Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 12:14
Le Commandant BABISSAT, patron de la police militaire à Pointe-Noire, responsable de la sécurité recevant le Chef d'Etat Major Général OKOÏ avec ses éléments

Le Commandant BABISSAT, patron de la police militaire à Pointe-Noire, responsable de la sécurité recevant le Chef d'Etat Major Général OKOÏ avec ses éléments

Au sortir du putsch référendaire de l'année 2015, le régime des crocodiles du PCT qui a reçu la visite de madame Fatou Bensouda, procureure à la CPI, se sait dans l'illégalité la plus totale, une situation fragilisante, malgré le soutien de la France et de François Hollande, d'où l'organisaton précipitée de l'élection présidentielle. Il s'agit pour le PCT de protéger à tout prix le pouvoir de notre assassin infatigable, Denis Sassou Nguesso, d'autant plus qu'il possède désormais une impunité constitutionnelle avec droit de tuer - comme un James 007 du gangstérisme étatique.

Le régime ethno-étatique redoute une rébellion voire un coup d'Etat. Mais comment savoir qui trame quoi ? Dans quelle direction faire de la prévention ? Qui frapper le premier ? Même arbitrairement ? Les laboratoires en agitation politique du PCT tournent en plein régime : tous les scénarios sont sur la table; NDALA GRAILLE en sait quelque chose avec ses bombes du cinéma star, le ministre du pétrole lui aussi a souvenir de la charge contre son défunt père, feu THYSTERE TCHICAYA, sur les bombes à Brazza. Aujourd'hui ces scénarii reviennent pour faire arrêter tous sudistes - notamment ceux qui sont dans la force publique à de très hauts postes de commandement des serviteurs volontaires qui deviennent encombrants du fait qu'ils connaissent les fragilités et les secrets du régime, des hommes que l'ethnie-Etat n'hésite plus à arrêter - quand bien même ils sont des grands serviteurs du monstre venu des bords de l'Alima.

Vous devez savoir que le principe de l'obéissance aux ordres des supérieurs qui régimente la force publique peut entraîner de loyaux soldats dans des comportements violents et arbitraires - juste pour satisfaire la soif de larmes et de sang de notre GRAND NDZOKOU, pilleur infatigable devant l'éternel et tueur infatigable devant Satan.

Nous avons reçu un coup de fil d'une dame en pleurs, impossible à consoler, qui nous a informé de l'enlèvement de son mari à leur domicile, vers 23 heures, par des hommes lourdement armés depuis trois jours. il s'agit du commandant Servais Magloire Babissat, un fidèle serviteur du gangster de l'Alima, qui a tiré le monstre d'Edou d'un traquenard le jour où les jeunes de Pointe-Noire encerclaient son convoi venu assister aux obsèques de feu Thystère Tchicaya. Alors que certains de ses gardes du corps avaient pris la poudre d'escampette, le commandant Servais Magloire Babissat avait réussi à ouvrir une voie de fuite au tueur infatigable des bords de l'Alima.

Il nous faut souligner le fait que le Commandant Babissat, patron de la police militaire à Pointe-Noire, responsable de la sécurité, est un proche collaborateur du COMMANDANT DE ZONE de la ville de Pointe-Noire qui aurait mieux fait de le convoquer dans son bureau le matin que de lui faire enlever en pleine nuit par des hommes lourdement armés, terrorisant ainsi sa femme et ses enfants. Le commandant Babissat va être déporté à Brazzaville pour être certainement torturé à la DGST...

Hier, le colonel Marcel Ntsourou, aujourd'hui, le commandant Babissat. Demain, àqui le tour ? Vous soldats, policiers, gendarmes, qui servez les yeux fermés ce régime, sachez que si vous n'appartenez pas à l'ethnie du président, vous risquez de subir le sort de Ntsourou et de Babissat. Le Général Jean Marie Mokoko qui a perdu sa femme et qui a failli être assassiné par le tueur infatigable en sait quelque chose... 

Au sein de la force publique, l'heure est au choix entre le peuple et un tueur infatigable qui martyrise les populations de notre pays depuis près de quarante ans car on oublie souvent de dire qu'à l'époque de sa victime Marien Ngouabi, il squattait déjà les hauts sommets de l'Etat. En toute impunité. Dans la force publique, nous avons besoin d'un meneur d'homme, d'un homme pétri de foi qui prendrait son destin en main afin de délivrer son peuple d'un tyran - au lieu de se contenter à lui obéir aveuglément. Quelqu'un au sein de l'armée doit se lever - même si c'est juste un soldat de première classe. Cet homme existe, il doit peut-être même être tout près de notre mokilimbembé national ; c'estce qui explique que Denis Sassou Nguesso ordonne des purges et des arrestations préventives au sommet de l'armée. Le temps avant la faillite nous est compté à l'heure où même des gros producteurs de pétrole comme le Nigéria appelle les vautours du FMI et de la Banque Mondiale au secours.

Toi, soldat du peuple qui lira ce message car je sais que, vous soldats, me lisez au pays, fais circuler le message. Il y a forcément, un "sauveur" quelque part au sein de notre peuple. Son heure n'est peut-être pas encore arrivée mais elle viendra. HERODE-SASSOU LE SAIT...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 22:44
CONGO/ELECTION PRESIDENTIELLE : ON JUGERA LES CANDIDATS A LEURS PROJETS ET NON A LEUR IDENTITE

A l'heure où nous prenons connaissance de la démission de l'officier Général Jean Marie Mokoko de son poste de conseiller auprès de Denis Sassou Nguesso par une lettre qu'il a écrite et signée, les candidats annoncés à l'élection présidentielle fourbissent leurs armes, Parfait Kolélas ayant même déjà fait la démonstration de sa popularité à Brazzaville. Les autres candidats ne tarderont pas à l'imiter. Le Général Jean Marie Mokoko ne démissionne pas de son poste de conseiller du diable pour rien : il pourrait franchir le rubicon qui permet de passer de l'armée à la politique pure. Certains se plaisent déjà à critiquer son entrée tardive dans le tatami électoral - alors que sur le strict plan des délais, rien n'est encore perdu. Cependant, autant vite se déclarer candidat et permettre à ses supporters de battre campagne pour lui, les autres constituant déjà leurs équipes de campagne. Un petit conseil au Général  Jean Marie Mokoko : on ne doit pas trop faire saliver un peuple qui meurt de faim, au risque de le blaser - ce qui donnerait raison à ses détracteurs qui lui reprochent son silence. Le Général Jean Marie Mokoko dispose de la faculté de la parole. Pourquoi donc diable d'autres bouches parleraient à sa place comme si la sienne était frappée de mutisme ? Qu'il se présente à l'élection présidentielle ou reste dans sa caserne. De toute façon, dans les pays démocratiques, les soldats restent à leur place : celle de gardiens et de défenseurs du peuple et des acquis républicains....

Par delà les polémiques liées à la légalité ou non de cette élection, la stratégie d'essayer de battre Denis Sassou Nguesso par les urnes est celle qui semble la moins larmoyante et la moins sanglante car autrement on verse dans l'insurrection ou la guerre civile si ce n'est la rébellion armée.

Si on présage que Denis Sassou Nguesso est déjà vainqueur à l'élection présidentielle et qu'y participer, c'est juste l'accompagner, on remet en cause le principe même de l'élection dont les résultats ne peuvent être connus d'avance - surtout si les conditions d'une élection transparente, plurielle et démocratique sont réunies. Les anti-élection présidentielle arguent qu'accompagner Sassou à l'élection présidentielle le légitime car tout est fait pour qu'il gagne et surtout, à quoi cela aura-t-il servi de contester le changement illégal de constitution si c'est pour participer à l'élection présidentielle ? Or, le résultat d'une élection ne peut pas être connu à l'avance si on ne joue pas le boycott qui est pour Sassou une simple "abstention" - à moins de se dire que si les votants ne sont que les participants de Denis Sassou Nguesso, il est alors tout à fait prévisible qu'il gagne et qu'il gagne au premier tour. Le boycott produirait alors les mêmes résultats que par le passé. Or, si le peuple se mobilise pour s'inscrire sur les listes électorales et si la pression fait en sorte que tous y soient inscrits, alors rien ne garantit la victoire de monsieur Denis Sassou Nguesso. En Côte-d'Ivoire, on a vu Laurent Bagbo contester des résultats électoraux jusqu'à accéder au pouvoir car il avait gagné l'élection présidentielle.

Ceux qui soutiennent la candidature du Général Jean Marie Mokoko le font au moins à trois titres :

1) ethno-régional, dans le fait que c'est un fils du coin, un nordiste, espérant que seul un autre nordiste peut remplacer le nordiste Denis Sassou Nguesso pour éviter que l'armée nordiste ne fasse un coup d'Etat si un non nordiste accédait au pouvoir. Au nord, nous n'avons pour l'instant enregistré que la candidature de Denis Sassou Nguesso et d'André Okombi Salissa - même si celle de ce dernier est moins inscrite dans ce registre que celle du GRAND NDZOKOU. Nous souhaitons aussi que le philosophe Zacharie Bowao soit candidat pour casser l'électorat de Denis Sassou Nguesso au nord de la république ;

2) parce que c'est un militaire qui aurait les ressources pour s'opposer à un autre militaire. Il pourrait, s'il était floué, entraîner une partie de l'armée avec lui et se donner les moyens de tenir tête à l'autre Général candidat. Ceux-là parient sur une division de l'armée qui la paralyserait la rendant du coup inopérante - parce que les forces se neutraliseraient pour éviter de se combattre. Hélas, ceci n'est qu'une hypothèse ;

3) l'homme est connu pour avoir joué un rôle important en 1992 - lors de la conférence nationale et lors de l'élection présidentielle qui s'en suivit, passant ainsi pour un défenseur de la démocratie, des valeurs républicaines et du peuple. Encore faille-t-il qu'il se présente à l'élection présidentielle. C'est ce qui justifie que de nombreux Congolais de tous les points cardinaux l'incitent à se présenter contre Denis Sassou Nguesso - estimant en secret qu'en sa qualité de militaire à l'autorité reconnue, il saura éviter au pays le chaos promis si Denis Sassou Nguesso perdait le pouvoir.

Pour notre part, nous attendons de lire et de comparer les programmes des uns et des autres avant de nous prononcer, l'identité des candidats ou leur simple curriculum ne constituant pour nous un projet de société. Nous jugerons les candidats non pas sur la base d'une quelconque proximité ethnique mais sur leur programme, sur leur projet de société. Tout projet qui n'inclura pas le fait de reconsidérer la fausse constitution de Denis Sassou Nguesso sera pour nous nul et non avenu. Certes, on voit mal un chef d'Etat autre que Sassou abroger la constitution qui le hisserait au sommet de l'Etat car cela reviendrait à nier l'autorité constitutionnelle que celle-ci lui donne - quoi qu'on en dise mais il reste la possibilité de modifier de fond en comble la fausse constitution de Denis Sassou Nguesso. Gagner l'élection présidentielle et modifier de fond en comble la fausse Constitution pour en faire une vraie. Voilà ce qui est possible - pour ne pas être obligé d'organiser d'emblée une autre élection présidentielle. Il est possible aussi qu'une personne autre que denis Sassou Nguesso, si elle est élue à la présidence de la république, décide d'en appeler au peuple au cours d'un référendum en négociant la possibilité de conduire une transition démocratique qui lui permettrait de nettoyer le pays des miasmes du régime PCT. Quoi qu'il en soit, après Sassou, le pays ne fera pas l'économie d'une remise en question intégrale. Nous espérons que cela surviendra bien vite. Très vite...

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 13:55
JEAN BRUCE MABOUSSOU A LYON : DEUX LIONS DU CLAN MAKANDA SE RENCONTRENT
JEAN BRUCE MABOUSSOU A LYON : DEUX LIONS DU CLAN MAKANDA SE RENCONTRENT

Toute vraie richesse vient de l'homme. Il n'y a donc de richesse véritable que l'homme, producteur de toutes les richesses tant matérielles que spirituelles sur cette terre - ce qui m'a fait dire dans un de mes textes, qu'il y va des sociétés comme il y va des hommes. La qualité des hommes faisant la qualité des sociétés - d'où la déduction que le problème du Congo est avant tout un problème qualitatif lié à ses propres enfants. C'est d'ailleurs un problème qui dépasse le seul cadre du Congo, l'Afrique étant aussi concernée - tout autant que le reste des pays de ce monde. La richesse de nos relations humaines caractérise donc notre vraie richesse - même si dans ce bas monde, les hommes courent après des choses bien matérielles que nous laisserons ici-bas.

Le Lion De Makanda a reçu à Lyon un autre lion du clan Makanda, Jean Bruce Maboussou, ancien garde rapproché du seul président démocratiquement élu, Pascal Lissouba. La confidentialité des propos échangés ne me permet pas de vous dire, chers lecteurs, pourquoi il a quitté Londres pour venir me voir à Lyon.

Jean Bruce Maboussou alias Roi David est un homme très spirituel, un homme de Dieu bien connu comme tel. Nos discussions ont porté sur des sujets divers mais en particulier sur le Congo au passé, au présent et à l'avenir. Nous avons discuté  hier jusqu'à deux heures du matin, vu l'importance des sujets évoqués.

Après ma rencontre avec trois prêtres de l'église catholique il y a quelques jours, je reçois un autre homme d'église - comme si le ciel s'approchait un peu plus de moi, en ma qualité de chercheur de vérité désireux de sortir mon pays des ténèbres dans lesquelles on l'enfonce un peu plus chaque jour.

Je remercie cet homme qui a mangé dans la même assiette que le professeur Pascal Lissouba de m'avoir rendu visite, d'autant plus que nous avons une proximité clanique : les Makanda ont des traditions de solidarité millénaire que nous entretenons comme le faisaient nos ancêtres. En effet, je me devais de le recevoir comme il se devait. Jean Bruce Maboussou m'a révélé que le clan Makanda a par ailleurs donné un président au Congo en la personne du professeur Pascal Lissouba.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 18:48
FINANCES : LA POMPE A FRIC CHINOISE MENACE DE NE PLUS RIEN PRETER A BRAZZAVILLE

Un grand merci à Thim pour nous avoir permis d'être au courant des réticences chinoises au travers de l'article du Monde Afrique intitulé : " Pékin doute de la solvabilité de Brazzaville", un titre plein de sous-entendus. En tout cas, les choses se présentent mal pour le régime des crocodiles du PCT car l'allié au sourire jaune doute désormais de la capacité de l'Etat privé des Sassou & Nguesso à rembourser ses dettes tout aussi privées, même en cargaisons de pétrole. La solvabilité de Brazzaville aurait dû poser problème depuis très longtemps. Il est vrai que la Chine lorgne sur nos ressources naturelles, sur nos terres fertiles, nos fleuves et notre littoral mais avec une économie chinoise qui ralentit, Les petits yeux jaunes s'écarquillent pour devenir plus sourcilleux.

Avec la chute des cours du pétrole, principale monnaie d'échange du Congo-Brazzaville, les prêteurs à gages chinois se montrent désormais plus regardants avant d'allonger les yuans et les dollars. on sourit désormais rouge et non jaune du côté d'EXIM BANK - parce que la SINOSURE, organisme public d'assurance-crédit chinois, ne sourit plus du tout. Le "grand" bâtisseur avec les mupatasses des autres risque de ne plus bâtir du tout.

Nous avons dit que le ciel se mêle désormais de nos affaires. Si le monstre d'Edou, dernier mokilimbembé de l'Alima n'a plus les moyens de s'endetter au nom du pays pour mieux enfoncer le Congo, la dictature risque de ne plus avoir les moyens de faire illusion. De toute façon, pour les sans-moupatasse qui ont perdu leurs dents parce que la France aide la dictature de notre pays à nous arracher les dents, il n'y aura rien de vraiment changé. Quand on a rien, on a rien. La question se pose du côté des serviteurs de la dictature et des créanciers du diable. Les conséquences sont énormes. Nous ne nous réjouissons pas du fait que Sassou n'ait plus les moyens financiers d'entretenir sa dictature car nous savons que d'une façon ou d'une autre, c'est le Congo qui trinquera. Financer des babioles infrastructurelles avec de l'endettement, c'est vendre le Congo aux étrangers.

Nous le répétons encore une fois : le Congo se meurt d'un cocktail mortel appelé MAUVAISE GESTION (50%) + DETOURNEMENTS (30%) + CORRUPTION (20%). Or, quelle que soit l'importance des ressources naturelles d'un pays,

MAUVAISE GESTION + DETOURNEMENTS + CORRUPTION = FAILLITE

Les Chinois nous lisent. Que Pékin fasse des affaires. Les affaires sont les affaires. En affaires, il n'y a pas de pitié, même pour les dictatures rouges qui jouent à la démocratie, quand elles sont insolvables. Au fur et à mesure le risque va devenir plus grand : la faute incombera aux Chinois eux-mêmes. En tout cas, ils doivent arrêter de prêter de l'argent à Sassou car le Congo n'a plus les moyens de rembourser : il y a trop de vautours autour de la dépouille. Il arrive un moment où il n'y a plus que des os, des os sans moelle car tout a été sucé par cette famille cupide Sassou & Nguesso.

Nous refusons de vendre nos forêts, nos terres arables, entre autres. Nous n'allons pas accepter que le Congo devienne une double colonie sino-hexagonale. La Chine est complice de la monstruosité qui sévit au Congo en subventionnant le crime pendant que la France le soutient pour nous pomper notre pétrole et nos ressources naturelles qui quittent le Congo par le port autonome de Bolloré à Pointe-Noire.

Pékin doit prendre ses responsabilités. Si les Etats n'ont que des intérêts, les banques et les financiers ne connaissent que le profit. Or, le Congo n'est plus solvable, le Congo, un pays au bord de la faillite, un pays sous perfusion financière : sans endettement, il n'y a plus d'argent pour faire battre le coeur de l'ethnie-Etat ; ce qui risque de se retourner contre les banques si elles continuent à financer aveuglément un Etat ruiné par une famille de vautours. 

La Chine a une économie qui bat de l'aile en ce moment. Qu'elle se préoccupe d'abord de sauver les Chinois au lieu de financer une économie du sang et des larmes des autres qui n'a comme seul projet de développement que la conservation du pouvoir au sein d'une famille de cupides et de mafieux. Le Congo, notrepays, tel un renard, emprunte en gageant plus de promesses que de pétrole, le pétrole pouvant s'arrêter brusquement de couler tandis que les promesses comme celle du salut peuvent couler jusqu'à l'infini.

Quel est donc ce pays qui prête à autrui les yeux fermés et qui emprunte comme s'il manquait de tout ? Depuis quand, chers compatriotes, développe-t-on un pays avec de l'endettement ? Un Etat est comme une entreprise. il peut déposer le bilan. Cela s'appelle la faillite. Si cela a failli arriver en Grèce, comment pouvez-vous douter que cela advienne un jour au Congo ? La Chine n'a donc pas de petits yeux bridés à nourrir ?

 LION DE MAKANDA MWAN' MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 *               

 

Pékin doute de la

solvabilité de

Brazzaville

Le robinet chinois est-il en train de se fermer pour Brazzaville ? Selon des documents auxquels Le Monde Afrique a eu accès, la compagnie d’Etat chinoise de garantie des exportations rechigne à valider une demande de prêt émise à l’été 2015 par la République du Congo auprès de la banque d’import-export de Chine, Exim Bank. L’hésitation de la Sinosure, le principal organisme public d’assurance-crédit chinois à l’export contre les risques de non-paiement, est liée à la baisse des cours du pétrole et à des doutes sur les capacités de remboursement de Brazzaville. Une information que personne au ministère de l’économie, des finances et du budget n’a voulu commenter.

Plusieurs grands chantiers sont en cours de réalisation par des entreprises chinoises. Après le barrage d’Imboulou et de nombreux bâtiments publics comme l’aéroport de Brazzaville, le ministère des affaires étrangères ou le siège de la télévision nationale, les principaux projets actuels sont la route nationale reliant Pointe-Noire à Brazzaville, le barrage de Liouesso. Sans compter les opérations à venir, comme le chemin de fer Congo-Océan ou le port minéralier de Pointe-Noire. En dehors des prêts, le plus souvent garantis par des ventes futures de pétrole, plus de 1,5 milliard de dollars (1,37 milliard d’euros) a été investi par Pékin au Congo depuis 2006, alors que les échanges entre les deux pays sont passés de 290 millions de dollars en 2002 à 5,8 milliards de dollars en 2013, en grande partie de l’or noir.

Un problème pour le « grand bâtisseur » ?

Pour le président Denis Sassou-Nguesso, la Chine est ainsi devenue un véritable « partenaire stratégique » grâce à trois structures chinoises de financement des exportations : Exim Bank, la Banque de développement et Sinosure. Or, depuis un an, plusieurs entreprises chinoises de BTP actives au Congo ont été contraintes de ralentir ou d’interrompre leurs chantiers en raison de l’arrêt du paiement de leurs factures. Et, cette fois, Pékin ne semble pas disposé à effacer l’ardoise, pas plus au Congo qu’en Sierra Leone, où les autorités chinoises ont revu drastiquement leurs engagements en raison de la chute des prix du minerai de fer.

A moins de deux mois d’une élection lors de laquelle Denis Sassou-Nguesso va briguer un nouveau mandat, après trente et un ans au pouvoir, ces difficultés de trésorerie pourraient ternirl’image de celui qui se présente en « grand bâtisseur ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/02/02/quand-pekin-doute-de-la-solvabilite-de-brazzaville_4857872_3212.html#ppYhmLEJ5SBWliq6.99

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 18:40
PAROISSE SAINT-PAUL DE MADIBU : SASSOU ALLONGE 300 MILLIONS DE FRANCS CFA POUR SEDUIRE L'EGLISE

Je viens de me régaler en compagnie de trois prêtres congolais à Lyon. J'ai mangé le bon foufou du Congo, un foufou lourd préparé par un abbé. Une chose est certaine, une partie de l'église catholique s'inquiète vraiment pour le pays. En mangeant mon foufou du Pool, j'ai appris pas mal de choses tout discutant avec les hommes de l'église.

Denis Sassou Nguesso essaie de séduire l'église pour s'attirer ses faveurs. Il a allongé 300 millions de francs cfa pour qu'on achève la paroisse Saint-Paul de Madibou - afin que l'église reconnaissante prie pour lui et demande à ses ouailles de voter pour lui. S'il avait mis autant d'argent et d'énergie pour améliorer les écoles de la république, on aurait pu faire en sorte que nos enfants puissent s'asseoir de façon convenable dans les classes. Hélas, Denis Sassou Nguesso préfère qu'on prie pour lui au lieu de permettre à nos enfants d'étudier dans de bonnes conditions. Que gagnerait-il en matière de gloire en aidant nos enfants à devenir plus intelligents ? Rien sinon à former de nouveaux petits LDM. Les gamins ne votent pas. L'église et les ouailles adultes, si.

Les voies du Seigneurs sont impénétrables. Celles de Sassou sont seulement infernales. Après avoir massacré les ressortissants du Pool lors de l'opération Mouébara, il essaie désormais d'amadouer le Pool si chrétien au travers de l'église. Il gâte l'église qui aura son université catholique à Pointe-Noire, un projet qu'il a recalé maintes et maintes fois - mais qu'il a avalisé par intérêt.

Chez les Sassou & Nguesso, le pouvoir appelle le mal et le mal appelle le péché car ce qui est acquis par le péché, notamment par le sacrifice du sang et des larmes des autres, se conserve par encore plus de péchés. J'ai appris l'histoire d'une fille de Sassou Nguesso qui a quitté la maison familiale parce qu'on lui demandait de dormir dans une chambre mitoyenne  à cellle du GRAND NDZOKOU afin qu'elle reçoive ses visites nocturnes. Elle a refusé. Toute la famille s'est réunie et lui a dit que pour garder LEUR pouvoir, il fallait satisfaire les esprits démoniaques ayant pris possession du monstre d'Edou, des démons qui veulent que certaines filles du grand monarque se sacrifient en se laissant souiller par le père. Eh oui, la famille Sassou & Nguesso estime que le pouvoir au Congo n'appartient pas au peuple mais à elle et elle se doit de tout faire pour la conserver. Fraudes, intimidations, fétichisme, corruption de l'église, des partis politiques et des personnalités, tout est permis ! Cette demoiselle moitié mukongo, moitié graine de Sassou a refusé et se voit harcelée. Sa soeur par contre née de la même mère originaire du Pool est restée dans la maison du diable et je me demande si elle a accepté le deal. Comme quoi, le diable a ses exigences que même l'enfer ne connaît pas. Cette pauvre fille et sa mère souffrent et sont sous surveillance permanente au quartier Plateaux des Quinze ans à Brazzaville. Certaines rumeurs sur le monstre de l'Alima semblent se confirmer. Denis Sassou Nguesso est prêt à tout pour conserver le pouvoir. Quitte à traumatiser à vie ses propres enfants. Quelle fille garde désormais les fétiches du grand mokilimbembé depuis la mort d'Edith ? On se le demande.

Les prêtres aussi font des études. Ils apprennent des choses sur les pratiques coloniales de la France qui nous tient toujours entre ses griffes et s'en offusquent. Quand on est le seul noir au milieu de plusieurs étudiants blancs, on subit le cours sur la période coloniale comme un coup de massue. Les jeunes Français apprennent à l'université comment maintenir le système colonial qui n'a jamais cessé d'exister. Le progrès des uns se fait sur l'esclavage et la domination des autres. C'est vieux comme le monde. Même la Bible autorise l'esclavage, c'est pour dire ! J'ai soutenu auprès des prêtres que le "TU NE TUERAS POINT" ne valait qu'entre Hébreux - puisque leur Dieu leur autorisait de massacrer les autres peuples. Drôle de Dieu qui vouait à interdit - même les enfants ! Sassou, lui, l'a bien compris puisqu'il ne verse que les larmes et le sang des autres.

J'ai expliqué aux prêtres que nous avons subi et subissons encore plusieurs formes de domination : religieuse (depuis Dom Afonso 1er, nous avons abandonné la religion de nos ancêtres pour embrasser une religion qui nous enferme dans l'esclavage éternel de l'esprit), éducationnelle (notre école a pour mission de modeler notre esprit à l'image du maître), économique (nous n'avons pas la propre gestion de nos ressources qui vont chez nos maîtres), politique (on continue à nous imposer des gouverneurs noirs ; nous n'avons donc pas une vraie souveraineté politique), financière (on nous tient par le franc cfa et par l'arrimage de force à l'économie mondiale qui nous tient par la dette), judiciaire (notre droit est calqué sur le droit occidental qui nous impose sa justice bien blanche) et militaire (la supériorité militaire occidentale nous menace dès que l'on ose s'opposer à son diktat), la dernière est prête à nous frapper quand toutes les autres ont échoué. L'Afrique, notamment noire, n'a pas les moyens de contrer la suprématie blanche. Nous ne sommes pas sortis du syndrome de Canaan...

Il m'a été reproché d'avoir exposé franchement un certain point de vue à l'assemblée nationale. Cependant, les faits finiront par me donner raison. La nature du pouvoir au Congo n'est pas politique mais militaire. Et ce qui subsiste par la force ne peut disparaître que sous l'impulsion d'une force plus grande. En effet, sur qui ou quoi allons-nous compter pour renverser le régime du PCT qui a les faveurs de la France ? L'opposition ? Le peuple ? Le droit ? Le jeu politique pur ? La prière ? Les fétiches ? Où sont donc les grands sorciers du Congo ? Les forces extérieures ? La voie électorale échoue allègrement depuis près de vingt ans. L'opposition ne mobilise plus la rue et ose espérer faire basculer les choses en une élection. Qui sait ? Quant aux forces mystiques, elles ont toutes cédé aux sirènes de l'argent : Sassou Nguesso a corrompu tous les grands marabouts du Congo. Même l'église cède à ses offres, à la tentation de Mammon. Comme la chair est bien faible ! Je vous laisse tenter de dénouer cet épineux algorithme sans aboutir à l'option militaire. Sassou s'en méfie par ailleurs puisqu'un document officieux recommande la surveillance d'anciens militaires, gendarmes et policiers. D'ailleurs, en parlantde surveillance, cela me rappelle ce que m'a appris l'un des trois prêtres : pendant que le débit internet public est si lent et presque insoutenable, la dictature des crocodiles de l'Alima administre un espace internet à très haut débit en ville avec des salles privées qui surveillent la ville de Brazzaville. Il est pratiquement possible de visiter tous les quartiers de Brazzaville sans bouger d'un des trois postes sécurisés - juste en utilisant un logiciel spécialisé qui pilote des caméras haute définition. Les déplacements de Sassou pour se rendre par exemple à l'aéroport de Maya-Maya sont suivis à la loupe. L'un des postes est ultra-sécurisé au point où son accès est très très limité : il pourrait surveiller la présidence de la république ou quelque chose comme ça. Cet espace appartenant à Jean-Jacques Bouya a installé des caméras dans tous les quartiers de la capitale au mépris de la vie privée des Congolais.

Il a été retenu qu'en dépit de la puissance politique du clan Sassou & Nguesso, il fallait admettre que le véritable pouvoir était détenu par la France. Un des prêtres a même dit que Jacques Chirac avait affirmé que le Congo était toujours une colonie de la France, validant la théorie de la dictature du dehors à laquelle est assujettie la dictature du dedans. Les Africains peuvent par leur vote changer la donne en France - même si en matière d'intérêts, la France pratique le monopartisme. Il y a une seule France, plusieurs partis politiques mais les MEMES intérêts nationaux soutenus par tous. Sans ses ex-toujours colonies, la France ne saurait demeurer une puissance qui compte sur l'échiquier mondial. C'est pour cela que le franc cfa a été inventé. La franc-maçonnerie aussi.

Une chose est sûre : qu'on aime ou qu'on n'aime pas LDM, en matière d'idées, nous sommes tous makandiens...

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 17:11
DIASPORA/ORGANISATION/CAFILD : DEMISSION DE LA PRESIDENTE
Chers compatriotes,
Madame, Monsieur,
 
Suite à ma démission au poste de présidente du directoire de la Caisse de Financement de la Lutte pour la Démocratie au Congo, en sigle "CAFILD", poste que j'ai occupé durant trois mois, démission par ailleurs déjà adressée aux fondateurs de ladite organisation, j'ai cru bon de m'acquitter d'un devoir moral à l'endroit des Congolais et du public en général, et aux potentiels donateurs en particulier, en publiant officiellement ma démission sur Demain le Nouveau Congo Brazzaville.
En effet, la CAFILD  selon le projet qui m'avait été décrit aurait dû être une association à but non lucratif, dont l'objectif principal est de collecter des dons financiers en vue d'assister nos compatriotes et aider à lutter contre le régime de Denis Sassou Nguesso.
Ma décision de quitter la CAFILD est motivée par des difficultés de travail liées à son statut, par delà le caractère fictif de son existence. 
Par ailleurs, je tiens à porter à la connaissance de  toutes et de tous, que durant la période de l'exercice de mes fonctions, je n'ai eu aucun regard sur le(s) compte(s) de la CAFILD ;  par conséquent je ne peux ni affirmer ou infirmer que la CAFILD n'a reçu aucun don - ce qui implique que je ne puis répondre demain à d'éventuelles justifications d'usage de fonds.
Salutations cordiales.
                                                  Paris, le 1er février 2016
                                               Mme Tchicaya  Mavoungou 
 
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 15:49
CONGO/ELECTION PRESIDENTIELLE : ANDRE OKOMBI SALISSA, CANDIDAT

Nous avons noté qu'au lieu d'un candidat unique de l'opposition, nous nous dirigeons vers la logique de : "TOUS CANDIDATS CONTRE SASSOU", une tendance qui n'est pas prête de s'arrêter au moment où nous apprenons la candidature à l'élection du 20 mars 2016 du président de l'IDC (Initiative pour la Démocratie au Congo), André Okombi Salissa.

Le colonel Kinfoussia a déclaré que la candidature unique n'était pas une panacée universelle. Si elle ne l'est pas, alors, les candidatures multiples, non plus. Notons au moins que la candidature unique de l'opposition aurait eu l'avantage de concentrer les voix sur une seule personne au lieu de les disperser sur plusieurs. Or, lorsqu'on se disperse, on perd en énergie.

André Okombi Salissa est le deuxième candidat déclaré de l'IDC après Guy Brice Parfait Kolélas dont la candidature au nom du MCCDI pourrait être invalidée par le régime des crocodiles du PCT au nom d'une conspiration qui se trame dans l'ombre sous la houlette de son propre frère qui s'est proclamé président du parti qu'ils ont hérité de leur père. Ce n'est qu'une rumeur. Wait and see. Cependant, notons que Landry Kolélas a proclamé que le président Denis Sassou Nguesso était le candidat du MCCDI. Ce parti pourra-t-il avoir deux candidats ? Nous attendons de voir ce qui va se passer...

Pascal Tsaty Mabiala ne restera pas longtemps au coin du feu : le FROCAD aura aussi au moins un candidat, l'UPADS estimant qu'un grand parti comme lui doit avoir son propre candidat. La course jusqu'au sommet de l'Etat est truquée mais VIVE LA COURSE ! Le peuple peut faire sauter le plombage des dés pipés. Qui sait ? 

En matière de rêves de gloire, toutes les ambitions se valent - même si tous les candidats ne se valent pas. Les qualités d'un homme ne se découvrent que lorsqu'il a semé des actes. On peut reprocher à André Okombi des choses comme le fait d'avoir participé au gouvernement de Denis Sassou Nguesso en tant que ministre mais cela n'affecte pas ce qu'il est au fond de lui. Nombreux sont ceux qui avant de conquérir le pouvoir ont servi à côté de l'homme qu'ils ont combattu par la suite dans les urnes. Les exemples sont nombreux mais je me contenterai de ne citer que le cas Macky Sall au Sénégal. André Okombi Salissa n'est pas parfait mais les témoignages que j'ai reçus sur l'homme en 2008 m'ont permis de comprendre qu'il n'était pas tribal dans le choix des hommes à des postes de décision. Il a la particularité de se servir des ressources humaines locales au lieu de les importer d'ailleurs comme l'ont fait certains ministres. Ce qui fait sa force, c'est son ouverture d'esprit, sa gentillesse et même sa charité et son implantation sur toute l'étendue du pays par ses soutiens. Cela ne veut pas dire que les autres candidats n'ont pas les mêmes qualités ; je n'ai simplement pas eu de tels échos. Sans nul doute, les autres candidats sont aussi généreux et ouverts d'esprit.

Nous espérons à la tête du pays un homme qui rassure au nord et qui garantisse au sud l'égalité dans la redistribution des ressources nationales, un homme qui aurait à coeur l'intérêt du pays et non l'intérêt d'une famille, d'un clan, d'une ethnie ou d'une région. La barbarie, l'arbitraire, l'injustice, le Congo en a assez car cela dure depuis trop longtemps.

Il s'agit non seulement de faire acte de candidature mais aussi de se battre pour que l'élection présidentielle du 20 mars 2016 soit la plus juste, la plus transparente possible. Tous les candidats doivent avoir la même exigence, de sorte à voir sortir des urnes non pas un usurpateur mais un homme élu par le peuple souverain. La politique du boycott n'a rien donné jusqu'à présent ; on ne peut continuer avec la politique de la chaise vide. Il faut tenter de battre l'éléphant à son propre jeu transformé en jeu propre et c'est là tout le problème. Ensuite, il faut faire en sorte que la démocratie soit restaurée.

Le courage politique, c'est d'affronter le suffrage universel, d'assumer seul son ambition et son destin sans la pression de personnes qui vous incitent à le faire - même si on nous dit que les résultats de l'élection présidentielle sont déjà connus d'avance. Le peuple peut encore surprendre ceux qui croient que tout est joué. Cependant, nous, pour notre part, nous sommes pour la solution militaire : il faut renverser Denis Sassou Nguesso par les armes, ce qui subsiste par la force ne pouvant être détruit que par la force. Ensuite, on met en place une transition, on change de constitution, on dissout le PCT et on nettoie le pays du crime pour rendre possible une véritable élection présidentielle. Ce point de vue semble désormais être partagé par de nombreuses personnes. 

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans de
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 16:08

Commencée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l'affaire dite des Biens Mal Acquis à partir de l'Argent Mal Acquis court toujours. La justice française semble dépassée par la quantité astronomique des données à traiter. Du côté des Sassou & Nguesso, on continue à acquérir des biens de toutes sortes. Guy César Wilfrid Nguesso abuse de sa position de patron en détournant les fonds de sa société, la SOCOTRAM, afin de satisfaire son goût immodéré du luxe. La justice française doit se résoudre à sanctionner car elle ne peut se contenter de devenir le comptable des Biens Mal Acquis de la famille Sassou & Nguesso. Cette affaire a assez duré. Il est temps que la justice française mette les bouchées doubles pour que les coupables soient jugés.

Au Congo, le pouvoir d'Etat dégénère en impunité, une impunité constitutionnelle absolue. L'impunité conduit à tous les abus et à toutes sortes de crimes. Aussi, la famille Sassou & Nguesso tient absolument à rester aux commandes du Congo transformé en royaume. La justice française est certes lente mais les juges ne lâchent pas l'affaire des Biens Mal Acquis. Avec Tracfin, ils peuvent accéder à toutes les transactions louches du régime mafieux congolais. Nous souhaitons que l'affaire des Biens Mal Acquis s'européanise et se mondialise pour que tous le clan Sassou & Nguesso fasse l'objet d'enquêtes et de poursuites judiciaires. Il n'y a pas que Willy Nguesso ; tout le monde doit rendre des comptes, civils, militaires, hommes d'affaires véreux ayant des Biens Mal Acquis à l'étranger. Nous nous occuperons du contexte intérieur congolais au moment opportun.

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

PRESSE/SOCOTRAM : LES ABUS DE BIENS SOCIAUX DE WILLY NGUESSO
Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 22:31
SANS CHRISTIANE TAUBIRA, LE GOUVERNEMENT DE VALLS PERD SA GAUCHE

Femme de caractère et de conviction, Christiane Taubira a démissionné du gouvernement de Manuel Valls et de François Hollande. Nous tenons ici à lui rendre hommage alors qu'elle était vilipendée à Gauche comme à Droite où l'on estimait qu'une femme de couleur ne pouvait pas occuper le ministère de la justice. La seule personnalité de gauche qui restait dans le gouvernement français s'en est allée - comme une dernière forme de résistance, elle qui se battait auparavant pour une Guyane indépendante. On lui doit la reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité, elle qui a pourtant essayé d'appliquer les promesses de campagne de François Hollande dont le côté libéral a fini par remonter à la surface et à chasser le peu de conviction de gauche qui lui restait.

En matière de gestion du pouvoir, la Gauche est désormais la soeur siamoise de la Droite et ce n'est pas par hasard si les deux se font une ristourne au sommet de l'Etat. Après le départ des écologistes, il ne restait plus qu'elle au gouvernement pour une caution morale à gauche. Elle s'en va debout, fière, sans trahir ses convictions en refusant de défendre la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, une mesure qui créerait deux classes de Français, l'une plus égale que l'autre. En effet, la lutte contre le terrorisme ne justifie pas une injustice de plus, déjà qu'être Français ne permet pas toujours de bénéficier du principe de l'égalité selon qu'on est plus ou moins typé. Ceux qui veulent se suicider en tuant leurs compatriotes n'ont que faire de la déchéance de nationalité. Outre-tombe, il n'y a plus de nationalités qui tiennent - surtout si Allah sait reconnaître les siens...

Il faut juste en matière de terrorisme faire oeuvre d'anticipation : on peut ou bloquer la sortie de ceux qui veulent faire le djihad avant qu'ils ne sortent de France ou leur entrée quand ils s'apprêtent à y revenir après avoir été endoctrinés - sinon, il faut juste les cueillir à leur descente d'avion ou à leur entrée sur le territoire français ; ce qui est plus difficile à dire qu'à faire - avec les frontières poreuses de l'Europe. On pourrait prendre une mesure simple : annuler les passeports français de tous ceux qui font le djihad. De toute façon, si les Français ne viennent pas terroriser leurs compatriotes, les terroristes peuvent venir de Belgique, de Norvège, de Suède ou d'ailleurs et qui ne nous ne dit pas qu'un terroriste peut entrer en France avec une nationalité d'emprunt ? 

LE TERRORISME EXPLOITE MAIS NE DEPEND PAS DE LA NATIONALITE. C'est là tout son problème. Il faut trouver les bonnes réponses face au terrorisme islamique qui est un terrorisme international en lui consacrant des réponses aussi internationales. Il suffit d'un meilleur suivi des déplacements des djihadistes dont le passage à l'acte doit être bloqué car après, la question de la déchéance de nationalité n'a plus d'importance. Nous nous demandons comment cela ne saute pas aux yeux des hommes politiques français divisés sur la question.

Christiane Taubira qui a défendu le mariage pour tous au nom de l'égalité, quitte le gouvernement au nom de l'égalité, pour ne pas faire qu'il puisse exister en droit des Français plus Français que d'autres, dans la mesure où ils ne peuvent être déchus de leur nationalité française - pour les mêmes raisons.

On lui a reproché son humanisme, d'appliquer une politique de Gauche au sein d'un pouvoir soi-disant de Gauche. En libéralisant le socialisme, soi-disant pour mieux lutter contre le chômage, François Hollande l'a droitisé. En fait, au pouvoir, la frontière entre Gauche et Droite devient de plus en plus mince, de plus en plus ténue : quel que soit le courant politique, aucun n'a les moyens financiers de sa politique, des moyens que l'Etat doit quémander auprès du patronat. François Mitterrand a avoué à son épouse qu'il n'avait pas les moyens d'appliquer sa politique car il s'était rendu compte de son impuissance face aux financiers, aux banques, au FMI et à la Banque Mondiale. Lors de sa campagne, François Hollande n'avait-il pas reconnu que son ennemi était la finance ? La finance, on peut la détester mais on finit toujours par courber l'échine devant ses terribles exigences. 

Elle a été chahutée, charriée, insultée mais elle a toujours su rester digne. Christiane Taubira sort du gouvernement comme elle y est entrée : sans perdre son âme. Elle va certainement prendre le temps du repos et de la reconstruction mais nous savons que la bête politique qui sommeille en elle ne dormira pas longtemps avant de reprendre la joute des idées politiques - d'autant qu'elle a retrouvé sa liberté de ton.

 

LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 15:14

Cher Labreuvoix,

bonjour. L'opposition fait bien de pousser ses militants à s'inscrire sur les listes électorales. Pourquoi ? Pour empêcher que Sassou ne gagne au premier tour et pour se donner les moyens de le battre au second. Bien sûr qu'il peut toujours tricher. Et s'il le fait, nous espérons  le soulèvement populaire qui pourrait  rendre le pays ingouvernable. Je suis pour que tous les Congolais en âge de voter soient inscrits sur les listes électorales. Pour la CENI, il faudra imposer un  rapport de force qui commence par la révision des listes électorales et qui doit se poursuivre par le contrôle des décisions sorties des urnes. C'est de bonne guerre que Sassou et son clan veuillent contrôler seuls le processus électoral. L'opposition doit hausser le ton pour que les choses changent. 

Juste une question : SI SASSOU REFUSE D'ORGANISER LES ELECTIONS, L'OPPOSITION A-T-ELLE LES MOYENS DE LE POUSSER A LE FAIRE ? NON. Donc, il les organise pour berner l'opinion internationale car ce qui a été acquis par la force n'a besoin que de la force pour subsister. Il faut le pousser à une VRAIE élection ou LAISSER TOMBER : personne n'a jamais réussi à faire en sorte que depuis 2002, il y ait une élection transparente, libre et plurielle dans notre pays. Cependant, si on parvient à un deuxième tour, c'est déjà une victoire. Pour ma part, je suis pour le renverser militairement par les armes pour ensuite organiser ensuite une transition démocratique salutaire. L'insurrection populaire est une option qui conduira à la guerre civile, le camp de Sassou voudra le défendre par les armes et nous vivrons un carnage ou un génocide.

 

Pour la Bible, cette compilation, sache que ceux qui ont écrit l'ont rédigée, du moins, la Genèse, étaient polythéistes et non monothéistes, le monothéisme a ensuite été incorporée pour mieux masquer cette réalité. Tu le lis mais tu ne le comprends pas. "Maintenant que l'homme est devenu comme l'UN d'entre NOUS, empêchons...", il n'y a pas un Eloha (mot hébreu curieusement féminin) mais des Elohims qui ont créé l'Homme et non UN homme, HA ADAM en hébreu. Celui qui a dit : "Créons l'Homme..." n'était pas SEUL. Quand on dit : "CREONS, ET L'UN D'ENTRE-NOUS", sauf à nier l'évidence, celui qui s'exprime n'est pas seul et le monothéisme est plutôt une manipulation de traduction du nom de dieu - une manipulation qui ne parvient même pas à masquer la VERITE ! Pour bien comprendre les manipulations de la Bible, il faut lire l'hébreu, l'araméen, le grec et l'égyptien ancien pour en découvrir les erreurs de traduction, les emprunts aux textes des pyramides, au Livre des Morts, qui m'ont emmené à dire : que nos ancêtres ont inventé ce que nous appelons aujourd'hui "SPIRITUALITE".

Je conçois le monothéisme comme une dictature religieuse qui échoua à l'époque d'Akhénaton mais qui a bien réussi de nos jours. La colonisation de l'esprit est bien la seule vraie forme de colonisation durable car le maître n'a plus à se préoccuper de l'esclave qui considère les choses comme normales parce qu'il les aura intégrées dans son cerveau. Si le dominé intègre la domination comme un état normal de son existence, le maître esclavagiste peut dormir tranquille !

Ces Elohims venus d'ailleurs avaient certainement un chef qu'on appelle Yahwé ou Jéhovah mais ils ne sont pas bons du tout. As-tu remarqué que lorsqu'ils créent l'homme, ils ne disent pas que c'est une bonne chose, contrairement aux autres créatures ? Pourquoi ? Parce que les créateurs sont comme NOUS, à la fois bons et mauvais. Il y a un AUTRE Dieu qui est Amour qui s'est manifesté en Christ. Les Elohims ne veulent pas que l'homme accède à la VIE ETERNELLE tandis que le Dieu de Christ prêche l'accès à la VIE ETERNELLE et ça fait une ENORME différence... 

Une autre petite chose : un dieu qui instaure ou soutient l'esclavage ne peut pas être un vrai Dieu et surtout, il ne peut être considéré comme un être bon. C'est un être qui ne fait que se passer pour Dieu - alors qu'il ne l'est pas (à moins qu'il ne s'agit que du scribe qui fait passer sa parole pour la parole de Dieu). Entre-nous, je suis membre de la religion de la VERITE, la seule VRAIE religion. SI DIEU EXISTE, IL EST VERITE ET JUSTICE. LA OU IL Y A MENSONGE ET INJUSTICE, DIEU, DU MOINS LE MIEN, NE S'Y TROUVE PAS.

Le livre de Job confirme le fait que ce dieu-là (note que je l'écris en minuscules) a bien des fils parmi lesquels se trouvent Satan, ces bene Elohim sont les pères des méchants Nephilims. Et il s'agit là de quelque chose qui s'inscrit dans la sphère physique, une chose que l'on nous pousse à ne voir que sous un plan spirituel pour nous maintenir dans l'ignorance. Ce Dieu-là était sur terre puisqu'il habilla l'Homme et la Femme de peaux de bête. T'es-tu demandé pourquoi un soi-disant Dieu tout-puissant tue deux pauvres bêtes innocentes pour habiller Adam et Eve - alors qu'il peut leur SUSCITER des vêtements ? La croyance aveugle l'esprit. Moi, je suis pour la VERITE qui n'a pas peur d'être éprouvée parce qu'elle peut être prouvée. Ce Dieu n'est pas uniquement bon puisqu'il dit dans le livre d'Esaïe : "Nul bonheur et nul malheur n'arrivent sans que j'en sois l'auteur". C'est un Dieu colérique que l'on voit en action à l'époque où Moïse se trouve dans le désert, un Dieu qui a mangé avec Abraham avant d'aller détruire Sodome et Gomorrhe et arrivé à Sodome, il utilise une arme pour aveugler les gens ; il n'y a rien de spirituel dans tout ça. Quelle est donc la vraie la nature de ce dieu qui a créé l'Homme à son image (extérieure) et à sa ressemblance (intérieure) ? C'EST UN ETRE BIEN MATERIEL, BIEN INSCRIT DANS LE MONDE PHYSIQUE OU IL PEUT SE REPRODUIRE ! Il a néanmoins un pouvoir masquant qui le soustrait aux sens de l'homme. Quand les yeux du serviteur d'Elisée s'ouvrent, il voit des êtres bien matériels ; c'est dire qu'une partie de la réalité peut échapper à nos sens bien rudimentaires.

Cher ami, les hommes ne savent pas ce qu'ils adorent comme dieu. Il y aurait un DIEU esprit et un autre qui nous ressemble. C'est bien bizarre, tout ça. Quand l'homme atteindra un certain degré dans la maîtrise du génie génétique, il comprendra qui est son créateur. Je te signale que 97% du code génétique humain est inactif, comme s'il avait été désactivé.

Les Néphilims, bene Elohim, étaient méchants allant jusqu'au cannibalisme de l'homme - selon le livre d'Enoch. Crois-tu que ce dieu-là qui est leur père soit un dieu bon pour engendrer des fils aussi méchants ? Les pasteurs font croire que les bene Elohim sont les descendants de Seth - ce qui est faux et contredit par le LE LIVRE DE JOB. Ces Néphilims se faisaient la guerre (cf. le livre des guerres de l'Eternel et la guerre entre Michael et Satan qui fut précipité sur terre. SATAN SE TROUVAIT SUR TERRE AVANT L'HOMME-CREATURE EN MEME TEMPS QUE LES DIEUX CREATEURS ET RIEN NE NOUS DIT QUEL FUT SON ROLE A CETTE EPOQUE...).

Les prédicateurs ont sacrifié la vérité en lui substituant la foi qui croit aveuglément - sans connaissance véritable : les prêtres savaient que la Bible était truffée d'erreurs ; pour ne pas répondre aux questions, ils ont demandé aux fidèles de croire sans discuter - en leur propre parole travestie en parole de Dieu. Par la foi, on peut facilement croire que le mensonge est VERITE. Or, sans connaissance véritable, on meurt dans l'ignorance. Et moi, je veux vivre par la connaissance, par la VERITE que l'on nous cache mais qui transparaît dans les textes anciens dont la Bible n'est qu'une compilation. Un livre qui contient des MENSONGES ne peut être à mes yeux un livre saint. Ils ont pris de nombreux textes égyptiens pour composer la Bible, parfois, mot pour mot. Les Africains se sont engouffrés dans la croyance par la peur. ET S'IL N'EXISTAIT EN FAIT AUCUNE DIFFERENCE ENTRE LE SPIRITUEL ET LE MATERIEL ? ET SI LE SPIRITUEL ETAIT JUSTE UNE DIMENSION DU MATERIEL QUI ECHAPPE A NOS SENS GROTESQUES D'ANIMAL HUMAIN ?

Nous sommes limités par nos sens et ce qui nous échappe parce que onde ou vibration, bien que matériel, peut nous apparaître comme relevant du spirituel - ce qui bloque notre pensée et nous empêche de réfléchir au-delà de nos sens. Sache que la RAISON est un sens qui n'est limité par rien. RIEN et que sur le plan matériel, en FAIT, TOUT EST POSSIBLE ! Les limites ne sont que celles de notre pensée, de notre raison, de notre imagination. Dans le livre des PSAUMES, il est écrit : "VOUS ETES DES DIEUX." Je te laisse méditer cela en te disant que nous ne sommes pas seuls sur terre : il y a toujours des Néphilims sur terre et des créatures venues d'ailleurs qui y ont été emprisonnées, des créatures qui cherchent à quitter la terre - sans y parvenir et qui saccagent cette belle planète pour se venger. Un jour, tout cela se saura par tous.

 

Ton frère,

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

 

Published by Le Lion de Makanda (LDM) - dans demain le congo brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • JOURNAL D'ACTUALITES ANIME PAR LE LION DE MAKANDA. SITE WEB DES DEMOCRATES CONGOLAIS COMBATTANT LA DICTATURE SASSOU NGUESSO
  • : Journal d'actualités sur le Congo-Brazzaville administré par le LION DE MAKANDA (LDM) pour les démocrates patriotes du Congo-Brazzaville œuvrant pour le retour de la démocratie perdue en 1997. Nous nous battons par amour avec les mots comme armes et le Web comme fusil.
  • Contact

STATISTIQUES

 

D.N.C.B. : PLUS DE 15.000.000 DE PAGES LUES ***, PLUS DE 10.000.000 VISITEURS DE UNIQUES, *** PLUS DE 3000 ARTICLES, *** 517 ABONNES A LA NEWSLETTER, *** PLUS DE 2500 COMMENTAIRES... 

Recherche

MESSAGE&RADIO&TV DU JOUR

LDM_SWING.gif

                                               

VIDEO DU JOUR

 

 



Articles Récents

IMAGES

SassouKadhafi.jpgBonobo-copie-1.jpgBedieOuattara.jpg4lions-drinking.jpgBernard-Kouchner-Nicolas-Sarkozy-Mouammar-Kadhafi-1.jpgchemindefer-1-.jpgbrazza_la_poubelle.jpgChristel-Sassou.JPGchiracsassou3.jpgedouoyo1.jpglisb1-1.jpgbrazza-la-poubelle-1.jpgplissouba3.jpgdebrazza.jpg