Commentaires

POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE, FAITES UN CLIC SUR LE TITRE DE L'ARTICLE ET POUR NOUS CONTACTER, FAITES UN CLIC SUR "Contact"  à droite, quelques lignes sous la photo du lion, dans la rubrique "Présentation".

D.N.C.B. : PLUS DE 7.000.000 DE PAGES LUES, PLUS DE 5.000.000 VISITEURS UNIQUES, 512 ABONNES *** PLUS DE 1250 COMMENTAIRES,*** PLUS DE 2500 ARTICLES... *** "NOUS SOMMES A 512 ABONNES GRATUITS *** NOTRE OBJECTIF EST D'ATTEINDRE 1000.*** ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT POUR DONNER PLUS D'IMPACT A D.N.C.B. !"

MESSAGE IMPORTANT

 

CONGO, MON COMBAT POUR LA LIBERTE (LDM) 
"CEUX QUI PROFITENT DE L'INJUSTICE D'UN SYSTEME SONT PEU ENCLINS A DENONCER SON CARACTERE INIQUE. IL FAUT SE BATTRE POUR QUE S'INSTAURE UNE VERITABLE JUSTICE SOCIALE AU CONGO. ET L'ETAPE PREMIERE DU COMBAT CONTRE L'INJUSTICE EST SA DEMONSTRATION ET SA DENONCIATION. LA DEMOCRATIE N'EST QUE FILLE DE LA JUSTICE SOCIALE."
LION DE MAKANDA
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA NEWSLETTER POUR RECEVOIR UN MAIL A CHAQUE NOUVEL ARTICLE DE DNCB ET VOUS SEREZ PARMI LES PREMIERS A APPRENDRE DES TAS DE CHOSES CACHEES SUR LE CONGO !


  ACTUALISEZ LA PAGE D'ACCUEIL POUR LIRE LES VERSIONS CORRIGEES DE NOS ARTICLES...

Dans la sphère de la haute voltige politique, la mort est le lieu où se lisent les rivalités politiques : élimination d'un concurrent, intimidation, manifestation de la jalousie, etc. Nous savons que le clan Sassou&Nguesso joue à "qui tue gagne". Le décès d'un Motandeau ou l'hospitalisation récente de l'ancien président Yhombi à Paris pour attaque au mouandza, etc, tout nous renvoie des signaux de luttes intestines sévères pour l'héritage du trône. Nous avons pourtant écrit un article dans lequel nous disions que Yhombi devait se méfier de Sassou et Sassou de Yhombi. The snake a certainement frappé le premier comme toujours : lui est un de nos fidèles lecteurs.

La nouvelle qui vient de nous parvenir n'est pas encore apparue dans les médias officiels. Et pour cause ! Gislain Okemba, fils de Jean-Dominique Okemba, successeur désigné de Denis Sassou Nguesso serait mort par balle dans sa maison qui jouxte celle de son père. Si cette affaire est vraie, elle ne peut être que la conséquence des rivalités politiques qui se sont élevées d'un cran : cela veut dire que les tensions se sont accélérées ces jours-ci autour de la succession de monsieur l'éléphant politique du Congo.

Attendez, c'est tout de même le fils du chargé à la sécurité de Sassou qui vient de mourir si cela est prouvé ! Et Jean Dominique Okemba serait incapable d'assurer la sécurité de son propre fils - alors qu'il assure celle d'un gangster en chef ? A-t-on profité de son séjour à Hong-Kongo (lire l'article à ce propos) pour assassiner son fils ? L'assassin est venu jusqu'à le narguer si près ! Il y a quelque chose qui nous échappe et nous allons tout mettre en oeuvre pour savoir ce qui se passe...

Ce coup fatal porté au coeur de la famille Jean Dominique a certainement ouvert une plaie, une rancune, un ressentiment puissant et il faut que les Sassou&Nguesso se méfient de sa vengeance s'il venait à prendre le pouvoir. Non, je vois eut-être trop loin mais JDO sait que le coeur du crime peut le frapper de si près, lui qui protège les intérêts du clan ! En tout cas, nous espérons que ceci ne soit pas vrai car je vois mal comment Sassou pourrait laisser un coeur blessé aussi dur que celui de Jean Dominique Okemba prendre le pouvoir. Sa vengeance pourrait être terrible. "Oeil pour oeil, sang pour sang". Cette maxime se vérifie à cent pour cent dans la sphère politique où la mégalomanie et l'ivresse du pouvoir décuplent les passions. Le pouvoir agit comme une drogue dans le coeur des "haut perchés". Chez les Sassou&Nguesso, on va redouter les Okemba et chez les Okemba, on sait à présent que la famille s'arrête devant le trône. Au-delà, il n'y a plus que folie et débauche et ...folie !

Je mets en ligne le mail reçu en ayant pris le soin d'effacer toute information privative. Non, il ne peut s'agir d'un suicide si le cas est avéré : pour preuve, les impacts de balle sur les murs du salon. Gislain Okemba aurait-il pu se tirer une balle dans le coeur puis ensuite faire des impacts de balles sur les murs ? L'hypothèse du suicide ne tient pas debout un millième de seconde. S'il en est,  il a été assassiné et ce meurtre sonne comme un avertissement lancé à Jean-Dominique Okemba : "NE TOUCHE PAS A MON POUVOIR OU NE TOUCHE PAS A MON HERITAGE !" Seules deux personnes peuvent lancer ce genre de message : Cobra-père et Cobra-fils !

En tout cas, JDO ne dormira pas si près de la mort si ce décès était confirmé. Le décès serait survenu ce vendredi 12 mars 2011 dans la soirée. Jean Dominique Okemba qui tient l'appareil sécuritaire d'Etat ne manquera pas d'enquêter sur l'assassin de son fils. Une chose est sûre : entre le dauphin présumé ou désigné et le trône il y a peut-être, je dis peut-être, une balle qui se rapproche dangereusement...de son coeur ! Au Congo, la politique est comme un jeu d'échecs qui se joue avec des revolvers. Echec ! Pan ! Tu es éliminé ! A quelle pion, le tour ?

GislainOkemba.jpg

COMMENTAIRE : Voici un texte qui nous a été envoyé par un ami qui dévoile que le fils de Kadhafi, SAIF AL ISLAM, aurait pris des actifs dans la production d'un champ de pétrole exploité par le groupe français Total. Nous savons qu'au Congo, Denis Sassou Nguesso possédait déjà un puits de pétrole à titre personnel qui a occasionné des querelles politiques avec Pascal Lissouba : Sassou voulait que Pascal Lissouba reconnaisse son droit de propriété sur ce puits de pétrole. Lissouba refusa. La suite, vous la connaissez puisque c'est le coup d'Etat de 1997 avec tout son tribut de souffrances pour le peuple congolais et surtout, la brimade du sud en signe de rétorsion politique.

D'autre part, Sassou est probablement actionnaire dans ELF, aujourd'hui absorbé par TOTAL. Toutes ces choses expliquent pourquoi Denis Sassou Nguesso semble être incontournable. Nous avons appris qu'au sortir du coup d'Etat de 1997, les avocats de Denis Sassou Nguesso et d'ELF auraient eu de grandes discussions sur les intérêts de l'éléphant politique du Congo dans cette société.

D'aucuns réclament une meilleure répartition des richesses selon la ligne d'une certaine tribalité ; nous réclamons seulement une meilleure répartition des richesses mises en commun au profit de TOUS les Congolais. Certes, la ville de Pointe-Noire devrait mieux profiter des ressources pétrolières mais ce n'est que par hasard que le pétrole se trouve dans la région du Kouilou : il aurait pu se trouver au nord ou à l'ouest et cela n'aurait rien changé. Pointe-Noire doit taxer l'exploitation pétrolière et être plus exigeante en matière de pollution, d'amélioration des conditions environnementales, de prélèvement de parts de profits, d'emplois des locaux, etc. Pour le reste, avec de la transparence au niveau national et un peu plus d'équité, on arriverait à des effets suprenants. Hélas, pour agir dans la transparence et l'équité, il nous faut la démocratie et si nous l'avons, elle dictera une répartition équitable des richesses ; la tribalité des uns et des autres fera le reste sans qu'une décision politique soit nécessaire.

Actuellement, depuis que l'on a trouvé du pétrole facile à exploiter au niveau du sol, nous savons que Sassou et son clan exploitent à titre privé le pétrole congolais. Dans une vidéo que nous avons mise en ligne, un congolais en parle. Les méthodes des dictateurs se ressemblent quant aux méthodes de prédation des richesses et vous pouvez donc nous croire que ce n'est pas pour rien que nous affirmons haut et fort que Denis Sassou Nguesso est de loin l'homme le plus riche du monde...

 

 

http://af.reuters.com/article/energyOilNews/idAFLDE7290KX20110310

 

 

Télégramme des États-Unis: le fils Kadhafi a pris le pétrole d’un champ libyen 

Jeu Mar 10, 2011 11:52 GMT

 

 

Un télégramme américain affirme que du pétrole a été vendu pour financer les activités de Saif, le fils de Mouammar Kadhafi.

OSLO, 10 Mars (Reuters) - Les Etats-Unis ont estimé qu’en 2009, le fils  de Mouammar Kadhafi, Saif al-Islam avait une participation dans la production d'un champ pétrolier dirigé par le groupe françaisTotal, selon un télégramme diplomatique vu par le journal norvégien Aftenposten.

Le câble de l'ambassade américaine à Tripoli - partie d'une fuite mise à la disposition Aftenposten par le site Wikileaks - dit que le fils du dirigeant libyen avait régulièrement siphonné l’huile de pétrole produite par Total et ses partenaires allemands Wintershall partner BASF.DE au large des côtes dans le champ de Al Jurf.

"L'ambassade n'a pas pu déterminer si le prélèvement de pétrole de Saif touchait la part de l'Etat libyen ou s'il s'est fait au détriment des compagnies étrangères", a rapporté jeudi le journal Aftenposten.

 

Les représentants de Total ne pouvaient pas immédiatement être joignables pour un commentaire. Saif Al-Islam a été un ardent défenseur du régime de son père pendant les bouleversements de ces dernières semaines.

Aftenposten n'a pas publié un fac-similé du câble réel qui, selon elle, était daté Juin 4, 2009, et rédigé par l'ambassadeur américain en Libye à l'époque, Gene Cretz.

 

Citant le document, selon le journal les fonctionnaires de l'ambassade affirmaient que le fils Kadhafi avait vendu le pétrole de Al Jurf "pour financer ses activités diverses". (Édité par Liffey Kevin)

 

Traversé par l'Equateur et situé en Afrique centrale, le Congo connaît une des pluviométries les plus importantes du monde. Nous sommes en pleine saison des pluies au Congo. Et les inondations ne sont pas les seuls problèmes que les populations doivent affronter face à la colère des cieux. Si celles-ci sont dues à un défaut de canalisation permettant un bon écoulement des eaux de pluie, l'érosion est provoquée par  l'appauvrissement du sol et sa fragilisation végétale.

 

Actuellement, il pleut comme si le ciel se vidait de toute son eau. Ces pluies intempestives accroissent le phénomène de l'érosion des sols menaçant des  habitations, des quartiers, des pylones, des canalisations, etc. L'Etat semble renvoyer la recherche de la solution aux seuls maires des grandes villes comme Brazzaville et Pointe-Noire qui n'ont pas les finances qu'il faut afin d'arrêter l'érosio Il y a pourtant de l'argent dans les caisses de l'Etat, euh pardon, dans les caisses de la SNPC ! Combler quelques kilomètres de ravinement, ce n'est pas non plus la mer à boire. L'aménagement du territoire devrait prendre de telles questions à coeur mais nous savons que Denis Sassou Nguesso ne se préoccupe que de sa bourgade d'Oyo qui est sa seule préoccupation car le temps presse.

 

Cette année, le Congo a un budget d'investissement qui dépasse son budget de fonctionnement et c'est la première fois que cela se produit - alors que cela devrait toujours être le cas. Ces ravins urbains nécessitent un financement particulier et nous sommes persuadés que l'argent pour résorber ces questions de ravinement se trouve déjà entre les mains de Jean-Jacques Bouya, ministre délégué des petits et des grands travaux. Il faut lâcher le pognon, petit. Ton ventre est déjà assez turgescent comme ça ! D'ailleurs, on devrait mettre Total-Elf-Fina en contribution : cette multinationale n'est pas là seulement pour polluer la ville et prendre son pétrole ! En contrepartie, elle devrait aider à l'amélioration des conditions environnementales, de la santé, etc, au lieu de ne s'occuper que des chimpanzés à Kongouati...


En général, les sols africains sont pauvres - c'est-à-dire que la couche la plus superficielle est fragile face aux éléments comme les pluies acides.  Nous devons nous interroger sur les causes de l'érosion des sols dans la mesure où les effets sont souvent dévastateurs. L'érosion est due à la pauvreté des sols qui ne sont plus protégés par une bonne couverture végétale du fait que les racines des arbres et des plantes qui fixent le sol et le raffermissent  font défaut : dès qu'on achète un terrain, on veut se débarrasser du moindre arbre que l'on trouve sur place. Souvent, pour rendre les parcelles constructibles, on abat tous les arbres d'un secteur. Or, la terre sans le végétal devient ou un désert s'il ne pleut ou on se retrouve devant un spectacle qui ressemble à celui des gorges de Diosso...  

 

Il est par exemple possible d'affermir les parties les plus fragiles avec des arbres à croissance rapide. Et c'est ici que l'Etat devrait avoir un plan cadastral national pour éviter que la construction des habitations se fasse dans des zones dangereuses et risquées. Qui va dédommager les habitants qui perdent leurs maisons parce que le lotissement s'est fait dans des zones à risque ? Personne ! A mon avis, le Congo devrait - pour une meilleure gestion de l'espace national - interdire l'existence des propriétaires fonciers : la terre a été mise en commun et sa gestion a été confiée à l'Etat car nous sommes désormais en REPUBLIQUE !


Pointe-Noire est une ville côtière, sablonneuse avec un sol argileux très friable - contrairement à Dolisie où le sol est truffé de latérite et de pierres. Dans les images que vous allez voir, vous observerez des terrains pauvres en végétation et l'absence des arbres causée par l'abattage des végétaux, quand les Congolais achètent les terrains, expose le sol aux intempéries qui finissent par emporter les couches du dessus jusqu'à creuser très profond parce que le sol de Pointe-Noire est fragile. Le travail des éléments emporte rapidement la couche de sable et expose le sol au bombardement des eaux de pluie et à la longue, le paysage urbain présente des crevasses et des infractuosités abyssales. Il faut agir pendant la saison sèche mais nous savons tous que le gouvernement de Denis Sassou Nguesso s'en fiche éperdument de l'état des grandes villes. Seule compte la ville d'Oyo pour le clan au pouvoir. Tous ceux qui croyaient qu'Imboulou allait résorber la question de la crise de l'électricité déchantent à présent. Nous n'étions pas dupes dès le départ.

 

La question du reboisement se pose aussi dans les grandes villes comme Pointe-Noire où les Ouest-Africains passent de parcelle en parcelle acheter des arbres à abattre pour enfumer leurs poissons. Une meilleure sensibilisation de la population à l'importance de la couverture végétale - même en milieu urbain doit être programmée par les autorités. En effet, la flore n'est pas seulement menacée dans les grandes forêts tropicales mais on a un problème de la même nature dans les deux grandes villes du pays et il est possible d'y remédier si de nombreux ministères conjuguent leurs efforts pour fortifier les sols. Hélas, c'est de Pointe-Noire et de Brazzaville qu'il s'agit et non d'Oyo...

 

ecole1.jpg

Une amie m'a un jour demandé une photo qui en dirait long sur les conditions de scolarité au Congo. Je mets celle-ci en ligne. On y voit des enfants assis sur des briques. L'insalubrité et la vétusté de la salle de classe en disent long sur les conditions d'hygiène dans cet établissement ; ce qui est presque le visage commun de la plupart des salles de classe du Congo frappées de vétusté et de délabrement. Ils sont distraits par le photographe mais le maître semble poursuivre son cours comme si de rien n'était. Nous n'avons pas l'aperçu de toute la salle mais on peut  déjà compter vingt-sept élèves dans cet angle  - que nous permet d'arrondir le nombre total d'élèves à environ 90. En comparaison, en France quand les salles de classe font plus de dix élèves, les enseignants crient au scandale ! Dans ces conditions, il est impossible d'enseigner dans d'excellentes conditions. On note ici que le matériel scolaire des enfants est très rudimentaire. En effet, on ne voit aucun livre à proximité.


Pour ceux qui l'ignore encore, le Congo est un pays riche exportateur de pétrole et le bois pour fabriquer des tables-bancs ne manque pas - sauf qu'il est presque à 90% destiné à l'exportation. Les élèves sont presque tous amaigris - ce qui nous donne des informations sur leurs conditions d'existence où la malnutrition frappe souvent les familles. Le clan Sassou&Nguesso envoie ses rejetons dans des écoles à l'étranger car il y a très longtemps qu'il ne se préoccupe plus de l'état des écoles du pays. Si Sassou n'achète pas des tables-bancs, ce ne sont pas de nouvelles écoles qu'il va construire ! L'argent est mieux dans ses poches.


Nous avons eu beaucoup de chance pour être allés à l'école à une époque où cette activité revêtait encore une importance et voulait dire quelque chose. Le Congo est passé d'un taux de scolarité de 99% à un taux de 30% et les enseignants sont cooptés et manquent de compétences pédagogiques assermentées. L'enseignement devient un exutoire où l'on déverse quelques jeunes qui veulent échapper au chômage. Il n'est pas étonnant que le niveau ait fortement chuté dans de telles conditions de décadence du savoir.

 

Et Denis Sassou Nguesso ose parler d'industrialisation du Congo dans un océan d'ignorance ! Comment peut-on industrialiser un pays si le savoir n'y joue pas un rôle dominant ? Déjà qu'il n'y a pas d'électricité. Encore quelques années et Denis Sassou Nguesso aura réussi son pari : détruire toute l'infrastructure et toute la superstructure du Congo pour mieux gouverner sur l'ignorance et la bêtise...

 .

Le monde arabe s'est enfiévré de liberté et essaie de la retrouver par tous les moyens. Les Tunisiens ont montré la voie, les Egyptiens ont suivi sans l'aide de personne mais il semble que les dictateurs ne soient pas tous au même stade de la folie des grandeurs. En Lybie, les révolutionnaires ont besoin d'aide. Et ceux qui ont vendu des avions et des armes de guerre qui permettent à Kadhafi de massacrer son propre peuple qui le boude devraient réparer le mal en équilibant la balance des forces en présence - au profit des forces démocratiques qui combattent le tyran illuminé.


Nous assistons actuellement à une intensification des attaques des forces loyales (à cause de l'argent) à Kadhafi contre les insurgés révolutionnaires qui aspirent à une Lybie libre et plus démocratique, bref, une Lybie à visage humain. D'un côté l'inexpérience d'une jeunesse lybienne avide de liberté, animée juste d'une forte ferveur révolutionnaire et de l'autre des militaires et des mercenaires entraînés pour tuer qui possèdent un avantage aérien qui nuit gravement à l'avancée des révoltés de la vie et de la liberté.


Au milieu, une communauté internationale qui tergiverse et qui réagira bien tard car l'urgence, c'est tout ce qui concerne l'Europe comme les flux migratoires. Le reste, on peut se permettre des atermoiements diplomatiques - alors que la vie de milliers de personnes est en jeu.

 

Aux Etats-Unis, les critiques fusent contre Obama et son gouvernement trop attentiste qui tarde à définir une zone d'exclusion aérienne. On estime que cela prendra du temps puisqu'il faut neutraliser un certain nombre de défenses et de positions terrestres comme des aéroports par exemple. Et alors ? Est-il si difficile de le faire ? Kadhafi lui s'épargne une diplomatie flottante et cherche surtout à reprendre le contrôle des terminaux pétroliers. L'Amérique s'est pourtant passée de la communauté internationale pour faire une guerre injuste à l'Irak pour des raisons de sécurité pétrolière...


Si l'Europe et les Etats-Unis n'agissent pas vite et si Kadhafi repousse les révolutionnaires, la communauté internationale sera  coupable de non-assistance à peuple en danger - un concept juridique qui doit voir le jour à côté du droit d'ingérence humanitaire car comme je le dis toujours la dictature tue plus que la maladie et la faim car ces deux fléaux ne sont souvent que des conséquences de cette première. Le monde finira par aller vers ce que j'ai depuis longtemps désigné comme "LE DROIT D'INGERENCE DEMOCRATIQUE TRANSITOIRE" pour aider les peuples qui ont du mal à se défaire de dictatures criminelles comme celle instaurée par Denis Sassou Nguesso au Congo où les citoyens de mon pays meurent de faim, de soif et de maladie parce qu'un malade mental refuse de donner de l'eau potable à son peuple, le laissant sans éducation, dans le noir, dans la fange et dans la misère absolue - alors que son fils Christel Denis Sassou s'emploie à parcourir le monde pour planquer des milliards de francs cfa dérobés au peuple congolais. Cette intervention enverrait un message qui signifierait : "attention, dictateurs, le monde dit civilisé est avec ceux qui aiment la liberté".


On vient d'intercepter 117 millions d'euros que Kadhafi essayait d'exfilter de la Grande Bretagne vers la Lybie car il sait que cet argent allait lui échapper et donner du lait aux petits Britanniques.


Nous vivons dans un monde où les vies humaines sont bafouées pour des feuilles de papier et des numéros, de l'argent généralement créé ex nihilo - parce qu'une race de rapaces économiques a perverti ce monde en le tournant irrésolument vers la destruction de toutes ses ressources - au risque de détruire la planète entière. On se gargarise de représenter ici ou là de grands idéaux, de grands principes mais dès qu'il s'agit de les appliquer pour tout ce qui ne concerne pas le monde occidental et ses filles, on devient laxiste, on tergiverse, on radote, on se perd en conjectures, en discours à prose inutile, on se complaît avec la fumisterie parce qu'en vérité le monde dit libre et civilisé n'a vraiment libéré que la sphère de l'argent pour tout ce qui n'est pas blanc. Pour le reste, vous devez d'abord crever comme des mouches pour qu'on daigne s'apitoyer sur votre sort. Oui, la Lybie n'est pas le Kosovo parce que le KOSOVO, C'EST L'EUROPE.


Hélas, qui se souvient que les Lybiens qui se battent pour la liberté sont des êtres humains ? Personne ! On doit peut-être d'abord préparer les Africains à se sentir ... des êtres humains ou à devenir carrément humains !  Le seuil de mortalité politique n'a pas encore été atteint car pour l'Europe, des milliers d'Africains valent un seul Européen et il faut qu'il en crève d'abord des masses sur le continent noir pour que l'Occident bouge ses belles fesses blanches...

COMMENTAIRE : Entre le Béninois et le Rwandais, présidents de deux pays qui ne les ont pas vu naître, les sentiments sont au couteau et au piment. Kabila le fils de l'autre a essuyé une attaque qui visait à le chasser du pouvoir. Un camp militaire a même été attaqué. Il semble que les assaillants venaient de l'autre rive du Congo, chez Otsombé, le demi-frère de monsieur André, son parfait sosie,   que j'ai vu au Gabon. Je sais que Denis Sassou Nguesso comprendra...


Voilà des mois que la rébellion rdcienne utilise le Congo-Brazzaville comme  base arrière. Sassou a même dit qu'il n'extraderait pas le Général Faustin Munene - en dépit des demandes réitérées de Kinshasa. Le mal vient toujours d'ailleurs. Parfois l'ailleurs est si proche qu'on peut y aller en pirogue. Et tant qu'il y aura des pirogues et des barques, Kabila dormira à Kigali chaque soir...


Voici une production audio du cru qui met en scène une interview de la BBC en français. Si nous pouvons donner un conseil à Kabila, voilà ce qu'on peut lui dire : "Si un fou veut te mordre, tu dois le mordre en premier. Si ta dent n'est si longue, emprunte l'incisive  pourrie de Paul Kagamé qui a les dents aussi longues que ses pieds.." Tu nous rendrais une fière chandelle ! A bu pia !



COMMENTAIRE : Voici un article que vous trouverez à l'adresse suivante : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110304-libye-principaux-argentiers-clan-kadhafi-s-est-refugie-autriche qui révèle un des mécanismes de placement de la fortune du clan Kadhafi, fortune estimée à 150 milliards de dollars placés dans 800 sociétés réparties dans 73 pays ; ce qui expliquerait les atermoiements de la communauté internationale car les Européens dès qu'il s'agit de leurs intérêts hésitent. Pour eux, les droits de l'homme viennent après les droits de l'argent. Sinon comment expliquer qu'ils tolèrent et font amis-amis avec des dictateurs qui font souffrir des millions d'habitants ?
Et comme on ne peut s'investir à maltraiter un peuple et à gérer sa fortune, on la confie à un proche ou à des proches. C'est ainsi qu'un certain monsieur Moustafa Zarti gère la fortune du clan Kadhafi en Autriche et il est même devenu Autrichien... Bien sûr qu'il se sert au passage. Surtout quand il se rend compte que Kadhafi est aux abois politiquement. Sassou quant à lui a des gens sur la place de Paris qui gère ses biens et tout le clan en fait autant...
Nous assistons en direct aux ratés de la diplomatie française qui se sont soldés par le limogeage de Michèle Alliot Marie et je suis sûr qu'une bonne partie de la fortune des Kadhafi se trouve en France. Si Kadhafi tombe, l'Europe ne rendra pas cet argent au peuple lybien mais s'en appropriera comme c'est toujours le cas : on commence par geler les avoirs puis on prélève 90% de ceux-ci avant de ne vous laisser que quelques millions d'euros. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent : Mobutu qu'on disait plus riche que la reine d'Angleterre dont la fortune s'est retrouvée réduite comme peau de chagrin, Bokassa, l'empereur fou dont les châteaux ont été bradés, Abacha, etc.
C'est bien de parler de Kadhafi mais vous vous êtes rendus compte qu'à chaque fois que nous écrivons une texte ou décrivons une situation, vous pouvez transposer sur le cas du Congo où le clan Sassou&Nguesso agit de la même façon !

Il est est évident que le clan Sassou&Nguesso passé maître dans l'art de la dissimulation de sa fortune possède bien plus que le clan Kadhafi car la Lybie possède tout de même des infrastructures qui n'ont rien à voir avec l'état lamentable du Congo. Cela s'explique du fait que le clan Sassou&Nguesso engloutit 95% de la richesse nationale (qui n'est pas le budget national mais plus que cela puisque 90% de la richesse nationale appartient à l'économie souterraine) - vous n'avez qu'à vous souvenir des frasques d'Edgard Nguesso qui loue un hôtel à l'année pour des millions d'euros, de Sassou lui-même qui gaspille 800.000 dollars dans un hôtel américain en un seul jour et j'en passe.  
La fortune du clan Sassou&Nguesso est estimée à 400 milliards de dollars. Kadhafi a au moins amené l'eau potable dans le désert alors que Sassou est incapable dans un environnement hydrographique insolent de fournir de l'eau potable au peuple congolais. Et la Lybie n'a rien à voir avec le Congo. Comme quoi, les dictateurs ne se ressemblent pas. Il y a des degrés dans la monstruosité politique et Denis Sassou Nguesso est au sommet de la chaîne de la monstruosité humaine...
--------------------------------------------------------------------------------
Libye : l’un des principaux argentiers du clan Kadhafi réfugié en Autriche

Moustafa Zarti, vice-président du fonds souverain d'Etat libyen (Libyan Investment Authority, LIA), serait chargé de la gestion des avoirs de Kadhafi en Autriche.
DR
Par Blaise Gauquelin

Le Libyen Moustafa Zarti est soupçonné de gérer les intérêts personnels de la famille Kadhafi à l’étranger. Son interpellation en Autriche lève un voile sur l’organisation tentaculaire des avoirs du régime libyen dans le monde. Selon de récentes révélations, les investissements du régime libyen pour la seule Autriche se monteraient à quelque 30 milliards de dollars. Ce vendredi, la Banque centrale autrichienne a annoncé le gel des avoirs de Moustafa Zarti. 

Moustafa Zarti a été interpellé par les autorités autrichiennes alors qu’il s’était réfugié dans sa villa cossue des hauteurs boisées de Vienne. Bien connu du milieu des affaires, ce Libyen fait l’objet de l’attention de ceux qui tentent d’identifier les fonds du clan Kadhafi. Aujourd’hui, il est considéré comme l’intermédiaire du Guide dans une grande partie de l’Europe. Quadragénaire flamboyant, Moustafa Zarti est un ami jet-set de Saïf al-Islam, le second fils de Mouammar Kadhafi. En 2006, il participait au bal prestigieux de l’Opéra, en compagnie de Jörg Haider, le leader de l’extrême droite décédé deux ans plus tard.

Grace à ses responsabilités au fonds souverain libyen, il est l’un des principaux actionnaires de la banque Unicredit, établissement leader en Italie. Il est également à la tête de la compagnie pétrolière nationale libyenne, comme du groupe pétrolier international Tamoil, dont les stations services recouvrent une grande partie du territoire européen. Par ailleurs vice-président de la First Energy Bank à Bahreïn, ce véritable homme-orchestre est également responsable de la prolifique pêche au thon au large des côtes libyennes.

Des pions sur une mappemonde

Sa présence en Autriche a été révélée par la presse du petit pays alpin, le jeudi 3 mars dernier. Le journal autrichien de centre droit Die Presse, jugé sérieux, a interrogé un proche de Mouammar Kadhafi, ayant fait récemment défection. L’homme, qui souhaite garder l’anonymat par peur des représailles, dénonce Moustafa Zarti. Il affirme que les Kadhafi ont placé leur argent en prenant des participations dans 800 sociétés, réparties dans 73 pays. Le business, représentant des avoirs estimés à 150 milliards de dollars, serait géré au quotidien depuis le Luxembourg. Des intimes de la famille, tels des pions sur une mappemonde, seraient chargés de veiller sur les affaires.

Le 21 février dernier, aux premiers souffles de la révolte, Moustafa Zarti aurait sauté dans un avion de la compagnie Austrian Airlines assurant la liaison directe entre Vienne et Tripoli, pour « transformer les biens de Kadhafi en cash ». Ce vendredi 4 mars 2011, la banque nationale d’Autriche lui a interdit l’accès à tout compte bancaire soupçonné d’appartenir au régime libyen, de peur de voir s’envoler les 30 milliards de dollars investis par la dictature dans le pays, sous forme de participation au capital de plusieurs entreprises et de placements immobiliers prestigieux. La veille, il était entendu par la police autrichienne, qui le laissait toutefois repartir libre.

Car l’homme d’affaires ne figure pas sur la liste des vingt-six personnalités libyennes visées par les sanctions de l’Union européenne. Et il peut voyager librement en Europe. Moustafa Zarti serait effectivement, toujours selon le quotidien Die Presse, en possession depuis 2006 d’un document bien utile : un passeport autrichien. Dans quelle condition a-t-il a obtenu le précieux sésame ? Le journal se garde bien d’avancer toute explication.

NO COMMENT, MES FRERES ! LA FOLIE A VRAIMENT SURVOLE L'AFRIQUE EN PREMIER AVANT LA RAISON !

 

Yatch.jpg

Après une petite absence, nous revenons vers vous toujours plus déterminé, toujours en phase avec les objectifs du retour de la démocratie au Congo et partout où elle fait défaut. C'est avec une attention particulière que nous suivons ce qui se passe en Lybie où Kadhafi montre au monde entier le visage d'un dictateur fou. Kadhafi est fou ! Kadhafi est devenu Kadhafou !  En effet, la révolte de la partie arabe de l'Afrique illustre ce que tous les peuples de l'Afrique doivent faire s'ils veulent se débarrasser de tyrans qui n'ont de grande que leur folie et leur petitesse d'esprit. Oui, un malade mental comme Kadhafi peut s'emparer du pouvoir et traîter son peuple comme un ennemi et lui tirer dessus à coups de canon.

 

Denis Sassou Nguesso a marché sur 100.000 de ses compatriotes pour s'emparer du pouvoir ; c'est aussi une marque de folie des grandeurs ou de folie tout court. Il faut être secoué du bocal pour tuer ses semblables à une telle échelle juste pour accéder au pouvoir. Et il est probable que sa réaction en cas de protestation populaire soit plus incendiaire que celle du fils du bédouin. Nous vous avons montré comment il s'arme en vue de mâter la protestation future.

Denis Sassou Nguesso méprise le peuple congolais sinon comment comprendre qu'il le laisse sans eau, sans électricité, sans soins, sans éducation, sans travail, sans avenir ?  C'est un homme qui se comporte avec son propre peuple comme avec un peuple conquis. En somme, le peuple congolais n'a aucun droit, aucun mot à dire, n'a pas droit à manifester et doit se contenter d'acclamer un dictateur et un assassin qui ne sait que bricoler au sommet de l'Etat où aucun de ses projets n'est abouti et ne sert qu'à sortir de l'argent qu'on distribue aux membres du clan.Tous ceux qui soutiennent sa politique sont des criminels et des traîtres qu'il faut traiter comme tels et nous différencions les innocents et ceux qui soutiennent le mal personnifié en Denis Sassou Nguesso.


C'est que la réaction de Denis Sassou Nguesso pourrait être similaire  à celle de Kadhafou si le peuple congolais manifestait pacifiquement son envie de rompre avec cette dictature qui prend le Congo à la gorge depuis 1997. Le Congo est comme la Lybie un assemblage de tribus ou ethnies et tout y est pour que demain les crimes de Sassou ressemblent à ceux de Kadhafi qui tire sur son propre peuple et qui met en lumière cette assertion : "un dictateur est l'ennemi de son propre peuple. Dès que celui-ci se soulève, il n'hésite pas à lui tirer dessus avec des armes de guerre".


Nous voyons combien la réaction brutale de Kadhafi renforce la détermination de ceux qui luttent pour la liberté, pour la démocratie. De nombreux militaires font défection et des civils prennent des armes pour défendre la cause de la majorité du peuple. Mes chers compatriotes, il faut cesser d'avoir peur ; il faut ne pas redouter la mort car on finit par mourir un jour - même de joie de vivre. On ne parvient pas à imposer de grands idéaux sans déployer une grande énergie semblable à celle qui vous enserre dans un étau mortel. Face à une organisation brutale, on peut opposer la spontanéité populaire ou une organisation souterraine qui surgit brusquement Personne ne triomphe d'un peuple en colère - même pas l'armée la plus puissante du monde. Nous le voyons en Afghanistan et en Irak.


Etrange réaction de la communauté internationale qui brille en atermoiements - alors qu'il faille soutenir les combattants de la liberté - en apportant un soutien militaire comme l'OTAN le fit au Kosovo. Nous ne comprenons pas pourquoi l'ONU ne vote pas une résolution dans ce sens. Faut-il attendre des milliers de morts en Lybie pour réagir de façon adéquate ?  Hier, en Irak, les Américains, sans attendre que les Irakiens eux-mêmes s'en prennent à Saddam Hussein, ont attaqué ce pays. Aujourd'hui, nous voyons pourtant les Lybiens demander l'aide de la communauté internationale qui se fait attendre. Le monde libre peut-il hésiter à venir au secours de ceux qui aspirent aussi à devenir libres eux aussi ? Il faut qu'on mette en place un droit d'ingérence pour peuple en danger comme je l'ai toujours souhaité pour intervenir dans des cas comme ceux de la Lybie. Un tel droit permettrait aux peuples asservis de se soulever plus souvent et chaque fois que cela s'avèrerait nécessaire.


Au niveau international, l'ONU devrait soutenir militairement les peuples qui veulent se sortir des griffes des dictateurs comme Kadhafi car l'embargo ne suffit pas. La folie de grandeur d'un Sassou Nguesso pourrait dépasser celle d'un Kadhafi qui est devenu Kadhafou. Nous estimons que les peuples ne peuvent se contenter de prier pour que les dictatures disparaissent. Il vaut mieux entrer en résistance que de passer ses dimanches à prier... Pour se libérer de toute forme d'asservissement, il faut en payer le prix : ceux qui font du mal au peuple, ceux qui vivent en parasites aux dépens des peuples ne voudront jamais quitter leur position de parasites : le parasite l'est jusqu'à la mort.  Il faut soit l'éliminer, soit périr pour qu'il périsse avec vous. Il faut descendre dans la rue et oser dresser son mécontentement contre les canons de la dictature. La liberté est à ce prix...

Une information qui indique que le clan Sassou&Nguesso redoute la "révolution aux épines" vient de nous parvenir : le conseiller spécial de monsieur Denis Sassou Nguesso chargé du port des fétiches, de l'argent et  des coups tordus, Jean Dominique Okemba, s'est envolé hier pour Hong Kong et la Corée du sud afin d'acheter du matériel anti-émeute pour une valeur de 23 milliards de francs cfa (encore de l'argent gaspillé pour la défense d'un pouvoir assassin).


Ceci montre que Sassou et ses sbires savent qu'un mouvement important se prépare au Congo et ils veulent absolument s'y préparer et noyer la révolte dans un océan de sang. Le peuple congolais peut constater que Sassou détourne l'argent qui lui est dévolu, l'argent du contribuable congolais,  pour tuer les vrais enfants du Congo. D'ailleurs, on apprend aussi que trois officiers ont élaboré un plan pour empoisonner des personnalités congolaises civiles et militaires. Il s'agit de décapiter le mouvement populaire de tous ses éléments les plus radicaux car nombreux sont simplement corruptibles et avec un peu d'argent, ils acceptent de jouer un rôle subversif contre leur propre peuple tandis que d'autres sont plus radicaux et tiennent à des hauts principes éthiques.


Sassou veut frapper très fort,  mieux que Kadhafi qui a tiré sur son peuple avec des armes de guerre : hélicoptères de combat, chars, mitraillettes lourdes, etc. C'est l'expression du mépris que ce pouvoir a pour le peuple congolais qu'il affame et laisse dans des conditions inhumaines - comme si les Congolais étaient des animaux ou des esclaves qui ne méritent aucune considération.

 

L'éléphant politique du Congo veut se maintenir au pouvoir par tous les moyens ; nous le savons tous. Il ne demeure pas au pouvoir pour l'argent car il est assez riche en sa qualité d'homme le plus riche du monde (120 milliards de dollars) mais dans le but avoué de nuire au peuple congolais car il n'a pas encore assez tué comme le lui demande le Dieu EBLIS des francs-maçons. En affamant le peuple, les gens ne meurent pas assez vite car le Congolais a développé une étrange résistance à la faim digne de celle des yoguis hindous et Sassou cherche un moyen pour accélérer le processus. La révolution populaire lui fournira le prétexte pour des massacres à l'instar de ceux des Huns.

 

Sassou agira de sorte à créer une terreur dans l'esprit des Congolais - sauf que cette fois-ci, les gens ont été entraînés en secret à surmonter leur peur. Il arrive souvent que des actions visant à terroriser des populations créent l'effet contraire : en Lybie, les révolutionnaires s'approchent dangereusement de Tripoli. Les massacres de Kadhafi n'ont servi à rien....


Nous savons également que 750 Rwandais se faisant passer pour des agriculteurs entraînent des militaires à Kindamba dans le département du Pool. Ce n'est pas pour rien que Ntumi est retourné dans le Pool. Il se prépare quelque chose mais cette fois-ci, toute action intentée par le clan Sassou&Nguesso se retournera contre lui. A l'heure H, assassinez la peur et avancez vers la gloire et vers l'Histoire comme en Tunisie ou en Egypte. Le règne des dictateurs et des dictatures touche à sa fin et le compte à rebours est déclenché. Nous en sommes au code EPSILON. Nous avons un avantage sur eux : ils nous sous-estiment et ne prennent pas la mesure de notre capacité à concevoir la radicalité dans l'autre sens...

COMMENTAIRE : Selon Jeune Afrique, Joseph Kabila aurait essuyé un coup d'Etat perpétré par des militaires en civil lourdement armés. Une tentative de force qui serait sur le point d'échouer mais ce n'est qu'une occasion manquée. Depuis que ce Rwandais a entériné l'élection présidentielle à un tour, les choses ont pris une tournure plus violente chez nos fères d'en-face. Ce qui est sûr, Joseph Kabila aura deux choix : ou fuir au Rwanda chez son président Paul Kagamé ou mourir à Kinshasa où sa survie est de plus en plus difficile à assurer de la part des mercenaires qui lui tiennent de gardes du corps...

 

JK CoupEtatTentative

COMMENTAIRE : Voici un texte que vous trouverez à l'adresse suivante : http://fr.allafrica.com/stories/201102250247.html qui révèle que la pauvreté a atteint le seuil de 70% de la population. En fait, plus de 90% de la population congolaise vit avec moins d'un dollar par jour ! La pauvreté est si criarde qu'on peut la voir partout à l'oeuvre. C'est à se demander comment on calcule ce genre de pourcentage. Il faudrait pour que ce chiffre soit fiable qu'une étude statistique nationale soit menée mais encore que le pouvoir en autorise la réalisation... La réalité est que seul 10% de la population émerge du lot et les ressortissants du nord représentent 98% de ces 10% de la population qui vivent au dessus de la mêlée. Il n'y a aucun problème à comprendre que d'un côté Sassou et son clan prennent tout l'argent de la république, de l'autre la misère s'agrandit parce que la majorité n'a rien  !


Nous sommes convaincus que les Congolais ne feront pas l'économie d'une révolution - parce que c'est une nécessité dialectique et on s'y dirige comme  par la force des choses. Pourquoi donc attendre que la mort vous prenne par la faim ou la maladie ? Il vaut mieux mourir en défendant la noble cause de la liberté ! Pourquoi il n'y aurait que les enfants de Denis Sassou Nguesso et de son clan  qui auraient le droit de manger correctement chaque jour ? Non, vous devez vous soulever contre ce pouvoir et cela tout de suite ! Les forces travaillent de façon souterraine ; quand elles émergeront, suivez le courant de la liberté et vous vivrez quand bien même vous serez mort...

 

Ai-Brazzaville — Un récent rapport de l'Association des droits de l'homme et l'univers carcéral (ADHUC) épingle le gouvernement et révèle que 70% de la population Congolaise croupit dans la misère et la précarité malgré l'augmentation chaque année du budget de l'Etat et les énormes potentialités naturelles et financières dont dispose le pays.

Selon ce rapport, la République du Congo, l'un des principaux pays exportateurs du pétrole d'Afrique Centrale avec une population estimée à quatre millions d'habitants demeure un pays pauvre très endetté. Sa production du pétrole qui est passée de 250.000 barils par jour en 2009 à 310.000 barils par jour, selon certaines prévisions, en 2010 ,est la source principale d'augmentation des recettes de l'Etat.

«L'impact de ces recettes pétrolières n'est pas perceptible du fait de nombreux problèmes dont les plus importants sont la mauvaise utilisation et gestion des ressources nationales, la corruption, l'impunité et pour tout dire, la mauvaise gouvernance. Ces recettes ne servent pas à réaliser les objectifs de la lutte contre la pauvreté», déclare l'ADHUC qui pointe également du doigt la fluctuation à plusieurs reprises du prix du baril de pétrole dont les incidences remettent en question les programmes de développement en suscitant des tensions sociales.

Les indices de la pauvreté de la population Congolaise pour l'Association de défense des Droits de l'Homme sont évocateurs : 50,7 % vivent en dessous du seuil de la pauvreté dont 64,7 % en milieu semi-urbain ; faible accès des populations aux infrastructures sociales et sanitaires, accès illimité au réseau de traitement et de distribution de l'eau potable, insuffisance de la production et de la distribution de l'énergie, augmentation anarchique et incontrôlée des prix des denrées alimentaires et des matériaux de construction, chômage des jeunes (33,1 % de 15 à 29 ans, 11,1 % de 30 à 49 ans) pour 18,2 % chez les hommes contre 20,5 % chez les femmes.

Le document publié par l'ADHUC révèle aussi que le budget de l'Etat qui est de 2814 milliards 900 millions de FCFA en 2010 est passé du simple au double. Celui de 2009 était de 1402 milliards 839 millions de FCFA. Cette augmentation de près de 50 % est due au secteur pétrolier à concurrence de 70 % de recettes. Celles-ci sont de 2187 milliards de FCFA contre 975 milliards 287 millions de FCFA en 2009. La production pétrolière étant estimée à 127,7 millions de barils en 2010 contre 109,590 millions de barils en 2009 ; le prix du baril retenu par les parlementaires dans la loi des Finances de 2010 étant de 63 dollars.

« Comme les précédents budgets, celui-ci sera probablement miné par la corruption, la mauvaise gestion, les détournements des deniers publics...Et malgré l'adoption de plusieurs projets, la répercussion de l'augmentation du budget risque de ne pas être perçue dans les grandes villes, les districts et les villages», soutient l'ADHUC.

Pour que cela le soit, l'association propose l'implication des populations dans la gestion des biens publics malgré l'analphabétisme, l'absence ou le faible exercice de la citoyenneté. « En dépit des mécanismes de contrôle existants à l'instar du Contrôle de l'Etat, de la Cour des Comptes et de Discipline Budgétaire, ce manque d'implication des populations constitue un frein à la gestion saine et transparente des biens publics ....Parce que analphabètes pour la plupart, les populations ne sont pas toujours informées sur ce qui se fait alors que les décideurs eux, maîtrisent mieux les mécanismes de budgétisation», constate le mouvement qui estime nécessaire de former ces populations à la lecture du budget pour les rendre aptes à suivre le processus de budgétisation afin de s'impliquer dans les décisions les concernant.

Pour information, l'ADHUC a mis en place un mécanisme indépendant de suivi et d'analyse de la gestion des revenus pétroliers et du budget de l'Etat dénommé Centre d'Analyses et de Suivi Budgétaire (CASB) dont l'objectif principal est de collecter, de traiter et de diffuser des informations fiables à travers divers canaux que sont le journal trimestriel « BI-ADHUC », un site web, des rapports d'études et un monitoring.

Les travaux de l'ADHUC ont pour cible, les autorités Congolaises, les différents acteurs intervenant dans le secteur du pétrole (Gouvernement, Banque Mondiale, compagnies pétrolières...), les partenaires et les populations de base. Il s'agit, d'une part, d'informer les populations et de leur faire prendre conscience des enjeux liés au pétrole et aux revenus nationaux et d'autre part, d'amener les décideurs à différents niveaux à faire preuve de transparence et à donner la priorité à l'intérêt général en luttant contre la pauvreté.

 

Chers compatriotes, lorsque Denis Sassou Nguesso vous dit : "N'écoutez pas ceux qui sont à l'étranger car nous sommes en paix, ici", il vaut mieux ne pas l'écouter car la paix, ce n'est ni la faim, ni la maladie, ni la soif, ni le chômage, ni l'obscurité, ni l'absence de toute perspective. Il n'y a pas de paix quand un pouvoir criminel détruit toute possibilité de futur pour nos enfants. Si nous sommes condamnés à vivre et à répéter le PRESENT, nous répéterions la misère et la mort jusqu'à la fin des temps et cela est inacceptable. Or, le présent, c'est SASSOU et SASSOU, c'est de quelque manière qu'on le prenne, LA MORT ASSUREE. Nous avons le devoir de lutter contre la mort de toutes nos forces.  Pour dégager le futur qui a été détruit pour le peuple, pour redessiner un futur, il faut se débarrasser de Sassou et de TOUS les membres de son clan - par tous les moyens.

 

Vous ne pouvez pas être en paix si vous n'avez rien à manger tandis que Christel Nguesso dépense 400.000 dollars par jour planquer la fortune de son père à l'étranger. Sassou est un voleur, un menteur et un assassin. Celui qui vole ment pour couvrir son vol et il tue pour ne pas être pris en flagrant délit. Sassou tue en vous affamant, en vous privant d'eau potable puisque lui ne boit que son eau Okiéssi. Denis Sassou Nguesso a une fortune estimée à plus de 120 milliards de dollars - ce qui en fait de loin l'homme le plus riche de la planète, un homme nuisible qui n'hésitera pas à hanter la république tant qu'il sera en vie. L'argent, c'est un pouvoir qui permet de mener les hommes, d'acheter leurs consciences, de les faire agir contre leur bon sens ou leur conscience - même si on peut aussi faire de bonnes choses avec lui.

 

Il faut écouter les Congolais de l'étranger car ils constituent le Congo Libre, le Congo qui peut encore parler et combattre ce virus mortel de Denis Sassou Nguesso qui est de loin plus dangereux que Kadhafi. Nous avons affaire à un pouvoir mal acquis, à un pouvoir obtenu au prix du sacrifice de centaines de milliers de vies. Vous ne devez avoir aucune pitié pour ce pouvoir corrompu et criminel. Au contraire, comme nous, vous devez vous demander TOUS LES JOURS : "Comment se débarrasser de ces sangsues de l'Alima qui nous pompent tout notre sang et qui ont fait le pacte de détruire nos vies en nous laissant vivre et mourir au milieu de la saleté " ?


Ils n'ont pas pitié de vous quand vous souffrez, quand vous mourrez dans la misère, quand ils prennent ce qui vous revient et vont le planquer à l'étranger où à leur mort, l'argent sera perdu ; quand ils vous laissent dans le noir, dans la boue et la fange des inondations. Même Pointe-Noire qui produit 99% des richesses du pays n'a rien de tout cet argent ! VOUS NE DEVEZ EPROUVER POUR CE POUVOIR QUE MEPRIS, HAINE ET DESIR DE LE FAIRE CHUTER PAR TOUS LES MOYENS.

 

Sassou est votre ennemi : il a dit que même s'il restait deux personnes, il gouvernerait. Il est donc prêt à vous massacrer TOUS pour son pouvoir. VOUS DEVEZ ETRE PRETS A TOUS MOURIR POUR LE FAIRE TOMBER DE SON LOURD PERCHOIR D'ELEPHANT POURRI.

LA REVOLUTION EST INEVITABLE, QU'ON SE LE DISE...

 

lion sérieux Le Lion Noir appelle TOUS les Lions des Kandas de TLPC au sein du M-NKOZI KIMUNTU. Le rugissement a été entendu puisque les lionceaux ont dispersé les urines furtives. Je répète : "Les lionceaux ont dispersé les urines furtives". Le sommeil des lionnes est terminé. La forêt de KDNT doit passer en mode MFKF. Pour le DHMOP, vous recevrez nos ordres du Général O. Vous verrez le signal derrière 675. La transmission et le mode de rencontre sont toujours les mêmes : S-E-T-C. Attendre les ordres du Général O. Le code est passé d'Alpha à Epsilon. Nous vous félicitons pour la réussite de l'implémentation de tout le code Alpha. La Meute  aura le message par le Cri des Hyènes...

 

LION DE MAKANDA A TOUS LES LIONS DES KANDA DE TLPC au sein du M-NKOZI KIMUNTU.

 

 

                                      "VIE - SAGESSE-KIMUNTU" pour le M-NKOZI-KIMUNTU !

VIVE LA REVOLUTION AUX EPINES !

UPIERAD  : "LIBERTE-AUTONOMIE-DEMOCRATIE" !

 

 


cheminavenir-ok COMMENTAIRE : Je me fais l'écho d'un mail reçu qui met en exergue une nouvelle organisation congolaise dénommée "CONSEIL REVOLUTIONNAIRE CONGOLAIS" en sigle CRC. Le mail a été rédigé semble-t-il à Brazzaville, au Congo. Ce texte nomme des personnalités ; ce qui montre que le CRC n'est pas une petite organisation car il semble déjà avoir ciblé ceux qui nuisent à l'émancipation du pays.  Je vous laisse découvrir le contenu  du message de cette nouvelle structure révolutionnaire qui donne un ultimatum de quatorze jours (14) au régime de monsieur Denis Sassou Nguesso. Nous nous réjouissons que les choses bougent. Nous savons que le temps du changement arrive bientôt et tous ceux qui contribueront à faire tomber le grand éléphant venu du bord de l'Alima gagneront ipso facto leur part de paradis, leur morceau d'éternité. Le ciel est à ce prix ! Ainsi parle le Lion De Makanda : "Combattez pour la liberté et vous gagnerez le ciel. ICI ET MAINTENANT..."

 

----------------------------------------------------------------------------------

 

Chers frères,

Nous suivons depuis un certain nombre d'années vos luttes engagées contre le pouvoir dictatorial de Denis Sassou Nguesso et son clan. Face à ce violent vent révolutionnaire qui souffle en Afrique du Nord et depuis deux jours en Afrique centrale où des pays comme le Cameroun et l'Angola, des opposants ont appelé le peuple à un soulèvement populaire afin de renverser les régimes dictatoriaux à la tête de leurs nations.

Mes frère pensez-vous que la Tunisie, l'Egypte et aujourd'hui la Lybie sont des nations en piteux état par rapport à la nôtre ? Nous en doutions ! De notre côté,  nous n'avons aucune liberté, le social n'existe même pas en rêve, la santé et l'enseignement est tout une pourriture, des villes comme celle de Pointe-noire ne bénéficient d'aucun programme de société malgré que c'est cette partie du pays qui représente et contribue à 99% du PIB Congolais :  les images de dégâts commis par des pluies ces dernières semaines parlent-d'elles mêmes à travers les différents sites web Congolais et Africains. Pourquoi les régions nordistes bénéficieront-elles plus que celles du sud des projets de société à grande échelle tandis qu'elles forment toutes une seule nation ? Nous ne sommes pas tribalistes et la politique actuelle ne nous poussera pas à jouer son jeu afin de s'en servir comme raison au moment venu.

Les Tunisiens, les Egyptiens aujourd'hui les Libyens n'ont pas attendu un appel de leurs opposants pour se retrouver dans les rues, de notre côté, ce n'est même pas la peine de rêver en voulant trouver un leader qui pourra pousser le peuple de Brazzaville et Pointe-noire de se retrouver dans les rues, il nous faut juste une méthode, une tactique qui réveillera tout le monde à se rendre compte que c'est vraiment le moment, n'attendons surtout pas, n'hésitons surtout pas, car nous n'aurons jamais une seconde chance comme celle qui nous est donnée aujourd'hui de pouvoir mettre fin une bonne fois au régime de Sassou.

Par là nous lançons un appel à travers le circuit du web et bientôt des médias en demandant de faire passer notre message qui est le suivant :


A tous nos frères et Soeurs Congolais(e)s, Nous Conseil Révolutionnaire Congolais nous donnons un ultimatum au Président de la République du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso et les membres de son Gouvernement, une durée de 14 jours à compter de celui-ci et qui comprendra fin le Mercredi 9 mars 2010 à minuit, de pouvoir démissionner de leurs fonctions et de permettre au Président du Sénat en la personne André Obami Itou légalement choisi selon les lois Consitutionnelles de conduire la Présidence à travers une transition où sera mis en place un gouvernement d'union nationale représenté par des membres de tous les partis politiques Congolais sur le territoire national et en exil sans oublier les membres de la société civile.

Le parlement et le sénat Congolais auront pour mission d'aministier tous les opposants congolais en exil condamnés par contumace et d'abolir la Constitution actuelle jusqu'à ce qu'une nouvelle soit rédigée par l'ensemble des juristes congolais mandatés par le futur gouvernement de transition et proposée au Peuple dans de brefs délais à travers un referendum constitutionnel. Des futures élections présidentielle, législative, sénatoriale, municipale et conseillère seront mises en place une fois que le désarmement de toutes les milices sans exception aura été effectué sur l'ensemble de l'étendue nationale. Par là notre chère République aura mis fin à cet état d'esprit de ni paix, ni guerre, ni démocratie que son peuple vit depuis plus d'une vingtaine d'années.
Faisant passer la nation et son peuple en premier lieu, Nous Conseil Révolutionnaire Congolais, prenons à témoin l'Union Africaine et les Nations Unies de notre esprit de Pacificateurs et de Démocrates en privilégiant l'option de la paix et l'unité nationale au détriment d'un grand bain de sang qui pourra  être versé en cas de soulèvement Populaire de tout l'ensemble du Peuple Congolais allant du Nord au Sud en passant de l'Ouest à l'Est. Nous n'avons pas peur de la mort, nous n'avons pas peur des armes de guerres qui seront dressées contre nous, ni des milices privées, encore moins des forces armées nationales qui seront de notre côté d'ici 14 jours.

Nous en appelons à tous les membres du RMP et alliés, aux Missions diplomatiques, aux Dirigeants de Confessions réligieuses, aux Entrepreneurs étrangers sur le territoire Congolais, aux membres des familles affiliées aux dirigeants politiques en place, épouses et enfants Nguesso et ceux de tous les membres du régime PCT-RMP de pouvoir ramener à la raison le Président Denis Sassou Nguesso et les membres de son Gouvernement en passant par ses Conseillers et Officiers proches du pouvoir, sur le bien fondé de cette médiation sans dialogue mais avec effet direct et concret qui permettra à la Nation Congolaise d'avancer dans les années à venir en ne regardant plus les histoires derrière nous qui poussent certaines personnalités à réclamer une nouvelle Conférence Nationale ou des Commissions de vérité et  réconciliation (CVR), cela permettra de cicatricer une bonne fois pour toutes certaines blessures sans pour autant créer des histoires au risque de réveiller des vieux démons .

Denis Sassou Nguesso n'est pas Ben Ali, ni Hosni Moubarak encore moins
Mouammar Kadhafi. Le peuple Congolais, n'est pas le peuple Tunisien, ni Egyptien encore moins Libyen.

Par là nous voulons ramener à la raison ceux qui ont encore un cerveau pour refléchir, car si des dictateurs plus que Sassou ont été vaincus par le peuple les mains nues, Dieu seul sait si lui réussira à survivre après la Révolution qui sera lancée contre son pouvoir et son régime !

 Le Peuple Congolais est plus habitué aux périodes et difficultés actuelles que vivent nos frères Libyens, et nous serons encore plus déterminés dans cette lutte par rapport aux conditions misérables dans lesquelles nous vivons depuis plus d'une vingtaine d'années.

Aussi, nous avons dressé une liste de personnes qui seront visées ainsi que les membres de leurs familles pour abus de pouvoir, détournement de fonds publics, crimes contre le peuple et complicités de meurtres ; lors de la lutte révolutionnaire qui sera lancée pour libérer la nation Congolaise une fois que Denis Sassou Nguesso et son Gouvernement auront refusé de démissionner au délai fixé du mercredi 9 mars 2011 à minuit ; ce sont :

  • Okemba Jean Dominique
  • Edgard Nguesso
  • Nguesso Willy  
  • Ngouélondélé Hugues
  • Kama Rosalie
  • Ikouébé Basile
  • Bouya Jean-Jacques
  • Yoka Aimé Emmanuel
  • Yhombi Joachim
  • Wamba Arnaud Sassou Nguesso
  • Jacques Obia
  • Justin Koumba
  • Alain Akouala
  • J.C KAKOU
  • Ossiala Sylvestre
  • Olessongo Ondaye
  • Okombi Salissa André
  • Okandzi Nicolas
  • Onanga Alfred
  • Obambi Paul
  • Oba Serge Blanchard
  • Oba Pierre
  • Oba Apounou Gabriel
  • Ntsourou Marcel
  • Ntsilou Claude Alphonse
  • Ntsiba Florent
  • Bruno Itoua, Denis Gokana, Christel Nguesso
  • Nguesso Sandrine
  • Nguesso Maurice
  • Nguesso Julienne
  • Nguesso Inès
  • Sassou Nguesso Claudia
  • Sassou Nguesso Antoinette
  • Ngouélondele Michelle
  • Ngakala Michel
  • Ngakala Ignace
  • Munari Mabondzo Claudine
  • Moussa Pierre
  • Moundélé-Ngollo Benoît
  • Mbemba Akiélé Jean Martin
  • Mbani Marcel
  • Mamadou Camara Dekamo
  • Lekoundzou Justin Itihy Ossetoumba
  • Kolélas Théodorine
  • Kolélas Parfait Brice
  • Kolélas Landry
  • Ibovi François
  • Gondot Albert
  • Gakosso Jean Claude
  • Ewéngué Landry
  • Adada Rodolphe
  • Etroubeka Cyriaque
  • Essongo Noël Léonard
  • Elenga Blaise
  • Dzon Mathias
  • Djombo Henri
  • Djombo-Bomodjo Gilbert
  • Eric Dibas
  • Denguet Jean François
  • Dabira Norbert
  • Bouiti-Viaudo Roland
  • Bitsindou Gérard
  • Baboutila Armand
  • Adoua Blaise
  • Adada Rodolphe
  • Isidore Mvouba
  • Gilbert Ondongo
  • Raymond Zéphyrin Mboulou
  • Emile Ouosso
  • Rigobert Maboundou
  • Charles Zacharie Bowao
  • Adélaïde Mougany
  • Ange Antoine Abena
  • Hellot Mampouya
  • Georges Moyen
  • André Raphaël Loemba
  • Henri Ossebi
  • Emilienne Raoul
  • Jacques Yvon Ndolou
  • Thierry Moungalla
  • Gilbert Mokoki
  • Mathieu Martial Kani
  • Pierre Mabiala
  • Bienvenu Okiemy
  • Jeanne Françoise Leckomba
  • Zacharie Kimpomi
  • Parfait Aimé Coussoud Mavoungou
  • Josué Rodrigue Ngouonimba
  • Charles Emile APESSE
  • Jean AIVE ALAKOUA
  • Samuel MBOUASSA
  • Vincent Vital BAKABANA
  • Guy Pierre GARCIA
  • Emmanuel AVOUKOU
  • Marcel NTSOUROU
  • Samuel MBOUASSA
  • Jean Pierre ESSOUEBÉ
  • Edouard NDINGA OBA
  • Guy Edouard TATY
  • Rigobert MOBED
  • Clément OBOUO
  • Richard Mondjo
  • Placide Lenga
  • Justin Koumba.


Le compte à rebours est lancé; A bon entendeur, Salut !

Fait à Brazzaville, ce jeudi 24 février 2011

Conseil Révolutionnaire Congolais (CRC)
  

Recommander

CONGO : PRESENTATION

CONGO : INFOS SUR LE PAYS :
Superficie: 342 000 Km2
Population: 4 012 809 hab
Densité: 11,7 Hab/Km2
Capitale Politique: Brazzaville
Cité Economique: Pointe-Noire
Régime: Présidentiel

Langues: Français (officielle), Lingala, Kituba
Littoral: 169 Km Côte Atlantique
Port maritime: en EAU profonde
Monnaie: FCFA (1€=655.57F)
P.I.B/Habitant: $4000
Réseau ferroviare: 795 Km
Emission CO2 /Hab: 0,64 tonnes
Nb de postes TV /1000 hab: 13
Nb de lignes fixes /1000 hab: 5
Usagers Internet /1000 hab: 38
Indicatif Téléphonique: +242
Domaine Internet: .CG
Fête Nationale: 15 Août
Indépendance: 15 Août 1960
Devise: Unité/Travail/Progrès
Fuseau Horaire: UTC +1
Taux d'Alphabétisation: 92,1
Principales richesses: Pétrole, Bois, Potasse, Or, Diamant...
Frontières: 5 504 Km
Pays voisins: Angola, Gabon, Cameroun, Centrafrique, RDCongo (Ex. Zaire)
Nb de Régions: 12
Autres villes:
Dolisie, Ouesso, Nkayi, Owando, Impfondo, Gamboma, Djambala, Oyo...

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : cuisine Santé France Société bébé Politique
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 18/03/2006
  • Contact

Archives

Commentaires

Images aléatoires

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

LDM



IDENTITE

NOM COMPLET : Mouvimat IBOUANGA LOUNDOU
NOM  ADMINISTRATIF : IBOUANGA
PSEUDO: Lion de MAKANDA
SIGNE ASTROLOGIQUE : LION
CLAN TRADITIONNEL : MAKANDA
PASSIONS : LANGUES MORTES,
CIVILISATIONS ANCIENNES,
LITTERATURE, INFORMATIQUE,
 EGYPTOLOGIE,  RELIGIONS,
SPIRITUALITE, CHOSES CACHEES,
SCIENCES (PHYSIQUES ET METAPHYSIQUES).
NATIONALITE : AFRICAINE
MICRO-NATIONALITE : CONGOLAISE
TRES DOMINANT DE CARACTERE : IDEALISTE

UN LION MON DOUBLE

17.jpg

IMAGES_DNCB

Kiki

Eau Très Sale

EauSalePolluée

Eau Impure

Img11

img2

HollandeRegardeAilleurs

Img4

Img7

Img8

Img9

Img10

Img5

JWE LIBRE

Africa_Feu.jpg

Afrique Viande

Amphi.jpg

Eau_Impure.jpg

 

    Femmes_Presidents.jpg

enfants_critiques.jpg

Salete_congo.jpg

Inondations3

RueDeBrazzaville-copie-2.jpg

Inondation----Mpila07a.JPG

Erosion----Casis07l.JPG

brazza-porcherie.jpg

chemindefer-1-.jpg

Inondation----Potopoto-07i.JPG

BzImg5.jpg

jpg-Route-au-Congo.-bis-jpg-1-.jpg

March--DansLaBoue-copie-1.JPG

Erosion----Casis07b.JPG

mama.jpg

Inondation----Bopaka07h.JPG

hp011153.jpeg

 

Bernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpg

ntumi.jpg

joseph-kabila.png

gorille2.jpg

lisb1-1.jpg

 

debat.jpg

 

edithsassoubongoondimba.jpg

beach-brazzaville2-1.jpg

criminels-affaires-beach.jpg

marien-ngouabi.jpg

mmrl-2brazza-28-1.jpg

edith-sassou.jpg

 

plissouba3.jpg

 

clip_image002.jpg

SassouLeCannibale.jpg

Inondations10

Crash4

Inondations3

Inondations11

Inondations14

Inondations35

Inondations30

Inondations31

Inondations5

Inondations32

Inondations38

pollution1

Inondations56

pollution

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

Inondations61

Inondations6

Inondations46

Saleté

Inondations70

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 3

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 5

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 2

Inondations36

Seleka.jpg

trans air congo il76-ek-76300 brazzaville 121130 map

302827_343265212438355_14984044_n.jpg

aeroservice il76 ek-76300 brazzaville 121130 6

trans_air_congo_il76-ek-76300_brazzaville_121130_5-copie-1.jpg

197985_343247909106752_617841022_n.jpg

EcolePleinAir.jpg

pollu-tion.jpg

9648_343247932440083_1400810622_n.jpg

13-juillet-2012-1.jpg

431032_221947057903505_311537468_n.jpg

484133_3873402647624_1254604795_n.jpg

292663_334711426594134_5817226_n.jpg

Bains_De_Rue.jpg

FORCE_DU_PEUPLE-copie-2.jpg

Miyibi.jpg

Inondations.jpg

Saletes1.jpg

Youlou.jpg

Inondations2-copie-1.jpg

PoingLevé

Claudia&JoueurDefootTogolais

deforestation

djombo-telesud-juin2013

EtudiantMaincoupée4

Jean-Paul-Pigasse

EmpereurBokassa

OkemaSassouEnPeignoirs

Claudia&Sassou&Footeux

Img10

SassouDevantPresse

Img19

Il y a tout de même de la beauté en Afrique

en général et au Congo en particulier...

source rivière

paysage3

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés