Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 13:52
15 AOUT 2015 : LE GRAND MEETING DE PARIS, DEUXIEME EDITION

Partager cet article

Published by LE GRAND MEETING - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 10:58

Combien d'entre-vous, mes lecteurs, se souviennent de mon rêve du mois d'avril (nuit du 16 au 17) ? Je ne vais pas y revenir. SACHEZ JUSTE QU'AVANT LA DESTRUCTION, IL Y A TOUJOURS UNE PHASE DE REVELATION. Les marabouts de Denis Sassou Nguesso, se mettent à parler et révèlent ce que nous savions déjà : Sassou tient de Mobutu SESE SEKO le rituel de DOMINATION qui consiste à diluer ses matières fécales (caca) et ses urines dans l'eau du robinet ; ce qui est au sens de la loi UN EMPOISONNEMENT et rien que pour cela, il mérite la prison et les travaux forcés à vie. L'eau du robinet que vous buvez, tenez-vous bien, contient les excréments et les urines de Sassou, Claudia, Kiki, Jean Dominique Okemba (je suppose que JDO ne se contentait pas de livrer les paquets de caca et les litres d'urine - sans y ajouter son propre caca et ses propres excréments), aux dires de TANDJA BACHIR, marabout originaire du NIGER.

MON PEUPLE, JE PRIE TOUS LES JOURS POUR TOI. JE SAIS QUE VOUS, MES COMPATRIOTES, N'AVEZ PAS TOUS LE CHOIX EN CE QUI CONCERNE L'EAU CAR VOUS NE POUVEZ PAS TOUS VOUS OFFRIR DE L'EAU MINERALE. BENISSEZ L'EAU AU NOM DU SEIGNEUR JESUS-CHRIST. L'EAU EST SENSIBLE A LA PENSEE, A LA PAROLE ET A L'EMOTION. PRIEZ POUR PURIFIER L'EAU AVANT DE LA BOIRE. FAITES LA MEME CHOSE AVANT DE MANGER CAR CE QUE VOUS ACHETEZ COMME NOURRITURE EST AUSSI SOUILLE. JE SAIS QUE VOUS NE SEREZ QUE QUELQUES MILLIERS A LIRE CET ARTICLE. JE VOUS EN PRIE, DITES A TOUS CEUX QUE VOUS CONNAISSEZ DE PRIER AVANT DE MANGER ET DE BOIRE L'EAU DU ROBINET INFECTEE AU CACA ET AUX URINES DE SASSOU, CLAUDIA, KIKI, JEAN DOMINIQUE OKEMBA. NE BUVEZ PAS LA BIERE NDZOKOU - MEME SI ON VOUS L'OFFRAIT GRATUITEMENT...

Il y a pire : si ce que dit le marabout du Niger est avéré, à savoir que Sassou pour devenir président à vie doit sacrifier dix mille personnes et payer 2 milliards de dollars, alors, le monstre de l'Alima a provoqué ou provoquera un trouble qui entraînera la mort de dix mille personnes. Cela ne vous fait penser à rien ? Avez-vous oublié, chers compatriotes, le petit Hiroshima du 4 mars 2012 ? Ceux qui me lisent se souviennent peut-être que j'avais révélé que j'étais au courant que Sassou raserait les quartiers nord mais je n'y avais pas cru.

Si Denis Sassou Nguesso n'a pas encore sacrifié les dix mille ans que les magiciens hindous lui demandent, il faut s'attendre à des violents troubles meurtriers. Quant aux deux milliards de dollars, Sassou les payera ; il n'est donc pas étonnant qu'il y ait des problèmes de trésorerie au Congo en ce moment (je me réfère au récent commentaire de Mwangou, l'un de mes fervents lecteurs).

A présent, voici le lien du texte original de "Congo revelations" repris ici ou là sur les réseaux sociaux que vous trouverez à l'adresse précise suivante sur FACEBOOK : https://www.facebook.com/congo.revelations/posts/120351748308642

Il vous faudra vous connecter au préalable sur Facebook pour le lire en ouvrant votre session. Pour ceux qui veulent s'inscrire sur ce site, il vous suffit de posséder une adresse mail qui sera votre identifiant et d'un mot de passe que vous choisirez pour accéder à votre session utilisateur.

N'oubliez pas : tout ce qui est ourdi dans les ténèbres doit être porté à la lumière de la VERITE avant d'être détruit. Comme la vérité possède une vertu occultante, nombreux ne croiront pas les révélations de monsieur TANDJA BACHIR. Posez-vous juste une question : pourquoi le clan Sassou & Nguesso ne boit pas l'eau du robinet ? Les fonctionnaires de la SNDE qui favorisent de telles pratiques méritent d'être révoqués, jugés et condamnés. Ce texte abonde d'informations qui vont dans le sens de sa crédibilité. Tandja Bachir s'excuse auprès de son corps de métier ; ce réflexe professionnel ne saurait s'inventer. Certes, il se peut qu'il ait pris un pseudo mais son texte est nous paraît original : TANDJA avance des dates et des noms, c'est-à-dire, énonce des précisions. Cependant, lorsqu'il évoque les sacrifices humains affirmant ne point les recommander ou les pratiquer, nous ne pouvons que déduire que cette pratique est usuelle dans leur corps de métier ; c'est tout. Quant à croire que Sassou le faisait pour obtenir la stabilité, c'est archifaux : c'est pour pérenniser son pouvoir qu'il le faisait car la DOMINATION ne vise que la pérennisation d'un pouvoir dans le temps. La preuve, il veut désormais transformation cette domination en PRESIDENCE A VIE, soit une domination sempiternelle.

Lorsque le sieur TANDJA, serviteur de SATAN, crie sur tous les toits n'avoir ôté la vie de personne, il oublie que les matières fécales et les urines infectent l'eau en transmettant le typhus, le choléra, etc. TOUS CEUX QUI MEURENT A CAUSE DES GERMES PATHOGENES QU'IL A INTRODUITS DANS L'EAU SONT DES VIES QUE L'ESPRIT SUPREME LUI RECLAMERA, LUI QUI ME DIT DE LE LUI TRANSMETTRE A L'INSTANT...

NE VOUS EN FAITES PAS : TOUT CECI SERA DETRUIT PAR LA PUISSANCE DU CREATEUR !

 

" NAUSEABONDES REVELATIONS DU MARABOUT DE SASSOU :
Pendant 18 ans, les Congolais ont bu, mangent et se sont lavés avec de l'eau souillée par les excréments et urines de Sassou et de ses enfants Christel et Claudia.
Découvrez les details...

MISE AU POINT DE TANDJA BACHIR

Je suis Tandja Bachir du Niger. Suite à tout ce qui se dit au sujet de ma personne en rapport avec Mr Sassou, je fais cette mise au point. En raison des contrevérités qui me reviennent, je me vois obligé de déroger à l'omerta qui est pourtant la règle dans notre metier de médium. J'espère bien que mes collègues du corps ne m'en tiendront pas rigueur.
Je rapelle que je suis marabout de profession. Cette activité est la principale source de mes revenus. Loin de me vanter, je puis affirmer faire partie des 3 plus puissants marabouts du continent dans le domaine de la DOMINATION. Dans mon travail, je fais usage des techniques de la science à ma portée pour répondre aux attentes des clients contre remunération de mes prestations. Nous ne faisons pas acception de personne et sommes disposés à travailler pour tout potentiel client qui nous consulte comme cela se passe entre médecin et malade. C'est dans ce contexte qu'il sied de situer pes rapports avec Mr Sassou qui avait, comme tant d'autres avant lui, librement sollicite mes prestation en envoyant son proche collaborateur Mr Tsienzel me chercher au Niger le 21 decembre 1997.

Je confirme avoir travaillé pour mon client Mr Sassou de décembre 1997 à avril 2015. D'emblée, j'affirme que pendant toute cette période, il n'y a . en ce qui me concerne, aucun sacrifice humain. Néanmoins, pour le travail de Domination demandé par mon client, j'ai eu recours au rituel dit de l'eau mystiquement travaillée.
Ce rituel consistait à recueillir les excréments et les urines de mon client que je mélangeais avec d'autres objets mystiques que je déversais par la suite après incantations nocturnes dans les usines d'eau de la SNDE sous forme de produit à Brazzaville et à Pointe noire. A partir de 2001, le rituel avait été étendu à l'eau de Dolisie où j'y avais été conduit par l'avocat Mabiala, sans toutefois confirmer s'il était au courant des détails de ma mission. En début de l'année 2002, instructions avaient été données par mon client d'ajouter également les excréments et urines de ses enfants Denis Christel et Claudia. Le rituel avait lieu 2 fois par semaine.
Il arrivait parfois que mon client m'instruise de travailler au cas par cas sur certains dignitaires du régime mais aussi de l'opposition et de la société civile. J'ai encore souvenance de mes 2 derniers travaux qui avaient pour cibles Mrs Okombi Salissa et Parfait Kolélas, mais qui n'ont pas connu leur achèvement suite à un désaccord survenu entre mon client et moi en présence de Mr Yoka, désaccord sur lequel je reviendrai plus bas.

Il apparaît donc clairement jusqu'ici que je n'ai ôté la vie a personne. Mais je parle pour mon cas. Je n'en sais rien pour ce qui est des autres marabouts engagés par mon client. Nous étions environ une quinzaine et personne de nous ne savait ce que faisait l'autre.

Pour ce qui est de la mort de feu Monseigneur Nkombo, paix à son âme, je n'y suis pas du tout lié. Je sais seulement qu'au bout d'un certain temps, je ne sais par quel moyen, le prélat se trouvait être au courant de la pratique du rituel de l'eau. De là, à lier sa mort au fait qu'il détenait cette information, je ne peux l'affirmer.

Concernant la somme d'argent qui m'avait été versée par mon client fin mars, celle-ci représentait le solde cumulé de mes honoraires pour le travail de Domination mené avec brio. Dans notre monde des marabouts, ce sont les résultats qui parlent. Et ici, n'a-t-il pas règne sans partage pendant 18 ans sur tout le pays ? Le dernier paiement reçu par moi n'était donc pas, comme le prétendent certains membres de l'entourage de mon client, destiné au travail pour la PRESIDENCE A VIE, travail pour lequel je ne serai pas à la hauteur au regard des difficultés que mon client rencontre pour ce projet.

A ce sujet, un profond désaccord était survenu entre mon client et moi. De mon côté, je lui proposais de travailler mystiquement pour une retraite dorée et adulée par toute l'Afrique et faire de lui, un peu comme un second Mandela pour l'histoire. Il suffisait pour cela, simplement d'adapter le rituel à cette nouvelle tâche. Une telle vision est porteuse de paix et d'amour dans toutes les couches sociales du pays. Donc une véritable aubaine pour un plus grand rayonnement du pays tout entier. Mais à ma grande déception, il tomba aussitôt dans un état de total désarroi et insista sur sa vision de la Présidence à Vie. Ayant certainement constaté mon manque d'enthousiasme pour ce plan il m'ordonna d'aller me reposer un temps et qu'il me contacterait ultérieurement. Sur ce, je pris congé de lui en présence de Mr Yoka le 15 avril 2015.

J'aurai appris, qu'après mon départ, mon client se serait tourné du côté du Grand Centre Mystique de Calcutta et que les premières estimations pour un travail complet de Présidence à vie s'elèveraient à 2 milliards $ en argent et de 10000 âmes en sacrifices humains. J'ignore à ce jour le point atteint par leurs négociations.

Par cette mise au point, je coupe court à toutes les fausses rumeurs de sacrifices humains, d'implication dans la mort du prélat et de réception d'une colossale somme d'argent pour un travail de présidence à vie pour lequel je ne serai point à la hauteur...

Quant au rituel dit de l'eau mystiquement travaillé, ma conscience, même devant Allah, demeure tranquille, car cette pratique n'est pas de nature à donner la mort à quelq'un. Et j'étais d'autant plus réconforté par mon client qui me rappelait qu'il avait recouru à ce rituel pour obtenir la stabilité nécessaire qui lui permettait de travailler en toute tranquilité, car les Laris étaient trop têtus. Je ne trouvais pas cela méchant puisqu'au final, c'etait pour le bien etre de son peuple (SIC). 

"

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 21:53

Nous apprenons d'une source très bien renseignée qu'après avoir intrigué au Burundi provoquant l'ire du président sur échasses, Paul Kagamé, pour que Pierre Nkurunziza puisse forcer la serrure constitutionnelle de son pays afin de s'offrir un troisième mandat illégal (en fait, un coup d'Etat), voilà que Denis Sassou Nguesso essaie à nouveau de déstabiliser un pays qui a défait un dictateur en le chassant par une révolte de rue constituant ainsi un exemple pour les autres pays africains - notamment subtropicaux en mal de liberté : le Burkina-Faso. 

Nous demandons à nos frères du Burkina-Faso de bien surveiller le Général Ndiendéré qui projetterait un coup-d'Etat afin d'éviter de comparaître dans l'affaire de l'assassinat du président Thomas Sankara. Le Général Gilbert Ndiendéré serait aidé dans cette basse besogne par un autre Général : Bassolé.

Il est à noter que l'ancien tout-puissant chef d'Etat Major particulier de Blaise Compaoré et commandant du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), Gilbert Ndiendéré, a été limogé par le président de la Transition Burkinabée, Michel KAFANDO, le 27 novembre 2014. Quant au Général de gendarmerie Bassolé, on lui prête des ambitions présidentielles : il va devoir démissionner de l'armée, là où une simple mise en disponibilité semblait suffisante...

Pour réaliser un coup d'Etat, il faut des moyens et c'est là que l'on nous dévoile que Jean Dominique Okemba aurait rencontré, il y a un mois, Bassolé à Paris pour résoudre les problèmes financiers relatifs à une telle basse besogne. De même qu'il a financé la corruption au sein de l'armée burundaise pour éviter la chute de Nkurunziza, voilà que le NGANDO SUPREME agit dans le sens contraire afin de réduire à néant les efforts du peuple burkinabè à qui nous demandons une vigilance accrue afin de sauvegarder la ouagattitude qui est une source d'inspiration de tous les autres pays africains victimes de tyrannie.

C'est donc ainsi que Denis Sassou Nguesso s'estime indispensable en Afrique : en intriguant hors de son royaume pour que des dictatures aient une longévité "respectable" ou pour que des pays comme le Burkina-Faso en voie de démocratisation, retombent en dictature entre les mains de la soldatesque sans scrupules comme il les aime...

                                        LION DE MAKANDA, MBUTA MUNTU

URGENT/BURKINA-FASO : AIDE PAR SASSOU, LE GENERAL NDIENDERE PREPARERAIT UN COUP D'ETAT

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 13:53

Je ne m'évertuerai pas ici à démontrer par l'image que nombre de ministres du gouvernement étaient à Sibiti - notamment Thierry Moungala, fils bienheureux de la contrée du fétiche efficace. Ce que l'on peut déduire après coup, c'est qu'ils y étaient pour soutenir le monologue-prétexte pour un putsch constitutionnel. Il n'y a qu'à entendre le ministre Okiémy pérorer à Télé foufou pour comprendre que la servitude volontaire confine toujours à la cécité et au mépris de sa propre raison. L'esclave doit penser comme le maître ; c'est là sa seule liberté - alors même que la constitution objecte la désobéissance civile en cas de situation inique. Or, la violation de la constitution est un cas qui relève de la HAUTE TRAHISON. A croire monsieur Tsalissan, La seule présence à un événement vaut assentiment, approbation puisque ce monsieur reproche à Claudine Munari et à Parfait Kolélas d'avoir assisté au dialogue alternatif organisé par l'opposition. Tsalissan montre bien que le monologue de Sibiti était au fond une initiative gouvernementale - alors qu'il se présentait comme une démarche ouverte où n'importe quelle force politique aurait pu y participer parce qu'il était initié par Sa Suprême Monstruosité prétendument au dessus des partis et de la mêlée.

En exigeant la démission dans deux semaines tapantes de Claudine Munari, ministre du commerce et celle de Guy Brice Parfait kolélas, ministre de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, Elvis Okombi Tsalissan se permet de violer le pouvoir constitutionnel du chef de l'Etat puisque selon la constitution du 20 janvier 2002, les ministres n'ont à répondre qu'au devant de son "auguste" personne. Tsalissan se prend pour Sassou, peut-être avec la permission de Denis. C'est vrai que la démarche semble accuser l'enfant terrible d'Oyo qui ne prend jamais la peine de se salir lui-même, préférant que d'autres mains, d'autres bouches le fassent à sa place. La bouche de Tsalissan peut s'avérer digne, même s'il ne préside qu'un petit parti, à passer un ultimatum à deux ministres du gouvernement. Ce n'est qu'une hypothèse : en se gargarisant de son titre de président de l'UMP (Union pour un Mouvement Populaire), Tsalissan peut très bien faire du zèle. Après tout, c'est un peu le pouvoir de tout un clan, de toute une ethnie qui s'est battue pour porter son champion au sommet de l'Etat. Au diable, la LOI que l'on s'apprête même à assassiner, au diable les protocoles, au diable les bonnes manières : au pays du désordre triomphant, tout est possible. Personne ne respecte la loi - même pas celui qui a prêté serment de la protéger !

Comment un ministre peut-il bien faire son travail dans ces conditions si son degré de liberté est proche de zéro bafoué par tout proche de Sassou qui se croit obligé de se faire obéir ? Tsalissan peut dénoncer que les prix flambent, que le chômage est exponentiel mais ces ministres ont-ils quelque possibilité d'agir librement quand nous apprenons que monsieur Ikouébé, excédé par l'hégémonie des rejetons Sassou, aurait voulu démissionner ? Comment peut-on réformer l'Etat - alors même que Denis Sassou Nguesso l'a totalement privatisé ?

Que Denis Sassou Nguesso prenne ses responsabilités : nous savons que Guy Brice Parfait Kolélas ne démissionnera pas. Pour madame Munari, nous ignorons son état d'esprit mais il est possible qu'elle ne s'en aille pas d'elle-même. De toute façon, il va finir par se découvrir : la déclaration du référendum-coup d'Etat lui revient comme il lui reviendra dans deux semaines de soutenir ou de désavouer la démarche de Tsalissan. Nous sommes au pays de la honte périmée comme du poulet avarié que vend le ouest-Africain du coin - faute de système de conservation à la hauteur. On se surprend à ne plus être surpris !

CONGO, LE PAYS OU UN TSALISSAN S'OCTROIE LE POUVOIR DE DEMANDER LA DEMISSION DE DEUX MINISTRES !

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 10:38

COMMENTAIRE : Dans ce texte envoyé par les ressortissants du Kouilou rassemblés au sein de l'association "LE REVEIL DU KOUILOU", en page une, lire thaumaturge au lieu de thaumature. Il y a un lapsus calami que nous n'avons pas pu corriger, le texte étant au format PDF. Nous l'avons juste transformé en images pour le publier à leur demande. DNCB est un espace de liberté qui ne fait acception de personne et qui pour la promotion de la liberté de pensée publie vos textes. Sachez qu'il vaut mieux une idée exprimée qu'une idée tue, une idée dévoilée qu'une idée cachée. De la sorte, si elle est contraire à l'entendement ou au bon sens, vous pouvez la combattre. Il est plutôt à redouter ceux qui se confondent matin, midi et soir en slogans comme "UNITE", "PAIX", "CONCORDE NATIONALE" mais qui font le contraire en pratiquant le clanisme et l'ethnodiscrimination au sommet de l'Etat.

A ceux qui feraient l'erreur de confondre reconnaissance identitaire et tribalisme ou reconnaissance identitaire et ethnodiscrimination, nous disons que les Basques ne discriminent pas les Bretons ou les Corses par le simple fait d'affirmer leur identité basque. Non, il faut plus qu'une reconnaissance identitaire pour basculer dans le tribalisme ou ethnodiscrimination. La différence est une richesse quand elle travaille pour apporter la vitalité de sa singularité au sein d'une communauté.

L'appel des ressortissants du Kouilou a, de mon point de vue, deux sens : le premier montre la contribution du Kouilou à la nation congolaise en personnalités et en ressources, la seconde montre la discrimination que subit cette région qui est délaissée par l'Etat. Je complèterai qu'il pourrait aussi de façon tacite s'y trouver en filigrane un appel à tous les ressortissants du Kouilou, région cosmopolite, à se rassembler pour participer au développement de cette région, de leur région qui croupit dans la misère et la saleté - alors même qu'elle fournit l'essentiel du budget de l'Etat congolais.

Le texte est équilibré et sans allusion à une quelconque idée partitionniste ou sécésssionniste. J'ose croire que la revendication qui est ici portée renvoie à une question de justice sociale qui profiterait au-delà des ressortissants et originaires du Kouilou - à tous ceux qui y vivent, dans la paix, exerçant librement leur besogne.

Si les fils du Kouilou ne prennent pas la mesure de la dégradation de leur région, qui le fera à leur place puisque l'Etat congolais se contente de jouir de ses ressources ? Et il faut dire que les fils du Kouilou ne se réduisent pas seulement aux Vilis, toute personne née dans cette région étant un ressortissant du Kouilou.

 

                                  LION DE MAKANDA, MBUTA MUNTU

 

DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU
DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU
DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU
DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU
DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU
DECLARATION DE LA DIASPORA DES RESSORTISSANTS DU KOUILOU

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 13:09
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS
DIALOGUE ALTERNATIF/VIDEO : LES CONCLUSIONS

Partager cet article

30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 12:48

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans Musique&Vidéos
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 13:53

 

Une certaine rumeur fait état de la présence de membres de la Garde Républicaine dirigée par le Général Nianga Mbouala à Diata où ils entoureraient le siège de l'UPADS. Cette manoeuvre d'intimidation, si elle se vérifie, n'est pas digne de Denis Sassou Nguesso qui prétend qu'au Congo, les organisations sont libres de se retrouver - surtout dans un espace privé et de discuter librement.

Certes, la Garde Républicaine est libre de circuler sur toute l'étendue du territoire mais décider d'encercler le siège d'un parti au prétexte de procéder à des contrôles d'identité n'honore pas cette unité dont la fonction est de protéger le monstre d'Edou dans son palais royal ; pour le reste, il y a la police et la gendarmerie. Nous leur demandons de ne pas faire preuve d'un zèle inutile car l'opposition n'a pas perturbé le monologue de Sibiti, encore que Denis Sassou Nguesso aurait pu le tenir à Oyo - pour servir du ngoki frais de l'Alima aux participants.

Lorsque que Denis Sassou Nguesso affirme avoir le coeur chaud et l'esprit froid, il faut qu'il apprenne désormais à refroidir son coeur avec sa bière NDZOKOU pour ne pas céder à l'animal qui rugit en lui, une bête qui lui réclame chaque seconde les larmes et le sang des autres. Sassou sait qu'il est observé par la communauté internationale et ce genre de comportement ne fait que l'enfoncer un peu plus dans la bataille de l'opinion. Oui, Denis Sassou Nguesso a bel et bien perdu la bataille de l'opinion, la bataille de l'image, bref, la bataille de la communication. Et s'il persiste dans sa cécité politique, il déclenchera la bataille politique dans la RUE et la perdra. FACE A DENIS SASSOU NGUESSO, IL NE NOUS RESTE PLUS QU'UNE SEULE BATAILLE A REMPORTER : LA BATAILLE POLITIQUE.  NOUS Y TRAVAILLONS...

 

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:46

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 21:47

On nous l'a annoncé au téléphone ; nous avons fini par retrouver le post de l'ancien ministre André Okombi Salissa sur Facebook. Dans ce message, il affirme en substance que si Denis Sassou Nguesso actait son coup d'Etat constitutionnel, le FROCAD, la CADD et la société civile, certainement inspirés par l'idée de l'organisation d'un dialogue alternatif, promettent d'opposer au gouvernement putschiste un gouvernement alternatif qui se targue d'être reconnu par avance par la communauté internationale avec le pouvoir de déchoir et de nommer les ambassadeurs et les représentants du Congo dans les institutions internationales. Il y a des chances que la communauté nationale reconnaisse le gouvernement alternatif mais rien n'est gagné d'avance dans un monde où les puissances du monde se préoccupent avant tout de leurs intérêts. Si un tel conflit congolo-congolais survenait, il est aisé de voir que si l'on juge par la manipulation des forces, Denis Sassou Nguesso n'aurait aucun mal à mettre en déroute le gouvernement alternatif, plongeant le pays dans un bain de sang comme à son habitude. Option néanmoins risquée car il s'ouvre grandes, les portes de la CPI !

Cette idée n'est pas à proprement parler un gouvernement de transition qui est une solution que nous voulons consensuelle - parce que fermeture de la dictature sassouiste oblige mais, si les participants au dialogue alternatif envisagent déjà le pire, c'est qu'au niveau de la stratégie visant à  arrêter Denis Sassou Nguesso dans son offensive putschiste, l'opposition s'avoue d'avance vaincue pour se résoudre à la solution d'un gouvernement alternatif avec présomption de reconnaissance internationale. Il s'agit avant tout d'arrêter Denis Sassou Nguesso, de l'empêcher d'ourdir son ultime coup d'Etat. Il nous faut gagner la bataille de la rue en l'organisant et en la pilotant. Ce moyen serait beaucoup plus efficace comme nous l'avons observé au Burkina Faso. Ensuite, avec l'appui du peuple, le camp adverse ayant été évincé, il sera plus facile de gouverner au lieu d'avoir deux gouvernements, l'un nommant et défaisant les ambassadeurs et les représentants du Congo à l'étranger, l'autre bloquant les vivres à ces nouveaux nommés - puisqu'ils auront entre leurs mains les caisses de l'Etat.

La bataille internationale s'annonce rude car SA Monstrousité Eléphantissime pourrait se gargariser de tenir son autorité du peuple par voie de référendum - même illégal. Le souverain primaire est libre de se placer au-dessus de la loi - telle pourrait être l'argument fatal de l'enfant terrible d'Oyo. Cependant, dans la pratique, même pour Denis Sassou Nguesso, la chose ne sera pas aussi aisée : si Denis Sassou Nguesso s'en remet à un référendum, il devra l'organiser pendant qu'il a encore la possibilité de le faire. Or, après l'avoir organisé, il ne peut plus se prévaloir d'être président. Dans le cas d'un NON massif ou d'un d'OUI truqué, Sassou ne peut plus diriger le pays. Il pourra au nom de la continuité de l'Etat chercher à s'imposer dans la mesure où aucune élection n'a pas encore eu lieu, afin de diriger la constituante mais rien n'est moins sûr ! Ce droit pourrait lui être contesté puisqu'il ne sera plus président après août 2016. Référendum ou pas. Le pays risque de se retrouver dans une situation d'ingouvernabilité. Le référendum est une option somme toute risquée car ce coup d'Etat constitutionnel n'ouvre pas sur des certitudes quant à la revendication et à la distribution légitimes de l'autorité d'Etat.

Nous avons déjà envisagé la meilleure façon pour Sassou d'en sortir par le haut : il s'agit pour lui de déclarer clairement qu'il a ouvert une parenthèse dictatoriale et qu'il aimerait la refermer ; ce qui autoriserait la mise en place d'une transition qui décidera d'une élection libre et transparente afin de mettre en place un président démocratiquement élu et des institutions qui puiseraient leur légitimité du peuple, le souverain primaire. L'idée d'un gouvernement alternatif qui tirerait une prétendue légitimité de l'illégitimité d'un autre ne peut que conduire à un conflit ouvert et à une crise sociale : la voie du consensus voudrait que le peuple se détermine pour en choisir un seul. A la réflexion, la communauté nationale peut bien choisir la troisième voie, la nôtre, celle d'une transition démocratique avec un Conseil National de Transition négocié dans lequel se retrouverait des personnalités de la société civile aux mains propres qui auraient la responsabilité d'organiser de véritables élections libres et transparentes.

Une chose est certaine, par son post sur les réseaux sociaux, André Okombi Salissa ouvre un avenir conflictuel au Congo par la promesse d'un bras de fer entre deux gouvernements qui ne tiennent nullement tous les deux leur pouvoir du peuple, la communauté internationale n'ayant pas vocation à se substituer au peuple congolais qui seul peut décider d'une transition démocratique. Cela constituerait un cas d'ingérence manifeste.

Denis Sassou doit savoir que son référendum sur le changement de la constitution est nul et non avenu car non prévu par l'actuelle constitution du 20 janvier 2002. Par contre, il peut sortir honorablement en reconnaissant qu'il a pris le pouvoir par la force, par putsch, qu'il n'avait pas le droit d'abroger la constitution du 15 mars 1992 et que pour faire amende honorable, il se retirait sans organiser les élections afin de permettre à un Conseil National de Transition de prendre le relai afin d'organiser des élections présidentielles crédibles parce que transparentes, plurielles et démocratiques, les Congolais ayant été au préalable rétablis dans leur droit de vote. Ensuite, on examinerait la question institutionnelle en s'arc-boutant sur l'autorité légitime du nouveau président démocratiquement élu.

Si la dictature du PCT coexiste avec celle du FROCAD-CADD et compagnies, le Congo cesse d'être un Etat de droit pour de bon. Denis Sassou Nguesso ouvre à nouveau les portes de l'enfer pour notre pays en faisant feu de tout bois. La troisième voie est celle de la transition concertée animée par des personnalités aux mains propres pour garantir à notre pays sa démocratie confisquée depuis 1997. C'est la nôtre...

P.S. : Voici un commentaire que je viens de poster sur les réseaux sociaux pour étayer ma pensée :

"Je suis de l'avis de Menia Oko car il s'agit d'empêcher le référendum et non de réagir juste après coup, c'est-à-dire, une fois que le NGANDO SUPREME a commis son coup d'Etat, mon cher J.r. Beedjins ! Je le dis dans mon article : on ne crée pas de la légitimité en ajoutant de l'illégitimité à l'illégitimité, du désordre au désordre, un coup d'Etat au coup d'Etat, un gouvernement illégal à un autre gouvernement illégal. Non, il faut partir du fait que Denis Sassou Nguesso a interrompu un processus démocratique par un coup d'Etat pour ensuite l'emballer dans du papier démocratique mais à l'intérieur, c'était toujours de la dictature issue d'un coup d'Etat. IL FAUT PARTIR DE CETTE BASE. Autrement, on fait fausse route et on ne réussira pas à vaincre le dernier MOKILIMBEMBE DE L'ALIMA. Ceux qui sont rassemblés à Diata au siège de l'UPADS, toutes ces intelligences, ont mieux à nous proposer... "

                  LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

RESPECT DES INSTITUTIONS : OKOMBI SALISSA ANNONCE LA FUTURE EPREUVE DE FORCE

Partager cet article

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 8.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 6.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 2600 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 1800 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg