dépendra avant tout de la marche du monde, du diktat imposé par les puissants. Il s'agit de savoir quels sont les plans des puissants pour le Congo pour comprendre la suite de notre histoire que nous ne contrôlons pas au niveau national. Si nous savons ce qu'ils complotent pour le Congo, nous pouvons mieux nous battre et trouver une stratégie ad hoc qui nous permettrait d'atténuer les souffrances de notre peuple en le sortant du gouffre dans lequel il est plongé depuis l'indépendance...

Recommander

CONGO : PRESENTATION

CONGO : INFOS SUR LE PAYS :
Superficie: 342 000 Km2
Population: 4 012 809 hab
Densité: 11,7 Hab/Km2
Capitale Politique: Brazzaville
Cité Economique: Pointe-Noire
Régime: Présidentiel

Langues: Français (officielle), Lingala, Kituba
Littoral: 169 Km Côte Atlantique
Port maritime: en EAU profonde
Monnaie: FCFA (1€=655.57F)
P.I.B/Habitant: $4000
Réseau ferroviare: 795 Km
Emission CO2 /Hab: 0,64 tonnes
Nb de postes TV /1000 hab: 13
Nb de lignes fixes /1000 hab: 5
Usagers Internet /1000 hab: 38
Indicatif Téléphonique: +242
Domaine Internet: .CG
Fête Nationale: 15 Août
Indépendance: 15 Août 1960
Devise: Unité/Travail/Progrès
Fuseau Horaire: UTC +1
Taux d'Alphabétisation: 92,1
Principales richesses: Pétrole, Bois, Potasse, Or, Diamant...
Frontières: 5 504 Km
Pays voisins: Angola, Gabon, Cameroun, Centrafrique, RDCongo (Ex. Zaire)
Nb de Régions: 12
Autres villes:
Dolisie, Ouesso, Nkayi, Owando, Impfondo, Gamboma, Djambala, Oyo...

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2006
  • Contact

Archives

Commentaires

Images aléatoires

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

LDM



IDENTITE

NOM COMPLET : Mouvimat IBOUANGA LOUNDOU
NOM  ADMINISTRATIF : IBOUANGA
PSEUDO: Lion de MAKANDA
SIGNE ASTROLOGIQUE : LION
CLAN TRADITIONNEL : MAKANDA
PASSIONS : LANGUES MORTES,
CIVILISATIONS ANCIENNES,
LITTERATURE, INFORMATIQUE,
 EGYPTOLOGIE,  RELIGIONS,
SPIRITUALITE, CHOSES CACHEES,
SCIENCES (PHYSIQUES ET METAPHYSIQUES).
NATIONALITE : AFRICAINE
MICRO-NATIONALITE : CONGOLAISE
TRES DOMINANT DE CARACTERE : IDEALISTE

UN LION MON DOUBLE

17.jpg

IMAGES_DNCB

Kiki

Eau Très Sale

EauSalePolluée

Eau Impure

Img11

img2

HollandeRegardeAilleurs

Img4

Img7

Img8

Img9

Img10

Img5

JWE LIBRE

Africa_Feu.jpg

Afrique Viande

Amphi.jpg

Eau_Impure.jpg

 

    Femmes_Presidents.jpg

enfants_critiques.jpg

Salete_congo.jpg

Inondations3

RueDeBrazzaville-copie-2.jpg

Inondation----Mpila07a.JPG

Erosion----Casis07l.JPG

brazza-porcherie.jpg

chemindefer-1-.jpg

Inondation----Potopoto-07i.JPG

BzImg5.jpg

jpg-Route-au-Congo.-bis-jpg-1-.jpg

March--DansLaBoue-copie-1.JPG

Erosion----Casis07b.JPG

mama.jpg

Inondation----Bopaka07h.JPG

hp011153.jpeg

 

Bernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpg

ntumi.jpg

joseph-kabila.png

gorille2.jpg

lisb1-1.jpg

 

debat.jpg

 

edithsassoubongoondimba.jpg

beach-brazzaville2-1.jpg

criminels-affaires-beach.jpg

marien-ngouabi.jpg

mmrl-2brazza-28-1.jpg

edith-sassou.jpg

 

plissouba3.jpg

 

clip_image002.jpg

SassouLeCannibale.jpg

Inondations10

Crash4

Inondations3

Inondations11

Inondations14

Inondations35

Inondations30

Inondations31

Inondations5

Inondations32

Inondations38

pollution1

Inondations56

pollution

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

Inondations61

Inondations6

Inondations46

Saleté

Inondations70

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 3

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 2

Inondations36

Seleka.jpg

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 map

302827_343265212438355_14984044_n.jpg

aeroservice il76 ek-76300 brazzaville 121130 6

trans_air_congo_il76-ek-76300_brazzaville_121130_5-copie-1.jpg

197985_343247909106752_617841022_n.jpg

EcolePleinAir.jpg

pollu-tion.jpg

9648_343247932440083_1400810622_n.jpg

13-juillet-2012-1.jpg

431032_221947057903505_311537468_n.jpg

484133_3873402647624_1254604795_n.jpg

292663_334711426594134_5817226_n.jpg

Bains_De_Rue.jpg

FORCE_DU_PEUPLE-copie-2.jpg

Miyibi.jpg

Inondations.jpg

Saletes1.jpg

Youlou.jpg

Inondations2-copie-1.jpg

PoingLevé

Claudia&JoueurDefootTogolais

deforestation

djombo-telesud-juin2013

EtudiantMaincoupée4

Jean-Paul-Pigasse

EmpereurBokassa

OkemaSassouEnPeignoirs

Claudia&Sassou&Footeux

Img10

SassouDevantPresse

Img19

Il y a tout de même de la beauté en Afrique

en général et au Congo en particulier...

source rivière

paysage3

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés